La réforme du métier : c'est maintenant !

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Olympias le Jeu 18 Juil 2013 - 22:00

Et en tant qu'historienne et géographe, je considère que cette culture commune est vitale ! Mes deux enfants font du latin, même le petit, qui va commencer en septembre en 5è (même s'il a un appui ULIS)

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Al le Jeu 18 Juil 2013 - 22:07

L'an prochain je commence "le mot du jour" issu du latin ou du grec dans toutes mes classes (j'aurai 2de et 1re). Je voulais déjà le faire mais j'étais en stage...Rolling Eyes c'est juste mon petit geste, à ma mesure.

_________________
"C’est le grand nuage des ambitions moroses qui étouffe la voix d’Éros."

Al
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Presse-purée le Jeu 18 Juil 2013 - 22:15

@Presse-purée a écrit:
Will.T a écrit:
@Isis39 a écrit:Il me semble en tout cas que la situation actuelle n'est pas satisfaisante. Il suffit d'écouter les profs en salle des profs...

C'est clair, mais je ne suis pas du tout certain qu'une réécriture ce ce décret aille dans le bon sens pour nous...
Donc, je préfère le status quo à un truc encore pire !

Cela dit, je pense qu'on y aura quand même droit sous Peillon.

C'est exactement cela. Ceux qui poussent au changement des "vieux" statuts de 50 sont soit des crevards qui courent après les heures supp pour diffuser des DVD (j'en ai plusieurs dans mon bahut), soit des naïfs qui pensent que le ministre (des élèves, et pas des profs, il l'a suffisamment dit) nous veut du bien, sans regarder objectivement la situation du recrutement, soit des mecs qui veulent se placer.
Les conditions actuelles du recrutement font que les changements de statuts amèneront indubitablement un gros alourdissement de la charge de travail de chacun.

Je précise ma pensée à ce sujet: le scénario qui risque de se profiler, c'est que l'on charge la barque question réunions, comités... qu'on mette en place par exemple des heures de guichet parents, qu'on fasse entrer de l'encadrement obligatoire hors amplitude horaire cours, et qu'en échange on nous dise "ben c'est pas grave, vous n'avez qu'à diminuer votre temps de préparation". Chevalier ne pense à rien d'autre lorsqu'il balance que le métier "ne se borne pas à transmettre des connaissances". Et on va donc, dans ce scénario, vers ce que j'énonçais dans le post qui précède l'auto-citation: réduction du temps de conception, donc de l'autonomie intellectuelle qui va avec. L'APC va aussi dans ce sens.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Celeborn le Jeu 18 Juil 2013 - 22:18

@Presse-purée a écrit:
Mais le ministère n'a pas cela en tête. Faut être clair, on va manquer de profs bientôt. Il faut donc augmenter le temps de présence devant élèves, en passant par l'annualisation.

Pour le moment, ce n'est pas annoncé. Mais on peut toujours tirer des plans sur la comète. Parfois ça se réalise, parfois non (mais c'est toujours sympa de s'offrir le grand frisson, peu importe ce qui arrive réellement, en fait). En attendant, bien malin qui pourra dire ce que le ministère a en tête actuellement. Je ne suis pas certain qu'il le sache toujours lui-même, le ministère. Et je ne suis pas du tout certain que l'annualisation soit au menu, mais je n'ai pas davantage d'arguments que toi à avancer, là-dessus, je le reconnais.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par plotch le Jeu 18 Juil 2013 - 22:23

@Celeborn a écrit:
@Presse-purée a écrit:
Mais le ministère n'a pas cela en tête. Faut être clair, on va manquer de profs bientôt. Il faut donc augmenter le temps de présence devant élèves, en passant par l'annualisation.

Pour le moment, ce n'est pas annoncé. Mais on peut toujours tirer des plans sur la comète. Parfois ça se réalise, parfois non (mais c'est toujours sympa de s'offrir le grand frisson, peu importe ce qui arrive réellement, en fait). En attendant, bien malin qui pourra dire ce que le ministère a en tête actuellement. Je ne suis pas certain qu'il le sache toujours lui-même, le ministère. Et je ne suis pas du tout certain que l'annualisation soit au menu, mais je n'ai pas davantage d'arguments que toi à avancer, là-dessus, je le reconnais.

L'annualisation pend plutôt au nez des profs de CPGE ...

plotch
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Olympias le Jeu 18 Juil 2013 - 22:27

@Aletheia a écrit:L'an prochain je commence "le mot du jour" issu du latin ou du grec dans toutes mes classes (j'aurai 2de et 1re). Je voulais déjà le faire mais j'étais en stage...Rolling Eyes c'est juste mon petit geste, à ma mesure.

 Chaque cours d'HG a ses mots du jour, car le premier truc à faire quand on a un mot nouveau (ou dont on a oublié le sens), c'est de trouver la racine, puis de mots de la même famille puis de synonymes...affraid  Quelle emmerdeuse cette prof !!!!!!!!!!!!

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Presse-purée le Jeu 18 Juil 2013 - 22:46

@Celeborn a écrit:
@Presse-purée a écrit:
Mais le ministère n'a pas cela en tête. Faut être clair, on va manquer de profs bientôt. Il faut donc augmenter le temps de présence devant élèves, en passant par l'annualisation.

Pour le moment, ce n'est pas annoncé. Mais on peut toujours tirer des plans sur la comète. Parfois ça se réalise, parfois non (mais c'est toujours sympa de s'offrir le grand frisson, peu importe ce qui arrive réellement, en fait). En attendant, bien malin qui pourra dire ce que le ministère a en tête actuellement. Je ne suis pas certain qu'il le sache toujours lui-même, le ministère. Et je ne suis pas du tout certain que l'annualisation soit au menu, mais je n'ai pas davantage d'arguments que toi à avancer, là-dessus, je le reconnais.

*met sa casquette de syndicaliste*

Début de la parenthèse: je n'ai rien contre toi, j'apprécie nombre de tes positions, ta vision de l'enseignement de ma discipline, mais pour ce qui est de la politique syndicale, nous avons une différence d'approche. Pour le dire vite, peut-être que mordre avant, même si ce n'est pas une position sympathique, permet d'éviter de se faire avoir ensuite. Si tu préfères, l'impression que j'ai, c'est que certains font le sale boulot, pendant que d'autres s'envoient des fleurs.

Relativement à la phrase soulignée, notons que j'adore le grand frisson, je saute régulièrement en parachute et je suis un mythomane bien connu.

Plus sérieusement, on peut aussi regarder a) ce qui s'est passé dans d'autres branches de la FP b) voir comment les choses sont envisagées dans d'autres pays européens c) relire le rapport de la cour des comptes et le rapport Pochard d) regarder les chiffres du recrutement et constater que les problèmes d'heures non assurées risquent d'être toujours devant nous et e) dans une perspective plus globale, regarder un peu comment la fonction publique est considérée par l'Europe, comment les droits sociaux des salariés, du public et du privé, régressent depuis quelques temps, grâce aussi aux syndicats dits progressistes (et je ne vise pas le tien en disant cela).

Ensuite, on peut disserter pendant des heures sur le syndicalisme... mais bon, d'expérience, ce n'est pas en prenant le thé avec le pouvoir que les salariés obtiennent des trucs.

Fin de la parenthèse, de l'ironie et de l'agressivité. Un partout, balle au centre, fin du match (edit:) et on se sert la main parce qu'on a du respect l'un pour l'autre.

Pour ce qui est de la phrase en gras, un gros +1, toi comme moi sommes pour le moment dans la science-fiction. Mais j'aimerais que mon syndicat et le maximum d'autres arrivent avec comme préalable sur la table: on laisse le temps de conception intact pour les enseignants, pas d'annualisation, pas de changement de l'esprit du statut de 1950. Après tout, le ministre, si je ne me trompe pas, propose bien une "feuille de route" pré-négociations...


Dernière édition par Presse-purée le Jeu 18 Juil 2013 - 23:04, édité 1 fois

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Ronub le Jeu 18 Juil 2013 - 22:50

@Celeborn a écrit:
@Presse-purée a écrit:
Mais le ministère n'a pas cela en tête. Faut être clair, on va manquer de profs bientôt. Il faut donc augmenter le temps de présence devant élèves, en passant par l'annualisation.

Pour le moment, ce n'est pas annoncé. Mais on peut toujours tirer des plans sur la comète. Parfois ça se réalise, parfois non (mais c'est toujours sympa de s'offrir le grand frisson, peu importe ce qui arrive réellement, en fait). En attendant, bien malin qui pourra dire ce que le ministère a en tête actuellement. Je ne suis pas certain qu'il le sache toujours lui-même, le ministère. Et je ne suis pas du tout certain que l'annualisation soit au menu, mais je n'ai pas davantage d'arguments que toi à avancer, là-dessus, je le reconnais.
Une chose est sure : le ministère veut fragiliser encore le cadre national en dérégulant et en bordélisant sciemment les enseignements. Le décret de 50 contient des garanties beaucoup trop claires et indiscutables. Bref, en étant trop "carré" ce décret offre trop de respect aux enseignants et à l'enseignement.

Ronub
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Olympias le Jeu 18 Juil 2013 - 22:54

Une dégradation de nos conditions de travail, la dérégulation continue, la disparition progressive de l'Education nationale via les divers projets locaux, territoriaux et je ne sais trop quoi...nous pendent au nez à tous

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Ronub le Jeu 18 Juil 2013 - 22:57

C'est dans les tuyaux, mais nous sommes suffisamment nombreux pour dire NON et pour obtenir gain de cause.

Ronub
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Olympias le Jeu 18 Juil 2013 - 23:01

Sauf que cette fois, l'habituel appel à la grève (qui déjà ne sert à rien depuis des années...on a vu que le MEN n'a jamais reculé) sera inopérant...et qu'il faudra envisager autre chose.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Celeborn le Jeu 18 Juil 2013 - 23:32

@Presse-purée a écrit:[Pour le dire vite, peut-être que mordre avant, même si ce n'est pas une position sympathique, permet d'éviter de se faire avoir ensuite. Si tu préfères, l'impression que j'ai, c'est que certains font le sale boulot, pendant que d'autres s'envoient des fleurs.

Entièrement d'accord avec toi sur ta dernière phrase. Pendant qu'on s'embête à essayer d'amender les textes, à faire des intersyndicales qui vont porter les demandes des collègues à l'administration et à l'inspection générale (HG, SES…), à envoyer des propositions de correctifs, de modifications, d'améliorations, il y a un syndicat (citons-le : c'est FO) qui ne fait rien de tout ça, qui ressort à tout bout de champ son discours apocalyptique quel que soit le sujet (ce que tu appelles « mordre avant »), et qui en profite pour ne rien faire d'autre (et parfois se dispense d'un certains nombre de réunions où pourtant nous pouvons être écoutés et faire avancer les chose, et contrer ceux qui ne pensent pas comme nous). Alors c'est pas eux qui font le sale boulot, je trouve. On pourrait remplacer leurs représentants par un magnétophone que ça aurait le même effet, je t'assure. Moi, ça me déprime d'assister à ça, alors que TOUS les autres syndicats essayent vraiment de faire des choses (même si certains ont une conception de la défense des personnels que je trouve pour le moins étrange, euphémisme). Enfin j'attends toujours qu'on me prouve l'efficacité d'une telle démarche dans l'optique d'éviter de se faire avoir. Ça, ça ne marche que lorsque l'on a les moyens de sa politique, à savoir une capacité de mobilisation autrement plus importante que celle qui existe actuellement.  

c) relire le rapport de la cour des comptes et le rapport Pochard

Je rappelle que le ministre nous a signalé qu'il était bien content qu'on se soit opposé au rapport de la Cour des comptes. Ensuite, on peut relire le rapport Pochard chaque année si l'on veut : ça ne veut pas dire que c'est son contenu qui va nous tomber dessus à la rentrée pour autant.


Mais j'aimerais que mon syndicat et le maximum d'autres arrivent avec comme préalable sur la table: on laisse le temps de conception intact pour les enseignants, pas d'annualisation, pas de changement de l'esprit du statut de 1950. Après tout, le ministre, si je ne me trompe pas, propose bien une "feuille de route" pré-négociations...
Là dessus, sois rassuré, nous, on arrivera à la négociation avec ça comme préalable.

Je voudrais vraiment ne pas être désagréable, car je n'ai rien contre toi, et rien contre la plupart des adhérents de l'un ou l'autre syndicat, mais réellement, je trouve cette façon de faire du syndicalisme à la fois peu ragoûtante moralement (il y a des fois où c'est purement et simplement du mensonge ou de la désinformation) et pas du tout efficace dans les faits (qu'on me dise ce que FO a fait et obtenu à l'EN ces derniers temps, ça m'intéresse). Je crois qu'il y a un vrai hiatus entre l'image de syndicat combattant et protecteur qui est donnée, et la réalité de l'action, que je juge bien piètre.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Zenxya le Ven 19 Juil 2013 - 0:43

@plotch a écrit:
L'annualisation pend plutôt au nez des profs de CPGE ...

Ce fil est passé inaperçu mais pourtant il y avait une innovation innovante.
http://www.neoprofs.org/t62270-ministere-de-l-education-remise-des-prix-impulsions-de-l-action-administrative-innovante?highlight=prix+innovation

C'est peut-être pas les CPGE mais plutôt les PLP qui seront touchés, dans un premier temps, vu que c'est souvent par le LP que l'on commence les réformes dans le secondaire.
Pilotage en ligne des périodes de formation en entreprise
Application  Candidat : Jacques Richet Structure : académie d’Amiens
Projet primé : Application web de pilotage partagé des périodes de formation des élèves de lycée professionnel en entreprise  Jacques Richet est chef de travaux au lycée professionnel Camille Claudel à Soissons. L’application web qu’il a réalisée permet le pilotage des périodes de formation en entreprise. Au sein de son établissement, l’application a apaisé les tensions existant autour de l’organisation du suivi en entreprise des élèves car chaque acteur dispose du même niveau d’information. Les enseignants et l’équipe de direction bénéficient ainsi d’un outil qui leur permet d’anticiper et d’optimiser le temps libéré lorsque les élèves sont en entreprise.  

Atouts : Communication autour de l’organisation du suivi des élèves en entreprise, anticipation des activités complémentaires à confier à un enseignant en sous-service une semaine donnée. Application facilement transférable à d’autres lycées professionnels. Catégorie Modernisation du fonctionnement des services"

Zenxya
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par User5899 le Ven 19 Juil 2013 - 8:48

@Presse-purée a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Ronub a écrit:
Au moins, on peut se prévaloir de ce statut pour défendre une certaine idée de l'organisation de l'enseignement : discipline enseignée et rien d'autres (pas de projets ou de trucs pluridisciplinaires imposés), services définis en heures hebdomadaires ce qui permet d'avoir un emploi du temps fixe sur l'année quel que soient le nombre de semaines et les perturbations de cours, et j'en oublie sans doute.
La défense du statut est la mère des batailles ou des défaites.

Comme je l'ai dit juste au dessus, je pense à tout ce qu'il y a à côté.

Mais le ministère n'a pas cela en tête. Faut être clair, on va manquer de profs bientôt. Il faut donc augmenter le temps de présence devant élèves, en passant par l'annualisation. Mais le budget est à flux tendu, donc on peut s'asseoir sur une revalorisation salariale. La conséquence va être une dégradation continue de nos conditions de travail, que l'on fera passer en tirant sur les vilains corporatistes, en mettant en avant le fameux intérêt des enfants, en disant comme Dubet que les connaissances ne servent à rien et que donc le temps de préparation de cours est du temps de glande, et en envoyant au front les gentils syndicats dits progressistes qui se feront une joie de dauber sur leurs collègues qui empêchent l'école, la France, le Monde et l'Humanité d'avancer.
Donc, il y aura moins de candidats aux concours, donc ...
Comme le dit Ronub, le statut est la mère de toutes les batailles. On vire le statut, et c'en est fini de notre rôle de CONCEPTEUR et d'intellectuel. On sera juste (et ça a commencé avec le splendide protocole de remplacement) des chieurs de cours au km, voire des exécutants de cours pondus hors sol par des "médiateurs innovants".
J'ai été prof à l'Ecole de l'air de Salon il y a 24 ans, avec un horaire annualisé et des cours dont je n'étais pas le concepteur, à débiter aux élèves de façon interchangeable, en changeant de groupe chaque fois que la programmation l'exigeait. C'était extrêmement frustrant et pénible. Être concepteur de son cours est une exigence à ne pas abandonner !

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par User5899 le Ven 19 Juil 2013 - 8:50

@Presse-purée a écrit:
@Isis39 a écrit:
Cripure a écrit:
Si on lit les textes, on assiste à tous les conseils de classe et on organise, en tant que PP, 10h de vie de classe par an (aucun texte officiel n'énonce que le PP les assure, on l'a déjà dit, mais ça semble avoir du mal à passer). Les textes sont déjà clairs.

Il y a donc bien eu un alourdissement de la charge de travail sans augmentation de salaire depuis quelques années.

Les heures de VdC DOIVENT être payées en HSE à celui qui les assure (eh oui, même si c'est le CPE ou le COP).
Nous provisionnons d'ailleurs des HSE lors du vote de la DHG. 10h par classe, le total étant divisé par 36 semaines pour donner le nombre d'HSA qu'on prend sur la dotation globale. Le paiement se fait à l'heure faite (appel signé dans Pronotes).

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Roumégueur Ier le Ven 19 Juil 2013 - 9:32

Mouais, puisqu'on en parle, j'ai souvent l'impression que l'apocalypse est sous nos yeux :
- crise inédite du recrutement niée par le ministère, qui ne cherche pas à s'attaquer aux racines du mal (masterisation, salaires, conditions de travail, médecine du travail...) : qui enseignera à nos enfants dans les décennies à venir?
- maintien envers et contre (presque) tous du socle, des compétences, du LPC, avec l'appui de syndicats 'réformistes', d'autres essayant tant bien que mal de circonscrire l'incendie, d'autres s'opposant purement et simplement à cette gabegie.
- les premières réformes font froid dans le dos : la réforme des rythmes, jugée nécessaire par une majorité de professionnels de l'enseignement est un fiasco Total, la mise en place des ESPE annonce déjà un nouveau naufrage à venir.
- dans ce contexte, même si le ministère n'a pas encore dévoilé sa ligne de route sur ce point, la discussion sur le métier d'enseignant débutera dans une atmosphère tendue et toute modification du décret de 1950 (la seule digue qui subsiste) aura peu de chance d'améliorer nos conditions de travail... Mais on pourra être surpris dans le bon sens ( ce dont je doute absolument)
Alors, certes, s'opposer tout le temps ne paraît pas être une réaction responsable, on ne fait rien avancer, d'autant que la capacité de mobiliser les enseignants s'est délitée, mais quand je vois la direction vers laquelle on nous dirige, j'ai pas envie d'avancer, pas d'un iota, quitte à me faire traiter de conservateur.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Roumégueur Ier le Ven 19 Juil 2013 - 9:50

Je sens d'autant moins bien les choses quand je lis ceci :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2013/07/19072013Article635098216178880442.aspx
"La rénovation du collège et du lycée
Peu abordé par la loi d'orientation, le collège est un lieu d'inégalités, de souffrances et de tensions dans le système éducatif. Le ministre veut commencer par la mise en place du socle et des nouveaux cycles, des nouveaux programmes et de la nouvelle organisation pédagogique à l'automne 2013. Autant dire qu'il commence par le plus difficile. La façon dont le gouvernement précédent a mis en place le socle et l'approche par compétences a creusé le fossé avec l'institution de façon durable et rendu ces approches répulsives pour beaucoup d'enseignants. Enfin le ministre veut faire "un bilan" du lycée au cours de l'année 2013-2014. A plusieurs reprises il a précisé qu'il recevait des avis divergents sur la réforme du lycée. On ne sait pas comment ce bilan sera fait et si les personnels y seront associés
."

Le collège, c'est le mal absolu : tu y souffres, c'est tout! Il faut que je pense à jeter à la poubelle tous les mots sympas des élèves ou des parents reçus en fin d'année...
Le problème ce n'est pas le socle et les compétences, c'est que la droite n'a pas su bien les mettre en place : imparable...

"Quelle vision du métier d'enseignant ?
En janvier 2013, Vincent Peillon avait évoqué le métier d'enseignant et sa réforme dans un entretien donné au Café pédagogique. "Le monde et la société changent. Les enfants d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’il y a 20 ou 30 ans. Les modalités d’accès au savoir ont été bouleversées par les nouvelles technologies. L’école doit donc évoluer, et cette évolution repose en très large partie sur les pratiques des enseignants", nous avait-il dit. "Cela passe, je le crois, par un encouragement réel au travail d’équipe, ce qui suppose des responsabilités, et une certaine autonomie pour mener des projets au service de la réussite des élèves". Lors d'un autre événement , le 30 avril, le ministre avait avancé l'idée d'une réforme du cadre d'emploi des enseignants gommant les frontières entre les  corps dans l'éducation nationale. "Que celui qui va devenir professeur se dise : je vais être tuteur, je pourrai enseigner en Espe, devenir chef d'établissement puis redevenir enseignant si je le souhaite"."


On ne sait pas encore ce que le ministère a dans la tête mais on peut y voir quelques axes principaux :
- le numérique, c'est fantastique (si tout le monde y a accès et si les supports utilisés ont du sens et ne sont pas simples artifices, pourquoi pas; mais on peut aussi enseigner au XXIème siècle de manière très dépouillée, si, si, c'est possible)
- la pratique pédagogique sera au centre des débats : tiens, s'il a trouvé la recette miracle, qu'il écrive un livre!
- travail d'équipe (et si ça ne fonctionne pas avec certains collègues?), discussion sur les corps (très mystérieux), la possibilité d'être cde et de redevenir prof (alors là, il faudra me trouver ceux qui feront le parcours dans ce sens!)
Bon, on verra bien.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Cath le Ven 19 Juil 2013 - 9:58

@Zenxya a écrit:
Ce fil est passé inaperçu mais pourtant il y avait une innovation innovante.
http://www.neoprofs.org/t62270-ministere-de-l-education-remise-des-prix-impulsions-de-l-action-administrative-innovante?highlight=prix+innovation

C'est peut-être pas les CPGE mais plutôt les PLP qui seront touchés, dans un premier temps, vu que c'est souvent par le LP que l'on commence les réformes dans le secondaire.
Pilotage en ligne des périodes de formation en entreprise
Application  Candidat : Jacques Richet Structure : académie d’Amiens
Projet primé : Application web de pilotage partagé des périodes de formation des élèves de lycée professionnel en entreprise  Jacques Richet est chef de travaux au lycée professionnel Camille Claudel à Soissons. L’application web qu’il a réalisée permet le pilotage des périodes de formation en entreprise. Au sein de son établissement, l’application a apaisé les tensions existant autour de l’organisation du suivi en entreprise des élèves car chaque acteur dispose du même niveau d’information. Les enseignants et l’équipe de direction bénéficient ainsi d’un outil qui leur permet d’anticiper et d’optimiser le temps libéré lorsque les élèves sont en entreprise.  

Atouts : Communication autour de l’organisation du suivi des élèves en entreprise, anticipation des activités complémentaires à confier à un enseignant en sous-service une semaine donnée. Application facilement transférable à d’autres lycées professionnels. Catégorie Modernisation du fonctionnement des services"

Ça, ça craint A MORT.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Celeborn le Ven 19 Juil 2013 - 11:24

Attention de ne pas confondre ce qui relève du positionnement et des opinions du café pédagogique et ce qui relève de l'information réelle. Par exemple, le ministre n'a pas dit qu'il allait gommer les corps : c'est une interprétation du café qui ne s'appuie sur rien ("tuteur" n'est pas un corps, "enseignant en ESPE" pas davantage). Même chose sur la perception du collège. À ce sujet, on sait que le projet de rénovation du collège que le SNALC a présenté a été sérieusement étudié par le ministère, qui nous a posé des questions très précises dessus. Ça ne veut pas dire qu'il sera repris pour autant, mais il n'est pas du tout certain que le ministère ait déjà une réforme clef-en-main compétences-projets-transdisciplinaire-corps unique dans ses tiroirs.

Il ne s'agit pas d'être béat d'optimisme, loin de là : on voit bien que l'approche par compétences est toujours là. Il s'agit de défendre ses valeurs et sa vision de l'école, mais à mon sens d'une façon qui puisse avoir des répercussions réelles.

Je donne un exemple tout vrai du Conseil Supérieur de l'Éducation d'avant-hier : dans le texte sur la formation dans les ESPE, un article dit que cette formation doit inclure "l'approche par les compétences". Que se passe-t-il ?

1) Seul le SNALC a déposé un amendement pour supprimer ce passage.
2) le SNALC, Sud, la CGT et le SNES ont voté pour cet amendement (en ce qui concerne le SNES, c'est très rare qu'il vote nos amendements, donc pour le coup leur position est claire sur le sujet).
3) L'UNSA et le SGEN ont voté contre.
4) Le SNUipp et FO ont refusé de le voter.

Mais FO sera le premier à communiquer sur son opposition aux compétences et à tout ça, tout en n'exprimant même pas cet avis par un vote qui a, quoi qu'on en dise, une importance, car c'est comme ça que l'administration prend le pouls de ses administrés.

Voilà, c'est à ça que j'assiste au quotidien.


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Roumégueur Ier le Ven 19 Juil 2013 - 11:39

@Celeborn a écrit:Attention de ne pas confondre ce qui relève du positionnement et des opinions du café pédagogique et ce qui relève de l'information réelle. Par exemple, le ministre n'a pas dit qu'il allait gommer les corps : c'est une interprétation du café qui ne s'appuie sur rien ("tuteur" n'est pas un corps, "enseignant en ESPE" pas davantage). Même chose sur la perception du collège. À ce sujet, on sait que le projet de rénovation du collège que le SNALC a présenté a été sérieusement étudié par le ministère, qui nous a posé des questions très précises dessus. Ça ne veut pas dire qu'il sera repris pour autant, mais il n'est pas du tout certain que le ministère ait déjà une réforme clef-en-main compétences-projets-transdisciplinaire-corps unique dans ses tiroirs.

Il ne s'agit pas d'être béat d'optimisme, loin de là : on voit bien que l'approche par compétences est toujours là. Il s'agit de défendre ses valeurs et sa vision de l'école, mais à mon sens d'une façon qui puisse avoir des répercussions réelles.

Je donne un exemple tout vrai du Conseil Supérieur de l'Éducation d'avant-hier : dans le texte sur la formation dans les ESPE, un article dit que cette formation doit inclure "l'approche par les compétences". Que se passe-t-il ?

1) Seul le SNALC a déposé un amendement pour supprimer ce passage.
2) le SNALC, Sud, la CGT et le SNES ont voté pour cet amendement (en ce qui concerne le SNES, c'est très rare qu'il vote nos amendements, donc pour le coup leur position est claire sur le sujet).
3) L'UNSA et le SGEN ont voté contre.
4) Le SNUipp et FO ont refusé de le voter.

Mais FO sera le premier à communiquer sur son opposition aux compétences et à tout ça, tout en n'exprimant même pas cet avis par un vote qui a, quoi qu'on en dise, une importance, car c'est comme ça que l'administration prend le pouls de ses administrés.

Voilà, c'est à ça que j'assiste au quotidien.


Je crains malheureusement que certaines bisbilles entre syndicats empêchent les uns de se rallier aux autres pour être efficaces (j'en veux pour preuve la haine tenace FO-Snalc notamment à cause des transfuges de l'un à l'autre et d'un procès d'une ex-Snalc soutenue par FO, dont je me fiche éperdument). J'aurais préféré que FO vote votre amendement.
Mais du coup, si je te lis bien, l'amendement a été accepté et l'approche par compétences ne sévira pas en ESPE? (4 Pour, 2 contre et 2 abstentions), ce serait une bonne nouvelle.

Roumégueur Ier
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par meskiangasher le Ven 19 Juil 2013 - 11:46

@Celeborn a écrit:Je crois qu'il y a un vrai hiatus entre l'image de syndicat combattant et protecteur qui est donnée, et la réalité de l'action, que je juge bien piètre.
Tu parles ici de l'action "collective" de FO. On peut en discuter.
Par contre, de par mon expérience, quand il s'agit d'être défendu pour des problèmes individuels, je sais qu'il y a des représentants/militants de FO qui prendront leur bâton de pèlerin et qui iront au front. Et ce n'est pas le cas pour le SNALC, ce dernier ayant encore quelques voix (plus pour longtemps je pense) mais n'a quasiment pas de militants.

meskiangasher
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Celeborn le Ven 19 Juil 2013 - 11:48

@meskiangasher a écrit:
Par contre, de par mon expérience, quand il s'agit d'être défendu pour des problèmes individuels, je sais qu'il y a des représentants/militants de FO qui prendront leur bâton de pèlerin et qui iront au front. Et ce n'est pas le cas pour le SNALC, ce dernier ayant encore quelques voix (plus pour longtemps je pense) mais n'a quasiment pas de militants.

Oh la belle désinformation… Ça, ça sent le transfuge ex-SNALC qui est passé à FO, pour le coup.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Celeborn le Ven 19 Juil 2013 - 11:53

@Roumégueur Ier a écrit:
Je crains malheureusement que certaines bisbilles entre syndicats empêchent les uns de se rallier aux autres pour être efficaces (j'en veux pour preuve la haine tenace FO-Snalc notamment à cause des transfuges de l'un à l'autre et d'un procès d'une ex-Snalc soutenue par FO, dont je me fiche éperdument). J'aurais préféré que FO vote votre amendement.
Mais du coup, si je te lis bien, l'amendement a été accepté et l'approche par compétences ne sévira pas en ESPE? (4 Pour, 2 contre et 2 abstentions), ce serait une bonne nouvelle.

1) Les votes du CSE sont consultatifs.
2) L'administration de l'EN ne pouvait accepter des amendements sur ce texte en séance, car ce sont des textes interministériels avec le Ministère du sup. Donc il faut qu'ils en discutent ensemble.
3) Non, l'amendement n'a pas été voté, car l'alliance UNSA/CFDT/FCPE (+UNEF/UNL) est majoritaire au CSE.

4) FO refuse de voter aussi les amendements qui ne viennent pas du SNALC.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Daphné le Ven 19 Juil 2013 - 12:00

@meskiangasher a écrit:

.... Et ce n'est pas le cas pour le SNALC, ce dernier ayant encore quelques voix (plus pour longtemps je pense) mais n'a quasiment pas de militants.
 
Hein heu 
Non mais et puis quoi encore...Rolling Eyes 
Et je ne dirai même pas qu'il vaut mieux entendre ça qu'être sourd Evil or Very Mad car au SNALC, et pour le faire je sais de quoi je parle, il y a suffisamment d'élus et de militants pour prendre son bâton de pélerin et défendre toutes les situations individuelles, et même d'obtenir satisfaction pompom 

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par MarieL le Ven 19 Juil 2013 - 12:10

La combativité des militants et des élus dépend plus des personnalités que des syndicats - à mon avis, et c'est flagrant en tout cas dans les établissements que je connais.

Maintenant, un collègue non syndiqué qui a eu un problème (qu'il a gardé pour lui) a publiquement remercié le CPE qui lui avait conseillé FO - lequel CPE a alors enfourché l'un de ses chevaux de bataille selon lequel certains syndicats "influents" finissent toujours par aller dans le sens du gouvernement quel qu'il soit alors que FO, n'ayant rien à perdre, est bien plus combattif.

_________________
Je suis ce que je suis et je suis l'être même, je suis ma volonté en moi-même exaucée - A. Kalda

MarieL
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réforme du métier : c'est maintenant !

Message par Presse-purée le Ven 19 Juil 2013 - 13:14

@Celeborn a écrit:Attention de ne pas confondre ce qui relève du positionnement et des opinions du café pédagogique et ce qui relève de l'information réelle.

+1. Lire par exemple leur article sur le rapport de l'Ig sur le ROLL et le rapport de l'IG en lui-même. C'est fou comme la lecture qui en est faite par le café semble différente de ce que l'on peut lire...

@Celeborn a écrit:
Par exemple, le ministre n'a pas dit qu'il allait gommer les corps : c'est une interprétation du café qui ne s'appuie sur rien ("tuteur" n'est pas un corps, "enseignant en ESPE" pas davantage). Même chose sur la perception du collège. À ce sujet, on sait que le projet de rénovation du collège que le SNALC a présenté a été sérieusement étudié par le ministère, qui nous a posé des questions très précises dessus. Ça ne veut pas dire qu'il sera repris pour autant, mais il n'est pas du tout certain que le ministère ait déjà une réforme clef-en-main compétences-projets-transdisciplinaire-corps unique dans ses tiroirs.
En gras: félicitations à vous, c'est une bonne nouvelle, même si je loin d'être d'accord avec tout ce que vous avez proposé (voir les objections de Véronique par exemple).
Souligné: mais d'autres l'ont pour lui.

@Celeborn a écrit:
Il ne s'agit pas d'être béat d'optimisme, loin de là : on voit bien que l'approche par compétences est toujours là. Il s'agit de défendre ses valeurs et sa vision de l'école, mais à mon sens d'une façon qui puisse avoir des répercussions réelles.

+1

@Celeborn a écrit:
Je donne un exemple tout vrai du Conseil Supérieur de l'Éducation d'avant-hier : dans le texte sur la formation dans les ESPE, un article dit que cette formation doit inclure "l'approche par les compétences". Que se passe-t-il ?

1) Seul le SNALC a déposé un amendement pour supprimer ce passage.
2) le SNALC, Sud, la CGT et le SNES ont voté pour cet amendement (en ce qui concerne le SNES, c'est très rare qu'il vote nos amendements, donc pour le coup leur position est claire sur le sujet).
3) L'UNSA et le SGEN ont voté contre.
4) Le SNUipp et FO ont refusé de le voter.

Mais FO sera le premier à communiquer sur son opposition aux compétences et à tout ça, tout en n'exprimant même pas cet avis par un vote qui a, quoi qu'on en dise, une importance, car c'est comme ça que l'administration prend le pouls de ses administrés.

Voilà, c'est à ça que j'assiste au quotidien.

Tu pourrais, éventuellement en MP, me faire parvenir le texte de votre amendement, afin que je comprenne par moi-même pourquoi FO n'a pas voté?

P.S.: la guéguerre SNALC-FO, même si je vois à peu près de quoi elle vient, est triste. Au niveau national, ça permet à des syndicats dont les idées sont minoritaires, voire pas connues ou comprises par leurs adhérents (c'est fou, lorsque je déboule dans un bahut et que j'explique les problèmes posés par la réforme Peillon, même les syndiqués SGEN sont d'accord avec moi... ils ont juste besoin de se sentir "dans le camp du bien") de se faire entendre alors qu'ils ne représentent rien.

P.P.S.: et bon, le problème du syndicalisme enseignant en France, ce ne sont pas les guéguerres, au final, c'est le nombre ridicule de syndiqués.


Dernière édition par Presse-purée le Ven 19 Juil 2013 - 15:10, édité 1 fois (Raison : problème de balise)

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum