F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Page 5 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Celadon le Sam 18 Mai 2013 - 7:37

+1000 Yota.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Igniatius le Sam 18 Mai 2013 - 7:53

@victor44 a écrit:
@Igniatius a écrit:
Ensuite, concernant ta profession de foi : j'ai la même, on fait comment ?

On arrête de ne s'occupper que de sélectionner, trier et on se concentre à faire progresser aussi les faibles au lieu de passer son temps à dire qu'il faut les mettre le plus vite possible en apprentissage ou en conseil de discipline.


Mais arrête de comporter ce genre d'idées !
L'école ne trie plus depuis longtemps : les deux-tiers de ma terminale STI n'ont pas le niveau colkege en calcul et connaissances ; ils n'apprennent rien.
Et pourtant je les ais bien.

Personnellement, je ne me plains pas de ne pas pouvoir faire des cours de niveau prepa, je me plains de ne pas pouvoir remplir la mission qui m'a été assignée, a savoir instruire les élèves : le programme est lecaniquement infaisable par des élèves qui ont un niveau cinquième. Et nous en avons de plus en plus !
Mais tu préfères te voiler la face en prétendant qu'on peut tous les amener a mieux : oui, ms quelle inégalité de résultats a la fin de l'année, et qu'elles souffrances pour les gamins...

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Marie Laetitia le Sam 18 Mai 2013 - 8:56

@ysabel a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@Moonchild a écrit:

Et j'irais même plus loin, à l'approche de l'adolescence, avant 16 ans, il y a des élèves qui ne peuvent tout simplement plus retirer le moindre profit d'une structure scolaire et, pour le bien, de tous il faudrait accepter de les laisser partir vers une autre voie. J'ai beaucoup de mal à comprendre le refus de principe de l'apprentissage à 14 ans, que ce soit au nom de l'égalitarisme ou de l'humanisme.

veneration Au nom de l'humanisme, on devrait au contraire admettre que nous ne sommes pas tous faits sur le même modèle, et que pour un gosse de 13 ans pas scolaire pour deux sous, rester assis sur une chaise plus de 25 heures par semaine c'est déjà l'enfer...

ça je suis bien d'accord... mon fils a 17 ans et il a intégré une DIMA à l'issue de sa 4ème et s'il était resté à l'école je ne sais pas dans quel état il serait : il séchait les cours à qui mieux mieux, s'enfuyait même du collège et s'il gardait une attitude correcte avec ses enseignants c'est qu'il a un minimum d'éducation. La CdE du collège m'avait dit qu'une année de plus au collège, il ferait tout exploser...
bref aujourd'hui il a 17 ans, il est en apprentissage en plomberie/chauffage et complètement épanoui. A l'issue de son CAP son patron le prend comme associé et ils vont faire une SARL... Bref à 18 ans, il sera patron associé d'une boite qui tourne déjà bien...
il faut que les gamins puissent ne pas rester à l'école si elle ne leur apporte rien...

Quand je dis que l'école fabrique de la violence... Et on ose s'étonner, dans le "grand public", quelle tartufferie!

Si seulement on pouvait écouter de temps en temps ce que disent les enseignants ET les élèves.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Marie Laetitia le Sam 18 Mai 2013 - 9:04

@victor44 a écrit:
@Igniatius a écrit:
Ensuite, concernant ta profession de foi : j'ai la même, on fait comment ?

On arrête de ne s'occupper que de sélectionner, trier et on se concentre à faire progresser aussi les faibles au lieu de passer son temps à dire qu'il faut les mettre le plus vite possible en apprentissage ou en conseil de discipline.

Et on fait comment? On se dédouble? Il faudrait que je sois à quatre endroits en même temps pour gérer ma classe de 4e à 20, comptant 4 élèves sérieux (de milieux très très divers), 3 qui peuvent faire un lycée général mais ont besoin d'être poussés, 1 à peine francophone qui a besoin d'un suivi personnalisé permanent comme 12 autres, francophones mais qui ont complètement décrochés et qui ordinairement perturbent les cours par ennui ou bien attendent passivement... Les grands jours, sur les 12, il y en a 10 qui prennent le cours à l'écrit.

J'oubliais, Victor: tu fais quoi face à des élèves qui réclament un apprentissage ? Tu les envoies paître parce que TOI tu sais quelle voie il leur faut? S'ils demandent l'apprentissage ou s'ils ne veulent plus ou ne peuvent plus suivre à l'école, crois-tu que ça va les aider, de les contraindre à rester assis sans moufter? Tu te rends compte de la VIOLENCE que tu leur imposes?! furieux


_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Iphigénie le Sam 18 Mai 2013 - 9:17

On arrête de ne s'occupper que de sélectionner, trier et on se concentre à faire progresser aussi les faibles

mais en disant cela , tu tries et tu sélectionnes tout autant.

Sauf que tu veux absolument arrêter de faire progresser ceux qui le peuvent pour te concentrer sur ceux qui ne le peuvent plus.

On peut déployer toutes les arguties que l'on veut, on voit bien dans le concret que certains élèves ne peuvent pas faire ce qu'on leur demande au lycée (je parle du lycée parce que l'obligation de prolonger la scolarité pèse sur le lycée particulièrement: les élèves qui ont un projet professionnel pourraient partir en lycée pro, mais les autres, les moins motivés actuellement, on les retrouve en seconde mélangés avec les élèves qui ont une réelle envie d'études):et ils ne peuvent pas y arriver non seulement parce qu'il ont des lacunes énormes et au bout d'un certain temps devenues irrémédiables, mais parce qu'ils n'arrivent pas à connecter les idées entre elles dans l'abstrait et au-delà d'une complexité moyenne. Et en plus ils n'ont pas le langage.Peut-être n'ont-ils pas bénéficié d'un parcours plus adapté en amont (petits groupes et non classes indifférenciées!) mais le fait est là.
Alors je veux bien me concentrer sur eux, mais à moins de disposer de pouvoirs miraculeux, je ne peux rien pour eux, à par les voir s'aigrir et se faner, alors qu'ils pourraient sûrement trouver leur place dans un autre circuit.On multiplie à fonds perdus les instances de remédiation, au détriment de la qualité de l'enseignement dispensé à ceux qui pourraient en tirer profit (l'injustice est là aussi, manifeste même si elle est tue)
Par contre il faudrait des passerelles: pour ceux qui ont besoin de temps et qui peuvent trouver une motivation plus tard en passant par l'apprentissage concret d'abord-au lieu de passer par la glandouille et l'école buissonnière.

La "charité pédagogique" me fait le même effet que les "bonnes oeuvres": ça maintient le statut quo, pire, ça aggrave la misère en toute bonne conscience et ça permet une société de plus en plus brutale en réalité.
Mais c'est bien ce qu'on nous demande: faire semblant, tenir le plus possible les chiffres et les statistiques. Après, le tri, le vrai tri, la société s'en charge. Et comment!.

Le péril de l'école aujourd'hui, ce n'est plus seulement le problème des décrocheurs: il faut bien voir ce qui se passe dans les lycées aujourd'hui: le décrochage y est général.
On parle beaucoup du socle, et on a peur de l'élitisme: mais on a juste oublié l'essentiel: c'est qu'un socle sur lequel il n'est plus possible de bâtir, ce n'est pas un socle, c'est juste une pierre tombale.


Dernière édition par iphigénie le Sam 18 Mai 2013 - 10:27, édité 2 fois (Raison : pour préciser ma pensée)

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par JPhMM le Sam 18 Mai 2013 - 10:06

@victor44 a écrit:
@JPhMM a écrit:
@JPhMM a écrit:


François Dubet a écrit:L'enseignant perfectible
Utiliser une telle expression est démonstration d'une tragique vacuité de pensée.
Voyez, je vais vous aider à comprendre. Commençons simplement par : distinguer l'enseignant perfectible c'est le distinguer d'un enseignant qui ne serait pas perfectible. Mais alors qu'est-ce qu'un enseignant non-perfectible ?

Sauf que dubet a écrit:

L'enseignant perfectible ou fragile ne sera jamais aidé ; ses collègues feront en sorte de ne pas placer leurs enfants dans sa classe.

vous jouez sur les mots et êtes très malhonnête en tronquant.
Je joue sur les mots et suis très malhonnête en tronquant ??? heu
Bon vous ne comprenez toujours pas ce qui signifie vraiment l'enseignant "enseignant perfectible". Qu'importe, disons donc que cette incompréhension vient du fait que je serais malhonnête à tronquer une phrase...

Je vais vous dire, votre incapacité à lire et à comprendre des mots m'inquiète. Vraiment.

Bon week-end à vous.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par User5899 le Sam 18 Mai 2013 - 10:57

@victor44 a écrit:
@Igniatius a écrit:
Ensuite, concernant ta profession de foi : j'ai la même, on fait comment ?

On arrête de ne s'occupper que de sélectionner, trier et on se concentre à faire progresser aussi les faibles au lieu de passer son temps à dire qu'il faut les mettre le plus vite possible en apprentissage ou en conseil de discipline.
Vous présupposez que le conseil de disc est là pour répondre à de mauvais résultats, c'est pour ça que vous vous trompez.Mais faut-il encore répondre aux évidences que vous énoncez plus haut ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Serge le Sam 18 Mai 2013 - 11:12

[quote="iphigénie"]

On parle beaucoup du socle, et on a peur de l'élitisme: mais on a juste oublié l'essentiel: c'est qu'un socle sur lequel il n'est plus possible de bâtir, ce n'est pas un socle, c'est juste une pierre tombale.

veneration

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI

Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Presse-purée le Sam 18 Mai 2013 - 11:25

@ Victor44:

La haine, c'est pourtant le coeur du sujet. Elle maintient la posture du dialogue alors que dans les faits il n'y en a pas, elle est le moteur du fond de l'argumentaire: l'école ne fonctionne pas à cause des profs, il faut donc détruire leur estime d'eux-mêmes et de leur métier, leur expliquer à longueur de pages qu'ils sont nuls, qu'ils reproduisent les inégalités sociales et que cela les arrange bien puisque c'est à leur avantage (je me marre en écrivant cela... c'est bien connu que les profs dominent l'univers).
Le discours qu'il tient sur les méthodes, et que tu tiens en partie, est toujours le même ("nos méthodes sont les meilleures et les seules possibles, et elles ne sont pas appliquées à cause des profs") et repose sur au moins trois problèmes:

* une première erreur repose sur ce fait, à savoir que ces méthodes sont appliquées, parce que ce sont les seules qui sont mises en avant dans la formation initiale, accompagnées d'un discours peu scientifique sur ce qui paraît être les symboles de l'ancien système, à savoir la discipline scolaire constituée, la mémorisation, la catégorisation (notamment grammaticale), et parce que les programmes sont constitués de telle manière à pousser à appliquer ce genre de méthodes, notamment du point de vue du CONTENU et de l'ENCHAINEMENT des notions. Pour parachever le truc, on a ajouté aux programmes le socle, dont certains principes ne sont pas à discuter, mais qui repose lui-même sur des prémisses à discuter (l'APC notamment),

* ces méthodes seraient, d'après vous, généralisables à toutes les disciplines sans distinction (cf le bien senti: "toutes les disciplines doivent se soumettre à la discipline reine et tous les spécialistes doivent s'incliner devant le pédagogue. Ancillae paedagogiae omnes" in De l'école, p.105), ce qui reste à démontrer scientifiquement, une sorte de méthode pour tous, ce qui repose aussi sur des lectures tronquées (de Vygotsky à Rancière) ou sur des prémisses scientifiques remis en cause aujourd'hui (sur Piaget ou sur le fonctionnement de la mémoire),

* ces méthodes seraient applicables sans aucun souci -puisqu'elles sont les meilleures, les seules possibles, puisqu'elles succèdent aux non-méthodes du passé - à tous les élèves sans aucune distinction, ce qui reste là encore à étudier (voir les travaux de Rochex ou celui cité plus haut).

Pour finir sur le thème de l'estime de soi, je trouve que le cas du latin est symptomatique de votre manière de penser.
Je connais beaucoup de collègues qui en viennent à culpabiliser de ceux qu'ils sont. On leur a tellement dit, à la suite d'une lecture tronquée de Bourdieu, que le latin était source d'inégalités, qu'ils se sont mis à ne plus l'enseigner. Ce discours erroné sur le latin est tenu par tout un pan de l'administration, et aussi par de nombreux collègues (notamment encartés chez toi, cela dit au passage).
Or, le latin, comme n'importe quelle discipline scolaire, n'est pas élitiste en soi, ce sont les conditions dans lesquelles il est enseigné qui le rendent ou non élitiste. Au moment où le CAPES de lettres classiques est absorbé par celui de LM, nombreux sont les mecs de ton camp qui se réjouissent ouvertement de cela, ou qui font mine d'être attristés (cf le blog de M. Jeanjeau) parce que, selon eux, le latin est intrinsèquement élitiste. Ils nient ainsi la responsabilité de l'administration, et la leur, quand tous ont ghéttoïsé cet enseignement (horaires, placement des heures, discours tenus aux parents lors de réunions...) parce que ce sont d'abord et avant tout les conditions IMPOSEES par l'administration qui sont les plus grandes responsables de la situation actuelle.
Curieusement, jamais un CdE (ou un recteur, car un recteur qui n'applique pas les textes relatifs à l'enseignement des langues anciennes, cela s'est déjà vu, n'est-ce pas Karine B.?) qui n'applique pas les textes dans le cas des langues anciennes n'est sanctionné. Et jamais un pédagogue ne remet en cause l'existence des classes euros (avec sélection sur dossier) ou bilangues (avec sélection itou) tandis que tout le monde accepte l'existence en l'état de la DP3, qui est une option elle aussi (pourquoi?), conçue et surtout considérée (et à mon sens c'est une erreur) comme une option pour élèves faibles, tout comme le latin est considéré (alors que ce n'est plus le cas, au moins au collège) comme une option pour élèves forts. Il suffit de regarder un peu dans son étab le recrutement de la DP3 pour voir à quelles classes sociales elle est destinée...



Dernière édition par Presse-purée le Sam 18 Mai 2013 - 13:09, édité 3 fois (Raison : Précisions par rapport à la DP3. texte initial peu clair et pouvant laisser penser précisément l'inverse de ce que je pense.)

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Presse-purée le Sam 18 Mai 2013 - 11:27

Et, pour finir, tu sembles ne pas prendre en considération le fond du problème: nous assistons là non pas à un débat autour de la réussite des élèves, mais à une lutte de pouvoir, une lutte des places au sein de l'université. Les Sciences de l'Educ veulent plus de postes, s'occuper aussi de la formation continue ... et ces postes, dans des budgets contraints, il faut bien les piquer quelque part. Il faut donc anéantir la formation disciplinaire pour récupérer ceux-ci. Le reste...

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Iphigénie le Sam 18 Mai 2013 - 11:29

Presse-Purée: 5/5 ! topela

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Ruthven le Sam 18 Mai 2013 - 11:32

@iphigénie a écrit:
Le péril de l'école aujourd'hui, ce n'est plus seulement le problème des décrocheurs: il faut bien voir ce qui se passe dans les lycées aujourd'hui: le décrochage y est général.
On parle beaucoup du socle, et on a peur de l'élitisme: mais on a juste oublié l'essentiel: c'est qu'un socle sur lequel il n'est plus possible de bâtir, ce n'est pas un socle, c'est juste une pierre tombale.

Même constat, mais je crains qu'on ne dise que ton discours est inutilement alarmiste et vraiment exagéré.

Les plaintes, qui excèdent tant Victor, de la part de collègues qui sont en établissement "tranquille", ont peu à voir avec des questions de conflit avec les élèves, mais portent, à mon sens, essentiellement sur la double injonction contradictoire que l'on subit, de prendre les élèves tels qu'ils sont et de respecter les programmes tout en préparant le passage au supérieur. C'est intenable, et il est impossible d'abandonner une des deux injonctions. Je ne sais si c'est lié à la réforme du lycée, mais tous les élèves qui nous arrivent cette année, en plus des difficultés dans l'expression écrite, sont incapables d'écouter si l'on ne s'adresse pas personnellement à eux.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par barèges le Sam 18 Mai 2013 - 11:38

@Presse-purée a écrit:Et, pour finir, tu sembles ne pas prendre en considération le fond du problème: nous assistons là non pas à un débat autour de la réussite des élèves, mais à une lutte de pouvoir, une lutte des places au sein de l'université. Les Sciences de l'Educ veulent plus de postes, s'occuper aussi de la formation continue ... et ces postes, dans des budgets contraints, il faut bien les piquer quelque part. Il faut donc anéantir la formation disciplinaire pour récupérer ceux-ci. Le reste...
Parce que ça ne fait pas trois ans que ces postes-ci montent en puissance (en fait, depuis que je regarde) ? La masterisation des concours avait provoqué un premier mouvement avec l'intégration des ex-IUFM à l'université, là c'est encore pire.
Il y a aussi un certain effet de mode. J'ai l'impression qu'un département, une UFR se permet de moins en moins d'afficher des profils austères et vend du rêve avec, je le lisais quelque part ici, "philo-danse", "lettres- ingéniérie pédagogique", le premier terme servant de prétexte au second... Oui il y a un peu de disciplinaire, mais ne vous inquiétez pas, c'est minoritaire dans le profil, etc, etc. Il y a presque une honte du disciplinaire.
Même chose dans les maquettes de formation.

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par JPhMM le Sam 18 Mai 2013 - 11:39

@Ruthven a écrit:Je ne sais si c'est lié à la réforme du lycée, mais tous les élèves qui nous arrivent cette année, en plus des difficultés dans l'expression écrite, sont incapables d'écouter si l'on ne s'adresse pas personnellement à eux.
Ceux-là sont de plus en plus nombreux en sixième déjà.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Iphigénie le Sam 18 Mai 2013 - 11:57

Même constat, mais je crains qu'on ne dise que ton discours est inutilement alarmiste et vraiment exagéré.
J'aimerais qu'il soit exagéré, Ruthven, mais je ne le crois pas: je crois réellement que tout se tient et si on voit monter le décrochage dans les établissements tranquilles, on peut se douter de ce que cela donne dans les établissements où s'y ajoutent toutes les autres difficultés sociales. A la base, les causes sont les mêmes, même si les conséquences sont encore pires là. Je suis persuadée que le système français, collège et lycée confondus et bientôt la fac, souffrent terriblement de l'absence d'une élite justement: à apprendre sans fierté, on décroche sans gloire, comme dirait l'autre....
...
la double injonction contradictoire que l'on subit, de prendre les élèves tels qu'ils sont et de respecter les programmes tout en préparant le passage au supérieur. C'est intenable, et il est impossible d'abandonner une des deux injonctions.
Tu as raison sur la double injonction mais il me semble clair que l'on a abandonné d'ores et déjà la seconde: elle n'est plus qu'un alibi, un "faire semblant".D'ailleurs les programmes deviennent clairement intenables avec les élèves tels qu'ils sont. Pour la première fois cette année en seconde, je ne bouclerai pas le programme de français, et j'ai une majorité de collègues dans le même cas. Même en survolant, ce n'est plus tenable, sauf à se moquer éperdument de la compréhension relative et minimale des élèves.


Dernière édition par iphigénie le Sam 18 Mai 2013 - 22:59, édité 1 fois

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Presse-purée le Sam 18 Mai 2013 - 12:58

@barèges a écrit:
@Presse-purée a écrit:Et, pour finir, tu sembles ne pas prendre en considération le fond du problème: nous assistons là non pas à un débat autour de la réussite des élèves, mais à une lutte de pouvoir, une lutte des places au sein de l'université. Les Sciences de l'Educ veulent plus de postes, s'occuper aussi de la formation continue ... et ces postes, dans des budgets contraints, il faut bien les piquer quelque part. Il faut donc anéantir la formation disciplinaire pour récupérer ceux-ci. Le reste...
Parce que ça ne fait pas trois ans que ces postes-ci montent en puissance (en fait, depuis que je regarde) ? La masterisation des concours avait provoqué un premier mouvement avec l'intégration des ex-IUFM à l'université, là c'est encore pire.
Il y a aussi un certain effet de mode. J'ai l'impression qu'un département, une UFR se permet de moins en moins d'afficher des profils austères et vend du rêve avec, je le lisais quelque part ici, "philo-danse", "lettres- ingéniérie pédagogique", le premier terme servant de prétexte au second... Oui il y a un peu de disciplinaire, mais ne vous inquiétez pas, c'est minoritaire dans le profil, etc, etc. Il y a presque une honte du disciplinaire.
Même chose dans les maquettes de formation.

On peut aussi considérer que c'est l'inverse. Il faut garder les postes, alors mettons de zolis intitulés qui satisfont l'administration du MESR (dirigée par celle qui pense que l'université française, ce sont quelques abrutis qui se réunissent pour parler -en français - de Proust; secondaire ou supérieur, la même haine de tout ce qui est jugé "inutile"), et roulez jeunesse...

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Condorcet le Sam 18 Mai 2013 - 15:23

Je m'autorise de moi-même (et n'aime pas avoir recours à ce procédé) en citant ce lien : http://www.neoprofs.org/t57696p80-enseignement-superieur-communique-de-lintersyndicale-une-loi-inacceptable-qui-ne-permet-pas-de-repondre-aux-attentes-des-personnels-et-des-etudiants-11-fevrier-2013#1973318
Depuis 2003, le fait que l'on puisse considérer séparément secondaire et supérieur m'a toujours sidéré. Une fois encore, ce qui se joue dans le supérieur au travers des lois comme des précédentes aura des répercussions majeures sur le secondaire.
Le silence assourdissant qui accompagne la discussion prochaine de la loi Fioraso (hormis une polémique fort réductrice quant à la pratique de la langue anglaise) souligne, si besoin était, les dangers de la myopie en Histoire.

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Igniatius le Sam 18 Mai 2013 - 16:00

Iphigenie et Presse-Purée : magistraux !

Rien a ajouter.


Mais le raisonnement rationnel et factuel peut-il atteindre les affirmations péremptoires de Dubet et consorts ?

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Olympias le Sam 18 Mai 2013 - 16:27

@victor44 a écrit:
@Olympias a écrit:

Elle veut aller en prépa...et je vais l'encourager à s'y rendre. Comme je le fais pour n'importe quel élève capable d'y suivre un cursus (et encore plus si les parents sont mal informés et persuadés qu'une CPGE n'est pas pour leur fils/fille....Et encore davantage si la COP lui dit que c'est trop dur et que je sais parfaitement que mon élève est capable de suivre. )

Mais il n'y a pas que les élèves capable de faire prépas qui sont dignes d'intérêt. Nous gérons l'intégralité d'une classe d'âge et l'objectif en collège ne peut pas être de repérer et sélectionner les futures élites (moins de 1% d'une classe d'âge). Pour cela il faut enseigner en prépa ou dans le supérieur.

Beaucoup de profs passent leur temps à se plaindre de leurs élèves (y compris dans des endroits très tranquilles) au lieu de faire le job.

Victor, je gère l'intégralité de toutes mes classes depuis que j'enseigne. J'estime faire le job du mieux que je peux. Je ne me permets pas de critiquer votre enseignement.
Etant donné le temps que je passe à faire du soutien à des élèves en difficulté, je pense pouvoir être dispensée de recevoir des leçons...C'est en outre mon droit le plus strict d'encourager un élèves qui a le niveau pour aller en prépa ; je n'accepte pas qu'une COP qui n'y connaît rien décourage un élève capable.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Lefteris le Sam 18 Mai 2013 - 16:34

@Igniatius a écrit:Iphigenie et Presse-Purée : magistraux !

Rien a ajouter.


Mais le raisonnement rationnel et factuel peut-il atteindre les affirmations péremptoires de Dubet et consorts ?

Oui, j'attends qu'ils interviennent, car ils font le constat que j'ai la flemme de rédiger moi-même... Rolling Eyes
Dans ce que dit Presse-Purée, je souligne quand même une chose ; Il a mis en évidence les querelles d'intérêt personnel. C'est hélas ce par quoi il faut toujours commencer, quand un escroquerie voit le jour . Cui bono ? Cui prodest ? ;
Ces gens ont créé leur propre discipline, en opposition aux vrais savoirs. Ils veulent la vendre, ils ont donc déclaré la guerre à ces derniers, au système républicain, et ils ont gagné ces derniers temps, surfant sur la vague "c'st nouveau donc c'est bien ".

Là ils reculent, ils sont autant que je le vois autour de moi, abhorrés, et ça les rend teigneux. Ou bien comme Meirieu, ils tentent une palinodie.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Marie Laetitia le Sam 18 Mai 2013 - 17:52

@Lefteris a écrit:Ou bien comme Meirieu, ils tentent une palinodie.

Meirieu, Meirieu... celui-là qui affirmait sur France Culture l'autre jour qu'un 6e a devant lui 12 à 13 enseignants par semaine? Depuis, je ne cesse de recompter les professeurs de la 6e dont je suis PP, mais pas moyen d'en trouver 12... scratch

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par philann le Sam 18 Mai 2013 - 18:17

PaoloSarpi a écrit:Je m'autorise de moi-même (et n'aime pas avoir recours à ce procédé) en citant ce lien : http://www.neoprofs.org/t57696p80-enseignement-superieur-communique-de-lintersyndicale-une-loi-inacceptable-qui-ne-permet-pas-de-repondre-aux-attentes-des-personnels-et-des-etudiants-11-fevrier-2013#1973318
Depuis 2003, le fait que l'on puisse considérer séparément secondaire et supérieur m'a toujours sidéré. Une fois encore, ce qui se joue dans le supérieur au travers des lois comme des précédentes aura des répercussions majeures sur le secondaire.
Le silence assourdissant qui accompagne la discussion prochaine de la loi Fioraso (hormis une polémique fort réductrice quant à la pratique de la langue anglaise) souligne, si besoin était, les dangers de la myopie en Histoire.

+ 1000!

Ce qui est sidérant, c'est que cela dure depuis au moins 15 ans... Je me rappelle de la transformation des deug de philo en "DEUG de SHS mention philo", ancêtre des diplômes spécialisation de rien...
Et le moins que l'on puisse dire c'est que cela s'est fait avec la complicité, ou le consentement silencieux (je dirais personnellement la lâcheté) des personnels EC furieux ... Toujours moins de disciplinaire, toujours moins de contenu, ...et toujours un niveau qui baisse! à l'époque l'argument Number one était de facilité la possible réorientation des étudiants en déroute...aujourd'hui l'échec n'a fait que s'aggraver... Sad

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Condorcet le Sam 18 Mai 2013 - 18:20

@Marie Laetitia a écrit:
@Lefteris a écrit:Ou bien comme Meirieu, ils tentent une palinodie.

Meirieu, Meirieu... celui-là qui affirmait sur France Culture l'autre jour qu'un 6e a devant lui 12 à 13 enseignants par semaine? Depuis, je ne cesse de recompter les professeurs de la 6e dont je suis PP, mais pas moyen d'en trouver 12... scratch

Recompte encore Laughing Razz lol! (avec les professeurs particuliers dans chaque matière, on doit arriver à ce total !).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par User5899 le Sam 18 Mai 2013 - 22:10

@Ruthven a écrit:
@iphigénie a écrit:
Le péril de l'école aujourd'hui, ce n'est plus seulement le problème des décrocheurs: il faut bien voir ce qui se passe dans les lycées aujourd'hui: le décrochage y est général.
On parle beaucoup du socle, et on a peur de l'élitisme: mais on a juste oublié l'essentiel: c'est qu'un socle sur lequel il n'est plus possible de bâtir, ce n'est pas un socle, c'est juste une pierre tombale.

Même constat, mais je crains qu'on ne dise que ton discours est inutilement alarmiste et vraiment exagéré.

Les plaintes, qui excèdent tant Victor, de la part de collègues qui sont en établissement "tranquille", ont peu à voir avec des questions de conflit avec les élèves, mais portent, à mon sens, essentiellement sur la double injonction contradictoire que l'on subit, de prendre les élèves tels qu'ils sont et de respecter les programmes tout en préparant le passage au supérieur. C'est intenable, et il est impossible d'abandonner une des deux injonctions. Je ne sais si c'est lié à la réforme du lycée, mais tous les élèves qui nous arrivent cette année, en plus des difficultés dans l'expression écrite, sont incapables d'écouter si l'on ne s'adresse pas personnellement à eux.
Finalement, j'ai décidé cette année de ne pas travestir la situation et de l'assumer tranquillement, j'ai l'âge et la réputation pour le faire. Ainsi, je vais signer une liste de 11 textes en STMG et une de 23 textes en L. Je n'ai pas pu faire mieux, c'est un champ ravagé. Mais soit je fais cours pour moi, soit j'espère qu'ils comprennent quelque chose. On me mettrait des 5e en face qu'ils auraient été mieux préparés que ceux de cette année, gavés de termes techniques qu'ils n'ont pas compris et qu'ils emploient à tort, mais ignorants du vocabulaire français courant. Impression cette année d'avoir raclé le fond sans cesse.
Et bien sûr, comme Iphigénie, cette année, je ne boucle aucun programme, dans aucune classe. C'est la première fois. Quelque chose me dit que ce ne sera pas la dernière...

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Olympias le Sam 18 Mai 2013 - 22:45

@Marie Laetitia a écrit:
@Lefteris a écrit:Ou bien comme Meirieu, ils tentent une palinodie.

Meirieu, Meirieu... celui-là qui affirmait sur France Culture l'autre jour qu'un 6e a devant lui 12 à 13 enseignants par semaine? Depuis, je ne cesse de recompter les professeurs de la 6e dont je suis PP, mais pas moyen d'en trouver 12... scratch

ML, c'est parce que certains ont plusieurs pseudos sur Néo.....

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: F. Dubet dans "La Tribune": « L'école est en péril »

Message par Marcel Khrouchtchev le Sam 18 Mai 2013 - 22:45

@Olympias a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@Lefteris a écrit:Ou bien comme Meirieu, ils tentent une palinodie.

Meirieu, Meirieu... celui-là qui affirmait sur France Culture l'autre jour qu'un 6e a devant lui 12 à 13 enseignants par semaine? Depuis, je ne cesse de recompter les professeurs de la 6e dont je suis PP, mais pas moyen d'en trouver 12... scratch

ML, c'est parce que certains ont plusieurs pseudos sur Néo.....

mdr

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum