Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Lilypims
Doyen

Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Lilypims le Lun 8 Juil 2013 - 16:02
J'aimerais introduire une séquence sur le carpe diem en poésie par une série de vanités en peinture et en photographie ; je recherche des œuvres représentant des fleurs. Quels sont les œuvres qui vous paraissent marquantes ? J'avais le souvenir d'une photographe qui avait réalisé une série de photographies monumentales dont le sujet était la tulipe. Je suis incapable de retrouver le nom de cette artiste. Si ça dit quelque chose à quelqu'un...

Connaîtriez-vous des carpe diem picturaux ?
thrasybule
Oracle

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par thrasybule le Lun 8 Juil 2013 - 17:04
Il y a bien la vanité aux échecs de Baugin avec des fleurs.
Mais, au risque de paraître ch.., penses-tu que les valeurs épicuriennes soient pertinentes pour analyser les Vanités?

_________________
Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/
avatar
Lilypims
Doyen

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Lilypims le Lun 8 Juil 2013 - 17:17
@thrasybule a écrit:Il y a bien la vanité aux échecs de Baugin avec des fleurs.
Mais, au risque de paraître ch.., penses-tu que les valeurs épicuriennes soient pertinentes pour analyser les Vanités?

Non.
Je comptais commencer par l'étude de quelques vanités pour introduire l'idée de la mort comme objet esthétique. Mais c'est encore flou. Et maintenant, ça me paraît idiot. Bon, merci quand même, Thrasy.
avatar
sinan
Niveau 6

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par sinan le Lun 8 Juil 2013 - 17:29
Pour répondre à ta question sur les carpe diem picturaux :
j'ai un collègue qui a fait une séquence sur ce thème et étudiait Les ambassadeurs d'Holbein.
J'avoue que j'ai un peu de mal à établir le lien, mais ce collègue est très calé et il devait avoir de bonnes raisons Embarassed 
thrasybule
Oracle

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par thrasybule le Lun 8 Juil 2013 - 17:31
@sinan a écrit:Pour répondre à ta question sur les carpe diem picturaux :
j'ai un collègue qui a fait une séquence sur ce thème et étudiait Les ambassadeurs d'Holbein.
J'avoue que j'ai un peu de mal à établir le lien, mais ce collègue est très calé et il devait avoir de bonnes raisons Embarassed 
Pourquoi tu ne vois pas le lien?

_________________
Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Ruthven le Lun 8 Juil 2013 - 17:35
@thrasybule a écrit:
Mais, au risque de paraître ch.., penses-tu que les valeurs épicuriennes soient pertinentes pour analyser les Vanités?

Il doit y avoir une possibilité d'entrée dans le thème à partir du thème paulinien :"Mangeons et buvons car demain nous mourrons." Trop crevé après 17 candidats à l'oral pour développer.
thrasybule
Oracle

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par thrasybule le Lun 8 Juil 2013 - 17:38
Quand tu seras remis, tu pourras en dire quelques mots?

_________________
Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Ruthven le Lun 8 Juil 2013 - 18:03
OK, il faut que je retrouve le livre de J. Salem, Cinq variations sur le plaisir, la sagesse et la mort. On n'est certes pas du côté des épicuriens, mais de ceux qu'il appelle "voluptueux inquiets".
avatar
gluche
Niveau 6

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par gluche le Lun 8 Juil 2013 - 23:35
@Lilypims a écrit:
Je comptais commencer par l'étude de quelques vanités pour introduire l'idée de la mort comme objet esthétique. Mais c'est encore flou. Et  maintenant, ça me paraît idiot.
Je ne trouve pas ça idiot. Disons que les vanités sont peut-être plus du côté du memento mori que du carpe diem, encore que la distinction entre les deux ne soit pas si nette.
Les Ambassadeurs, pour intéressant qu'il soit, me paraît moins adapté à ton projet.

Tu peux peut-être aller voir du côté des tableaux de Balthasar van der Ast.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par JPhMM le Lun 8 Juil 2013 - 23:43
@Lilypims a écrit:J'avais le souvenir d'une photographe qui avait réalisé une série de photographies monumentales dont le sujet était la tulipe. Je suis incapable de retrouver le nom de cette artiste. Si ça dit quelque chose à quelqu'un...
Sarah Moon peut-être ?
Ou Toshio Shimamura (qui est UN photographe) ?



Pour rappel : Philippe de Champaigne.


_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
leyade
Bon génie

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par leyade le Mar 9 Juil 2013 - 5:32
@sinan a écrit:Pour répondre à ta question sur les carpe diem picturaux :
j'ai un collègue qui a fait une séquence sur ce thème et étudiait Les ambassadeurs d'Holbein.
J'avoue que j'ai un peu de mal à établir le lien, mais ce collègue est très calé et il devait avoir de bonnes raisons Embarassed 

http://www.crdp-montpellier.fr/produits/petiteshistoires/renaissance/h7/etude.pdf


disons qu'il faut se pencher sur, et/ou pencher le tableau :
la forme bizarre en bas se révèle être un crane qui semble déformé, mais ce n'est qu'une illusion d'optique, il est en fait visible si l'on se penche (ou si l'on utilise un miroir, pour d'autres cas) une anamorphose.
(colle ta tête tout près du coin bas/droit de ton ordi, t'auras l'air bête mais tu le verras! Razz )
Et les nombreux objets entre eux deux ont peut-être un lien, je ne sais plus.


http://www.biographie-peintre-analyse.com/2012/09/13/hans-holbein-les-ambassadeurs-1533-analyse-d-oeuvre/
L'objet déformé qui se trouve au premier plan est parfois appelé l'os de seiche. Au premier abord, on se demande ce qu'un tel élément fait ici et ce qu'il représente. En vérité l'effet qu'on observe s'appelle une anamorphose. Elle représente un crane qui n'est pas déformé, si on sait le regarder d'un certain point de vue. L'anamorphose consiste donc à donner l'illusion qu'un élément est déformé, mais cet élément se reconstitue quand on le regarde d'un certain angle ou si on utilise les bons outils. Ici, il faut se placer face au tableau, avancer vers la bordure droite et placer nos yeux à hauteur du visage des personnages. Puis regarder le crane de biais, les yeux collés tout près de la bordure droite du tableau. Et de façon assez impensable, on remarque que le crane n'est pas déformé, il est même très bien proportionné. Voici où réside la prouesse technique dans cette oeuvre. - See more at: http://www.biographie-peintre-analyse.com/2012/09/13/hans-holbein-les-ambassadeurs-1533-analyse-d-oeuvre/#sthash.BAr2Ivyg.dpuf

_________________
Maggi is my way, Melfor is my church and Picon is my soutien. Oui bon je sais pas dire soutien en anglais.
avatar
nuages
Doyen

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par nuages le Mar 9 Juil 2013 - 9:17
@Lilypims a écrit:J'aimerais introduire une séquence sur le carpe diem en poésie par une série de vanités en peinture
Connaîtriez-vous des carpe diem picturaux ?
Nature morte à l'échiquier de Lubin Baugin, le peintre qui figure dans Tous les matins du monde de Quignard , dont Sainte Colombe dit qu'il peint les plaisirs de la vie auxquels il faudra renoncer en mourant (il y a un vase de fleurs) . Il a peint aussi Le dessert de gaufrettes , mais cette vanité est plus sobre et sans fleurs.
avatar
sinan
Niveau 6

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par sinan le Mar 9 Juil 2013 - 9:38
merci à leyade pour tes explications, je connaissais cette histoire d'anamorphose
mais pour moi, comme relevé plus haut, le crâne concerne le thème de la vanité, qui me semble différent du carpe diem.
Peut-être que le lien avec le carpe diem provient de l'accumulation des objets : livres, beaux tapis, cartes, ...
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par JPhMM le Mar 9 Juil 2013 - 9:48
@sinan a écrit:Peut-être que le lien avec le carpe diem provient de l'accumulation des objets : livres, beaux tapis, cartes, ...


Wink

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Lilypims
Doyen

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Lilypims le Mar 9 Juil 2013 - 14:30
@JPhMM a écrit:
@Lilypims a écrit:J'avais le souvenir d'une photographe qui avait réalisé une série de photographies monumentales dont le sujet était la tulipe. Je suis incapable de retrouver le nom de cette artiste. Si ça dit quelque chose à quelqu'un...
Sarah Moon peut-être ?
Ou Toshio Shimamura (qui est UN photographe) ?



Pour rappel : Philippe de Champaigne.


yesyes  Merci, JPh ! Quel magnifique travail ! Si seulement je pouvais voir ces photos en vrai...

J'ai retrouvé le nom de la photographe que je cherchais (Luzia Simons).


avatar
Lilypims
Doyen

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Lilypims le Mar 9 Juil 2013 - 14:34
@sinan a écrit:merci à leyade pour tes explications, je connaissais cette histoire d'anamorphose
mais pour moi, comme relevé plus haut, le crâne concerne le thème de la vanité, qui me semble différent du carpe diem.
Peut-être que le lien avec le carpe diem provient de l'accumulation des objets : livres, beaux tapis, cartes, ...

 
J'y vois plus une réflexion sur la vanité des réalisations humaines qu'une invitation à jouir de la vie. Mais je ne demande qu'à être détrompée.
avatar
Lilypims
Doyen

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Lilypims le Mar 9 Juil 2013 - 14:41
Merci à tous.
Gluche, j'avais bien pensé à van der Ast, en effet.

_________________
...il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer...
Cath
Bon génie

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Cath le Mar 9 Juil 2013 - 14:43
@gluche a écrit:
@Lilypims a écrit:
Je comptais commencer par l'étude de quelques vanités pour introduire l'idée de la mort comme objet esthétique. Mais c'est encore flou. Et  maintenant, ça me paraît idiot.
Je ne trouve pas ça idiot. Disons que les vanités sont peut-être plus du côté du memento mori que du carpe diem, encore que la distinction entre les deux ne soit pas si nette.
Les Ambassadeurs, pour intéressant qu'il soit, me paraît moins adapté à ton projet.

Tu peux peut-être aller voir du côté des tableaux de Balthasar van der Ast.

Je pense à peu près la même chose.
Comment distinguer les deux: le carpe diem me parait difficilement dissociable du memento mori, ou ai-je tort ?

J'utilise le même tableau de Philippe de Champaigne, tiens.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par JPhMM le Mar 9 Juil 2013 - 15:40
cath5660 a écrit:J'utilise le même tableau de Philippe de Champaigne, tiens.
Les tulipes apportent évidemment une remarquable donnée économique au sujet. Very Happy 

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Philomèle
Niveau 9

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Philomèle le Mar 9 Juil 2013 - 18:31
@Ruthven a écrit:
@thrasybule a écrit:
Mais, au risque de paraître ch.., penses-tu que les valeurs épicuriennes soient pertinentes pour analyser les Vanités?

Il doit y avoir une possibilité d'entrée dans le thème à partir du thème paulinien :"Mangeons et buvons car demain nous mourrons." Trop crevé après 17 candidats à l'oral pour développer.

Pour aller dans le même sens, il me semble qu'au XVIe et au XVIIe siècle le thème des vanités est avant tout biblique et chrétien : "vanités" d'après le début du livre de l'Ecclésiaste "Vanité des vanités..."

La citation de Paul est en fait un extrait d'une phrase tronquée : dans le contexte, Paul tient l'idée de jouissance à distance ou même récuse carrément ce mot d'ordre à tonalité épicurienne (qui voudrait dire, après la mort... la mort, c'est-à-dire pas de résurrection, ce que refuse Paul, bien entendu).

Il me semble que les vanités picturales tiennent plus d'une méditation sur le voile sensible, merveilleux mais instable et illusoire, qui recouvre l'accès à l'être ou essence et le dérobe à notre prise. On peut en jouir mais cette jouissance sensible (des images, des mots, des signes) reste décevante car elle fait obstacle à l'essentiel. Dans le contexte baroque, la représentation de vanité est plutôt une incitation à faire un saut dans la foi, par delà perception sensible, attachement au monde et raison.

Sans doute que quelqu'un l'a déjà dit ou que tout le monde a la donnée en tête : aux Pays-Bas, on a représenté des bouquets de tulipes-vanités après le premier effondrement boursier ou la première bulle spéculative, portant sur le bulbe de tulipe, justement, dans les années 1630. J'ai jeté un coup d'oeil sur Wikipédia (oui, j'ai honte) et l'article "tulipomanie" en parle.
avatar
Lilypims
Doyen

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Lilypims le Mar 9 Juil 2013 - 19:22
Oui, c'est pour ça que le tableau de Ph. de Champaigne et le travail de L. simons m'intéressent tout particulièrement.

_________________
...il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer...
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par adelaideaugusta le Mar 9 Juil 2013 - 19:57
@Philomèle a écrit:
@Ruthven a écrit:
@thrasybule a écrit:
Mais, au risque de paraître ch.., penses-tu que les valeurs épicuriennes soient pertinentes pour analyser les Vanités?

Il doit y avoir une possibilité d'entrée dans le thème à partir du thème paulinien :"Mangeons et buvons car demain nous mourrons." Trop crevé après 17 candidats à l'oral pour développer.

Pour aller dans le même sens, il me semble qu'au XVIe et au XVIIe siècle le thème des vanités est avant tout biblique et chrétien : "vanités" d'après le début du livre de l'Ecclésiaste "Vanité des vanités..."

La citation de Paul est en fait un extrait d'une phrase tronquée : dans le contexte, Paul tient l'idée de jouissance à distance ou même récuse carrément ce mot d'ordre à tonalité épicurienne (qui voudrait dire, après la mort... la mort, c'est-à-dire pas de résurrection, ce que refuse Paul, bien entendu).

Il me semble que les vanités picturales tiennent plus d'une méditation sur le voile sensible, merveilleux mais instable et illusoire, qui recouvre l'accès à l'être ou essence et le dérobe à notre prise. On peut en jouir mais cette jouissance sensible (des images, des mots, des signes) reste décevante car elle fait obstacle à l'essentiel. Dans le contexte baroque, la représentation de vanité est plutôt une incitation à faire un saut dans la foi, par delà perception sensible, attachement au monde et raison.

Sans doute que quelqu'un l'a déjà dit ou que tout le monde a la donnée en tête : aux Pays-Bas, on a représenté des bouquets de tulipes-vanités après le premier effondrement boursier ou la première bulle spéculative, portant sur le bulbe de tulipe, justement, dans les années 1630. J'ai jeté un coup d'oeil sur Wikipédia (oui, j'ai honte) et l'article "tulipomanie" en parle.

Il y a le Hieronymus d'Albrecht Dürer, dont je suis une fan.

http://www.fabulalitera.de/leser-3-neulich-in-lissabon/
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Ruthven le Mer 10 Juil 2013 - 9:49
La troncature de la citation paulinienne fait partie du dispositif d'interprétation ; Augustin, dans le Sermon 150, y voit une réfutation paulinienne d'une opinion épicurienne. J. Salem, dans Cinq variations sur la sagesse, le plaisir et la mort, plus qu'à Epicure, la rattache à l'inquiétude hédoniste d'Anacréon et d'Horace. [Il trouve des parallèles religieux (Sagesse II, 5-8), Isaïe (XXII, 13) dans le sens d'une condamnation du plaisir mais aussi ethnologiques, chez Hérodote où les Egyptiens présentent une figurine dans un cerceuil à la fin des festins en disant "regarde celui-là, et puis bois et prends du plaisir".

La formule par son ambiguïté même peut conduire à des interprétations religieuses anti-hédonistes (Salem, p. 198), mais aussi à des interprétations irréligieuses hédonistes (Salem, p. 208) (il évoque notamment certains poètes de la Pléiade).

Je me demande si la vanité ne porte pas implicitement en elle-même cette même ambiguïté. Bien sûr que la vanité est d'abord un genre qui invite au dépassement des illusions des plaisirs sensibles, mais en présentant ces plaisirs sensibles, elle propose aussi une séduction réelle - pourquoi mépriser ces plaisirs fugaces s'il n'y a rien d'autre au-delà ? Plus que du recueillement, la 'vanité' serait une peinture de la mélancolie. Pour appuyer cette lecture, on peut voir le rapprochement de la vanité et de la nature morte ; la nature morte est d'abord une peinture du sensible. C'est peut-être contre cette ambiguïté qu'on peut aussi comprendre la peinture janséniste de Ph. de Champaigne qui neutralise les éléments de séduction (fond noir etc...). Bref, si le sens de la vanité est classiquement un memento mori, on peut se demander s'il ne renverse pas parfois en memento vivere.

Deux références qui vont dans ce sens :
- M. Guiomar à propos de l'art macabre (et non des vanités), Principes d'une esthétique de la mort, p. 156 :"Or ce Macabre n'est pas moralisant ; c'est d'abord à la sensation qu'il s'adresse en jouant sur la distance la plus grande et la tension la plus vive entre les deux objets de l'oeuvre et nous ne pensons pas qu'il ait d'autre but, même en pleine mystique macabre, que le Memento vivre ou le carpe diem. D'ailleurs, ces oeuvres n'apparaissent pas parmi les oeuvres du macabre médiéval, mais plutôt à l'époque de la Renaissance.paganisante ..."
- B. Delmotte, reprenant des thèmes d'E Souriau (Vocabulaire d'esthétique), dans Esthétique de l'angoisse. Le Memento mori comme thème esthéique, p. 14 :"Le Memento mori est plus proche du Gaudeamus (où la brièveté dde l'existence invite à jouir de la vie présente) et de la Vanité". Malheureusement, il ne dit rien de plus sur les représentations du Gaudeamus.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par JPhMM le Mer 10 Juil 2013 - 11:13
Je suis parfois étonné de voir la ressemblance de certaines vanités avec des cabinets de curiosité, qui se voudraient theatrum mundi mais ne sont que laboratoires de l'empirique — « le laboratoire de l'empirique est généralement surchargé de toutes sortes d'appareils et d'objets plus ou moins utiles » (Serge Hutin).

D'autres ne mettent pas en scène que des objets du sensible. Les Ambassadeurs, déjà, exposent nombre de leurs instruments de géométrie, et même un livre d'arithmétique. Mais Tout est Vanité.

Sinon, quelque vanité des fortunes faites par la mondialisation des échanges commerciaux.



http://www.college.columbia.edu/core/category/access-level/licensed-private-use?page=23

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Écusette de Noireuil
Neoprof expérimenté

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Écusette de Noireuil le Jeu 11 Juil 2013 - 23:13
Pour apporter un complément: j'ai travaillé plusieurs fois avec des classes de première (mais plutôt en marge d'un groupement sur le baroque) sur un ensemble de vanités; et après leur avoir fait analyser quelques tableaux et dégager des constantes, je leur avais demandé de créer une "vanité du XXIe siècle" d'après les mêmes critères, avec les moyens de leur choix (dessin, photo, collage...selon les dispositions de chacun). Ils devaient bien entendu expliquer leur image oralement ou par écrit en plus.Le processus d'appropriation a très bien fonctionné et j'ai eu des résultats vraiment très créatifs et très personnels. Je ne sais pas si ça peut aider...

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)
Contenu sponsorisé

Re: Nature morte aux fleurs, vanité et carpe diem.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum