Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mar 5 Mar 2013 - 17:59
Très cocasses ces anecdotes !
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mar 5 Mar 2013 - 18:02
@Bientôtlesud a écrit:Dans le même genre, je me souviens d'un TZR qui m'appelle le 18 Juillet vers 19 heures pour connaître son affectation (je suis alors dans un bureau en RP sous 35°C) et qui me dit :
"Vous pouvez parler plus fort? Car là avec le bruit des vagues je n'entends rien!"
Là, il ne m'entend visiblement plus et il balance "*** de syndicats, jamais là quand on a besoin d'eux. Eh Roger, passe moi une autre bière!"

Une fois ça a été le 15 août à 8h du matin !!
Une TZR avait un besoin urgentissime de connaître son affectation pour la rentrée, là comme ça tout de suite
avatar
Madame_Prof
Guide spirituel

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Madame_Prof le Mar 5 Mar 2013 - 19:23
Les choses sérieuses commencent demain ! bounce

_________________
2017-2019 - Waouh, 10ème établissement, en POSTE FIXE Smile ! Et, militante plus que jamais I love you
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
avatar
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mar 5 Mar 2013 - 19:30
J'imagine que vous devez en envoyer bouler plus d'un ! Ah ah ...tu es restée aimable Daphné le 15 aout à 8 h du matin?
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mar 5 Mar 2013 - 19:55
@Pili a écrit:J'imagine que vous devez en envoyer bouler plus d'un ! Ah ah ...tu es restée aimable Daphné le 15 aout à 8 h du matin?

On n'envoie pas bouler, on reste poli envers et contre tout, même le 15 août à 8 H.

La seule fois où j'en ai eu assez c'est après avoir entendu une personne vomir sa haine sur les syndicats en général : au début j'ai essayé de répondre et voyant qu'elle devait quand même être pas mal plutôt que de raccrocher j'ai posé le téléphone sur la table et suis partie faire autre chose.
Elle a pu cracher son venin tant qu'elle a voulu Razz
avatar
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mar 5 Mar 2013 - 20:02
Ah ah ah ...

Je n'en reviens pas que tu gardes ton calme quand même, bravo ! Pourtant, tu n'as aucune obligation ...
avatar
tango
Expert spécialisé

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par tango le Mar 5 Mar 2013 - 21:51
c'est très intéressant de voir l'envers du décors!
bon courage et merci à ceux qui planchent sur nos mut'!
avatar
Heisenberg
Habitué du forum

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Heisenberg le Mar 5 Mar 2013 - 22:58
Une fois, une collègue m'appelle pour avoir le résultat de sa demande à l'intra. Elle me donne juste sa discipline mais ne veut pas me donner son nom. J'essaie de lui expliquer calmement que sans son nom, cela va être un peu difficile. Elle me rétorque que si elle est obligée de donner son nom, cela veut dire que je fais mal mon travail et que les syndicats ne servent à rien. Puis elle me raccroche au nez !

_________________
Winter is coming - Winter is here !
avatar
Gryphe
Médiateur

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Gryphe le Mar 5 Mar 2013 - 23:00
Snparg a écrit:Une fois, une collègue m'appelle pour avoir le résultat de sa demande à l'intra. Elle me donne juste sa discipline mais ne veut pas me donner son nom.



Je crois que vous pourriez ouvrir un bêtisier... Laughing

_________________
Τί ἐστιν ἀλήθεια ;

Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint. Pour en savoir plus, c'est par ici : http://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2017
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mer 6 Mar 2013 - 9:37
Snparg a écrit:Une fois, une collègue m'appelle pour avoir le résultat de sa demande à l'intra. Elle me donne juste sa discipline mais ne veut pas me donner son nom. J'essaie de lui expliquer calmement que sans son nom, cela va être un peu difficile. Elle me rétorque que si elle est obligée de donner son nom, cela veut dire que je fais mal mon travail et que les syndicats ne servent à rien. Puis elle me raccroche au nez !

On ne me l'a encore jamais faite celle-là Laughing



avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Marcel Khrouchtchev le Mer 6 Mar 2013 - 9:39
@Daphné a écrit:
Snparg a écrit:Une fois, une collègue m'appelle pour avoir le résultat de sa demande à l'intra. Elle me donne juste sa discipline mais ne veut pas me donner son nom. J'essaie de lui expliquer calmement que sans son nom, cela va être un peu difficile. Elle me rétorque que si elle est obligée de donner son nom, cela veut dire que je fais mal mon travail et que les syndicats ne servent à rien. Puis elle me raccroche au nez !

On ne me l'a encore jamais faite celle-là Laughing


Moi non, mais c'est très drôle! Laughing
Par contre, j'ai déjà vu le cas de plusieurs collègues contactant TOUS les syndicats pour défendre son cas, puis les appelant tous pour en savoir plus... sans adhérer à aucun ensuite! La vision utilitariste qu'ont certains collègues des syndicats est assez affligeante.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mer 6 Mar 2013 - 9:39
@Gryphe a écrit:
Snparg a écrit:Une fois, une collègue m'appelle pour avoir le résultat de sa demande à l'intra. Elle me donne juste sa discipline mais ne veut pas me donner son nom.



Je crois que vous pourriez ouvrir un bêtisier... Laughing

Oh là, si tu savais Rolling Eyes

Et pas que pour les muts : en janvier, on me contacte pour la notation administrative, et la personne en question se plaint que malgré une excellent appréciation, tous les pavés au maximum etc......... sa note, qui a toujours été augmentée régulièrement ne l'est pas et patati et patala et qu'elle ne comprend pas, que ça va la bloquer pour les promos. J'essaye de voir ce qu'il en est, si elle est au max de l'échelon, toussa, et finalement je lui demande quelle note elle a : elle avait 40 !! A l'échelon 9.
Et se plaignait que ce n'était pas juste car elle ne pouvait plus augmenter

J'en ai eu un pas mal pour la HCL aussi : on annonce barème HCL et classement.
Je reçois une lettre de deux pages d'un collègue qui me démontre par A + B que le barème indiqué est faux, parce que 4 ou 5 ans avant il avait obtenu sa mut dans tel bahut avec tel barème (suit le détail du barème), que maintenant avec tant d'années en plus dans le poste il doit avoir tant de points en plus (sans savoir que quand on obtient une mut on perd son ancienneté de poste Razz).
J'ai vu le moment où on m'alignait un RC et trois enfants affraid Laughing
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mer 6 Mar 2013 - 10:10
@Pili a écrit:Ah ah ah ...

Je n'en reviens pas que tu gardes ton calme quand même, bravo ! Pourtant, tu n'as aucune obligation ...

Aucune obligation, certes, mais une image de marque quand même, je ne souhaite pas me tailler une image d'hystérique de la part.......... d'hystériques justement : et puis souvent il y a à la base une méconnaissance profonde du système, je suis donc prête à renseigner calmement.
Après les gens pensent ce qu'ils veulent, et on ne peut faire entendre raison à ceux qui ne le souhaitent pas, mais en principe nous sommes des gens compétents et en rien hystériques, non mais professeur
avatar
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mer 6 Mar 2013 - 10:25
Oui je comprends pour l'image à tenir Wink
Mais bravo quand même !

Mais dis-moi, tu n'es pas partie aux commissions toaaaaa ? !!!
Tu traînes toujours sur Néo? :gratte:
avatar
Karine B.
Empereur

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Karine B. le Mer 6 Mar 2013 - 10:26
@Gryphe a écrit:
Snparg a écrit:Une fois, une collègue m'appelle pour avoir le résultat de sa demande à l'intra. Elle me donne juste sa discipline mais ne veut pas me donner son nom.



Je crois que vous pourriez ouvrir un bêtisier... Laughing

un monsieur mécontent de la mutation de son épouse (mais au mieux en fonction de ses voeux et de ses points) qui dit "pov'femme, passez moi un homme"

un autre qui essaie d'avoir les infos pour sa femme. On refuse (on ne donne pas à une autre personne que la personne concernée). Beaucoup d'insistance, limite les pleurs dans la voix (elle est en voyage scolaire, c'est important). On maintient notre refus. Bien nous en a pris : la jeune femme en question avait quitté le domicile pour violences conjugales et cherchait à effacer ses traces !

Et puis tu as les accents charmants et lointains "Oh, Sambre Avesnois, quel joli nom .. C'est bien comme affectation, non ?" Euh oui ... on évite de parler de Maubeuge tout de suite !

_________________
Le SNES, what else ?
Stagiaire agrégée à la rentrée 2015

Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013
avatar
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mer 6 Mar 2013 - 10:31
Ah ah !... aai

Et dis moi Karine, tu es restée calme toi aussi face au "Pov femme, passez moi un homme !" aal

Nooooooon, c'est trop fort là !


Dernière édition par Pili le Mer 6 Mar 2013 - 10:40, édité 1 fois
avatar
Karine B.
Empereur

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Karine B. le Mer 6 Mar 2013 - 10:40
@Pili a écrit:Ah ah !... aai

Et dis moi Karine, tu es restée calme toi aussi face au "Pov femmes, passez moi un homme !" aal

Nooooooon, c'est trop fort là !

je lui ai passé le secrétaire académique de l'époque qui lui a dit ses 4 vérités et lui a raccroché au nez, hi hi

Je ne m'énerve pas facilement, sauf une fois avec une syndiquée en mesure de carte qui voulait un poste précis mais assez loin. On lui a dit de le demander précisément avant de faire ses voeux bonifiés (elle avait pas mal de points d'ancienneté), elle a appelé ensuite le rectorat qui lui a dit de ne faire que ses voeux bonifiés et qu'on arrangerait sa situation en commission, sauf qu'en commission, le poste a été donné tout çà fait normalement à quelqu'un qui le demandait et la syndiquée a obtenu l'établissement libre dans la même commune que sa MCS. Elle a fait un scandale : à quoi ça sert d'être syndiquée ? Je ne rejoindrai jamais ce poste ("on ne donne pas du miel à des cochons" !!!!) .... Au bout d'une dizaine de minutes où je lui expliquais que si elle avait suivi nos conseils écrits et oraux, elle y serait sur son poste, et qu'on n'était pas là pour rattraper ses conneries, et qu'elle devait arrêter avec ses discours sur les "élèves-abrutis", sans succès, le ton montait, je lui ai raccroché au nez

_________________
Le SNES, what else ?
Stagiaire agrégée à la rentrée 2015

Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013
avatar
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mer 6 Mar 2013 - 10:42
Aaaaaaaah quand même !
Bien mérité

avatar
Karine B.
Empereur

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Karine B. le Mer 6 Mar 2013 - 10:46
il y a aussi les coups de fil où on se rend compte qu'il y a une connerie : 2 personnes nommées dans le même collège. On avait bien posé la question avant, mais le rectorat nous avait certifié qu'il y avait bien 2 postes. Donc on mute 2 personnes, sauf qu'il n'y a bien en réalité qu'un seul poste (le même compté 2 fois par les services). Donc coup de fil en commissions : on arrête tout, on reprend les documents et on fait une chaîne régressive en directe (on démute et on remute).

_________________
Le SNES, what else ?
Stagiaire agrégée à la rentrée 2015

Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mer 6 Mar 2013 - 10:49
@Pili a écrit:Oui je comprends pour l'image à tenir Wink
Mais bravo quand même !

Mais dis-moi, tu n'es pas partie aux commissions toaaaaa ? !!!
Tu traînes toujours sur Néo? :gratte:

Tout le monde ne siège pas en même temps, il y a 12 élus nationaux - sans compter les chaires supérieures - et ils siègent par demi-journées en fonctions des disciplines qu'ils suivent, et il faut aussi assurer la logistique au siège national : téléphone, courriers, mails.......

Et je ne suis plus commissaire paritaire national, je ne siège donc plus à l'inter.
J'ai fait deux mandats, ça va.
avatar
Bientôtlesud
Érudit

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Bientôtlesud le Mer 6 Mar 2013 - 10:53
Voici la déclaration des élus FSU à l'ouverture des commissions, à lire car on y retrouve l'ensemble des sujets traités sur ce forum :
extraits :
"Les mutations et les premières affectations sont pour les personnels un moment important qui a des conséquences fortes sur les conditions de vie professionnelles et personnelles des agents concernés. Ils sont très attachés à ce que soient strictement respectés leurs droits, la transparence des décisions et la capacité de leurs représentants, élus par l’ensemble de nos professions, à pouvoir tout à la fois s’assurer de l’égalité de traitement et garantir l’équité, mais aussi à disposer des moyens permettant de corriger les erreurs et d’améliorer la qualité du mouvement proposé par notre administration. Il faut donc que toutes les affectations et toutes les mutations de l’ensemble des personnels fassent l’objet d’un examen par les FPMN à l’échelon national et les FPMA et des groupes de travail à l’échelon académique (affectation des TZR et des stagiaires). C’est le seul moyen d’éviter la moindre suspicion sur d’éventuels « passe-droits ».
Chaque année, nous sommes trop souvent saisis de dysfonctionnements et d’entorses aux droits des élus du personnel : délais de communication et qualité des documents préparatoires, irrespect des avis rendus par les CAP... Ainsi, de très nombreux recteurs n’ont réuni aucun groupe de travail pour l’affectation des stagiaires lors de l’été dernier. La liste de tels manquements est encore bien longue ; c’est anormal.
Dans ce cadre, le ministère persiste à diffuser avant les commissions un « projet » non validé de mutation inter-académique. Nos syndicats n’acceptent pas que perdurent des pratiques qui avaient été mises en œuvre par le gouvernement précédent dans l’objectif d’entraver le travail de vérification, de correction et d’amélioration
effectué par les élus des personnels dans les commissions paritaires.
C’est en effet cela qui ouvre la porte à d’effarantes dérives, et entraînait l’an passé encore des refus de notre administration de prendre en compte les demandes formulées par les commissaires paritaires lors des FPM pour corriger les erreurs, améliorer les résultats dans le respect du barème et réaliser des mutations supplémentaires, demandes faites pour assurer l’égalité de traitement, l’équité du mouvement et permettre la mutation du plus grand nombre de professeurs.
Les personnels du 2 nd degré vivent cela comme une véritable provocation : ils refusent cette remise en cause de leurs droits, de la transparence et de l’égalité de traitement dans les opérations de mutation. Et ne se sont pas privé de le signifier, en termes souvent peu amènes envers leur propre administration. C’est la raison
pour laquelle nous demandons qu’aucune information individuelle ne soit communiquée avant le mouvement.
...
Malgré les efforts budgétaires accomplis, et pour lesquels nous avons bataillé durant de longues années, de trop nombreux indicateurs restent au rouge : dotations encore
insuffisantes ne permettant pas de réduire significativement le nombre d’élèves par classe, plan social converti en plan de reconversion à marche forcée faisant fi des qualifications et spécificités disciplinaires frappant les professeurs des sciences et technologies industrielles, de physique appliquée, de procédés physico-chimiques, situation de plus en plus dégradée des établissements ou zones concentrant difficultés sociales et scolaires, fatigue et stress des stagiaires, conditions de travail très aggravées pour tous, et particulièrement les TZR et les collègues dont le service est à cheval sur plusieurs établissements...
Nos professions expriment ouvertement désormais leur impatience. Celle des enseignants en collège toujours confrontés à la hausse des effectifs des classes, à la multiplication des injonctions contradictoires, à la réunionite chronophage et inutile, à l’autoritarisme croissant de chefs d’établissement, alors que le sentiment s’est durablement installé de ne plus pouvoir normalement ni correctement effectuer son travail.
Impatience aussi des enseignants en lycée général, technologique ou professionnel, toujours contraints de mettre en œuvre les contre-réformes du pouvoir précédent, mais aussi des réformes actuelles, telle celle des épreuves de LV au Baccalauréat.
Désarroi des enseignants des disciplines technologiques industrielles et de laboratoire mis en demeure de se plier à une dénaturation des séries STI-STL qu’ils portent depuis des décennies, dont les élèves seront les premières victimes, et cela dans l’impréparation la plus totale, dans des conditions inadmissibles et proches du plus profond mépris : nous redisons ici combien le plan de « reconversion » de l’été passé, lancé à la hussarde et maintenu dans ses grandes lignes nos avertissements dès le début de l’été constitue à nos yeux une faute politique en gestion des personnels.
Colère des TZR, à qui l’on impose des conditions de travail insupportables, que l’on cherche à contraindre à enseigner une autre discipline que celle de leur qualification, à qui l’on mégote le remboursement des frais de transport... Soyez attentifs, et vous verrez que se multiplient dans les délégations et les défilés les banderoles « TZR en colère ».
Souffrance professionnelle des stagiaires placés dans une situation intenable qui bafoue tous les principes de la formation professionnelle et obère gravement leur entrée dans le métier exigeant qu’ils ont choisi. Notre analyse est qu’il faut sortir radicalement de la situation héritée des politiques éducatives précédentes et s’atteler à trouver les voies pour y parvenir.
...
Concernant le dispositif « ÉCLAIR » de recrutement des personnels par les chefs d’établissement, notre appréciation du chemin parcouru n’est pas de même nature. Nous nous félicitons de l’abandon du mouvement « ÉCLAIR » à l’Inter : cela n’en rend que plus inacceptable le maintien de ce dispositif à l’Intra.
Le programme « ÉCLAIR » a été conçu dans un double objectif : détruire le système de l’éducation prioritaire et tester puis généraliser des procédures managériales dérogatoires de gestion des personnels. Ce dispositif préfigure un système éducatif constitué d’établissements de plus en plus autonomes, éventuellement mis en réseau, dont la clef de voûte consiste à renforcer considérablement les prérogatives des chefs d’établissement en matière éducative et pédagogique mais aussi en gestion des personnels. En réalité, cette autonomie des établissements est celle du chef d’établissement.
Le classement des 323 établissements « ÉCLAIR » du second degré a été effectué à la hussarde dans l’opacité la plus complète : aucune instance de contrôle démocratique saisie, aucun critère de classement rendu public, nul CA d’un quelconque établissement consulté, sinon pour s’asseoir aussitôt sur ses délibérations.
Ce dispositif visait d’abord à institutionnaliser un système éducatif à deux vitesses au sein de l’École de la République, confinant les élèves des classes populaires dans des établissements de plus en plus ghettoïsés. En terme de politique éducative, l’ensemble du dispositif « ÉCLAIR » relève d’une idéologie profondément réactionnaire portant une politique de classe : prétendre résoudre la difficulté scolaire en extrayant du droit commun les élèves des milieux populaires. Une telle logique est mise en oeuvre depuis les classements « établissement sensible » des années 1995 qui ont préludé à la casse de la politique d’éducation prioritaire issue des années 80. On en voit maintenant les résultats, stigmates du caractère démagogique et dangereux de telles conceptions.
...
Le mouvement est une des plus importantes des opérations de gestion. Politiquement, son but est d’assurer la couverture harmonieuse des besoins du service public et, pour cela, de satisfaire au mieux les voeux des personnels dans l’égalité de traitement, l’équité et la transparence : mieux les personnels sont nommés, mieux ils sont à même de remplir leur mission de service public. Or, la qualité du mouvement dépend de plusieurs facteurs. On est aujourd’hui très loin de l’Harmonie : le mouvement 2013 est quasiment aussi difficile et contraint que le précédent.
3-1/ La question budgétaire : le vrai carcan n’est pas celui du statut (espace de protection du fonctionnaire et de garanties collectives et individuelles, tant pour les agents de l’État que pour les usagers) mais celui de la pénurie budgétaire. L’impact des baisses de recrutement, de la réduction de l’offre d’enseignement, les suppressions de postes qui en ont découlé durant les années passées, rentrée 2012 comprise, est tel que cette année encore cela rend impossible un mouvement de bonne qualité et entrave la mobilité des personnels à l’inter comme à l’intra.
L’application qui est faite de la LOLF, notamment par le jeu de la masse salariale, du plafond d’emplois et des indicateurs de performances est destructrice pour le service public. À cet égard, comme nous l’avions anticipé et dénoncé, la suppression des emplois de stagiaires conduit les recteurs à nommer les futurs recrutés sur des emplois de titulaires. Les asseoir sur des postes complets est une catastrophe pour les mutations de tous, particulièrement lors de la phase intra puis lors de l’affectation des TZR. De façon apparemment contradictoire mais logique, l’augmentation des recrutements 2013 (dans ses différentes phases) mais sans réduire le service d’enseignement des stagiaires conduit aux mêmes effets : la menace est réelle d’une asphyxie générale de la mobilité géographique dans le second degré.
En ce qui concerne les STI et la physique appliquée, les suppressions de postes en lycée sont massives. C'est un véritable « plan social » qui est mis en oeuvre de façon masquée, maquillé en plan de reconversion disciplinaire. Il faut décider un moratoire, réclamé de toute part au vu de la perspective de destruction de l’enseignement technique. Nous estimons qu’il est de votre responsabilité de rappeler, de toute urgence, quelques principes fondamentaux aux recteurs, SG et DRH des académies : le respect de la qualification, c’est le respect du recrutement national et ministériel, du cadre d’emploi, des enseignements délivrés, des élèves et de leurs professeurs.
3-2/ La structure du mouvement, en deux temps depuis 1999, réduit la mobilité générale des personnels et accroît les disparités entre les académies, c’est amplement démontré et n’est plus guère contesté. Tout projet de déconnecter la titularisation de la première affectation et de la prise de poste, tout projet de régionaliser le recrutement… aurait pour effet un blocage irrémédiable du système des mutations. Mais pas seulement : le mouvement est national parce que le recrutement l’est. Dit autrement, tout élève, sur le territoire de la Nation, a le même droit à l’instruction et donc à une même qualité d’enseignement et de recrutement de ses professeurs : c’est ce qui fonde le mouvement national et exclut ainsi tout recrutement régional ou local.
Nous attirons très vivement l’attention de l’administration centrale sur une situation anormale : de trop nombreux recteurs n’ont pas encore publié leur circulaire pour l’Intra. Ainsi, nombre de collègues obtiendront dès cet après-midi une mutation inter-académique, sans savoir comment ils seront traités dans leur nouvelle académie. Il est impératif que les recteurs publient ces textes très rapidement. En tout état de cause, ils auraient dû le faire dès décembre, lors de la saisie des voeux de l’inter, afin que les candidats à mutation soient pleinement éclairés sur la totalité des conditions de gestion de leur situation par notre administration.
Enfin, les disparités de traitement des mêmes situations en fonction de tel ou tel rectorat se multiplient, quand bien même l’administration centrale essaie d’y remédier : rapprochements de conjoints, rapprochements de la résidence de l’enfant, dossiers handicap, dossiers CIMM appréciés différemment selon les visions de tel ou tel bureau de gestion… ces inégalités de traitement sont systémiques et structurelles.
C’est pourquoi nous revendiquons la reconstruction d’un mouvement national unifié permettant les mutations de poste à poste sur l’ensemble du territoire national, seul capable, s’il est nourri par des recrutements suffisants et l'implantation de nombreux postes, dans un cadre paritaire rénové et renforcé, de conjuguer les intérêts des personnels et du service public, en garantissant une couverture équitable des besoins des académies, une meilleure satisfaction des voeux des personnels grâce à une plus grande mobilité, l'équité et l'égalité de traitement pour tous, par le respect de l'exigence de transparence.
3-3/ Les barèmes : ils fondent l’équité et la transparence du mouvement en tant qu’opération de gestion, et s’ils sont bien évidemment non réglementaires et « indicatifs » (ce que tout le monde sait depuis toujours), pour autant ils constituent la règle que l’administration applique à tous par note de service : nul ne peut y déroger sous peine de rompre l’égalité de traitement entre fonctionnaires dans la même opération de gestion.
Nous sommes attachés à une prise en compte de la diversité et de la réalité des situations individuelles, familiales et professionnelles au travers d’un équilibre des quatre grands blocs composant le barème : la partie commune, les situations administratives, les situations familiales, les choix individuels.
Institué comme règle commune de gestion, le système du barème implique la succession des opérations de correction et d’amélioration du projet de mouvement auxquelles seront dévolus les travaux de nos commissions paritaires ces prochains jours.
Les déséquilibres introduits ces dernières années, notamment par le système des APV, pèsent sur les flux généraux des personnels à l’inter comme à l’intra, et au prétexte de résoudre la question des établissements difficiles visent en fait à contraindre les collègues à des « parcours » définis par la hiérarchie. C’est lié à l’objet du dispositif « ÉCLAIR » analysé plus haut. Nous promouvons l’idée de mobilité choisie et volontaire, dans l’équité de traitement et la transparence des opérations, selon des critères lisibles et quantifiables, donc vérifiables : c’est un moteur important de satisfaction individuelle et d’efficacité professionnelle, qui permet de libérer les énergies et les initiatives, de construire le travail d’équipe et de renforcer le service public. C’est ainsi un facteur de revalorisation de nos professions.
A contrario des visées managériales de taylorisation et de déqualification des métiers de l’enseignement et de l’éducation qui florissaient naguère, à rebours de l’idée de soumission à des hiérarchies locales renforcées, nous affirmons qu’un mouvement de mutation de qualité est possible : à condition de nourrir une ambition forte pour le service public et le système éducatif, de respecter les personnels, leurs aspirations et leur volonté d’exercer pleinement le métier qu’ils ont choisi.
Nous allons, après nos échanges, ouvrir nos travaux.
Ils seront longs et difficiles, mais nous n’aspirons pas au repos : nous aurons ici à corriger les erreurs et à améliorer la fluidité générale au travers de situations individuelles. Nous demandons que soient ouvertes ce jour les marges raisonnables de ce travail. Nous demandons aussi à ce que s’ouvrent sans attendre les discussions sur le mouvement 2014 : calendrier des opérations, structure du mouvement (SpéN / SpéA, Inter / Intra, GTN RQTH et CIMM…), cadrage de l’Intra et des affectations TZR et stagiaires (dès 2013)…
Ce mouvement 2013 a été conçu comme « transitoire », nous a-t-on dit. Nous apprécions sans restriction la qualité retrouvée, et naturelle, du dialogue renoué avec notre administration. Nous demandons que cette « transition » ouvre dès ce jour des perspectives réelles pour garantir à chacune et chacun le droit à une mobilité choisie.
Les élus nationaux des personnels
SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU
Paris, le 5 mars 2013"

http://www.snes.fr/IMG/pdf/2013_03_05_liminaire_fpmn_capn_fsu_vdef.pdf


Dernière édition par Bientôtlesud le Mer 6 Mar 2013 - 10:55, édité 1 fois
avatar
Bientôtlesud
Érudit

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Bientôtlesud le Mer 6 Mar 2013 - 10:54
@Karine B. a écrit:il y a aussi les coups de fil où on se rend compte qu'il y a une connerie : 2 personnes nommées dans le même collège. On avait bien posé la question avant, mais le rectorat nous avait certifié qu'il y avait bien 2 postes. Donc on mute 2 personnes, sauf qu'il n'y a bien en réalité qu'un seul poste (le même compté 2 fois par les services). Donc coup de fil en commissions : on arrête tout, on reprend les documents et on fait une chaîne régressive en directe (on démute et on remute).

Je l'ai eu ce cas également! santeverre
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mer 6 Mar 2013 - 11:00
On a tous eu ça je crois.
EX en maths deux agrégés partent en retraite dans le même établissement, dont un en CPA.
Les deux postes sont remis au mouvement sauf que si on regarde l'horaire le premier faisait 15 h et l'autre un mi-temps : pas de quoi faire deux postes.
avatar
Pili
Grand sage

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Pili le Mer 6 Mar 2013 - 11:03
@Daphné a écrit:
Tout le monde ne siège pas en même temps, il y a 12 élus nationaux - sans compter les chaires supérieures - et ils siègent par demi-journées en fonctions des disciplines qu'ils suivent, et il faut aussi assurer la logistique au siège national : téléphone, courriers, mails.......

Et je ne suis plus commissaire paritaire national, je ne siège donc plus à l'inter.
J'ai fait deux mandats, ça va.

Je plaisantais en disant ça Daphné, j'imagine bien que tu as déjà beaucoup fait (et que tu fais toujours ...)
J'avais juste cru que tu participais à l'inter

Si j'appelle le siège national , je tombe sur toi ? Laughing
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Daphné le Mer 6 Mar 2013 - 12:04
@Pili a écrit:
@Daphné a écrit:
Tout le monde ne siège pas en même temps, il y a 12 élus nationaux - sans compter les chaires supérieures - et ils siègent par demi-journées en fonctions des disciplines qu'ils suivent, et il faut aussi assurer la logistique au siège national : téléphone, courriers, mails.......

Et je ne suis plus commissaire paritaire national, je ne siège donc plus à l'inter.
J'ai fait deux mandats, ça va.

Je plaisantais en disant ça Daphné, j'imagine bien que tu as déjà beaucoup fait (et que tu fais toujours ...)
J'avais juste cru que tu participais à l'inter

Si j'appelle le siège national , je tombe sur toi ? Laughing

Sur moi ou sur quelqu'un d'autre, on est nombreux. Wink

Spoiler:
Bon cette après-midi je suis à un groupe de travail à la DGESCO.
avatar
Gryphe
Médiateur

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Gryphe le Mer 6 Mar 2013 - 12:14
@Daphné a écrit:
Spoiler:
Bon cette après-midi je suis à un groupe de travail à la DGESCO.
Travaille bien ! Very Happy

Spoiler:
(Sérieux, ça m'éclate ce que vous faites.)

_________________
Τί ἐστιν ἀλήθεια ;

Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint. Pour en savoir plus, c'est par ici : http://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2017
Contenu sponsorisé

Re: Commissions de mutations inter - 2013

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum