nous n'en pouvons plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

nous n'en pouvons plus

Message par gnafron2004 le Mar 30 Avr 2013 - 16:17

Voici un texte rédigé par mes collègues et moi-même. S'il vous parle, faites comme nous : diffusez ! affichez! envoyez à votre rectorat, notre ministre, notre président...pour qu'ils aient un retour de la "base", celle qui est réellement sur le terrain et ne se nourrit pas de statistiques...



Nous n'en pouvons plus.
Nous avons choisi ce métier dans l'idée de transmettre nos savoirs, d'aider les enfants à grandir, mais au quotidien, nous sommes des animateurs de centre récréatif, des conseillers d'orientation, des assistantes sociales, des psychologues, voire des psychiatres, et nos matières passent au second plan.
Notre qualité première, c'est la patience, et elle est mise à rude épreuve tous les jours ; on nous demande de comprendre. Comprendre quoi ?
Qu'un enfant qui insulte un camarade, ce n'est pas bien grave. Qu'un élève qui ne fournit aucun travail, qui n'a pas même la décence de copier le cours, ce n'est pas bien grave. Qu'éructer en classe, ou flanquer un coup de poing à un camarade, ce n'est pas bien grave. Qu'un jeune se permettre d'être insolent avec un adulte, ce n'est pas bien grave. Qu’un élève crache dans le dos d’un enseignant, ce n’est pas bien grave. Qu’un adolescent menace physiquement un adulte, ce n’est pas bien grave. Que si ces actes sont répétés et nuisent à l'ensemble de la classe, voire de l'établissement, on n'y peut rien.Et si nous sommes plus exigeants, que nous sanctionnons ces agissements, nous serons remis à notre place, car punir, c'est mal. Cela peut nuire à l'estime de soi des enfants. Mais quelle estime des adultes ont-ils dans ces conditions ? Quelle idée de notre monde peuvent-ils acquérir ? Et cela ne nuit-il pas à l'estime de soi des personnels que d'être désavoués et malmenés au quotidien ?
Notre rôle, aujourd'hui, est d'être des adultes patients, à l'écoute, qui passent un temps incalculable à préparer des activités ludiques pour des enfants soi-disant stressés. Car non, nous ne faisons plus cours. Nous mettons les élèves en activité. Et si certains élèves sont stressés, n'est ce pas par cette ambiance délétère qui ne permet pas d'étudier dans de bonnes conditions ?
Où est passé le goût de l'effort ? C'est aujourd'hui un gros mot. Sauf pour les adultes des établissements. Des efforts, nous en faisons, tous les jours. Nous subissons les incivilités, l'agressivité, le manque de reconnaissance et de soutien de la société.
Sauf que nous n'en pouvons plus, et nous sommes aujourd'hui tellement épuisés et usés que nous sommes au bord du gouffre, prêts à craquer. Et si nous craquons ? Au mieux, l'indifférence. Au pire, les poursuites judiciaires pour un geste ou un mot dont certains élèves font, eux, usage au quotidien. Dans les deux cas,  nous nous retrouvons rongés par le doute et le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur, d’avoir failli dans notre tâche et de ne pas avoir su apporter la bonne réponse face à la situation qui s’est présentée.
Nous avons une mission, celle de préparer au monde réel les générations futures dans lesquelles il faut aussi bien évidemment prendre en compte les enfants dyslexiques, les non-francophones, les perturbateurs, ceux qui ont des situations familiales et sociales désastreuses … Or, nous devrions, armés d'une cuillère en plastique pour soulever ces montagnes, les bercer d'illusions pendant toute leur scolarité ? Nous n'en pouvons plus. Nous avons besoin de moyens humains, de soutien, de considération. Actuellement, les conditions ne sont propices ni au travail des élèves, ni à celui des personnels.
Ne soyez pas surpris des difficultés grandissantes à recruter de jeunes enseignants, surveillants, CPE...
Nous n'en pouvons plus. 

gnafron2004
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Reine Margot le Mar 30 Avr 2013 - 16:23

je le trouve bien, mais je pense que tu devrais préciser les causes de ce mal-être: qui dit qu"un enfant insulte un camarade, ce n'est pas bien grave"?


développe aussi ce qui se passe en cas de difficulté et précisant les réactions de parents, de CDE...et essaie aussi d'aller plus loin dans la transformation des missions de l'école (de la transmission des savoirs vers la formation de masses adaptables au marché du travail par exemple)

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Sapotille le Mar 30 Avr 2013 - 16:25



Et va à la ligne pour chaque nouvelle incivilité "pas bien grave", cela donnera plus de relief à ta colère.

Sapotille
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par gnafron2004 le Mar 30 Avr 2013 - 16:26

on aurait pu en écrire bien plus long, en effet..mais nous avons décidé de limiter la longueur afin de ne pas décourager les gens de lire jusqu'au bout, et afin de ne pas virer politiques non plus...
Il y aurait de quoi écrire un livre, il suffit de lire un certain nombre de fils de discussions sur néo pour s'en rendre compte, et c'est inquiétant, je trouve...

gnafron2004
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Reine Margot le Mar 30 Avr 2013 - 16:31

oui, en effet vous avez raison de ne pas faire trop long. mais les gens peuvent aussi hausser les épaules et penser "pff de quoi se plaignent-ils ces fonctionnaires avec la sécurité de l'emploi" s'il n'y a pas de causes précises (dire par exemple de qui viennent les discours que vous dénoncez, parents, CDE...). cela pourrait donner une idée plus claire à ces gens de la réalité de ce que vous vivez.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Serge le Mar 30 Avr 2013 - 16:44

@Reine Margot a écrit:je le trouve bien, mais je pense que tu devrais préciser les causes de ce mal-être: qui dit qu"un enfant insulte un camarade, ce n'est pas bien grave"?


développe aussi ce qui se passe en cas de difficulté et précisant les réactions de parents, de CDE...et essaie aussi d'aller plus loin dans la transformation des missions de l'école (de la transmission des savoirs vers la formation de masses adaptables au marché du travail par exemple)

Je suis bien d'accord avec Reine (ainsi qu'avec son second message) topela

L'essentiel est là, surtout si tu ne veux pas que ce message soit compris de travers, et ne pas être pris comme une sorte de jérémiade de professeurs "toujours à se plaindre" en l'air.

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Marie Laetitia le Mar 30 Avr 2013 - 17:01

Je voudrais avoir écrit ce texte...

Gnafron, je rejoins la remarque de Sapotille:

Qu'un enfant qui insulte un camarade, ce n'est pas bien grave.
Qu'un élève qui ne fournit aucun travail, qui n'a pas même la décence de copier le cours, ce n'est pas bien grave.
Qu'éructer en classe, ou flanquer un coup de poing à un camarade, ce n'est pas bien grave.
Qu'un jeune se permettre d'être insolent avec un adulte, ce n'est pas bien grave.
Qu’un élève crache dans le dos d’un enseignant, ce n’est pas bien grave.
Qu’un adolescent menace physiquement un adulte, ce n’est pas bien grave.
Que si ces actes sont répétés et nuisent à l'ensemble de la classe, voire de l'établissement, on n'y peut rien.

Juste une précision à propos du message de Reine et de Serge: les CDE appliquent souvent les textes qui leur sont donnés. Eux aussi subissent des pressions. Raison pour laquelle j'incriminerais davantage le ministère et les rectorats que les CDE. Un truc du genre

"Le ministère a annoncé une refondation de l'école. Mais nous, professeurs, n'avons rien vu venir, rien vu changer. M. le ministre, Messieurs et Mesdames les recteurs, prenez vos responsabilités."


_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par gnafron2004 le Mar 30 Avr 2013 - 18:56

on est restés un peu vagues sur les causes car elles sont multiples, et puis après tout ce n'est pas à nous de gérer les causes, non ? que cela vienne de la société qui crée des monchérimoncoeurs, des CDE/chefs d'entreprises ou du ministère, nous on voulait pointer le résultat.

gnafron2004
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par ladyantilles le Mar 30 Avr 2013 - 20:16

@Reine Margot a écrit:
développe aussi ce qui se passe en cas de difficulté et précisant [b]les réactions de parents, de CDE...
Oui, tres important...des parents qui soutiennent leurs enfants et des CDE qui s'en fichent du sort du personnel, ne pensent qu'a leur petite carriere et disent que si une classe est agitee, c'est completement la faute de l'enseignant.


Dernière édition par ladyantilles le Mar 30 Avr 2013 - 20:20, édité 1 fois

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par ladyantilles le Mar 30 Avr 2013 - 20:19

@Serge a écrit:

L'essentiel est là, surtout si tu ne veux pas que ce message soit compris de travers, et ne pas être pris comme une sorte de jérémiade de professeurs "toujours à se plaindre" en l'air.
C'est clair...Les personnes exercant d'autres metiers se plaignent, la societe ne leur en tient pas rigueur ...mais quant un enseignant a le malheur de se plaindre.....Que faut-il pas entendre '' De quoi se plaignent-ils?, eux, toujours en vacances!''

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Employé oxymorique le Ven 3 Mai 2013 - 21:05


_________________
Cymbale en chef au concert des immobiles.
« Il faudra résister à la dissolution programmée de l’enseignement, de la recherche scientifique, des classiques et des biens culturels. Car saboter la culture et l’instruction, c’est saboter le futur de l’humanité. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de lire une phrase simple, mais pleine de sens, qui était inscrite sur un panneau signalétique dans une bibliothèque de manuscrits au milieu d’une oasis perdue du Sahara ; « La connaissance est une richesse qu’on peut donner sans s’appauvrir. » Seul le savoir peut perturber la logique dominante du profit en étant partagé sans appauvrir, et même, bien au contraire, en enrichissant à la fois celui qui le transmet et celui qui le reçoit.»
L’Utilité de l’Inutile. Manifeste, Nuccio Ordine, éditions des Belles-Lettres.

Employé oxymorique
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par paul31 le Ven 3 Mai 2013 - 23:28

Je pense.

_________________
2012-2013 : deux sixièmes, 1 quatrième,1 troisième en français et une cinquième en latin. cafe
2011-2012 deux quatrièmes , une troisième DP6H et une cinquième
2010-2011 : une cinquième et deux sixièmes
2009-2010 : deux sixièmes et une quatrième.

petitdrapeau
chat chat chat chat chat

paul31
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Fesseur Pro le Ven 3 Mai 2013 - 23:46

Un texte bien fait.
Bravo.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par ladyantilles le Sam 4 Mai 2013 - 0:02

On a encore droit sur Agoravox a des aigris qui disent que si on est pas contents , qu'on demissionne ou encore de quoi nous nous plaignons vu nos avantaaaaaaaaaaages, ou encore si les eleves sont agites c'est que l'enseignant est ininteressant .
Avec des mentalites bas de gamme, la situation va se deteriorer.
Anecdote: Deux meres d'eleves se battaient dans mon college ce matin .Pas etonnant le comportement deplorable de nos eleves vu les '' modeles'' qu'ils ont! Mais chut! les CDE de pacotilles diront que tout est de la faute de l'enseignant.

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par egomet le Sam 4 Mai 2013 - 0:49

Quand ça ne concerne qu'un professeur, on peut se dire que c'est de sa faute.
Quand ça concerne tout un établissement, c'est vraisemblablement la faute du chef.
Quand c'est à l'échelle d'une nation...

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par yogi le Sam 4 Mai 2013 - 6:05

@ladyantilles a écrit:
On a encore droit sur Agoravox a des aigris qui disent que si on est pas contents , qu'on demissionne ou encore de quoi nous nous plaignons vu nos avantaaaaaaaaaaages, ou encore si les eleves sont agites c'est que l'enseignant est ininteressant .
Avec des mentalites bas de gamme, la situation va se deteriorer.
Anecdote: Deux meres d'eleves se battaient dans mon college ce matin .Pas etonnant le comportement deplorable de nos eleves vu les '' modeles'' qu'ils ont! Mais chut! les CDE de pacotilles diront que tout est de la faute de l'enseignant.

Bin justement, le jour où je me barre, les parents pourront reprendre leurs mouflets et les instruire chez eux, car après tout l'école n'est pas obligatoire mais l'instruction ,oui. Alors parents, désertez les écoles et débrouillez-vous avec vos tendres chéris.


Dernière édition par yogi le Sam 4 Mai 2013 - 13:43, édité 1 fois

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par louis09 le Sam 4 Mai 2013 - 9:11

Très bon texte !


Par contre les commentaires Sad

_________________
2010 : 4 sixièmes
2010-2011 : 2sixièmes 3 cinquièmes
2011-2012 : 3 sixièmes et 3 cinquièmes
2012-2013 : 2 sixièmes, 1 cinquième, 1 quatrième et 1 troisième ainsi qu'une 4e section européenne cafe cafe


Razz Razz Razz Razz

louis09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par stanleymilgram le Sam 4 Mai 2013 - 14:31

Très bien !

stanleymilgram
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par ladyantilles le Sam 4 Mai 2013 - 21:09

@yogi a écrit:
Bin justement, le jour où je me barre, les parents pourront reprendre leurs mouflets et les instruire chez eux, car après tout l'école n'est pas obligatoire mais l'instruction ,oui. Alors parents, désertez les écoles et débrouillez-vous avec vos tendres chéris.
Ce qui me fait rire c'est que ces parents meprisent les profs, donnent raison a leurs gosses mais quand leurs gosses n'ont pas de profs pendant un mois, ils sont les premiers a pleurer devant le principal pour que leurs cheris aient un remplacant. yesyes

ladyantilles
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par yphrog le Sam 4 Mai 2013 - 21:13

texte partagé topela

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par elwellon le Sam 4 Mai 2013 - 21:32

@gnafron2004 a écrit:Voici un texte rédigé par mes collègues et moi-même. S'il vous parle, faites comme nous : diffusez ! affichez! envoyez à votre rectorat, notre ministre, notre président...pour qu'ils aient un retour de la "base", celle qui est réellement sur le terrain et ne se nourrit pas de statistiques...



Nous n'en pouvons plus.
Nous avons choisi ce métier dans l'idée de transmettre nos savoirs, d'aider les enfants à grandir, mais au quotidien, nous sommes des animateurs de centre récréatif, des conseillers d'orientation, des assistantes sociales, des psychologues, voire des psychiatres, et nos matières passent au second plan.
Notre qualité première, c'est la patience, et elle est mise à rude épreuve tous les jours ; on nous demande de comprendre. Comprendre quoi ?
Qu'un enfant qui insulte un camarade, ce n'est pas bien grave. Qu'un élève qui ne fournit aucun travail, qui n'a pas même la décence de copier le cours, ce n'est pas bien grave. Qu'éructer en classe, ou flanquer un coup de poing à un camarade, ce n'est pas bien grave. Qu'un jeune se permettre d'être insolent avec un adulte, ce n'est pas bien grave. Qu’un élève crache dans le dos d’un enseignant, ce n’est pas bien grave. Qu’un adolescent menace physiquement un adulte, ce n’est pas bien grave. Que si ces actes sont répétés et nuisent à l'ensemble de la classe, voire de l'établissement, on n'y peut rien.Et si nous sommes plus exigeants, que nous sanctionnons ces agissements, nous serons remis à notre place, car punir, c'est mal. Cela peut nuire à l'estime de soi des enfants. Mais quelle estime des adultes ont-ils dans ces conditions ? Quelle idée de notre monde peuvent-ils acquérir ? Et cela ne nuit-il pas à l'estime de soi des personnels que d'être désavoués et malmenés au quotidien ?
Notre rôle, aujourd'hui, est d'être des adultes patients, à l'écoute, qui passent un temps incalculable à préparer des activités ludiques pour des enfants soi-disant stressés. Car non, nous ne faisons plus cours. Nous mettons les élèves en activité. Et si certains élèves sont stressés, n'est ce pas par cette ambiance délétère qui ne permet pas d'étudier dans de bonnes conditions ?
Où est passé le goût de l'effort ? C'est aujourd'hui un gros mot. Sauf pour les adultes des établissements. Des efforts, nous en faisons, tous les jours. Nous subissons les incivilités, l'agressivité, le manque de reconnaissance et de soutien de la société.
Sauf que nous n'en pouvons plus, et nous sommes aujourd'hui tellement épuisés et usés que nous sommes au bord du gouffre, prêts à craquer. Et si nous craquons ? Au mieux, l'indifférence. Au pire, les poursuites judiciaires pour un geste ou un mot dont certains élèves font, eux, usage au quotidien. Dans les deux cas,  nous nous retrouvons rongés par le doute et le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur, d’avoir failli dans notre tâche et de ne pas avoir su apporter la bonne réponse face à la situation qui s’est présentée.
Nous avons une mission, celle de préparer au monde réel les générations futures dans lesquelles il faut aussi bien évidemment prendre en compte les enfants dyslexiques, les non-francophones, les perturbateurs, ceux qui ont des situations familiales et sociales désastreuses … Or, nous devrions, armés d'une cuillère en plastique pour soulever ces montagnes, les bercer d'illusions pendant toute leur scolarité ? Nous n'en pouvons plus. Nous avons besoin de moyens humains, de soutien, de considération. Actuellement, les conditions ne sont propices ni au travail des élèves, ni à celui des personnels.
Ne soyez pas surpris des difficultés grandissantes à recruter de jeunes enseignants, surveillants, CPE...
Nous n'en pouvons plus. 


Attention il y a une coquille dans votre texte "qu'un jeune se permettre d'être insolent": ce n'est pas plutôt le subjonctif présent: "qu'un jeune se permette d'être insolent"? Si vous allez le diffuser, autant que le texte soit parfait pour ne pas prêter à la critique . Sinon, tout à fait d'accord, que l'on nous donne les moyens de réussir!
topela

elwellon
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par yphrog le Sam 4 Mai 2013 - 21:37

Trop tard, je crois, c'est déjà publié. C'est dommage, j'avais vu ça aussi, mais je croyais que cela allait se corriger tout seul. boulet

_________________
ok


yphrog
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par Robin le Mer 8 Mai 2013 - 15:34

J'ai partagé ce texte sur Agoravox. Il y a 138 réactions à ce jour !

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: nous n'en pouvons plus

Message par gnafron2004 le Mer 8 Mai 2013 - 16:34

c'est parfait !
et les réactions sont même plus mitigées que ce à quoi je m'attendais... Smile

gnafron2004
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum