Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Olympias le Jeu 28 Mar 2013 - 23:06

@Pseudo a écrit:
@victor44 a écrit:

Pour ce qui est du mouvement en 2 phases, il est plus juste car il évite les mutations préretraite.Avant, avec le mouvement national certains collègues mutaient pour un petit collège dans le sud à 5 ans de la fin près de la petite résidence secondaire. Ce n'est plus possible avec le mouvement en deux phase qui avantage donc ceux qui ont une vrai volonté de mobilité géographique (quelque soit la ville ou le poste)

Mais ça existe des gens qui veulent bouger pour bouger à ce point ? Je veux dire, on peux aimer bouger, c'est mon cas. J'en suis à 5 académies, 6 départements et encore plus de postes. Mais on ne pars pas pour n'importe quel ville (ou bled de la mort) et n'importe quel poste. Et je ne vois pas où est le problème de se trouver un poste un peu tranquille dans un coin qu'on aime bien, pré-retraité ou pas. dans les coins pourris.

C'est exactement ça pseudo, et mon copain qui est dans le supérieur ne saisit pas qu'on demande une mutation avec prudence...

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Daphné le Ven 29 Mar 2013 - 9:00

cath5660 a écrit:Mais quelle est cette idée que les collègues en fin de carrière veulent forcément le sud ?
Dans ma discipline et ce ne doit pas être la seule, les académie du sud sont faciles à obtenir.
Et pour avoir vécu les 2 systèmes de mut, je confirme que le mouvement en 1 temps était bien plus équilibré: on demandait ce qu'on voulait, si on l'avait, tant mieux, sinon, on restait où on était et voilà. Pas de risque.
A l'époque, le ministère l'avait "vendu" en disant que ce serait plus facile pour les enseignants qui sauraient plus tôt (= plus tôt que mi juin, avec le système en 1 temps) où ils mutaient et pourraient donc s'organiser pour déménager!
Donc, au lieu de le savoir mi-juin, ils le savent mi-juin...

+1 !
En fait c'était aussi pour "dégraisser le mamouth", avec suppressions de postes à la clé au MEN, enfin à la DPE devenue DGRH, mais par contre il a fallu former les personnels dans les 30 académies + 1 autre maintenant, ce qui en fait démultiplie considérablement le travail !
Tout ça pour avoir ses résultats mi-juin, et son point de chute plus tard si on est TZR Twisted Evil

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par leyade le Ven 29 Mar 2013 - 9:02

@Pseudo a écrit:Et avec "habiter à Laval" il y a contrepèterie ? Avec bite et avale doit y avoir un truc...

idee
Ha-bit-er la-val
> Ha-val-er ...

Oui, c'était ma participation fort intéressante à ce topic! Embarassed

Plus sérieusement, cette histoire de 2 temps me rend malade, m'a bloquée et a fait que je suis restée à me cailler dans le nord-est, car je ne visais qu'une commune du Sud ou mon conjoint aurait pu me rejoindre professionnellement et ou j'ai un appart, mais on n'a aucune envie de se trouver dans un coin à 2h de route... humhum
Le système m'a flinguée aussi ...


Dernière édition par leyade le Ven 29 Mar 2013 - 9:08, édité 3 fois (Raison : réponse plus sérieuse)

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.

leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par thrasybule le Ven 29 Mar 2013 - 9:05

Et personne n'a remarqué toutes les autres que j'avais faites avant celle-là hier... Triste je suis

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par JEMS le Ven 29 Mar 2013 - 9:23

Ce système en deux temps est vicieux à souhait effectivement.
Souvenirs, souvenirs...

Jems arrive dans une académie... avec rapprochement de conjoint sur une commune avec deux LP. Bref, de la balle... Sauf que sauf que... pas de poste... Jems passe TZR sur le département voisin et se retrouve à 200 km de chez lui pale Jems négocie avec la DPE... Jems obtient "un détachement provisoire et une AFA" sur un poste à profil non pourvu dans le pire bahut (à 20 km de chez lui) de l'académie. Jems tient un an ! Il fait des pieds et des mains pour changer sa ZR, changer de discipline, changer de corps, changer de ministère... Il ressort déglingué de cette année, une notation pourrie, un conflit ouvert avec sa CDE... et retrouve un semblant de vie en ayant vu sa ZR modifiée. Mais Jems est perdant, il a perdu un an de bonif ZR entre temps, a stagné à cause d'une folle furieuse. Bref, Jems va mieux mais n'a toujours pas la moindre idée de son devenir cheers
Ah viii, il y a un poste vacant dans son RAD dans sa discipline, mais un stagiaire déboule à la rentrée prochaine... Lé pas belle la vie Suspect

_________________

JEMS
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par victor44 le Sam 30 Mar 2013 - 2:09

J'avoue que c'est que ce qui m'énerve le plus chez certains collègues: leur faculté à ne regarder que leur nombril...

Oui c'est compliqué si le conjoint travaille loin, y compris pour ceux qui ne sont pas profs. Alors certain(e)s acceptent des boulots sous qualifiés, d'autres se reconvertissent ou sont au chomage.

Alors je dois pleurer sur pépette qui est proprio d'un appart et qui voudrait qu'on lui réserve le collège à coté de l'appart? century 21 ça existe.

Le recrutement local rêglerait le problème en grande partie mais comme personne n'en veut, des marcelle duchamp on va en produire des kilo tonnes et les labo pharmaceutiques prospèreront sur les antidépresseurs...

victor44
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Pseudo le Sam 30 Mar 2013 - 3:10

@victor44 a écrit:J


Le recrutement local rêglerait le problème en grande partie mais comme personne n'en veut, des marcelle duchamp on va en produire des kilo tonnes et les labo pharmaceutiques prospèreront sur les antidépresseurs...

Bah, oui que veux-tu, tu es le seul à y voir clair, et à vouloir le bien général en écrasant les intérêts particuliers, les propriétaires d'appart, les pré-retraité et autres égoïstes de la mutation.

Il y a moins de PE que de profs de collège et lycée dépressifs donc ? J'ignore tout des chiffres personnellement, si tu les as, merci.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par titeprof le Sam 30 Mar 2013 - 8:34

Modeste contribution à ce sujet visiblement polémique : mon parcours de début de carrière qui n'est bien sûr pas une généralité en soi.
Après l'année de stage, j'ai eu la chance inouïe de rester sur mon académie, car j'étais mariée. 15 de mes collègues (sur 17) sont partis à Créteil/Versailles (et un en Guyane, par choix personnel d'exil)
Bonheur de très courte durée : Je suis affectée TZR dans un département rural qui n'est pas le mien.
1ere année de stage : je tombe enceinte. Affectée dans un mini collège dans le trou du c*l du monde, je me lève à 5h tous les matins pour faire les trajets. Contractions au volant sur ces routes pourries, je manque d'accoucher sur le bord de la route à 4mois et demi de grossesse. On m'arrête.
L'année précédente mon petit frère est mort, ma famille porte plainte, et les factures d'avocat, d'expert en tout genre...s'accumulent. le couteau sous la gorge je suis obligée de revendre ma vieille titine qui n'aurait de toute façon pas supporté plus de trajets. Commence une période horrible. Je n'ai jamais été affectée en remplacement à l'année en 3ans de tézédariat.
J'appelle le rectorat, naïvement, pour leur dire : je vies d'avoir un bébé et je n'ai plus de voiture. Ils me disent ok, on note ça.
Le surlendemain, coup de fil : je suis affectée sur 3 établissements en même temps, un seul est dans une ville possédant une gare mais le trajet en bus + train + navette fait 2h15 en gros. La gare est en bas, le collège en haut d'une longue route bien pentue. J'ai fait ce trajet 2 fois. La 2eme fois, mon genou craque (problème de ligaments depuis toute petite). Je ne peux plus me tenir debout, je m'assois sur le trottoir en attendant que quelqu'un passe pour prévenir un médecin (pas de portable à l'époque). Le rectorat est prévenu, ils m'enlèvent ce collège, me laissent les 2 autres. Règne de la débrouille : je vais travailler en empruntant la voiture de ma nounou, je fais du covoiturage avec des mecs qui bossent à l'usine d'à coté, et souvent, je rejoins mon collège en faisant du stop. Une fois, ce sont des parents d'élèves qui m'ont prise en stop...honte absolue...
Cet enfer a duré 3 ans. Je n'ai jamais été affectée près de chez moi. J'ai perdu 12 kg et je pleurais tous les jours. Toujours sur plusieurs établissements, le plus loin que j'ai fait c'est 3h30 de transport. Cette période m'a littéralement ruinée. Physiquement. Psychologiquement. Et aussi, financièrement : le rectorat ayant l'habitude de rembourser les frais de déplacement très tard, j'ai du avancer l'argent pour les trains, les bus etc...Avancer un argent que je n'avais pas puisque presque la totalité de mon salaire partait en frais de justice. La dernière année de tézédariat a failli sonner le glas de ma vocation. Un syndicat que je ne citerai pas m'avait conseillé de demandé tzr-mon département pour me rapprocher. heureusement que je ne l'ai pas fait, j'y serais encore. Pour bénéficier de mes points de séparation de conjoint, je joue un coup de poker : tout poste sur mon département, n'importe quoi mais fixe. Parallèlement je fais mes cv et lettre de motivation pour d'autres métiers. C'est la dernière fois que je joue, si je suis encore tzr, je démissionne. Je n'ai plus d'argent de toute façon, je ne pourrais pas recommencer un an de plus.
Le miracle est enfin arrivé. Juste à temps. Ce vœu coup de poker m'a sauvé et propulsé dan un collège de centre ville, dans ma ville. J'en pleure de joie. Une collègue syndicaliste est venue me l'annoncer en plein cours : j'ai pris mes affaires et je suis partie immédiatement, laissant mes élèves abasourdis.

Alors ce système de mut qui ne tient aucun compte des situations personnelles je connais. Je connais aussi l'assistante sociale du rectorat, très gentille mais sans aucun pouvoir. Je connais les arrêts cardiaques à chaque fois que le téléphone sonne. Et si par malheur je devais me retrouver encore dans cette situation, je partirai. Sans aucune hésitation.

_________________
[center]Je suis comme le ciel, rien ne s'accroche à moi (mantra)

titeprof
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par roxanne le Sam 30 Mar 2013 - 8:40

En même temps 3 ans tzr ce n'est pas grand chose en soi , je t'assure.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par titeprof le Sam 30 Mar 2013 - 8:41

ça je sais. 3ans ce n'est rien. Mais 3ans de tézédariat sans voiture, dans une académie rurale, et sans un sou devant soi, c'est l'enfer...

_________________
[center]Je suis comme le ciel, rien ne s'accroche à moi (mantra)

titeprof
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par lalilala le Sam 30 Mar 2013 - 8:47

J'imagine...! Je me suis souvent dit "heureusement que j'ai une voiture!"...

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog

lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par titeprof le Sam 30 Mar 2013 - 8:56

J'imagine...! Je me suis souvent dit "heureusement que j'ai une voiture!"...
le plus marrant, enfin si on peut dire, était que la plupart des CDE ignoraient ma situation...et un seul m'a défendue, je lui rend grâce éternellement pour ça. Il m'avait vu arriver en retard 2 fois de suite et m'a "convoquée" dans son bureau pour m'expliquer que ces retards allaient finir par influer sur ma note administrative. Je lui ai dit qu'avec le train je n'avais pas trop le choix. Il a fait une tête comme ça : Shocked : dans la ville, y'avait pas de gare. Avant qu'il pense que je prenais des substances illicites en quantité, je lui ai expliqué que je prenais un bus jusqu'à la gare, puis un des rares trains vers ville-paumée voisine, et qu'ensuite je me tapais les 6/7km à pied jusqu'à collège-perdu-dans-la-cambrousse. J'ai su par la suite qu'il avait appelé le rectorat pour leur demander de lui mettre un autre tzr de coté pour quand, je cite, "on me retrouverai crevée sur le bord de la route" (merveilleuse image...) Laughing

_________________
[center]Je suis comme le ciel, rien ne s'accroche à moi (mantra)

titeprof
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Lefteris le Sam 30 Mar 2013 - 9:00

Il y a une solution qui assouplirait considérablement les mutations, serait bénéfique aux professeurs, aux élèves, c'est tout simplement de cesser cette stupide partition collège et lycée, qui n'a aucune autre raison d’être à l’origine si ce n'est comptable (répartition des charges Etat/région) .

Même dans Paris, où il y a de cités scolaires ou des établissements très proches, on voit des collègues affectés en collège, et compléter leur service dans un autre collège avec beaucoup de transports, tandis qu'il y a un e place au lycée juste à côté , voire dans la cité scolaire, ou des postes qui se libèrent partiellement dans les deux , et permettraient l'affectation à temps complet d'un professeur.
Alors en province, j'imagine aisément le sort de certains

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par nuages le Sam 30 Mar 2013 - 9:08

cath5660 a écrit:Et pour avoir vécu les 2 systèmes de mut, je confirme que le mouvement en 1 temps était bien plus équilibré: on demandait ce qu'on voulait, si on l'avait, tant mieux, sinon, on restait où on était .
topela mille fois d'accord!

nuages
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Camille87 le Sam 30 Mar 2013 - 9:09

@Lefteris a écrit:Il y a une solution qui assouplirait considérablement les mutations, serait bénéfique aux professeurs, aux élèves, c'est tout simplement de cesser cette stupide partition collège et lycée, qui n'a aucune autre raison d’être à l’origine si ce n'est comptable (répartition des charges Etat/région) .

Même dans Paris, où il y a de cités scolaires ou des établissements très proches, on voit des collègues affectés en collège, et compléter leur service dans un autre collège avec beaucoup de transports, tandis qu'il y a un e place au lycée juste à côté , voire dans la cité scolaire, ou des postes qui se libèrent partiellement dans les deux , et permettraient l'affectation à temps complet d'un professeur.
Alors en province, j'imagine aisément le sort de certains

Jamais entendu parler de cette partition. La plupart de mes collègues de lycée qui complètent leur poste ailleurs sont affectés en collège. Es-tu sûr que le rectorat favorise les compléments dans un établissement de même type que l'établissement principal ?

Camille87
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Lefteris le Sam 30 Mar 2013 - 9:18

@Camille87 a écrit:
@Lefteris a écrit:Il y a une solution qui assouplirait considérablement les mutations, serait bénéfique aux professeurs, aux élèves, c'est tout simplement de cesser cette stupide partition collège et lycée, qui n'a aucune autre raison d’être à l’origine si ce n'est comptable (répartition des charges Etat/région) .

Même dans Paris, où il y a de cités scolaires ou des établissements très proches, on voit des collègues affectés en collège, et compléter leur service dans un autre collège avec beaucoup de transports, tandis qu'il y a un e place au lycée juste à côté , voire dans la cité scolaire, ou des postes qui se libèrent partiellement dans les deux , et permettraient l'affectation à temps complet d'un professeur.
Alors en province, j'imagine aisément le sort de certains

Jamais entendu parler de cette partition. La plupart de mes collègues de lycée qui complètent leur poste ailleurs sont affectés en collège. Es-tu sûr que le rectorat favorise les compléments dans un établissement de même type que l'établissement principal ?
Je ne sais pas s'il favorise, s'ils le jouent aux dés, mais pas plus tard que l'an dernier, j'ai eu une collègue qui se promenait et venait chez nous pour trois heures (en deux fois !) , alors qu'elle était dans une cité scolaire où sur les deux cycles il y avait possibilité de faire ces heures, soit en latin, soit en grec, soit en français.
Et en tout cas les affectations sont toujours partitionnées , ce qui bloque le mouvement, j'en sais quelque chose : il y a un libellé collège, un libellé lycée, sur le même bahut.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Cath le Sam 30 Mar 2013 - 9:23

Ah, c'est parce qu'on les considère comme 2 établissements différents...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Madame_Prof le Sam 30 Mar 2013 - 9:33

@Lefteris a écrit:Il y a une solution qui assouplirait considérablement les mutations, serait bénéfique aux professeurs, aux élèves, c'est tout simplement de cesser cette stupide partition collège et lycée, qui n'a aucune autre raison d’être à l’origine si ce n'est comptable (répartition des charges Etat/région) .

Même dans Paris, où il y a de cités scolaires ou des établissements très proches, on voit des collègues affectés en collège, et compléter leur service dans un autre collège avec beaucoup de transports, tandis qu'il y a un e place au lycée juste à côté , voire dans la cité scolaire, ou des postes qui se libèrent partiellement dans les deux , et permettraient l'affectation à temps complet d'un professeur.
Alors en province, j'imagine aisément le sort de certains

Certes... dans certaines disciplines, cela voudrait dire la possibilité d'avoir 7 ou 8 niveaux différents. Alors, non merci.
Sinon, je connais des collègues en cité scolaire qui font à la fois du collège et du lycée... donc ça existe.

_________________
2016-2017 T4 TZR en AFA avec des 6e, 5e, 2nde ! Militante plus que jamais Razz
2015-2016 - T3 TZR en AFA avec des 5e, 4e (dont une SEGPA), 3e... et toujours militante !
2014-2015 - T2 TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal... et militante ! 
2013-2014 - Néo-titulaire TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal  
2012-2013 - Année de stage avec des 6e, 5e, 4e

Madame_Prof
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Ragnetrude le Sam 30 Mar 2013 - 14:43

Effectivement, aujourd'hui avec le recrutement à bac+5, si on compte un ou deux ans de ratage, ça fait arriver les jeunes à 25-26 ans sur leur premier poste, à un âge donc où l'on est plus "installé" qu'à 21 ans, et où l'on est moins mobile.
Ok pour dire que l'on passe le concours en connaissance de cause mais on ne se rend pas toujours compte du nombre d'années de galère. Entre les années nécessaires pour entrer dans une académie, puis dans un département, puis pour obtenir un poste fixe, puis obtenir toutes ses heures sur un poste fixe, la galère peut prendre plus de la moitié de la carrière humhum
Demander sa mutation aujourd'hui est risqué, le mouvement est donc très restreint. À cela s'ajoutent les suppressions de poste et les berceaux stagiaires qui bloquent souvent les postes les plus convoités.
Ce système de mutations interacadémiques est ridicule. Rien qu'en regardant la forme tarabiscotée de certaines académie : il serait parfois bien plus intéressant d'avoir un poste dans un département limitrophe mais impossible de demander car il n'est pas dans l'académie. Je n'étais pas là à l'époque mais je me demande bien comment un tel truc a pu passer.

Ragnetrude
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Lux_ le Dim 31 Mar 2013 - 14:04

@Lefteris a écrit:Il y a une solution qui assouplirait considérablement les mutations, serait bénéfique aux professeurs, aux élèves, c'est tout simplement de cesser cette stupide partition collège et lycée, qui n'a aucune autre raison d’être à l’origine si ce n'est comptable (répartition des charges Etat/région) .

Même dans Paris, où il y a de cités scolaires ou des établissements très proches, on voit des collègues affectés en collège, et compléter leur service dans un autre collège avec beaucoup de transports, tandis qu'il y a un e place au lycée juste à côté , voire dans la cité scolaire, ou des postes qui se libèrent partiellement dans les deux , et permettraient l'affectation à temps complet d'un professeur.
Alors en province, j'imagine aisément le sort de certains

Euh... je ne comprends pas cette histoire de partition. Lorsque j'étais TZR en banlieue parisienne, j'ai souvent été affectée en collège et en lycée la même année, ce qui me faisait ainsi atteindre les 18h de cours (et j'ai toujours eu autant de transport entre deux collèges qu'entre un lycée et le collège où j'ai pu être affectée).

@nuages a écrit:
cath5660 a écrit:Et pour avoir vécu les 2 systèmes de mut, je confirme que le mouvement en 1 temps était bien plus équilibré: on demandait ce qu'on voulait, si on l'avait, tant mieux, sinon, on restait où on était .
topela mille fois d'accord!

Je n'ai pas connu l'ancien système (d'ailleurs, quand a-t-il disparu ?). Mais j'avais toujours entendu dire qu'il était moins intéressant que l'actuel, qu'il bloquait plus longtemps les profs dans des établissements difficiles.
C'est intéressant de lire vos commentaires et de voir que finalement les avis sont nettement partagés et que vous êtes nombreux à le regretter.

Lux_
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Daphné le Dim 31 Mar 2013 - 14:28

Le mouvement en deux temps a été mis en place par Allègre en 98/99.

Le mouvement national était beaucoup plus intéressant et plus facile, on n'entrait pas à l'aveugle dans une académie de 8 départements par exemple pour partir en extension;
L'extension n'existait qu'à la première mutation, ensuite on demandait ce qu'on voulait, établissement, commune, on obtenait ce qu'on voulait ou pas mais au moins on restait sur son poste si on n'obtenanit pas satisfaction;
Les couples qui demandaient un poste double pouvaient limiter leur demande à une ou deux communes, ils étaient ensemble et le restaient s'ils n'obtenaient pas les communes demandées : maintenant ils arrivent dans une académie et se retrouvent dans un même département mais peuvent être très éloignés l'un de l'autre.
Les collègues qui sont aux marches de leur académie et souhaitent un poste dans l'académie voisine, à 10 km par exemple, ne prennent plus le risque de rentrer sur une grande académie de plusieurs départements pour partir en extension à l'autre bout, se retrouver TZR à 45 ans, etc............ Ils restent donc sur place, font la route, sont dans une académie différente de celle de leur conjoint /enfants avec des dates de vacances différentes !
Et les postes sont bloqués car personne ne part, ne prend le risque de partir pour avoir pire, et le mouvement s'est bloqué petit à petit alors qu'avant ça bougeait beaucoup plus.
Ceux qui colportent la rumeur que c'était pire avant sont au SGEN ou a l'UNSA !
Ce sont eux qui ont demandé ce système et souhaitent le maintenir;
Il y a eu un jour de grève en 98/99 quand Allègre a cassé le mouvement national : j'étais seule avec une autre collègue dans mon collège à la faire, les autres - qui n'avaient pas besoin de bouger - trouvaient ça trèèèèèèèèèèèèèèèèès bien furieux

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Lux_ le Dim 31 Mar 2013 - 14:44

Merci Daphné pour tous ces éclaircissements (dont je n'avais pas du tout conscience) sur le mouvement national.

Lux_
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Lefteris le Dim 31 Mar 2013 - 15:01

@Madame_Prof a écrit:
@Lefteris a écrit:Il y a une solution qui assouplirait considérablement les mutations, serait bénéfique aux professeurs, aux élèves, c'est tout simplement de cesser cette stupide partition collège et lycée, qui n'a aucune autre raison d’être à l’origine si ce n'est comptable (répartition des charges Etat/région) .

Même dans Paris, où il y a de cités scolaires ou des établissements très proches, on voit des collègues affectés en collège, et compléter leur service dans un autre collège avec beaucoup de transports, tandis qu'il y a un e place au lycée juste à côté , voire dans la cité scolaire, ou des postes qui se libèrent partiellement dans les deux , et permettraient l'affectation à temps complet d'un professeur.
Alors en province, j'imagine aisément le sort de certains

Certes... dans certaines disciplines, cela voudrait dire la possibilité d'avoir 7 ou 8 niveaux différents. Alors, non merci.
Sinon, je connais des collègues en cité scolaire qui font à la fois du collège et du lycée... donc ça existe.
Ca serait vraiment un cas extrême, mais quand bien même.. la première année serait difficile pour les niveaux que l'on n'a jamais eus, mais après, bof.. Il m'est arrivé d'avoir six niveaux, en collège, avec trois matières , par exemple deux classes de français, 3 niveaux de latin, un niveau de grec. Un peu la sensation de sauter du copq à l'âne en permanence, mais on s'y fait.
Il y a effectivement des collègues en cité scolaire qui font collège et lycée, mais c'est souvent un arrangement interne. Les mutations initiales précisent "lycée " ou "collège" et non "cité scolaire" , cela limite les possibilités.

Lux-Aeterna a écrit:
Euh... je ne comprends pas cette histoire de partition. Lorsque j'étais TZR en banlieue parisienne, j'ai souvent été affectée en collège et en lycée la même année, ce qui me faisait ainsi atteindre les 18h de cours (et j'ai toujours eu autant de transport entre deux collèges qu'entre un lycée et le collège où j'ai pu être affectée).
Oui, TZR ... mais pour les mutations, non (voir juste au-dessus) . Si l'on ouvrait des postes sur les deux cycles partout où il y a une cité scolaire, cela multiplierait les possibilités de mutation, en offrant plus facilement 18 ou 15 H00 sur 7 niveaux que sur 3 ou 4 . Je pense par exemple aux petites villes qui ont un gros lycée (tout le canton vient) , comme là où je vivais : il n'y aura peut-être pas assez d'heures -poste "lycée" ou "collège", mais sur deux cycles, oui.




_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par phi le Dim 31 Mar 2013 - 15:17

Il arrive aussi aux professeurs des écoles d'avoir 8 niveaux (voire plus) différents sur la semaine, jusqu'à 4 classes différentes, jusqu'à 4 établissements différents parfois très éloignés les uns des autres... Certes, le concours est académique, mais ça ne vous assure pas d'être nommé à moins de 130 km de votre famille Wink Je pense que c'est un problème qui devrait être prioritaire actuellement.

phi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par nuages le Dim 31 Mar 2013 - 15:27

@Daphné a écrit:
Les collègues qui sont aux marches de leur académie et souhaitent un poste dans l'académie voisine, à 10 km par exemple, ne prennent plus le risque de rentrer sur une grande académie de plusieurs départements pour partir en extension à l'autre bout (...) Ils restent donc sur place, font la route
Exactement mon cas ! je suis dans l'académie de Rouen et je pars vivre à Caen . Je n'ai même pas demandé l'académie de Caen car je peux me retrouver beaucoup plus loin de Caen qu'en continuant à travailler dans l'académie de Rouen! Avec l'ancien système j'aurais demandé des lycées de Caen de mon choix, que j'aurais eus ou non , mais en cas de réponse négative je serais restée où je suis actuellement titulaire (un assez bon poste) .

nuages
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage sur Rue89 : choisir l'amour ou l'amour du métier...

Message par Daphné le Dim 31 Mar 2013 - 15:31

@nuages a écrit:
@Daphné a écrit:
Les collègues qui sont aux marches de leur académie et souhaitent un poste dans l'académie voisine, à 10 km par exemple, ne prennent plus le risque de rentrer sur une grande académie de plusieurs départements pour partir en extension à l'autre bout (...) Ils restent donc sur place, font la route
Exactement mon cas ! je suis dans l'académie de Rouen et je pars vivre à Caen . Je n'ai même pas demandé l'académie de Caen car je peux me retrouver beaucoup plus loin de Caen qu'en continuant à travailler dans l'académie de Rouen! Avec l'ancien système j'aurais demandé des lycées de Caen de mon choix, que j'aurais eus ou non , mais en cas de réponse négative je serais restée où je suis actuellement titulaire (un assez bon poste) .

Et voilà !
Et donc comme les ollègues ne bougent plus autant qu'avant, le mouvement ne se fait plus.
Alors que quand il n'y avait pas de risque, il y avait du mouvement, ça bougeait beaucoup, les postes se libéraient au cours du mouvement et ça permettait de donner satisfaction à pas mal de gens.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum