Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Volubilys le Sam 2 Fév 2013 - 13:01

@llaima a écrit:
Je ne pense pas avoir dit qu'on n'apprenait rien mais qu’il n’était pas pratiqué une instruction de type scolaire avec des cours. Ce qui est différent, heureusement qu’on apprend des choses mais l’école n’est pas le seul lieu d’apprentissage, il est par contre le lieu de l’instruction. Après je ne suis pas contre qu’on garde le terme « école » devant maternelle, c’est le terme usuel et ça n’a rien de gênant !
Tu confonds instruction et cours magistral. professeur
On peut instruire de bien des manières, l'instruction c'est la transmission d'un savoir.
Définition de "Instruction" : Connaissance qu’on donne à quelqu’un de certains faits, de certains usages qu’il ignore.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par llaima le Sam 2 Fév 2013 - 13:04

@Sugnet a écrit:
@llaima a écrit:Peut-être qu’avec la fatigue du soir j’ai dit les choses assez rapidement et pas relu les fautes de mes publications. Je veux bien l’accorder. Donc je voudrais avec la fraicheur du matin redire les choses plus clairement. Je ne suis pas contre l’existence de la maternelle et encore moins contre les collègues qui y travaillent. Ils font d’ailleurs je pense du mieux qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont. Ma réflexion partait seulement de l’idée de bien distinguer au sein de l’éducation nationale les missions éducatives et instructives. Si bien sûr on apprend des choses à la maternelle, je l’espère, pour autant il est abusif de parler d’instruction au sens premier. Ça n’a rien d’insultant, au contraire, si on le faisait vraiment je doute que ce soit très positif ! Suivre un cours, ce n’est pas facile et ce serait trop violent pour des petits de trois ans, parfois moins. Ma réflexion ne part d’ailleurs non pas de la maternelle en-soi mais du manque de distinction entre ces deux fonctions de l’éducation nationale qui se fait de plus en plus et qui pour moi ne mène pas à grand-chose de bien. Avec les différentes réformes on doit faire de plus en plus de l’éducatif et l’instruction est abandonnée alors que pour moi c’est la mission centrale de l’école et c’est le métier des enseignants. On est là pour instruire, transmettre des connaissances pas pour faire le reste ! Qu’on fasse le reste à l’éducation nationale je n’ai rien contre, au contraire, qu’on le fasse avec du personnel qualifié je l’espère autant, avec les mêmes statuts que les enseignants ce n’est pas un problème mais que l’on distingue bien ces deux missions car je veux bien faire la seconde mais pas la première car je m’en sens bien incapable !!

Je te remets juste en mémoire quelque chose que tu n'ignore pas puisque comme moi tu as passé un concours pour exercer ce métier et que comme moi forcément tout comme n'importe quelle personne qui s'apprête à signer son contrat d'embauche fait: lire ce que l'on attend de lui:
http://www.education.gouv.fr/cid52614/menh1012598a.html

Ainsi tu pourras te remettre en mémoire ne t'en déplaise que non seulement les Professeur des écoles (maternelle compris, d'ailleurs même formation de départ. OK maintenant c'est peau de chagrin mais quand même) ont tous les mêmes missions d'encadrement, d'enseignement, d'instruction, bref.... mais en outre ben du coup ouais en collège lycée et autre on éduque aussi...


Ceci dit j'ai en SEGPA de plus en plus des élèves qui n'auraient rien à y faire s'il navaient pas raté leur maternelle (classes surchargées, pas de rased) et trainé leurs lacunes, aussi diverses soient elles
Jamais lu ce truc, et ce n’est pas aujourd’hui ni demain que je vais le faire ! Au bout de deux lignes on a déjà mal à la tête… Sinon je sais ce qu’il y a dedans quand même car en formation interdisciplinaire on nous parlé un peu des 10 commandements de la religion IUFM. J’ai essayé d’oublier ces choses inutiles mais je n’ai pas réussi car chaque jour c’est vrai malgré que nos élèves aient parfois 17ans on doit leur rappeler de ne pas parler en même temps que moi, de ne pas laisser leurs papiers par terre ou de ne pas écrire sur les tables et de leur faire nettoyer quand je les prend sur le fait… C’est lamentable mais bon, on le fait quand même mais de voir écrirt ça noir sur blanc pour dire que c’est notre métier c’est complètement fou ! On est obligé de faire certaines choses mais je suis désolé ce n’est pas mon métier de faire la police en classe, j’ai horreur de ça ! J’ai trouvé un vieux BLED et pour l’année prochaine je vais photocopier des exercices en masse pour m’en servir de punition en 2nd voir en 1er car je constate que les seules sanctions que je prenais jusqu’à maintenant (mettre les élèves dehors) ne fonctionnent plus assez efficacement car les élèves deviennent plus durs et décrochent complètement. Je me résigne donc à utiliser ces méthodes infantilisantes en lycée pour avoir la paix l’année prochaine mais je trouve ça lamentable de devoir faire ça ! Lamentable comme ces dix compétences.

llaima
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Volubilys le Sam 2 Fév 2013 - 13:33

Euh... tu pensais que c'était quoi ton travail?

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par llaima le Sam 2 Fév 2013 - 13:47

@Volubilys a écrit:Euh... tu pensais que c'était quoi ton travail?

Simplement le travail des profs que j'avais quand j'étais collégien ou lycéen... Des punitions il y en avait à l’époque en primaire mais déjà plus en collège et au lycée les 2-3 profs qui collaient étaient des personnes ultra-autoritaires mais il n’y avait pas besoin de ça pour que le calme règne, on respectait naturellement le travail des autres et du prof ! Mais bon ce temps-là semble révolu du moins où j’enseigne…

llaima
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par JPhMM le Sam 2 Fév 2013 - 13:50

@llaima a écrit:en collège et au lycée les 2-3 profs qui collaient étaient des personnes ultra-autoritaires mais il n’y avait pas besoin de ça pour que le calme règne, on respectait naturellement le travail des autres et du prof
S'il n'y avait pas besoin de ça pour que le calme, le respect du prof et du travail des autres règnent, pourquoi* ces 2-3 profs-là collaient-ils ? heu

* pourquoi, ou "pour quoi" plus exactement.


Dernière édition par JPhMM le Sam 2 Fév 2013 - 13:52, édité 1 fois

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Ronin le Sam 2 Fév 2013 - 13:51

Car ils étaient profs de maths, un truc lié au Moi profond des matheux Razz

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Volubilys le Sam 2 Fév 2013 - 14:02

@llaima a écrit:
@Volubilys a écrit:Euh... tu pensais que c'était quoi ton travail?

Simplement le travail des profs que j'avais quand j'étais collégien ou lycéen... Des punitions il y en avait à l’époque en primaire mais déjà plus en collège et au lycée les 2-3 profs qui collaient étaient des personnes ultra-autoritaires mais il n’y avait pas besoin de ça pour que le calme règne, on respectait naturellement le travail des autres et du prof ! Mais bon ce temps-là semble révolu du moins où j’enseigne…
Tu avais un vision bien idyllique du métier étant jeune, avec des oeillères un peu aussi. Moi j'ai toujours vu les profs faire la police, punir... il faut dire que je n'étais pas une élève sage, studieuse et en admiration devant mes profs, donc j'avais sans doute plus de recul.
Ligne, pensum, colle, exclusion de cours, conseil de discipline, renvoi de l'établissement... sans les avoir vécu moi-même, cela faisait parti de la vie de collège/lycée.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par llaima le Sam 2 Fév 2013 - 15:01

@Ronin a écrit:Car ils étaient profs de maths, un truc lié au Moi profond des matheux Razz
Ah non pas du tout, pourquoi tu dis ça? C'était surtout une prof d'allemand mais je ne généraliserai pas à toute la discipline, j'ai eu aussi des profs d'allemand sympas !

llaima
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par llaima le Sam 2 Fév 2013 - 15:04

@Volubilys a écrit:
@llaima a écrit:
@Volubilys a écrit:Euh... tu pensais que c'était quoi ton travail?

Simplement le travail des profs que j'avais quand j'étais collégien ou lycéen... Des punitions il y en avait à l’époque en primaire mais déjà plus en collège et au lycée les 2-3 profs qui collaient étaient des personnes ultra-autoritaires mais il n’y avait pas besoin de ça pour que le calme règne, on respectait naturellement le travail des autres et du prof ! Mais bon ce temps-là semble révolu du moins où j’enseigne…
Tu avais un vision bien idyllique du métier étant jeune, avec des oeillères un peu aussi. Moi j'ai toujours vu les profs faire la police, punir... il faut dire que je n'étais pas une élève sage, studieuse et en admiration devant mes profs, donc j'avais sans doute plus de recul.
Ligne, pensum, colle, exclusion de cours, conseil de discipline, renvoi de l'établissement... sans les avoir vécu moi-même, cela faisait parti de la vie de collège/lycée.
C'est la vie des collèges lycée difficiles ou de quelques élèves particulièrement désagréables dont les problèmes sont plus médicaux que scolaires. Heureusement qu'il y a eu des temps et j'espère des lieux où ce n'est pas la vie de collège/lycée "normal".

llaima
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Marcel Khrouchtchev le Sam 2 Fév 2013 - 15:11

@llaima a écrit:
@Ronin a écrit:Car ils étaient profs de maths, un truc lié au Moi profond des matheux Razz
Ah non pas du tout, pourquoi tu dis ça? C'était surtout une prof d'allemand mais je ne généraliserai pas à toute la discipline, j'ai eu aussi des profs d'allemand sympas !

C'est parce que les profs d'allemands sont des nazis refoulés selon le théorème de Mareuil
pingouin

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Volubilys le Sam 2 Fév 2013 - 15:34

@llaima a écrit:
@Volubilys a écrit:
@llaima a écrit:
@Volubilys a écrit:Euh... tu pensais que c'était quoi ton travail?

Simplement le travail des profs que j'avais quand j'étais collégien ou lycéen... Des punitions il y en avait à l’époque en primaire mais déjà plus en collège et au lycée les 2-3 profs qui collaient étaient des personnes ultra-autoritaires mais il n’y avait pas besoin de ça pour que le calme règne, on respectait naturellement le travail des autres et du prof ! Mais bon ce temps-là semble révolu du moins où j’enseigne…
Tu avais un vision bien idyllique du métier étant jeune, avec des oeillères un peu aussi. Moi j'ai toujours vu les profs faire la police, punir... il faut dire que je n'étais pas une élève sage, studieuse et en admiration devant mes profs, donc j'avais sans doute plus de recul.
Ligne, pensum, colle, exclusion de cours, conseil de discipline, renvoi de l'établissement... sans les avoir vécu moi-même, cela faisait parti de la vie de collège/lycée.
C'est la vie des collèges lycée difficiles ou de quelques élèves particulièrement désagréables dont les problèmes sont plus médicaux que scolaires. Heureusement qu'il y a eu des temps et j'espère des lieux où ce n'est pas la vie de collège/lycée "normal".
J'étais dans un collège de campagne plutôt tranquille (300 élèves les années fastes) et d'un lycée de ville de province sans problème particulier. Donc des établissement tout ce qu'il y a de plus normaux.
Et quand on s'intéresse à la vie des collégiens/lycéens dans le passé, les punitions ont toujours existé, parfois très violentes d'ailleurs. Il faut écouter les récit des générations précédente, lire les mémoires datant du 19e siècle, ou entendre parler des établissement tenu par les jésuite aux 18e... La lecture des romans de ces époques là sont aussi un bon indicateur...
Certes, les problèmes sont sans doute plus courant maintenant, mais avant ce n'était pas le rêve non plus.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Sugnet le Sam 2 Fév 2013 - 15:46

Mon père est né en 1938
Une nuit ils ont fait le caillon à l'internat, le lendemain comme sanction disciplinaire ils ont courru 30 minutes pieds nus dans la cour de l'établissement ( Ancien collège Jésuite de Denis Diderot pour ceux qui situent) dans la neige...

Je vous parle pas de sa sanction pour avoir dessiné une marteau et une faucille sur son cahier de texte, ou de sa copine exclue de l'établissement à 3 mois du bac pour avoir osé porter un pantacourt, révélant ainsi une partie hautement sexy de son anatonmie: la cheville...Trop vulgaire (pourtant comme dit papa, le corsaire et le capris déjà de mode étaient moulants alors que le pantacourt, bon...

_________________
" Le silence est comme une note suspendue qui permet de mieux entendre celle qui précède et celle qui suit. Ecole du respect, il prépare la qualité de notre présence à l'autre et la qualité de la rencontre..." Michel Hubault

Sugnet
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par llaima le Sam 2 Fév 2013 - 16:33

@Volubilys a écrit:
@llaima a écrit:
@Volubilys a écrit:
@llaima a écrit:
@Volubilys a écrit:Euh... tu pensais que c'était quoi ton travail?

Simplement le travail des profs que j'avais quand j'étais collégien ou lycéen... Des punitions il y en avait à l’époque en primaire mais déjà plus en collège et au lycée les 2-3 profs qui collaient étaient des personnes ultra-autoritaires mais il n’y avait pas besoin de ça pour que le calme règne, on respectait naturellement le travail des autres et du prof ! Mais bon ce temps-là semble révolu du moins où j’enseigne…
Tu avais un vision bien idyllique du métier étant jeune, avec des oeillères un peu aussi. Moi j'ai toujours vu les profs faire la police, punir... il faut dire que je n'étais pas une élève sage, studieuse et en admiration devant mes profs, donc j'avais sans doute plus de recul.
Ligne, pensum, colle, exclusion de cours, conseil de discipline, renvoi de l'établissement... sans les avoir vécu moi-même, cela faisait parti de la vie de collège/lycée.
C'est la vie des collèges lycée difficiles ou de quelques élèves particulièrement désagréables dont les problèmes sont plus médicaux que scolaires. Heureusement qu'il y a eu des temps et j'espère des lieux où ce n'est pas la vie de collège/lycée "normal".
J'étais dans un collège de campagne plutôt tranquille (300 élèves les années fastes) et d'un lycée de ville de province sans problème particulier. Donc des établissement tout ce qu'il y a de plus normaux.
Et quand on s'intéresse à la vie des collégiens/lycéens dans le passé, les punitions ont toujours existé, parfois très violentes d'ailleurs. Il faut écouter les récit des générations précédente, lire les mémoires datant du 19e siècle, ou entendre parler des établissement tenu par les jésuite aux 18e... La lecture des romans de ces époques là sont aussi un bon indicateur...
Certes, les problèmes sont sans doute plus courant maintenant, mais avant ce n'était pas le rêve non plus.
C'était un temps où les problèmes de disciplines venaient de la discipline militaire et non des élèves comme aujourd'hui...

llaima
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par lene75 le Sam 2 Fév 2013 - 16:58

Je pense comme Ilaima que faire la police ne devrait pas être notre travail dans le secondaire, et en tout cas pas en lycée. Qu'il y ait besoin de temps en temps de rétablir l'ordre, oui, ça peut arriver à tout le monde, mais que ce soit l'essentiel d'un cours, non, ce n'est pas normal. Il y a clairement quelque chose qui a changé en peu de temps dans le rapport au savoir et au prof, de la part des élèves et des parents. Mais aussi quelque chose qui a changé de la part de l'EN : vouloir s'occuper de l'éducation des enfants (si on peut encore parler d'enfant à 18 ans, d'ailleurs Rolling Eyes ) plutôt que de leur instruction, c'est quand même un peu empiéter sur la sphère privée, sur les choix parentaux, ce qui explique d'ailleurs probablement en partie l'intrusion des parents dans notre travail et on entre dans un cercle vicieux où on donne bien souvent raison à l'élève et aux parents plutôt qu'au prof, si bien que ce dernier n'a plus aucune légitimité, comme s'il n'avait finalement aucune compétence professionnelle. Même constat qu'Ilaima quant à ma scolarité : au lycée les punitions étaient rares, et pour tout dire très mal admises. Là où mon expérience diverge, c'est que les profs ultra-minoritaires qui punissaient (sauf mettre dans le couloir, ce qui était plus courant) ou pire, qui nous demandaient de nous mettre en rang Shocked n'étaient pas les profs autoritaires, mais au contraire les débutants ou des profs dépassés, et on le prenait très mal, pour nous c'était une déclaration de guerre tellement c'était infantilisant : ces profs-là étaient inévitablement bordélisés. Ce qui me frappe chez mes élèves de terminale, c'est leur manque de maturité : je peux effectivement les punir comme des gamins (et il faut que je le fasse pour avoir la paix), et ils trouvent ça normal, ils ne travaillent que pour la note et ils ne veulent avoir de bonnes notes que parce que sinon leurs parents les punissent... à 18 ans, je trouve ça pour le moins inquiétant Rolling Eyes

Mais du coup pour ce qui est de la maternelle, j'en tire la conclusion contraire à celle d'Ilaima : la maternelle est très loin d'être une crèche ou un jardin d'enfants, et elle n'a pas à l'être. Si je scolarise mon enfant à l'école maternelle, ce n'est pas juste pour le faire garder, ce que fait très bien la crèche, mais c'est encore moins pour que quelqu'un se substitue à moi dans mon rôle éducatif, ce que je risquerais de prendre assez mal Laughing C'est bien 1) pour qu'il apprenne à se comporter en élève, aussi bien au niveau du travail que du comportement, condition indispensable à la poursuite d'études, 2) pour qu'il apprenne des choses mieux qu'à la maison ou différentes de ce qu'il apprendrait à la maison, 3) et c'est lié aux deux points précédents, pour qu'il apprenne à vivre en société, c'est-à-dire à tenir compte de la présence des autres, qu'il partage avec eux une culture commune, mais aussi qu'il apprenne à vivre en individu libre en société, ce qui suppose des bases solides que la plupart de mes terminales n'ont pas.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Dinosaura le Sam 2 Fév 2013 - 17:30

@lene75 a écrit:Je pense comme Ilaima que faire la police ne devrait pas être notre travail dans le secondaire, et en tout cas pas en lycée. Qu'il y ait besoin de temps en temps de rétablir l'ordre, oui, ça peut arriver à tout le monde, mais que ce soit l'essentiel d'un cours, non, ce n'est pas normal. Il y a clairement quelque chose qui a changé en peu de temps dans le rapport au savoir et au prof, de la part des élèves et des parents. Mais aussi quelque chose qui a changé de la part de l'EN : vouloir s'occuper de l'éducation des enfants (si on peut encore parler d'enfant à 18 ans, d'ailleurs Rolling Eyes ) plutôt que de leur instruction, c'est quand même un peu empiéter sur la sphère privée, sur les choix parentaux, ce qui explique d'ailleurs probablement en partie l'intrusion des parents dans notre travail et on entre dans un cercle vicieux où on donne bien souvent raison à l'élève et aux parents plutôt qu'au prof, si bien que ce dernier n'a plus aucune légitimité, comme s'il n'avait finalement aucune compétence professionnelle. Même constat qu'Ilaima quant à ma scolarité : au lycée les punitions étaient rares, et pour tout dire très mal admises. Là où mon expérience diverge, c'est que les profs ultra-minoritaires qui punissaient (sauf mettre dans le couloir, ce qui était plus courant) ou pire, qui nous demandaient de nous mettre en rang Shocked n'étaient pas les profs autoritaires, mais au contraire les débutants ou des profs dépassés, et on le prenait très mal, pour nous c'était une déclaration de guerre tellement c'était infantilisant : ces profs-là étaient inévitablement bordélisés. Ce qui me frappe chez mes élèves de terminale, c'est leur manque de maturité : je peux effectivement les punir comme des gamins (et il faut que je le fasse pour avoir la paix), et ils trouvent ça normal, ils ne travaillent que pour la note et ils ne veulent avoir de bonnes notes que parce que sinon leurs parents les punissent... à 18 ans, je trouve ça pour le moins inquiétant Rolling Eyes

Mais du coup pour ce qui est de la maternelle, j'en tire la conclusion contraire à celle d'Ilaima : la maternelle est très loin d'être une crèche ou un jardin d'enfants, et elle n'a pas à l'être. Si je scolarise mon enfant à l'école maternelle, ce n'est pas juste pour le faire garder, ce que fait très bien la crèche, mais c'est encore moins pour que quelqu'un se substitue à moi dans mon rôle éducatif, ce que je risquerais de prendre assez mal Laughing C'est bien 1) pour qu'il apprenne à se comporter en élève, aussi bien au niveau du travail que du comportement, condition indispensable à la poursuite d'études, 2) pour qu'il apprenne des choses mieux qu'à la maison ou différentes de ce qu'il apprendrait à la maison, 3) et c'est lié aux deux points précédents, pour qu'il apprenne à vivre en société, c'est-à-dire à tenir compte de la présence des autres, qu'il partage avec eux une culture commune, mais aussi qu'il apprenne à vivre en individu libre en société, ce qui suppose des bases solides que la plupart de mes terminales n'ont pas.

+ 1000000 !
Un des objectifs de l'école maternelle (qui est bien une "école", c'est-à-dire un lieu d'apprentissage et d'instruction), est d'apprendre le "métier" d'élève aux enfants, propédeutique fondamentale pour l'apprentissage scolaire futur il me semble, et pour l'apprentissage de l'autonomie à venir (notamment intellectuelle).

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Volubilys le Sam 2 Fév 2013 - 18:22

Non, mais sérieux, j'ai la trentaine, le même âge que vous, je suis donc passée au lycée à la même époque que vous, et mes souvenirs de lycée divergent fortement des vôtres. Vous étiez des anges entourés d'anges?
Spoiler:

J'ai le souvenir d'avoir été bavarde, distraite, d'avoir écrit sur les tables (je me rappelle d'avoir correspondu avec une élève d'une autre classe via message sur la table de la salle de philo... oui, à l'époque pas de téléphone portable ni de FB, nous communiquions comme nous pouvions...), j'ai envoyé toutes sortes d'objet à travers la classe (du message aux bouts de gomme en passant pas un livre), je dessinais, faisais des carré magique, des batailles navals avec mes voisins de table, des cadavre-exquis avec toute la classe...
En 6e, en HG le prof avait une blouse et notre jeu était de projeter de l'encre dans son dos avec nos stylos plume.
En 1ère, j'ai joué au pog pendant plusieurs cours d'HG. (bon, nous avons tellement chahuté ce prof, qu'il a arrêté de venir en décembre)
En term, j'ai fait cuire des pommes de terre sur un bec-benzène pendant un TP
En 2e, en maths, nous faisions des combats au sabre avec nos règles.
En 2e, une de mes amies a pété un câble et a jeté une chaise sur la prof de math avant de s'enfuir de la salle... et je me suis enfuie avec elle...
et les profs me considéraient comme une élève molle qui dormait en classe... ce qui n'était pas totalement faux non plus...

J'imagine vos têtes Razz
Non, moi je n'étais pas une fille sage... et encore j'étais bien pire en primaire. ( Par exemple, en CM1, lors d'une classe de neige, je suis sortie du centre d'hébergement en pleine nuit en passant par la fenêtre du dortoir du premier étage, pour rerentrer par le dortoir des garçon à l'étage du dessous suite à un pari...)
Quand je suis entrée à l'EN, je n'avais pas trop d'illusion sur les élèves et sur ce qu'ils pouvaient faire...

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Marcel Khrouchtchev le Sam 2 Fév 2013 - 18:26

C'est le drame de l'EN selon certains: les profs sont souvent d'anciens bons élèves.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Invité20 le Sam 2 Fév 2013 - 19:15

@Volubilys a écrit:Non, mais sérieux, j'ai la trentaine, le même âge que vous, je suis donc passée au lycée à la même époque que vous, et mes souvenirs de lycée divergent fortement des vôtres. Vous étiez des anges entourés d'anges?
Spoiler:

J'ai le souvenir d'avoir été bavarde, distraite, d'avoir écrit sur les tables (je me rappelle d'avoir correspondu avec une élève d'une autre classe via message sur la table de la salle de philo... oui, à l'époque pas de téléphone portable ni de FB, nous communiquions comme nous pouvions...), j'ai envoyé toutes sortes d'objet à travers la classe (du message aux bouts de gomme en passant pas un livre), je dessinais, faisais des carré magique, des batailles navals avec mes voisins de table, des cadavre-exquis avec toute la classe...
En 6e, en HG le prof avait une blouse et notre jeu était de projeter de l'encre dans son dos avec nos stylos plume.
En 1ère, j'ai joué au pog pendant plusieurs cours d'HG. (bon, nous avons tellement chahuté ce prof, qu'il a arrêté de venir en décembre)
En term, j'ai fait cuire des pommes de terre sur un bec-benzène pendant un TP
En 2e, en maths, nous faisions des combats au sabre avec nos règles.
En 2e, une de mes amies a pété un câble et a jeté une chaise sur la prof de math avant de s'enfuir de la salle... et je me suis enfuie avec elle...
et les profs me considéraient comme une élève molle qui dormait en classe... ce qui n'était pas totalement faux non plus...

J'imagine vos têtes Razz
Non, moi je n'étais pas une fille sage... et encore j'étais bien pire en primaire. ( Par exemple, en CM1, lors d'une classe de neige, je suis sortie du centre d'hébergement en pleine nuit en passant par la fenêtre du dortoir du premier étage, pour rerentrer par le dortoir des garçon à l'étage du dessous suite à un pari...)
Quand je suis entrée à l'EN, je n'avais pas trop d'illusion sur les élèves et sur ce qu'ils pouvaient faire...

J'ai le même type de souvenirs avec une scolarité secondaire de septembre 1969 à juin 1976 et ce avec une seule heure de colle, en couture, en Quatrième et une punition donnée par un pion en troisième (écrire six pages sur l'autodiscipline: mon introduction commençait par "L'autodiscipline est une utopie " ). Un de mes camarades, probablement professeur à présent, a été jusqu'à placer une bombe artisanale dans le sous-sol du lycée, bombe qui a violemment explosé. Ensuite, il a été exclus et on s'est mis en grève jusqu'à ce que l'administration cède et le réintègre.
Je ne fais pas la liste de nos diverses incivilités. Une chose est certaine, c'est qu'à l'époque les lycées étaient bien moins fliqués et les sanctions disciplinaires cent fois plus rares qu'à présent où la moindre incartade engendre tout un cinéma quand elle ne fait pas en plus la une des journaux.

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Invité20 le Sam 2 Fév 2013 - 19:18

Il est vrai que j'ai vu aussi mon professeur de latin de Terminale sortir un camarade de la classe en le soulevant par le col de la chemise et en le bourrant de magistraux coups de pied au c***, sans qu'il y ait la moindre réaction parentale.

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par gelsomina31 le Sam 2 Fév 2013 - 19:19

@Volubilys a écrit:Non, mais sérieux, j'ai la trentaine, le même âge que vous, je suis donc passée au lycée à la même époque que vous, et mes souvenirs de lycée divergent fortement des vôtres. Vous étiez des anges entourés d'anges?
Spoiler:

J'ai le souvenir d'avoir été bavarde, distraite, d'avoir écrit sur les tables (je me rappelle d'avoir correspondu avec une élève d'une autre classe via message sur la table de la salle de philo... oui, à l'époque pas de téléphone portable ni de FB, nous communiquions comme nous pouvions...), j'ai envoyé toutes sortes d'objet à travers la classe (du message aux bouts de gomme en passant pas un livre), je dessinais, faisais des carré magique, des batailles navals avec mes voisins de table, des cadavre-exquis avec toute la classe...
En 6e, en HG le prof avait une blouse et notre jeu était de projeter de l'encre dans son dos avec nos stylos plume.
En 1ère, j'ai joué au pog pendant plusieurs cours d'HG. (bon, nous avons tellement chahuté ce prof, qu'il a arrêté de venir en décembre)
En term, j'ai fait cuire des pommes de terre sur un bec-benzène pendant un TP
En 2e, en maths, nous faisions des combats au sabre avec nos règles.
En 2e, une de mes amies a pété un câble et a jeté une chaise sur la prof de math avant de s'enfuir de la salle... et je me suis enfuie avec elle...
et les profs me considéraient comme une élève molle qui dormait en classe... ce qui n'était pas totalement faux non plus...

J'imagine vos têtes Razz
Non, moi je n'étais pas une fille sage... et encore j'étais bien pire en primaire. ( Par exemple, en CM1, lors d'une classe de neige, je suis sortie du centre d'hébergement en pleine nuit en passant par la fenêtre du dortoir du premier étage, pour rerentrer par le dortoir des garçon à l'étage du dessous suite à un pari...)
Quand je suis entrée à l'EN, je n'avais pas trop d'illusion sur les élèves et sur ce qu'ils pouvaient faire...

doublecasquette véto a écrit:
@Volubilys a écrit:Non, mais sérieux, j'ai la trentaine, le même âge que vous, je suis donc passée au lycée à la même époque que vous, et mes souvenirs de lycée divergent fortement des vôtres. Vous étiez des anges entourés d'anges?
Spoiler:

J'ai le souvenir d'avoir été bavarde, distraite, d'avoir écrit sur les tables (je me rappelle d'avoir correspondu avec une élève d'une autre classe via message sur la table de la salle de philo... oui, à l'époque pas de téléphone portable ni de FB, nous communiquions comme nous pouvions...), j'ai envoyé toutes sortes d'objet à travers la classe (du message aux bouts de gomme en passant pas un livre), je dessinais, faisais des carré magique, des batailles navals avec mes voisins de table, des cadavre-exquis avec toute la classe...
En 6e, en HG le prof avait une blouse et notre jeu était de projeter de l'encre dans son dos avec nos stylos plume.
En 1ère, j'ai joué au pog pendant plusieurs cours d'HG. (bon, nous avons tellement chahuté ce prof, qu'il a arrêté de venir en décembre)
En term, j'ai fait cuire des pommes de terre sur un bec-benzène pendant un TP
En 2e, en maths, nous faisions des combats au sabre avec nos règles.
En 2e, une de mes amies a pété un câble et a jeté une chaise sur la prof de math avant de s'enfuir de la salle... et je me suis enfuie avec elle...
et les profs me considéraient comme une élève molle qui dormait en classe... ce qui n'était pas totalement faux non plus...

J'imagine vos têtes Razz
Non, moi je n'étais pas une fille sage... et encore j'étais bien pire en primaire. ( Par exemple, en CM1, lors d'une classe de neige, je suis sortie du centre d'hébergement en pleine nuit en passant par la fenêtre du dortoir du premier étage, pour rerentrer par le dortoir des garçon à l'étage du dessous suite à un pari...)
Quand je suis entrée à l'EN, je n'avais pas trop d'illusion sur les élèves et sur ce qu'ils pouvaient faire...

J'ai le même type de souvenirs avec une scolarité secondaire de septembre 1969 à juin 1976 et ce avec une seule heure de colle, en couture, en Quatrième et une punition donnée par un pion en troisième (écrire six pages sur l'autodiscipline: mon introduction commençait par "L'autodiscipline est une utopie " ). Un de mes camarades, probablement professeur à présent, a été jusqu'à placer une bombe artisanale dans le sous-sol du lycée, bombe qui a violemment explosé. Ensuite, il a été exclus et on s'est mis en grève jusqu'à ce que l'administration cède et le réintègre.
Je ne fais pas la liste de nos diverses incivilités. Une chose est certaine, c'est qu'à l'époque les lycées étaient bien moins fliqués et les sanctions disciplinaires cent fois plus rares qu'à présent où la moindre incartade engendre tout un cinéma quand elle ne fait pas en plus la une des journaux.

Volubilys et DC Véto : Shocked Shocked Mais mais mais vous étiez de vraies terreurs!!!! Shocked Shocked
Moi, j'étais plutot l'élève sage et sérieuse et je n'appréciais pas mes camarades qui faisaient comme vous... Razz

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !

Salut et fraternité!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par dandelion le Sam 2 Fév 2013 - 19:21

Volubilys, jeune ou vieille la trentaine Smile ? Parce que moi avec ma vieille trentaine, je me souviens avoir joué quelques tours à mes enseignants mais la punition était gratinée: à l'époque les censeurs venaient dans les classes, poussaient une gueulante, punissaient, et mes parents me punissaient en plus sévérement, et surtout il y avait encore l'orientation en fin de cinquième (et des classes de niveau...). Du coup on était quand même triés et ile ne me serait jamais venu à l'idée d'insulter directement mes enseignants.
Mon père a un jour mis des pétards dans les toilettes des profs de son lycée privé pour voir sauter le curé avec sa soutane (à l'époque où les garçons avaient le droit de porter des robes): viré illico.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Invité20 le Sam 2 Fév 2013 - 19:29

Je ne sais pour Volubilys mais, à l'époque dont je parle, la différence avec à présent résidait dans le fait qu'à partir de la quatrième, les chahuteurs étaient en général par ailleurs de bons élèves, plus ou moins travailleurs selon leur humeur, mais vifs et intéressants pour les professeurs. Déjà, on savait tous lire, écrire, rédiger, compter et calculer avec aisance. D'où le fait que les chahuteurs en question étaient peu sanctionnés car entre deux chahuts, entre deux cours séchés, ils bossaient et faisaient vivre la classe par leurs interventions facétieuses mais souvent pertinentes.

Le fond de l'amphi, en physique-chimie, en Terminale, semait un bouzou pas possible mais c'était aussi là que se trouvaient les futurs élèves de prépa, avec leur 16 à 18 de moyenne imperturbable tout au long de l'année. Ce qui ne nous empêchait nullement de consommer des ananas au sirop puis de lâcher la boîte de conserve pour qu'elle descende progressivement les marches de l'amphi dans un vacarme qui provoquait des houles de fou-rire. yesyes

Invité20
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par llaima le Sam 2 Fév 2013 - 19:29

@Marcel Khrouchtchev a écrit:C'est le drame de l'EN selon certains: les profs sont souvent d'anciens bons élèves.

Pour mon cas je n’étais pas très bon élève, assez bon en sciences mais peu méthodique, intéressé en histoire-geo et un peu en français mais une catastrophe en langues étrangères (l'heure de colle de ma scolarité était en allemand et la raison était une note inférieure à la moyenne en contrôle de vocabulaire, chose que j'avais mal pris car si en allemand je ne faisais rien, je ne faisais rien de mal non plus, on n'entendait pas le son de ma voix ni en bien ni en mal). Avec 2 au bac d'anglais on ne peut pas trop me qualifier de bon élève, mes camarades non plus mais y avait personne qui venait mettre le bazar en classe sauf exceptions et c'était avec des profs un peu dépassés. Je fais peut-être partie de cette catégorie aujourd'hui mais d'après les échos de mes collègues (bon sauf pour ceux qui trouvent normal que les élèves parlent en permanence pendant les cours et ne trouvent pas ça "méchant") et des élèves la situation semble assez dramatique dans toutes les disciplines. On est peut-être tous à la ramasse mais ça touche aussi bien des jeunes profs plutôt cool comme moi et des plus expérimentés plus cadrans ou même des jeunes plutôt autoritaires.
Pour la maternelle c’est vrai que là où je voyais une grande rupture et un changement de nature entre la « maternelle » et l’élémentaire il y a apparemment une certaine continuité que je n’avais pas forcément perçu. Pour moi la maternelle a quand même un caractère particulier, à part même si selon ce qu’on entend par instruction on peut dire ou non que cette dernière est présente. Pour réconcilier tout le monde je dirai que l’éducation nationale a un double rôle : éducatif et instructif. Le premier domine en première partie de scolarité pour laisser place à plus d’instruction qui pour moi devrait être la seule partie qu’a à s’occuper un enseignant du secondaire !
De toute manière quel que soit le nom qu’on donne à ceux qui travaillent ou au lieu où ils travaillent je suis au côté des personnels de ces établissements qui ont un métier qui demande beaucoup de compétences et de responsabilité. Dans mes propos il n’a jamais été question de moins former ou de moins payer ceux qui y travaillent, c’était surtout pour redéfinir les missions de l’école dont la principale doit être pour moi l’instruction. Peut-être que mettre en dehors du champ de l’instruction publique la petite enfance n’est pas la solution je le reconnais, mais reconnaissons aussi le caractère spécifique de la maternelle qui n’est pas scolaire au sens stricte mais que l’on pourrait qualifier de préscolaire.

llaima
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Volubilys le Sam 2 Fév 2013 - 20:22

@dandelion a écrit:Volubilys, jeune ou vieille la trentaine Smile ? Parce que moi avec ma vieille trentaine, je me souviens avoir joué quelques tours à mes enseignants mais la punition était gratinée: à l'époque les censeurs venaient dans les classes, poussaient une gueulante, punissaient, et mes parents me punissaient en plus sévérement, et surtout il y avait encore l'orientation en fin de cinquième (et des classes de niveau...). Du coup on était quand même triés et ile ne me serait jamais venu à l'idée d'insulter directement mes enseignants.
Mon père a un jour mis des pétards dans les toilettes des profs de son lycée privé pour voir sauter le curé avec sa soutane (à l'époque où les garçons avaient le droit de porter des robes): viré illico.
Je suis une trentenaire du milieu.
L'art dans nos sottises était de ne pas se faire prendre. Razz et j'étais très forte pour planquer mes activités illicites.
Nous aussi nous étions triés : j'étais dans la classe ayant les meilleurs résultats de la section S dans le lycée ayant les meilleurs résultats au Bac du département.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par Milovan le Sam 2 Fév 2013 - 21:42

doublecasquette véto a écrit:
Un de mes camarades, probablement professeur à présent, a été jusqu'à placer une bombe artisanale dans le sous-sol du lycée, bombe qui a violemment explosé. Ensuite, il a été exclus et on s'est mis en grève jusqu'à ce que l'administration cède et le réintègre.

Shocked
C'est assez surprenant...
Le caractère aveugle d'une sanction a au moins le mérite de la rendre incontournable. L'administration n'aurait peut-être pas dû céder. Et c'est un prof pourtant un peu trop indulgent qui écrit ces mots. Cela dit, c'est un autre sujet...

Milovan
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sandrine Mazetier veut changer le nom de l'école maternelle

Message par dandelion le Sam 2 Fév 2013 - 22:25

@Milovan a écrit:
doublecasquette véto a écrit:
Un de mes camarades, probablement professeur à présent, a été jusqu'à placer une bombe artisanale dans le sous-sol du lycée, bombe qui a violemment explosé. Ensuite, il a été exclus et on s'est mis en grève jusqu'à ce que l'administration cède et le réintègre.

Shocked
C'est assez surprenant...
Le caractère aveugle d'une sanction a au moins le mérite de la rendre incontournable. L'administration n'aurait peut-être pas dû céder. Et c'est un prof pourtant un peu trop indulgent qui écrit ces mots. Cela dit, c'est un autre sujet...
DC a fait ses études secondaire de 1969 à 1976. Ceci explique peut-être cela.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum