Esthétique de la ponctuation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Esthétique de la ponctuation

Message par Employé oxymorique le Sam 27 Avr 2013 - 10:45

Un livre qui semble très intéressant sur la ponctuation : Isabelle Serça, Esthétique de la ponctuation, Paris : Gallimard, 2012, 307 p.

Fabula.org a écrit:Publié dans la collection blanche de Gallimard, l’ouvrage d’Isabelle Serça n’est ni un manuel, ni un traité de ponctuation — loin s’en faut1. Il ne s’agit pas pour l’auteur de proposer une nouvelle version des usages codés de la ponctuation, au sens strict : c’est au contraire à une approche souple et métaphorique qu’elle nous invite et il s’agit, de ce point de vue, plutôt d’un essai. D’où le titre : Esthétique de la ponctuation. Un essai, c’est‑à‑dire un genre qui implique, dans sa définition même, un plaisir de lecture. L’auteur, pourtant, ne cède en rien aux exigences d’érudition qui sont les siennes : comme nous allons l’examiner, elle nous convie tout à la fois à revisiter la ponctuation en un sens large — la ponctuation dans les arts, la musique, la peinture —, et en un sens plus étroit : ponctuation noire, et signes de ponctuation, qui ont leur histoire et pour laquelle les théories linguistiques actuelles proposent des approches divergentes. Dans chacune des perspectives qu’il aborde, même les plus ardues, cet essai nous invite, à chaque fois, à une nouvelle aventure.
Dans une forme de préambule essentiel, intitulé — Écrire le temps (p. 13‑16) —, l’auteur donne en quelque sorte sa note d’intention :
Écrire le temps, saisir le temps dans la forme que lui donne l’écriture ou comment toucher du doigt l’intangible en s’accrochant à ces prises minuscules que sont les signes de ponctuation. Tel est le propos de ce livre qui n’est ni un traité des signes de ponctuation en usage, ni un ouvrage sur la ponctuation à telle époque, ou chez tel auteur. C’est un essai que pose la ponctuation comme le biais idoine pour interroger les liens qu’entretient la littérature, tout particulièrement la prose romanesque, avec le temps : plaçant son objet au carrefour de plusieurs domaines, il les fait jouer ensemble dans une perspective esthétique en s’intéressant non seulement à Proust, Simon ou Gracq, mais aussi à des œuvres d’artistes contemporains comme Parmiggiani ou Serra. (p. 13)

http://www.fabula.org/revue/document7727.php

_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.

Employé oxymorique
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de la ponctuation

Message par User5899 le Sam 27 Avr 2013 - 16:00

Merci pour cet article topela

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de la ponctuation

Message par Cowabunga le Sam 27 Avr 2013 - 18:38

+1

_________________
"La parole est mon domaine, la parole est mon royaume" Paul Ricoeur

Cowabunga
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Esthétique de la ponctuation

Message par JPhMM le Sam 27 Avr 2013 - 20:11

Le titre est magnifique.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum