Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Ancolie le Sam 1 Juin 2013 - 19:19

@Roumégueur Ier a écrit:Deux conseils de discipline cette année dans mon établissement qui ont statué sur un renvoi de deux élèves terriblement perturbants et dangereux pour les autres (menaces, racket, trafic, attitude inacceptable en cours, sentiment d'impunité, injures au personnel adulte...).
Ben vous n'allez pas le croire : après leur départ, on a pu se remettre gentiment au travail avec les classes, elles-mêmes soulagées de voir que l'institution prend parfois ses responsabilités.
Alors mémère la médiatrice, t'es gentille mais à moins de venir prendre le relais et nous montrer comment continuer sans virer, tu te fais discrète, merci.

Un des conseils a abouti à une exclusion dans un de mes établissements, le cde a eu des remerciements de certains parents inquiets pour leurs enfants affraid En tout cas ça a remis aussi les pendules à l'heure.
L'élève est venu frappé dans l'autre établissement où je bosse, refus car classe trop chargée , et là le cde a trouvé scandaleux qu'un élève se fasse virer à trois mois du brevet.
Il faut dire que la décision de l'exclusion a été prise de façon collective, dans l'autre établissement le chef veut tout décider et a une gestion plus laxiste.

Ancolie
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Ancolie le Sam 1 Juin 2013 - 19:25

Dans mon précédent établissement une famille est venue avec son avocat au conseil de discipline de son fils Suspect

Ancolie
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Lilypims le Sam 1 Juin 2013 - 19:40

@JPhMM a écrit:
@Lilypims a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Gryphe a écrit:
@Ergo a écrit: grâce, cependant, au combat quotidien des équipes sur le terrain et à celui des syndicats sur place, dans la rue et dans les hautes instances, en s'engageant dans un combat collectif, nous pourrons faire front face à ce tissu d'inepties et contribuer à améliorer nos conditions de travail et la prise en charge des élèves. chevalier
Eh ben voilà ! cheers

topela



(Bon, "dans la rue", c'est pas trop mon truc, mais on ne se refait pas, hein... pingouin )
Je crois que pour combattre cette tendance lourde de la société (bien au-delà de la sphère pédagogique), le combat collectif est inefficace, car il me semble manquer sa cible. En éducation comme ailleurs, l'étouffement est le fruit d'un culte généralisé de la honte. Personne n'a besoin d'être derrière nous pour nous dire si ce que nous faisons est conforme au rouleau compresseur de l'étouffement du pouvoir-être tout authentique. Peu à peu la globalisation du tous-chez-tous et l'absolue permanence du panoptique inversé du peer-to-peer nous fige dans la honte d'être nous, de penser autre chose que les autres, la honte d'être un qui n'est pas les autres.
Pour faire front, il faut d'abord tuer cette honte. Et ce meurtre se fait dans la plus complète des solitudes, par définition et par nécessité.

Je ne comprends pas vraiment la référence au peer-to-peer. Embarassed Pourrais-tu m'éclairer ?
La chose est largement étudiée, positivement ou négativement.
Pour le plaisir, je te laisse lire les mots de David Brin : http://hplusmagazine.com/2011/05/23/david-brin-on-the-path-to-positive-sousveillance/

Mais Facebook est déjà un objet du panoptique participatoire annoncé (et pourtant présent depuis quelques années déjà. Nous baignons dans la sousveillance généralisée.).

[HS off]
Merci pour le lien.

Lilypims
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Frisouille le Sam 1 Juin 2013 - 20:11

@Catalunya a écrit:
de maintenir dans les établissements les élèves exclus dans l’attente de leur réaffectation
je suis tombé de mon lit. Curieux de voir le comportement d'un élève déjà exclu alors qu'il n'a rien à perdre Very Happy

On en a eu un comme cette année, 15 en 5ème, 3 semaines au collège en attente d'être transférer dans un autre bahut, il passait sa journée à traîner, tous les bad boys and girls n'ont eu qu'une envie, le rejoindre pour s'emm....er ensemble... Rolling Eyes

Entendu la médiatrice à la radio hier, je t'en ficherai de la délocalisation de conseil de disc'. furieux

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par kiwi le Sam 1 Juin 2013 - 21:08

@Schéhérazade a écrit:
Il faut protéger la société de leurs méfaits. Si on ne peut rien pour eux, on peut au moins éviter qu'ils ne rendent l'existence impossible aux autres.
Ceux qui volent et trafiquent transgressent la loi et devraient être punis.

Le problème, c'est qu'avec le système tel qu'il existe aujourd'hui, on ne protège en rien les autres des méfaits des élèves ne respectant aucune norme. Tu en vires un, tu en récupères un autre. Et ainsi de suite.

Quant à dire que ça sert d'exemple pour les autres. M'ouais... Bof. Le conseil de discipline fait de moins en moins peur.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par kiwi le Sam 1 Juin 2013 - 21:11

@Paratge a écrit:Ma femme a été frappée par un élève.
Conseil de discipline et exclusion.
Je ne vais pas pleurer pour ce pauvre type !

C'est sûr. Le problème, c'est que cet élève va commettre probablement les mêmes méfaits ailleurs.
Il est là le problème : on vire, car c'est la seule alternative que l'on a. Mais c'est refourguer le problème aux autres. Et on récupère d'autres énergumènes. Et ainsi de suite. Les vases communiquant, tout ça...


kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Marie Laetitia le Sam 1 Juin 2013 - 21:13

@kiwi a écrit:
@Schéhérazade a écrit:
Il faut protéger la société de leurs méfaits. Si on ne peut rien pour eux, on peut au moins éviter qu'ils ne rendent l'existence impossible aux autres.
Ceux qui volent et trafiquent transgressent la loi et devraient être punis.

Le problème, c'est qu'avec le système tel qu'il existe aujourd'hui, on ne protège en rien les autres des méfaits des élèves ne respectant aucune norme. Tu en vires un, tu en récupères un autre. Et ainsi de suite.

Quant à dire que ça sert d'exemple pour les autres. M'ouais... Bof. Le conseil de discipline fait de moins en moins peur.

Plus ça va et plus je me dis que c'est le discours que nous servent certains CDE (pardon Gryphe, je n'ai pas dit "les" CDE) pour limiter les demandes de CE parce que ce n'est pas bon pour leurs stats. On en récupère d'autres, OK. Soit ils se calment, soient ils jartent, eux aussi. Et ainsi de suite. Quand les multi-exclus auront fait le tour de tous les bahuts, il faudra bien que les rectorats (et le ministère) se penchent enfin sur le problème de ces élèves.

Reprendre ces arguments c'est à notre insu avaliser un système qui nous méprise, puisque nous sommes là d'abord pour éviter qu'il y ait des incidents, donc il ne faut pas être trop exigeant, sinon quelques pauv'chéris vont exploser.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par kiwi le Sam 1 Juin 2013 - 21:18

@Marie Laetitia a écrit:
@kiwi a écrit:
@Schéhérazade a écrit:
Il faut protéger la société de leurs méfaits. Si on ne peut rien pour eux, on peut au moins éviter qu'ils ne rendent l'existence impossible aux autres.
Ceux qui volent et trafiquent transgressent la loi et devraient être punis.

Le problème, c'est qu'avec le système tel qu'il existe aujourd'hui, on ne protège en rien les autres des méfaits des élèves ne respectant aucune norme. Tu en vires un, tu en récupères un autre. Et ainsi de suite.

Quant à dire que ça sert d'exemple pour les autres. M'ouais... Bof. Le conseil de discipline fait de moins en moins peur.

Plus ça va et plus je me dis que c'est le discours que nous servent certains CDE (pardon Gryphe, je n'ai pas dit "les" CDE) pour limiter les demandes de CE parce que ce n'est pas bon pour leurs stats. On en récupère d'autres, OK. Soit ils se calment, soient ils jartent, eux aussi. Et ainsi de suite. Quand les multi-exclus auront fait le tour de tous les bahuts, il faudra bien que les rectorats (et le ministère) se penchent enfin sur le problème de ces élèves.

Mais c'est que c'est vrai!!! Tu en vires un, tu peux être sûr qu'un mois plus tard, tu en récupères un autre venu d'un établissement du secteur. Déjà deux anges comme ça qu'on récupère cette année. Alors l'un ça va, c'est un 3ème, on le supportera pas longtemps. Mais l'autre c'est un 6ème... faut voir un peu... C'est le principe. Ces enfants ont moins de 16ans et doivent donc être scolarisés. Il faut bien les caser dans un établissement. Je pense que tu as la possibilité de refuser, mais pas systématiquement, surtout lorsque tu as renvoyé un élève définitivement au cours de l'année. En tout cas sur Versailles, c'est comme ça que ça marche. J'ai même vu des bahuts avec des sortes de "partenariat" entre établissement. Un élève viré là va là.

J'oubliais les multi-exclus : déjà vu une fois un élève ayant fait le tour de tous les établissements du coin revenir dans son établissement d'origine. Si si, je vous jure. Donc non, l'institution ne se préoccupe pas de ces élèves.


kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par harry james le Sam 1 Juin 2013 - 21:24

Entre un perturbateur potentiellement violent qui s'obstine à ne pas accepter les règles de vie en communauté et les 26 autres élèves de sa classe, j'ai choisi.
Entre ce même perturbateur et l'ensemble des élèves, l'établissement choisit.
C'est dehors.
Je n'ai aucun scrupule, la majorité qui fait l'effort doit s'en sortir.
Si l'institution n'a pas prévu de structure adaptée pour ce genre d'énergumène, c'est elle qui l'exclut, pas le conseil de discipline qui sauve les autres en en virant un.

Envie de pleurer moi aussi là.
Quand on pense qu'il faut cesser le travail pour obtenir la tenue d'un conseil de discipline pour un élève ayant levé la main sur un collègue en le menaçant.
( je vous épargne les " j'ai une autre version des élèves et des parents"....du CDE)

Je pense comme JPhMM, il me semble certain qu'ils casseront le mur pour voir plus loin.... Sad

_________________
Merdre lachez tout! Partez sur les routes!


Out of sorrow entire worlds have been built
Out of longing great wonders have been willed
[...]
Outside my window, the world has gone to war
Are you the one that I've been waiting for?

harry james
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par V.Marchais le Sam 1 Juin 2013 - 21:29

Reprendre l'élève au collège en attendant sa réaffectation... C'est ça...

Cette semaine, on en a viré un qui, après nous avoir joué Les Oeuvres Complètes de Jobard 1er, a explosé en plein cours et sorti à une de mes collègues un chapelet d'injures tellement gratiné que je n'oserai même pas en répéter les premiers mots ici. Viré par conseil de disc, donc. Inimaginable qu'il revienne en cours tranquillement le lendemain, même en instance de réaffectation. Chez nous, ce serait on débraye d'abord, on discute ensuite. Ils ont qu'à se bouger le cul pour réaffecter plus vite, mais dans les cas qui ont entraîné des exclusions définitives (qui ne sont jamais prononcées à la légère vu comment les conseils de disc se sont judiciarisés), il est impensable que l'élève concerné retourne en classe.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par kiwi le Sam 1 Juin 2013 - 21:39

@V.Marchais a écrit:Reprendre l'élève au collège en attendant sa réaffectation... C'est ça...

Cette semaine, on en a viré un qui, après nous avoir joué Les Oeuvres Complètes de Jobard 1er, a explosé en plein cours et sorti à une de mes collègues un chapelet d'injures tellement gratiné que je n'oserai même pas en répéter les premiers mots ici. Viré par conseil de disc, donc. Inimaginable qu'il revienne en cours tranquillement le lendemain, même en instance de réaffectation. Chez nous, ce serait on débraye d'abord, on discute ensuite. Ils ont qu'à se bouger le cul pour réaffecter plus vite, mais dans les cas qui ont entraîné des exclusions définitives (qui ne sont jamais prononcées à la légère vu comment les conseils de disc se sont judiciarisés), il est impensable que l'élève concerné retourne en classe.

On est bien d'accord. D'où la nécessité d'avoir des structures efficaces pour reprendre ces élèves immédiatement après leur exclusion, afin de leur inculquer les normes de l'institution et de la vie en collectivité, et de les remettre dans une dynamique d'apprentissage. Tout le monde y gagnerait : l'élève, les autres élèves, les professeurs. Mais non, on préfère plutôt refiler le bébé à l'établissement B, où il y a 95% de chance pour qu'il reproduise les mêmes méfaits que dans l'établissement A (s'il n'avait pas compris dans l'établissement A, il ne comprendra pas plus ses fautes dans l'établissement B), on préfère qu'il soit déscolarisé pendant un mois ou deux, histoire qu'il augmente ses connaissances en matière de délinquance et qu'en plus, il viennent faire chi*er tout le monde devant l'établissement A. C'est vrai, c'est tellement mieux comme façon de fonctionner... Rolling Eyes Ou encore, on demande de reprendre l'élève en attendant...
Le conseil de discipline avec exclusion définitive est une bêtise absolue s'il n'y a pas de structure spécialisée pour reprendre en main ces élèves. Mais structure spécialisée, ça coûte trop cher. C'est plus facile de dire aux établissements de ne plus faire de conseils de discipline.






kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Marie Laetitia le Sam 1 Juin 2013 - 21:41

@kiwi a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@kiwi a écrit:
@Schéhérazade a écrit:
Il faut protéger la société de leurs méfaits. Si on ne peut rien pour eux, on peut au moins éviter qu'ils ne rendent l'existence impossible aux autres.
Ceux qui volent et trafiquent transgressent la loi et devraient être punis.

Le problème, c'est qu'avec le système tel qu'il existe aujourd'hui, on ne protège en rien les autres des méfaits des élèves ne respectant aucune norme. Tu en vires un, tu en récupères un autre. Et ainsi de suite.

Quant à dire que ça sert d'exemple pour les autres. M'ouais... Bof. Le conseil de discipline fait de moins en moins peur.

Plus ça va et plus je me dis que c'est le discours que nous servent certains CDE (pardon Gryphe, je n'ai pas dit "les" CDE) pour limiter les demandes de CE parce que ce n'est pas bon pour leurs stats. On en récupère d'autres, OK. Soit ils se calment, soient ils jartent, eux aussi. Et ainsi de suite. Quand les multi-exclus auront fait le tour de tous les bahuts, il faudra bien que les rectorats (et le ministère) se penchent enfin sur le problème de ces élèves.

Mais c'est que c'est vrai!!! Tu en vires un, tu peux être sûr qu'un mois plus tard, tu en récupères un autre venu d'un établissement du secteur. Déjà deux anges comme ça qu'on récupère cette année. Alors l'un ça va, c'est un 3ème, on le supportera pas longtemps. Mais l'autre c'est un 6ème... faut voir un peu... C'est le principe. Ces enfants ont moins de 16ans et doivent donc être scolarisés. Il faut bien les caser dans un établissement. Je pense que tu as la possibilité de refuser, mais pas systématiquement, surtout lorsque tu as renvoyé un élève définitivement au cours de l'année. En tout cas sur Versailles, c'est comme ça que ça marche. J'ai même vu des bahuts avec des sortes de "partenariat" entre établissement. Un élève viré là va là.

J'oubliais les multi-exclus : déjà vu une fois un élève ayant fait le tour de tous les établissements du coin revenir dans son établissement d'origine. Si si, je vous jure. Donc non, l'institution ne se préoccupe pas de ces élèves.


Qui a dit que ce n'était pas vrai? Le chantage fonctionne parce que c'est vrai. Je sais bien comment fonctionne le jeu. Nous aussi nous avons eu des exclusions, suivi de l'arrivée, tiens, en 4e, une péronnelle qui a totalement pourri une classe déjà faible. Elle multiplie les insolences, les perturbations en classe, répond, refuse de respecter les consignes, circule dans la classe, grossière, vulgaire, provoque quand ça lui chante. La classe s'est même plaint du climat pourri depuis qu'elle est là. Des 3e étaient choquées parce qu'elle s'envoit en l'air dans les buissons près de l'établissement avec des 3e. Bref, une jeune fille bien sous tous rapports. Rolling Eyes Mais sous prétexte que l'on pourrait avoir pire ou le même type de profil, il faut la supporter en attendant qu'elle frappe un autre élève. Ben voyons.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par MelanieSLB le Sam 1 Juin 2013 - 21:47

@kiwi a écrit:
@Paratge a écrit:Ma femme a été frappée par un élève.
Conseil de discipline et exclusion.
Je ne vais pas pleurer pour ce pauvre type !

C'est sûr. Le problème, c'est que cet élève va commettre probablement les mêmes méfaits ailleurs.


Pas nécessairement. C'est la minute espoir: élève exclu de ma 4e pourrie cette année pour diverses insultes, racket, vol dans le sac d'un prof,...: il est venu faire coucou au prof dont il avait volé le portable il y a une semaine lors d'un événement sportif pendant lequel le collège était complètement ouvert au tout venant, et il lui a montré son carnet avec un mot du P.P: un mois et demi de présence, aucun problème de discipline, bravo (ou un truc du genre, je ne me souviens plus des termes exacts).

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)

MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par V.Marchais le Sam 1 Juin 2013 - 21:48

Perso, avec les multi-exclus, je suis rude.

Quand un enfant ne veut rien entendre malgré les nombreuses perches qu'on peut tendre avant d'en arriver à un conseil de disc, quand il ne change rien à son comportement malgré une ou deux exclusions définitives, soit il a un problème psy, et ça relève de structures spécialisées, en tout cas, ça dépasse les compétences d'un bahut lambda ; soit c'est juste un emmerdeur fini, et emmerder les autres sciemment comme ça, on n'a pas le droit. Et les autres élèves aussi ont des droits. Je rappelle que c'est la scolarité qui est obligatoire, pas le collège en tant que lieu. CNED pour les emmerdeurs, histoire de les priver de public et de victimes. Il est scandaleux qu'une poignée de gamins mal élevés ruine tant de classes.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par V.Marchais le Sam 1 Juin 2013 - 21:50

Moi aussi j'ai vu des élèves changer du tout au tout après une exlcusion définitive : ils étaient sortis d'un environnement délétère, libéré d'un personnage de caïd dans lequel ils étaient enfermés... Parfois, c'est vraiment un nouveau départ. Heureusement.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par dandelion le Sam 1 Juin 2013 - 21:52

Me trompé-je ou cette dame devrait également jouer les médiatrices pour les enseignants? Elle ne reçoit donc jamais de courriers d'enseignants à bout car un élève a décidé de les faire craquer et que l'administration ne fait rien, elle ne reçoit jamais de courriers des familles d'enseignants ayant mis fin à leur jour à force de se faire harceler/ insulter / agresser. Oui, il faut prendre en charge les jeunes, mais pas au mépris du reste du monde. Au lieu d'un monde pour les héros, nous aurons un monde pour les bourreaux? Comment des personnes incarnant l'Etat peuvent-elles à ce point nier la société au profit d'un individualisme victimaire mal placé? Pour passer en conseil de discipline de nos jours il faut en avoir fait de sévères, évidemment dans ce cas on peut avoir le sentiment que la chose est déjà jugée, mais cela vient simplement du fait que la plupart des manquements ne sont plus jugés du tout.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Marie Laetitia le Sam 1 Juin 2013 - 21:56

@V.Marchais a écrit:Perso, avec les multi-exclus, je suis rude.

Quand un enfant ne veut rien entendre malgré les nombreuses perches qu'on peut tendre avant d'en arriver à un conseil de disc, quand il ne change rien à son comportement malgré une ou deux exclusions définitives, soit il a un problème psy, et ça relève de structures spécialisées, en tout cas, ça dépasse les compétences d'un bahut lambda ; soit c'est juste un emmerdeur fini, et emmerder les autres sciemment comme ça, on n'a pas le droit. Et les autres élèves aussi ont des droits. Je rappelle que c'est la scolarité qui est obligatoire, pas le collège en tant que lieu. CNED pour les emmerdeurs, histoire de les priver de public et de victimes. Il est scandaleux qu'une poignée de gamins mal élevés ruine tant de classes.

topela

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par kiwi le Sam 1 Juin 2013 - 21:59

@Marie Laetitia a écrit:
@V.Marchais a écrit:Perso, avec les multi-exclus, je suis rude.

Quand un enfant ne veut rien entendre malgré les nombreuses perches qu'on peut tendre avant d'en arriver à un conseil de disc, quand il ne change rien à son comportement malgré une ou deux exclusions définitives, soit il a un problème psy, et ça relève de structures spécialisées, en tout cas, ça dépasse les compétences d'un bahut lambda ; soit c'est juste un emmerdeur fini, et emmerder les autres sciemment comme ça, on n'a pas le droit. Et les autres élèves aussi ont des droits. Je rappelle que c'est la scolarité qui est obligatoire, pas le collège en tant que lieu. CNED pour les emmerdeurs, histoire de les priver de public et de victimes. Il est scandaleux qu'une poignée de gamins mal élevés ruine tant de classes.

topela

Mais enfin, vous savez très bien que ce type d'élève ne sera jamais scolarisé à domicile via le cned. Donc un emmerdeur ira pourrir un autre établissement.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par V.Marchais le Sam 1 Juin 2013 - 22:06

Il ne le sera jamais par ses parents en l'état actuel des choses. Mais il faudrait une loi qui limite les possibilités de se refiler les cas extrêmes. Coco, t'as 3 chances, pas une de plus. 3e exclusion, c'est CNED obligatoire, plus d'inscription dans une établissement public. Ça en calmerait peut-être certains. Là, les plus extrêmes s'en foutent : rien ne change vraiment pour eux. Ils sont habitués à se faire virer et repartir aussitôt comme en 14. J'ai dans une de mes classes une élève hyper-agressive, qui a déjà fait 2 bahuts dans cette seule année scolaire, et qu'on aurait matière à traduire à nouveau devant le conseil de disc. Elle s'en cogne. Mais elle ne supporte pas sa mère, et si on lui disait : prochaine exclusion, fini de jouer les vedettes en classe, tu te pèles maman 24h/24, elle y réfléchirait peut-être à deux fois.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par dandelion le Sam 1 Juin 2013 - 22:08

@kiwi a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@V.Marchais a écrit:Perso, avec les multi-exclus, je suis rude.

Quand un enfant ne veut rien entendre malgré les nombreuses perches qu'on peut tendre avant d'en arriver à un conseil de disc, quand il ne change rien à son comportement malgré une ou deux exclusions définitives, soit il a un problème psy, et ça relève de structures spécialisées, en tout cas, ça dépasse les compétences d'un bahut lambda ; soit c'est juste un emmerdeur fini, et emmerder les autres sciemment comme ça, on n'a pas le droit. Et les autres élèves aussi ont des droits. Je rappelle que c'est la scolarité qui est obligatoire, pas le collège en tant que lieu. CNED pour les emmerdeurs, histoire de les priver de public et de victimes. Il est scandaleux qu'une poignée de gamins mal élevés ruine tant de classes.

topela

Mais enfin, vous savez très bien que ce type d'élève ne sera jamais scolarisé à domicile via le cned. Donc un emmerdeur ira pourrir un autre établissement.
Oui mais pourquoi? Franchement, si les parents savaient que c'est ce qui leur pend au nez, il y a quelques gamins qui seraient calmés vite fait. L'Etat-Providence, quand on en arrive là, ça devient n'importe quoi et ça coûte atrocement cher en temps de crise de gâcher la scolarité de classes entières à cause de quelques uns. D'ailleurs, si mes enfants avaient été scolarisés dans certaines des classes que j'ai eues j'aurais fait un malheur auprès de l'administration (c'est d'ailleurs bien pour ça que l'administration essaie de transformer les enseignants en bouc-émissaires, ça leur évite d'avoir à prendre leur responsabilités qui sont d'assurer des conditions d'étude décentes).

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Lefteris le Sam 1 Juin 2013 - 22:09

@dandelion a écrit:Me trompé-je ou cette dame devrait également jouer les médiatrices pour les enseignants? Elle ne reçoit donc jamais de courriers d'enseignants à bout car un élève a décidé de les faire craquer et que l'administration ne fait rien, elle ne reçoit jamais de courriers des familles d'enseignants ayant mis fin à leur jour à force de se faire harceler/ insulter / agresser. Oui, il faut prendre en charge les jeunes, mais pas au mépris du reste du monde. Au lieu d'un monde pour les héros, nous aurons un monde pour les bourreaux? Comment des personnes incarnant l'Etat peuvent-elles à ce point nier la société au profit d'un individualisme victimaire mal placé? Pour passer en conseil de discipline de nos jours il faut en avoir fait de sévères, évidemment dans ce cas on peut avoir le sentiment que la chose est déjà jugée, mais cela vient simplement du fait que la plupart des manquements ne sont plus jugés du tout.
La médiatrice ou le médiateur sont des personnages politiques, soit, ils agissent à la commande. Mais leur cabinet, composé de spécialistes tourne. Le médiateur ne traite pas les dossiers lui-même. Et l'honnêteté m'oblige à, dire que le cabinet du médiateur est remarquable, et que ma situation administrative, mise à mal par des chefaillons de rectorat (dans le cadre d'un reclassement) , a été rétablie plusieurs fois par les injonctions du médiateur (enfin de ses services) .

Je n'en dis pas plus , ayant déjà été reconnu ici par des gens qui me connaissaient, mais je ne peux qu'encourager les enseignants à saisir le médiateur , compétent sur une large palette de litiges, du pré- recours contentieux à la mesure d'ordre intérieur en passant par le conflit externe , ça fera remonter les problèmes, enfin ...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par V.Marchais le Sam 1 Juin 2013 - 22:12

Les profs ne font pas de malheur auprès de l'administration. Comme toutes les personnes un peu instruites du monde de l'éduc comme il va, pour peu qu'elles dépendent d'un collège un peu remuant, elles collent leurs mômes dans le privé. C'est aussi ça, la conséquence de nos choix actuels : la fuite des cerveaux - et pendant ce temps-là, on s'enfonce toujours davantage.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Schéhérazade le Sam 1 Juin 2013 - 22:14

@kiwi a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@V.Marchais a écrit:Perso, avec les multi-exclus, je suis rude.

Quand un enfant ne veut rien entendre malgré les nombreuses perches qu'on peut tendre avant d'en arriver à un conseil de disc, quand il ne change rien à son comportement malgré une ou deux exclusions définitives, soit il a un problème psy, et ça relève de structures spécialisées, en tout cas, ça dépasse les compétences d'un bahut lambda ; soit c'est juste un emmerdeur fini, et emmerder les autres sciemment comme ça, on n'a pas le droit. Et les autres élèves aussi ont des droits. Je rappelle que c'est la scolarité qui est obligatoire, pas le collège en tant que lieu. CNED pour les emmerdeurs, histoire de les priver de public et de victimes. Il est scandaleux qu'une poignée de gamins mal élevés ruine tant de classes.

topela

Mais enfin, vous savez très bien que ce type d'élève ne sera jamais scolarisé à domicile via le cned. Donc un emmerdeur ira pourrir un autre établissement.

Un emmerdeur ira pourrir un autre établissement tant qu'en effet les autorités décident que "ce type d'élève ne sera jamais scolarisé par le CNED" et que donc un autre établissement doit le supporter. Non, ce n'est pas juste. Et si on ne veut pas le scolariser par le CNED pour éviter qu'il ne nuise ailleurs qu'à l'école, il faut l'enfermer dans un centre éducatif fermé où il ne puisse pas nuire à des enfants plus fragiles que lui.
Sinon on ne s'intéresse qu'aux coupables; refuser de protéger la société de tels individus qui en refusent sciemment les règles (j'exclus les cas qui relèvent du soin), c'est la fragiliser et exposer injustement et de manière absurde les victimes présentes et à venir de ces sociopathes. Cela n'a que trop duré, que trop nui à trop d'élèves privés de leur droit à l'instruction et à la sécurité à cause de l'impunité délibérée de sociopathes, qui se confortent dans cette attitude et dans leur sentiment de toute-puissance en voyant qu'en effet leurs cibles sont réduites à l'impuissance.

Schéhérazade
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par dandelion le Sam 1 Juin 2013 - 22:16

@Lefteris a écrit:
@dandelion a écrit:Me trompé-je ou cette dame devrait également jouer les médiatrices pour les enseignants? Elle ne reçoit donc jamais de courriers d'enseignants à bout car un élève a décidé de les faire craquer et que l'administration ne fait rien, elle ne reçoit jamais de courriers des familles d'enseignants ayant mis fin à leur jour à force de se faire harceler/ insulter / agresser. Oui, il faut prendre en charge les jeunes, mais pas au mépris du reste du monde. Au lieu d'un monde pour les héros, nous aurons un monde pour les bourreaux? Comment des personnes incarnant l'Etat peuvent-elles à ce point nier la société au profit d'un individualisme victimaire mal placé? Pour passer en conseil de discipline de nos jours il faut en avoir fait de sévères, évidemment dans ce cas on peut avoir le sentiment que la chose est déjà jugée, mais cela vient simplement du fait que la plupart des manquements ne sont plus jugés du tout.
La médiatrice ou le médiateur sont des personnages politiques, soit, ils agissent à la commande. Mais leur cabinet, composé de spécialistes tourne. Le médiateur ne traite pas les dossiers lui-même. Et l'honnêteté m'oblige à, dire que le cabinet du médiateur est remarquable, et que ma situation administrative, mise à mal par des chefaillons de rectorat (dans le cadre d'un reclassement) , a été rétablie plusieurs fois par les injonctions du médiateur (enfin de ses services) .

Je n'en dis pas plus , ayant déjà été reconnu ici par des gens qui me connaissaient, mais je ne peux qu'encourager les enseignants à saisir le médiateur , compétent sur une large palette de litiges, du pré- recours contentieux à la mesure d'ordre intérieur en passant par le conflit externe , ça fera remonter les problèmes, enfin ...
C'est d'autant plus troublant qu'on se dit que son cabinet doit être très au fait des problèmes réels de l'EN (il y a fort longtemps j'avais eu recours au médiateur de la République et cela avait tout résolu en effet, après des mois d'atermoiements, de courriers et de rendez-vous). Son point de vue me semble en tout cas trop tranché et partisan compte-tenu de sa fonction.
V. Marchais, il y a des endroits où il n'y a pas de privé, tout le monde n'habite pas dans une grande ville. Dans ce cas là, tu fais quoi? Tu laisses ton gamin se faire tabasser? Je suis prof, mais je suis aussi contribuable, et je n'hésite jamais à le rappeler (et ça marche).

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par Marie Laetitia le Sam 1 Juin 2013 - 22:17

@kiwi a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@V.Marchais a écrit:Perso, avec les multi-exclus, je suis rude.

Quand un enfant ne veut rien entendre malgré les nombreuses perches qu'on peut tendre avant d'en arriver à un conseil de disc, quand il ne change rien à son comportement malgré une ou deux exclusions définitives, soit il a un problème psy, et ça relève de structures spécialisées, en tout cas, ça dépasse les compétences d'un bahut lambda ; soit c'est juste un emmerdeur fini, et emmerder les autres sciemment comme ça, on n'a pas le droit. Et les autres élèves aussi ont des droits. Je rappelle que c'est la scolarité qui est obligatoire, pas le collège en tant que lieu. CNED pour les emmerdeurs, histoire de les priver de public et de victimes. Il est scandaleux qu'une poignée de gamins mal élevés ruine tant de classes.

topela

Mais enfin, vous savez très bien que ce type d'élève ne sera jamais scolarisé à domicile via le cned. Donc un emmerdeur ira pourrir un autre établissement.

si si, ça arrive. Je me demande s'il n'y a pas déjà de tels cas dans mon académie...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conseils de discipline dans le collimateur de l'Éducation nationale

Message par V.Marchais le Sam 1 Juin 2013 - 22:17

Enfin, tant qu'il ne commet pas de délits graves, c'est pas la peine de l'enfermer non plus. L'école tout seul à la maison, c'est déjà sévère, comme punition.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum