Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Isidoria
Doyen

Zazie dans le métro question

par Isidoria le Sam 13 Avr 2013 - 17:55
je vous donne un passage:

- Américanophile! s'esclame Gabriel, t'emploies des mots dont tu connais pas le sens. Américanophile! comme si ça empêchait de laver son linge sale en famille. Marceline et moi, non seulement on est américanophiles, mais en plus de ça, petite tête, et en même même temps, t'entends ça, petite tête, EN MEME TEMPS, on est lessivophiles. Hein? ça te la coupe, ça (pause) petite tête.
Turandot ne trouve rien à répondre. Il revient au problème concret et présent à la liquette ninque, celle qu'il n'est pas si facile de laver


Le passage en gras signifie-t-il hic et nunc comme on le retrouve au chapitre 14: "oui dit Laverdure, nous ne comprenons pas le hic de ce nunc, ni le quid de ce quod"?

Cela signifie si je ne m'abuse "ici et maintenant" mais dans le roman s'agit-il d'une réflexion sur la vacuité du langage? Queneau détourne toutes formes de langage, mais j'ai du mal à bien analyser cette expression latine et j'ai peur de ne pas bien m'en sortir lors de l'explication avec mes TL.
Merci!
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: Zazie dans le métro question

par NLM76 le Dim 14 Avr 2013 - 9:01
L'hic et nunc (="ici et maintenant", en effet) prononcé à la française avant la restituée (fin des années 1960, si je ne m'abuse), oui.
Pour le reste je n'en sais rien; je n'ai pas lu Zazie

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
Hypermnestre
Fidèle du forum

Re: Zazie dans le métro question

par Hypermnestre le Dim 14 Avr 2013 - 22:05
Il me semble qu'il s'agit simplement d'un calembour, comme le Vulgue Homme Pécusse.
avatar
Nita
Empereur

Re: Zazie dans le métro question

par Nita le Dim 14 Avr 2013 - 22:09
Est-ce que cela ne signifie pas qu'il revient au problème qui les agite ? le linge difficile à laver en famille, qui rend Gabriel et Marcel lessivophiles ?

(je n'arrive pas à remettre la main sur mon bouquin, et ton extrait est trop court pour que je puisse vérifier mon hypothèse.)

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Zazie dans le métro question

par User5899 le Dim 14 Avr 2013 - 23:40
Sev2p1 a écrit:je vous donne un passage:

- Américanophile! s'esclame Gabriel, t'emploies des mots dont tu connais pas le sens. Américanophile! comme si ça empêchait de laver son linge sale en famille. Marceline et moi, non seulement on est américanophiles, mais en plus de ça, petite tête, et en même même temps, t'entends ça, petite tête, EN MEME TEMPS, on est lessivophiles. Hein? ça te la coupe, ça (pause) petite tête.
Turandot ne trouve rien à répondre. Il revient au problème concret et présent à la liquette ninque, celle qu'il n'est pas si facile de laver


Le passage en gras signifie-t-il hic et nunc comme on le retrouve au chapitre 14: "oui dit Laverdure, nous ne comprenons pas le hic de ce nunc, ni le quid de ce quod"?

Cela signifie si je ne m'abuse "ici et maintenant" mais dans le roman s'agit-il d'une réflexion sur la vacuité du langage? Queneau détourne toutes formes de langage, mais j'ai du mal à bien analyser cette expression latine et j'ai peur de ne pas bien m'en sortir lors de l'explication avec mes TL.
Merci!
La créativité du langage, plutôt que sa vacuité, non ? Création d'expressions à partir de citations mal comprises ou de bouts de phrases... Comme quand nous écrivons bédeuzi, sauf que la liquette, elle, donne le départ d'une nouvelle confusion avec "liquette".
avatar
Nom d'utilisateur
Niveau 10

Re: Zazie dans le métro question

par Nom d'utilisateur le Lun 15 Avr 2013 - 5:19
Je pense que "vacuité" a aussi sa place dans l'affaire. La création verbale s'y analyse en plusieurs étapes, dont plusieurs évidements / vidages :

- l'hic et nunc => [liketne~k] : perte de la structure interne, article y compris, puisqu'il se trouve agglutiné à la suite, dépris de sa fonction grammaticale ; l'expression devient une séquence - ou "carcasse" - sonore immotivée, un simple bruit, un flatus vocis. De même que l'étrange séquence sonore que devient la question anodine "Vous devez souvent voyager" dans la bouche pleine de spaghetti d'un personnage de Loin de Rueil (je cite de mémoire, je n'ai pas le livre sous la main, impossible de me remémorer la transcription qu'il en donne).

- remotivation contextuelle : => "liquette", ce qui laisse une syllabe, "ninque", qui est en même temps dénuée de sens, mais dont la fonction se laisse aisément interpréter : épithète. C'est donc un mouvement inverse à celui de l'absorption de l'article : une syllabe dénuée de sens se trouve investie d'une fonction grammaticale.

- l'expression étant un groupe nominal, elle requiert un nouvel article ("la liquette ninque, comme de l'ancien français "l'iere" on passe à "le lierre" ; Queneau était lecteur de linguistique historique, mais aussi de Tolstoï qui fait inventer le mot "lafet" à un soldat de Guerre et Paix entendant les Français parler de l'affût d'un canon.

Bref, une succession de passer-muscade sens <-> forme en même temps très banals (ressorts de l'étymologie et des créations enfantines) et troublants : un trop plein de forme engendre du sens. D'où aussi peut-être un double-fond au passage humoristique d'une notion abstraite et noble qui se dit en latin à un objet concret exprimé par un mot très familier (vérification faite, liquette au sens de "chemise d'homme" est qualifié de "populaire" par les auteurs du Trésor de la langue française) : au jeu entre sens et forme fait écho un balancement entre pensée et matière.
Charles Delattre
Niveau 3

Re: Zazie dans le métro question

par Charles Delattre le Mar 30 Avr 2013 - 16:19
Ce message a été supprimé par son auteur.
Contenu sponsorisé

Re: Zazie dans le métro question

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum