Déficit des universités : rien ne va plus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par John le Mer 17 Juil 2013 - 1:08

http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2013/07/16/les-universites-multiplient-les-plans-de-rigueur_3448166_1473692.html

Les universités multiplient les plans de rigueur

Début juillet, le président de l'université Versailles Saint-Quentin (UVSQ), Jean-Luc Vayssière, a reçu deux experts du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. L'objet de cette visite ? Sa situation financière plus que délicate. En 2012, l'établissement a perdu 5,2 millions d'euros à cause d'investissements immobiliers trop lourds et de l'augmentation de la masse salariale. "Aujourd'hui, nous sommes incapables de faire un budget équilibré, sauf à mentir...", confie-t-il.

La situation de l'UVSQ n'est pas isolée. Selon des chiffres que Le Monde s'est procurés, 16 universités sur 76 prévoient d'être déficitaires en 2013. Elles étaient 15 un an auparavant. Plus grave, 9 établissements ont affiché un double déficit en 2011 et 2012 et trois sont en perte depuis trois ans : Paris XIII (Villetaneuse), Paris-I (Panthéon-Sorbonne) et Paris VI (UPMC-Université Pierre et Marie Curie).

Pour boucler leur budget, les universités, du moins celles qui peuvent se le permettre, puisent dans leurs réserves. Résultat, 36 d'entre elles ont fini 2012 avec un fonds de roulement inférieur au seuil prudentiel de 30 jours. Pour 2013, elles seront 50. "Nous avons 18 jours de fonctionnement", confie Pascal Reghem, président de l'université du Havre. La trésorerie est quasiment nulle à Paris-I.

Dans un contexte budgétaire tendu, les universités sont à la diète forcée. La panoplie des économies est large : diminution des heures complémentaires confiées à des vacataires, gels de postes, mutualisations...

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par philann le Mer 17 Juil 2013 - 1:19

Merci John!

Je me permets de faire à nouveau un lien vers le blog de Pierre Dubois, parce que vu université par université...ça fait quand même un drôle d'effet! pale

avec le lien:
http://blog.educpros.fr/pierredubois/tag/budgets/

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Abraxas le Mer 17 Juil 2013 - 6:59

Quand je pense que pendant ce temps les grandes facs américaines arrivent à se financer rien qu'avec les produits financiers de leurs réserves…

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par philann le Mer 17 Juil 2013 - 16:03

Pour compléter, ci-joint le budget 2013 des différentes universités ! titanic 

http://sociolog.cluster003.ovh.net/IMG/pdf/Elements_budgetaires_Universites_printemps_2013_AEF.pdf

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Fernand Braudel le Jeu 18 Juil 2013 - 0:10

Un petit exemple: j'ai fait des cours en fac ce dernier semestre. Je serai payé que... début septembre!

Peut-être une raison: le déficit...

Fernand Braudel
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par philann le Jeu 18 Juil 2013 - 1:39

ou désorganisation de l'administration de la fac! LA mienne qui s'illustre actuellement pour sa mauvaise gestion des sous et des rapports avec l'UNEF...est aussi connue pour avoir les pires services administratifs...Suspect 

Spoiler:
avantage: la vérification multiple des infos fait partie de la formation de base des étudiants!!!

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Krokos le Dim 21 Juil 2013 - 3:02

Dans la fac où j'étudie on n'a pas assez d'argent pour mettre les locaux aux normes, pour remédier rapidement aux problèmes d'électricité, ou simplement pour se payer des tables étanches qui ne laisseraient pas passer l'eau que l'on renverse dessus de temps en temps...
Parfois je me surprends à jalouser mes anciens camarades passés par les grandes écoles Neutral


Dernière édition par Krokos le Dim 21 Juil 2013 - 22:36, édité 1 fois

Krokos
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Abraxas le Dim 21 Juil 2013 - 6:26

@Krokos a écrit:Dans la fac où j'étudie on n'a pas assez d'argent pour mettre les locaux aux normes, pour remédier rapidement aux problèmes d'électricité, ou simplement pour se payer des tables étanches qui ne laisseraient pas passer l'eau que l'on renverse parfois dessus...
Parfois je me surprends à jalouser mes anciens camarades passés par les grandes écoles Neutral 

Je ne vous le fais pas dire : il suffirait que les facs appliquent des critères semblables à ceux des grandes écoles. En vérité je vous le dis, il n'y a pas de problème de tables (ni globalement de budget) à Paris IX-Dauphine.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par philann le Dim 21 Juil 2013 - 8:01

Le budget est en partie lié au nombre d'étudiants et certaines filières à commencer par les SHS risquent plus la fermeture par manque d'étudiants que les amphis surbookés...

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par *Lady of Shalott* le Dim 21 Juil 2013 - 9:27

@philann a écrit:Le budget est en partie lié au nombre d'étudiants et certaines filières à commencer par les SHS risquent plus la fermeture par manque d'étudiants que les amphis surbookés...

Rien n'est plus vrai... Crying or Very sad 

_________________
"Est-ce que les professeurs vont dans un au-delà spécial quand ils meurent ? fit Cohen. - Je ne crois pas", répondit tristement monsieur Cervelas. Il se demanda un instant s'il existait réellement dans les cieux une grande Heure de Libre. Ça paraissait peu probable. Il y aurait sûrement des corrections à se taper. (T. Pratchett, Les Tribulations d'un mage en Aurient)

*Lady of Shalott*
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Nom d'utilisateur le Dim 21 Juil 2013 - 17:13

@Fernand Braudel a écrit:Un petit exemple: j'ai fait des cours en fac ce dernier semestre. Je serai payé que... début septembre!
Peut-être une raison: le déficit...

Trois réactions, du moins au plus pertinent :

- une des ressources de nos universités, ce sont les très nombreux enseignants qui ne remplissent pas leurs fiches d'heures en fin de semestre : heures complémentaires, charges de cours. Heures servies gratuitement par les enseignants ;

- si on ne rend pas ces fiches dans les délais indiqués (c'est généralement au moment où il faut dare-dare rendre les notes et calculer les moyennes), les sommes sont mises en paiement au mieux trois mois au-delà du délai normal de traitement du dossier ;

- un établissement où je faisais quelques heures supp. retardait régulièrement de 6 mois ou plus. Fut adressée à leur DRH, avec copie à la Présidence, une lettre indiquant les coordonnées de mon avocat et le timing du recours administratif envisagé. Ils n'ont plus jamais eu de retard.

Nom d'utilisateur
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Olympias le Dim 21 Juil 2013 - 22:33

Bon, j'attends encore le paiement de mes heures de cette année et de celle de l'année dernière car une buse quelconque a trouvé le moyen de perdre mon dossier...qu'il a fallu entièrement refaire !!

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par Invité-B le Lun 22 Juil 2013 - 7:36

A Rouen, il y a deux semaines, deux propositions au CA étaient proposées. Elles ont été retirées le matin-même du CA devant les vigoureuses protestations que ça a provoqué :
1)Ne payer les PRP (primes de responsabilités pédagogiques) qu'à hauteur de 80%.
2)Diminuer en licence et IUT de 10% le nombre d'heures des formations histoire d'économiser sur les heures complémentaires.

Il était évident que ça ne passerait pas cette année mais le but était de tester le terrain pour les années suivantes...

Invité-B
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par MrBrightside le Lun 22 Juil 2013 - 7:42

@Fernand Braudel a écrit:Un petit exemple: j'ai fait des cours en fac ce dernier semestre. Je serai payé que... début septembre!

Peut-être une raison: le déficit...

Comme il a été dit, je mise plutôt sur une mauvaise organisation. Ma fac m'a payé toute mon année d'un coup en mai, juste avant mon dernier cours... Je ne me plains pas, l'année précédente j'avais été payé en septembre aussi. Rolling Eyes 

_________________

MrBrightside
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par barèges le Lun 22 Juil 2013 - 10:49

Bel-Ami a écrit:
2)Diminuer en licence et IUT de 10% le nombre d'heures des formations histoire d'économiser sur les heures complémentaires.

Il était évident que ça ne passerait pas cette année mais le but était de tester le terrain pour les années suivantes...

D'autant plus que ça se fait un peu partout.
C'est d'ailleurs toujours 10%.

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit des universités : rien ne va plus.

Message par barèges le Mar 23 Juil 2013 - 22:32

A titre d'exemple extérieur, une analyse au vitriol d'une catastrophe organisée aux Etats-Unis. C'est en anglais. On voit que l'Europe, naïve ou trop bien renseignée, emboîte le pas (on serait entre les étapes 4 et 5) :

How The American University was Killed, in Five Easy Steps - blog Junct Rebellion - 12 août 2012


Comment les universités états-uniennes ont été détruites, les enseignants et étudiants réduits au silence par la précarité et l’endettement, en une génération :

   étape 1 : désengagement financier de l’Etat
   étape 2 : précarisation et paupérisation des enseignants
   étape 3 : retirer le pouvoir de décision aux enseignants au profit d’une nouvelle classe de managers
   étape 4 : remplacer la culture académique par la culture d’entreprise, en développant le financement des universités par les entreprises
   étape 5 : détruire la vie des étudiants par l’endettement et l’endoctrinement

Pour la bonne bouche, un extrait de ce qui est dit sur la troisième étape, qui résonne curieusement après quelques années de LRU en France :

I’d like to mention here, too, that universities often defend their use of adjuncts – which are now 75% of all professors in the country — claiming that they have no choice but to hire adjuncts, as a “cost saving measure” in an increasingly defunded university. What they don’t say, and without demand of transparency will NEVER say, is that they have not saved money by hiring adjuncts — they have reduced faculty salaries, security and power. The money wasn’t saved, because it was simply re-allocated to administrative salaries, coach salaries and outrageous university president salaries. There has been a redistribution of funds away from those who actually teach, the scholars – and therefore away from the students’ education itself — and into these administrative and executive salaries, sports costs — and the expanded use of “consultants”, PR and marketing firms, law firms. We have to add here, too, that president salaries went from being, in the 1970s, around $25K to 30K, to being in the hundreds of thousands to MILLIONS of dollars – salary, delayed compensation, discretionary funds, free homes, or generous housing allowances, cars and drivers, memberships to expensive country clubs.
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6219

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum