Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
MuchaPlume
Niveau 3

Problématique oral blanc EAF

par MuchaPlume le Dim 24 Fév 2013 - 17:44
Bonjour!

Alors voilà, dès demain je dois faire passer des élèves en oral blanc et je suis donc en pleine étude de leurs descriptifs. C'est la 2de fois seulement que j'en fais passer, la 1ère étant il y a quatre ans, lors de mon année de stage... Je me sens donc moyennement sûre de mes problématiques.

Je rencontre déjà un problème avec un extrait extrêmement long de L'impromptu de Versailles (2 pages recto-verso + 1/2 page!):
1ère question: concernant l'extrait, j'ai prévu de ne donner qu'une partie à étudier à l'élève (et seulement un passage de cette partie à lire), je trouve que c'est trop long sinon. Je me trompe? Je dois les laisser traiter tout le passage?
2e question: concernant la problématique est-ce que, pour l'extrait du début à "Mademoiselle Béjart. - Je suis votre servante: la prose est pis encore que les vers.", est-ce que je peux demander: "Quels sont les enjeux de la mise en abîme dans cet extrait?" (en sachant que le GT est autour du théâtre dans le théâtre et de la mise en abîme, donc les élèves sont supposés connaître)? ou alors: «En quoi la mise en abîme permet-elle d’opérer une réflexion sur les enjeux du théâtre au XVIIe siècle?»
3e question: toujours concernant la problématique, sur un autre extrait, de "Molière. - (Parlant à La Grange) Vous, prenez garde à bien représenter avec moi votre rôle de marquis." à "Commençons maintenant à répéter et voyons comment cela ira.", est-ce que je peux demander: "Quelles réflexions sur le travail du comédien ce passage expose-t-il?» ?

Merci de votre aide... Et il est possible que je revienne pour d'autres textes... Embarassed
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Problématique oral blanc EAF

par Isidoria le Dim 24 Fév 2013 - 18:21
Le texte me paraît en effet très long, les élèves l'ont vraiment étudié en entier? Il m'est arrivé de donner sur le descriptif un passage long en précisant quel passage j'avais étudié en particulier. Donc si les élèves ont en effet tout le texte il ne me paraît pas anormal de couper.
2è question j'aime bien ta 1ère problématique, car la seconde, tu peux la réserver pour l'entretien.
Pour ta 3è question j'ai peur que ta problématique ne se prête pas tant que ça à une étude du texte mais plus à une réflexion sur le texte, elle me paraîtrait plus judicieuse en entretien. En même tant je n'ai pas l'extrait en tête et peut-être se prête-t-il vraiment à ce genre de question.
Mais comme dirait Cripure tu peux toujours demander "quel est l'intérêt de ce passage/texte?"


Dernière édition par Sev2p1 le Dim 24 Fév 2013 - 23:54, édité 1 fois
MuchaPlume
Niveau 3

Re: Problématique oral blanc EAF

par MuchaPlume le Dim 24 Fév 2013 - 18:37
Tout d'abord, merci pour tes réponses!
Alors oui, apparemment, c'est la scène 1 en entier (deux ou trois répliques ont été retirées).
Pour ma 2de problématique, sur la mise en abîme qui fait réfléchir aux enjeux, si c'est en entretien, j'enlève "XVIIe siècle", non? (vu que ce ne sont pas que des textes du 17e).

Pour la 3e, voici le passage:

Spoiler:
(Parlant à de la Grange.) Vous, prenez garde à bien représenter avec moi votre rôle de marquis.

MADEMOISELLE MOLIÈRE: Toujours des marquis!

MOLIÈRE: Oui, toujours des marquis. Que diable voulez-vous qu'on prenne pour un caractère agréable de théâtre? Le marquis aujourd'hui est le plaisant de la comédie; et comme dans toutes les comédies anciennes on voit toujours un valet bouffon qui fait rire les auditeurs, de même, dans toutes nos pièces de maintenant, il faut toujours un marquis ridicule qui divertisse la compagnie.

MADEMOISELLE BÉJART: Il est vrai, on ne s'en saurait passer.

MOLIÈRE: Pour vous, Mademoiselle.

MADEMOISELLE DU PARC: Mon Dieu, pour moi, je m'acquitterai fort mal de mon personnage, et je ne sais pas pourquoi vous m'avez donné ce rôle de façonnière.

MOLIÈRE: Mon Dieu, Mademoiselle, voilà comme vous disiez lorsque l'on vous donna celui de La Critique de l’École des femmes; cependant vous vous en êtes acquittée à merveille, et tout le monde est demeuré d'accord qu'on ne peut pas mieux faire que vous avez fait. Croyez-moi, celui-ci sera de même; et vous le jouerez mieux que vous ne pensez.

MADEMOISELLE DU PARC: Comment cela se pourrait-il faire? car il n'y a point de personne au monde qui soit moins façonnière que moi.

MOLIÈRE: Cela est vrai; et c'est en quoi vous faites mieux voir que vous êtes excellente comédienne, de bien représenter un personnage qui est si contraire à votre humeur. Tâchez donc de bien prendre, tous, le caractère de vos rôles, et de vous figurer que vous êtes ce que vous représentez.
(à du Croisy.) Vous faites le poète, vous, et vous devez vous remplir de ce personnage, marquer cet air pédant qui se conserve parmi le commerce du beau monde, ce ton de voix sentencieux, et cette exactitude de prononciation qui appuie sur toutes les syllabes, et ne laisse échapper aucune lettre de la plus sévère orthographe.
(à Brécourt.) Pour vous, vous faites un honnête homme de cœur, comme vous avez déjà fait dans La Critique de l’École des femmes, c'est-à-dire que vous devez prendre un air posé, un ton de voix naturel, et gesticuler le moins qu'il vous sera possible.
(à de la Grange.) Pour vous, je n'ai rien à vous dire.
(à Mademoiselle Béjart.) Vous, vous représentez une de ces femmes qui, pourvu qu'elles ne fassent point l'amour, croient que tout le reste leur est permis, de ces femmes qui se retranchent toujours fièrement sur leur pruderie, regardent un chacun de haut en bas, et veulent que toutes les plus belles qualités que possèdent les autres ne soient rien en comparaison d'un misérable honneur dont personne ne se soucie. Ayez toujours ce caractère devant les yeux, pour en bien faire les grimaces.
(à Mademoiselle de Brie.) Pour vous, vous faites une de ces femmes qui pensent être les plus vertueuses personnes du monde pourvu qu'elles sauvent les apparences, de ces femmes qui croient que le péché n'est que dans le scandale, qui veulent conduire doucement les affaires qu'elles ont sur le pied d'attachement honnête, et appellent amis ce que les autres nomment galants. Entrez bien dans ce caractère.
(à Mademoiselle Molière.) Vous, vous faites le même personnage que dans La Critique, et je n'ai rien à vous dire, non plus qu'à Mademoiselle du Parc.
(à Mademoiselle du Croisy.) Pour vous, vous représentez une de ces personnes qui prêtent doucement des charités à tout le monde, de ces femmes qui donnent toujours le petit coup de langue en passant, et seraient bien fâchées d'avoir souffert qu'on eût dit du bien du prochain; je crois que vous ne vous acquitterez pas mal de ce rôle.
(à Mademoiselle Hervé.) Et pour vous, vous êtes la soubrette de la précieuse, qui se mêle de temps en temps dans la conversation, et attrape, comme elle peut, tous les termes de sa maîtresse. Je vous dis tous vos caractères, afin que vous vous les imprimiez fortement dans l'esprit. Commençons maintenant à répéter, et voyons comme cela ira.

Si je formule "Comment le travail du comédien est-il envisagé par Molière", c'est mieux? Ou "de quelle manière Molière expose-t-il sa vision du travail de comédien dans ce passage?" ?
Ou sinon, j'opte pour la question miracle que tu proposes, adaptable en toutes circonstances (je la garde sous le coude en cas de grosse panne d'inspiration!)

*Edit* Pendant que j'y suis, voici l'autre extrait:
Spoiler:
Scène première

MOLIÈRE, BRÉCOURT, LA GRANGE, DU CROISY, MADEMOISELLE DU PARC, MADEMOISELLE DE BRIE, MADEMOISELLE MOLIÈRE, MADEMOISELLE HERVÉ, MADEMOISELLE DU CROISY.

MOLIÈRE: Allons donc, Messieurs et Mesdames, vous moquez-vous avec votre longueur, et ne voulez-vous pas tous venir ici? La peste soit des gens! Holà ho! Monsieur de Brécourt!

BRÉCOURT: Quoi?

MOLIÈRE: Monsieur de la Grange!

LA GRANGE: Qu'est-ce?

MOLIÈRE: Monsieur du Croisy!

DU CROISY: Plaît-il?

MOLIÈRE: Mademoiselle du Parc!

MADEMOISELLE DU PARC: Hé bien?

MOLIÈRE: Mademoiselle Béjart!

MADEMOISELLE BÉJART: Qu'y a-t-il?

MOLIÈRE: Mademoiselle de Brie!

MADEMOISELLE DE BRIE: Que veut-on?

MOLIÈRE: Mademoiselle du Croisy!

MADEMOISELLE DU CROISY: Qu'est-ce que c'est?

MOLIÈRE: Mademoiselle Hervé!

MADEMOISELLE HERVÉ: On y va.

MOLIÈRE: Je crois que je deviendrai fou avec tous ces gens-ci. Eh têtebleu! Messieurs, me voulez-vous faire enrager aujourd'hui?

BRÉCOURT: Que voulez-vous qu'on fasse? Nous ne savons pas nos rôles; et c'est nous faire enrager vous-même, que de nous obliger à jouer de la sorte.

MOLIÈRE: Ah! les étranges animaux à conduire que des comédiens!

MADEMOISELLE BÉJART: Eh bien, nous voilà. Que prétendez-vous faire?

MADEMOISELLE DU PARC: Quelle est votre pensée?

MADEMOISELLE DE BRIE: De quoi est-il question?

MOLIÈRE: De grâce, mettons-nous ici; et puisque nous voilà tous habillés, et que le Roi ne doit venir de deux heures, employons ce temps à répéter notre affaire et voir la manière dont il faut jouer les choses.

LA GRANGE: Le moyen de jouer ce qu'on ne sait pas?

MADEMOISELLE DU PARC: Pour moi, je vous déclare que je ne me souviens pas d'un mot de mon personnage.

MADEMOISELLE DE BRIE: Je sais bien qu'il me faudra souffler le mien d'un bout à l'autre.

MADEMOISELLE BÉJART: Et moi, je me prépare fort à tenir mon rôle à la main.

MADEMOISELLE MOLIÈRE: Et moi aussi.

MADEMOISELLE HERVÉ: Pour moi, je n'ai pas grand'chose à dire.

MADEMOISELLE DU CROISY: Ni moi non plus; mais avec cela je ne répondrais pas de ne point manquer.

DU CROISY: J'en voudrais être quitte pour dix pistoles.

BRÉCOURT: Et moi, pour vingt bons coups de fouet, je vous assure.

MOLIÈRE: Vous voilà tous bien malades, d'avoir un méchant rôle à jouer, et que feriez-vous donc si vous étiez en ma place?

MADEMOISELLE BÉJART: Qui, vous? Vous n'êtes pas à plaindre; car, ayant fait la pièce, vous n'avez pas peur d'y manquer.

MOLIÈRE: Et n'ai-je à craindre que le manquement de mémoire? Ne comptez-vous pour rien l'inquiétude d'un succès qui ne regarde que moi seul? Et pensez-vous que ce soit Une petite affaire que d'exposer quelque chose de comique devant une assemblée comme celle-ci, que d'entreprendre de faire rire des personnes qui nous impriment le respect et ne rient que quand ils veulent? Est-il auteur qui ne doive trembler lorsqu'il en vient à cette épreuve? Et n'est-ce pas à moi de dire que je voudrais en être quitte pour toutes les choses du monde?

MADEMOISELLE BÉJART: Si cela vous faisait trembler, vous prendriez mieux vos précautions, et n'auriez pas entrepris en huit jours ce que vous avez fait.

MOLIÈRE: Le moyen de m'en défendre, quand un roi me l'a commandé?

MADEMOISELLE BÉJART: Le moyen? Une respectueuse excuse fondée sur l'impossibilité de la chose, dans le peu de temps qu'on vous donne; et tout autre, en votre place, ménagerait mieux sa réputation, et se serait bien gardé de se commettre comme vous faites. Où en serez-vous, je vous prie, si l'affaire réussit mal? et quel avantage pensez-vous qu'en prendront tous vos ennemis?

MADEMOISELLE DE BRIE: En effet; il fallait s'excuser avec respect envers le Roi, ou demander du temps davantage.

MOLIÈRE: Mon Dieu, Mademoiselle, les rois n'aiment rien tant qu'une prompte obéissance, et ne se plaisent point du tout à trouver des obstacles. Les choses ne sont bonnes que dans le temps qu'ils les souhaitent; et leur en vouloir reculer le divertissement, est en ôter pour eux toute la grâce. Ils veulent des plaisirs qui ne se fassent point attendre; et les moins préparés leur sont toujours les plus agréables. Nous ne devons jamais nous regarder dans ce qu'ils désirent de nous: nous ne sommes que pour leur plaire; et lorsqu'ils nous ordonnent quelque chose, c'est à nous à profiter vite de l'envie où ils sont. Il vaut mieux s'acquitter mal de ce qu'ils nous demandent, que de ne s'en acquitter pas assez tôt; et si l'on a la honte de n'avoir pas bien réussi, on a toujours la gloire d'avoir obéi vite à leurs commandements. Mais songeons à répéter, s'il vous plaît.

MADEMOISELLE BÉJART: Comment prétendez-vous que nous fassions, si nous ne savons pas nos rôles?

MOLIÈRE: Vous les saurez, vous dis-je; et quand même vous ne les sauriez pas tout à fait, pouvez-vous pas y suppléer de votre esprit, puisque c'est de la prose, et que vous savez votre sujet?

MADEMOISELLE BÉJART: Je suis votre servante: la prose est pis encore que les vers.
MuchaPlume
Niveau 3

Re: Problématique oral blanc EAF

par MuchaPlume le Dim 24 Fév 2013 - 23:02
Désolée, je reposte parce que c'est assez urgent (genre pour demain matin)...
Oui, c'est au dernier moment (mais je n'ai eu le descriptif que vendredi, et après... bon, ben, j'ai un enfant, quoi!)

Donc, juste pour savoir si mes deux nouvelles questions sont plus convenables pour l'extrait 2?
Je stresse comme une malade pour ces oraux blancs, au moins autant que les élèves!
avatar
liliepingouin
Érudit

Re: Problématique oral blanc EAF

par liliepingouin le Dim 24 Fév 2013 - 23:08
Je n'aime pas "comment le travail de comédien est-il envisagé par Molière qui semble plutôt une question de fond qu'une étude d'un passage.
En revanche, ta deuxième question, de quelle manière Molière expose-t-il sa vision du comédien est beaucoup plus riche; elle porte aussi bien sur le fond que sur l'écriture du texte, et je pense que tu peux la garder telle quelle.

Et ne stresse pas!!

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Problématique oral blanc EAF

par Isidoria le Dim 24 Fév 2013 - 23:15
Je n'aurais pas dit mieux!
Ne stresse pas, c'est aux élèves de stresser, pas à nous!!
Allez courage et n'oublie pas: "quel est l'intérêt de ce passage" est une question de fond, pertinente et intelligente! En plus elle déstabilise un peu les élèves (mais qu'est-ce que j'en sais moi de l'intérêt de ce texte, c'est pas moi qui l'ai choisi...).
MuchaPlume
Niveau 3

Re: Problématique oral blanc EAF

par MuchaPlume le Dim 24 Fév 2013 - 23:44
Merci! Vous m'aidez beaucoup!
Ah, je stresse, je stresse mais je suis sûre que demain ça ira mieux (enfin j'espère!)
Et pour "quel est l'intérêt de ce passage?", je vais certainement m'en servir, surtout que je commence à saturer de chercher LA question... Alors merci encore!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Problématique oral blanc EAF

par User5899 le Dim 24 Fév 2013 - 23:49
@MuchaPlume a écrit:Merci! Vous m'aidez beaucoup!
Ah, je stresse, je stresse mais je suis sûre que demain ça ira mieux (enfin j'espère!)
Et pour "quel est l'intérêt de ce passage?", je vais certainement m'en servir, surtout que je commence à saturer de chercher LA question... Alors merci encore!
Il vous en prie
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Dim 24 Fév 2013 - 23:49
Pour ma part, je ne comprends toujours pas si la question doit porter principalement sur l'objet d'étude ou sur la séquence ou sur le texte.
Prenons un exemple, celui du "Discours sur l'origine des inégalités" de Rousseau (objet d'étude : "La question de l'homme dans les genres de l'argumentation, séquence : "La question du bonheur au 18ème") : quelle question parmi les suivantes est préférable?
1/ Comment la démonstration de Rousseau contribue-t-elle à charmer le lecteur? (objet d'étude surtout)
2/ Quelle vision du bonheur Rousseau défend-il dans ce texte? (tient compte surtout de la séquence)
3/ Quelle est votre réaction en lisant ce texte?


User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Problématique oral blanc EAF

par User5899 le Dim 24 Fév 2013 - 23:52
@montaigne a écrit:Pour ma part, je ne comprends toujours pas si la question doit porter principalement sur l'objet d'étude ou sur la séquence ou sur le texte.
Prenons un exemple, celui du "Discours sur l'origine des inégalités" de Rousseau (objet d'étude : "La question de l'homme dans les genres de l'argumentation, séquence : "La question du bonheur au 18ème") : quelle question parmi les suivantes est préférable?
1/ Comment la démonstration de Rousseau contribue-t-elle à charmer le lecteur? (objet d'étude surtout)
2/ Quelle vision du bonheur Rousseau défend-il dans ce texte? (tient compte surtout de la séquence)
3/ Quelle est votre réaction en lisant ce texte
De mon point de vue, aucune de ces questions n'est bonne.La question doit guider un commentaire de texte partiel. Donc, il faut que l'élève puisse montrer qu'il sait s'appuyer sur le texte pour en construire le sens. Tout ce qui touche à l'OE, la séquence, etc. n'a sa place que dans l'entretien.
Maintenant, sans texte, difficile de poser une question précise.J'ai déjà dit que je pose systématiquement "Quel est l'intérêt de ce texte ?", parce que c'est ouvert, vague, que ça permet tout.
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 0:03
Autre souci, le théâtre.
Deux extraits ont été choisis "Médée" Acte 5, scène finale (Corneille) et "Dom Juan" Acte 5, scènes finales. Ils sont intégrés dans deux objets d'étude différents (Les récritures et le texte théâtral et sa représentation) mais dans une même séquence "Des héros hors du commun, sans cesse revisités"; les questions traitées changent néanmoins : pour la récriture (quel regard portent les dramaturges sur leur personnage?) et pour le texte théâtral et sa représentation ("Comment présenter la mort au théâtre?" et "Théâtre classique ou baroque"?). J'ai besoin de votre aide pour les problématiques ! Merci. Je précise que j'enseigne à des collégiens...
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 0:12
Les textes sont extraits du manuel "Magnard":

- Rousseau : page 375 ;
- Médée : page 470 ;
- Dom Juan, page 484.

Cripure, je trouve ta question intéressante, mais j'aimerais avoir d'autres choix pour pouvoir comparer.
Merci.
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Problématique oral blanc EAF

par Isidoria le Lun 25 Fév 2013 - 0:22
Sur Dom Juan, la scène finale j'avais demandé: Peut-on parler de défaite de DJ?
Qu'est-ce qui fait l'originalité de ce dénouement?
Quels sont les registres utilisés par Molière?
...
Les autres textes, je ne les ai pas en mémoire, et je n'ai pas le manuel...
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Problématique oral blanc EAF

par Isidoria le Lun 25 Fév 2013 - 0:22
Questions que je pose sinon en entretien!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Problématique oral blanc EAF

par User5899 le Lun 25 Fév 2013 - 1:30
Sev2p1 a écrit:Sur Dom Juan, la scène finale j'avais demandé: Peut-on parler de défaite de DJ?
Qu'est-ce qui fait l'originalité de ce dénouement?
Quels sont les registres utilisés par Molière?
...
Les autres textes, je ne les ai pas en mémoire, et je n'ai pas le manuel...
La question sur les registres, outre qu'elle induit une sorte de catalogue façon exercice et non une étude de texte organisée avec un plan, porte sur une notion disparue du programme de 2011.
La question sur la défaite invite une lecture complète de la pièce : c'est clairement une question d'entretien, pas de guidage d'étude de texte.
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Problématique oral blanc EAF

par Isidoria le Lun 25 Fév 2013 - 2:52
oui je sais pour les registres, j'essaie de sortir ça de mes cours mais j'ai du mal, je trouve que c'est quand même intéressant de se poser la question des effets recherchés quand on aborde un texte... Embarassed Mais on peut peut-être formuler ça autrement pour rentrer dans les clous?
Sinon pour la défaite, les élèves que j'interrogeais avaient étudié la pièce en intégrale, et je trouve que l'on peut tout à fait relever des éléments pour le confirmer ou l'infirmer. Ne serait-ce que la didascalie finale.
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 9:49
Il reste donc la question : quelle est l'originalité du dénouement? Cripure, qu'en penses-tu? Merci !
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 12:58
Pour le poème de Jacques Prévert"Pater noster", la question "Pourquoi ce poème est-il une prière originale?" vous paraît-elle convenir?
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 13:20
Et pour le texte de Montaigne "De l'éducation des enfants", j'ai pensé à la question suivante : "Comment Montaigne envisage-t-il la relation maître-élève dans ce texte?"
avatar
ysabel
Devin

Re: Problématique oral blanc EAF

par ysabel le Lun 25 Fév 2013 - 14:40
avec cette question, tu n'auras qu'une vague paraphrase du texte.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 16:01
J y avais pensé! Zut !
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: Problématique oral blanc EAF

par Iphigénie le Lun 25 Fév 2013 - 17:14
"approuvez-vous le conseil que donne Montaigne pour l'enfant rebelle au système d'éducation humaniste qu'il défend:

"que son gouverneur l'étrangle s'il est sans témoin?"

Laughing

(c'est drôle mais on cite moins souvent cette phrase que la fichue tête "plutôt bien faite que bien pleine"...Pourtant ça va avec humhum )

Sinon, c'est le texte idéal pour la question "de" Cripure....

A ce sujet d'ailleurs, ne trouvez-vous pas, chers collègues, qu'il y a des textes qui ne cadrent pas du tout avec l'EAF? (id est sur lesquels il est impossible de trouver une question autre que "l'intérêt" du texte?)
montaigne
Niveau 2

Re: Problématique oral blanc EAF

par montaigne le Lun 25 Fév 2013 - 20:13
J'abandonne. On est toujours sur la même réponse : "quel est l'intérêt du texte?". S'il fallait toujours poser cette question, ça se saurait !
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Problématique oral blanc EAF

par User5899 le Lun 25 Fév 2013 - 23:09
Sev2p1 a écrit:oui je sais pour les registres, j'essaie de sortir ça de mes cours mais j'ai du mal, je trouve que c'est quand même intéressant de se poser la question des effets recherchés quand on aborde un texte... Embarassed Mais on peut peut-être formuler ça autrement pour rentrer dans les clous?
Sinon pour la défaite, les élèves que j'interrogeais avaient étudié la pièce en intégrale, et je trouve que l'on peut tout à fait relever des éléments pour le confirmer ou l'infirmer. Ne serait-ce que la didascalie finale.
On ne dit pas à un ado que la question guide son explication de texte s'il n'a qu'une expression à relever et à commenter.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Problématique oral blanc EAF

par User5899 le Lun 25 Fév 2013 - 23:12
@montaigne a écrit:Il reste donc la question : quelle est l'originalité du dénouement? Cripure, qu'en penses-tu? Merci !
Oui, je suis d'accord. Le dénouement est incomplet, ambigu, original, mais moralisateur en même temps et donc insupportable (de mon point de vue). Bref, il y a de quoi faire sur la dernière page Smile
Contenu sponsorisé

Re: Problématique oral blanc EAF

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum