Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Will.T
Prophète

Snes - Lycée : Le point sur les programmes et épreuves de Physique-Chimie (Février 2013)

par Will.T le Ven 15 Fév 2013, 09:19
article entier ici

Problèmes liés à l’écrit

Liaison première – terminale
En raison d’un calendrier très serré, les enseignants de première en 2011-2012 n’avaient pas connaissance du programme de TS lorsqu’ils ont conçu leur progression. L’abondance des contenus au regard de l’horaire imparti (30% de moins que les années précédentes) a amené chacun à des choix qui ne se sont pas toujours révélés comme les plus pertinents au vu du programme de terminale. Bacs blancs en français et histoire géographie, TPE, sorties… on perd facilement une semaine de cours en 1ère S où, rappelons-le, l’horaire « normal » n’est que de 3h-élèves, réparties, selon les établissements, en 1h de cours et 2h de TP ou 1h30 de cours et autant de TP. Par exemple, certains élèves n’ont jamais entendu parler de conductivité et sont démunis pour aborder un titrage conductimétrique en TS alors que d’autres ont rencontré la notion comme illustration de la dissolution des solides ioniques en 1ère S…Beaucoup d’enseignants ont revu leur progression de 1ère pour l’année 2012-2013, et insistent à présent davantage sur ce qui sera réinvesti en terminale mais… est-il normal de se voir contraint d’opérer des « choix » dans un programme, voire de sortir quelque peu des limites du programme pour gagner du temps l’année suivante, même avec l’accord tacite des IPR ?!

Pratiquer des démarches scientifiques
Mettre en recherche les élèves et ne pas pouvoir aller au bout ne fait que susciter de l’insécurité chez les élèves et les enseignants qui ont l’impression de ne remplir qu’à moitié leur mission. Pire, ils constatent que le manque de temps pour pratiquer ces nouvelles démarches qui ne sont pas aussi familières aux élèves qu’on le dit accroit les inégalités : ceux qui parviennent à terminer une telle activité dans le temps imparti sont ceux qui ont la possibilité de discuter à l’extérieur de la question posée, d’effectuer des recherches, d’émettre des hypothèses, souvent en se faisant aider. Beaucoup d’élèves ne trouvent pas de plaisir dans ces activités pour eux inachevées car la frustration l’emporte sur la curiosité qu’il s’agissait pourtant d’éveiller.

Précisions sur les contenus
En terminale, si l’apparition de la physique et de la chimie « moderne » avait été appréciée, les collègues sont désemparés lorsqu’il s’agit de concevoir des séquences : l’organisation de demi journées académiques de formation, parfois en collaboration avec des laboratoires de recherches ou des associations, a été profitable à la réactualisation des connaissances, mais les intervenants, souvent chercheurs issus du supérieur, n’ont pas répondu à la question cruciale de l’enseignant « à quel niveau traiter le chapitre pour le bac et quels contenus y mettre ? ».Comme il avait été signalé lors de la consultation sur les programmes, au moment de la mise en œuvre du programme, l’enseignant s’interroge sur le sens à donner aux différents niveaux de détail dans la rédaction du document. Par exemple, on comprend qu’il y ait toute liberté pédagogique pour la présentation de la mécanique et que ces paragraphes soient peu détaillés, mais il est curieux de se voir imposer, dans un domaine tout aussi classique, le TP « suivi cinétique par CCM ».De façon générale, les contenus explicités par le programme ne sont pas à la hauteur des attentes des enseignants qui estiment que les aspects qualitatifs des phénomènes tiennent une place trop importante. Que la modélisation mathématique qui semble quasiment absente fasse partie de l’implicite est possible, mais dans ce cas, les enseignants n’ont pas le moyen de savoir jusqu’à quelle point elle doit être développée.
avatar
Ronub
Niveau 9

Re: Snes - Lycée : Le point sur les programmes et épreuves de Physique-Chimie (Février 2013)

par Ronub le Lun 18 Fév 2013, 22:39
Initiative intéressante. Je crois que les programmes ont été a dessein mal conçus (cf la mécanique en TS alors que les élèves n'en ont pas fait ou très peu en seconde et première) pour saboter notre outil de travail et nous atteindre au moral. Nous ne devons pas nous laisser faire par rapport au tournant qu'on veut nous faire prendre avec les études de textes and so on, qui dénaturent notre métier de prof de phys chim et les connaissances qui se rapportent à notre discipline.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum