Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Igniatius
Empereur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Igniatius le Jeu 28 Fév 2013 - 11:04
@iphigénie a écrit:La plupart des Recteurs sont issus des facs de droit, non?
Plus concernés par l'envie de régir autrui que par la pédagogie au sens exact du terme...


Ah non, je ne crois pas : des profs de langue, ou de physique, je crois que l'origine est assez diverse.
Peut-être le droit est-il surreprésenté, je ne sais pas...


Quoi qu'il en soit, la plupart des Recteurs sous Sarko étaient d'anciens PU, et je n'en ai pas vu un seul démissionner pour protester du mauvais sort qui était fait à l'Education Nationale.
Je peux même dire qu'après avoir été reçu au rectorat en délégation pour défendre les postes de notre lycée, j'ai pu mesurer à quel point ces gens étaient des politiques roués et impitoyables. Tous les arguments étaient bons pour expliquer à quel point on travaillait bien mieux avec plus d'élèves et moins d'heures.
En d'autres circonstances, je crois que j'aurais pu en venir aux mains avec le secrétaire général de l'académie, profondément méprisant.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Marcel Khrouchtchev le Jeu 28 Fév 2013 - 11:13
@Igniatius a écrit:
En d'autres circonstances, je crois que j'aurais pu en venir aux mains avec le secrétaire général de l'académie, profondément méprisant.

Je crois effectivement que les véritables mauvais génies des rectorats sont les secrétaires généraux, applicateurs zélés de la politique de destruction de postes.
avatar
Igniatius
Empereur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Igniatius le Jeu 28 Fév 2013 - 11:50
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Igniatius a écrit:
En d'autres circonstances, je crois que j'aurais pu en venir aux mains avec le secrétaire général de l'académie, profondément méprisant.

Je crois effectivement que les véritables mauvais génies des rectorats sont les secrétaires généraux, applicateurs zélés de la politique de destruction de postes.

Oui, des gens sans états d'âme.
Je me suis accroché avec lui et l'ai brocardé pdt l'entretien, mais il était infiniment plus malin et retors que moi.
A la sortie, il m'a dit : "M. Igniatius, nous n'avons pas le même point de vue, mais je vous salue quand même." Et il m'a tendu la main, avec un sourire narquois à la Copé, je n'en pouvais plus (en plus il mesurait 1m, j'avais très envie d'exercer ma supériorité physique).
Je lui ai juste répondu "On peut être radicalement opposés et rester polis en effet." Mais je regrette de lui avoir serré la main, par faiblesse.

Ce jour-là, sans aucune exagération, j'ai cru comprendre pourquoi, en d'autres temps bcp plus sombres, certains fonctionnaires avaient pu exécuter des ordres absurdes, la main sur le coeur, et ayant comme seule défense leur obligation de service.

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par User5899 le Ven 1 Mar 2013 - 1:35
@iphigénie a écrit:La plupart des Recteurs sont issus des facs de droit, non?
Plus concernés par l'envie de régir autrui que par la pédagogie au sens exact du terme...
Curieux...Je n'en connais pas un seul qui soit issu de droit. Un historien, une grammairienne, une spécialiste des structures métalliques... J'en oublie, il est vrai Rolling Eyes
avatar
Condorcet
Oracle

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Condorcet le Ven 1 Mar 2013 - 2:28
@Igniatius a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Igniatius a écrit:
En d'autres circonstances, je crois que j'aurais pu en venir aux mains avec le secrétaire général de l'académie, profondément méprisant.

Je crois effectivement que les véritables mauvais génies des rectorats sont les secrétaires généraux, applicateurs zélés de la politique de destruction de postes.

Oui, des gens sans états d'âme.
Je me suis accroché avec lui et l'ai brocardé pdt l'entretien, mais il était infiniment plus malin et retors que moi.
A la sortie, il m'a dit : "M. Igniatius, nous n'avons pas le même point de vue, mais je vous salue quand même." Et il m'a tendu la main, avec un sourire narquois à la Copé, je n'en pouvais plus (en plus il mesurait 1m, j'avais très envie d'exercer ma supériorité physique).
Je lui ai juste répondu "On peut être radicalement opposés et rester polis en effet." Mais je regrette de lui avoir serré la main, par faiblesse.

Ce jour-là, sans aucune exagération, j'ai cru comprendre pourquoi, en d'autres temps bcp plus sombres, certains fonctionnaires avaient pu exécuter des ordres absurdes, la main sur le coeur, et ayant comme seule défense leur obligation de service.

Même en inspection, j'ai toujours eu la même conviction que "les hommes naissent et demeurent égaux [en droits et en devoirs]". Celle-ci m'habitera jusqu'à mon dernier souffle et explique pour beaucoup l'équilibre paradoxal entre une admiration quelque peu irraisonnée envers quelques grands hommes et la référence voire la révérence à l'anonyme. La résistance envers l'arbitraire est un devoir qui s'applique plus particulièrement au fonctionnaire, lequel a la double caractéristique de se voir garantir la sûreté de l'emploi et de se voir "confier une parcelle d'autorité publique" (selon l'expression d'un moderniste devenu recteur). Le risque de la désobéissance reste la plupart du temps bien mesuré surtout comparé à d'autres périodes : les risques pris par nos aieux pour préserver une once de liberté alors que celle-ci était réduite à peau de chagrin nous obligent et nous rappellent que la dignité de l'être humain est indivisible. Ici-bas, il ne saurait y avoir de hiérarchies en l'espèce. Citoyens de la République, nous devons accroître notre regard sur les affaires de la Cité et notre entendement de celles-ci.
avatar
Gryphe
Médiateur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Gryphe le Ven 1 Mar 2013 - 13:02
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Apparemment, dans l'esprit de certains anciens, le recteur est le supérieur du professeur d'Université et il serait donc, selon eux, légitime de n'avoir au-dessus d'eux que des professeurs promus recteurs.
Le Recteur est "chancelier des Universités", c'est une de ses toutes premières attributions. C'est à ce titre qu'il était auparavant obligatoirement un universitaire de renom.
C'est un peu dans le même esprit qu'il y a une règle non écrite disant que pour diriger un gros lycée avec prépas, il faut être agrégé.

Bon, les temps changent...
avatar
Paratge
Érudit

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Paratge le Ven 1 Mar 2013 - 13:20
Comme le disait, de mémoire, Jean Tulard : « Quand un historien n'est plus capable de produire, il devient recteur. »
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Marcel Khrouchtchev le Ven 1 Mar 2013 - 13:23
@Paratge a écrit:Comme le disait, de mémoire, Jean Tulard : « Quand un historien n'est plus capable de produire, il devient recteur. »

Je me demande bien qui il visait Laughing Laughing
En tout cas j'ai en tête au moins 3 noms de grands historiens (modernistes bien sûr! Laughing ) qui ont continué à produire (et beaucoup!) et à diriger des recherches tout en étant recteurs.
avatar
Paratge
Érudit

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Paratge le Ven 1 Mar 2013 - 13:26
Il ne faut pas penser à l'infâme Joutard, bien sûr.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Marcel Khrouchtchev le Ven 1 Mar 2013 - 13:27
@Paratge a écrit:Il ne faut pas penser à l'infâme Joutard, bien sûr.

C'est toi qui l'as dit! Evil or Very Mad
C'est un chercheur que j'apprécie en tout cas (et qui continue à travailler, alors qu'il doit approcher les 80 ans).
avatar
Paratge
Érudit

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Paratge le Ven 1 Mar 2013 - 13:32
Comme recteur et apparatchik, Joutard c'est pas le meilleur.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Marcel Khrouchtchev le Ven 1 Mar 2013 - 13:38
@Paratge a écrit:Comme recteur et apparatchik, Joutard c'est pas le meilleur.

Ah ben ça, peut-être. Mais un grand historien en tout cas.
avatar
Condorcet
Oracle

Re: Education: le cri d'alarme des recteurs

par Condorcet le Ven 1 Mar 2013 - 14:42
@Gryphe a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Apparemment, dans l'esprit de certains anciens, le recteur est le supérieur du professeur d'Université et il serait donc, selon eux, légitime de n'avoir au-dessus d'eux que des professeurs promus recteurs.
Le Recteur est "chancelier des Universités", c'est une de ses toutes premières attributions. C'est à ce titre qu'il était auparavant obligatoirement un universitaire de renom.
C'est un peu dans le même esprit qu'il y a une règle non écrite disant que pour diriger un gros lycée avec prépas, il faut être agrégé.

Bon, les temps changent...

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum