Pompéi, memento mori : analyse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lefteris le Sam 23 Mar 2013 - 23:33

Ce post pourrait être en rubrique HDA. Voilà, j'hésite entre plusieurs analyses de cette mosaïque de "vanité" :
La mort, placée au centre , égalise tout, égalité matérialisée par l'équerre , qui traversée par un fil à plomb met au même niveau la richesse (vêtements riches, pourpre symbole du luxe, ou du pouvoir) et la pauvreté (haillons). Jusque-là, ça va, l'allégorie est assez évidente . En revanche , la roue , c'est la roue de la fortune, qui précède la vie avant la mort , laquelle domine finalement (position supérieure), ou le prolongement de la mort et le cycle pythagoricien des mutations de l'âme ? L'espèce de papillon, l’âme humaine ?
Merci aux connaisseurs...



_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par leyade le Dim 24 Mar 2013 - 8:26

un petit topo clair ici :
même s'il n'apporte pas grand chose de plus à ce que tu as déjà trouvé :

http://www.crdp-strasbourg.fr/experience/hda/vanite4.htm

la roue, je la vois aussi comme un élément de déséquilibre, fuyant, fragile, imprévisible et capricieux : au moindre mouvement, l'équilibre fragile de cette superposition bascule, et tout tombe sans dessus dessous, la vie comme la mort.

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.

leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lefteris le Dim 24 Mar 2013 - 10:34

@leyade a écrit:un petit topo clair ici :
même s'il n'apporte pas grand chose de plus à ce que tu as déjà trouvé :

http://www.crdp-strasbourg.fr/experience/hda/vanite4.htm

la roue, je la vois aussi comme un élément de déséquilibre, fuyant, fragile, imprévisible et capricieux : au moindre mouvement, l'équilibre fragile de cette superposition bascule, et tout tombe sans dessus dessous, la vie comme la mort.
Merci pour le lien, intéressant par ailleurs. La plupart des éléments sont parlants, mais le problème reste la roue : la roue élément de déséquilibre, c'est ce qui donné la roue de la Fortune, explication la plus communément admise . Mais la présence du "papillon" , qui représenterait l'âme, juste au dessus de cette roue, pourrait symboliser l'éternel retour , la transmigration des âmes, selon certains (je ne sais plus trop où j'ai vu ça). Or, les doctrines orphico-pythagoriciennes sont très présentes dans le monde gréco-romain, qui plus est dans le monde hellénisé depuis longtemps de l'Italie du sud. Ce se défend aussi , mais j'aimerais savoir ce qu'il en est de la validité de cette interprétation.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Oedipe le Dim 24 Mar 2013 - 11:44

Voilà quelques précisions du livre du professeur 4e hatier (M.C Brindejonc) :
" L’image de la mort est ici indissociable des
objets symboliques qui entourent le crâne :
celui-ci est en effet en équilibre sur une
roue surmontée d’un papillon ; à sa gauche
se trouvent des éléments évoquant une vie
pauvre : un bâton, une besace et un manteau
simple, alors qu’à sa droite nous voyons des
objets symbolisant un rang social élevé : un
faisceau et un manteau de pourpre. La mort ne
se soucie pas du rang social : tous sont égaux
face à la mort, comme le rappelle également
la symétrie de la composition, appuyée par
l’équerre."

Oedipe
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lux_ le Dim 24 Mar 2013 - 13:24

Et sur le site du musée Maillol à Paris, n'y aurait-il pas des pistes ?

Cette oeuvre avait été exposée lors de l'expo temporaire des Vanités il y a deux ou trois ans.

Lux_
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lefteris le Dim 24 Mar 2013 - 13:43

Lux-Aeterna a écrit:Et sur le site du musée Maillol à Paris, n'y aurait-il pas des pistes ?

Cette oeuvre avait été exposée lors de l'expo temporaire des Vanités il y a deux ou trois ans.
Non, rien sur le web. L'explication de la roue de la Fortune, de l'instabilité de tout, est satisfaisante et correspond au contexte de l'image , et même d'un certain courant de pensée, que l'on retrouve dans la poésie latine ( Horace par ex. : pallida mors aequo pulsat pede ...) . Mais la présence de ce qui semble être une "âme" sur cette roue m'intrigue un peu. Curiosité personnelle, je ne vais pas m'embarquer dans un développement avec les élèves.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Ruthven le Dim 24 Mar 2013 - 13:53

Dans le catalogue de l'expo. "C'est la vie" évoquée par Lux-Aeterna, l'auteur propose ceci :"le niveau, utilisé par les maçons et les charpentiers pour contrôler l'horizontalité de leurs constructions, repose, d'un côté, sur les symboles de la richesse et du pouvoir, et, de l'autre, sur ceux de la pauvreté et de la sobriété ; il surmonte le crâne et le papillon, symboles respectifs du corps et de l'âme, en perpétuel équilibre précaire durant la vie, car livrés à la roue, toujours changeant, de Tychè (le Sort, le Destin). Il s'agit donc d'une allégorie de la vie et de son équilibre apparent et incertain, dont la disparition laisse une seule certitude, la Mort, qui ne sait conjuguer que le verbe aequare (aplanir)."

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lux_ le Dim 24 Mar 2013 - 13:56

@Ruthven a écrit:Dans le catalogue de l'expo.

Je l'ai cherché sur mes étagères car je me souvenais qu'il y avait une explication sur cette oeuvre (qui était me semble-t-il l'oeuvre d'accroche sur les affiches pour cette exposition) mais en fait je crois que je n'ai pas dû l'acheter car je ne le trouve pas.

Merci d'avoir noté ici le commentaire !

Lux_
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lefteris le Dim 24 Mar 2013 - 14:00

@Ruthven a écrit:Dans le catalogue de l'expo. "C'est la vie" évoquée par Lux-Aeterna, l'auteur propose ceci :"le niveau, utilisé par les maçons et les charpentiers pour contrôler l'horizontalité de leurs constructions, repose, d'un côté, sur les symboles de la richesse et du pouvoir, et, de l'autre, sur ceux de la pauvreté et de la sobriété ; il surmonte le crâne et le papillon, symboles respectifs du corps et de l'âme, en perpétuel équilibre précaire durant la vie, car livrés à la roue, toujours changeant, de Tychè (le Sort, le Destin). Il s'agit donc d'une allégorie de la vie et de son équilibre apparent et incertain, dont la disparition laisse une seule certitude, la Mort, qui ne sait conjuguer que le verbe aequare (aplanir)."

Merci beaucoup. Donc je reviens à mon point de départ.La roue comme symbole orphéo/pythagorico/platonicien des avatars de l'âme serait alors une sur-interprétation ...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Ruthven le Dim 24 Mar 2013 - 14:18

Si l'on en croit Rohde, dans Psyche p.364, la roue pourrait être une image orphique :"La 'roue des naissances' paraît tourner sur elle désespérément ; dans la poésie orphique se fait jour, peut-être pour la première fois, la désolante pensée de l'éternelle répétition des stades de la vie déjà vécus..."

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pompéi, memento mori : analyse

Message par Lefteris le Dim 24 Mar 2013 - 15:53

@Ruthven a écrit:Si l'on en croit Rohde, dans Psyche p.364, la roue pourrait être une image orphique :"La 'roue des naissances' paraît tourner sur elle désespérément ; dans la poésie orphique se fait jour, peut-être pour la première fois, la désolante pensée de l'éternelle répétition des stades de la vie déjà vécus..."
Ah ! Si tu ré-instilles le doute, maintenant que je pensais la question tranchée... Rolling Eyes

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum