Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Singing in The Rain le Mer 22 Mai 2013 - 11:53

Voilà, je voudrais créer un corpus de trois poèmes lyriques sur la vieillesse (ou la fuite du temps).

Quels poèmes me conseillez-vous ? c'est pour des 4èmes.

Singing in The Rain
Habitué(e) du forum


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Celeborn le Mer 22 Mai 2013 - 12:10

Soleils couchants de Victor Hugo
Un sonnet de Ronsard (ça paraît incontournable vu le thème)


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Médiateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par malo21 le Mer 22 Mai 2013 - 13:02

Avec le temps de Ferré, ambiance plombante assurée!

malo21
Habitué(e) du forum


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par retraitée le Mer 22 Mai 2013 - 13:23

Queneau/Greco


Si tu t'imagines
si tu t'imagines
fillette fillette
si tu t'imagines
xa va xa va xa
va durer toujours
la saison des za
la saison des za
saison des amours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures
Si tu crois petite
si tu crois ah ah
que ton teint de rose
ta taille de guêpe
tes mignons biceps
tes ongles d'émail
ta cuisse de nymphe
et ton pied léger
si tu crois petite
xa va xa va xa va
va durer toujours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures
les beaux jours s'en vont
les beaux jours de fête
soleils et planètes
tournent tous en rond
mais toi ma petite
tu marches tout droit
vers sque tu vois pas
très sournois s'approchent
la ride véloce
la pesante graisse
le menton triplé
le muscle avachi
allons cueille cueille
les roses les roses
roses de la vie
et que leurs pétales
soient la mer étale
de tous les bonheurs
allons cueille cueille
si tu le fais pas
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures


Raymond Queneau, L'instant fatal

retraitée
Grand sage


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par tannat le Mer 22 Mai 2013 - 13:26

Quand vous serez bien vieille...

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant[size=7]1[/size],

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

Lors[size=7]2[/size], vous n’aurez servante oyant[size=7]3 [/size]telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,

Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,

Bénissant votre nom de louange[size=7]4 [/size]immortelle.

Je serai sous la terre et fantôme sans os :

Par les ombres myrteux[size=7]5 [/size]je prendrai mon repos ;

Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.

Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :

Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

[size=9]Sonnets pour Hélène[/size][size=9], Pierre de Ronsard (1578)[/size]

Tempus fugit

D'où me vient ce sentiment diffus
D'une vie passée qui se déroule
Comme une ombre sous mes pas qui roule
Sur chemin nouveau qui déjà fut

Dans l'amas des souvenirs confus
L'horizon se pose où l'œil se saoule
D'où me vient ce sentiment diffus
D'une vie passée qui se déroule

Quand auprès du point surgit la foule
La mort s'éteint face au vif refus
De l'instant le futur est l'affût
Ai-je été ce présent qui s'écroule
D'où me vient ce sentiment diffus.
Jacques ICHARD-MAURY

tannat
Niveau 6


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Anacyclique le Mer 22 Mai 2013 - 14:56

"La vieillesse"

Viennent les ans ! J'aspire à cet âge sauveur
Où mon sang coulera plus sage dans mes veines,
Où, les plaisirs pour moi n'ayant plus de saveur,
Je vivrai doucement avec mes vieilles peines.

Quand l'amour, désormais affranchi du baiser,
Ne me brûlera plus de sa fièvre mauvaise
Et n'aura plus en moi d'avenir à briser,
Que je m'en donnerai de tendresse à mon aise !

Bienheureux les enfants venus sur mon chemin !
Je saurai transporter dans les buissons l'école ;
Heureux les jeunes gens dont je prendrai la main !
S'ils aiment, je saurai comment on les console.

Et je ne dirai pas : « C'était mieux de mon temps. »
Car le mieux d'autrefois c'était notre jeunesse ;
Mais je m'approcherai des âmes de vingt ans
Pour qu'un peu de chaleur en mon âme renaisse ;

Pour vieillir sans déchoir, ne jamais oublier
Ce que j'aurai senti dans l'âge où le cœur vibre,
Le beau, l'honneur, le droit qui ne sait pas plier,
Et jusques au tombeau penser en homme libre.

Et vous, oh ! Quel poignard de ma poitrine ôté,
Femmes, quand du désir il n'y sera plus traces,
Et qu'alors je pourrai ne voir dans la beauté
Que le dépôt en vous du moule pur des races !

Puissé-je ainsi m'asseoir au faîte de mes jours
Et contempler la vie, exempt enfin d'épreuves,
Comme du haut des monts on voit les grands détours
Et les plis tourmentés des routes et des fleuves !

René-François Sully Prudhomme.

_________________
Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse. Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que ce soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Anacyclique le Mer 22 Mai 2013 - 14:58

"Ne vous contentez pas, madame, d'être belle"

Ne vous contentez pas, madame, d'être belle.
Ne vous contentez pas, madame, d'être belle.
Notre cœur vieillit mal s'il ne se renouvelle.
Il faut songer, penser, lire, avoir de l'esprit.
Être, pendant dix ans, une rose qui rit,
Cela passe... — La vie est une triste chose,
Un travail de ruine et de métamorphose
Qui fait d'une beauté sortir une laideur.
Fixez votre œil charmant, parfois un peu boudeur,
Sur les deux termes sûrs d'une vie achevée,
Sur le point de départ et le point d'arrivée,
Chemin que parcourront, hélas ! vos pas tremblants,
— Dents blanches, cheveux noirs ; — dents noires, cheveux blancs !
Moi, j'estime la femme, humble et sage personne,
Qui ne s'éblouit pas, belle, veut être bonne,
Songe à la saison dure ainsi que les fourmis,
Et qui fait pour l'hiver provision d'amis.
Vieillir, c'est remplacer par la clarté la flamme ;
Le cœur doit lentement rentrer derrière l'âme.

Victor Hugo

_________________
Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse. Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que ce soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Anacyclique le Mer 22 Mai 2013 - 15:01

"Où est donc le bonheur ?"

Sed satis est jam posse mori.
LUCAIN.



Où donc est le bonheur ? disais-je. - Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l'avez donné.

Naître, et ne pas savoir que l'enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l'âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l'homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

Plus tard, aimer, - garder dans son coeur de jeune homme
Un nom mystérieux que jamais on ne nomme,
Glisser un mot furtif dans une tendre main,
Aspirer aux douceurs d'un ineffable hymen,
Envier l'eau qui fuit, le nuage qui vole,
Sentir son coeur se fondre au son d'une parole,
Connaître un pas qu'on aime et que jaloux on suit,
Rêver le jour, brûler et se tordre la nuit,
Pleurer surtout cet âge où sommeillent les âmes,
Toujours souffrir ; parmi tous les regards de femmes,
Tous les buissons d'avril, les feux du ciel vermeil,
Ne chercher qu'un regard, qu'une fleur, qu'un soleil !

Puis effeuiller en hâte et d'une main jalouse
Les boutons d'orangers sur le front de l'épouse ;
Tout sentir, être heureux, et pourtant, insensé
Se tourner presque en pleurs vers le malheur passé ;
Voir aux feux de midi, sans espoir qu'il renaisse,
Se faner son printemps, son matin, sa jeunesse,
Perdre l'illusion, l'espérance, et sentir
Qu'on vieillit au fardeau croissant du repentir,
Effacer de son front des taches et des rides ;
S'éprendre d'art, de vers, de voyages arides,
De cieux lointains, de mers où s'égarent nos pas ;
Redemander cet âge où l'on ne dormait pas ;
Se dire qu'on était bien malheureux, bien triste,
Bien fou, que maintenant on respire, on existe,
Et, plus vieux de dix ans, s'enfermer tout un jour
Pour relire avec pleurs quelques lettres d'amour !

Vieillir enfin, vieillir ! comme des fleurs fanées
Voir blanchir nos cheveux et tomber nos années,
Rappeler notre enfance et nos beaux jours flétris,
Boire le reste amer de ces parfums aigris,
Être sage, et railler l'amant et le poète,
Et, lorsque nous touchons à la tombe muette,
Suivre en les rappelant d'un oeil mouillé de pleurs
Nos enfants qui déjà sont tournés vers les leurs !

Ainsi l'homme, ô mon Dieu ! marche toujours plus sombre
Du berceau qui rayonne au sépulcre plein d'ombre.
C'est donc avoir vécu ! c'est donc avoir été !
Dans la joie et l'amour et la félicité
C'est avoir eu sa part ! et se plaindre est folie.
Voilà de quel nectar la coupe était remplie !

Hélas ! naître pour vivre en désirant la mort !
Grandir en regrettant l'enfance où le coeur dort,
Vieillir en regrettant la jeunesse ravie,
Mourir en regrettant la vieillesse et la vie !

Où donc est le bonheur, disais-je ? - Infortuné !
Le bonheur, ô mon Dieu, vous me l'avez donné !

Le 28 mai 1830.



Victor Hugo, encore. Plus exploitable que le précédent.

_________________
Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse. Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que ce soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Anacyclique le Mer 22 Mai 2013 - 15:03

"Consolation"

Quand le Dieu qui me frappe, attendri par mes larmes,
De mon coeur oppressé soulève un peu sa main,
Et, donnant quelque trêve à mes longues alarmes,
Laisse tarir mes yeux et respirer mon sein ;

Soudain, comme le flot refoulé du rivage
Aux bords qui l'ont brisé revient en gémissant,
Ou comme le roseau, vain jouet de l'orage,
Qui plie et rebondit sous la main du passant,

Mon coeur revient à Dieu, plus docile et plus tendre,
Et de ses châtiments perdant le souvenir,
Comme un enfant soumis n'ose lui faire entendre
Qu'un murmure amoureux pour se plaindre et bénir !

Que le deuil de mon âme était lugubre et sombre !
Que de nuits sans pavots, que de jours sans soleil !
Que de fois j'ai compté les pas du temps dans l'ombre,
Quand les heures passaient sans mener le sommeil !

Mais loin de moi ces temps ! que l'oubli les dévore !
Ce qui n'est plus pour l'homme a-t-il jamais été ?
Quelques jours sont perdus ; mais le bonheur encore,
Peut fleurir sous mes yeux comme une fleur d'été !

Tous les jours sont à toi ! que t'importe leur nombre ?
Tu dis : le temps se hâte, ou revient sur ses pas ;
Eh ! n'es-tu pas celui qui fit reculer l'ombre
Sur le cadran rempli d'un roi que tu sauvas ?

Si tu voulais ! ainsi le torrent de ma vie,
À sa source aujourd'hui remontant sans efforts,
Nourrirait de nouveau ma jeunesse tarie,
Et de ses flots vermeils féconderait ses bords ;

Ces cheveux dont la neige, hélas ! argente à peine
Un front où la douleur a gravé le passé,
S'ombrageraient encor de leur touffe d'ébène,
Aussi pur que la vague où le cygne a passé !

L'amour ranimerait l'éclat de ces prunelles,
Et ce foyer du cœur, dans les yeux répété,
Lancerait de nouveau ces chastes étincelles
Qui d'un désir craintif font rougir la beauté !

Dieu ! laissez-moi cueillir cette palme féconde,
Et dans mon sein ravi l'emporter pour toujours,
Ainsi que le torrent emporte dans son onde
Les roses de Saron qui parfument son cours !

Quand pourrai-je la voir sur l'enfant qui repose
S'incliner doucement dans le calme des nuits ?
Quand verrai-je ses fils de leurs lèvres de rose
Se suspendre à son sein comme l'abeille aux lis !

A l'ombre du figuier, près du courant de l'onde,
Loin de l'oeil de l'envie et des pas du pervers,
Je bâtirai pour eux un nid parmi le monde,
Comme sur un écueil l'hirondelle des mers !

Là, sans les abreuver à ces sources amères
Où l'humaine sagesse a mêlé son poison,
De ma bouche fidèle aux leçons de mes pères,
Pour unique sagesse ils apprendront ton nom !

Là je leur laisserai, pour unique héritage,
Tout ce qu'à ses petits laisse l'oiseau du ciel,
L'eau pure du torrent, un nid sous le feuillage,
Les fruits tombés de l'arbre, et ma place au soleil !

Alors, le front chargé de guirlandes fanées,
Tel qu'un vieux olivier parmi ses rejetons,
Je verrai de mes fils les brillantes années
Cacher mon tronc flétri sous leurs jeunes festons !

Alors j'entonnerai l'hymne de ma vieillesse,
Et, convive enivré des vins de ta bonté,
Je passerai la coupe aux mains de la jeunesse,
Et je m'endormirai dans ma félicité !



Alphonse de Lamartine

_________________
Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse. Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que ce soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par abricotedapi le Mer 22 Mai 2013 - 15:05

"Le Lac" de Lamartine
"Ballade des dames du temps jadis" de Villon
"Quand vous serez bien vieille" de Ronsard, qui a déjà été donné je crois

_________________
2013-2014 : 6e, 5e, 5e.

abricotedapi
Modérateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Zazk le Mer 22 Mai 2013 - 15:36

Et les "Stances à Marquise" de Corneille ?

Marquise si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu'à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m'a vu ce que vous êtes
Vous serez ce que je suis.

Cependant j'ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n'avoir pas trop d'alarmes
De ces ravages du temps.
Vous en avez qu'on adore;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.

Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu'il me plaira de vous.

Chez cette race nouvelle,
Où j'aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu'autant que je l'aurai dit.

Pensez-y, belle Marquise.
Quoiqu'un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu'on le courtise,
Quand il est fait comme moi

Petit rappel : Brassens a mis ce poème en musique ... et y a ajouté la réponse imaginée de Marquise :
"Peut-être que je serai vieille répond Marquise cependant
J'ai vingt-six ans mon vieux Corneille et je t'emmerde en attendant" Wink

Zazk
Niveau 9


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Provence le Mer 22 Mai 2013 - 17:37

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu

Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Rutebeuf (1230-1285)
Adaptation en Français moderne


Provence
Esprit sacré


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Sei le Mer 22 Mai 2013 - 17:41

Je pense au "Colloque sentimental" de Verlaine, mais il ne convient peut-être pas tout à fait.

Colloque sentimental

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

- Te souvient-il de notre extase ancienne?
- Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois-tu mon âme en rêve? - Non.

Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! - C'est possible.

- Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir !
- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.


Sei
Neoprof expérimenté


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par saocae le Mer 22 Mai 2013 - 19:41

"Mon âme a plus de feu" de Victor Hugo
"Sous le pont Mirabeau" d'Apollinaire

saocae
Niveau 7


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par val09 le Mer 22 Mai 2013 - 19:44

Moi je fais

"Qd vous serez bien vieille"
"L'Horloge"
" Le Pont Mirabeau"
"Le Lac"

+ relation poésie / chanson
"Mistral Gagnant"

_________________
Plus vraiment "néo" Wink : prof de LM depuis 2001

val09
Erudit


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par dorémy le Mer 22 Mai 2013 - 19:59

C'est pas vraiment un poème mais un beau texte de Barcella sur Alzheimer:



Dernière édition par dorémy le Mer 22 Mai 2013 - 21:19, édité 1 fois

dorémy
Neoprof expérimenté


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par badin le Mer 22 Mai 2013 - 20:43

"Les vieux" de Jacques BREL

badin
Niveau 7


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Lilypims le Mer 22 Mai 2013 - 20:49

"Je n'ai plus que les os", Ronsard

_________________
...il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer...

Lilypims
Esprit éclairé


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par dorémy le Mer 22 Mai 2013 - 21:15

badin a écrit:"Les vieux" de Jacques BREL


coeurs

dorémy
Neoprof expérimenté


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poèmes lyriques sur la vieillesse (ou le temps qui passe) ? des idées ?

Message par Anacyclique le Mer 22 Mai 2013 - 21:25

dorémy a écrit:
badin a écrit:"Les vieux" de Jacques BREL


coeurs

Magnifique ! C'est ce qui m'est venu à l'esprit tout de suite, mais pas tout à fait dans les clous ("je" lyrique...).

_________________
Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse. Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que ce soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir...

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum