5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Sam 13 Avr 2013 - 19:11

Salut,

J'ai commis un article sur le rôle primordial, selon moi, des illustrations dans l'enseignement de l'histoire, leur rôle historique dans l'évolution de la pédagogie de cette matière et leur efficacité didactique.

À voir ici :

Peut-on (encore) enseigner l'histoire par l'observation ?

Bonne lecture à ceux que cela peut intéresser !

EDIT : j'ai repris les arguments de ma deuxième partie dans un article plus simple d'accès, format blog : Les illustrations dans les anciens manuels d'histoire : 5 avantages pédagogiques


Dernière édition par doctor who le Sam 12 Mar 2016 - 14:56, édité 1 fois

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Sam 13 Avr 2013 - 20:13

J'oubliais : merci à Spinoza1670 pour les belles illustrations, tout droit sorties de manuelsanciens.blogspot.fr !

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Nom d'utilisateur le Dim 14 Avr 2013 - 17:51

Une seule lecture, et cursive qui plus est, mais quand même : j'ai trouvé stimulante l'argumentation en faveur de dessins plus descriptifs que narratifs. Si j'ai bien lu. Enfin, j'y retournerai, il me semble qu'il y a là un enjeu didactique très important, qui dépasse la seule discipline historique. Même si on imagine que c'est précisément pour l'enseignement de l'histoire, et de tous les événements qui la peuplent, que la question se pose au premier chef.

Une petite remarque : les dessins choisis en guise d'illustration sont somptueux. La palette de couleurs de la vignette représentant une "ville gauloise au temps des Romains" (Notre premier livre d'histoire CE, Bernard & Redon) te vous a des airs de Fra Angelico, hmmmm... Les "premiers hommes" du Brossolette-Ouzouf, aussi, sont une réussite. Tous, en fait...
Rien à voir avec la stylisation à la Walt Disney dont il s'agit quelque part dans l'article, et surtout, rien à voir avec les croquis moches, indigents, bêtifiants et saturés de connivence et de mièvrerie - oui, je déteste, pardon - de certains manuels. Le cartable de ma fille n'est pas loin, il suffirait de prendre le manuel de... bah, glissons.

Les conditions de production des manuels contemporains sont ce qu'elles sont, avec les impératifs d'adaptation aux programmes, la concurrence entre éditeurs, la multiplication des collections chez un même éditeur etc. Les manuscrits sont vite torchés, rendus, corrigés, publiés avant la rentrée de l'année à venir... Ces conditions autorisent-elles l'utilisation de dessins aussi soignés que ceux exhibés dans cet article?

PS. au passage, trois coquilles :
Spoiler:
"a wanton kind of chace" => "chase"
"les gaulois" => les Gaulois"
répétition disgracieuse dans "Le point le plus problématique est l’existence problématique chez les élèves d'un fond de connaissances
suffisamment ancrées,"

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Dim 14 Avr 2013 - 18:31

Je n'ai pas bien compris vos conclusions : vous voulez le retour des images d'Epinal dans les manuels ?

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doublecasquette le Dim 14 Avr 2013 - 19:31

@Isis39 a écrit:Je n'ai pas bien compris vos conclusions : vous voulez le retour des images d'Epinal dans les manuels ?

Je n'ai pas compris ça.
Je pense qu'il s'agit plus de réunir et de mettre en scène, pour les petites classes du Primaire, sur une même grande image des éléments que l'on peut trouver isolés dans plusieurs vestiges de l'époque concernée afin de réaliser pour les enfants une synthèse plus parlante et plus facile à appréhender dans sa globalité qu'en présentant de manière isolée et déconnectée chacun des éléments.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Dim 14 Avr 2013 - 19:35

Mais ça se fait déjà.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doublecasquette le Dim 14 Avr 2013 - 19:49

@Isis39 a écrit:Mais ça se fait déjà.

Dans les livres pour enfants "extra-scolaires", oui. Il y a par exemple, ces petits livres-là :
http://livre.fnac.com/a2794166/Kididoc-Les-chateaux-forts-Michele-Longour
ou d'autres balayant un temps plus long, comme celui-ci :
http://www.amazon.fr/LImagerie-lhistoire-Collectif/dp/2215062258/ref=sr_1_18?s=books&ie=UTF8&qid=1365961700&sr=1-18&keywords=L%27imagerie+fleurus

En revanche, en édition scolaire, avec un questionnement adapté amenant les élèves à découvrir une époque, à s'y construire des repères, à la connecter logiquement à la précédente et à la suivante, non, je ne crois pas.
Si cela existe déjà, pour le niveau dans lequel j'enseigne (GS, CP et CE1), je veux bien le titre.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Dim 14 Avr 2013 - 20:32

Je parle pour le secondaire.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doublecasquette le Dim 14 Avr 2013 - 20:56

@Isis39 a écrit:Je parle pour le secondaire.

Je viens de le relire, l'article parle clairement et nettement du primaire et semble privilégier ces "images grouillantes" (moi, je préférerais "foisonnantes") pour les petites classes, à cheval sur la maternelle et l'école élémentaire (grande section, CP et CE1).
Il n'y est pas question du secondaire...

Ne croyez-vous pas que vous auriez plus de facilité, dans le secondaire justement, si les élèves s'étaient peu à peu construit une image évolutive du passé, passant des premières représentations, à base d'images "foisonnantes", multipliant les petits détails signifiants, en début de scolarité, puis, dans leurs dernières années d'école primaire, commençant l'analyse de documents photographiques où ils retrouveraient d'ailleurs bon nombre des détails signifiants repérés précédemment mais dans leur contexte actuel, le musée, le chantier de fouilles, ou même tout simplement la cité, lorsqu'il s'agit de bâtiments ?

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Dim 14 Avr 2013 - 23:02

@Nom d'utilisateur a écrit:Une seule lecture, et cursive qui plus est, mais quand même : j'ai trouvé stimulante l'argumentation en faveur de dessins plus descriptifs que narratifs. Si j'ai bien lu. Enfin, j'y retournerai, il me semble qu'il y a là un enjeu didactique très important, qui dépasse la seule discipline historique. Même si on imagine que c'est précisément pour l'enseignement de l'histoire, et de tous les événements qui la peuplent, que la question se pose au premier chef.

Une petite remarque : les dessins choisis en guise d'illustration sont somptueux. La palette de couleurs de la vignette représentant une "ville gauloise au temps des Romains" (Notre premier livre d'histoire CE, Bernard & Redon) te vous a des airs de Fra Angelico, hmmmm... Les "premiers hommes" du Brossolette-Ouzouf, aussi, sont une réussite. Tous, en fait...
Rien à voir avec la stylisation à la Walt Disney dont il s'agit quelque part dans l'article, et surtout, rien à voir avec les croquis moches, indigents, bêtifiants et saturés de connivence et de mièvrerie - oui, je déteste, pardon - de certains manuels. Le cartable de ma fille n'est pas loin, il suffirait de prendre le manuel de... bah, glissons.

Les conditions de production des manuels contemporains sont ce qu'elles sont, avec les impératifs d'adaptation aux programmes, la concurrence entre éditeurs, la multiplication des collections chez un même éditeur etc. Les manuscrits sont vite torchés, rendus, corrigés, publiés avant la rentrée de l'année à venir... Ces conditions autorisent-elles l'utilisation de dessins aussi soignés que ceux exhibés dans cet article?

PS. au passage, trois coquilles :
Spoiler:
"a wanton kind of chace" => "chase"
"les gaulois" => les Gaulois"
répétition disgracieuse dans "Le point le plus problématique est l’existence problématique chez les élèves d'un fond de connaissances
suffisamment ancrées,"

Merci pour les coquilles, mais maintenant, je crois que c'est un peu tard. Rageant.

Oui, les dessins sont beaux, surtout ceux du Ozouf-Brossolette, qui ressemblent à du Harold Foster (dessinateur du chef d'oeuvre Prince Valiant, pour ceux qui connaissent):
Pas d'accord avec Disney, dont les dessins sont souvent superbes. En revanche, bien d'accord avec les illustrations actuelles. "Connivence et mièvrerie" : c'est exactement ça.


_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Dim 14 Avr 2013 - 23:14

@Isis39 a écrit:Je n'ai pas bien compris vos conclusions : vous voulez le retour des images d'Epinal dans les manuels ?

Permets-moi de me citer :

Cet aspect de l’enseignement de l’histoire était en effet réservé aux cours moyen et supérieur de l’école primaire. Il est cependant remarquable que bien des illustrations des manuels de CE que nous avons pu citer ont un caractère davantage descriptif que narratif. Même l’illustration de la bataille de Gergovie, dans le Ozouf-Leterrier (Ill. 7), donne lieu à une comparaison entre les armées romaine et gauloise.
La vie quotidienne, les techniques de culture et les moyens de transport, tout cela et bien d’autres faits de civilisation occupaient les réflexions des élèves, alors même que les programmes ne le réclamaient pas.
Il reste qu’un bon nombre de manuels de l’époque incluaient des images purement narratives, de l’ordre des images d’Épinal, souvent inspirées des précédents picturaux de la peinture académique de la fin du XIXe siècle. On retrouve ainsi, par exemple, la reddition de Vercingétorix, le baiser de Rollon, et toutes sortes de scènes moins détaillées, centrées sur un personnage historique en action, et beaucoup moins adaptées à un travail d’observation. Simples illustrations qui rendent visible un événement qui aurait pu être simplement évoqué par écrit, elles encourent le risque d’être aperçues distraitement, comme la confirmation d’une information déjà donnée par ailleurs. Au mieux, et ce n’est pas négligeable, elles facilitent la mémorisation, parfois à long terme, par le caractère frappant de l’image. Notre hypothèse est que c’est ce type d’illustrations qui a cristallisé les critiques contre l’enseignement de l’histoire de la première moitié du XXe siècle. C’est que la simplification historiographique due à des objectifs d’unification nationale correspond de manière très convaincante à la simplification iconographique de telles images.

Les images type "d’Épinal" étaient présentes dans les manuels des années 30 à 60, mais en concurrence avec d'autres images, didactiquement bien plus efficaces. C'est à ce deuxième type d'images que je souhaiterais faire retour, à l'école primaire et même, pourquoi pas, dans le secondaire, mêlé avec des reproductions de documents réels.


Quant à l'existence de ces images, DC t'a répondu : oui dans l'extra-scolaire, mais sans appareil textuel permettant de construire un savoir historique. Tant mieux d'ailleurs, on n'est pas à l'école !



Pour ce qui est de ma thèse, j'essaye de lier trois choses :
- l'existence d'un dispositif didactique nouveau (les "images foisonnantes" dont parle DC)
- la relative modernité de la pédagogie d'avant-guerre, malgré ce qu'on a pu en dire (et malgré les réels défauts programmatiques que sont le nationalisme, l'histire-bataille, etc.)
- la possibilité et la nécessité de construire un imaginaire historique en primaire, et de continuer à le faire par la suite, avant et en accompagnement d'autres types de connaissances historiques


_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Nom d'utilisateur le Lun 15 Avr 2013 - 0:31

@doctor who a écrit:
Pas d'accord avec Disney, dont les dessins sont souvent superbes.

Je n'ai pas écrit que je n'appréciais pas, ceux-là ! Bien au contraire. Mais que les exemples de l'article ne semblaient pas du tout stylisés façon comics. Forcément, certes...

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Lun 15 Avr 2013 - 9:24

@Nom d'utilisateur a écrit:
@doctor who a écrit:
Pas d'accord avec Disney, dont les dessins sont souvent superbes.

Je n'ai pas écrit que je n'appréciais pas, ceux-là ! Bien au contraire. Mais que les exemples de l'article ne semblaient pas du tout stylisés façon comics. Forcément, certes...

Les exemples que j'ai donnés, non, effectivement. Mais je pense qu'il y a tout de même du comics dans les Ozouf (Harold Foster, je l'ai déjà dit). En fait, il me semble que l'influence est moins celle de la BD ou du dessin-animé que celle des grandes affiches pédagogiques.
Mais tout de même, en 1930, il y a une "révolution des manuels" (expression exagérée, puisque de nombreux manuels avaient fait de gros efforts au niveau des gravures), menée par Raylambert. Je mets une image dès que j'ai le temps.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Lun 15 Avr 2013 - 10:25

@doctor who a écrit:
- la possibilité et la nécessité de construire un imaginaire historique en primaire, et de continuer à le faire par la suite, avant et en accompagnement d'autres types de connaissances historiques


Un "imaginaire historique" ??? Mais l'histoire, ce n'est pas de l'imagination ! Vous confondez l'enseignement des lettres et celle de l'histoire.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Lun 15 Avr 2013 - 12:59

@Isis39 a écrit:
@doctor who a écrit:
- la possibilité et la nécessité de construire un imaginaire historique en primaire, et de continuer à le faire par la suite, avant et en accompagnement d'autres types de connaissances historiques


Un "imaginaire historique" ??? Mais l'histoire, ce n'est pas de l'imagination ! Vous confondez l'enseignement des lettres et celle de l'histoire.

Je suis désolé que tu (désolé, mais sauf exception, je tutoie sur le forum, à moins que cela te déranges. Auquel cas, n’hésite pas à me le dire), que tu, donc, trouve cela si farfelu.

Je pense justement que l'imagination est une faculté trop négligée dans l'enseignement de l'histoire, au profit, actuellement, de tout ce qu'on résume sous l'expression de "pensée historienne" (je l'ai trouvée chez Didier Cariou : "Historisation de la didactique de l’histoire. Les démarches de pensée historienne et l’apprentissage de l’histoire").

Je ne dis pas que des éléments de cette pensée ne soient pas indispensables dans l'enseignement de l'histoire (qui n'est pas la communication d'une somme de connaissances brutes). Je pense qu'il est très difficile de se passer d'une étape préalable qui consiste à rendre capable de "s'imaginer" le passé.

Je précise qu'il ne s'agit pas de "l'imaginer", au sens de l'inventer, de le modeler à sa volonté, comme dans une fiction. Il s'agit d'avoir des images dans la tête, qui forment un tout cohérent, un "imaginaire".

Cela étant dit, le rapport à la fiction n'est pas à rejeter selon moi. C'est ce que je dis, un peu trop confusément à mon goût :

Charles Sanders Pierce distinguait trois types de signes, dont « l'indice », qui renvoie à son référent comme le symptôme à la maladie, ou la trace au pas, et « l'icône », qui y renvoie par ressemblance. Les manuels récents ont multipliés les « indices » du passés. Il est à craindre que les relations qui s'établissent entre eux et le monde passé, relations en quelque sorte « verticales », rendent plus difficiles des relations « horizontales » entre les différents éléments de ce monde révolu. En revanche, un manuel illustré, peuplé « d'icônes » du passé, permet de créer un « univers » qui n'est pas sans cesse rappelé à l'ordre par le monde réel. À la limite, seules l'appellation « Histoire » en tête du manuel, et l'assurance réitérée de l'enseignant peuvent témoigner de l'appartenance de cet « univers » à celui de l'élève.
Cette déperdition de réalité, qui peut occasionner des confusions, entre la légende et la vérité historique notamment, a pourtant l'avantage de créer un espace de liberté où puisse se construire un imaginaire du passé. Le passé n'est plus ce chaos inconnu dont ne subsistent que quelques traces informes et contradictoires, mais un monde constitué dont on feuillette les différents aspects avec assurance et curiosité.
Notre hypothèse est que, manié avec quelque prudence, cette quasi-fictionalité du manuel d'histoire illustré est un préalable essentiel à la « pensée historienne ». L'élève a besoin de faire l'hypothèse de la cohérence du passé, afin de pouvoir accueillir toutes les informations et les remises en question que peuvent produire les traces de ce passé. De même, comment serait-il possible de questionner le passé si ce passé n'est qu'un amalgame disparate ? Comment trouver des faits pertinents ? Comment élaborer un raisonnement cohérent à propos d'un monde incohérent ? L'enjeu du cours d 'histoire dans le secondaire est de dépasser l'univocité d'une telle présentation initiale. Mais on ne voit pas comment enseigner des éléments d'historiographie sans une histoire à remettre en cause.

Je ne dit pas naturellement qu'il faut mettre tout sur le même plan. Mais je pense souvent au Qu'est-ce que la fiction ? de Jean-marie Schaeffer, qui fait la synthèse des acquis des sciences cognitives sur le sujet : il y montre que l'image mentale que l'on se fait à partir d'un texte ou d'une parole n'est pas fondamentalement différente, sur le plan cognitif et neurologique, que l'image réellement perçue. C'est après-coup que l'esprit assigne à l'image tel ou tel degré de réalité. C'est la même chose pour l'imaginaire historique.

Le risque de confondre légende et histoire, de mettre César sur le même niveau de réalité qu'Astérix, est un risque nécessaire. Il exige seulement de prendre des précautions infinies dans l'élaboration du programme, des textes et des images du manuel, et dans la présentation que fait le professeur des faits historiques.



Dernière édition par doctor who le Mar 16 Avr 2013 - 8:24, édité 1 fois

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Lun 15 Avr 2013 - 16:13

Je pense que c'est là le problème : faire de l'histoire n'est pas se construire des images imaginaires, mais des images aussi proches possible de la réalité historique.
Je crois que c'est ce qui "oppose" le prof de lettres" au prof d'histoire. Si les collègues de lettres veulent utiliser la fiction, pourquoi pas ? Mais en histoire il s'agit de travailler sur le "réel".
Il peut nous arriver d'utiliser la fiction, mais de façon très ponctuelle, sur un extrait. Par exemple j'ai élaboré un exercice pour un manuel comparant deux extraits de Germinal permettant de comparer les conditions de vie chez les bourgeois et celles chez les mineurs.
Mais il ne s'agit pas ici d'imaginaire.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Lun 15 Avr 2013 - 22:47

@Isis39 a écrit:Je pense que c'est là le problème : faire de l'histoire n'est pas se construire des images imaginaires, mais des images aussi proches possible de la réalité historique.

Encore une fois, imaginaire ne veut pas dire fictionnel. Je ne dis pas de mettre sur le même plan la défaite à Roncevaux et les missi dominici. Je dis que construire ces images "aussi proches que possible de la réalité historique" ne peut se faire uniquement à partir de documents réels, surtout avec de jeunes élèves.

@Isis39 a écrit:Je crois que c'est ce qui "oppose" le prof de lettres" au prof d'histoire. Si les collègues de lettres veulent utiliser la fiction, pourquoi pas ? Mais en histoire il s'agit de travailler sur le "réel".

Tu me prêtes des confusions extrêmement "naïves". L'usage de la fiction est un autre problème, même si je suis prêt à soutenir qu'en primaire, il est extrêmement fructueux.


@Isis39 a écrit:Il peut nous arriver d'utiliser la fiction, mais de façon très ponctuelle, sur un extrait. Par exemple j'ai élaboré un exercice pour un manuel comparant deux extraits de Germinal permettant de comparer les conditions de vie chez les bourgeois et celles chez les mineurs.
Mais il ne s'agit pas ici d'imaginaire.
Pourtant, un élève ayant lu Germinal, sans l'analyser dans un perspective historique, saura mieux étudier l'histoire ouvrière du XIXe siècle qu'un qui ne l'a pas fait.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Nom d'utilisateur le Lun 15 Avr 2013 - 23:24

Ce que doctor who promeut me semble correspondre à certaines définitions* du storytelling, qui n'a rien de passéiste, c'est même très au goût du jour, ce qui ne l'invalide en rien. https://en.wikipedia.org/wiki/Storytelling. Mais je suis mal renseigné là-dessus.

*"éditer" pour rajouter un l' -s manquant(e).


Dernière édition par Nom d'utilisateur le Mar 16 Avr 2013 - 15:37, édité 1 fois

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par doctor who le Mar 16 Avr 2013 - 15:31

Je ne saurais dire si cela correspond au storytelling. Je n'y ai pas pensé et suis aussi mal renseigné que Nom d'utilisateur.

Pour préciser ma pensée, voici le contenu du programme d'histoire au cycle 3 concernant l'Antiquité :

programmes 2008 a écrit:
CE2
Les Gaulois
- Dégager à partir de documents variés les principales caractéristiques de la civilisation gauloise avant la conquête romaine. Repérer sur une carte leur implantation.
La romanisation de la Gaule
- Décrire la conquête de la Gaule à partir d’extraits de la « Guerre des Gaules » confrontés à des sources archéologiques.
- Comprendre qu’une nouvelle civilisation, la civilisation gallo-romaine, se développe en mêlant les modes de vie et les techniques gaulois et romains.
Repères : Jules César et Vercingétorix ; 52 avant notre ère - Alésia.
Vocabulaire : romanisation, gallo-romain, monuments caractéristiques (forum, amphithéâtre, arènes, temples, aqueducs, villas...), artisanat.

CM1
La christianisation du monde gallo- romain
- Connaître le rôle de Jésus et des apôtres dans la naissance et l’expansion du christianisme.
- Savoir que le christianisme se diffuse en Gaule malgré des persécutions et gagne progressivement toutes les couches de la population.
- Savoir que le christianisme devient la religion officielle de l’empire romain.
- Sur différents documents relatifs à l’Histoire des Arts, identifier les principales manifestations du christianisme.
- Lire et utiliser une ou des cartes historiques pour étudier cette question.
Vocabulaire : chrétien, croyant, foi, une église, l’Église, se convertir, religion monothéiste.

Je ne comprends pas comment un élève de 8 à 10 ans peut se faire une image cohérente de cette (petite) partie de l'Antiquité à partir d'un matériau aussi disparate. Je ne dis pas que les documents et la réflexion à partir de ces documents est à bannir. Mais j'ai peur que sans illustrations synthétiques, l'élève ne soit rebuté.

En outre, je ne comprends pas comment on peut s'y prendre pour faire comprendre en CE2 la conquête de la Gaule à partir d'une confrontation d'extraits de la Guerre des Gaules et de sources archéologiques, ni comment on peut faire "comprendre qu’une nouvelle civilisation, la civilisation gallo-romaine, se développe en mêlant les modes de vie et les techniques gaulois et romains".

Cela demanderait de la part des élèves un travail de reconstitution mentale tout bonnement impossible. On ne peut à ce niveau là que se contenter de faire semblant, de mimer un cours de collège en n'espérant au mieux faire retentir que des concepts, des dates, et encore, de manière purement mécanique. Cela est d'autant plus irréaliste qu'un élève de CE2 n'est pas censé, selon les programmes, avoir eu connaissance de ce qu'est la Gaule ou Rome en cycle 2.

Autrefois, dès le CE1, on avait ça :


ça :


ça :


ça :


ça :


ça :


ou ça :

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par kiwi le Mar 16 Avr 2013 - 17:12

Je pense comme Docteur Who que concrétiser des concepts, des faits, des aspects d'une civilisation est particulièrement important, et cela passe par l'image. On a tous un imaginaire du passé. J'ai dans ma tête des images du Moyen-âge, des images de la Rome antique, des images du Paris de Louis XIV, ou des images de ce qu'est une mine et une cité ouvrière au XIXème siècle parce qu'un jour, on me les a montrées.

En revanche, si les reconstitutions peuvent s'avérer intéressantes, surtout dans les classes de primaire, on peut peut-être aussi varier les images et utiliser des documents sources quand ils sont à disposition.
ex : en 5ème pour le mode de vie des chevaliers, plutôt que de travailler sur une reconstitution de chevalier en train de jouter, manger pendant le banquet ou chasser, je montre une miniature extraite d'un manuscrit médiéval. Pour les travaux agricoles (même si ce document est tardif), je préfère montrer les miniatures des Très riches heures du duc de Berry.


kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Fesseur Pro le Mar 16 Avr 2013 - 17:18

@doctor who a écrit:
Autrefois, dès le CE1, on avait ça :

Maintenant on a ça :

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Iphigénie le Mar 16 Avr 2013 - 17:26

off-
Je pense que c'est là le problème : faire de l'histoire n'est pas se construire des images imaginaires, mais des images aussi proches possible de la réalité historique.
Je crois que c'est ce qui "oppose" le prof de lettres" au prof d'histoire. Si les collègues de lettres veulent utiliser la fiction, pourquoi pas ? Mais en histoire il s'agit de travailler sur le "réel".
ce qui oppose les historiens avec les littéraires, c'est que les littéraires savent que la réalité n'est jamais que subjective et en dit plus sur celui qui regarde que sur celui qui est regardé.-
fin du off.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Mar 16 Avr 2013 - 18:47

@Fesseur Pro a écrit:
@doctor who a écrit:
Autrefois, dès le CE1, on avait ça :

Maintenant on a ça :

C'est quand même mieux, non ??? Very Happy

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Isis39 le Mar 16 Avr 2013 - 18:48

@iphigénie a écrit:off-
Je pense que c'est là le problème : faire de l'histoire n'est pas se construire des images imaginaires, mais des images aussi proches possible de la réalité historique.
Je crois que c'est ce qui "oppose" le prof de lettres" au prof d'histoire. Si les collègues de lettres veulent utiliser la fiction, pourquoi pas ? Mais en histoire il s'agit de travailler sur le "réel".
ce qui oppose les historiens avec les littéraires, c'est que les littéraires savent que la réalité n'est jamais que subjective et en dit plus sur celui qui regarde que sur celui qui est regardé.-
fin du off.

Mais le but de notre enseignement n'est pas le même.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 avantages des illustrations dans les vieux manuels d'histoire

Message par Iphigénie le Mar 16 Avr 2013 - 18:49

Ben si un peu..: se situer. Laughing (mais bon je ne suis pas dans le débat, je n'ai pas tout lu) pingouin

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum