Sujet de réflexion en lien avec "Lucien" de Claude Bourgeyx.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sujet de réflexion en lien avec "Lucien" de Claude Bourgeyx.

Message par Sydney le Sam 7 Sep 2013 - 11:01

Hello everyone,
 
J'ai élaboré un sujet de type brevet (une dizaine de questions, une réécriture) )à partir du texte "Lucien" de Bourgeyx.
 
J'ai trouvé une idée pour le sujet 1 (imagination) mais je sèche pour trouver un sujet 2 (réflexion).
 
Si certains ont des idées de sujet de réflexion, je suis preneuse ! J'ai essayé par moi-même d'en trouver un : n'hésitez pas à me donner votre avis dessus. (il se trouve à la toute fin)
 
Je mets le sujet en dessous avec le texte  :
 
SUJET DE BREVET / Classe de 3e
 
« Lucien » de Claude BOURGEYX
 
Lucien était douillettement recroquevillé sur lui-même. C'était là une position qu'il lui plaisait de prendre. Il ne s'était jamais senti aussi heureux de vivre, aussi détendu. Tout son corps était au repos et lui semblait léger. Léger comme une plume, comme un soupir. Comme une inexistence. C'était comme s'il flottait dans l'air ou peut-être dans l'eau. Il n'avait absorbé aucune drogue, usé d'aucun artifice pour accéder à cette plénitude des sens. Lucien était bien dans sa peau. Il était heureux de vivre. Sans doute était-ce un bonheur un peu égoïste.
Une nuit, le malheureux fut réveillé par des douleurs épouvantables. Il se sentit comme serré dans un étau, écrasé par le poids de quelque fatalité. Quel était donc ce mal qui lui fondait dessus ! Et pourquoi sur lui plutôt que sur un autre ? Quelle punition lui était là infligée ? C'était comme si on l'écartelait, comme si on brisait ses muscles à coups de bâton. " Je vais mourir ", se dit-il.
La douleur était telle qu'il ferma les yeux et s'y abandonna. Il était incapable de résister à ce flot qui le submergeait, à ce courant qui l'entraînait loin de ses rivages familiers. Il n'avait plus la force de bouger. C'était comme si un carcan l'emprisonnait de la tête aux pieds. Il se sentait attiré vers un inconnu qui l'effrayait déjà. Il lui sembla entendre une musique abyssale. Sa résistance faiblissait. Le néant l'attirait vers lui.
Un étrange sentiment de solitude l'envahit alors. Il était seul dans son épreuve, terriblement seul. Personne ne pouvait l'aider. C'était en solitaire qu'il lui fallait franchir le passage. Il ne pouvait en être autrement.
Ses tempes battaient, sa tête était traversée d'ondes douloureuses. Ses épaules s'enfonçaient dans son corps. " C'est la fin ", se dit-il encore. Il lui était impossible de faire un geste.
Un moment, la douleur fut si forte qu'il crut perdre la raison et soudain ce fut comme un déchirement en lui. Un éclair l'aveugla. Non, pas un éclair, une intense et durable lumière plus exactement. Un feu embrasa ses poumons. Il poussa un cri strident. Tout en l'attrapant par les pieds, la sage-femme dit : " C'est un garçon. " Lucien était né.
 
PREMIERE PARTIE DE L’EPREUVE.
 
QUESTIONS
 
1) Le texte débute-t-il de façon classique, habituelle ? Justifiez.
2) Dans quel état est le personnage dans le 1er paragraphe ? Relevez le champ lexical correspondant.
3) a) A quel moment a-t-on un changement dans le texte ? Indiquez la ligne et expliquez les indices qui vous ont permis de le savoir.
b) Relevez le nouveau champ lexical dominant.
4) Quels sont les temps employés dans ce récit ? Justifiez leur emploi.
5) A quel type de narrateur a-t-on affaire dans cette nouvelle ? Justifiez.
6) Qui voit, ressent et vit la scène ? Justifiez.
7) a) Quelle figure de style emploie-t-on lorsqu’on dit « il se sentit comme serré dans un étau » ? b) Expliquez le sens de cette phrase.
8) En prenant en compte également la chute du récit, (lignes … à la fin), répondez aux questions suivantes : QUI ? QUAND ? OU ? QUOI ?
9) Pourquoi le fait que Lucien se dise « C’est la fin » est-il comique ?
10) a) Relevez un exemple de discours direct. B) Quel est son intérêt dans ce texte ?
11) Recopiez et complétez le tableau ci-dessous, en indiquant ce que la chute permet de comprendre :
 
ON COMPREND QU’IL S’AGIT DE…
Sa position favorite La position du fœtus dans le ventre de la mère.
Il se sentait flotter
Des douleurs épouvantables
Un territoire inconnu
Franchir le passage
Comme si les mains de Dieu l’écartelaient
« C’est la fin. »
Un éclair l’aveugla.
Un feu embrasa ses poumons.
 
 
REECRITURE
Réécrivez le passage « Lucien était douillettement » jusqu’à « égoïste » (lignes 1 à 7) en remplaçant « Lucien » par « Camille et Julie » et en conjuguant les verbes au présent de l’indicatif.  Vous effectuerez les modifications nécessaires.
 
DICTEE
 
…………………………………………………………………………………………………..
 
 
PAUSE entre les deux parties de l’épreuve.
 
 
DEUXIEME PARTIE DE L’EPREUVE.
 
REDACTION : 2 sujets au choix.
 
SUJET 1 : IMAGINATION
Vous inventerez une courte nouvelle à chute, à la manière de Claude BOURGEYX, en ne révélant l’identité de votre personnage qu’à la fin.
Vous utiliserez les temps du récit : imparfait / passé simple.
Vous adopterez un point de vue interne, dans un récit à la 3e personne.
 
SUJET 2 : REFLEXION.
La nouvelle « Lucien » a pour cadre un hôpital. Pourquoi est-il important dans une société de défendre les services de santé ?

Sydney
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum