Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Message par Iphigénie le Ven 26 Juil 2013 - 17:54

(P.S. : Ce n'est pas son père qui n'est pas choisi, mais lui-même).
en effet Embarassed 
ce qu'il y a de bien avec Suétone, c'est que la tradition l'a toujours minimisé par rapport à Tacite et qu'il a donc toujours été vu sous un angle peut-être en effet réducteur: une relecture est donc stimulante.
En tout cas on attend votre édition avec intérêt Very Happy 
J'ai du mal à me faire une idée de son style, ce qui me paraît évident c'est qu'il n'est pas du tout facile à traduire: limite, je trouve Tacite plus facile à appréhender dans ses raccourcis. Avec Suétone on hésite beaucoup sur les emplois qu'il a de la langue latine: latin post classique? négligence? originalité? je ne saurais trancher pour ma part et pour l'instant....
pour "virtus" il me semble qu'est positive cette "force de tempérament" qui les pousse à agir, même si nous ne jugerions pas forcément, nous, modernes, ces actions comme "vertus" (voir la "virtus" de l'Horace de Corneille par exemple: il y a quelque chose en lui de Tenessee brutal. (encore que chez le personnage de Corneille ça se discute aussi, n'ouvrons pas une brèche de plus Laughing )

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Message par nlm76 le Ven 26 Juil 2013 - 18:08

Tiens, si tu veux voir combien Suétone admire la vertu virile des ancêtres de Néron, lis la fin du chapitre III.

nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Message par Kilmeny le Ven 26 Juil 2013 - 18:09

@iphigénie a écrit:
J'ai du mal à me faire une idée de son style, ce qui me paraît évident c'est qu'il n'est pas du tout facile à traduire: limite, je trouve Tacite plus facile à appréhender dans ses raccourcis. Avec Suétone on hésite beaucoup sur les emplois qu'il a de la langue latine: latin post classique? négligence? originalité? je ne saurais trancher pour ma part et pour l'instant....

Son style me fait parfois penser à du grec, du moins à la liberté de la syntaxe grecque

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Message par Iphigénie le Ven 26 Juil 2013 - 18:30

Ce serait intéressant de savoir s'il connaissait Plutarque...

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Message par Kilmeny le Ven 26 Juil 2013 - 19:20

@iphigénie a écrit:Ce serait intéressant de savoir s'il connaissait Plutarque...

Tiens ! Une piste intéressante ! Excellente idée.

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Suétone : le point sur les études critiques actuelles ?

Message par Lefteris le Sam 27 Juil 2013 - 20:49

@nlm76 a écrit:
P.S. Et d'ailleurs, qu'est-ce que c'est que ce boxon ? Pourquoi Iphigénie répond-elle à la place de Lefteris? Ah... le petit personnel !
Infimus operarius diable certe a pristina virtute sua paulisper degeneravit, sed otium bene meruit et, longe a Suetonio profugus , vias Italicas cum machina pedibus catenaque mota percucurrit. Nunc gallice persequor ...

En bloc, je dirais que pour le at, il marque deux traits à la fois similaires dans le fond et différents dans la forme. Quand ce Domitius est tribun, il flatte le peuple (le motif relève de l'intervfention de Suétone, mais il n'est pas celui présenté officiellement au peuple, très certainement) , quand il se comporte en triomphateur, il se comporte en magistrat revêtu de l'imperium. La seule constance des Domitius est la poursuite de leur intérêt. On retrouvera cela chez Néron . Tous les actes des ancêtres d'ailleurs se retrouvent chez Néron, sorte de cumulard de tous les défauts antérieurs : cabotinage, cruauté, démagogie, vanité (les triomphes et expéditions militaires bouffons) ...
Dans ce cas, on peut voir le terme de virtus comme ironique , puisqu'il est la plupart du temps employé employé dans un sens positif, difficile d'ailleurs à trduire exactement, mais englobant fides , pietas, temperantia, etc. qualités dont Suétone montre l'absence ou la présence chez ses Césars, par l'évocation de leur vie et de leurs actes. Reste à voir s'il ne s'est pas affaibli à son époque (dans les sens de "dispositions"; employé au pluriel) , mais je ne pesne pas, car hormis les néologismes, sa langue semble relativement classique.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum