L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Olympias le Ven 24 Mai 2013 - 16:49

Issu du blog de Jean Quatremer qui suit les question européennes pour Libération

Voici un texte remarquable, publié par Libération du 21 mai, signé par des universitaires étrangers qui condamnent le projet de loi du gouvernement de François Hollande d'autoriser l'enseignement en anglais en France au nom de la «compétitivité». Tous les arguments y sont et je ne saurais mieux dire, d'où ma décision de le publier à nouveau sur ce blog, car je ne partage évidemment pas la ligne de mon journal («Let's do it», a-t-on titré ce lundi, comme un écho au très Nike «just do it»). Si on accepte cette innovation, je ne comprends plus pourquoi on défend encore l'exception culturelle : pourquoi ne pas ouvrir tout grand nos frontières à la culture nord-américaine et renoncer à la nôtre, toujours au nom de la «compétitivité» ? Un point important pour éviter les mauvais procès : il ne s'agit pas de s'opposer à l'apprentissage des langues, bien au contraire. Mais apprendre dans une autre langue, c'est autre chose. Comme le dit très bien le philosophe Michel Serres, qui enseigne aux Etats-Unis, «une langue vivante, c'est une langue qui peut tout dire. J'ai vu mourir des langues en France - le breton, l'alsacien, le gascon... - parce qu'elles ne pouvaient pas tout dire. Elles ne disent pas hexaèdre ou ADN. Et si vous ne dites plus hexaèdre ou ADN en français, le français est virtuellement mort".


«Le Parlement français (se prépare à adopter) un projet de loi qui risque de contribuer à l’expansion rapide de l’anglais comme vecteur principal d’enseignement dans le système universitaire français. Nous, qui décidons depuis la Chine, le Brésil, les Etats-Unis, l’Europe centrale, de l’envoi de nos étudiants en France, nous nous permettons de vous mettre en garde contre la disposition législative envisagée, présentée comme un remède miracle pour favoriser «l’attractivité» de vos universités auprès de nos étudiants.

Elle repose en fait sur une double erreur d’appréciation. La première porte sur les raisons qui conduisent des étudiants étrangers à faire le choix de la France. Pas plus que les touristes ne viennent chercher dans votre pays des Starbucks ou des McDonald’s, nos étudiants n’aspirent à recevoir en anglais, dans vos universités ou grandes écoles, une formation que, sans vouloir vous désobliger, vos partenaires anglophones sont mieux armés que vous pour dispenser. La mondialisation, qui provoque des phénomènes d’uniformisation, a cet effet paradoxal de faire de la diversité une valeur : ce que les meilleurs d’entre eux viennent chercher en France, la raison pour laquelle nous les y envoyons, c’est justement une autre façon de penser, une autre façon de voir le monde, un modèle culturel alternatif aux modèles anglo-saxons dominants. Nous avons impérativement besoin de cette autre voie. Or, cette différence est liée à la langue que vous parlez.

Si le savoir est universel, la langue qui permet d’y accéder, elle, ne l’est jamais. Les langues ne sont pas interchangeables, on ne dit pas la même chose dans une langue et dans une autre. Vous avez la chance de disposer en français d’un formidable capital d’intelligence lié à une tradition plusieurs fois séculaire : ne le dilapidez pas en renonçant à la langue qui le constitue. Il est absurde de considérer le français comme un obstacle à l’attractivité de votre pays : dans la concurrence mondiale, il représente votre avantage comparatif, votre valeur différentielle.

Enfin, en venant en France, et parce que votre pays est une porte d’entrée vers le Maghreb et l’Afrique, nos étudiants cherchent aussi à bénéficier d’un tremplin, en accédant par votre intermédiaire à ce vaste espace francophone, à ses richesses, à ses perspectives de développement. Prenez garde à ne pas décourager les pays qui en font partie, car comment voulez-vous qu’ils conservent l’usage du français dans leurs systèmes éducatifs si vous-même y renoncez ? Il est douteux que votre intérêt soit de brader les avantages économiques que vous pouvez tirer de solidarités linguistiques forgées par l’histoire.

Améliorez vos infrastructures universitaires, facilitez l’obtention des visas, simplifiez les formalités administratives, offrez des perspectives de carrière aux étudiants étrangers que vous accueillez, renforcez chez eux, mais aussi chez les Français eux-mêmes, la maîtrise des langues : tels sont en France, comme partout ailleurs, les objectifs à poursuivre pour améliorer l’attractivité d’un système d’enseignement. Mais ne renoncez pas à l’usage de votre langue dans la transmission des savoirs, car en vous appauvrissant vous-même, vous appauvrirez aussi le monde entier.»

Emily Apter New York University, responsable de collection à Princeton University Press; Izabela Aquino Bocayuva Directrice du Centre de philosophie, université de Rio de Janeiro; Xiaoquan Chu Doyen de l’Institut des langues et de la littérature étrangère, université Fudan, Chine; Jacques Lezra Department of Comparative Literature, New York University; Michael Loriaux Professor of Political Science, Northwestern University; Nobutaka Miura Professeur à l’université Chûo, Japon; Myroslav Popovych Directeur de l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences d’Ukraine; Dumitru Topan Recteur de l’université de Craiova, Roumanie; Fernando Santoro Directeur du programme de doctorat, université de Rio de Janeiro.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Condorcet le Ven 24 Mai 2013 - 16:50

Et voilà, un texte de loi entier et un seul article évoqué ! Quelquefois, j'ai envie de vous faire manger ma thèse (solidairement), annexes comprises (le papier est recyclable et je vous fais grâce de la couverture) ! Je n'arrive même pas à m'énerver tellement cela me laisse abattu. oculos habent et non videbunt. Les arguments évoqués sont pertinents mais qui pour s'indigner de la bibliométrie, du facteur h, de la recherche sur contrat ?

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Nadejda le Ven 24 Mai 2013 - 16:58

PaoloSarpi a écrit:Et voilà, un texte de loi entier et un seul article évoqué ! Quelquefois, j'ai envie de vous faire manger ma thèse (solidairement), annexes comprises (le papier est recyclable et je vous fais grâce de la couverture) ! Je n'arrive même pas à m'énerver tellement cela me laisse abattu. oculos habent et non videbunt. Les arguments évoqués sont pertinents mais qui pour s'indigner de la bibliométrie, du facteur h, de la recherche sur contrat ?

J'avais critiqué le projet Fioraso à mon oral, tu ne me feras pas manger ta thèse, dis ? Razz

fleurs fleurs2
J'ai lu les liens que tu as postés sur l'autre topic. On se demande quelles bonnes volontés il peut rester après cette purge...

Nadejda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Condorcet le Ven 24 Mai 2013 - 17:04

Je suis découragé (par le contexte) et n'ai qu'une seule envie : laisser tout en plan (la thèse ainsi). Après tout, en décembre dernier, j'ai publié un papier de 30 pages qui la résume assez fidèlement, je pense.
Je te fais grâce du papier mâché lol! . Quoique avec un bon stylo bic ancienne version, il aurait permis de fabriquer des boulettes de premier ordre Laughing

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Syria Forel le Ven 24 Mai 2013 - 23:07

Je respecte Michel Serres, mais il faut se garder des raccourcis hâtifs et réducteurs.
Olympias : Si la plupart des langues et dialectes régionaux ont disparu, ce n'est pas tant à cause de leur inadaptation au contexte socio-économique de l'époque ou à leur prétendue pauvreté lexicale, qu'à la volonté politique d'imposer une langue unique à tout le territoire français.
Depuis 2008, la Constitution reconnaît que les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France, mais ne nous leurrons pas : le mal est fait.

Wink A mon avis, "Let's do it" louche plus du côté des Black Eyed Peas que de Nike !

Ce qui serait intéressant, c'est de savoir exactement ce qui pousse les étudiants étrangers à venir étudier en France, et si la pratique du français est un critère déterminant.
Il y a certainement des études faites dans ce domaine. A voir ...

Paolo : j'ai de gros doutes sur ton régime sous-protéiné Laughing

Syria Forel
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Caspar Goodwood le Ven 24 Mai 2013 - 23:10

Une langue puissante politiquement trouve le moyen de créer les mots nécessaires au fil des évolutions techniques, scientifiques et autres... On le voit bien avec l'hébreu moderne par exemple.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Condorcet le Ven 24 Mai 2013 - 23:16

Syria : pourtant c'est un papier de première qualité ! Laughing

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Olympias le Ven 24 Mai 2013 - 23:20

Le premier paragraphe est du journaliste de Libé, Jean Quatremer.
Le point de vue des universitaires commence avec l'ouverture des guillemets.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Syria Forel le Ven 24 Mai 2013 - 23:54

My mistake, Olympias Very Happy Mais cela ne change pas mon opinion sur la disparition des langues langues et dialectes régionaux.

Paolo, je n'en doute pas un seul instant Wink

Syria Forel
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Olympias le Ven 24 Mai 2013 - 23:58

@Syria Forel a écrit:My mistake, Olympias Very Happy Mais cela ne change pas mon opinion sur la disparition des langues langues et dialectes régionaux.

Paolo, je n'en doute pas un seul instant Wink

Pourtant, le français et les langues régionales ne sont pas incompatibles... la disparition d'une langue, d'un dialecte, est toujours une catastrophe culturelle

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'enseignement en anglais en France, une erreur historique

Message par Syria Forel le Sam 25 Mai 2013 - 0:29

Oui, tu as raison.

As-tu lu "un bonheur insoutenable" d'Ira Levin?


Syria Forel
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum