Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Dalilah
Niveau 6

idée pour un GT sur le héros au front?

par Dalilah le Dim 1 Sep 2013 - 2:52
Je prépare un GT pour des premières STMG sur l'OE roman.
J'envisage de faire une séquence avec pour sujet "Le héros au champ de bataille : l'expression du sentiment d'absurdité".
Bien sûr je mettrai Fabrice à Waterloo et un passage de Bardamu au front, mais je n'ai pas d'extrait pour le 17e ou 18eme (il me faudrait 3 LA).
Des suggestions (en sachant que je garde Don Quichotte pour une lecture complémentaire)?
avatar
Dalilah
Niveau 6

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par Dalilah le Dim 1 Sep 2013 - 3:33
Que pensez-vous de la fin du livre 2 des Aventures de Télémaque, le récit de la guerre civile causée par l'hubris du roi?

Je copie-colle l'extrait:

"Les Egyptiens me parurent divisés entre eux: je n'eus aucune peine à croire que l'insensé roi Bocchoris avait, par ses violences, causé une révolte de ses sujets et allumé la guerre civile. Je fus, du haut de cette tour, spectateur d'un sanglant combat. Les Egyptiens qui avaient appelé à leur secours les étrangers, après avoir favorisé leur descente, attaquèrent les autres Egyptiens, qui avaient le roi à leur tête. Je voyais ce roi qui animait les siens par son exemple: il paraissait comme le dieu Mars: des ruisseaux de sang coulaient autour de lui; les roues de son char étaient teintes d'un sang noir, épais et écumant; à peine pouvaient-elles passer sur des tas de corps morts écrasés. Ce jeune roi, bien fait, vigoureux, d'une mine haute et fière, avait dans ses yeux la fureur et le désespoir: il était comme un beau cheval qui n'a point de bouche; son courage le poussait au hasard, et la sagesse ne modérait point sa valeur. Il ne savait ni réparer ses fautes, ni donner des ordres précis, ni prévoir les maux qui le menaçaient, ni ménager les gens dont il avait le plus grand besoin. Ce n'était pas qu'il manquât de génie: ses lumières égalaient son courage; mais il n'avait jamais été instruit par la mauvaise fortune; ses maîtres avaient empoisonné par la flatterie son beau naturel. Il était enivré de sa puissance et de son bonheur; il croyait que tout devait céder à ses désirs fougueux: la moindre résistance enflammait sa colère. Alors il ne raisonnait plus; il était comme hors de lui-même: son orgueil furieux en faisait une bête farouche; sa bonté naturelle et sa droite raison l'abandonnaient en un instant; ses plus fidèles serviteurs étaient réduits à s'enfuir; il n'aimait plus que ceux qui flattaient ses passions. Ainsi il prenait toujours des partis extrêmes contre ses véritables intérêts, et il forçait tous les gens de bien à détester sa folle conduite.

Longtemps sa valeur le soutint contre la multitude de ses ennemis; mais enfin il fut accablé. Je le vis périr: le dard d'un Phénicien perça sa poitrine. Il tomba de son char, que les chevaux traînaient toujours, et ne pouvant plus tenir les rênes, il fut mis sous les pieds des chevaux. Un soldat de l'île de Chypre lui coupa la tête; et, la prenant par les cheveux, il la montra, comme en triomphe, à toute l'armée victorieuse.

Je me souviendrai toute ma vie d'avoir vu cette tête qui nageait dans le sang, ces yeux fermés et éteints, ce visage pâle et défiguré, cette bouche entrouverte, qui semblait vouloir encore achever des paroles commencées, cet air superbe et menaçant, que la mort même n'avait pu effacer. Toute ma vie il sera peint devant mes yeux, et, si jamais les dieux me faisaient régner, je n'oublierais point, après un si funeste exemple, qu'un roi n'est digne de commander et n'est heureux dans sa puissance qu'autant qu'il la soumet à la raison. Hé! quel malheur, pour un homme destiné à faire le bonheur public, de n'être le maître de tant d'hommes que pour les rendre malheureux!"
avatar
cannelle21
Grand Maître

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par cannelle21 le Dim 1 Sep 2013 - 6:12
L'incontournable Candide à la guerre (chap 3)
Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer. Les canons renversèrent d’abord à peu près six mille hommes de chaque côté ; ensuite la mousqueterie ôta du meilleur des mondes environ neuf à dix mille coquins qui en infectaient la surface. La baïonnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelques milliers d’hommes. Le tout pouvait bien se monter à une trentaine de mille âmes. Candide, qui tremblait comme un philosophe, se cacha du mieux qu’il put pendant cette boucherie héroïque.
Enfin, tandis que les deux rois faisaient chanter des Te Deum, chacun dans son camp, il prit le parti d’aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d’abord un village voisin ; il était en cendres : c’était un village abare que les Bulgares avaient brûlé, selon les lois du droit public. Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là des filles, éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros, rendaient les derniers soupirs ; d’autres, à demi brûlées, criaient qu’on achevât de leur donner la mort. Des cervelles étaient répandues sur la terre à côté de bras et de jambes coupés.
Candide s’enfuit au plus vite dans un autre village : il appartenait à des Bulgares, et des héros abares l’avaient traité de même. Candide, toujours marchant sur des membres palpitants, ou à travers des ruines, arriva enfin hors du théâtre de la guerre, portant quelques petites provisions dans son bissac, et n’oubliant jamais mademoiselle Cunégonde. Ses provisions lui manquèrent quand il fut en Hollande ; mais ayant entendu dire que tout le monde était riche dans ce pays-là, et qu’on y était chrétien, il ne douta pas qu’on ne le traitât aussi bien qu’il l’avait été dans le château de monsieur le baron avant qu’il en eût été chassé pour les beaux yeux de mademoiselle Cunégonde.

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
avatar
cannelle21
Grand Maître

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par cannelle21 le Dim 1 Sep 2013 - 6:14
Avec l'extrait de Barry Lyndon

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
avatar
Dalilah
Niveau 6

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par Dalilah le Dim 1 Sep 2013 - 13:06
Ben oui mais je préférerais quand même un extrait de roman puisque ma séquence s'inscrit dans cet OE... No 
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par User5899 le Dim 1 Sep 2013 - 14:01
HS

Pas plus d'hubris que d'hupoglucémie, d'hupokhâgne ou d'hupothèse Razz

hybris, comme le maïs hubride hybride Smile
avatar
Dalilah
Niveau 6

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par Dalilah le Dim 1 Sep 2013 - 14:18
(Ah oui, avais pas vu, pardon d'avoir ripé!... A ma décharge il était 3h30 Sleep Sleep )
Mais sinon, on peut l'écrire comme ça quand on transcrit le terme grec, avec un accent aigu sur le u, non Laughing ?
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par User5899 le Dim 1 Sep 2013 - 15:02
nan Razz
sabsyed
Niveau 1

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par sabsyed le Dim 1 Sep 2013 - 17:35
Salut,
Pense à l'extrait mettant en scène Fabrice à Waterloo dans Le rouge et le noir commençant par "notre héros était fort peu héros"...
sabsyed
Niveau 1

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par sabsyed le Dim 1 Sep 2013 - 17:36
Non pas dans Le rouge et le noir (quelle gourde) dans La chartreuse de Parme bien-sûr.
avatar
Dalilah
Niveau 6

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par Dalilah le Dim 1 Sep 2013 - 17:54
Déjà prévu dans mon GT Very Happy  : "Bien sûr je mettrai Fabrice à Waterloo et un passage de Bardamu au front"
Je cherche un texte de roman du XVIIe ou XVIIIe...
sabsyed
Niveau 1

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par sabsyed le Dim 1 Sep 2013 - 22:46
Corneille, Le Cid, "Nous partîmes cinq cents"...qu'en fis-tu? ça te fait croiser avec le théâtre, mais tant mieux, non?
avatar
retraitée
Vénérable

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par retraitée le Lun 2 Sep 2013 - 14:19
@Dalilah a écrit:Je prépare un GT pour des premières STMG sur l'OE roman.
J'envisage de faire une séquence avec pour sujet "Le héros au champ de bataille : l'expression du sentiment d'absurdité".
Bien sûr je mettrai Fabrice à Waterloo et un passage de Bardamu au front, mais je n'ai pas d'extrait pour le 17e ou 18eme (il me faudrait 3 LA).
Des suggestions (en sachant que je garde Don Quichotte pour une lecture complémentaire)?
Candide pour le 18e.
InvitéeHr
Expert

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par InvitéeHr le Lun 2 Sep 2013 - 21:32
En texte complémentaire un extrait de Barry Lyndon le roman de Thackeray et/ou comme le suggère Cannelle un extrait du film.
avatar
Écusette de Noireuil
Neoprof expérimenté

Re: idée pour un GT sur le héros au front?

par Écusette de Noireuil le Lun 2 Sep 2013 - 22:09
Pour le XXe siècle il y a des passages très bien dans Un long dimanche de fiançailles de Japrisot. Le 1er chapitre notamment.

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum