Doute : j'hésite à devenir prof

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Dinosaura le Jeu 25 Avr 2013 - 0:42

PANALIN a écrit:Avant de te lancer dans le concours je te conseillerai de préparer un autre diplôme professionnel. En effet, le problème de l'enseignement c'est le manque de perspectives professionnelles dans un métier qui peut devenir très vite routinier, le manque de reconnaissance et l'infantilisation. La tendance actuelle est de rajouter des tâches administratives aux tâches pédagogiques sans que cela apporte une quelconque gratification pécuniaire ou intellectuelle. L'autonomie des professeurs est de plus en plus rognée et le nouveau management public fait son entrée. Les stagiaires sont sous pression et parfois traités odieusement.
La mobilité est très réduite pour ceux qui ne sont pas agrégés. Il me paraît donc prudent que tu envisages déjà ta reconversion éventuelle. J'ai autour de moi des collègues qui passent des concours, se lancent dans des formations alors qu'elles réussissent très bien avec les élèves et sont très bien notées. Elles se rendent compte qu'elles sont dans une impasse et ont l'impression de s'appauvrir intellectuellement. Elles sont dynamiques et ne veulent pas devenir comme les professeurs que tu as décris dans ton propos. Elles se battent pour trouver de nouveaux débouchés et réussissent.
Une autre collègue contractuelle qui passe le concours a fait deux masters pour pouvoir se reconvertir au cas où.
Personnellement après 20 ans de carrière je fais des formations pour avoir d'autres horizons.

Par ces propos, je ne veux pas doucher ton enthousiasme car le métier reste intéressant et a une irremplaçable utilité sociale. Cependant il faut aussi penser à l'usure qu'implique ce type de profession centrée sur le relationnel. Projette-toi donc à dix ans maximum, forme-toi, garde la foi et passe le concours peut-être un peu plus tard que prévu. Tu auras toujours ta place. Bon courage! Smile

Je suis d'accord avec toi quant à l'usure qu'entraîne le métier d'enseignant en tant que métier fondé sur le relationnel, mais je pense qu'il y a quand même un problème propre à l’Éducation nationale comme superstructure, puisque je n'entends pas (mais peut-être me trompé-je) les médecins envisager de se reconvertir autant que les profs, et pourtant on ne peut pas dire que ce ne soient pas des métiers relationnels (ou alors c'est qu'il y a bien quelque chose en plus dans le métier de médecin, ou plutôt quelque chose en moins et de plus en plus bouché dans celui de prof...).

Dinosaura
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par ladyantilles le Jeu 25 Avr 2013 - 0:49

@Dinosaura a écrit:mais je pense qu'il y a quand même un problème propre à l’Éducation nationale comme superstructure, puisque je n'entends pas (mais peut-être me trompé-je) les médecins envisager de se reconvertir autant que les profs, et pourtant on ne peut pas dire que ce ne soient pas des métiers relationnels (ou alors c'est qu'il y a bien quelque chose en plus dans le métier de médecin, ou plutôt quelque chose en moins et de plus en plus bouché dans celui de prof...).
Beaucoup travaillant dans le prive qui se sont reconvertis pour devenir enseignants le regrettent. Beaucoup de certifies qui ne se reconvertissent pas disent qu'ils peuvent pas quitter le metier car ils ont plus de 40 ans, ne savent pas faire autre chose, ont des factures a payer....Justement une collegue a moi me l'a dit recemment, mais l'avantage qu'elle a par rapport a moi, elle est a deux ans de la retraite. Moi, je ne me vois pas faire ce travail pendant 30 ans.

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Wars01 le Jeu 25 Avr 2013 - 0:56

J'avais longtemps hésité de devenir professeur par diverses raisons mais aujourd'hui, je ne regrette pas mon choix car professeur est un métier magnifique ! Après, c'est à toi qui à la réponse en fonction de tes envies, de tes motivations mais avant tout réfléchis. Plusieurs possibiliter s'offre a toi en fonction de tes études.

Wars01
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par ladyantilles le Jeu 25 Avr 2013 - 1:02

@Wars01 a écrit:J'avais longtemps hésité de devenir professeur par diverses raisons mais aujourd'hui, je ne regrette pas mon choix car professeur est un métier magnifique !
Euh, avec des eleves qui font l'apologie de la paresse , s'en fichent du savoir que tu leur transmets et n'ont aucun savoir-vivre?
Rare sont les enseignants qui tiennent ce propos optimiste .Meme les enseignants qui sont dans des etablissements calmes epprouvent un effet de lassitude, trouvent ce metier anxiogene et ne recoivent aucune reconnaissance de la hierarchie

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Amandine81 le Jeu 25 Avr 2013 - 1:06

@Wars01 a écrit:J'avais longtemps hésité de devenir professeur par diverses raisons mais aujourd'hui, je ne regrette pas mon choix car professeur est un métier magnifique ! Après, c'est à toi qui à la réponse en fonction de tes envies, de tes motivations mais avant tout réfléchis. Plusieurs possibiliter s'offre a toi en fonction de tes études.
Je pense que tu es dans un bon établissement sinon tu n'aurais pas eu ce discours positif Shocked

Amandine81
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par yogi le Jeu 25 Avr 2013 - 4:10

Dinosaura, complètement d'accord avec ton post.

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Malaca le Jeu 25 Avr 2013 - 6:53

@ladyantilles a écrit:....Justement une collegue a moi me l'a dit recemment, mais l'avantage qu'elle a par rapport a moi, elle est a deux ans de la retraiteMoi, je ne me vois pas faire ce travail pendant 30 ans.
Bon, il me reste un peu plus avant la retraite humhum mais je suis arrivée tardivement, et par choix, dans l'EN, et j'y finirai donc pour des raisons déjà évoquées (âge, relatif confort par rapport au privé dans les conditions économiques actuelles, et parce que je voyage grâce à ce métier ...)
Par contre à 25 ans je ne le ferais pas ... et je le déconseille à mes enfants.

_________________
Ajouter de la vie aux années plutôt que des années à la vie ...

"Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité." A. de Saint-Exupéry

mes rêves, ma réalité ...

Malaca
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par InvitéPa le Jeu 25 Avr 2013 - 11:36

Pour en savoir plus je vous conseille le site de l'association aide aux profs http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=Accueil.asp

Malacca et Ladyantilles vous avez raison, passé 40 ans toute reconversion est très difficile. On est considéré quasiment comme des séniors, la réputation des enseignants n'est pas flatteuse No et il quasi impossible de retrouver le même niveau de salaire dans le privé. Rémi Boyer le président de l'association aide aux profs conseille plutôt de prévoir une activité en parallèle, d'utiliser le statut d'auto-entrepreneur.

InvitéPa
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Lorine le Jeu 25 Avr 2013 - 12:10

PANALIN a écrit:Pour en savoir plus je vous conseille le site de l'association aide aux profs http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=Accueil.asp

Malacca et Ladyantilles vous avez raison, passé 40 ans toute reconversion est très difficile. On est considéré quasiment comme des séniors, la réputation des enseignants n'est pas flatteuse No et il quasi impossible de retrouver le même niveau de salaire dans le privé. Rémi Boyer le président de l'association aide aux profs conseille plutôt de prévoir une activité en parallèle, d'utiliser le statut d'auto-entrepreneur.
ou de passer d'autres concours de la Fonction Publique où le salaire sera supérieur avec des primes en plus.

Lorine
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par lalilala le Jeu 25 Avr 2013 - 12:32

Moi ça me tente bien l'auto-entreprise...j'aimerais un jour prendre un mi-temps et faire un truc complètement différent de l'enseignement. Faut voir, ce n'est pas pour demain mais j'ai deux trois idées...

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog

lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par InvitéPa le Jeu 25 Avr 2013 - 12:34

@lorine a écrit:
PANALIN a écrit:Pour en savoir plus je vous conseille le site de l'association aide aux profs http://www.aideauxprofs.org/index.asp?affiche=Accueil.asp

Malacca et Ladyantilles vous avez raison, passé 40 ans toute reconversion est très difficile. On est considéré quasiment comme des séniors, la réputation des enseignants n'est pas flatteuse No et il quasi impossible de retrouver le même niveau de salaire dans le privé. Rémi Boyer le président de l'association aide aux profs conseille plutôt de prévoir une activité en parallèle, d'utiliser le statut d'auto-entrepreneur.
ou de passer d'autres concours de la Fonction Publique où le salaire sera supérieur avec des primes en plus.

Et même des concours de catégorie B

InvitéPa
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Lefteris le Jeu 25 Avr 2013 - 12:59

[quote="Dinosaura

Précisément parce que dans la grande majorité des bahuts, il est aujourd'hui devenu impossible d'enseigner, et donc de faire ce pour quoi on s'engage théoriquement, ou dit autrement d'exercer une profession intellectuelle, chose qui rend encore ce métier attractif chez certains étudiants idéalistes (comme je le fus). Et si ajoute à cette désillusion le fait d'être mal payé (relativement à un grade équivalent dans un autre corps de la FP), le formatage idéologique que l'on subit dès notre entrée dans le métier (cf- notre super formation iufm-espe, le discours des IPR-CDE, la pression non explicitement formulée sur la moyenne attendue aux conseils de classe...) et la dégradation à venir de nos derniers "avantages" (réduction des vacances, allongement du temps de présence, multiplication des tâches hors-enseignement, réunionite à gogo, travail d'équipe et interdisciplinarité imposés, pédagogie de projets et de machins, bref en dernière analyse fin d'une conception intellectuelle du métier qui s'orienterait vers une conception éducativo-animationnelle, en témoignent la voie que prennent les nouveaux CAPES...), pas étonnant que les jeunes désertent cette filière. Et c'est précisément parce que je voulais enseigner ma discipline que si c'était à refaire, je ne sais pas si je referais. Je me dis que, tant qu'à bosser que pour gagner sa croûte et ne pas croire en ce qu'on fait à cause de la superstructure du métier (parce qu'il est usant de devoir lutter seul), autant aller vers un boulot où on gagne plus à compétences intellectuelles égales.
[/quote]Tu as raison dans ce que tu dis, et les faits sont en train de le montrer : plus assez de candidats, le concours dénaturé (peut-être parce qu'ils espèrent ainsi racoler des étudiants ne sachant que faire d'autre ? ) et des stagaires qui fuietn quand ils voient la réalité et les mesures anxiogènes qui leur pendent au dessu de la tête (raccourcissement des vacances, présenco obligatoire à faire de l'extra-pro dans les établissements...) .
Là où tu as tort (mais ça procède de ta conscience professionnelle) c'et de te ronger pur ça . Si j'ai bon souvenir, tu as des gosses, et c'est plus important. S'il te reste de l'énergie après les sauvageons des autres et tes gosses, utilise la à faire autre chose, à préparer des concours. Il faut savoir esquiver la difficulté, ça se travaille . Je sais tout comme toi que j'ai un métier inutile dans 90% des cas, que je ne suis pas près d'avoir un bon poste: donc je fais autre chose, je prépare moins, jelis plus, j'aide des collègues qui passent l'agreg à traduire une oeuvre qui me plaît si je ne veux pas finir en légume complet. Tiens hier, beau temps, j'ai sauté su mon vélo, 90 km à se laver la tête...

Ce n'est pas toi qui a fabriqué et éduqué ces jeunes barbares, ne leur donne pas la victoire en y pensant après le boulot

PANALIN a écrit:La mobilité est très réduite pour ceux qui ne sont pas agrégés.
Même agrégé, la chaîne est plus dorée, mais elle est là... Surtout dans certaines matières , hein..

@Malaca a écrit: Bon, il me reste un peu plus avant la retraite humhum mais je suis arrivée tardivement, et par choix, dans l'EN, et j'y finirai donc pour des raisons déjà évoquées (âge, relatif confort par rapport au privé dans les conditions économiques actuelles, et parce que je voyage grâce à ce métier ...)
Par contre à 25 ans je ne le ferais pas ... et je le déconseille à mes enfants.
Oui, on revient à ce qu'on disait, on ne voit pas la situation du même oeil dans le cas d'une reconversion.

PANALIN a écrit:[
Et même des concours de catégorie B
Là je ne suis pas vraiment d'accord , car il n'y a plus aucune évolution après , on se retrovue bloqué. Un professeur est a priori capable de décrocher n'impoerte quel concours de catégorie A, en suivant un formation complémentaire au besoin (note de synthèse juridico-administrative très fréquente dans les concours).

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Lorine le Jeu 25 Avr 2013 - 13:38

Aidoprofs m'avait déconseillé en effet de passer un concours catégorie B.(je leur avait envoyé un mail).
Il me disait que j'étais capable de passer un concours A et qu'un prof était plutot mal vu à l'oral d'un concours B et même dans son futur métier ( il gagne, par reclassement, plus qu'un autre salarié ayant le même concours).

J'envisageais de passer un concours B, puis en interne passer le concours catégorie A mais cela suppose environ 3-4 déménagements car il faut être très mobile.ET pas sur ensuite que mon futur métier me plaise ( dans une reconversion, il y a une part de risque que je n'ose pas prendre .)

Lorine
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par sombra le Jeu 25 Avr 2013 - 14:01

@Lefteris a écrit:

PANALIN a écrit:[
Et même des concours de catégorie B
Là je ne suis pas vraiment d'accord , car il n'y a plus aucune évolution après , on se retrovue bloqué. Un professeur est a priori capable de décrocher n'impoerte quel concours de catégorie A, en suivant un formation complémentaire au besoin (note de synthèse juridico-administrative très fréquente dans les concours).

Ca dépend des ministères : aux affaires étrangères, même le C est difficile d'accès, j'en sais quelque chose...


sombra
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par snow le Jeu 25 Avr 2013 - 14:55

Pour ma part, si c'était à refaire, je referais exactement les mêmes choix!
Prof, c'est un métier où je ne m’ennuie jamais (alors que mes souvenirs de journées derrière le guichet de la banque. pale ..au secours!)

Ce que je déplore, ce sont les conditions financières (je parle par rapport aux années d'étude et aux diplômes et concours.). Si je compare mon salaire à celui de mon petit frère, le constat est terrible.
Mais j'ai deux mois l'été pour voir grandir mes gamins, les amener à la plage tout le temps. Je n'ai pas un patron à la c** pour me donner des objectifs chiffrés ou des dossiers à rendre pour la veille.
Chaque journée me semble différente.

Et puis vraiment, surtout, il y a des moments de grâce, des échanges profs/ élèves qui apportent tellement. Certes, il y a aussi les prises de tête, les sentiments d'impuissance face à certains gamins, l'ennui des tâches administratives qui se multiplient.
Mais je n'ai jamais regretté d'avoir choisi ce métier (et ça fait 10 ans cette année!).




snow
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Lefteris le Jeu 25 Avr 2013 - 16:47

@lorine a écrit:Aidoprofs m'avait déconseillé en effet de passer un concours catégorie B.(je leur avait envoyé un mail).
Il me disait que j'étais capable de passer un concours A et qu'un prof était plutot mal vu à l'oral d'un concours B et même dans son futur métier ( il gagne, par reclassement, plus qu'un autre salarié ayant le même concours).

J'envisageais de passer un concours B, puis en interne passer le concours catégorie A mais cela suppose environ 3-4 déménagements car il faut être très mobile.ET pas sur ensuite que mon futur métier me plaise ( dans une reconversion, il y a une part de risque que je n'ose pas prendre .)
@sombra a écrit:
@Lefteris a écrit:
Si tu passes un concours de catégorie A, même si tu n'as pas un métier passionnant, tu as le plus souvent une certaine tranquillité, pas trop de monde au dessus, et on ne traite pas trop comme de la m..de.Une amie a monté toute l'échelle comme ça, d'adjoint à attaché en passant par secrétaire : elle n'a jamais eu un boulot intéressant, mais je me souviens l'avoir vu pleurer de rage des humiliations des petits chefs quand elle était adjoint, et même secrétaire. Après, ils osent moins, même les chefs suprêmes. Attention aux concours internes : ils sont souvent très fermés et avec des candidats aussi forts qu'au concours externe, ou alors pistonnés (l'anonymat est de plus en plus contourné dans les concours, notamment à l'oral) . Pour ça, +1 à l'EN jusqu'ici ...

PANALIN a écrit:[
Et même des concours de catégorie B
Là je ne suis pas vraiment d'accord , car il n'y a plus aucune évolution après , on se retrovue bloqué. Un professeur est a priori capable de décrocher n'impoerte quel concours de catégorie A, en suivant un formation complémentaire au besoin (note de synthèse juridico-administrative très fréquente dans les concours).

Ca dépend des ministères : aux affaires étrangères, même le C est difficile d'accès, j'en sais quelque chose...

Oui ,je ne dis pas que c'st gagné, la sélectivité est très forte sur le papier du fait du nombre de candidats (plus que n'importe quel concours de l'EN) , et ça se joue au 3ème chiffre après le virgule, mais potentiellement ce n'est pas impossible, et il est possible de préparer plusieurs concours qui se ressemblent.Certains passent pour ce faire par les IPAG . dans l'EN , on se "bat" entre spécialistes, et sur un seul cocours possible la plupart du temps,
c 'est tout à fait différent

@snow a écrit:Pour ma part, si c'était à refaire, je referais exactement les mêmes choix!
Prof, c'est un métier où je ne m’ennuie jamais (alors que mes souvenirs de journées derrière le guichet de la banque. pale ..au secours!)

Ce que je déplore, ce sont les conditions financières (je parle par rapport aux années d'étude et aux diplômes et concours.). Si je compare mon salaire à celui de mon petit frère, le constat est terrible.
Mais j'ai deux mois l'été pour voir grandir mes gamins, les amener à la plage tout le temps. Je n'ai pas un patron à la c** pour me donner des objectifs chiffrés ou des dossiers à rendre pour la veille.
Chaque journée me semble différente.

Et puis vraiment, surtout, il y a des moments de grâce, des échanges profs/ élèves qui apportent tellement. Certes, il y a aussi les prises de tête, les sentiments d'impuissance face à certains gamins, l'ennui des tâches administratives qui se multiplient.
Mais je n'ai jamais regretté d'avoir choisi ce métier (et ça fait 10 ans cette année!).
Une fois de plus, tu fais le constat de ceux qui se reconvertis , et qui relativisent, comme moi plus haut : liberté, possibilité d'échapper aux petits chefs, organisation de sa vie. Et hormis ceux qui étaient chômeurs ou précaires, même constat sur le salaire à qualification égale ou supérieure. C'est ce que nous mettons tous en avant (preuve a contrario que seules les compensations peuvent aider à tenir),mais un tout jeune privilégiera le métier, qui est au un peu la raison d'être,au début d'une carrière.
Là où je mets un bémol, c'est sur la variété du boulot, j'avais un métier bien plus varié et stimulant (mais ambiance devenue pourrie, néo management administratif comme il est dit par quelqu'un plus haut, et autres difficultés sur lesquelles je ne m'étends pas qui m'ont poussé à changer d'urgence).

Maintenant, les compensations évoquées plus haut, on ne sait pas pour combien de temps. Nous passerons peut-être à travers une partie des coups bas, mais sur la tête des tout jeunes, les nuages noirs s'amoncellent : changement de statut (vers la précarité et la contractualisation peut-être) , charges extra-pro devenant l'essentiel du travail , ce que les nouveaux concours préfigurent, vacances réduites, carrières gérées localement par des petits chefs, salaire "au mérite", etc. c'est toute l'idéologie libérale qui se met en place.
On comprend qu'ils hésitent. D'ailleurs, je me demande qui renseigne le ministère, pour avoir entendu dire des kho.. eries du genre "ils y sont prêts". J'ai vu des démissions, des EAP qui se détournent déjà , des étudiants qui bifurquent après la licence, justement parce qu'ils sont au courant de ces menaces.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Reine Margot le Jeu 25 Avr 2013 - 16:57

@lorine a écrit:Aidoprofs m'avait déconseillé en effet de passer un concours catégorie B.(je leur avait envoyé un mail).
Il me disait que j'étais capable de passer un concours A et qu'un prof était plutot mal vu à l'oral d'un concours B et même dans son futur métier ( il gagne, par reclassement, plus qu'un autre salarié ayant le même concours).

J'envisageais de passer un concours B, puis en interne passer le concours catégorie A mais cela suppose environ 3-4 déménagements car il faut être très mobile.ET pas sur ensuite que mon futur métier me plaise ( dans une reconversion, il y a une part de risque que je n'ose pas prendre .)

je me trouve dans cette situation, et ça se discute. Les postes de catégorie A, surtout quand on est enseignant avec une formation initiale pas du tout en rapport avec, demandent une GROSSE remise à niveau, alors que le concours lui-même s'obtient assez facilement (j'ai été admissible cette année à l'IRA sans trop bosser). Il y a une grosse différence entre le concours et le poste lui-même. ayant discuté avec des attachés administratifs issus de l'IRA ou non, 'jai pu voir qu'ils étaient presque tous juristes ou autres de formation. et même ainsi, ils galèrent une fois en poste car c'est plus exposé, et il faut aimer être supérieur hiérarchique des gens...moi qui suis B j'ai mon reclassement et avec mes primes je gagne plus qu'étant prof. en devenant classe sup et exceptionnelle je pourrai me rapprocher de la grille indiciaire des A sans avoir les inconvénients.

sinon oui lors des jurys d'oral un prof qui passe B suscite la suspiscion, mais en disant qu'on va passer A ensuite ça va mieux, mais en effet il faut sacrément argumenter son choix.

Pour les petits chefs il y en a chez lesCDE qui pourrissent bien la vie des profs aussi, cela dit il est vrai qu'on ne travaille pas étroitement avec. C'est à chacun de voir si on préfère des classes infectes, et ce qu'on supporte le mieux. de mon côté j'ai subi une chef terrible et réputée pour sa perversité l'an dernier mais c'est loin d'être la majorité, et pas mal de gens de son service sont partis en mut donc...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Lefteris le Jeu 25 Avr 2013 - 18:05

[quote="Reine Margot"]
@lorine a écrit: Les postes de catégorie A, surtout quand on est enseignant avec une formation initiale pas du tout en rapport avec, demandent une GROSSE remise à niveau, alors que le concours lui-même s'obtient assez facilement (j'ai été admissible cette année à l'IRA sans trop bosser). Il y a une grosse différence entre le concours et le poste lui-même. ayant discuté avec des attachés administratifs issus de l'IRA ou non, 'jai pu voir qu'ils étaient presque tous juristes ou autres de formation.
Oui, une formation juridique complémentaire est bienvenue comme je le dis sur plusieurs posts (je viens d'un secteur comme ça) Rien d'infaisable pour quelqu'un qui prépare sa reconversion, sur un ou deux ans . On parvient bien à passer l'agreg en bossant, pourquoi pas ça ? J'ai vu des gens décrocher les IRA en passant par un IPAG , certains n'ayant pas la licence au départ, mais ayant du même coop décroché des équivalences. Et sur les autres épreuves, un bon littéraire a des atouts : rédaction, esprit de synthèse, parfois langue vivante pesant lourd. .

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Reine Margot le Jeu 25 Avr 2013 - 18:34

il y a le concours (et la formation) mais le plus dur c'est le poste après...qui peut-être gestionnaire de collège... Evil or Very Mad ou autre poste financier en administration centrale...perso je ne suis pas tentée.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Lefteris le Jeu 25 Avr 2013 - 18:40

@Reine Margot a écrit:il y a le concours (et la formation) mais le plus dur c'est le poste après...qui peut-être gestionnaire de collège... Evil or Very Mad ou autre poste financier en administration centrale...perso je ne suis pas tentée.
Je te sens hésitante...Comme tu vas te remettre aux langues anciennes, tu vas revenir , tout bien réfléchi, en LC Razz

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par miss sophie le Jeu 25 Avr 2013 - 19:19

@ladyantilles a écrit:
@Wars01 a écrit:J'avais longtemps hésité de devenir professeur par diverses raisons mais aujourd'hui, je ne regrette pas mon choix car professeur est un métier magnifique !
Euh, avec des eleves qui font l'apologie de la paresse , s'en fichent du savoir que tu leur transmets et n'ont aucun savoir-vivre?
Rare sont les enseignants qui tiennent ce propos optimiste .Meme les enseignants qui sont dans des etablissements calmes epprouvent un effet de lassitude, trouvent ce metier anxiogene et ne recoivent aucune reconnaissance de la hierarchie

Tout n'est pas tout noir tout de même, et oui, il y a des établissements où il fait globalement bon travailler (j'allais écrire "vivre" ! Laughing mais c'est un lapsus révélateur) : dans le mien les collègues s'entendent bien, le CDE nous soutient et la plupart des parents sont de notre côté (pas tous, hein, on a nos cas aussi, mais c'est une minorité).
Personnellement, même si je suis fatiguée par la somme de travail que je dois fournir pour remplir mes "missions"(corrections en lettres + tout ce qu'on nous ajoute d'année en année), démunie face au manque de travail de mes 3es (leur dernière réflexion : "Pourquoi on n'est pas payé pour venir au collège ?" - Encore faudrait-il qu'ils y travaillent... Rolling Eyes ) et effrayée des difficultés (notamment orthographiques) d'un certain nombre d'élèves, j'aime mon métier et j'y trouve de multiples satisfactions : sentiment de mon utilité (à défaut de mon efficacité), liberté d'organisation, travail sur des textes que j'apprécie ou que je découvre, enthousiasme des 6es (cette année : "Chouette, vous nous donnez un livre ! Il est aussi bien que celui de la dernière fois, madame ?" I love you)...
Bref, il faut beaucoup d'énergie et d'endurance, ne pas se leurrer sur les débuts difficiles et sur le fait que ces débuts peuvent durer, mais enseigner, cela peut être formidable aussi.

miss sophie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doute : j'hésite à devenir prof

Message par Amandine81 le Jeu 25 Avr 2013 - 19:23

@Reine Margot a écrit:

Pour les petits chefs il y en a chez lesCDE qui pourrissent bien la vie des profs aussi, cela dit il est vrai qu'on ne travaille pas étroitement avec. C'est à chacun de voir si on préfère des classes infectes, et ce qu'on supporte le mieux. de mon côté j'ai subi une chef terrible et réputée pour sa perversité l'an dernier mais c'est loin d'être la majorité, et pas mal de gens de son service sont partis en mut donc...
Ils sont nombreux malheureusement. Ils ont le toupet de critiquer les enseignants alors qu'ils n'ont pas mis les pieds dans une salle de classe depuis des lustres.Ils se permettent de dire que si les classes sont agitées, c'est votre faute. Ils te disent que si les notes sont trop basses, c'est que votre pédagogie est mauvaise...Si les notes sont trop hautes, c'est que vous ''gonflez'' les notes des élèves! Ah ces petits chefs! Evil or Very Mad

Amandine81
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum