Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Condorcet le Mer 15 Mai 2013 - 0:23

Oh, Libellune ! pale
J'attends la vague que tu évoques depuis des années.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par coco3898 le Mer 15 Mai 2013 - 0:30

@Libellune a écrit:Je suis loin, loin, très loin d'être la seule ; mais nous-mêmes, on minimise, on cherche à passer entre les gouttes, on s'efface, on va se reconstruire plus loin. Ou on disparaît, parce qu'il n'y a plus rien d'autre à faire.
Personnellement j'étais loin d'être consciente que je minimisais, tout était fait pour que je pense que ce qui arrivait était de ma faute. Alors que je me consummais pour défendre une cause collective et aller au charbon, ce sont ceux de mon propre camp qui ont tendu la jambe pour me faire quelques croche-pattes, auxquels bien sûr je ne pouvais pas m'attendre. Alors faire des vagues en tous cas à ce moment-là aurait rimé pour moi à me faire assimiler à une folledingue qui voit le mal partout. Solitude...

coco3898
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Condorcet le Mer 15 Mai 2013 - 0:42

@coco3898 a écrit:
@Libellune a écrit:Je suis loin, loin, très loin d'être la seule ; mais nous-mêmes, on minimise, on cherche à passer entre les gouttes, on s'efface, on va se reconstruire plus loin. Ou on disparaît, parce qu'il n'y a plus rien d'autre à faire.
Personnellement j'étais loin d'être consciente que je minimisais, tout était fait pour que je pense que ce qui arrivait était de ma faute. Alors que je me consummais pour défendre une cause collective et aller au charbon, ce sont ceux de mon propre camp qui ont tendu la jambe pour me faire quelques croche-pattes, auxquels bien sûr je ne pouvais pas m'attendre. Alors faire des vagues en tous cas à ce moment-là aurait rimé pour moi à me faire assimiler à une folledingue qui voit le mal partout. Solitude...

Itou. Je me retrouve tout à fait dans vos récits (même si des éléments contextuels diffèrent) et si je ne souhaite pas décrire ce que j'ai vécu par le menu, en revanche, toute action (légale bien entendu) pour lutter contre le harcèlement moral que vous entreprendr(i)ez aura mon soutien actif.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Libé-Ration le Mer 15 Mai 2013 - 1:48

@coco3898 a écrit:
@Libellune a écrit:Je suis loin, loin, très loin d'être la seule ; mais nous-mêmes, on minimise, on cherche à passer entre les gouttes, on s'efface, on va se reconstruire plus loin. Ou on disparaît, parce qu'il n'y a plus rien d'autre à faire.
Personnellement j'étais loin d'être consciente que je minimisais, tout était fait pour que je pense que ce qui arrivait était de ma faute. Alors que je me consummais pour défendre une cause collective et aller au charbon, ce sont ceux de mon propre camp qui ont tendu la jambe pour me faire quelques croche-pattes, auxquels bien sûr je ne pouvais pas m'attendre. Alors faire des vagues en tous cas à ce moment-là aurait rimé pour moi à me faire assimiler à une folledingue qui voit le mal partout. Solitude...

Seule contre tous, oui, j'ai connu aussi. Je vois que tu es outre-mer, Coco, DOM-TOM-COM ou AEFE ? Réponse en MP peut-être ? (Comme tu vois, je ne suis pas en France métropolitaine non plus).

Libé-Ration
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Libé-Ration le Mer 15 Mai 2013 - 1:50

@philann a écrit:
@Libellune a écrit:

Et si on la faisait, cette vague ?! Tous ensemble ?

topela C'est un peu l'idée! Arrêter de compter ceux tombés au champs d'honneur...et réagir!

Quand il se passe quelque chose de grave à la RATP parfois c'est presque tout le réseau qui est bloqué... quand un collègue se suicide...quelques uns en parlent. Que se passerait-il (je rêve éveillée) si à chaque suicide de collègue sur son lieu de travail, c'était établissement mort sans accueil des élèves dans le pays, ou plus modestement dans l'académie entière???

Mais non...nous déplorons, c'est bien triste...Puis nous attendons le suivant en espérant ne pas le connaître personnellement (parce que les collègues qui doivent reprendre leurs cours ap. le suicide de l'un des leurs dans l'établissement ça doit être coton aussi!!)


Je me demande souvent si nous ne sommes pas nos pires ennemis... aucune réaction, aucune empathie... pale

Libé-Ration
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par bikkhou le Mer 15 Mai 2013 - 6:00

@Libellune a écrit:

Je me demande souvent si nous ne sommes pas nos pires ennemis... aucune réaction, aucune empathie... pale

+1 Ce métier est parfois tellement difficile que chacun se blinde préoccupé de sa propre "survie", à la recherche d'un équilibre. Suite à quelques expériences déstabilisantes, je me retrouve dans vos propos. La colère domine, chez moi. Aujourd'hui, je suis plus attentive aux autres qu'avant mais j'attends aussi que quelque chose arrive après un énième drame. Inacceptable. C'est le mot que j'ai en tête, tout de suite. Mais ce mot, je l'ai en tête quasiment tous les jours au travail, en situation ou quand je lis certains fils de discussion sur néo. Et ça, déjà, ça l'est, inacceptable.


Dernière édition par Ergo le Mer 15 Mai 2013 - 6:59, édité 1 fois (Raison : balises de citation)

_________________
Le rhinocéros courait / Le lion s'accrochait / mordait / le sang giclait      le cou se tordait / Le rhinocéros regardait le ciel / Ciel bleu, calme et tranquille : / on y voyait la lune /
Tableau / Incident dans la jungle lointaine / Le paysage se taisait / Les deux bêtes se figeaient / Et dans le silence / Le lion tuait à chaque instant / Le rhinocéros mourait éternellement

                                                                                                  KAORU MARUYAMA

bikkhou
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Reine Margot le Mer 15 Mai 2013 - 7:25

PaoloSarpi a écrit:Oh, Libellune ! pale
J'attends la vague que tu évoques depuis des années.

hélas, je crains qu'on l'attende longtemps.




_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Lefteris le Mer 15 Mai 2013 - 7:48

PaoloSarpi a écrit:Ton récit fait froid dans le dos, Lefteris. fleurs2 fleurs2 fleurs2 fleurs
Si je dis ça, c'est surtout pour faire réfléchir aux dangers structurels qui provoquent ça, et qu'il ne faut pas laisser : plus un système pratique le management personnalisé, où l'intérêt des uns ne peut se faire qu'au détriment des autres, plus c'est le règne du coup fourré. C'est le struggle for life et beaucoup de gens, pour un petit avantage, sont prêts à causer un grand mal à autrui. Pour moi, la page est tournée, sauf une misanthropie assez installée, mais je savais au fond de moi-même que je m'en tirerais, je relativisais.

@coco3898 a écrit:
@Libellune a écrit:Je suis loin, loin, très loin d'être la seule ; mais nous-mêmes, on minimise, on cherche à passer entre les gouttes, on s'efface, on va se reconstruire plus loin. Ou on disparaît, parce qu'il n'y a plus rien d'autre à faire.
Personnellement j'étais loin d'être consciente que je minimisais, tout était fait pour que je pense que ce qui arrivait était de ma faute. Alors que je me consummais pour défendre une cause collective et aller au charbon, ce sont ceux de mon propre camp qui ont tendu la jambe pour me faire quelques croche-pattes, auxquels bien sûr je ne pouvais pas m'attendre. Alors faire des vagues en tous cas à ce moment-là aurait rimé pour moi à me faire assimiler à une folledingue qui voit le mal partout. Solitude...
Oui, c'est ça, tout est fait pour te culpabiliser. Combien de fois ai-je entendu que j'avais pris des risques en me battant, qu'il fallait connaître la règle du jeu dans les syndicats, pas trop de vagues (même de la part de gens que j'avais défendus). Quand à se faire tirer dans le dos, c'est là qu'on est le plus vulnérable parce qu'on ne l'attend pas.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Osmie le Mer 15 Mai 2013 - 19:19

@Karine B. a écrit:
@philann a écrit:

Le boulot d'un représentant syndical est d'insister sur les conditions de travail du travailleur concerné, certainement pas de "chercher à comprendre" les possibles causes externes.



Visiblement, vous ne connaissez rien au fonctionnement des médias !
Il y a 2 semaines, pendant les vacances, je suis appelée par un journaliste national pour faire une enquête sur les profs d'anglais d'un collège de Lille et il cherche des contacts. J'ai failli me laisser avoir, je découvre ensuite que c'est lié à l'histoire concernant une collègue ayant eu des relations sexuelles avec une élève de 14 ans ... Affaire dont je ne savais rien, on a le droit de déconnecter un peu pendant les vacances.

La plupart du temps, on reçoit des coups de fil de journalistes en sortant de cours ou à un moment peu opportun et on nous demande une réaction à chaud. Personnellement, j'aurais eu la même réaction que mon collègue de Nice qui ne connaissait pas la collègue et qui ne pouvait pas accabler d'emblée l'institution (les suicides sont complexes, un de mes collègues s'est donné la mort, jamais personne au lycée n'a pensé que c'était lié aux conditions de travail). Il faut donc prendre des précautions oratoires.

Évidemment, il est plus facile d'être catégorique une fois que l'on en connaît un peu plus sur la vie et la carrière de cette collègue et l'attitude de sa hiérarchie.

Maintenant, on cherche des candidats pour prendre des responsabilités syndicales, et ça ne se bouscule pas au portillon.

Mais il est sans doute plus facile d'assassiner anonymement des délégués syndicaux en les livrant en pâture sur un forum sans qu'ils s'en doutent. Très courageux comme comportement.


Karine Boulonne
Secrétaire académique du SNES-FSU de Lille

Je n'ai pas encore lu toutes les pages mais Karine a bien raison : les syndicats manquent de bras et ne demandent qu'à recruter. Ils travaillent pour l'amélioration des conditions de travail du collectif (on ne se lance pas dans le débat sur la CFDT). Tout le monde en bénéficie. S'il y a bien des gens sur lesquels il ne faut pas cracher, ce sont les syndicalistes.
Alors bienvenue par avance.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Condorcet le Mer 15 Mai 2013 - 19:22

Janne a écrit:
@Karine B. a écrit:
@philann a écrit:

Le boulot d'un représentant syndical est d'insister sur les conditions de travail du travailleur concerné, certainement pas de "chercher à comprendre" les possibles causes externes.



Visiblement, vous ne connaissez rien au fonctionnement des médias !
Il y a 2 semaines, pendant les vacances, je suis appelée par un journaliste national pour faire une enquête sur les profs d'anglais d'un collège de Lille et il cherche des contacts. J'ai failli me laisser avoir, je découvre ensuite que c'est lié à l'histoire concernant une collègue ayant eu des relations sexuelles avec une élève de 14 ans ... Affaire dont je ne savais rien, on a le droit de déconnecter un peu pendant les vacances.

La plupart du temps, on reçoit des coups de fil de journalistes en sortant de cours ou à un moment peu opportun et on nous demande une réaction à chaud. Personnellement, j'aurais eu la même réaction que mon collègue de Nice qui ne connaissait pas la collègue et qui ne pouvait pas accabler d'emblée l'institution (les suicides sont complexes, un de mes collègues s'est donné la mort, jamais personne au lycée n'a pensé que c'était lié aux conditions de travail). Il faut donc prendre des précautions oratoires.

Évidemment, il est plus facile d'être catégorique une fois que l'on en connaît un peu plus sur la vie et la carrière de cette collègue et l'attitude de sa hiérarchie.

Maintenant, on cherche des candidats pour prendre des responsabilités syndicales, et ça ne se bouscule pas au portillon.

Mais il est sans doute plus facile d'assassiner anonymement des délégués syndicaux en les livrant en pâture sur un forum sans qu'ils s'en doutent. Très courageux comme comportement.


Karine Boulonne
Secrétaire académique du SNES-FSU de Lille

Je n'ai pas encore lu toutes les pages mais Karine a bien raison : les syndicats manquent de bras et ne demandent qu'à recruter. Ils travaillent pour l'amélioration des conditions de travail du collectif (on ne se lance pas dans le débat sur la CFDT). Tout le monde en bénéficie. S'il y a bien des gens sur lesquels il ne faut pas cracher, ce sont les syndicalistes.
Alors bienvenue par avance.

Enfin pas tous nous plus : quand j'ai eu besoin de mon représentant syndical FO au lycée, il m'a joué la complainte de l'ancien contractuel ayant subi un mauvais reclassement en tant qu'agrégé (inscrit sur liste d'aptitude).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Héliandre le Mer 15 Mai 2013 - 19:40

@philann a écrit:
@Libellune a écrit:

Et si on la faisait, cette vague ?! Tous ensemble ?

topela C'est un peu l'idée! Arrêter de compter ceux tombés au champs d'honneur...et réagir!

Quand il se passe quelque chose de grave à la RATP parfois c'est presque tout le réseau qui est bloqué... quand un collègue se suicide...quelques uns en parlent. Que se passerait-il (je rêve éveillée) si à chaque suicide de collègue sur son lieu de travail, c'était établissement mort sans accueil des élèves dans le pays, ou plus modestement dans l'académie entière???

Mais non...nous déplorons, c'est bien triste...Puis nous attendons le suivant en espérant ne pas le connaître personnellement (parce que les collègues qui doivent reprendre leurs cours ap. le suicide de l'un des leurs dans l'établissement ça doit être coton aussi!!)


Je suis complètement d'accord avec vous, et je ne comprends pas comment il est possible qu'il n'y ait pas de réaction de corps et d'ampleur.
Enfin, je ne comprenais pas. Mais suite au suicide de Lise Bonnafou, j'ai pu entendre, en salle des profs même, la majorité des collègues dire que cette femme devait avoir des problèmes, qu'on ne se suicide pas comme ça, juste pour le travail... Malgré mon insistance, la conversation n'a pas fait long feu. Rideau. A la même époque, j'ai appelé mon syndicat et évoqué le sujet, posé des questions sur les suite prévues. Réaction gênée... "c'est délicat, on ne peut pas se positionner, il y a la famille"... Et puis plus rien.
C'est vrai que mon établissement est assez tranquille, sans problème majeur. La plupart des collègues semblent s'y sentir bien, et sont conscients d'être préservés. Ca ne suffit pas à justifier, à mes yeux, ce manque de solidarité, d'autant qu'à mon avis cette tranquillité qui a encore cours dans certains établissement va disparaitre peu à peu.

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Condorcet le Mer 15 Mai 2013 - 20:01

120 ans après Durkheim, c'est navrant !

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suicide d'une enseignante et attitude des collègues.

Message par Osmie le Mer 15 Mai 2013 - 20:24

PaoloSarpi a écrit:
Janne a écrit:
@Karine B. a écrit:
@philann a écrit:

Le boulot d'un représentant syndical est d'insister sur les conditions de travail du travailleur concerné, certainement pas de "chercher à comprendre" les possibles causes externes.



Visiblement, vous ne connaissez rien au fonctionnement des médias !
Il y a 2 semaines, pendant les vacances, je suis appelée par un journaliste national pour faire une enquête sur les profs d'anglais d'un collège de Lille et il cherche des contacts. J'ai failli me laisser avoir, je découvre ensuite que c'est lié à l'histoire concernant une collègue ayant eu des relations sexuelles avec une élève de 14 ans ... Affaire dont je ne savais rien, on a le droit de déconnecter un peu pendant les vacances.

La plupart du temps, on reçoit des coups de fil de journalistes en sortant de cours ou à un moment peu opportun et on nous demande une réaction à chaud. Personnellement, j'aurais eu la même réaction que mon collègue de Nice qui ne connaissait pas la collègue et qui ne pouvait pas accabler d'emblée l'institution (les suicides sont complexes, un de mes collègues s'est donné la mort, jamais personne au lycée n'a pensé que c'était lié aux conditions de travail). Il faut donc prendre des précautions oratoires.

Évidemment, il est plus facile d'être catégorique une fois que l'on en connaît un peu plus sur la vie et la carrière de cette collègue et l'attitude de sa hiérarchie.

Maintenant, on cherche des candidats pour prendre des responsabilités syndicales, et ça ne se bouscule pas au portillon.

Mais il est sans doute plus facile d'assassiner anonymement des délégués syndicaux en les livrant en pâture sur un forum sans qu'ils s'en doutent. Très courageux comme comportement.


Karine Boulonne
Secrétaire académique du SNES-FSU de Lille

Je n'ai pas encore lu toutes les pages mais Karine a bien raison : les syndicats manquent de bras et ne demandent qu'à recruter. Ils travaillent pour l'amélioration des conditions de travail du collectif (on ne se lance pas dans le débat sur la CFDT). Tout le monde en bénéficie. S'il y a bien des gens sur lesquels il ne faut pas cracher, ce sont les syndicalistes.
Alors bienvenue par avance.

Enfin pas tous nous plus : quand j'ai eu besoin de mon représentant syndical FO au lycée, il m'a joué la complainte de l'ancien contractuel ayant subi un mauvais reclassement en tant qu'agrégé (inscrit sur liste d'aptitude).

Il y a des mauvais syndicalistes comme il y a des mauvais profs : on trouve des médiocres partout. Ce n'est pas la majorité, loin s'en faut. Des gens qui se mettent au service des autres, s'exposent dans le souci du collectif en voyant souvent leur carrière ralentie ne sont pas à blâmer.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum