Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Jeu 4 Juin 2015 - 8:54
Parce que là, on va vers une école "supermarché" qui est aussi une école très injuste, à plusieurs vitesses...
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Ronin le Jeu 4 Juin 2015 - 9:01
Encore une fois d'accord avec toi avec certains collègues qui camouflent la vérité ( avec le poids des IEN derrière, il faut s'en souvenir ) et les demandes de PAI au collège, j'ai ça à longueur d'année.

_________________
Blablatrice occasionnelle
Niveau 6

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Blablatrice occasionnelle le Jeu 4 Juin 2015 - 15:52
Alice, concernant le fait de devancer les apprentissages scolaires pour les enfants en avance, c'est un peu HS, on en a parlé sur mon fil sur le saut de classe à la demande des parents. Quelqu'un avait très justement remarqué que le CP était la classe la plus facile à adapter, il suffisait de donner un bouquin au gamin et de le laisser dans un coin. Je pense que ça marche assez bien jusqu'en CE2 inclus, le problème se pose pour moi entre CM1 et 3e, et je refuse de faire de la rétention d'apprentissages aussi longtemps. Donc je passe outre, sans non plus devancer pour devancer, j'essaie d'éviter d'empiéter quand c'est possible et faire autre chose. Cela n'empêche pas mes enfants d'avoir un rapport sain à l'école, et j'ai l'impression que c'est aussi le cas d'autres enfants dont les parents font comme moi. Bref, pour moi le problème est ailleurs.

Concernant les dys, je n'ai pas très envie de donner en exemple le cas d'un de mes gamins parce que vrai ou faux dys, il compense vraiment très bien, je vais plutôt donner celui de deux de ses camarades. Aucun n'est dyslexique, désolée, je n'en connais pas de près.

Une petite fille dyspraxique d'excellent niveau, littéraire, diagnostiquée au CM1, après des années de bisbilles avec l'école. Comportement problématique en classe. La maîtresse qui refusait les aménagements finit par accepter l'ordinateur à reculons mais continue à pénaliser la gamine en géométrie (une DVC très forte, la gamine est incapable de voir une figure géométrique, et encore moins de la dessiner). Le comportement en classe ne s'améliore pas, les parents soutiennent l'enfant, s'opposant ouvertement à l'enseignant, finissent par déscolariser à mi-temps. En dehors du carde scolaire, pas de problème de comportement majeur. Aujourd'hui dans un collège public on ne peut plus chic, pas de rééducations en cours depuis la fin du primaire (pour une DVC c'est limité, on préconise de contourner), notes en dents de scie, bisbilles à n'en plus finir au sujet de la gestion de l'ordinateur et des photocopies, et de la notation adaptée. Parents braqués: leur position n'est peut-être pas optimale, mais elle est compréhensible...

Toujours au CM1, un gamin adooooorable, ni bête ni futé, mais très lent. Pas de diagnostic, pas d'aménagements, pas de rééducations en cours. La maman dépassée se ruine en bilans, et ça traine. Elle ne râle pas, pas le genre, le gamin non plus, mais on voit bien qu'il souffre... Faut-il vraiment attendre pour réduire un peu le volume de l'écrit qu'on lui impose?
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Ronin le Jeu 4 Juin 2015 - 16:05
La question est plus complexe que ce que tu décris. Ou plus exactement, les réponses à apporter sont très variées.

_________________
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Jeu 4 Juin 2015 - 17:07
A partir du moment où l'enfant en est au point d'avoir un ordinateur, je pense qu'il vaudrait mieux créer des classes spécifiques quand même. Mais ça rejoint le fil sur l'AVS frappée, actuellement la politique du moindre coût entraîne la fermeture de toutes les classes/structures spécifiques.

C'est dommage parce que si pour ma part je ne m'intéressais pas particulièrement à l'origine aux enfants aux difficultés j'y ai trouvé beaucoup d'intérêt finalement (et je me rends compte que si j'ai un charisme de carpette en situation d'enseignement, je suis de plus en plus à l'aise dans mon métier en dépit de mes soucis financiers), mais je me sens parfois démunie en voyant à quel point on a peu à leur proposer. Je discutais ce matin à l'arrêt de bus avec la psy sco du secteur (heureusement que je la croise car son répondeur explose!)d'un petit qui est un vrai dys, et c'est très compliqué : il est largué à l'école, mais trop intelligent entre guillemets pour une CLIS...

Les aménagements... Mon aîné a bien plus galéré en langues que n°2. En 6ème j'ai vu réapparaître des confusions sourdes/sonores en particulier en allemand : t/d, f/v (ben oui, le v se prononce f en allemand...) Tous les enfants ne sont pas à égalité. Et je connais une petite qui au départ était probablement une vraie dys qui a recommencé à faire des confusions sourdes/sonores en bilangue en 6ème. Eh bien même si c'est injuste, c'est à l'enfant de faire les efforts, de retravailler la distinction jusqu'à ce que ça rentre, c'est comme ça. La minette avait une mère très impliquée qui a ressorti les fiches de l'ancienne ortho et ça a cédé, moi je lui ai dit que je ne pouvais pas prendre sa fille car elle était au top dans mes tests. Mais je ne pense pas qu'on puisse demander aux profs de prendre ça en compte... Ils ont autre chose à faire et ne peuvent pas grand chose. A moins d'accepter d'avoir à terme des animateurs corvéables à merci (quoique c'est un peu ce que cherche à faire la réforme du collège). Mais sérieusement, ce n'est pas souhaitable.
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Ronin le Jeu 4 Juin 2015 - 17:54
Quand je vois une demande d'aménagements au bac pour enfants handicapés mentaux, je ris jaune. Parce qu'un enfant réellement handicapé mental, il ne peut dépasser le cycle 3, ou alors il y a un problème de définition du handicap.

_________________
avatar
maikreeeesse
Neoprof expérimenté

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par maikreeeesse le Jeu 4 Juin 2015 - 19:40
@Aliceinwonderland a écrit:
@maikreeeesse a écrit:
@Aliceinwonderland a écrit:Il est impossible de diagnostiquer dès le CP à cause des fameux 18 mois d'écart. Un parent qui dit que son enfant a été diagnostiqué dès le CP, soit ment, soit a mal compris, soit est tombé sur quelqu'un de peu professionnel.On peut seulement avoir une suspicion.
le dépistage tardif me gêne beaucoup car faire la différence entre un vrai et un faux devient très très délicat, c'est le moins qu'on puisse dire.

J'ai remonté le fil mais je n'ai pas trouvé l'explication de ces 18 mois d'écart. ( Je m'excuse par avance si tu l'as déjà expliqué). Je suis curieuse : pourrais-tu m'expliquer rapidement ? Quand des parents d'enfants de maternelle inquiets présentent leur enfant comme des dys, je leur ai toujours dit qu'on ne pouvait rien "voir" avant le CP. J'ai tort ? Que leur répondre pour être plus juste ?

Voilà, Ronin m'a devancée et a parfaitement expliqué.

Merci Ronin et Alicewonderland.
Blablatrice occasionnelle
Niveau 6

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Blablatrice occasionnelle le Ven 5 Juin 2015 - 3:47
@Aliceinwonderland a écrit:A partir du moment où l'enfant en est au point d'avoir un ordinateur, je pense qu'il vaudrait mieux créer des classes spécifiques quand même. Mais ça rejoint le fil sur l'AVS frappée, actuellement la politique du moindre coût entraîne la fermeture de toutes les classes/structures spécifiques.
Je suis souvent d'accord avec toi mais là c'est complètement ridicule! Dans les cas des dys localisés (et particulièrement dans le cas ci-dessus) il s'agit de gamins tout à fait capables de suivre ne scolarité légèrement aménagée (voire d'y briller). Une structure spécifique, c'est un zoo, je n'ose imaginer le niveau, sans parler de l'explosion des coûts.

Je suis pour une certaine hétérogénéité (au sens de diversité) dans les classes, sans excès. Si vraiment on voulait faire des classes un peu plus homogènes (ce qui serait probablement souhaitable mais n'arrivera manifestement jamais), la fille dont je parlais aurait bien davantage sa place dans un (bon) collège que les 20% ou plus de décrocheurs. Ce n'est quand même pas ingérable, un ordinateur...

Quant à la notion de handicap, euh, savoir manier rapidement un ordinateur et taper vite sera probablement demain un avantage autrement plus important que l'excellence en calligraphie. Là aussi, les priorités scolaires mériteraient d'être un peu revues.
@Aliceinwonderland a écrit:C'est dommage parce que si pour ma part je ne m'intéressais pas particulièrement à l'origine aux enfants aux difficultés j'y ai trouvé beaucoup d'intérêt finalement (et je me rends compte que si j'ai un charisme de carpette en situation d'enseignement, je suis de plus en plus à l'aise dans mon métier en dépit de mes soucis financiers), mais je me sens parfois démunie en voyant à quel point on a peu à leur proposer. Je discutais ce matin à l'arrêt de bus avec la psy sco du secteur (heureusement que je la croise car son répondeur explose!)d'un petit qui est un vrai dys, et c'est très compliqué : il est largué à l'école, mais trop intelligent entre guillemets pour une CLIS...
Mais enfin, un dys n'a aucune raison d'être bête! Sinon je suis d'accord, les difficultés c'est intéressant.
@Aliceinwonderland a écrit:Les aménagements... Mon aîné a bien plus galéré en langues que n°2. En 6ème j'ai vu réapparaître des confusions sourdes/sonores en particulier en allemand : t/d, f/v (ben oui, le v se prononce f en allemand...) Tous les enfants ne sont pas à égalité. Et je connais une petite qui au départ était probablement une vraie dys qui a recommencé à faire des confusions sourdes/sonores en bilangue en 6ème. Eh bien même si c'est injuste, c'est à l'enfant de faire les efforts, de retravailler la distinction jusqu'à ce que ça rentre, c'est comme ça. La minette avait une mère très impliquée qui a ressorti les fiches de l'ancienne ortho et ça a cédé, moi je lui ai dit que je ne pouvais pas prendre sa fille car elle était au top dans mes tests. Mais je ne pense pas qu'on puisse demander aux profs de prendre ça en compte... Ils ont autre chose à faire et ne peuvent pas grand chose. A moins d'accepter d'avoir à terme des animateurs corvéables à merci (quoique c'est un peu ce que cherche à faire la réforme du collège). Mais sérieusement, ce n'est pas souhaitable.
Là, entièrement d'accord, en cas de dys léger je pense que c'est la meilleure solution: ne rien aménager à l'école et reprendre les difficultés à la maison. C'est le cas chez nous d'ailleurs.

Mais ce n'est pas toujours possible.
Blablatrice occasionnelle
Niveau 6

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Blablatrice occasionnelle le Ven 5 Juin 2015 - 3:48
@Ronin a écrit:Quand je vois une demande d'aménagements au bac pour enfants handicapés mentaux, je ris jaune. Parce qu'un enfant réellement handicapé mental, il ne peut dépasser le cycle 3, ou alors il y a un problème de définition du handicap.
C'était évidemment sarcastique. Mais c'est un peu la tendance actuelle...
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Thalia de G le Ven 5 Juin 2015 - 3:58
@Blablatrice occasionnelle a écrit:
@Aliceinwonderland a écrit:A partir du moment où l'enfant en est au point d'avoir un ordinateur, je pense qu'il vaudrait mieux créer des classes spécifiques quand même. Mais ça rejoint le fil sur l'AVS frappée, actuellement la politique du moindre coût entraîne la fermeture de toutes les classes/structures spécifiques.
Je suis souvent d'accord avec toi mais là c'est complètement ridicule ! Dans les cas des dys localisés (et particulièrement dans le cas ci-dessus) il s'agit de gamins tout à fait capables de suivre ne scolarité légèrement aménagée (voire d'y briller). Une structure spécifique, c'est un zoo, je n'ose imaginer le niveau, sans parler de l'explosion des coûts.

Je suis pour une certaine hétérogénéité (au sens de diversité) dans les classes, sans excès. Si vraiment on voulait faire des classes un peu plus homogènes (ce qui serait probablement souhaitable mais n'arrivera manifestement jamais), la fille dont je parlais aurait bien davantage sa place dans un (bon) collège que les 20% ou plus de décrocheurs. Ce n'est quand même pas ingérable, un ordinateur...

Quant à la notion de handicap, euh, savoir manier rapidement un ordinateur et taper vite sera probablement demain un avantage autrement plus important que l'excellence en calligraphie. Là aussi, les priorités scolaires mériteraient d'être un peu revues.
Sympa ! Suspect Qu'est-ce qui vous autorise à porter des jugements aussi péremptoires ? Ou plutôt en quoi êtes-vous légitime ?

Bref, je retourne me coucher.
avatar
Fires of Pompeii
Grand Maître

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Fires of Pompeii le Ven 5 Juin 2015 - 6:07
Blablatrice a écrit:Quant à la notion de handicap, euh, savoir manier rapidement un ordinateur et taper vite sera probablement demain un avantage autrement plus important que l'excellence en calligraphie. Là aussi, les priorités scolaires mériteraient d'être un peu revues.

Je me permets de m'attarder sur ceci, même si je dévie un peu du sujet : l'école justement doit être le garant des savoirs et des "compétences" (savoir écrire) que les élèves n'auront pas forcément l'occasion de travailler ou pratiquer ailleurs, car ils sont déjà immergés dans le monde des ordinateurs et finiront par les maîtriser d'eux-mêmes (et l'apprennent même en techno je pense.. si qqn peut m'éclairer?).

Non, les priorités scolaires ne devraient pas être revues. Savoir écrire se perd. L'école doit être un garde-fou et n'a pas vocation a préparer la vie professionnelle mais à instruire l'esprit. C'est pour ça qu'on y enseigne plein de choses qui ne paraissent pas immédiatement utiles (mais qui ont de l'intérêt quand même). Au passage, il me semble que le geste d'écriture permet d'établir des connexions dans le cerveau que la dactylographie ne permet pas de faire.

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Ven 5 Juin 2015 - 7:19
@Blablatrice occasionnelle a écrit:
@Aliceinwonderland a écrit:A partir du moment où l'enfant en est au point d'avoir un ordinateur, je pense qu'il vaudrait mieux créer des classes spécifiques quand même. Mais ça rejoint le fil sur l'AVS frappée, actuellement la politique du moindre coût entraîne la fermeture de toutes les classes/structures spécifiques.
Je suis souvent d'accord avec toi mais là c'est complètement ridicule! Dans les cas des dys localisés (et particulièrement dans le cas ci-dessus) il s'agit de gamins tout à fait capables de suivre ne scolarité légèrement aménagée (voire d'y briller). Une structure spécifique, c'est un zoo, je n'ose imaginer le niveau, sans parler de l'explosion des coûts.

Je suis pour une certaine hétérogénéité (au sens de diversité) dans les classes, sans excès. Si vraiment on voulait faire des classes un peu plus homogènes (ce qui serait probablement souhaitable mais n'arrivera manifestement jamais), la fille dont je parlais aurait bien davantage sa place dans un (bon) collège que les 20% ou plus de décrocheurs. Ce n'est quand même pas ingérable, un ordinateur...

Quant à la notion de handicap, euh, savoir manier rapidement un ordinateur et taper vite sera probablement demain un avantage autrement plus important que l'excellence en calligraphie. Là aussi, les priorités scolaires mériteraient d'être un peu revues.
@Aliceinwonderland a écrit:C'est dommage parce que si pour ma part je ne m'intéressais pas particulièrement à l'origine aux enfants aux difficultés j'y ai trouvé beaucoup d'intérêt finalement (et je me rends compte que si j'ai un charisme de carpette en situation d'enseignement, je suis de plus en plus à l'aise dans mon métier en dépit de mes soucis financiers), mais je me sens parfois démunie en voyant à quel point on a peu à leur proposer. Je discutais ce matin à l'arrêt de bus avec la psy sco du secteur (heureusement que je la croise car son répondeur explose!)d'un petit qui est un vrai dys, et c'est très compliqué : il est largué à l'école, mais trop intelligent entre guillemets pour une CLIS...
Mais enfin, un dys n'a aucune raison d'être bête! Sinon je suis d'accord, les difficultés c'est intéressant.
@Aliceinwonderland a écrit:Les aménagements... Mon aîné a bien plus galéré en langues que n°2. En 6ème j'ai vu réapparaître des confusions sourdes/sonores en particulier en allemand : t/d, f/v (ben oui, le v se prononce f en allemand...) Tous les enfants ne sont pas à égalité. Et je connais une petite qui au départ était probablement une vraie dys qui a recommencé à faire des confusions sourdes/sonores en bilangue en 6ème. Eh bien même si c'est injuste, c'est à l'enfant de faire les efforts, de retravailler la distinction jusqu'à ce que ça rentre, c'est comme ça. La minette avait une mère très impliquée qui a ressorti les fiches de l'ancienne ortho et ça a cédé, moi je lui ai dit que je ne pouvais pas prendre sa fille car elle était au top dans mes tests. Mais je ne pense pas qu'on puisse demander aux profs de prendre ça en compte... Ils ont autre chose à faire et ne peuvent pas grand chose. A moins d'accepter d'avoir à terme des animateurs corvéables à merci (quoique c'est un peu ce que cherche à faire la réforme du collège). Mais sérieusement, ce n'est pas souhaitable.
Là, entièrement d'accord, en cas de dys léger je pense que c'est la meilleure solution: ne rien aménager à l'école et reprendre les difficultés à la maison. C'est le cas chez nous d'ailleurs.

Mais ce n'est pas toujours possible.

Mais en même temps si on suit les critères actuels mon fils (ou la petite dont je parlais) ne sont pas considérés comme dys en définitive. Quand ils ont passé des tests ils étaient au dessus du percentile 95 en dictée tous les deux. Aucune chance d'avoir un diag ! Même si ma maître de stage tiquait quand je lui avais décrit ses soucis en CP ("mais tu es sûre qu'il est pas dys?!")...

C'est justement parce que des ados apprenaient tard qu'en fait ils ne l'étaient pas (car revenus dans la norme) qu'on a instauré des critères stricts ; mais le problème c'est que finalement ces critères en déviations standard amènent à poser des diag pour des enfants qui sont tout simplement passés sans avoir le niveau...

Actuellement pour qu'un enfant ait un diagnostic posé il faut qu'il soit à au moins 18 mois d'écart avec sa classe d'âge ; pour ma part j'ai souvent des enfants qui se situent entre  -2 et -4 voire même 5 (!) ET. J'aime mieux te dire que là question adaptation on demande l'impossible aux enseignants.

Concernant l'ordinateur, j'avais lu récemment une étude (mais où?) sur le fait que justement un étudiant qui prend des notes sur un ordi retiendra beaucoup moins bien les informations qu'un étudiant qui écrit manuellement. Après je ne sais pas, si la petite est si brillante que cela, il vaut mieux peut-être la maintenir dans le système normal, je ne sais pas . Pour ma part tous les enfants que je connais qui possédaient un ordi se situaient vraiment très très bas en déviations standard, mais il n'en est peut-être rien pour elle.
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Ven 5 Juin 2015 - 7:24
Concernant l'enfant "trop intelligent" pour la CLIS, c'est simplement qu'ayant encore des difficultés à transcrire des sons (sourdes sonores et graphies complexes) il n'écrit pas phonétiquement donc c'est chaud pour un CM1 (et il n'a pas une lecture fluide non plus). En CLIS il serait moins largué car ils revoient tous les sons ; mais il serait avec des cas (QI limite ou inférieur à la norme, troubles du comportement). Donc CQFD il faudrait une classe spéciale pour ce type d'enfants.
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Nasopi le Ven 5 Juin 2015 - 10:52
@Blablatrice occasionnelle a écrit:Une structure spécifique, c'est un zoo, je n'ose imaginer le niveau, sans parler de l'explosion des coûts.

Sympa pour les enfants qui sont dans des structures spécifiques...

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Ronin le Ven 5 Juin 2015 - 10:56
Je crois que blablatrice connaît en fait très mal ce qui existe, le fonctionnement des différents services et structures et demande des choses qui existent déjà ou au contraire des choses infaisables.

_________________
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Ven 5 Juin 2015 - 12:24
Je regrette vraiment de ne pas avoir insisté pour un ado qui aurait pu être orienté en SEGPA (pas osé contredire l'hôpital), ce n'est pas du tout une classe zoo, je connais des enfants qui y sont et je pense qu'on s'est très bien occupé d'eux. La fin  des SEGPA en 6ème c'est très dommage (si avéré).
Ce que je vois, c'est que cet ado a au contraire végété au collège classique.

Alors que mon petit patient orienté en CLIS progresse depuis qu'il y est, sa mère est contente car tout se passe mieux (notes, comportement), et il apprend à lire, certes lentement mais sûrement.

Pour l'enfant dont je parlais, il s'agit d'un enfant préma, avec déficit de la mémoire de travail et retard de langage (lexique très réduit en expression) au départ. Et le milieu n'est pas très aidant (même si maintenant les parents ont compris qu'il fallait venir régulièrement, il a pâti d'une prise en charge en pointillés au début ; et sans l'intervention de la maîtresse que je connais, je ne sais pas si j'aurais eu le courage de le reprendre car ils m'en ont posé des lapins au début...) Je pense que pour le coup c'est un vrai dys (mais peut-on parler de dys pour des enfants comme le mien qui ont certes eu du mal à entrer dans la combinatoire et confondait les lettres, mais avait une excellente mémoire et un lexique très riche et qui récupèrent complètement au final ? je rappelle que la dyslexie est un trouble grave et durable, et ta vision d'une dyslexie légère, affectant des enfants brillants, me laisse très perplexe Blablatrice - je ne connais pas d'enfants diagnostiqués dys  "brillants") et oui, je persiste, il faudrait une structure adaptée. La psy sco me disait que du coup il faudrait faire un bilan psy si je le pense dys (je lui disais que j'avais fait un dossier pour le centre référent)  ; mais bien sûr qu'en fait, même si il faut le bilan psy, je sais qu'il sera normal (ou subnormal vu sa mémoire) mais je lui ai fait passer un  test de compréhension très fiable et je sais que ce n'est pas une question d'intelligence. Il n'empêche que s'il passe en CM1 il va végéter.
J'ajoute, concernant cet enfant je me suis moi-même remise en cause ; au début je mettais les difficultés uniquement sur le compte de la prise en charge en pointillés et du milieu, et la maîtresse aussi, puis j'ai changé d'avis et la maîtresse m'a dit qu'elle aussi, car le petit frère et la petite sœur fonctionnent très bien et n'ont pas du tout ces difficultés (même si on aurait quand même avancé plus vite si il était venu plus régulièrement).
Invité
Invité

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Invité le Ven 5 Juin 2015 - 13:43
@Aliceinwonderland a écrit: je ne connais pas d'enfants diagnostiqués dys  "brillants")

Ce petit morceau de phrase me fait réfléchir. La première fois que j'ai eu une élève diagnostiquée dyslexique, c'était une élève "brillante" : félicitations du conseil de classe, grande culture... Mais elle était lente, notamment pour écrire, et sa mère avait fait en sorte qu'on lui laisse un tiers temps pour les rédactions, les DS. On devait aussi se dépêcher pour la trace écrite au tableau. Le seul point mis en avant était sa lenteur pour écrire. Elle n'avait aucun AVS et on ne lui faisait pas des dictées à trou. Elle avait les mêmes consignes que les autres élèves mais avec du temps en plus.
On était en 2005-2006.

Deux ans plus tard (2007-2008), dans un autre collège, j'ai eu un élève diagnostiqué dys. Rien à voir. Quand il voyait son AVS, il lui disait "Ecris, toi !" On ne savait pas s'il était dys mais c'était un vrai fainéant et aussi un élève perturbateur. Son AVS le supportait difficilement et avant la 6e, je ne sais même pas s'il avait vu une orthophoniste.

En 2008-2009, j'ai eu deux élèves suivis par une AVS mais pour d'autres problèmes que la dyslexie.

Et puis depuis 2010, j'ai chaque année des élèves dyslexiques, de plus en plus nombreux. Je vois de plus en plus de PAI circuler, de plus en plus d'AVS dans les couloirs du collège. Je me demande si ça n'est pas en train de s'étendre...
Parce qu'avant 2005, je n'ai pas le souvenir d'avoir eu des élèves dyslexiques, ou si j'en ai eu, je ne l'ai pas su.
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Ven 5 Juin 2015 - 13:50
C'est très étrange ce que tu décris parce que normalement pour qu'il y ait au moins 18 mois d'écart en classe d'âge la vitesse seule ne sera pas prise en compte : l'enfant aura une orthographe en-dessous de la norme, il fera des fautes en lisant (paralexies). Aurait-elle eu le diagnostic en hôpital? Pas sûr.

C'est sûr que le terme a été galvaudé. Ce matin je vois une patiente adulte pour une patho neuro ; elle m'explique que sa fille, en terminale est dys. Elle me décrit effectivement une enfant très lente au départ, qui confondait les b/d, les sourdes sonores et qui a été suivie tôt ; elle me dit que c'est une très bonne élève,elle s'est montrée brillante au brevet, au bac français ; elle a toujours refusé du temps en plus ou des aménagements, elle fait même du grec, les profs l'adorent etc.

Bon en clair elle irait à l'hôpital, on lui dirait qu'elle n'est pas dys... Elle a eu du mal au départ mais a été bien prise en charge et se situe probablement bien au-dessus de la norme. Mais elle et sa mère (et sa famille) la considèrent toujours comme dys...
Invité
Invité

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Invité le Ven 5 Juin 2015 - 13:59
Elle était en 5e. Mais je me souviens qu'elle lisait, qu'elle était fan de mangas (c'était une année où Naruto était très à la mode) et qu'elle faisait peu de fautes d'orthographe. En revanche, c'est vrai qu'elle était lente.
avatar
Nita
Empereur

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Nita le Ven 5 Juin 2015 - 14:12
@Blablatrice occasionnelle a écrit:Une structure spécifique, c'est un zoo, je n'ose imaginer le niveau, sans parler de l'explosion des coûts.

Cette phrase est proprement scandaleuse.
On voit là quelle est votre opinion sur les enfants différents - et ce que vous connaissez des classes spécifiques.
Et pour ce qui est de l'explosion des coûts, ce serait tout à l'honneur de la France d'investir de l'argent en masse pour l'accueil des enfants différents (et des personnes âgées, mais c'est un autre débat).[/quote]

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
belote
Niveau 10

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par belote le Ven 5 Juin 2015 - 14:22
@Nita a écrit:
@Blablatrice occasionnelle a écrit:Une structure spécifique, c'est un zoo, je n'ose imaginer le niveau, sans parler de l'explosion des coûts.

Cette phrase est proprement scandaleuse.
On voit là quelle est votre opinion sur les enfants différents - et ce que vous connaissez des classes spécifiques.
Et pour ce qui est de l'explosion des coûts, ce serait tout à l'honneur de la France d'investir de l'argent en masse pour l'accueil des enfants différents (et des personnes âgées, mais c'est un autre débat).

Je suis tout à fait d'accord avec toi, Nita. J'ai croisé en début d'année une ancienne élève. Orientée en SEGPA après une année de 6e TRES difficile en classe classique, elle a pu s'épanouir et progresser à son rythme. Elle est aujourd'hui en première BAC Pro et espère décrocher son BEP à la fin du mois. Sans la structure spécifique qu'est la SEGPA, jamais elle n'aurait pu se réconcilier avec l'école. Quand on voit la souffrance qu'elle ressentait à l'époque et la joie qu'elle a aujourd'hui d'aller au lycée, j'en conclus que peu importe les moyens mis, nous avons avons réussi notre mission d'enseignant. Elle a renoué avec l'école et a réussi à la hauteur de ses capacités. Pour moi, cela a autant, voire plus de valeur, qu'un excellent élève qui intègre logiquement une prépa après un parcours sans faute (et donc moins cher pour le contribuable...).
Invité
Invité

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Invité le Ven 5 Juin 2015 - 14:28
Il y aurait beaucoup à dire sur ce point aussi. Je me souviens d'un élève de 6e charmant, poli, bien élevé, qui levait tout le temps la main, ne bavardait pas, mais qui avait de grosses difficultés. En gros, 7-8 de moyenne générale et les encouragements à chaque conseil de classe, à l'unanimité.
Mais on n'a pas réussi à l'orienter en SEGPA (fermeture des SEGPA). On a proposé à sa famille une classe ULIS en REP + avec plus de temps dans les transports...
Il est donc resté dans les classes classiques et c'était assez révoltant.
Blablatrice occasionnelle
Niveau 6

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Blablatrice occasionnelle le Ven 5 Juin 2015 - 14:53
@Thalia de G a écrit:Sympa ! Suspect Qu'est-ce qui vous autorise à porter des jugements aussi péremptoires ? Ou plutôt en quoi êtes-vous légitime ?
En rien. Je suis rarement sûre de moi, entre les difficultés d'évaluation des principes éducatifs et le manque de recul. Mais la gamine en question n'a certainement pas sa place en école spécialisée, c'est une évidence.
@Fires of Pompeii a écrit:
Blablatrice a écrit:Quant à la notion de handicap, euh, savoir manier rapidement un ordinateur et taper vite sera probablement demain un avantage autrement plus important que l'excellence en calligraphie. Là aussi, les priorités scolaires mériteraient d'être un peu revues.
Je me permets de m'attarder sur ceci, même si je dévie un peu du sujet : l'école justement doit être le garant des savoirs et des "compétences" (savoir écrire) que les élèves n'auront pas forcément l'occasion de travailler ou pratiquer ailleurs, car ils sont déjà immergés dans le monde des ordinateurs et finiront par les maîtriser d'eux-mêmes (et l'apprennent même en techno je pense.. si qqn peut m'éclairer?).

Non, les priorités scolaires ne devraient pas être revues. Savoir écrire se perd. L'école doit être un garde-fou et n'a pas vocation a préparer la vie professionnelle mais à instruire l'esprit. C'est pour ça qu'on y enseigne plein de choses qui ne paraissent pas immédiatement utiles (mais qui ont de l'intérêt quand même). Au passage, il me semble que le geste d'écriture permet d'établir des connexions dans le cerveau que la dactylographie ne permet pas de faire.
On peut instruire l'esprit avec l'aide d'un clavier, ce sont des problématiques partiellement disjointes. Nombre de pays par exemple ont abandonné l'apprentissage de la cursive, je ne sais évidemment pas quelles sont les retombées à long terme, ça se discute.

Quant à la technologie, la maigre expérience que j'ai de cet enseignement à travers un de mes enfants me donne à penser qu'il doit être très sérieusement revu...
@Aliceinwonderland a écrit:
Mais en même temps si on suit les critères actuels mon fils (ou la petite dont je parlais) ne sont pas considérés comme dys en définitive. Quand ils ont passé des tests ils étaient au dessus du percentile 95 en dictée tous les deux. Aucune chance d'avoir un diag ! Même si ma maître de stage tiquait quand je lui avais décrit ses soucis en CP ("mais tu es sûre qu'il est pas dys?!")...

C'est justement parce que des ados apprenaient tard qu'en fait ils ne l'étaient pas (car revenus dans la norme) qu'on a instauré des critères stricts ; mais le problème c'est que finalement ces critères en déviations standard amènent à poser des diag pour des enfants qui sont tout simplement passés sans avoir le niveau...

Actuellement pour qu'un enfant ait un diagnostic posé il faut qu'il soit à au moins 18 mois d'écart avec sa classe d'âge ; pour ma part j'ai souvent des enfants qui se situent entre  -2 et -4 voire même 5 (!) ET. J'aime mieux te dire que là question adaptation on demande l'impossible aux enseignants.

Concernant l'ordinateur, j'avais lu récemment une étude (mais où?) sur le fait que justement un étudiant qui prend des notes sur un ordi retiendra beaucoup moins bien les informations qu'un étudiant qui écrit manuellement. Après je ne sais pas, si la petite est si brillante que cela, il vaut mieux peut-être la maintenir dans le système normal, je ne sais pas . Pour ma part tous les enfants que je connais qui possédaient un ordi se situaient vraiment très très bas en déviations standard, mais il n'en est peut-être rien pour elle.
Je pense surtout que la définition du dys comme écart à la norme est très inadaptée. J'imagine que c'est de là que viennent tous les faux diagnostics, un enfant peut évidemment avoir des tas de raisons de ne pas avoir appris à lire correctement. Et à l'inverse, cela freine la prise en charge d'autres enfants qui fatiguent, et qu'on laisse fatiguer sous prétexte qu'ils s'en sortent. Pourquoi à la place ne pas considérer l'écart par rapport aux capacités de l'enfant (via par exemple un test de QI), ou mieux, faire un diagnostic circonstanciel en vue des prises en charge qu'on pense efficaces (et réalistes... )?

Pour moi, un diagnostic dys est une évaluation en vue d'apporter une aidé ciblée à un problème spécifique, indépendamment du niveau global de l'enfant, y compris pour un enfant au-dessus du 95e centile en dictée. D'ailleurs, j'en ai fait établir un précisément comme ça dans les règles de l'art, à l'hôpital - comme quoi c'est possible, mais ce n'est pas une dyslexie. La dyspraxique littéraire que j'ai citée en exemple ne fait pas de fautes d'orthographe non plus.

Concernant l'ordinateur, j'ai aussi lu quelque chose de similaire, mais je me méfie de ce type d'études, je pense que c'est un changement profond et inéluctable dont les conséquences sont très difficiles à évaluer. Reste que l'école ne peut pas être coupée de la réalité, dans mon métier (enseignant-chercheur) je tape bien plus que je n'écris...


Dernière édition par Blablatrice occasionnelle le Ven 5 Juin 2015 - 15:04, édité 1 fois
Blablatrice occasionnelle
Niveau 6

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Blablatrice occasionnelle le Ven 5 Juin 2015 - 14:57
Concernant l'enseignement spécialisé que je connais très mal, effectivement toutes mes excuses pour ma tournure de phrase malheureuse. Mais je persiste que les enfants qui ont un bon niveau intellectuel et un problème spécifique n'y ont pas leur place, ce n'est pas leur rendre service que de les y orienter.
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Aliceinwonderland le Ven 5 Juin 2015 - 15:00
@Blablatrice occasionnelle a écrit:
Je pense surtout que la définition du dys comme écart à la norme est très inadaptée. J'imagine que c'est de là que viennent tous les faux diagnostics, un enfant peut évidemment avoir des tas de raisons de ne pas avoir appris à lire correctement. Et à l'inverse, cela freine la prise en charge d'autres enfants qui fatiguent, et qu'on laisse fatiguer sous prétexte qu'ils s'en sortent. Pourquoi à la place ne pas considérer l'écart par rapport aux capacités de l'enfant (via par exemple un test de QI), ou mieux, faire un diagnostic circonstanciel en vue des prises en charge qu'on pense efficaces (et réalistes... )?

Pour moi, un diagnostic dys est une évaluation en vue d'apporter une aidé ciblée à un problème spécifique, indépendamment du niveau global de l'enfant, y compris pour un enfant au-dessus du 95e centile en dictée (d'ailleurs, j'en ai fait établir un précisément comme ça dans les règles de l'art - comme quoi c'est possible, mais ce n'est pas une dyslexie).

Excuse-moi mais c'est complètement délirant et un bon exemple de ce que je dénonce comme une médicalisation excessive et une forme de consumérisme : au départ, les tests QI ou orthos sont là pour mettre en évidence de vrais déficits (et envisager parfois une structure adaptée), pas pour faire des diagnostics de complaisance pour que les parents de Monchéri Moncoeur aillent demander des adaptations pour un môme au-dessus du percentile 95!

Le diagnostic au vu de l'écart significatif a certes des défauts, mais je pense qu'il reste le seul fiable à l'heure actuelle et fonctionnerait mieux si l'école n'avait pas interdit tout redoublement, tout simplement.
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Ronin le Ven 5 Juin 2015 - 15:02
Je crois, non je suis sûr, blablatrice, que tu devrais te renseigner sur le spécialisé, en effet. Et je crois aussi que les explications et exemples de Alice sont très clairs, détaillés et justifiés. Tes posts sont des revendications très subjectives et un peu insultantes.

_________________
Contenu sponsorisé

Re: Rdv parents : PAI pour dyslexie

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum