Les petits parleurs (Petite Section)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les petits parleurs (Petite Section)

Message par Regg008 le Ven 15 Mar 2013 - 0:30

Je suis étudiante en deuxième année de Master SMEEF, et dans le cadre de ce master j'écris un mémoire dont la problèmatique est : En quoi les albums lus en classe peuvent-ils aider les « petits parleurs » de petite section à oser s'exprimer?
J'ai besoin de votre aide pour poursuivre mes recherches
Je vous remercie par avance!

Question 1 : Quelles sont vos démarches face à un élève :
- Qui n'a pas de difficultés de compréhension mais qui fait un « blocage » face à l'adulte et ne s'exprime pas en sa présence?


- Qui ne parle pas en grand groupe mais en petit groupe?

Question 2 : Quels types de groupes faites-vous lorsque vous faîtes une activité autour de l'album?
- Groupes homogènes constitués de « petits parleurs »?

- Groupes hétérogènes?

Question 3 : Selon vous quels types d'albums sont plus adaptés aux petits parleurs?
- Des albums où les personnages sont connus des élèves (par exemple les histoires de Nelly et César – La dispute, Guéris vite!)

- Des albums autour de la vie quotidienne de l'élève?
- Des albums dont les personnages sont des animaux?
- Des albums interactifs (exemple : les albums à toucher)

Question 4 : Que pensez-vous des oralbums?

Regg008
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par Vudici le Ven 15 Mar 2013 - 1:09

@Regg008 a écrit:Question 4 : Que pensez-vous des oralbums?
Ouïlle ouïlle ouïlle dirait-on en bruxellois... Voici une discussion qui promet...

_________________
Front de Libération des Lichens Injustement Massacrés

Vudici
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par doublecasquette le Ven 15 Mar 2013 - 7:44

S'il vous plaît, n'enterrez pas ce sujet, il ne faut pas que j'oublie d'y répondre... sunny

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par Nasopi le Ven 15 Mar 2013 - 8:13

Quand il était en maternelle, mon fils aîné faisait partie de ces "petits parleurs" (en fait, il était totalement mutique, la maîtresse ne connaissait pas le ton de sa voix !). Du coup, il avait un moment dans la semaine où il allait avec l'institutrice du RASED, parce qu'en petit groupe ça le rassurait et il arrivait à sortir un peu de son mutisme.
A l'époque, il était mutique avec tous les adultes autres que nous ; par contre les enfants ne lui posaient pas de problème, en cour de récréation il était très bavard.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par doublecasquette le Sam 16 Mar 2013 - 11:48

@Regg008 a écrit:Je suis étudiante en deuxième année de Master SMEEF, et dans le cadre de ce master j'écris un mémoire dont la problèmatique est : En quoi les albums lus en classe peuvent-ils aider les « petits parleurs » de petite section à oser s'exprimer?
J'ai besoin de votre aide pour poursuivre mes recherches
Je vous remercie par avance!

Question 1 : Quelles sont vos démarches face à un élève :
- Qui n'a pas de difficultés de compréhension mais qui fait un « blocage » face à l'adulte et ne s'exprime pas en sa présence?
Lorsqu'il s'agit d'un élève de TPS ou PS, je le laisse tranquille tout en essayant de le solliciter à un moment où il est en "grande conversation" avec un de ses petits camarades ou, pendant une séance de langue, dans le feu d'une discussion où chacun donne son avis.
Cependant, si cette sollicitation n'est pas suivie d'effets, je n'insiste pas et je le rassure en lui disant que ce n'est pas grave et que, quand il sera plus grand, il me parlera, comme ses petits camarades me parlent.

Je ne suis pas inquiète car cela fait partie du développement normal de l'enfant de deux à cinq ans au caractère plutôt réservé ou élevé dans une crainte (relative) des personnes qui ne font pas partie de l'environnement proche.
L'enseignant doit alors lui aussi devenir un membre de l'environnement proche et il faut laisser du temps à l'enfant pour effectuer la "procédure d'adoption".



- Qui ne parle pas en grand groupe mais en petit groupe?
Même chose, mais seulement pendant les moments de regroupement. Le groupe peut être affolant, surtout si on a dans la classe un groupe de "trop grands parleurs" qui ont l'habitude de mobiliser la conversation ou/et si les élèves, trop nombreux, mal installés ou peu habitués à ces regroupements et à leurs règles, s'agitent, parlent tous en même temps, ont des comportements qu'un enfant calme et réservé peut prendre pour des agressions physiques ou verbales.

Il faut laisser du temps au temps, apprendre aux "trop grands parleurs" à se taire et à écouter les autres (souvent bien plus long et bien plus difficile à obtenir que de faire enfin parler un "petit parleur") et aider l'enfant en reformulant à sa place ce qu'il a dit en petit groupe ou en relation duelle.

Enfin, et c'est sans doute le plus important et le moins travaillé à l'école maternelle actuellement, il faut multiplier les temps en grand groupe afin que chaque enfant apprenne à s'y sentir à l'aise et à savoir que le temps de classe, c'est celui-là. Lorsque l'enfant aura "adopté" non seulement le maître mais aussi ses camarades de classe dans son environnement proche, il s'exprimera sans crainte devant eux.
Il faut par ailleurs que ce grand groupe devienne la "marque de fabrique" de l'école. Pour cela, c'est très simple, il suffit que le premier moment passé ensemble en début de demi-journée soit un moment de regroupement collectif. L'enfant considérera que c'est là l'endroit et le moment où l'on s'exprime et que ce groupe, enfants + enseignant, est l'élément référent de l'école.


Question 2 : Quels types de groupes faites-vous lorsque vous faites une activité autour de l'album?
- Groupes homogènes constitués de « petits parleurs »?

- Groupes hétérogènes?

Je ne fais pas d'activités en petits groupes autour d'un album. Je présente bien entendu des albums chaque demi-journée à mes élèves, mais c'est lors d'un des regroupements collectifs.

Je peux donc dire que je constitue un groupe hétérogène dans lequel les "observateurs" font remarquer les détails des illustrations à leurs camarades, les "mémoires d'éléphant" répètent les phrases ou les mots que j'avais lus la veille et me donnent ainsi l'occasion de demander à leurs camarades de les imiter, les "projeteurs" inventent des suites et des raisons dans lesquelles les autres peuvent s'engouffrer, les "imaginatifs" partent dans leurs délires et nous les suivons... ou nous les recentrons, selon l'intérêt de leurs broderies personnelles, et j'en oublie certainement.
Les "petits parleurs" sont pris dans ce maelström et, si on les garde près de soi, qu'on les encourage, qu'on traduit pour eux ce qui risque de leur être incompréhensible, ils progressent bien plus vite et bien plus profondément que s'ils avaient été, de loin en loin, rassemblés à trois ou quatre, d'un niveau homogène ou au contraire de différents niveaux.

De plus, le temps scolaire est trop précieux et les acquisitions trop nombreuses pour qu'on puisse jouer les précepteurs privés. Si on instaure des petits groupes dans tous les domaines, on a alors deux solutions :
- soit on ne fait que de l'exploitation d'albums et on néglige les autres domaines, ce qui est inadmissible,
- soit on ne revient sur cette activité que de loin en loin et elle ne sert alors pas à grand-chose.

D'autre part, cette activité individuelle au sein d'un groupe est aussi la principale richesse de l'École qui rassemble et brasse en un même lieu des enfants de toutes origines, de toutes sensibilités dont les richesses cumulées permettent à chacun de s'ouvrir sur le monde et d'avancer bien plus vite et bien plus loin.

Le temps scolaire doit donc être un temps où l'apprentissage de la vie en société fait partie des apprentissages fondamentaux.
Le but, en trois à quatre années scolaires sera de permettre à un enfant qui entre au CP de savoir échanger avec ses camarades et le maître en comprenant ce qu'ils disent et travailler avec eux.
Il doit par exemple, dans le cas du langage, savoir participer à un dialogue collectif en étant capable d'en saisir le sens général, l'avancée et les retours en arrière du débat et d'entrer dans ce dialogue à bon escient en ayant quelque chose de nouveau à amener à la discussion du moment.
C'est un apprentissage sur le long terme qui sera loin d'être fini au bout de ces quatre années mais qui doit être mis en place dès le début afin d'être, comme je le disais plus haut, la "marque de fabrique" de l'école.



Question 3 : Selon vous quels types d'albums sont plus adaptés aux petits parleurs?
- Des albums où les personnages sont connus des élèves (par exemple les histoires de Nelly et César – La dispute, Guéris vite!)

- Des albums autour de la vie quotidienne de l'élève?
- Des albums dont les personnages sont des animaux?
- Des albums interactifs (exemple : les albums à toucher)

L'idéal, c'est de varier le plus possible les styles afin d'arriver à capter tous les tempéraments, tous les intérêts, tous les vécus.
Cela est possible lorsqu'on travaille en groupe classe puisqu'on pourra présenter un album par jour si on le souhaite, quitte à y revenir plus tard, à une ou plusieurs reprises. Les enfants évoluent très vite et une courte histoire présentée en tout début d'année sera perçue différemment deux mois plus tard, puis encore différemment quatre à six mois après. Elle donnera lieu à des retours en arrière très fructueux pour le langage d'évocation et prêtera son imaginaire aux enfants qui l'intégreront au leur et en feront une partie intégrante de leur vécu collectif.

On alternera donc des imagiers (très important en PS pour faire parler les enfants), des albums autour de la vie quotidienne, avec ou sans personnages récurrents (un abonnement à une revue pour tout-petits peut permettre d'attacher ainsi sa classe à ces "amis imaginaires" qu'on retrouve chaque mois lorsqu'on déballe le courrier), des histoires d'animaux réels ou imaginaires, des albums conçus pour être interactifs, des histoires sans paroles, dès que possible des contes illustrés, des albums "documentaires", etc.

Un mot au sujet des "albums interactifs" : en maternelle, et même dans les premières années de l'élémentaire, tout album, tout récit, tout conte doit devenir interactif et être joué, raconté, illustré par les enfants eux-mêmes qui, pour s'approprier l'histoire doivent la vivre physiquement ou presque.


Question 4 : Que pensez-vous des oralbums?

Euh... J'ai le droit d'être franche ? Excusez-moi d'avance mais je le prends.
Vous n'êtes bien entendu pas obligée de garder cet avis pour votre mémoire si vous le trouvez trop risqué, mais, par pitié, gardez-le en tête pour le jour où, débarrassée des formalités d'usage, vous serez titulaire et exercerez notre très noble profession auprès des enfants.

Donc, reprenons, que pensé-je des oralbums ?

Que celui qui a inventé cela et a réussi à le vendre, tant commercialement que pédagogiquement, a dû faire une excellente opération financière ou tout du moins un succès d'estime bien confortable psychologiquement parlant ?

Que les enfants qui sont soumis à ce régime pendant deux à trois années ont bien peu de chance par rapport à tous leurs petits camarades qui, à la maison ou en classe, apprennent à apprécier et retenir, à vie, des phrases telles que "Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût pu voir. Sa mère en était folle et sa grand-mère plus folle encore." ou "Tout à coup, le vent fraîchit. La montagne devint violette. C'était le soir." ou encore "Mais, si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée." ou ... ?

Que le rôle de l'enseignant de Petite (et début de Moyenne) Section est de présenter un album par ses illustrations, de les faire commenter une à une par les enfants, de les entraîner vers une formulation personnelle du texte qu'il va ensuite leur lire, de reprendre cette formulation à plusieurs reprises, sous des formes de plus en plus élaborées, d'échanger avec ses élèves autour de ces reformulations de façon à les amener à en réemployer les mots et les tournures de phrases avant de, finalement, leur lire un texte écrit en bon français qu'ils sont alors capables non seulement de comprendre mais aussi de commencer à intégrer si ce n'est à leur vocabulaire actif mais au moins à leur dictionnaire mental ?

Et donc qu'il est hors de question de faire entrer dans les classes des bouquins où on a volontairement écrit comme on pense qu'un enfant kôzlafrans quand il est un "gosse de pauvres" !

L'école maternelle est là pour donner le meilleur à tous ceux qui n'ont pas eu la chance de naître avec un dictionnaire du beau langage dans leur bibliothèque et c'est faire de la discrimination, négative qui plus est, que de considérer que ces gamins-là n'ont pas droit à la même langue que leurs voisins plus chanceux.


Dernière édition par doublecasquette le Sam 16 Mar 2013 - 19:09, édité 2 fois

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par Volubilys le Sam 16 Mar 2013 - 12:51


@Regg008 a écrit:Question 1 : Quelles sont vos démarches face à un élève :
- Qui n'a pas de difficultés de compréhension mais qui fait un « blocage » face à l'adulte et ne s'exprime pas en sa présence?


- Qui ne parle pas en grand groupe mais en petit groupe?
Je le sollicite d'abord en relation duel (bref je lui parle à lui pendant les temps d'accueil, d'habillage, de jeu...) pour établir un minimum de relation enfant/maîtresse et s'il commence à me parler, alors j'essaie de lui parler en groupe.
Mais s'il ne parle pas, je n'insiste pas, je recommencerai plus tard.
Un enfant de 3 ans n'est pas forcément à l'aise avec le langage, avec la relation aux autres... laissons lui le temps d'apprivoiser ce monde qu'il découvre et de se sentir en sécurité.


Question 2 : Quels types de groupes faites-vous lorsque vous faîtes une activité autour de l'album?
- Groupes homogènes constitués de « petits parleurs »?

- Groupes hétérogènes?
Le groupe homogène de petits parleurs : groupe très silencieux où les élèves ne parlent pas et ne te répondent pas. C'est très compliqué de leur faire décrocher un mot, et on a l'impression de parler aux murs.
Le groupe hétérogène, les gros parleurs monopoliseront la parole.

En fait, le mieux que j'ai trouvé à faire en classe : apprendre au gros parleur à ce taire, et parler autant que possible au petit parleur en relation duel.

Question 3 : Selon vous quels types d'albums sont plus adaptés aux petits parleurs?
- Des albums où les personnages sont connus des élèves (par exemple les histoires de Nelly et César – La dispute, Guéris vite!)

- Des albums autour de la vie quotidienne de l'élève?
- Des albums dont les personnages sont des animaux?
- Des albums interactifs (exemple : les albums à toucher)
pour faire parler un petit parleur, il faut lui parler de choses concrète, là, tout de suite, qui le concerne. Les imagiers, les photos de lieux et de personnes qu'il connait, le vécu de classe...
Après, quand on connait un peu mieux les élèves, on peut savoir ce qui leur plaît et choisir un album en fonction de leur goût, ça les intéressera plus et peut-être diront-ils quelque chose.

Pour des PS, petit ou gros parleurs, rien de tel que des histoire très simple, qui parle du quotidien : Petit ours brun, Juliette...
Ils ont besoin d'apprendre la structure du langage écrit pour beaucoup, et ces textes simples qui leur parlent de choses familières leur permettent de connecter leur langage, leur connaissance du monde et le langage écrit de l'école.

bref, en PS : des imagiers, des albums qui parlent du quotidien...



Question 4 : Que pensez-vous des oralbums?
ce que j'en pense? Caca-beurk!
Pour moi c'est une fumisterie pédagogique qui maintient l'enfant dans un langage pauvre et enfantin au lieu de le tirer vers le haut et vers une pratique riche de la langue. D'après moi, ces textes sont délétères pour le langage des "pauvre-petit" qui ne bénéficient pas d'un bain de langue riche à la maison.
Mais ce n'est qu'un point de vu personnel.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par Regg008 le Dim 17 Mar 2013 - 14:06

Je vous remercie beaucoup pour toutes ces réponses!

Regg008
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par Regg008 le Dim 17 Mar 2013 - 14:09

Et de l'attention que vous accordez à ce sujet !

Regg008
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les petits parleurs (Petite Section)

Message par coindeparadis le Lun 18 Mar 2013 - 13:15

Réponse de mère et non d'instit (je n'enseigne pas en TPS PS) : mon fils est un petit bavard en relation duelle ou en petits groupes mais ne parle pas en grand groupe. Tout simplement parce qu'il trouve plus intéressant d'écouter ce qui se dit. Et comme il répète tout ce qu'il entend, son vocabulaire n'en est que plus riche. Quand aux oralbums... Là aussi, il préfère les albums avec de vrais textes (qu'il lit et relit comme on déguste un bonbon) que les tournures de phrases familières...

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Help me!! J'ai besoin d'aide pour mon mémoire concernant les petits parleurs

Message par Regg008 le Ven 22 Mar 2013 - 8:36

Bonjour,
Je suis actuellement en deuxième année de Master SMEEF et dans le cadre de ce dernier, je dois écrire un mémoire.
Ma problématique est : "En quoi les albums lus en classe peuvent-ils aider les « petits parleurs » de petite section à oser s'exprimer?"
Je "poste" de nouveau ce questionnaire car je n'ai pas eu assez de réponses...
J'ai véritablement besoin de l'aide d'enseignants qui enseignent ou qui ont enseigné en Petite Section, pour ce faire, j'ai besoin que vous répondiez à quelques questions

Je vous remercie par avance de l'attention que vous porterez à ce questionnaire
Question 1 : Quelles sont vos démarches face à un élève :
- Qui n'a pas de difficultés de compréhension mais qui fait un « blocage » face à l'adulte et ne s'exprime pas en sa présence?



- Qui ne parle pas en grand groupe mais en petit groupe?




Question 2 : Quels types de groupes faites-vous lorsque vous faîtes une activité autour de l'album?
- Groupes homogènes constitués de « petits parleurs »?



- Groupes hétérogènes?



Question 3 : Selon vous quels types d'albums sont plus adaptés aux petits parleurs?
- Des albums où les personnages sont connus des élèves (par exemple les histoires de Nelly et César – La dispute, Guéris vite!)
- Des albums autour de la vie quotidienne de l'élève?
- Des albums dont les personnages sont des animaux?
- Des albums interactifs (exemple : les albums à toucher)


Question 4 : Que pensez-vous des oralbums?

Regg008
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum