Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Employé oxymorique
Niveau 7

"Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Employé oxymorique le Mar 9 Avr 2013 - 18:52
Mail du jour de la fac qui s'ouvre par un "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s". furieux

Je trouve qu'on voit cette féminisation des noms de plus en plus, que répondre pour dénoncer ces horribles formes ?
Suffit-il de dire que le masculin a également une valeur générale, au contraire du féminin ?

_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.
avatar
albertine02
Sage

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par albertine02 le Mar 9 Avr 2013 - 18:57
pas évident.....
je reçois des courriers adressés à Madame la ProfesseurE, qui me hérissent...tu me diras que ce n'est pas exactement la même chose et j'en conviens, mais tout cela est bien moche, je trouve.....
avatar
Ben93
Érudit

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Ben93 le Mar 9 Avr 2013 - 19:01
@albertine02 a écrit:pas évident.....
je reçois des courriers adressés à Madame la ProfesseurE, qui me hérissent...tu me diras que ce n'est pas exactement la même chose et j'en conviens, mais tout cela est bien moche, je trouve.....
Tu préfères « wesh la meuf » ? Laughing
avatar
albertine02
Sage

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par albertine02 le Mar 9 Avr 2013 - 19:03
ça aurait le mérite de me faire rire...pas très longtemps cela dit, je le crains !
avatar
Employé oxymorique
Niveau 7

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Employé oxymorique le Mar 9 Avr 2013 - 19:05
Etant un homme, une fois sur deux je suis étiqueté comme misogyne quand je fais ces remarques linguistiques.
Mais je suis bien d'accord avec toi Albertine, ces formes sont moches.

_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par User5899 le Mar 9 Avr 2013 - 21:50
@Employé oxymorique a écrit:Mail du jour de la fac qui s'ouvre par un "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s". furieux

Je trouve qu'on voit cette féminisation des noms de plus en plus, que répondre pour dénoncer ces horribles formes ?
Suffit-il de dire que le masculin a également une valeur générale, au contraire du féminin ?
"Françaises, Français, Belges, Belges" Very Happy
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par User5899 le Mar 9 Avr 2013 - 21:51
@Employé oxymorique a écrit:Etant un homme, une fois sur deux je suis étiqueté comme misogyne quand je fais ces remarques linguistiques.
Mais je suis bien d'accord avec toi Albertine, ces formes sont moches.
Le problème, c'est qu'elles ont été officialisées par une loi, non ?
avatar
Nita
Empereur

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Nita le Mar 9 Avr 2013 - 22:01
Cripure a écrit:
@Employé oxymorique a écrit:Etant un homme, une fois sur deux je suis étiqueté comme misogyne quand je fais ces remarques linguistiques.
Mais je suis bien d'accord avec toi Albertine, ces formes sont moches.

Le problème, c'est qu'elles ont été officialisées par une loi, non ?

Ça ne les embellit pas pour autant professeur

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
Raoul Volfoni
Doyen

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Raoul Volfoni le Mar 9 Avr 2013 - 22:05
Et l'accent au féminin ? On veut notre accent, nous !

Che.è.r.e.s collègues, che.è.r.e.s étudiant.e.s... sinon rien !
Apices Juris
Niveau 6

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Apices Juris le Mer 10 Avr 2013 - 8:09
Cripure a écrit:Le problème, c'est qu'elles ont été officialisées par une loi, non ?
Eh bien, non, il n'y a pas de loi. La féminisation n'a pris que la forme de circulaires, comme le rappelle d'ailleurs cette page de la délégation générale à la langue française (DGLF) sur le site du ministère de la culture.

@Employé oxymorique a écrit:Suffit-il de dire que le masculin a également une valeur générale, au contraire du féminin ?
C'est en effet l'avis de principe de l'Académie française qui, si elle « ne s’oppose pas au principe de la féminisation en tant que tel », aborde cependant la question « avec prudence et dans le respect de la morphologie de la langue ». Dès 2002, l'Académie française indiquait en effet ceci :
L'Académie française a écrit:Le 21 mars 2002, l’Académie française publie une nouvelle déclaration pour rappeler sa position à ce sujet et, en particulier, le contresens linguistique sur lequel repose l’entreprise d’une féminisation systématique. Si, en effet, le français connaît deux genres, appelés masculin et féminin, il serait plus juste de les nommer genre marqué et genre non marqué. Seul le genre masculin, non marqué, peut représenter aussi bien les éléments masculins que féminins. En effet, le genre féminin ou marqué est privatif : un « groupe d’étudiantes » ne pourra contenir d’élèves de sexe masculin, tandis qu’un « groupe d’étudiants » pourra contenir des élèves des deux sexes, indifféremment.
(source).



_________________
Apices juris non sunt jura.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par User5899 le Mer 10 Avr 2013 - 16:40
@Apices Juris a écrit:
Cripure a écrit:Le problème, c'est qu'elles ont été officialisées par une loi, non ?
Eh bien, non, il n'y a pas de loi. La féminisation n'a pris que la forme de circulaires, comme le rappelle d'ailleurs cette page de la délégation générale à la langue française (DGLF) sur le site du ministère de la culture.
Ouf.
avatar
Employé oxymorique
Niveau 7

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Employé oxymorique le Mer 10 Avr 2013 - 19:58
@Apices Juris a écrit:
Cripure a écrit:Le problème, c'est qu'elles ont été officialisées par une loi, non ?
Eh bien, non, il n'y a pas de loi. La féminisation n'a pris que la forme de circulaires, comme le rappelle d'ailleurs cette page de la délégation générale à la langue française (DGLF) sur le site du ministère de la culture.
Je n'arrive pas à accéder au guide mis en lien dans la circulaire du MEN. Que dit-il quant à l'emploi de "chers étudiants" par exemple ? Il considère qu'il faut le féminiser ? Si oui de quelle façon ?

_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.
Contenu sponsorisé

Re: "Cher.e.s collègues, cher.e.s étudiant.e.s"

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum