Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Karine B. le Dim 1 Sep 2013 - 21:11

@boris vassiliev a écrit:Je ne me souviens pas de photocopies
ah, l'odeur des polycopies et des machines à alcool Laughing 

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par boris vassiliev le Dim 1 Sep 2013 - 21:15

Non, ça c'était quelques années avant, à l'école... C'était l'odeur des contrôles !Very Happy 

_________________
La politique, c'est du show business ! Du show business !!

boris vassiliev
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Karine B. le Dim 1 Sep 2013 - 21:17

@boris vassiliev a écrit:Non, ça c'était quelques années avant, à l'école... C'était l'odeur des contrôles !Very Happy 
en 1996, je tournais encore la manivelle : tu ne vas pas me faire croire que tu étais encore en primaire à 17 ans ? Very Happy 

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Aurore le Dim 1 Sep 2013 - 21:17

@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:
Voilà. Celeborn a évoqué les études de cas à foison... En d'autres termes, on ne prenait pas les élèves pour des historiens en puissance sous prétexte d'inclure à tout prix les apports de la recherche. Et en ce qui concerne le lycée, on maintenait une trame chronologique solide, ce qui est loin d'être le cas actuellement.
Je ne dis pas que c'est l'unique cause (kiwi a en listé d'autres) mais il serait contreproductif de nier de telles dérives.
J'avoue ne pas trop saisir le rapport entre le respect ou non d'une chronologie et le fait de terminer le programme.
Plus le cours du prof est clair et structuré - et le fait de suivre la chronologie et réduire au possible les "études de cas" y contribue grandement - , plus l'élève comprend vite et se révèle efficace dans son travail perso. Résultat : le prof avance plus vite et se donne plus de chances de terminer le programme... Wink

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Isis39 le Dim 1 Sep 2013 - 21:21

@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:
@Aurore a écrit:
Voilà. Celeborn a évoqué les études de cas à foison... En d'autres termes, on ne prenait pas les élèves pour des historiens en puissance sous prétexte d'inclure à tout prix les apports de la recherche. Et en ce qui concerne le lycée, on maintenait une trame chronologique solide, ce qui est loin d'être le cas actuellement.
Je ne dis pas que c'est l'unique cause (kiwi a en listé d'autres) mais il serait contreproductif de nier de telles dérives.
J'avoue ne pas trop saisir le rapport entre le respect ou non d'une chronologie et le fait de terminer le programme.
Plus le cours du prof est clair et structuré - et le fait de suivre la chronologie et réduire au possible les "études de cas" y contribue grandement - , plus l'élève comprend vite et se révèle efficace dans son travail perso. Résultat : le prof avance plus vite et se donne plus de chances de terminer le programme... Wink
Ah ! Le retour d'Aurore spécialiste de l'enseignement de l'histoire.
Si vous pouviez m'expliquez comment faire la guerre froide en 3h, évaluation comprise, cela m'arrangerait grandement... Parce que moi qui suis prof d'histoire, je n'y arrive pas....

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Karine B. le Dim 1 Sep 2013 - 21:22

@Isis39 a écrit:
@Aurore a écrit:
@kiwi a écrit:J'avoue ne pas trop saisir le rapport entre le respect ou non d'une chronologie et le fait de terminer le programme.
Plus le cours du prof est clair et structuré - et le fait de suivre la chronologie et réduire au possible les "études de cas" y contribue grandement - , plus l'élève comprend vite et se révèle efficace dans son travail perso. Résultat : le prof avance plus vite et se donne plus de chances de terminer le programme... Wink
Ah ! Le retour d'Aurore spécialiste de l'enseignement de l'histoire.
Si vous pouviez m'expliquez comment faire la guerre froide en 3h, évaluation comprise, cela m'arrangerait grandement... Parce que moi qui suis prof d'histoire, je n'y arrive pas....
1 h : le début, 1 h le milieu, 1 h la fin professeur 

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par John le Dim 1 Sep 2013 - 21:24

Very Happy

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Isis39 le Dim 1 Sep 2013 - 21:25

@Karine B. a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Aurore a écrit:Plus le cours du prof est clair et structuré - et le fait de suivre la chronologie et réduire au possible les "études de cas" y contribue grandement - , plus l'élève comprend vite et se révèle efficace dans son travail perso. Résultat : le prof avance plus vite et se donne plus de chances de terminer le programme... Wink
Ah ! Le retour d'Aurore spécialiste de l'enseignement de l'histoire.
Si vous pouviez m'expliquez comment faire la guerre froide en 3h, évaluation comprise, cela m'arrangerait grandement... Parce que moi qui suis prof d'histoire, je n'y arrive pas....
1 h : le début, 1 h le milieu, 1 h la fin professeur 
Raté, y a pas l'évaluation ! bounce 

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par User5899 le Dim 1 Sep 2013 - 21:29

J'ai lesouvenir d'un programme de terminale A (4h hebdos) extrêmement lourd. On avait un monsieur excellent, qui prenait le temps d'expliquer certains points difficiles (relations internationales de l'entre-deux guerres par exemple),mais qui, sinon, parlait à toute allure pendant que nous notions comme des malades. Et l'épreuve... affraid 3h30 pour une composition d'histoire (3 sujets au choix) + une composition de géographie (3 sujets au choix), chacune notée sur 10... pale

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 1 Sep 2013 - 21:30

@Collier de Barbe a écrit:J'ai encore parfaitement en mémoire les tonnes de photocopie reçues toute mon année de terminale pour "boucler" le programme...
C'était en 1995.
Je crois que nos disciplines sont victimes d'une ambition démesurée des concepteurs de programmes. Espérons que le futur Conseil des Programmes fasse des choses plus modestes et plus réalistes.
C'est surtout que ces concepteurs sont totalement ignorants de ce qui se passe dans une classe de collège ou de lycée.
Sinon, entièrement d'accord avec toi.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par neomath le Dim 1 Sep 2013 - 21:34

De mon temps l'histoire s'arrêtait en 1945. Je suppose que cela facilitait le boulot des profs, non?

_________________
“L'ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l'Histoire.”
  Raymond Aron

neomath
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 1 Sep 2013 - 21:36

@neomath a écrit:De mon temps l'histoire s'arrêtait en 1945. Je suppose que cela facilitait le boulot des profs, non?
Sortie de son contexte, cette phrase est géniale Wink 
Plus sérieusement, au vu des attentes politiques et des positions de la plupart des collègues et des associations, il me semble illusoire d'espérer changer le caractère ultra-contemporain des programmes de lycée.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Douglas Colvin le Dim 1 Sep 2013 - 21:38

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
C'est surtout que ces concepteurs sont totalement ignorants de ce qui se passe dans une classe de collège ou de lycée.
Tout est dit.

Douglas Colvin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par User5899 le Dim 1 Sep 2013 - 21:46

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@neomath a écrit:De mon temps l'histoire s'arrêtait en 1945. Je suppose que cela facilitait le boulot des profs, non?
Sortie de son contexte, cette phrase est géniale Wink 
Plus sérieusement, au vu des attentes politiques et des positions de la plupart des collègues et des associations, il me semble illusoire d'espérer changer le caractère ultra-contemporain des programmes de lycée.
On nous disait d'ailleurs, en 83, qu'étudier à l'époque la période post 2e GM serait des sciences po, mais pas de l'histoire, problèmes d'archives, entre autres. Vérité en-deçà des Pyrénées...


Dernière édition par Cripure le Dim 1 Sep 2013 - 21:54, édité 1 fois

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 1 Sep 2013 - 21:49

Cripure a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@neomath a écrit:De mon temps l'histoire s'arrêtait en 1945. Je suppose que cela facilitait le boulot des profs, non?
Sortie de son contexte, cette phrase est géniale Wink 
Plus sérieusement, au vu des attentes politiques et des positions de la plupart des collègues et des associations, il me semble illusoire d'espérer changer le caractère ultra-contemporain des programmes de lycée.
On nous disait d'ailleurs, en 83, qu'étudier à l'époque la période post 2e GM serait des sciences po, mais pas de l'histoire, problèmes d'archives, antre autres. Vérité en-deçà des Pyrénées...
Etant moderniste, je ne peux qu'appuyer cette remarque pleine de bon sens Very Happy 
Mais pour des raisons éditoriales et donc pour des raisons de pognon et d'intérêt du public, l'histoire "du temps présent" est dominante dans le champ universitaire et, par ricochet, parmi les enseignants qui ont été formés par les universitaires. Position renforcée par l'appui qu'elle peut donner aux visées politiques (dont je ne nie pas la légitimité d'ailleurs) des autorités publiques qui fixent les programmes dans un sens "citoyen" et de découverte du monde environnant.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Instructeurpublic le Dim 1 Sep 2013 - 21:54

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@neomath a écrit:De mon temps l'histoire s'arrêtait en 1945. Je suppose que cela facilitait le boulot des profs, non?
Sortie de son contexte, cette phrase est géniale Wink 
Je suis pas sûr mais je crois bien qu'on appelle ça une brève de comptoir. Et une belle.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 1 Sep 2013 - 21:55

@Instructeurpublic a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@neomath a écrit:De mon temps l'histoire s'arrêtait en 1945. Je suppose que cela facilitait le boulot des profs, non?
Sortie de son contexte, cette phrase est géniale Wink 
Je suis pas sûr mais je crois bien qu'on appelle ça une brève de comptoir. Et une belle.
topela 

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Olympias le Dim 1 Sep 2013 - 22:03

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:Sortie de son contexte, cette phrase est géniale Wink 
Je suis pas sûr mais je crois bien qu'on appelle ça une brève de comptoir. Et une belle.
topela 
Situation vécue....comme élève !!!!!!!!!!
Je pense qu'il y avait peut-être aussi un peu de plus de liberté pédagogique...sans les études de cas, l'EDD gnagnagna...

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Raoul Volfoni le Dim 1 Sep 2013 - 22:08

J'ai dû déjà en parler mais l'année où j'ai été collée, l'inspectrice m'avait vertement reproché de n'avoir pas terminé le programme de 4ème. Ma classe était la plus avancée de tout le collège. J'avais ressenti cela comme une grande injustice, dans la mesure où, de notoriété publique, les programmes sont impossibles à terminer.
Sinon, je n'ai pas de réponse, mais une question. On dit, et nous constatons dans nos classes, que les élèves sont de plus en plus indisciplinés. Peut-on déterminer la cause de ce phénomène ? L'éducation qui en a fait des enfants-rois ? le culte de l'individu, de l'instantané ? Existe-t-il des travaux sur ce sujet ? Je ne suis pas très âgée, mais il y a un fossé entre ces générations et la mienne, et cela me laisse à la fois perplexe et inquiète (quant à la société qui se prépare). Merci d'avance.

_________________
"Les jolies filles en savent toujours trop !" (Raoul Volfoni, conseiller officiel de la ministre)

>>Quatre clics par jour pour aider les animaux abandonnés !<<

Raoul Volfoni
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 1 Sep 2013 - 22:10

Moi j'explique cela (en partie) par l'incapacité qu'ont les jeunes d'aujourd'hui à se concentrer plus de 5 minutes sur la même activité, due au zapping permanent.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Abraxas le Dim 1 Sep 2013 - 22:13

Je suis si vieux que nous n'avions pas de photocopies — pas même en machines à alcool, découvertes quand j'ai commencé dans le métier, en 1976.
Nous avions en revanche des manuels lourds très complets.
Pas d'enseignements parasites, c'est vrai. Pas d'études de cas (?????). Nous avalions.
Et j'ai vraiment fait l'Egypte, la Mésopotamie, la Grèce et Rome entre Sixième et Cinquième (toute la Cinquième, si je me rappelle bien, était consacrée à Rome…).

En tout cas, merci à tous ceux / celles qui ont répondu à ma question initiale — merci aussi à celui / celle qui en a fait une question initiale…

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 1 Sep 2013 - 22:17

@Abraxas a écrit:Je suis si vieux que nous n'avions pas de photocopies — pas même en machines à alcool, découvertes quand j'ai commencé dans le métier, en 1976.
Nous avions en revanche des manuels lourds très complets.
Pas d'enseignements parasites, c'est vrai. Pas d'études de cas (?????). Nous avalions.
Et j'ai vraiment fait l'Egypte, la Mésopotamie, la Grèce et Rome entre Sixième et Cinquième (toute la Cinquième, si je me rappelle bien, était consacrée à Rome…).

En tout cas, merci à tous ceux / celles qui ont répondu à ma question initiale — merci aussi à celui / celle qui en a fait une question initiale…
Voilà, elle est là la différence: il n'y a plus beaucoup d'élèves capables d'avaler un tel flot d'informations. Mais je pose la question sans chercher à vous flatter: pensez-vous vraiment que vous étiez plus nombreux à en être capable à votre époque? N'êtes-vous pas un cas à part, assez peu représentatif de ce qu'était un élève des petites classes de lycée dans les années 1960?

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par JPhMM le Dim 1 Sep 2013 - 22:17

Rhô que de souvenirs... I love you 

A mon époque, il y avait ça :



Ceux qui ont connu l'époque se souviendront. Very Happy 

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Abraxas le Dim 1 Sep 2013 - 22:21

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Abraxas a écrit:Je suis si vieux que nous n'avions pas de photocopies — pas même en machines à alcool, découvertes quand j'ai commencé dans le métier, en 1976.
Nous avions en revanche des manuels lourds très complets.
Pas d'enseignements parasites, c'est vrai. Pas d'études de cas (?????). Nous avalions.
Et j'ai vraiment fait l'Egypte, la Mésopotamie, la Grèce et Rome entre Sixième et Cinquième (toute la Cinquième, si je me rappelle bien, était consacrée à Rome…).

En tout cas, merci à tous ceux / celles qui ont répondu à ma question initiale — merci aussi à celui / celle qui en a fait une question initiale…
Voilà, elle est là la différence: il n'y a plus beaucoup d'élèves capables d'avaler un tel flot d'informations. Mais je pose la question sans chercher à vous flatter: pensez-vous vraiment que vous étiez plus nombreux à en être capable à votre époque? N'êtes-vous pas un cas à part, assez peu représentatif de ce qu'était un élève des petites classes de lycée dans les années 1960?
Flatteur ! Vil flatteur !
Le critère, c'était les passages — ça balançait pas mal. Particulièrement fin Troisième. Mais je n'étais quand même pas le seul — j'ai tout fait dans le même lycée — à commencer en Sixième et à aller au bout. Et les "compositions trimestrielles" étaient également de redoutables examens de passage internes à l'année en cours.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Douglas Colvin le Dim 1 Sep 2013 - 22:22

@Raoul Volfoni a écrit:J'ai dû déjà en parler mais l'année où j'ai été collée, l'inspectrice m'avait vertement reproché de n'avoir pas terminé le programme de 4ème. Ma classe était la plus avancée de tout le collège. J'avais ressenti cela comme une grande injustice, dans la mesure où, de notoriété publique, les programmes sont impossibles à terminer.
Sinon, je n'ai pas de réponse, mais une question. On dit, et nous constatons dans nos classes, que les élèves sont de plus en plus indisciplinés. Peut-on déterminer la cause de ce phénomène ?  L'éducation qui en a fait des enfants-rois ? le culte de l'individu, de l'instantané ? Existe-t-il des travaux sur ce sujet ? Je ne suis pas très âgée, mais il y a un fossé entre ces générations et la mienne, et cela me laisse à la fois perplexe et inquiète (quant à la société qui se prépare). Merci d'avance.
Voilà une question qui mérite un sujet à elle seule !

Douglas Colvin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire-géographie : comment arrivait-on auparavant à traiter des programmes ambitieux en un an ?

Message par Raoul Volfoni le Dim 1 Sep 2013 - 22:26

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Abraxas a écrit:Je suis si vieux que nous n'avions pas de photocopies — pas même en machines à alcool, découvertes quand j'ai commencé dans le métier, en 1976.
Nous avions en revanche des manuels lourds très complets.
Pas d'enseignements parasites, c'est vrai. Pas d'études de cas (?????). Nous avalions.
Et j'ai vraiment fait l'Egypte, la Mésopotamie, la Grèce et Rome entre Sixième et Cinquième (toute la Cinquième, si je me rappelle bien, était consacrée à Rome…).

En tout cas, merci à tous ceux / celles qui ont répondu à ma question initiale — merci aussi à celui / celle qui en a fait une question initiale…
Voilà, elle est là la différence: il n'y a plus beaucoup d'élèves capables d'avaler un tel flot d'informations. Mais je pose la question sans chercher à vous flatter: pensez-vous vraiment que vous étiez plus nombreux à en être capable à votre époque? N'êtes-vous pas un cas à part, assez peu représentatif de ce qu'était un élève des petites classes de lycée dans les années 1960?
Ma mère, qui n'a que le certificat d'études, tient à peu près les mêmes propos qu'Abraxas : ils avalaient un programme assez dense, et ceux qui avaient du mal restaient le soir avec le maître pour bosser davantage. Elle a, en ayant arrêté ses études à quatorze ans, une maîtrise du français, des mathématiques et une culture générale que beaucoup de bacheliers pourraient lui envier, et elle n'est pas une exception parmi les anciens lauréats du CEP. Sans doute était-on plus exigeant (ou exigeant tout court) avec les élèves de cette époque, sans chercher à "valoriser" à tout prix... Rolling Eyes

_________________
"Les jolies filles en savent toujours trop !" (Raoul Volfoni, conseiller officiel de la ministre)

>>Quatre clics par jour pour aider les animaux abandonnés !<<

Raoul Volfoni
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum