analyse grammaticale doute

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par doctor who le Jeu 4 Avr 2013 - 11:47

Ce n'est pas furieux. C'est la continuation d'une incompréhension immémoriale entre les universitaires et les pédagogues.

Quant à ta définition du sujet, je la trouve bonne, mais pour le primaire : celui ou celle qui fait l'action. Au collège, si la première est acquise, on peut aller plus loin.

Il me semble que rapprocher le terme "sujet" de l'expression "sujet de conversation", permet de comprendre cette notion de "thème", et est cohérent avec l'explication de la proposition comme "propos" sur un sujet.

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par V.Marchais le Jeu 4 Avr 2013 - 11:56

Je suis d'accord pour le rapprochement, ça aide à donner du sens aux mots de la grammaire, ce qui n'est jamais inutile, mais avec prudence et parcimonie. Les tournures comme : Dans cette maison vivait une sorcière ne sont pas rares, et si l'on demandait ici de quoi parle la phrase, il serait plus juste de dire que c'est de la maison, qui n'est pas le sujet grammatical évidemment.

En tout cas, pas à pas, nous sommes d'accord. On ne commence pas par l'abstraction la plus échevelée avec des CE1.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Nom d'utilisateur le Jeu 4 Avr 2013 - 12:07

@doctor who a écrit:Quant à ta définition du sujet, je la trouve bonne, mais pour le primaire : celui ou celle qui fait l'action. Au collège, si la première est acquise, on peut aller plus loin.

Oui*. Et dans ce cas, il existe un sujet dans chacune des séquences soulignées :

N'aie pas peur !
J'entends gronder le tonnerre.
J'entends le tonnerre gronder.
J'entends répondre point par point à ces provocations, ne pas me laisser faire, et vous dire tout de go ma pensée.

Donc ce sont des propositions, si j'ai bien suivi les définitions... qu'il convient de suivre comme les règles d'un jeu : les enfants aussi ont droit à quelque cohérence.

"furieux" et "échevelé"

Vous vous emportez.
afro

*Etant entendu que suivant cette définition, pour les impersonnelles et le passif, il faut ajouter toutefois quelques outils. (statut accordé à "il" dans "Il s'écrit beaucoup de choses" ; quid des écrivains dans "Beaucoup de choses ont été écrites par les uns et les autres"). Ce que font du reste les manuels. Etant entendu qu'on ne peut pas toujours associer le sujet à "ce dont on parle" (à moins de revenir à Port Royal). Et tutti quanti.

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par V.Marchais le Jeu 4 Avr 2013 - 12:24

@Nom d'utilisateur a écrit:
J'entends répondre point par point à ces provocations, ne pas me laisser faire, et vous dire tout de go ma pensée.


Non, il n'y a pas de sujet propre à l'intérieur du groupe souligné.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Nom d'utilisateur le Jeu 4 Avr 2013 - 13:10

@V.Marchais a écrit:
@Nom d'utilisateur a écrit:
J'entends répondre point par point à ces provocations, ne pas me laisser faire, et vous dire tout de go ma pensée.

Non, il n'y a pas de sujet propre à l'intérieur du groupe souligné.

Il n'y avait pas de "sujet propre" dans votre définition que je rappelle :

Une partie de phrase organisée autour d'un verbe avec son sujet, permettant de dire quelque chose à propos de ce sujet.

Ma proposition avait son sujet, comme mon impératif, ou encore comme ma gérondive ("je disais cela en pensant à Fernande").

Vous changez la règle en cours de route. Dont acte.

Jacques dit que Robert aime Fernande avec passion. (sujet de la séquence soulignée : Robert)
Jacques dit aimer Fernande avec passion. (sujet de la séquence soulignée : Jacques, mais vous affirmez que ce n'est pas un "sujet propre")
Jacques dit qu'il aime Fernande avec passion (il = Robert : tout va bien ; "il" = "Jacques"... ça se corse, mais on y arrive).
Robert rétorque qu'aimer Fernande avec passion est un péché. (le sujet de aimer Fernande avec passion est clairement distinct du sujet de la principale : il est propre).

Ce genre de choses, vous voyez ? Oh, par ajustements successifs, on y arrive, mais en passant on s'aperçoit qu'il n'y a rien d'évident à tout cela, qu'à chaque étape sont prises des décisions plus ou moins coûteuses, plus ou moins acrobatiques. Que la simplicité n'est pas donnée, mais toujours à conquérir de haute lutte. Je sais que vous le savez, mais l'argument d'évidence vient trop vite, je trouve, dans ces discussions. Mon boulot est d'aller contre, ne m'en veuillez pas.

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Nita le Jeu 4 Avr 2013 - 13:18

@Nom d'utilisateur a écrit: Sinon qu'on sort souvent des choses de ce genre pour dire : retournez donc à vos études, nous savons ce qui est juste et bon pour les enfants, et vous, non. Ne pas s'étonner, dans ce cas, si l'on impose au Secondaire des programmes qui vous déplaisent !

S'étonner toujours qu'on impose pas à ceux qui conçoivent les programmes et les terminologies de venir les enseigner avec l'efficacité que l'on est en droit d'attendre de tels experts.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.

Nita
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Celeborn le Jeu 4 Avr 2013 - 14:28

Dans la définition "une partie de phrase organisée autour d'un verbe avec son sujet" signifie clairement que le verbe ET le sujet sont dans la partie de phrase en question, enfin... On peut s'amuser à chercher les cas extrêmes (comme l'impératif) et gloser dessus, mais un minimum de probité ne fait jamais de mal.

Laissons de côté les élèves et raisonnons entre spécialistes que nous sommes pour notre bon plaisir : on est comme souvent en grammaire dans une dialectique entre semantisme et syntaxe. La "grammaire scolaire" a fait sur cette question un assez bon mélange des deux, ce qui permet de bien expliciter le cas général mais laisse des points de conflits comme l'impératif et les modes non personnels. Je ne peux pas trop développer ici car je suis sur on téléphone, mais j'essaierai de repasser !

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par yphrog le Jeu 4 Avr 2013 - 14:53

@Celeborn a écrit:On peut s'amuser à chercher les cas extrêmes (comme l'impératif) et gloser dessus, mais un minimum de probité ne fait jamais de mal.

Dans la vraie vie, quel pourcentage des enoncés sont des impératifs? des équi-sujets comme "je veux venir?" d'autres zero-sujets? (e.g. participiales, infinitives) <-- là, c'est vrai qu'il y en a moins en français qu'en anglais peut-être puisque c'est plus difficile d'intégrer un sujet de verbe dans la "proposition" (clause) sujet en français: re My being late wasn't a problem. // For her to be late again this week is annoying. // To be late or not to be late, that is the question...

Même si je suis toujours impressionné avec tes analyses Celeborn, nous ne sommes pas toujours forcément d'accord sur "la nature" de l'objet langue.

re

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par doctor who le Jeu 4 Avr 2013 - 15:01

Encore une fois, en pédgaogie, il ne faut pas craindre les énoncés restreints et ne pas chercher absolument "didactiser" des énoncés généraux, sous prétexte qu'ils sont plus complets.
Sinon, enseignons toutes les bases et la géométrie non-euclidienne en CP !
Mais il est très intéressant aussi de pouvoir discuter avec des ou entre spécialistes (je ne me compte pas dedans), même si l'on n'est pas d'accord.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par A.vanWorden le Jeu 4 Avr 2013 - 15:42

@Nom d'utilisateur a écrit:
@Celeborn a écrit:Quoi que chacun pense sur la question, en tous les cas, les élèves n'ont pas à subir les éventuels débats de la grammaire universitaire : il leur faut un système clair et le plus efficace possible.

Vous n'avez pas le monopole du coeur, cher Médiateur, ni celui de l'efficacité et de la clarté.
J'ignore ce qu'est la "grammaire universitaire". Sinon qu'on sort souvent des choses de ce genre pour dire : retournez donc à vos études, nous savons ce qui est juste et bon pour les enfants, et vous, non.
À l'université j'ai connu des profs de linguistique de toutes sortes : passionnants, barbants, ouverts, sectaires, doués pédagogiquement ou totalement abscons. Mais ils avaient tous une chose en commun. Ils commençaient par nous démontrer que la grammaire traditionnelle ne fonctionnait pas pour rendre compte efficacement de tel ou tel point de langue. Et c'était vrai. Puis ils nous proposaient un autre système, une nouvelle façon de voir les choses -- assez souvent accompagnée d'un lexique aux allures un tantinet barbares. Sauf que ces nouveaux systèmes ne fonctionnaient pas non plus, qu'ils laissaient tout autant d'exceptions et autres angles morts qu'auparavant. Mais bizarrement, cette fois, ça n'avait plus l'air de les gêner. Suspect

Beaucoup (trop) de mes élèves sont déjà infichus de distinguer un présent d'un imparfait ou un passé composé d'un passé simple. scratch J'essaye d'éviter de leur dire des choses objectivement fausses, mais pour le reste, je m'en tiens au plus simple, et force est de constater que ce "plus simple", je le trouve plus souvent du côté de la grammaire scolaire "tradi" que dans Riegel/Pellat/Rioul (par exemple)...

@Nom d'utilisateur a écrit:Ne pas s'étonner, dans ce cas, si l'on impose au Secondaire des programmes qui vous déplaisent !
Ne pas s'étonner non plus, alors, si tant de profs s'assoient sur les réformes pédagogiques "imposées" successivement comme sur autant de coussins. Rolling Eyes

@Nom d'utilisateur a écrit:(à moins de revenir à Port Royal)
Je ne suis pas fan de ce qu'a pu représenter Port Royal sur le plan philosophique / religieux / politique, et j'avoue n'avoir aucune idée bien précise de ce qu'enseignait sa fameuse grammaire. Mais une amie me faisait remarquer récemment qu'on y apprenait à lire et à écrire, en latin, à trois ans. Tous les élèves ne devenaient sans doute pas Racine, certes, mais quand on compare avec notre début de XXIe siècle où on est réduit à devoir refaire des dictées à des étudiants post-bac, ça laisse rêveur.

_________________

A.vanWorden
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par thrasybule le Jeu 4 Avr 2013 - 16:21

@doctor who a écrit:Encore une fois, en pédgaogie, il ne faut pas craindre les énoncés restreints et ne pas chercher absolument "didactiser" des énoncés généraux, sous prétexte qu'ils sont plus complets.
Sinon, enseignons toutes les bases et la géométrie non-euclidienne en CP !
Mais il est très intéressant aussi de pouvoir discuter avec des ou entre spécialistes (je ne me compte pas dedans), même si l'on n'est pas d'accord.
Je suis d'accord et autant profiter de l'avis d'un universitaire spécialisé en linguistique malgré l'hiatus avec les pratiques des profs du second degré.

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par V.Marchais le Jeu 4 Avr 2013 - 16:54

@Nom d'utilisateur a écrit:
Jacques dit que Robert aime Fernande avec passion. (sujet de la séquence soulignée : Robert)
Jacques dit aimer Fernande avec passion. (sujet de la séquence soulignée : Jacques, mais vous affirmez que ce n'est pas un "sujet propre")
Jacques dit qu'il aime Fernande avec passion (il = Robert : tout va bien ; "il" = "Jacques"... ça se corse, mais on y arrive).
Robert rétorque qu'aimer Fernande avec passion est un péché. (le sujet de aimer Fernande avec passion est clairement distinct du sujet de la principale : il est propre).

Ce genre de choses, vous voyez ? Oh, par ajustements successifs, on y arrive, mais en passant on s'aperçoit qu'il n'y a rien d'évident à tout cela, qu'à chaque étape sont prises des décisions plus ou moins coûteuses, plus ou moins acrobatiques. Que la simplicité n'est pas donnée, mais toujours à conquérir de haute lutte. Je sais que vous le savez, mais l'argument d'évidence vient trop vite, je trouve, dans ces discussions. Mon boulot est d'aller contre, ne m'en veuillez pas.

Je n'ai jamais prétendu que la grammaire fût une chose simple. Mais dans le secondaire, puisque la question de notre collègue s'inscrit dans ce cadre, je continue de penser que modifier la définition admise de la proposition ou commencer à parler de sujet-zéro et autres choses de ce genre avec des élèves qui confondent encore régulièrement sujet et COD, c'est créer bien plus de problèmes qu'on en résout.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Nom d'utilisateur le Jeu 4 Avr 2013 - 17:46

@A.vanWorden a écrit:À l'université j'ai connu des profs de linguistique de toutes sortes : passionnants, barbants, ouverts, sectaires, doués pédagogiquement ou totalement abscons. Mais ils avaient tous une chose en commun. Ils commençaient par nous démontrer que la grammaire traditionnelle ne fonctionnait pas pour rendre compte efficacement de tel ou tel point de langue. Et c'était vrai. Puis ils nous proposaient un autre système, une nouvelle façon de voir les choses -- assez souvent accompagnée d'un lexique aux allures un tantinet barbares. Sauf que ces nouveaux systèmes ne fonctionnaient pas non plus, qu'ils laissaient tout autant d'exceptions et autres angles morts qu'auparavant. Mais bizarrement, cette fois, ça n'avait plus l'air de les gêner. Suspect

(...) [l]e "plus simple", je le trouve plus souvent du côté de la grammaire scolaire "tradi" que dans Riegel/Pellat/Rioul (par exemple)...

Assez d'accord avec cela au moins, je crois que cela tient au rôle que s'assigne la grammaire française à l'école, bien différent du rôle qu'on lui accorde (parcimonieusement dans certains cas) dans l'enseignement des langues vivantes ou classiques.
C'est pour cela que j'indiquais d'entrée de jeu les deux analyses alternatives des infinitifs dépendants (au sein de complexes auxiliés, ou tête de syntagme verbal d'une proposition): c'est une question rebattue, et je ne m'attendais pas à tant d'émoi.
Je m'attendais en fait plutôt à une guerre de tranchées sur CCirc vs COI, compte tenu de l'exemple qui fai(sai)t douter marlene.

EDIT. Rhaa, V.Marchais, je n'ai jamais parlé de "sujet zéro" ! J'ai juste suivi les définitions données ! Bien sûr qu'ils confondent sujet et COD, ces notions sont utiles pour enseigner l'orthographe - règle de Marot y compris -, mais compliquées pour analyser des énoncés. On leur en demande trop, quoi. Aux élèves, et aux notions.

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par V.Marchais le Jeu 4 Avr 2013 - 18:01

Mais Nomd'u (tu permets ?), je ne pense pas que la grammaire scolaire ait vocation à s'appliquer à tous les énoncés, et c'est à mon sens une dérive des ces vingt dernières années. Mieux vaut travailler sur des exercices ad hoc qui tiendront prudemment à l'écart les tours complexes à analyser. On peut en discuter, mais il me semble que la grammaire (scolaire, hein) vise d'abord à créer une conscience de la langue, de son organisation, des règles et donc des écarts possibles. Il n'est pas question de rendre compte de toutes les subtilités de la langue, ni de tous les énoncés.
Bien sûr, il est fort intéressant, lorsqu'on étudie un texte, de montrer, par exemple, comment Perrault retarde l'arrivée d'un COD par une accumulation de CC, afin de mieux nous surprendre et nous émerveiller. Mais la stylistique, avouons-le, reste bien modeste, au collège.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par yphrog le Jeu 4 Avr 2013 - 22:47

@Nom d'utilisateur a écrit:

EDIT. Rhaa, V.Marchais, je n'ai jamais parlé de "sujet zéro" !

Moi non plus au collège, ni maintenant, à part ici, je vous rassure. Aujourd'hui j'ai appris pas mal sur le frittage et le fraisage (sintering & milling) Smile

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par mascarade le Jeu 20 Juin 2013 - 17:36

Je m'incruste.... a posteriori....

La grammaire traditionnelle pose effectivement problème...


"Je veux les inviter à mon anniversaire"


"les" = COD sans problème
Mais que dire du SP "à mon anniversaire" ? Il pourrait s'agir :
- d'un COI, car on peut poser la question "les inviter à quoi ?"
- d'un CClieu, car on peut poser la question "les inviter où?"

Test de commutation : changeons la phrase en : "Je veux les inviter chez moi".
Dans ce cas, on ne peut pas demander "les inviter chez qui ?", car la question ne porte alors que sur le N, pas sur le SP. "Chez moi" ne peut être que CClieu.

Il en va donc de même pour "à mon anniversaire", qui est un CClieu "intraprédicatif", c'est-à-dire qu'on ne peut pas le déplacer.

Ce concept de complément circonstanciel essentiel nous aide beaucoup, notamment avec les verbes "habiter" et "aller" :
- J’habite à Paris.
- Je vais à Lyon.



Pour "je pense souvent à lui et à elle", il n'y a pour moi qu'un seul COI composé de deux pronoms coordonnés.

Pour moi, il n'existe pas de COS ! Ce ne seront toujours que des COI.
Exemple : "Je parle de Pierre à Paul", il y a deux COI pour le coup car les deux noms propres occupent deux fonctions distinctes (sémantiquement COI de propos et COI de destination). Mais qui serait le COS ? Paul ? car il est en deuxième position ? Mais le test de pronominalisation infirme cet ordre : "Je lui en parle".


Tout ça pour dire que la grammaire c'est assez compliqué comme ça, et que parfois les manuels mettent des énormités dans les exercices proposés. Il faut être vigilants...

mascarade
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par V.Marchais le Jeu 20 Juin 2013 - 17:45

@mascarade a écrit:
Ce concept de complément circonstanciel essentiel nous aide beaucoup, notamment avec les verbes "habiter" et "aller" :
- J’habite à Paris.
- Je vais à Lyon.


Je ne sais pas qui est ce nous, mais pas les élèves, manifestement.
Tiens, tu veux venir jouer ?
http://www.neoprofs.org/t40123p60-lecon-sur-les-complements-essentiels#2029090

Au fait, tu sais que ces notions ont disparu des programmes des collèges ?
Personnellement, je m'en réjouis.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Anacyclique le Jeu 20 Juin 2013 - 18:13

@mascarade a écrit:
Ce concept de complément circonstanciel essentiel nous aide beaucoup, notamment avec les verbes "habiter" et "aller" :
- J’habite à Paris.
- Je vais à Lyon.


Oui. Je crois qu'on appelait ces C.C.L. essentiels des "locatifs", à la fac.
Edit : ce que je galère, pour faire des citations, ce soir... Scouic ! Apud'citation, tiens. Laughing

_________________
"Faire ce que l'on dit et dire ce que l'on fait. Passer aux actes afin de faire sa part."

Anacyclique
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Iphigénie le Jeu 20 Juin 2013 - 18:40

oh punaise: "je vais à Lyon" , complément locatif, ça va pas faciliter l'enseignement des L.A  ça encore  Laughing
( ce qui est bien c'est que chacun va finir par avoir "sa "grammaire perso, avec ses propres termes si ça continue...Shocked )
faudrait une fusion des LC et des LM, non? Laughing
pingouin

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par User5899 le Jeu 20 Juin 2013 - 21:52

@marlene a écrit:et "inviter": COD de vouloir?

"les" COD, "à mon anniversaire" COI... mais de vouloir ou de l'infinitif "inviter"?
Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
Ben enfin, de "inviter" !

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par User5899 le Jeu 20 Juin 2013 - 21:53

@iphigénie a écrit:oh punaise: "je vais à Lyon" , complément locatif, ça va pas faciliter l'enseignement des L.A  ça encore  Laughing
( ce qui est bien c'est que chacun va finir par avoir "sa "grammaire perso, avec ses propres termes si ça continue...Shocked )
faudrait une fusion des LC et des LM, non? Laughing
pingouin
Oui, tiens, il ne nous manquerait plus que des locatifs à la question quo Rolling Eyes elephantrose

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par mascarade le Ven 21 Juin 2013 - 11:41

Je ne sais pas qui est ce nous, mais pas les élèves, manifestement.
Tiens, tu veux venir jouer ?
http://www.neoprofs.org/t40123p60-lecon-sur-les-complements-essentiels#2029090

Au fait, tu sais que ces notions ont disparu des programmes des collèges ?
Personnellement, je m'en réjouis.
Oui, je vais aller jouer un peu ! yesyes

Je sais qu'on ne le fait pas en collège, mais c'est vrai que parfois les élèves demandent si dans "je vais à Paris" c'est un CClieu, car ils ne peuvent ni le déplacer ni le supprimer... Et là c'est douloureux de dire "oui, c'est une exception"... Car là naît le doute dans leurs petits yeux...Gné

mascarade
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Celeborn le Ven 21 Juin 2013 - 13:29

@mascarade a écrit:
Je ne sais pas qui est ce nous, mais pas les élèves, manifestement.
Tiens, tu veux venir jouer ?
http://www.neoprofs.org/t40123p60-lecon-sur-les-complements-essentiels#2029090

Au fait, tu sais que ces notions ont disparu des programmes des collèges ?
Personnellement, je m'en réjouis.
Oui, je vais aller jouer un peu ! yesyes

Je sais qu'on ne le fait pas en collège, mais c'est vrai que parfois les élèves demandent si dans "je vais à Paris" c'est un CClieu, car ils ne peuvent ni le déplacer ni le supprimer... Et là c'est douloureux de dire "oui, c'est une exception"... Car là naît le doute dans leurs petits yeux...Gné

Il suffit de ne pas faire de "déplaçable et supprimable" une propriété obligatoire des CC. Je n'ai jamais rencontré le problème dont tu parles.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Celeborn le Ven 21 Juin 2013 - 13:47

Sur le fond de l'analyse, "chez moi" ne constitue pas une substitution de "à mon anniversaire", pas davantage que "à 2 heures", par exemple. Il va falloir en passer par de la sémantique, là, et comprendre qu'inviter à un anniversaire, ce n'est pas la même chose qu'inviter à la maison. On invite POUR un anniversaire, A L'OCCASION d'un anniversaire (alors qu'on n'invite pas à l'occasion d'une maison).

La discussion COI VS CC peut être menée, oui. Mais certainement pas CC de lieu.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par Yazilikaya le Ven 21 Juin 2013 - 13:53

Donc, professeurs de collèges, que préférez-vous?

J'habite à Paris.

Doit-on parler finalement, à l'école primaire, de CClieu ou simplement de complément de lieu?

Yazilikaya
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: analyse grammaticale doute

Message par mascarade le Ven 21 Juin 2013 - 14:19

Je ne travaille pas en primaire, mais avec les collégiens je parle de "CClieu obligatoire".

mascarade
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum