Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
blop
Je viens de m'inscrire !

épreuves admission Capes lettres modernes Empty épreuves admission Capes lettres modernes

par blop le Mar 23 Avr 2013 - 16:15
Bonjour,

J'ai fait une recherche mais je n'ai rien trouvé à ce sujet, désolée tout de même si je fais un doublon !
Je prépare seule le capes, et du coup j'ai plusieurs questions sur les épreuves d'admission...
D'abord, concernant la leçon, la description officielle dit que "La méthode de l'explication est laissée au candidat". Mais savez-vous combien de temps doit durer l'explication ? S'agit-il d'une explication classique, soit linéaire soit sous forme de commentaire composé ?
Ensuite, est-ce que quelqu'un pourrait me conseiller sur les ouvrages à utiliser pour préparer l'épreuve sur dossier ?
et savez-vous quels sont les thèmes abordés dans le "dossier" ? je n'ai rien trouvé de très clair sur internet...
Merci beaucoup !!
Infiniment
Infiniment
Habitué du forum

épreuves admission Capes lettres modernes Empty Re: épreuves admission Capes lettres modernes

par Infiniment le Mar 23 Avr 2013 - 16:25
La lecture des divers rapports de jury permet de lever un certain nombre d'interrogations.

http://www.education.gouv.fr/cid4927/sujets-des-epreuves-d-admissibilite-et-rapports-des-jurys.html

_________________
Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !
abricotedapi
abricotedapi
Esprit éclairé

épreuves admission Capes lettres modernes Empty Re: épreuves admission Capes lettres modernes

par abricotedapi le Mar 23 Avr 2013 - 16:26
Pour la leçon :
La méthode de l'explication, linéaire ou composée, est libre. Cependant, dans ma formation, on nous dit qu'il faut faire une explication linéaire et j'ai aussi lu dans des ouvrages que c'était recommandé.
Pour la durée :
3h de préparation (on conseille de consacrer 2h au texte et 1h à la question de grammaire)
1h de passage : 25-30 minutes pour l'explication, 10-15 minutes pour la question de grammaire, 15-20 minutes d'entretien.

Pour l'épreuve sur dossier, je n'ai pas d'ouvrage à te conseiller, je n'en utilise pas.
Il n'y a pas de "thème", les documents peuvent être des extraits de manuel ou d'autres documents utiles à l'enseignant, qui sont regroupés autour d'une notion (par exemple, le réalisme en classe de 4e, ou la concordance des temps au collège).

Je passe aussi l'admission cette année. Bon courage !

_________________
Have a heart.
Hélas les hommes ont pris l'habitude de nous manger, au lieu de converser avec nous. Les barbares !
Ne devraient-ils pas être convaincus qu'ayant les mêmes organes qu'eux, les mêmes sentiments, besoins, désirs,
nous avons une âme tout comme eux ; que nous sommes leurs frères ? (Voltaire, La Princesse de Babylone)
Spoiler:
2019-2020 (TZR) : 2 classes de 6e, 2 classes de 5e + AP 6e
2018-2019 (TZR) : 4 classes de 6e + AP 6e
2017-2018 : 2 classes et demi de 4e, 2 classes de 6e + co-animation + PP 6e = 21h30...
2016-2017 : 1 classe de 4e, 1 classe de 5e, 2 classes de 6e + PP 6e
2015-2016 : 1 classe de 3e, 1 classe de 5e, 2 classes de 6e + PP 6e
2014-2015 : 1 classe de 3e, 1 classe de 5e, 2 classes de 6e + PP 6e
2013-2014 (stagiaire) : 2 classes de 5e, 1 classe de 6e + AP 6e
automne
automne
Niveau 5

épreuves admission Capes lettres modernes Empty Re: épreuves admission Capes lettres modernes

par automne le Mar 23 Avr 2013 - 16:39
Et dans l'épreuve sur dossier, une partie est consacrée à l'épreuve "Agir en fonctionnaire de l'état de façon éthique et responsable". A partir d'un extrait, tu dois élaborer une problématique et faire un mini plan (environ 10mn de passage). L'extrait peut porter sur le handicap, l’illettrisme, les sorties scolaires... Voici l'extrait sur lequel je suis tombée si ça peut vous donner une idée: RESPECT DE LA LAÏCITÉ
Port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics
NOR : MENG0401138C
> RLR : 502-2
> CIRCULAIRE N°2004-084 Du 18-5-2004 JO du 22-5-2004
> MEN
> DAJ
>
I - Les principes
>
> La loi du 15 mars 2004 est prise en application du principe constitutionnel de laïcité qui est un des fondements de l’école publique. Ce principe, fruit d’une longue histoire, repose sur le respect de la liberté de conscience et sur l’affirmation de valeurs communes qui fondent l’unité nationale par-delà les appartenances particulières.
> L’école a pour mission de transmettre les valeurs de la République parmi lesquelles l’égale dignité de tous les êtres humains, l’égalité entre les hommes et les femmes et la liberté de chacun y compris dans le choix de son mode de vie. Il appartient à l’école de faire vivre ces valeurs, de développer et de conforter le libre arbitre de chacun, de garantir l’égalité entre les élèves et de promouvoir une fraternité ouverte à tous. En protégeant l’école des revendications communautaires, la loi conforte son rôle en faveur d’un vouloir-vivre-ensemble. Elle doit le faire de manière d’autant plus exigeante qu’y sont accueillis principalement des enfants.
> L’État est le protecteur de l’exercice individuel et collectif de la liberté de conscience. La neutralité du service public est à cet égard un gage d’égalité et de respect de l’identité de chacun.
> En préservant les écoles, les collèges et les lycées publics, qui ont vocation à accueillir tous les enfants, qu’ils soient croyants ou non croyants et quelles que soient leurs convictions religieuses ou philosophiques, des pressions qui peuvent résulter des manifestations ostensibles des appartenances religieuses, la loi garantit la liberté de conscience de chacun. Elle ne remet pas en cause les textes qui permettent de concilier, conformément aux articles L. 141-2, L. 141-3 et L. 141-4 du code de l’éducation, l’obligation scolaire avec le droit des parents de faire donner, s’ils le souhaitent, une instruction religieuse à leurs enfants.
> Parce qu’elle repose sur le respect des personnes et de leurs convictions, la laïcité ne se conçoit pas sans une lutte déterminée contre toutes les formes de discrimination. Les agents du service public de l’éducation nationale doivent faire preuve de la plus grande vigilance et de la plus grande fermeté à l’égard de toutes les formes de racisme ou de sexisme, de toutes les formes de violence faite à un individu en raison de son appartenance réelle ou supposée à un groupe ethnique ou religieux. Tout propos, tout comportement qui réduit l’autre à une appartenance religieuse ou ethnique, à une nationalité (actuelle ou d’origine), à une apparence physique, appelle une réponse. Selon les cas, cette réponse relève de l’action pédagogique, disciplinaire, voire pénale. Elle doit être ferme et résolue dans tous les cas où un élève ou un autre membre de la communauté éducative est victime d’une agression (qu’elle soit physique ou verbale) en raison de son appartenance réelle ou supposée à un groupe donné.
> Parce que l’intolérance et les préjugés se nourrissent de l’ignorance, la laïcité suppose également une meilleure connaissance réciproque y compris en matière de religion. À cet égard, les enseignements dispensés peuvent tous contribuer à consolider les assises d’une telle connaissance. De même, les activités de “vivre ensemble” à l’école primaire, l’éducation civique au collège ou l’éducation civique, juridique et sociale au lycée constituent des moments privilégiés pour faire progresser la tolérance et le respect de l’autre. Plus spécifiquement, les faits religieux, notamment quand ils sont des éléments explicites des programmes, comme c’est le cas en français et en histoire, doivent être utilisés au mieux dans les enseignements pour apporter aux élèves les éléments de culture indispensables à la compréhension du monde contemporain. [...]

http://www.education.gouv.fr/bo/2004/21/MENG0401138C.htm

Bon courage !!
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum