L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Page 1 sur 16 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par V.Marchais le Lun 15 Juil 2013 - 22:08

SVP, plus jamais ça.

Voilà, l'année scolaire est finie, c'est l'heure des bilans.

Le bilan en question est un peu particulier, cette année, puisque mon fils aîné était en 6e.

À mon grand désespoir, il a détesté le Français, lui qui est pourtant gros lecteur et plein d'imagination. Mais quand je regardais ses cours, je ne pouvais que le comprendre.

Ses cours de Français sont d'une tristesse abyssale. C'est le règne du vide et de l'ennui.

1re séquence.
Un extrait de La petite sirène (le passage chez la sorcière), deux extraits de la bible (le Décalogue et Adam et Ève), un extrait de L'Odyssée (Ulysse et les sirènes).
Déjà, vous vous demanderez peut-être ce que tout ça vient faire dans le même chapitre. Ah ! ben c'est qu'on travaille l'injonction, m'sieurs dames, et la conjugaison du futur, et quelques connecteurs ! Le voilà, le rapport. Autant vous dire que si Maman n'était pas passée derrière (au grand dam de son rejeton) pour remettre un peu d'ordre dans tout ça, Fiston en serait encore à penser que tous ces textes, c'est la même époque, à peu près, de toute façon, c'est pareil, c'est vieux et c'est pas intéressant.

2e séquence
Les contes, du Perrault, du Grimm, mais aussi des choses sans grand intérêt sorties de leur tradition orale (ah ! les contes étiologiques en long, en large et en travers depuis l'école primaire !). C'est plus cohérent, mais guère plus nourrissant, abordé via le schéma narratif et les temps du récit.

Un peu plus tard, L'Odyssée, en OI cette fois, pour étudier les compléments circonstanciels et les expansions du nom. Suspect 


Des personnages, des histoires, il n'a jamais parlé. Ni du sens de ces récits, de ce qu'ils nous disent sur l'Homme.

Il a fallu que je reprenne ces textes un par un pour que Junior en saisisse un peu l'épaisseur. Tu vois, dans la bible, c'est souvent une histoire de règle transgressée et de châtiment. Tu retrouves ça dans les contes. Tu en connais, des contes, où il y a une règle que le héros ou l'héroïne doit respecter, et il ne le fait pas, et il est puni... Oui ? Dans La petite sirène, c'est différent, c'est plus moderne. On est plus au temps de Louis XIV, on est au XIXe siècle : sortir des limites, vouloir aller plus loin au nom de l'amour, c'est non seulement imaginable, mais on trouve ça très beau, même si, souvent, ça finit mal. La sorcière ne ressemble pas aux autres sorcières de contes, elle n'est ni bonne ni mauvaise, elle a plutôt un rôle de passeur. Elle ressemble plutôt à Circé qu'aux fées des contes traditionnels. Tiens, Circé... Encore une séductrice... Circé, les sirènes, quelle image est-ce que ça donne des femmes ? Les femmes, ce n'est pas l'épreuve la moins redoutable que les héros ont à affronter... Et Ulysse, encore un qui a fauté par orgueil et qui va expier longtemps. Il en faut, du temps, au vainqueur de Troie, pour être policé, rabaissé, et éviter l'hybris fatale aux héros...

Pendant ce temps, le fils d'une amie, en 5e, le fils d'une amie découvrait les romans de chevalerie pour travailler, bis repetita, sur les temps du récit, les figures de style et les degrés de l'adjectif. Là encore, il aura fallu reprendre les textes pour que ceux-ci se mettent à faire sens, pour dire la fonction symbolique de la Table ronde, l'idéal qui anime Arthur et ses chevaliers, et la tension permanente d'un Lancelot ou d'un Tristan rongés par la culpabilité et pourtant toujours aussi épris d'idéal, et pour que ces récits, si riches, retrouvent une force d'évocation auprès d'un enfant de 12 ans.

Fiston râlait de devoir refaire l'école après l'école, mais finalement, comme il est curieux, il se laisse emporter, il poursuit de lui-même. Et il demande : Mais pourquoi on nous dit pas ça, à l'école ?

Alors je vous le demande à mon tour : Pourquoi sommes-nous si peu nombreux, désormais, à nous préoccuper du sens des textes et de ce qu'ils disent de l'expérience d'Homme ? Comment sommes-nous devenus si terriblement ennuyeux, coupés de la vie même des textes ?

Que nous est-il arrivé ?


Dernière édition par Gryphe le Dim 21 Juil 2013 - 23:50, édité 4 fois (Raison : titre précisé)

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par arcenciel le Lun 15 Juil 2013 - 22:12

Dépeçage imposé? Je vais vous lire avec attention...

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:13

l'obligation d'enseigner en séquences? du coup les textes deviennent facilement pré-textes à étudier telle ou telle notion, mais plus vraiment eux-mêmes...

honnêtement ça a toujours été un casse-tête pour moi, étant donné l'obligation de relier les textes à l'étude de la langue. je faisais 2 séquences séparées, avec des liens entre elles, pour finir par revenir à la séquence, plus simple. je me souviens de bons moments passés à lire les textes avec des élèves (surtout le conte) mais encore faudrait-il que les IO et les IPR nous laissent le faire librement...


Dernière édition par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:16, édité 1 fois

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Gryphe le Lun 15 Juil 2013 - 22:14

Je ne suis pas compétente en Lettres, mais quand je te lis, je me dis que c'est drôlement mieux de séparer (cloisonner ?) la langue et la littérature. Comme ça, d'un côté les élèves apprennent avec des vraies règles structurées  le fonctionnement de la langue et d'un autre côté, ils ont la possibilité de découvrir de beaux textes et toute leur richesse symbolique et patrimoniale.
Et comme je t'ai déjà souvent lue, je sais qu'il faut en outre un apprentissage progressif de la rédaction. Wink 

Au lieu de ça, si j'ai bien compris, dans la classe de ton fils, les textes ont servi de prétexte pour découvrir ceci ou cela, mais sans les lire en eux-mêmes. Dommage... Sad

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Al le Lun 15 Juil 2013 - 22:17

Les consignes des IPR ? la conciliation forcée grammaire / littérature avec quelques notions de grammaire plaquée sur les textes (au lieu des progressions différenciées) ? le niveau des étudiants de fac de lettres ?

Rolling Eyes 

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par V.Marchais le Lun 15 Juil 2013 - 22:17

Si ce n'était que dans la classe de mon fils, Gryphe, le mal ne serait pas si grand...

Bien sûr, je suis d'accord avec toi. Je trouve qu'à part pour quelques leçons en lien intime avec le style, cloisonner évite d'instrumentaliser les textes et de passer à côté de l'essentiel.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par babette le Lun 15 Juil 2013 - 22:18

Tu as raison et ton propos m'amène à réfléchir. En 6ème par exemple, je vois certains élèves qui arrivent avec de telles difficultés pour s'exprimer, à l'oral et encore plus à l'écrit que je consacre beaucoup de temps sur la langue, le vocabulaire, l'expression écrite et donc la découverte des textes en fait les frais.

J'ai une progression grammaticale détachée qui suit son cours sans se préoccuper des textes et c'est très bien ainsi mais l'étude des textes est toujours très "frustrante" car je ne leur consacre pas le temps que j'aimerai.


Dernière édition par babette le Lun 15 Juil 2013 - 22:21, édité 1 fois

_________________
« Si ton rève se réalise, c'est qu'il n'était pas assez beau."
Proverbe chinois.

babette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:20

et ça ne va pas s'arranger avec le socle où le but sera de cocher de petites cases...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:22

javoue que j'ai souvent utilisé des textes comme "prétextes" à l'étude d'une notion grammaticale. mais je commençais toujours par la lecture et une situation "qui, quoi, quand, comment", et explication en classe, de manière à m'assurer que le récit était compris.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par V.Marchais le Lun 15 Juil 2013 - 22:23

Mais Babette, c'est indispensable de faire beaucoup de langue, de voca, d'exercices de rédaction, surtout avec des élèves faibles.
Mais quand on étudie un texte, on étudie un texte, on laisse tomber la grammaire, et si on n'a rien d'autre à dire que "y a du passé simple, y a de l'imparfait, y a des expansions du nom", c'est pitié !

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:26

c'est surtout idiot si les élèves n'ont rien compris de ce qui se passe dans le texte en dehors des occurrences grammaticales..

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Dalva le Lun 15 Juil 2013 - 22:27

Malgré tout, les nouveaux programmes permettent une évolution positive à ce niveau.

D'ailleurs, je trouve que les choses ont évolué depuis 2000. Je l'observe dans mon collègue où nous sommes, bon an mal an, 8 à 9 enseignants en lettres. Il y a de quoi voir des pratiques diverses. Peu à peu l'instrumentalisation du texte a laissé la place à autre chose, même si parfois, "on" peine encore à combler la place laissée par l'évocation du sens et de la symbolique...

Si j'ai l'impression que la tendance s'inverse, malgré tout je n'ai pas l'impression que ma fille ait vraiment reçu en 6e et 5e tout ce qu'évoque Véronique. Mais au moins ne déteste-t-elle pas le français et, si elle n'a pas échappé au schéma narratif, elle a la plupart du temps échappé au texte prétexte à une leçon de langue. (Moins en 5e, malheureusement.)

Que vas-tu faire l'an prochain, Véronique ?
Moi, je ne fais que croiser les doigts pour qu'elle ait en 4e telle ou telle collègue et non telle ou telle autre, mais sans rien dire car ce serait bien trop délicat puisque nous travaillons dans le même collège.

Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Gryphe le Lun 15 Juil 2013 - 22:28

Sinon, en plus des TDL, t'as déjà pensé à écrire un livre simple et choc, grand public, sur "le français au collège" et ce qu'il serait utile d'en faire ?
Non parce que tu expliques bien et peut-être que plein de gens seraient convaincus par tes analyses. Very Happy

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par babette le Lun 15 Juil 2013 - 22:28

Oui je suis bien d’accord avec ça.
Quelle tristesse pour un cours de français de n'aborder aucun texte pour lui-même!

_________________
« Si ton rève se réalise, c'est qu'il n'était pas assez beau."
Proverbe chinois.

babette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par arcenciel le Lun 15 Juil 2013 - 22:28

Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Ezilda le Lun 15 Juil 2013 - 22:29

Même constat en feuilletant le classeur de français de mes enfants. Rolling Eyes


Dernière édition par Ezilda le Lun 15 Juil 2013 - 22:29, édité 1 fois

_________________
"Dans les temps anciens, il y avait des ânes que la rencontre d'un ange faisait parler. De nos jours, il y a des hommes que la rencontre d'un génie fait braire." Victor Hugo, Fragments.

Ezilda
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par lalilala le Lun 15 Juil 2013 - 22:29

@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

Non!!

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog

lalilala
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:30

@lalilala a écrit:
@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

Non!!

+1

heu...non.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Al le Lun 15 Juil 2013 - 22:31

@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz 

Pardon hein mais je crois que c'est ce que j'ai lu de plus drôle de l'année ! Wink 

(pour info, même pas au lycée).

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par babette le Lun 15 Juil 2013 - 22:32

@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

Heu pas vraiment non, en tout cas pour les élèves que j'ai eus. Beaucoup peinent à identifier un nom, un sujet, un verbe par exemple. Je ne parle pas de l’orthographe ou du vocabulaire acquis.

_________________
« Si ton rève se réalise, c'est qu'il n'était pas assez beau."
Proverbe chinois.

babette
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par arcenciel le Lun 15 Juil 2013 - 22:33

@Aletheia a écrit:
@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz Razz 

Pardon hein mais je crois que c'est ce que j'ai lu de plus drôle de l'année ! Wink 

(pour info, même pas au lycée).
Il y a 20 ans nous faisions de l'analyse logique en CM2, plus maintenant! On a écrémé les contenus...

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par V.Marchais le Lun 15 Juil 2013 - 22:34

@Gryphe a écrit:Sinon, en plus des TDL, t'as déjà pensé à écrire un livre simple et choc, grand public, sur "le français au collège" et ce qu'il serait utile d'en faire ?
Non parce que tu expliques bien et peut-être que plein de gens seraient convaincus par tes analyses. Very Happy

Fais attention à ce que tu dis, Gryphe ! Il y a quelques années, quelqu'un m'a dit : "Vous devriez faire des manuels." Moi, vaniteuse comme je suis, j'ai pris ça au premier degré... Laughing 

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par arcenciel le Lun 15 Juil 2013 - 22:34

@babette a écrit:
@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?

Heu pas vraiment non, en tout cas pour les élèves que j'ai eus. Beaucoup peinent à identifier un nom, un sujet, un verbe  par exemple. Je ne parle pas de l’orthographe ou du vocabulaire acquis.
Tu vas bien ds le sens de ma question, merci! Le boulot est à faire en amont soit en primaire.

arcenciel
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Ezilda le Lun 15 Juil 2013 - 22:36

Je soutiens Gryphe pour sa super bonne idée. Allez Véronique ! Razz


Dernière édition par Ezilda le Lun 15 Juil 2013 - 22:37, édité 1 fois

_________________
"Dans les temps anciens, il y avait des ânes que la rencontre d'un ange faisait parler. De nos jours, il y a des hommes que la rencontre d'un génie fait braire." Victor Hugo, Fragments.

Ezilda
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'étude des textes au collège : comment en sommes-nous arrivés là ?

Message par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:36

@arcenciel a écrit:Les notions de grammaire ne sont pas suffisamment assimilées quand les élèves arrivent au collège?




Dernière édition par Reine Margot le Lun 15 Juil 2013 - 22:38, édité 1 fois

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 16 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum