État d'âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

État d'âme

Message par barsanges le Mar 16 Avr 2013 - 6:35

Chers collègues,

Merci pour avoir contribué dans ce forum que je viens de découvrir, parce qu'il n'est pas toujours facile de partager de telles réflexions sur son lieu de travail, alors ici on n'est pas tout seul.

Je suis prof mais avec quelques heures de vol, j'ai soixante balais, eh oui ça arrive, et je fais le dos rond en attendant la retraite dans six ans, je n'en suis pas fier mais faire quoi d'autre ?

J'ai passé une partie de mon temps à tenter de mettre en place des outils, j'étais formateur du plan IPT en 85 et j'ai cru comme a pu l'écrire en son temps un président de l'APMEP : Rien ne sera jamais plus comme avant, à l'arrivée des calculatrices programmables.

Euh... oui je suis certifié de mathématiques et d'informatique et j'enseigne en BTS, mais pas que, seconde pro et 1ère bac pro aussi. J'utilise les outils de la formation à distance, plate-forme de e-learning qui me permet de proposer plusieurs contenus dans une même séance selon les niveaux, la vitesse, cela permet le soutien en dehors des heures et le week-end, j'envoie aussi un courrier à tous les BTS qui entrent en première année pour proposer une remise à niveau individuelle, bénévole et gratuite, en maths et en informatique pendant les grandes vacances, avec ces mêmes outils de la formation à distance. Vous aurez tous compris que je n'ai aucun mérite à cela parce que lesdits étudiants ne se jettent pas sur cette offre en disant chouette je vais enfin pouvoir avancer en maths. Cela me permet au moins de me faire un tout petit plaisir en répondant ainsi à Ségolène Royal qui lors de sa campagne électorale avait lancé dans un métingue passé à la télé : Les enseignants trouvent le temps de donner des cours particuliers mais pas de faire du soutien à leurs élèves !... le lundi d'après, les enseignants sont face à ces élèves qui ont entendu le message. Là au moins c'est bénévole et gratuit et personne ne me demande de le faire. On me demanderait même plutôt de pas le faire, certains émettant l'idée que si l'on fait cela pendant les vacances et gratuitement, l'état va nous demander des tas de trucs en plus. Selon moi, c'est pas demain la veille que l'état va s'intéresser à quelque chose qui n'est pas institutionnel. Notre institution ne fait jamais appel aux enseignants, elle fait des réformes.

J'ai même mis en place une manière de classe dite inversée, Euronews avait même dit classe renversée, là tout le monde comprenait mais ce n'était pas tout à fait le propos. C'est par le fil sur la classe inversée que j'ai découvert ce forum et vos contributions. C'est en BTS et comme l'a justement fait remarquer un collègue, comment faire cela avec des personnes qui n'amènent même pas leurs affaires en classe et d'un autre côté un lycée qui ne fournit pas suffisamment de points d'accès. On peut même dire que cela se révèlerait pire, du fait que sur la partie apport de connaissances, cela devient particulièrement hasardeux.

Alors oui, ça marche fort pour un certain nombre dont on se dit toujours que quelle que soit la didactique utilisée, ça marcherait, cela nous rend plus modestes. Tous les cours sont en vidéo et cela ne consiste pas à me filmer pendant un cours, mais je filme mon écran, screencast pour les franglophones, et j'y vais de mes démos et de mes commentaires. Tous les TD et tous les exos y sont, ainsi que des exercices autocorrectifs pour le travail autonome, d'autres vidéos, des émissions de France Culture sur la cartographie par exemple. Ces vidéos peuvent être téléchargées sur téléphone portable ou tablette quelle qu'en soit la marque ou sur un ordi portable, donc n'exigent pas d'accès Internet. À la rentrée prochaine je commencerai ces cours de BTS, avec une visio conférence avec des anciens élèves parmi lesquels je n'ai pas que des ennemis, afin de discuter de la nécessité professionnelle de l'informatique et de l'intérêt des logiciels libres. Mon idée, c'est la communauté d'apprenants, la formation tout au long de la vie, etc. donc une relation fréquente avec d'anciens étudiants qui acceptent d'être au moins des référents.

Sur cent BTS entrants, environ cinq répondent à mon courrier pour les grandes vacances et deux, trois suivent la remise à niveau individuelle proposée. Au cours de l'année sur quatre classes de BTS, deux étudiants m'ont sollicité durant un week-end par mail, comme ils disent : Mais nous on n'a aucune envie de travailler en dehors des cours. Je dis que je suis disponible à tout moment. Un exemple significatif selon moi est ce qu'il s'est passé avec une étudiante cette année. Comme je ne propose à peu près que des td lors des séances en classe, je me déplace pas mal, je permets évidemment aux étudiants de se déplacer, de discuter, d'aider les autres, de se faire aider, etc. Je vois une étudiante qui ne fait "presque" rien et je lui parle. Elle me dit de toute façon moi les maths et l'informatique, c'est 2 ou 3 au maximum. Je lui dis ça tombe bien, je suis prof de maths et d'info. Je vais vous donner les td de remise à niveau, les vidéos de remise à niveau et j'en produirai d'autres selon vos besoins, on travaillera lorsque vous serez disponible, à distance. Je lui dis, on va pas attaquer par la face nord = les maths, mais par l'info qui demande moins d'acquis des cours précédents et je vous propose une chose, si vous prenez moins de 5 à la prochaine évaluation, je ne porterai pas la note pour que cela ne plombe pas tout alors que vous faites un effort. Je le dis en public bien entendu, espérant que d'autres vont dire mais c'est pas juste, et nous, et nous, pour leur répondre et vous s'est pareil si vous vous engagez dans ce travail. Bien entendu personne ne réagit, c'est loupé pour moi, tant pis.

Je commence la première évaluation par un devoir en temps libre sur deux semaines, en ajoutant vous pouvez me poser toutes les questions que vous voulez par mail, je ne donnerai évidemment pas les réponses mais je vous aiderai et je donnerai des compléments de cours si besoin est. Un élève sur presque 100, me sollicite, descendez on vous demande. Les notes sont très élevées et notre jeune étudiante a... 19 ! Voilà le résultat d'un travail personnel puisqu'elle ne s'est jamais adressée à moi depuis mon offre. Deux semaines après, devoir surveillé dont j'avais dit que celui en temps libre était préparatoire et là notre amie obtient ?... Elle ne vient tout simplement pas, comme le tiers des étudiants. Aussi je dis la semaine prochaine re ds, avec 0 pour les absences non justifiées, notre amie obtient tout de même 3,5.

Donc une offre loyale à mes yeux, irresponsable pourront dire certains, il faut les tenir dès le début sinon si quelqu'un dit en public je mets pas cette notre parce qu'elle met tout par terre dès le début, que pourront faire les collègues ? Et ça se transforme en une seule séance, en menace d'un 0... Quel échec ! Oui, oui, je sais l'empathie c'est pas bon, il faut fixer des règles et s'y tenir sinon ils font ci et ça. Ben vous voyez à 60 ans, enfin 59 à l'époque, on se creuse encore le chou pour tenter de faire avancer le schmilblick et on s'en prend plein la tronche.

En bac pro une collègue leur a dit qu'elle allait porter plainte contre eux car elle dit qu'ils l'empêchent de travailler, de faire des cours dans des conditions normales. En seconde générale, une collègue demandait que le cours se passe dans le calme aussi certaines élèves lui ont répondu qu'il y avait des profs qui avaient une autorité naturelle et d'autres non, qu'elle n'avait pas d'autorité et qu'elle n'avait rien à faire là... Elle était effondrée mais est parvenue à ne pas le montrer, elle a pu en parler au collègue prof principal quelques instants après et il a eu la présence d'esprit de rassembler les collègues qui étaient en salle des profs et ils y ont tous été. Elle a dit que sans eux, elle n'aurait pas tenu.

Le problème à mes yeux n'est pas tant ce qu'il se passe mais la façon dont c'est géré collectivement car hormis les super héros, on ne peut gérer seul dans l'école mais aussi dans sa tête. On a encore des collègues pour dire, avec moi, ça ne se serait pas passé comme ça ! Et le jour où ça leur arrive, faut entendre comment ils/elles parlent des élèves. L'une d'entre nous a pu dire : Ce ne sont mêmes pas des hommes de Neandertal.... On peut tout gérer si l'on peut poser ses valises, si l'on ne fait pas que se tourner vers l'administration, nous n'avons pas besoin de père mais de frères. Un lieu pour parler, c'est le minimum et ce n'est pas rien; à mes yeux également ce forum n'est pas rien en particulier car ici ce n'est pas l'institution.

On nous propose des stages pour "gérer les nouveaux publics", c'est pour moi une façon d'entériner cet état de fait, il est prévu de ne rien tenter, de faire croire que le problème vient de l'incompétence des profs, encore une couche de culpabilisation. Dans certains pays lorsque la route est trop défoncée car elle n'est pas entretenue, on met des panneaux de limitation de vitesse à 40 km/h et ce sont les conducteurs qui deviennent coupables. C'est en fait ce comportement de l'institution qui rend les choses difficiles, les profs n'ont pas le sentiment que leur administration est avec eux, c'est du chacun pour soi. Une classe pose problème, on propose de former les profs, voire de les soigner. Lorsque notre collègue Lise Bonnafous s'est immolée par le feu à Béziers il y a un an et demi en disant "Je le fais pour vous !", l'institution a dit que l'on ne savait pas tout, qu'elle était dépressive, etc. C'est bien là que l'on voit qu'un tel acte, si puissant, une telle abnégation, est récupéré et la collègue dévalorisée, rien qui puisse faire évoluer quelque chose, seules quelques personnes et des enseignants, savent de quoi il s'agit sans tout connaitre évidemment, parce qu'ils y ont pensé aux aussi, beaucoup d'autres le font chaque année à l'école, sans que rien ne change, sans plus de considération.

Désolé si j'ai abusé en étant un peu long, bien qu'il y ait tant à dire, simplement merci à celles et ceux qui m'ont lu.

Ludo.

barsanges
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par arcenciel le Mar 16 Avr 2013 - 7:01

Bienvenue!

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par Celadon le Mar 16 Avr 2013 - 7:40

Bienvenue Ludo et courage ! sunny

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par Nasopi le Mar 16 Avr 2013 - 8:23

Bienvenue. Very Happy

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par décembre le Mar 16 Avr 2013 - 9:05

Merci pour ton témoignage, il est très intéressant. Et oui, comme on le constate sur ce forum le manque de courage et de travail se constate à tous niveaux, en collège, en BTS même en prépa d'école d'ingénieur. Maintenant il serait grand temps qu'au lieu de masquer le problème ou d'en rejeter la responsabilité aux profs on commence vraiment à en rechercher les causes. Pour moi il est illusoire de penser que changer de méthode pédagogique sera suffisant tant que l'on n'aura pas compris les causes ( surement multiples et complexes) de cette démotivation qui s'est vraiment accentuée depuis quelques années. Quelqu'un a-t-il entendu parler de recherche sur ce sujet?

décembre
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par bikkhou le Mar 16 Avr 2013 - 9:12

Bonjour, et bienvenue !

Merci pour cette présentation.

Je suis d'accord : nous avons besoin d'un lieu pour échanger et être ensemble, se soutenir les uns les autres et qui sait, s'amuser à trouver des réponses à des questions qui n'en ont peut-être pas pour l'instant.

Comme toi je suis contente d'avoir découvert Néo et tous ses membres. Je retrouve ici la diversité de personnalités et de points de vue qui m'est nécessaire pour évoluer et apprendre encore.
Et puis, la bienveillance et l'empathie, c'est tellement plus élégant : notre métier nous plonge trop souvent dans le désarroi pour s'en passer.

Pour ma part, j'"essaie" d'enseigner le français auprès de collégiens et je consacre aussi mon énergie à la préparation du capes interne : je suis contractuelle.

A bientôt, au détour d'une discussion...

_________________
Le rhinocéros courait / Le lion s'accrochait / mordait / le sang giclait      le cou se tordait / Le rhinocéros regardait le ciel / Ciel bleu, calme et tranquille : / on y voyait la lune /
Tableau / Incident dans la jungle lointaine / Le paysage se taisait / Les deux bêtes se figeaient / Et dans le silence / Le lion tuait à chaque instant / Le rhinocéros mourait éternellement

                                                                                                  KAORU MARUYAMA

bikkhou
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par bikkhou le Mar 16 Avr 2013 - 9:15

@décembre a écrit:Merci pour ton témoignage, il est très intéressant. Et oui, comme on le constate sur ce forum le manque de courage et de travail se constate à tous niveaux, en collège, en BTS même en prépa d'école d'ingénieur. Maintenant il serait grand temps qu'au lieu de masquer le problème ou d'en rejeter la responsabilité aux profs on commence vraiment à en rechercher les causes. Pour moi il est illusoire de penser que changer de méthode pédagogique sera suffisant tant que l'on n'aura pas compris les causes ( surement multiples et complexes) de cette démotivation qui s'est vraiment accentuée depuis quelques années. Quelqu'un a-t-il entendu parler de recherche sur ce sujet?

Je suis d'accord.
J'ai comme l'impression, si ces recherches existent, qu'on estime plus économique de faire porter toute la responsabilité sur les derniers maillons de la chaîne : nous !

_________________
Le rhinocéros courait / Le lion s'accrochait / mordait / le sang giclait      le cou se tordait / Le rhinocéros regardait le ciel / Ciel bleu, calme et tranquille : / on y voyait la lune /
Tableau / Incident dans la jungle lointaine / Le paysage se taisait / Les deux bêtes se figeaient / Et dans le silence / Le lion tuait à chaque instant / Le rhinocéros mourait éternellement

                                                                                                  KAORU MARUYAMA

bikkhou
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par Olympias le Mar 16 Avr 2013 - 9:41

Bienvenue...il ne faut pas avoir honte de se livrer de temps en temps..on sous-estime les difficultés de notre métier ; le ministère évite de se poser les bonnes questions. fleurs On aura de quoi parler

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par olive-in-oil le Mar 16 Avr 2013 - 11:38

Bienvenue ici et bon courage à toi ! fleurs
N'hésite pas participer sur le forum et à vider ton sac quand tu en ressens le besoin... ça fait du bien !

A bientôt et au plaisir de te lire ! sunny

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par Condorcet le Mar 16 Avr 2013 - 11:41

Barsanges, je t'adresse toutes mes pensées fleurs2 fleurs2 fleurs2 fleurs

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par yogi le Mar 16 Avr 2013 - 11:43

Welcome and thank you.

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par Malaca le Mar 16 Avr 2013 - 13:19



on est tous dans la même galère, mais j'ai bien peur que la route soit longue pour les plus jeunes qui commencent juste humhum
trefle

_________________
Ajouter de la vie aux années plutôt que des années à la vie ...

"Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité." A. de Saint-Exupéry

mes rêves, ma réalité ...

Malaca
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par Victoria le Mar 16 Avr 2013 - 13:36

Merci pour ce témoignage ! Je suis très admirative face à tout ce que tu as mis en oeuvre pour aider tes élèves. C'est original, moderne et très divers comme approche. Rien n'est à regretter même si l'ingratitude des élèves est cruelle. On en fait tous les frais au quotidien...

Comme cela a été évoqué plus haut, il serait intéressant de mener des recherches (sociologiques, psychologiques... ?) sur les les causes de la démotivation des jeunes.

Victoria
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par ladyantilles le Mer 17 Avr 2013 - 16:56

@barsanges a écrit:
. C'est en fait ce comportement de l'institution qui rend les choses difficiles, les profs n'ont pas le sentiment que leur administration est avec eux, c'est du chacun pour soi. Une classe pose problème, on propose de former les profs, voire de les soigner. Lorsque notre collègue Lise Bonnafous s'est immolée par le feu à Béziers il y a un an et demi en disant "Je le fais pour vous !", l'institution a dit que l'on ne savait pas tout, qu'elle était dépressive, etc. C'est bien là que l'on voit qu'un tel acte, si puissant, une telle abnégation, est récupéré et la collègue dévalorisée, rien qui puisse faire évoluer quelque chose, seules quelques personnes et des enseignants, savent de quoi il s'agit sans tout connaitre évidemment, parce qu'ils y ont pensé aux aussi, beaucoup d'autres le font chaque année à l'école, sans que rien ne change, sans plus de considération.

Désolé si j'ai abusé en étant un peu long, bien qu'il y ait tant à dire, simplement merci à celles et ceux qui m'ont lu.

Ludo.
Eh oui voila, j'ai des classes dont la moitie ou des petits groupes d'eleves travaillent et les autres ne font rien, Qui la direction de mon college a accuse? moi, bien entendu! Ils m'ont meme dit que je suis trop affective avec les eleves , que je suis une adulte . Bref, de la psychologie de bas etage. Bien entendu, je n'ai pas une autorite naturelle mais je trouve degueulasse de tout mettre sur mon dos. C'est si facile de juger ( CDE etc) lorsqu'on a pas enseigne depuis des decennies et qu'on est a l'abris de l'agitation des eleves.

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par barsanges le Mer 17 Avr 2013 - 17:05

Moi ce qui me plait dans ces rapports hiérarchiques, c'est lorsque la direction dit mais il ne faut pas dire "l'administration", nous sommes tous engagés ensemble dans le même but...

Je ne sais évidemment pas ce qu'il se passe dans ton établissement, pas plus que toi dans le mien, mais ces attitudes... rien qu'à te lire, j'imagine nécessairement le discours. En fait l'enseignement, c'est très simple, deux trois règles de bon sens et ça roule et puis c'est bien connu il y a là aussi les bons et les mauvais, c'est comme la bosse des maths, on l'a ou on l'a pas.

En tout cas si c'est le discours que l'on te tient, on voit clairement qu'il s'agit là de t'aider par tous les moyens. Evil or Very Mad

barsanges
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par barsanges le Mer 17 Avr 2013 - 17:16

Bonjour Bikkhou,

Quelques remarques, en vrac et un peu confuses.

Ben moi j'ai commencé vacataire en maths à la sortie de l'armée, puis maître aux mi-temps = deux fois plus de temps pour pouvoir passer AE, puis certifié intégration Jospin merci Monsieur, puis le train train, mais pas pour le boulot.

Tu parles de la démotivation des élèves, on pourrait préférer non motivation sauf si l'on se réfère à l'enfant qui jusqu'à dix ans, de lui-même est anthousiaste devant la découverte et la compréhension du monde. L'école française que personne ne nous envie, est structurellement une machine à démotiver. Je ne dis pas que nous enseignants sommes des machines à démotiver, je parle de l'institution qui favorise avant tout la reproduction et pas l'initiative, c'est pas prévu, c'est pas ce que l'on demande. J'ai eu la chance de passer beaucoup de temps à l'Est, du temps du rideau de fer et de rencontrer des collègues qui s'étonnaient par exemple de l'existence et de la forme des dissertations chez nous mais aussi de la notation sur 20, de la vie dans les internats, etc. Il fallait voir le niveau dans l'enseignement des langues pour des élèves qui ne pouvaient voyager que très difficilement dans les pays dont ils apprenaient la langue.

J'ai beaucoup appris et je peux voir leur système qui se calque sur les nôtres, décliner beaucoup.

La motivation est la première de toutes les choses dans la formation, la didactique vient en second et la pédagogie en troisième. Mais c'est vrai que le mot didactique a disparu de notre vocabulaire, tout est pédagogique alors que l'on ne fait à peu près que de la didactique.

Ensuite on peut évoquer l'un des courriers que Meirieux a adressés à Darcos, évoquant son inquiétude au sujet de la nature des programmes de télé proposés aux jeunes le matin. Le ministre lui a répondu que l'Éducation nationale avait autre chose à faire que se soucier de la télé. Lui exposait que dans les dessins animés du matin, mais pas que, le générique n'était pas au début mais un peu après afin qu'il y ait avant, une situation à fort suspens de façon à ce que les enfants ne zappent pas. Regarde les feuilletons américains, à nous destinés, il en est de même. On passe d'un feuilleton à un autre sans générique de début et l'on se demande parfois si on est encore dans le premier ou non. Ensuite il faisait remarquer que lesdits dessins animés n'étaient pas construits autour de l'histoire, mais autour du rythme des émotions qu'il était possible d'y faire figurer. On posait qu'il est nécessaire qu'il y ait une émotion mettons toutes les 50 secondes, on créait donc une histoire sur ce modèle et si c'était du Perrault, on modifiait pour faire cadrer avec le projet d'empêcher le zapping et faire revenir après la pub.

On maintient donc un niveau d'émotion quasi permanent et ça dure, ça dure, le temps que les parents acceptent de laisser les enfants livrés à un mini big brother. Ce n'est pas la théorie du complot, c'est la pratique de l'économie.

Quelques instants plus tard, ils arrivent dans la classe dans la quelle tu t'es dit que tu allais enseigner la maîtrise de soi dans un groupe, le respect de la parole des autres afin d'être à son tour respecté dans ses prises de parole. Dans ta tête tu as les assertions de l'inspection qui te dit que tu dois intéresser les élèves après la télé et l'Internet tout en veillant au programme, aux cahiers de textes et aux notes... C'est comme en maths quand ils disent qu'il faut partir de notions "concrètes". D'ailleurs aux infos à la télé ils sont encore plus balaises : Je vais maintenant vous poser une question "très" concrète, très concrètement comment allez-vous faire pour que l'on soit content...

En plus si tu n'es pas une personne âgée comme moi, tu ne dois pas te souvenir d'un feuilleton dans lequel un gars ou une fille bossent pour avoir leur cap, ou pour avoir un meilleur boulot, pour être indépendant, ni dans lequel des gens créent une MJC, une auberge de jeunesse, suivent une formation ufcv ou francas, etc.

Et nous on arrive avec nos petits drapeaux, laïcité, respect de l'autre, sens de l'effort, effort collectif, etc. tu viens raconter que la hauteur est moyenne proportionnelle entre les segments qu'elles détermine sur l'hypothénuse, qu'un vecteur est tout simplement une classe d'équivalence sur l'ensemble des bipoints du plan, non, ça c'est vrai ils n'osent plus nous demander de le faire.

Pour ma part j'ai le sentiment de ne parvenir à quelque chose, que lorsque je peux m'affranchir du programme et surtout des notes. Je n'ai aucune envie d'être calife à la place des califes, je suis pour un programme national et des examens nationaux, c'est l'institution qui prône les CCF. Mais comment je peux gérer des groupes qui sont hétérogènes, euphémisme, et qui le deviendront encore plus, si je dois faire faire la même chose à tous au même moment ?

Ce que je conteste ce ne sont pas les notions communes mais le fait qu'il n'y ait qu'une voie pour y arriver. Pour ma part dans les classes jsuqu'au bac, il m'arrive souvent de donner des épreuves simples pour que tous y parviennent et que ce que l'on appelle les plus faibles puissent eux aussi rentrer à la maison et dire, j'ai eu 10 ou 12 en maths. Je fais cela pour donner le goût de la réussite, pour amorcer la pompe. Il m'arrive sur des questions aussi simples que la médiane et l'écart-type en stats, de poser à chaque début de séance un exo très court avec ces deux calculs, jusqu'à ce que tous le réussissent. Ça vaut 1/4 d'un ds "normal" et ceux qui savent faire ne se plaignent pas car ils engrangent des notes qui leur assurent une bonne moyenne.

Après on dicute et j'en prends certains, alors vous y êtes arrivés à avoir une bonne note en maths. Au début de l'année vous me disiez que vous, c'était même pas la peine d'essayer mais vous m'avez baratiné parque là, le 5/5 c'est bien vous, non ? Oui mais là on l'a refait beaucoup. Ouais et alors ? On va dire que pour vous, il faut le refaire plein de fois, et alors ? Où est le mal ? Ce que je vois c'est que ce n'est pas le mauvais oeil, la fatalité, la disposition des étoiles dans le ciel qui vous empêchent d'y arriver, la prochaine fois, faudra trouver autre chose pour expliquer. Un peu facile comme remarque, d'accord mais ça fait son petit effet.

La clef de la formation est l'image de soi et bien entendu l'instinct de survie, la volonté de gagner plus, etc. mais l'image de soi, ça compte.

C'est le coup classiquue de l'enfant qui fait trente fautes à la dictée et qui prend 0, la fois suivante quinze fautes --> 0, 10 fautes --> 0, 7 fautes --> 0, cinq fautes et c'est encore 0, la fois d'après il craqué alors que c'était lui qui avait le plus progressé. C'est caricatural, oui, enfin j'espère. Antibi et d'autres disent de donner des bonnes notes parce que ça fait du bien, ça donne le goût d'en avoir, des bonnes notes, hésitez pas à mettre 20 ! Cela ne veut pas dire gonflez vos notes, cela veut dire les notes si l'on en met, doivent être un instrument de la formation, une manière d'aider, de valoriser et pas de classer, d'enfermer, en dehors du bac et du reste.

Vous avez pu connaître des collègues comme notre prof de quatrième qui se laissait aller prarfois à quelques bassesses, genre : On va commencer par les plus bêtes, untel au tableau.

Ce qui motive dans la formation, c'est la possibilité de changer l'image que l'on a de soi, à ses yeux et aux yeux des autres, donc face à la télé, nous avons l'instrument de la valorisation des personnes. Oui, je sais bien que ça suffit pas, ecncore moins lorsque l'on ne croit pas du tout dans le programme que l'on enseigne ou qu'il n'y pas de boulot à la sortie.

Les études par les spécialistes de la spécialité... oui, sans doute, mais on doit déjà pouvoir trouver un certain nombre d'études qui disent des choses différentes. Une étude dit-elle comment faire pour que les profs se sentent pas trop mal dans leurs basquets par exemple ? C'est pourtant l'une des bases de la motivation des élèves. Il y a bien entendu là aussi des études, par exemple aux puf :La souffrance des enseignants de Françoise Lantheaume et Christophe Hélou.

Bonne soirée.


Dernière édition par barsanges le Mer 17 Avr 2013 - 17:18, édité 1 fois

barsanges
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par ladyantilles le Mer 17 Avr 2013 - 17:18

@barsanges a écrit:Moi ce qui me plait dans ces rapports hiérarchiques, c'est lorsque la direction dit mais il ne faut pas dire "l'administration", nous sommes tous engagés ensemble dans le même but...

Je ne sais évidemment pas ce qu'il se passe dans ton établissement, pas plus que toi dans le mien, mais ces attitudes... rien qu'à te lire, j'imagine nécessairement le discours. En fait l'enseignement, c'est très simple, deux trois règles de bon sens et ça roule et puis c'est bien connu il y a là aussi les bons et les mauvais, c'est comme la bosse des maths, on l'a ou on l'a pas.

En tout cas si c'est le discours que l'on te tient, on voit clairement qu'il s'agit là de t'aider par tous les moyens. Evil or Very Mad
Mes collegues m'ont soutenue et m'ont dit que la direction du bahut est tres incompetente et arriviste, qu'elle casse son incompetence en blamant les enseignants et en evitant les conflits avec les eleves et surtout leurs parents

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par barsanges le Mer 17 Avr 2013 - 17:21

Et à partir de cette solidarité, on peut imaginer que vous avanciez dans votre boulot ensemble, même s'il semble qu'il faille attendre des changements.

barsanges
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: État d'âme

Message par ladyantilles le Mer 17 Avr 2013 - 17:21

@ladyantilles a écrit:
@barsanges a écrit:Moi ce qui me plait dans ces rapports hiérarchiques, c'est lorsque la direction dit mais il ne faut pas dire "l'administration", nous sommes tous engagés ensemble dans le même but...

Je ne sais évidemment pas ce qu'il se passe dans ton établissement, pas plus que toi dans le mien, mais ces attitudes... rien qu'à te lire, j'imagine nécessairement le discours. En fait l'enseignement, c'est très simple, deux trois règles de bon sens et ça roule et puis c'est bien connu il y a là aussi les bons et les mauvais, c'est comme la bosse des maths, on l'a ou on l'a pas.

En tout cas si c'est le discours que l'on te tient, on voit clairement qu'il s'agit là de t'aider par tous les moyens. Evil or Very Mad
Mes collegues m'ont soutenue et m'ont dit que la direction du bahut est tres incompetente et arriviste, qu'elle cache son incompetence en blamant les enseignants et en evitant les conflits avec les eleves et surtout leurs parents

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum