(Longue) nouvelle ou (court) roman ? De l'étiquette...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(Longue) nouvelle ou (court) roman ? De l'étiquette...

Message par A.vanWorden le Mar 13 Aoû 2013 - 21:27

De l'étiquette et du respect des instructions zoofficielles. Étant entendu qu'il est plus difficile de coller une étiquette sur du divers, du mouvant, bref du vivant, que sur un bocal de cornichons, comment "catégorisez"-vous certains textes relativement cours, dès lors que l'auteur n'a pas eu l'obligeance de vous fournir lui-même le mode d'emploi ?

Je pense par exemple à certains textes de Balzac (pour rester dans le "classique") qui ne font guère qu'une cinquantaine ou une soixantaine de pages (en édition de poche "standard"). Pour moi une nouvelle se doit d'être un texte très court et vingt ou, à la limite, trente pages sont un maximum pour considérer qu'un texte appartient au genre... Pour autant, est-ce que je ne risque pas de me faire taper sur les doigts si je fais une étudier un texte d'une cinquantaine de pages seulement (quitte même à faire étudier plusieurs textes courts au lieu d'un long, pour privilégier la variété) et pas un "vrai" roman du XIXe siècle comme on l'imagine plus généralement ?...

Je précise, d'une part, que je vais être affecté dans un établissement apparemment un peu difficile, et que je me prépare en conséquence à avoir des classes plutôt faibles (mais non j'ai pas dit "de mollusques", arrêtez avec ça ! Laughing), et, d'autre part, que je serai en renouvellement de stage, donc avec une grosse épée de Damoclès au-dessus de la tête. Mes principaux points faibles de l'année écoulée étaient ma gestion de classe et des visées "trop ambitieuses" (et "universitaires"). Autant vous dire que ce n'est pas cette année que je prendrais le risque de leur faire étudier Salammbô !

_________________

A.vanWorden
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: (Longue) nouvelle ou (court) roman ? De l'étiquette...

Message par Celeborn le Mar 13 Aoû 2013 - 21:38

Pour avoir travaillé la question sur Maupassant en prépa agreg', il n'y a pas de critère définitif entre un court roman et une longue nouvelle. En tout les cas pas de critère quantitatif. Dans notre passé, on appelait même "nouvelle" un livre comme La Princesse de Clèves, comprenant peu de personnages et une action finalement assez ramassée, là où L'Astrée était un "roman", car on y croisait un nombre important de personnages, et une grande variété d'actions. On voit qu'effectivement, les catégories sont fluctuantes.

Quoi qu'il en soit, il est des nouvelles de + de 30 pages. Une fois cela dit, 50 pages de Balzac me semblent plus nettement compliquées pour les élèves qu'une version bien abrégée des Misérables ou des Trois Mousquetaires.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: (Longue) nouvelle ou (court) roman ? De l'étiquette...

Message par Caspar Goodwood le Mar 13 Aoû 2013 - 23:02

Il faudrait adopter le mot novella, comme les Anglais, pour désigner les textes trop longs pour être des nouvelles et trop courts pour être des romans.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: (Longue) nouvelle ou (court) roman ? De l'étiquette...

Message par A.vanWorden le Mar 13 Aoû 2013 - 23:13

Les versions abrégées, je ne peux pas. Question de principe. Si je dois un jour capituler là-dessus, ce sera en tout cas la dernière chose sur laquelle je capitulerai.

En tant que lecteur, je suis frustré qu'un autre juge à ma place de ce que je peux apprécier ou pas. En tant qu' "universitaire", je récuse l'idée qu'on puisse tirer une analyse valable d'un texte qui n'est pas sûrement établi, a fortiori transformé à l'encontre la volonté de l'auteur. En tant que prof, -- eh bien, j'entends les arguments de ceux qui procèdent autrement, et je ne leur jette pas la pierre --, mais je considère qu'il y a pléthore de textes abordables à tous les âges, qu'on n'est pas forcément obligé d'avoir lu tous les livres avant d'avoir 18 ans (et encore moins de trouver que la chair est triste, hélas, mais c'est une autre question), et qu'ils auront tout le temps plus tard de lire Les Misérables s'ils en ont l'envie... ou pas. Après tout, on peut très bien faire une brillante carrière politique en étant persuadé qu'Haussmann, Malesherbes et Périphérique sont des maréchaux d'Empire, comme disait Desproges de George Marchais (mais qu'aurait-il dit du nain qui avait beaucoup souffert sur la pauvre princesse de Clèves ?...).

Quant à la difficulté des textes courts de Balzac, je viens d'en relire quelques-uns, c'est très variable d'un titre à l'autre.

_________________

A.vanWorden
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: (Longue) nouvelle ou (court) roman ? De l'étiquette...

Message par User5899 le Mar 13 Aoû 2013 - 23:14

On peut étiqueter nouvelle un texte à l'arrière-plan plutôt simple, le strict nécessaire pour suivre l'action, quand le roman, lui, appelle une complexification. On trouvera sans aucun doute des exceptions, mais c'est un "étiquetage" qui ne me semble pas absurde.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum