Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Page 2 sur 19 Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par John le Sam 7 Sep 2013 - 22:32

@Instructeurpublic a écrit:un certain zapping et le jargon ennuyeux qui parsème les chapitres de géo.
Ce qui est amusant, c'est que les programmes d'histoire déchaînent les passions, mais alors les programmes de géo, personne n'en dit un mot dans les médias.

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Douglas Colvin le Sam 7 Sep 2013 - 22:43

De là à conclure que tout le monde s'en f...

Razz 

Douglas Colvin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Malaga le Sam 7 Sep 2013 - 22:58

@Al-qalam a écrit:Etant donné l'avalanche de mp dans ma boîte (quelle célébrité ! sorciere2 ), je vais déposer ce texte sur la Bdd, en vous demandant  de bien vouloir ne pas le transmettre pour l'instant. Merci aussi pour toutes les propositions de mise à dispo sur des sites ou d'autres - à vrai dire, la tête un peu plus froide, je ne suis pas du tout sûre que cela mérite publication ou publicité.

Ceux qui n'ont pas accès à la Bdd, donnez-moi vos mail par mp, sans quoi je ne peux rien envoyer Wink 
Je trouve ton article extrêmement intéressant et tu démontres bien, point par point, que les réactions indignées de certains éditorialistes ou politiques reposent sur un fatras de bêtises.
Je pense que cela vaudrait le coup de le diffuser.

Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par kiwi le Sam 7 Sep 2013 - 23:17

Je t'ai répondu Al-Qalam.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Al-qalam le Sam 7 Sep 2013 - 23:24

Vu, un grand merci pour la correction des coquilles. Je garde tes remarques de fond sous le coude, j'attends de voir s'il y en a d'autres, et je vous tiens au courant. (Pour les notes de bas de page, je pense que ça peut se traduire ensuite pas des liens directs ou des insert dans une publications, mais je ne peux pas le faire dans un texte brut, d'où leur taille conséquente).

Merci Malaga pour le compliment, et merci à tous pour les propositions de relecture, c'est vraiment gentil ! Je ne me doutais pas que ça susciterait autant d'enthousiasme ! Razz

Al-qalam
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Instructeurpublic le Dim 8 Sep 2013 - 0:46

@John a écrit:
@Instructeurpublic a écrit:un certain zapping et le jargon ennuyeux qui parsème les chapitres de géo.
Ce qui est amusant, c'est que les programmes d'histoire déchaînent les passions, mais alors les programmes de géo, personne n'en dit un mot dans les médias.
Tu as tout dit en parlant de passion. L'Histoire est une passion française !

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Abraxas le Dim 8 Sep 2013 - 6:21

@Douglas Colvin a écrit:Mais c'est quoi pour eux le roman national ?

Par définition, un roman est une fiction donc...
Parce que l'histoire, ce n'est pas du roman ? Allons donc ! "This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend." Dans l'Ouest et ailleurs.
Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national. Le Japon (ou la Chine) restent de grands pays parce que leurs manuels d'Histoire se fichent pas mal du détail de la "vérité" — et il en est des vérités historiques comme de nos vérités personnelles : elles sont intelligemment saupoudrées de mensonges. Je ne vais pas cautionner tout ce qui se raconte à droite sur les nouveaux programmes, parce que comme l'a très bien souligné Olympias, ces gens-là sont volontiers amnésiques. Mis je comprends l'appel aux mythes.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Isis39 le Dim 8 Sep 2013 - 8:45

@Abraxas a écrit:
@Douglas Colvin a écrit:Mais c'est quoi pour eux le roman national ?

Par définition, un roman est une fiction donc...
Parce que l'histoire, ce n'est pas du roman ? Allons donc ! "This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend." Dans l'Ouest et ailleurs.
Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national. Le Japon (ou la Chine) restent de grands pays parce que leurs manuels d'Histoire se fichent pas mal du détail de la "vérité" — et il en est des vérités historiques comme de nos vérités personnelles : elles sont intelligemment saupoudrées de mensonges. Je ne vais pas cautionner tout ce qui se raconte à droite sur les nouveaux programmes, parce que comme l'a très bien souligné Olympias, ces gens-là sont volontiers amnésiques. Mis je comprends l'appel aux mythes.
Voilà une position qui justifie que n'importe qui fasse de l'histoire. Et puisque l'histoire est un roman, pourquoi faire des études? furieux 

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par JPhMM le Dim 8 Sep 2013 - 9:02

@Isis39 a écrit:Voilà une position qui justifie que n'importe qui fasse de l'histoire.
Les élèves font-ils de l'histoire ?
Parce que je peux vous assurer qu'ils font des maths. Or ils sont n'importe qui, par définition.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Ragnetrude le Dim 8 Sep 2013 - 9:04

@Abraxas a écrit:Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national.
Je ne considère pas que ma mission soit de renforcer le sentiment national... Inculquer les valeurs de la République et former l'esprit critique, oui. Sans parler d'histoire "objective", il y a quand même des faits historiques qui sont vérifiés, et des légendes dont on est sûrs qu'elles sont fausses. Je ne vois pas ce que l'histoire scolaire a à gagner à raconter des sornettes aux élèves. L'histoire du monde est bien assez passionnante pour que l'on ai besoin de lui ajouter des mensonges.

Ragnetrude
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Douglas Colvin le Dim 8 Sep 2013 - 9:08

@Abraxas a écrit:
@Douglas Colvin a écrit:Mais c'est quoi pour eux le roman national ?

Par définition, un roman est une fiction donc...
Parce que l'histoire, ce n'est pas du roman ? Allons donc ! "This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend." Dans l'Ouest et ailleurs.
Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national. Le Japon (ou la Chine) restent de grands pays parce que leurs manuels d'Histoire se fichent pas mal du détail de la "vérité" — et il en est des vérités historiques comme de nos vérités personnelles : elles sont intelligemment saupoudrées de mensonges. Je ne vais pas cautionner tout ce qui se raconte à droite sur les nouveaux programmes, parce que comme l'a très bien souligné Olympias, ces gens-là sont volontiers amnésiques. Mis je comprends l'appel aux mythes.
La référence au Japon est amusante quand on sait que les officiels de ce pays fleurissent tous les ans les tombes des pires criminels de guerre de leur histoire...

Et je pense qu'il y a une grande, même une très grande différence entre histoire fiction et histoire objective. Le fait que tu sois le seul à opposer les deux montre bien la volonté de vouloir un tantinet provoquer !

Je ne relèverai pas le reste, tant il est clair qu'on patauge dans la provocation zemmourienne.

Douglas Colvin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Isis39 le Dim 8 Sep 2013 - 9:13

@JPhMM a écrit:
@Isis39 a écrit:Voilà une position qui justifie que n'importe qui fasse de l'histoire.
Les élèves font-ils de l'histoire ?
Parce que je peux vous assurer qu'ils font des maths. Or ils sont n'importe qui, par définition.
Je pensais aux journalistes et acteurs qui s'érigent en historien.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par JPhMM le Dim 8 Sep 2013 - 9:39

Haldetrude a écrit:
@Abraxas a écrit:Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national.
Je ne considère pas que ma mission soit de renforcer le sentiment national... Inculquer les valeurs de la République et former l'esprit critique, oui. Sans parler d'histoire "objective", il y a quand même des faits historiques qui sont vérifiés, et des légendes dont on est sûrs qu'elles sont fausses. Je ne vois pas ce que l'histoire scolaire a à gagner à raconter des sornettes aux élèves. L'histoire du monde est bien assez passionnante pour que l'on ai besoin de lui ajouter des mensonges.
Ce serait oublier le tissu de non-dit cher à Eco. Mais qu'importe sans doute.
A ce propos, une question me vient. Si l'histoire est objective et dit donc le vrai de l'objet, pourquoi le discours historique sur un même objet peut-il changer au cours du temps ? Le vrai de l'histoire ne serait-il pas durable ? Suspect

Et les corollaires.:
Ce qui était vrai hier ne le serait plus aujourd'hui ? Pourtant les historiens d'hier n'étaient pas moins historiens que ceux d'aujourd'hui, et eux aussi disaient le vrai ? Cela nous assure-t-il que le vrai d'aujourd'hui ne sera plus le vrai de demain ? Mais quel statut a le vrai d'aujourd'hui si demain il n'est plus le vrai ?

Razz 

Bon d'accord, j'arrête. De toute façon, je ne suis pas historien, donc la valeur de ma parole sur l'histoire, hein... Laughing 

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Isis39 le Dim 8 Sep 2013 - 9:44

@JPhMM a écrit:
Haldetrude a écrit:
@Abraxas a écrit:Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national.
Je ne considère pas que ma mission soit de renforcer le sentiment national... Inculquer les valeurs de la République et former l'esprit critique, oui. Sans parler d'histoire "objective", il y a quand même des faits historiques qui sont vérifiés, et des légendes dont on est sûrs qu'elles sont fausses. Je ne vois pas ce que l'histoire scolaire a à gagner à raconter des sornettes aux élèves. L'histoire du monde est bien assez passionnante pour que l'on ai besoin de lui ajouter des mensonges.
Ce serait oublier le tissu de non-dit cher à Eco. Mais qu'importe sans doute.
A ce propos, une question me vient. Si l'histoire est objective et dit donc le vrai de l'objet, pourquoi le discours historique sur un même objet peut-il changer au cours du temps ? Le vrai de l'histoire ne serait-il pas durable ? Suspect

Et les corollaires.:
Ce qui était vrai hier ne le serait plus aujourd'hui ? Pourtant les historiens d'hier n'étaient pas moins historiens que ceux d'aujourd'hui, et eux aussi disaient le vrai ? Cela nous assure-t-il que le vrai d'aujourd'hui ne sera plus le vrai de demain ? Mais quel statut a le vrai d'aujourd'hui si demain il n'est plus le vrai ?

Razz 

Bon d'accord, j'arrête. De toute façon, je ne suis pas historien, donc la valeur de ma parole sur l'histoire, hein... Laughing 
Faut-il pour autant parler de roman, donc de fiction ?

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Douglas Colvin le Dim 8 Sep 2013 - 9:52

Je trouve ces questionnements intéressants mais quand les personnes qui les soulèvent le font manifestement sans réelle intention de discuter et plutôt pour polémiquer, c'est un peu dommage.

Douglas Colvin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Isis39 le Dim 8 Sep 2013 - 9:58

@Douglas Colvin a écrit:Je trouve ces questionnements intéressants mais quand les personnes qui les soulèvent le font manifestement sans réelle intention de discuter et plutôt pour polémiquer, c'est un peu dommage.
Je suis un peu d'accord. Oui, il est difficile d'être objectif quand on fait de l'histoire, pour des raisons variées. Mais sous-entendre qu'à cause de cela le travail de l'historien relève du roman, de la fiction, c'est de la polémique.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par JPhMM le Dim 8 Sep 2013 - 9:59

@Isis39 a écrit:
@JPhMM a écrit:
Haldetrude a écrit:Je ne considère pas que ma mission soit de renforcer le sentiment national... Inculquer les valeurs de la République et former l'esprit critique, oui. Sans parler d'histoire "objective", il y a quand même des faits historiques qui sont vérifiés, et des légendes dont on est sûrs qu'elles sont fausses. Je ne vois pas ce que l'histoire scolaire a à gagner à raconter des sornettes aux élèves. L'histoire du monde est bien assez passionnante pour que l'on ai besoin de lui ajouter des mensonges.
Ce serait oublier le tissu de non-dit cher à Eco. Mais qu'importe sans doute.
A ce propos, une question me vient. Si l'histoire est objective et dit donc le vrai de l'objet, pourquoi le discours historique sur un même objet peut-il changer au cours du temps ? Le vrai de l'histoire ne serait-il pas durable ? Suspect

Et les corollaires.:
Ce qui était vrai hier ne le serait plus aujourd'hui ? Pourtant les historiens d'hier n'étaient pas moins historiens que ceux d'aujourd'hui, et eux aussi disaient le vrai ? Cela nous assure-t-il que le vrai d'aujourd'hui ne sera plus le vrai de demain ? Mais quel statut a le vrai d'aujourd'hui si demain il n'est plus le vrai ?

Razz 

Bon d'accord, j'arrête. De toute façon, je ne suis pas historien, donc la valeur de ma parole sur l'histoire, hein... Laughing 
Faut-il pour autant parler de roman, donc de fiction ?
Je songe que derrière l'idée de roman national, il y a surtout l'idée de la nation comme individu, de la nation qui se raconte elle-même. Rien ne l'oblige à raconter des mensonges. Mais la vérité de l'un n'est pas la vérité de l'autre. Si je vis avec quelqu'un, nous partageons la vérité d'une vie commune, pourtant je ne la vis pas strictement de la même façon qu'elle la vit. Si je racontais le roman de notre vie commune (mais quoi, où serait la fiction ici ?), il serait différent de celui qu'elle pourrait écrire, sans qu'il soit nécessaire de poser que l'un des deux aurait voulu mentir.

Un seul exemple : les historiens américains, les historiens russes, les historiens tchèques, les historiens allemands écrivent-ils la même histoire de la Seconde Guerre Mondiale ?


Dernière édition par JPhMM le Dim 8 Sep 2013 - 10:03, édité 1 fois (Raison : correction de faute de français.)

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 8 Sep 2013 - 10:02

@Abraxas a écrit:
@Douglas Colvin a écrit:Mais c'est quoi pour eux le roman national ?

Par définition, un roman est une fiction donc...
Parce que l'histoire, ce n'est pas du roman ? Allons donc ! "This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend." Dans l'Ouest et ailleurs.
Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national. Le Japon (ou la Chine) restent de grands pays parce que leurs manuels d'Histoire se fichent pas mal du détail de la "vérité" — et il en est des vérités historiques comme de nos vérités personnelles : elles sont intelligemment saupoudrées de mensonges. Je ne vais pas cautionner tout ce qui se raconte à droite sur les nouveaux programmes, parce que comme l'a très bien souligné Olympias, ces gens-là sont volontiers amnésiques. Mis je comprends l'appel aux mythes.
Tout dépend de ce que l'on appelle "roman". L'histoire prend la forme de récits, mais n'est pas pour autant un roman, et personne n'ose plus prétendre, et depuis fort longtemps, que l'on puisse faire de l'histoire "objective". Mais entre l'impossible "objectivité" et le roman, il y a une large marge que votre volonté de provoquer a volontairement négligée Wink .

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 8 Sep 2013 - 10:02

@JPhMM a écrit:
@Isis39 a écrit:Voilà une position qui justifie que n'importe qui fasse de l'histoire.
Les élèves font-ils de l'histoire ?
Parce que je peux vous assurer qu'ils font des maths. Or ils sont n'importe qui, par définition.
Ils ne deviennent pas mathématiciens, tout comme ils ne deviennent pas historiens.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par kiwi le Dim 8 Sep 2013 - 10:05

@Abraxas a écrit:
@Douglas Colvin a écrit:Mais c'est quoi pour eux le roman national ?

Par définition, un roman est une fiction donc...
Parce que l'histoire, ce n'est pas du roman ? Allons donc ! "This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend." Dans l'Ouest et ailleurs.
Cette prétention à faire de l'histoire "objective" est insupportable. De surcroît, elle a une responsabilité dans l'affaiblissement du sentiment national. Le Japon (ou la Chine) restent de grands pays parce que leurs manuels d'Histoire se fichent pas mal du détail de la "vérité" — et il en est des vérités historiques comme de nos vérités personnelles : elles sont intelligemment saupoudrées de mensonges. Je ne vais pas cautionner tout ce qui se raconte à droite sur les nouveaux programmes, parce que comme l'a très bien souligné Olympias, ces gens-là sont volontiers amnésiques. Mis je comprends l'appel aux mythes.
Je ne suis encore pas très bien réveillée et j'ai failli tomber de ma chaise. Rolling Eyes  Non, je ne m'énerverai pas, non je ne m'énerverai pas... Vous savez qu'avec ce genre de raisonnement, erroné de surcroît, vous faites la part belle aux négationnistes de tous bords?

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Isis39 le Dim 8 Sep 2013 - 10:07

@JPhMM a écrit:
@Isis39 a écrit:
@JPhMM a écrit:Ce serait oublier le tissu de non-dit cher à Eco. Mais qu'importe sans doute.
A ce propos, une question me vient. Si l'histoire est objective et dit donc le vrai de l'objet, pourquoi le discours historique sur un même objet peut-il changer au cours du temps ? Le vrai de l'histoire ne serait-il pas durable ? Suspect

Et les corollaires.:
Ce qui était vrai hier ne le serait plus aujourd'hui ? Pourtant les historiens d'hier n'étaient pas moins historiens que ceux d'aujourd'hui, et eux aussi disaient le vrai ? Cela nous assure-t-il que le vrai d'aujourd'hui ne sera plus le vrai de demain ? Mais quel statut a le vrai d'aujourd'hui si demain il n'est plus le vrai ?

Razz 

Bon d'accord, j'arrête. De toute façon, je ne suis pas historien, donc la valeur de ma parole sur l'histoire, hein... Laughing 
Faut-il pour autant parler de roman, donc de fiction ?
Je songe que derrière l'idée de roman national, il y a surtout l'idée de la nation comme individu, de la nation qui se raconte elle-même. Rien ne l'oblige à raconter des mensonges. Mais la vérité de l'un n'est pas la vérité de l'autre. Si je vis avec quelqu'un, nous partageons la vérité d'une vie commune, pourtant je ne la vis pas strictement de la même façon qu'elle la vit. Si je racontais le roman de notre vie commune (mais quoi, où serait la fiction ici ?), il serait différent de celui qu'elle pourrait écrire, sans qu'il soit nécessaire de poser que l'un des deux auraient voulu mentir.

Un seul exemple : les historiens américains, les historiens russes, les historiens tchèques, les historiens allemands écrivent-ils la même histoire de la Seconde Guerre Mondiale ?
Le roman national sous-entend une instrumentalisation de l'histoire : on sélectionne dans l'histoire pour écrire ce roman. On est bien loin du travail de l'historien.
Evidemment qu'un historien américain n'écrit pas sur la Seconde Guerre mondiale comme un français. C'est ce qui est intéressant et permet de renouveler les approches et progresser dans la connaissance du passé (voir Paxton sur Vichy). Mais un historien n'écrit pas un roman en sélectionnant et écartant les données. Voilà la différence avec ce roman national.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par kiwi le Dim 8 Sep 2013 - 10:11

@JPhMM a écrit:
Ce serait oublier le tissu de non-dit cher à Eco. Mais qu'importe sans doute.
A ce propos, une question me vient. Si l'histoire est objective et dit donc le vrai de l'objet, pourquoi le discours historique sur un même objet peut-il changer au cours du temps ? Le vrai de l'histoire ne serait-il pas durable ? Suspect

Et les corollaires.:
Ce qui était vrai hier ne le serait plus aujourd'hui ? Pourtant les historiens d'hier n'étaient pas moins historiens que ceux d'aujourd'hui, et eux aussi disaient le vrai ? Cela nous assure-t-il que le vrai d'aujourd'hui ne sera plus le vrai de demain ? Mais quel statut a le vrai d'aujourd'hui si demain il n'est plus le vrai ?

Razz 

Bon d'accord, j'arrête. De toute façon, je ne suis pas historien, donc la valeur de ma parole sur l'histoire, hein... Laughing 
N'y a-t-il pas un juste milieu entre prétendre que l'histoire est objective et prétendre qu'elle est uniquement subjectivité au point d'en devenir un roman, donc de la pure fiction? En outre, je trouve particulièrement incroyable que l'on se foute de raconter des balivernes aux élèves pour peu que ça renforce la cohésion nationale (propos d'Abraxas).

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par JPhMM le Dim 8 Sep 2013 - 10:16

@Isis39 a écrit:Le roman national sous-entend une instrumentalisation de l'histoire : on sélectionne dans l'histoire pour écrire ce roman. On est bien loin du travail de l'historien.
Evidemment qu'un historien américain n'écrit pas sur la Seconde Guerre mondiale comme un français. C'est ce qui est intéressant et permet de renouveler les approches et progresser dans la connaissance du passé (voir Paxton sur Vichy). Mais un historien n'écrit pas un roman en sélectionnant et écartant les données. Voilà la différence avec ce roman national.
Il faudrait en effet être d'abord d'accord avec le sens de cette expression, car il me semble que tout le monde ne la prend pas comme toi.

Ainsi :

A l'heure de la mondialisation et du multiculturalisme, à l'heure d'une world history de plus en plus globalisée, qui privilégie les phénomènes transnationaux et des « histoires connectées » rapprochant territoires, peuples et temporalités, proposer une nouvelle version du « roman national » peut surprendre et paraître une entreprise quelque peu étroite, enfermée dans une vision limitée au pré carré (ou hexagonal) de la nation France.
Il n'en est rien. D'abord, parce que l'histoire ne s'écrit plus aujourd'hui comme il y a un siècle (et même un demi-siècle). Ensuite, parce que cette nouvelle Histoire de France ne se réduit jamais à un discours unique et unitaire, à une clé qui ouvrirait magiquement la grande porte du temps.

Joël Cornette, Histoire de France, « Introduction générale », 2010

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par Isis39 le Dim 8 Sep 2013 - 10:21

@JPhMM a écrit:
Il faudrait en effet être d'abord d'accord avec le sens de cette expression, car il me semble que tout le monde ne la prend pas comme toi.

Ainsi :

A l'heure de la mondialisation et du multiculturalisme, à l'heure d'une world history de plus en plus globalisée, qui privilégie les phénomènes transnationaux et des « histoires connectées » rapprochant territoires, peuples et temporalités, proposer une nouvelle version du « roman national » peut surprendre et paraître une entreprise quelque peu étroite, enfermée dans une vision limitée au pré carré (ou hexagonal) de la nation France.
Il n'en est rien. D'abord, parce que l'histoire ne s'écrit plus aujourd'hui comme il y a un siècle (et même un demi-siècle). Ensuite, parce que cette nouvelle Histoire de France ne se réduit jamais à un discours unique et unitaire, à une clé qui ouvrirait magiquement la grande porte du temps.

Joël Cornette, Histoire de France, « Introduction générale », 2010
Il s'agit là de ce qu'en fait un vrai historien. Or le problème, c'est le roman national selon les journalistes, les hommes politiques, etc. Eux ne le voient comme Abraxas, comme un moyen de renforcer la cohésion nationale.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par JPhMM le Dim 8 Sep 2013 - 10:24

@Isis39 a écrit:
@JPhMM a écrit:
Il faudrait en effet être d'abord d'accord avec le sens de cette expression, car il me semble que tout le monde ne la prend pas comme toi.

Ainsi :

A l'heure de la mondialisation et du multiculturalisme, à l'heure d'une world history de plus en plus globalisée, qui privilégie les phénomènes transnationaux et des « histoires connectées » rapprochant territoires, peuples et temporalités, proposer une nouvelle version du « roman national » peut surprendre et paraître une entreprise quelque peu étroite, enfermée dans une vision limitée au pré carré (ou hexagonal) de la nation France.
Il n'en est rien. D'abord, parce que l'histoire ne s'écrit plus aujourd'hui comme il y a un siècle (et même un demi-siècle). Ensuite, parce que cette nouvelle Histoire de France ne se réduit jamais à un discours unique et unitaire, à une clé qui ouvrirait magiquement la grande porte du temps.

Joël Cornette, Histoire de France, « Introduction générale », 2010
Il s'agit là de ce qu'en fait un vrai historien. Or le problème, c'est le roman national selon les journalistes, les hommes politiques, etc. Eux ne le voient comme Abraxas, comme un moyen de renforcer la cohésion nationale.
Nous sommes d'accord : il s'agit donc bien de savoir quel sens on met derrière l'expression "roman national". D'où mon étonnement à la lecture des expressions ici quasi-unanimes d'une détestation de "roman national", qui semblait pour tous relever d'une simple grossièreté.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrand, Beylau, Zemmour, Domenach, Sotto et l'UMP : haro sur les allègements du programme d'histoire.

Message par kiwi le Dim 8 Sep 2013 - 10:33

@JPhMM a écrit:
@Isis39 a écrit:
@JPhMM a écrit:
Il faudrait en effet être d'abord d'accord avec le sens de cette expression, car il me semble que tout le monde ne la prend pas comme toi.

Ainsi :

Il s'agit là de ce qu'en fait un vrai historien. Or le problème, c'est le roman national selon les journalistes, les hommes politiques, etc. Eux ne le voient comme Abraxas, comme un moyen de renforcer la cohésion nationale.
Nous sommes d'accord : il s'agit donc bien de savoir quel sens on met derrière l'expression "roman national". D'où mon étonnement à la lecture des expressions ici quasi-unanimes d'une détestation de "roman national", qui semblait pour tous relever d'une simple grossièreté.
Le terme "roman" ne me plait pas beaucoup. Récit sur l'histoire de la France oui, mais roman national non. Pourquoi? Parce que roman signifie que l'histoire n'est que pure fiction ; nationale parce que dans le sens de la majorité des gens, cela signifie un roman très orienté vers le patriotisme. Je ne suis pas enseignante de patriotisme.

kiwi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 19 Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum