Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lysimaque
Habitué du forum

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Lysimaque le Jeu 19 Sep 2013 - 20:22
Les enfants apprennent-ils bien avec cette enseignante ?

Moi, c'est la première question que je me poserais.  

Je pourrais être cette maitresse.
Mes collègues ne m'apprécient pas beaucoup, je ne partage pas leurs conceptions pédagogiques et j'ai fait l'erreur de le dire tout fort.

J' exige beaucoup de mes élèves. Ils doivent copier tous leurs exercices du tableau sur leur cahier. En général on rempli un cahier par période.

Je les reprends quand je vois qu'ils restent la tête en l'air plutôt que de faire leur travail. Et même parfois, je me fâche.

Je suis un  tyran quand il s'agit du matériel scolaire. J'interdis les stylos gadgets, les taille-crayons, les règles qui se plient dans tous les sens.  

A la fin, de l'année mes CP savent à peu près lire. Pas toujours aussi bien que je le voudrais, mais ils savent.  
Mes CE1 sont assez autonomes. Ils savent copier dans un cahier.
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par arcenciel le Jeu 19 Sep 2013 - 20:25
Lysimiaque, je me retrouve beaucoup ds ta façon de faire...
avatar
Lysimaque
Habitué du forum

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Lysimaque le Jeu 19 Sep 2013 - 20:33
Ben oui, mais je passe pour une énervée qu'il faut faire changer de pratique ..... dans l'intérêt des élèves , bien sûr.
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par arcenciel le Jeu 19 Sep 2013 - 20:37
@Lysimaque a écrit:Ben oui, mais je passe pour une énervée qu'il faut faire changer de pratique ..... dans l'intérêt des élèves , bien sûr.
Laisse parler...
avatar
oli54
Niveau 5

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par oli54 le Ven 20 Sep 2013 - 12:30
En maternelle oui ! Smile
avatar
Fraser
Habitué du forum

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Fraser le Ven 20 Sep 2013 - 18:18
Oui, je donne des devoirs écrits. (CE2 en ZEP)
Un musicien progresse t'il en ne lisant (ou en apprenant) que sa partition?
En revanche, je ne demande pas de par cœur (inutile pour moi) pour les leçons: ils doivent savoir me les raconter (l'essentiel aura été surligné).
Pour la présentation des écrits (classe ou maison), j'en demande un minimum: c'est pour moi une question de respect envers soi.
Le travail à la maison ne devant pas excéder 15 à 20 minutes (30 min avec une leçon).
Je donne aussi des devoirs à l'avance et les rappelle tous les jours: dictée à préparer (après l'avoir fait en classe) 5 jours à l'avance, poésie 10 à 15 jours (avec des séances pour l'apprendre en classe).....
InvitéMA
Neoprof expérimenté

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par InvitéMA le Ven 20 Sep 2013 - 18:28
Serait-il possible de lancer un sondage!?
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Amaliah le Ven 20 Sep 2013 - 18:34
forrester1 a écrit:Oui, je donne des devoirs écrits. (CE2 en ZEP)
Un musicien progresse t'il en ne lisant (ou en apprenant) que sa partition?
En revanche, je ne demande pas de par cœur (inutile pour moi) pour les leçons: ils doivent savoir me les raconter (l'essentiel aura été surligné).
Pour la présentation des écrits (classe ou maison), j'en demande un minimum: c'est pour moi une question de respect envers soi.
Le travail à la maison ne devant pas excéder 15 à 20 minutes (30 min avec une leçon).
Je donne aussi des devoirs à l'avance et les rappelle tous les jours: dictée à préparer (après l'avoir fait en classe) 5 jours à l'avance, poésie 10 à 15 jours (avec des séances pour l'apprendre en classe).....
Je dévie un peu le sujet initial mais pour moi qui suis en collège, les leçons c'est par coeur. Toutes les définitions doivent être sues par coeur, je ne veux pas qu'ils me racontent avec leurs mots ce qu'ils ont compris, je veux qu'ils sachent exactement ce que j'ai dit, sinon la plupart du temps, ça donne lieu à des approximations fantaisistes. Là je viens de donner la définition du chap lexical à recopier 10 fois à un élève qui en me rendant sa punition ne la savait toujours pas. Il l'a recopiée 20 fois pour jeudi et m'a demandé avant même que j'aie eu le temps de l'interroger s'il pouvait me la réciter! Smile

En tant que parent, je veux des devoirs le soir. Mon grand en a toujours eu. Et cette année (CM1), il n'a que des leçons pour l'instant, ce qui fait que vu son excellente méméoire, il a moins de travail que le petit en CP... Suspect 
Cela dit, quand je vois le cahier du jour et le classeur de fiches qu'il ramène chaque semaine, je comprends en fait que vu ce qu'ils font en classe (8 bons CM1 et 18 CM2), la maîtresse les dispense de travail le soir... Je suis impressionnée et lui pour la première fois depuis qu'il va à l'école dit qu'il ne s'ennuie jamais en classe et que cette année "c'est un autre monde"! Donc je me calme sur la question des devoirs! Smile 


Dernière édition par Amaliah le Ven 20 Sep 2013 - 18:37, édité 1 fois
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par arcenciel le Ven 20 Sep 2013 - 18:36
Pour moi aussi les règles c'est du par coeur.
avatar
Fraser
Habitué du forum

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Fraser le Ven 20 Sep 2013 - 18:45
Sans vouloir me justifier, pour des élèves maitrisant que très peu le français, le par cœur se révèle pour eux complétement dénué de sens. Je préfère qu'ils sachent appliquer une règle plutôt qu'ils me la récitent sans la comprendre....mais tout est question d'environnement


Dernière édition par forrester1 le Ven 20 Sep 2013 - 19:02, édité 1 fois
avatar
Amaliah
Empereur

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Amaliah le Ven 20 Sep 2013 - 18:49
Je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait qu'ils doivent comprendre ce qu'ils apprennent mais ensuite je veux quand même du par coeur sinon tout est flou dans leur tête et peut-être encore plus pour des enfants ne maîtrisant que peu le français.
avatar
doublecasquette
Devin

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par doublecasquette le Ven 20 Sep 2013 - 18:53
forrester1 a écrit:Sans vouloir me justifier, pour des élèves maitrisant que très peu le français, le par cœur se révèle pour eux complétement dénué de sens. Je préfère qu'ils sachent appliquer une règle plutôt qu'ils me la récite sans la comprendre....mais tout est question d'environnement
Même chose pour moi.

C'est comme pour les règles de vie en maternelle affichées au mur de la classe ou pour les "trucs" mnémotechniques comme "tu baisses la voix parce qu'il y a un point"... Je préfère que les élèves comprennent et appliquent plutôt que récitent par cœur.
Il n'empêche que "bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou" ou "7 fois 7, 49", c'est du par cœur de chez par cœur, sinon, ça ne marche pas.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par arcenciel le Ven 20 Sep 2013 - 18:55
@doublecasquette a écrit:
forrester1 a écrit:Sans vouloir me justifier, pour des élèves maitrisant que très peu le français, le par cœur se révèle pour eux complétement dénué de sens. Je préfère qu'ils sachent appliquer une règle plutôt qu'ils me la récite sans la comprendre....mais tout est question d'environnement
Même chose pour moi.

C'est comme pour les règles de vie en maternelle affichées au mur de la classe ou pour les "trucs" mnémotechniques comme "tu baisses la voix parce qu'il y a un point"... Je préfère que les élèves comprennent et appliquent plutôt que récitent par cœur.
Il n'empêche que "bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou" ou "7 fois 7, 49", c'est du par cœur de chez par cœur, sinon, ça ne marche pas.
Et nous en avons pas mal de ces règles!
avatar
Fraser
Habitué du forum

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Fraser le Ven 20 Sep 2013 - 18:58
peut-être, peut-être pas, comme je te le dis tout est question d'environnement.....mais après une quinzaine d'année en ZEP, j'ai du faire des choix sur ce qui pouvait être essentiel ou non pour eux. Et mes choix d'une année ne seront pas forcement ceux de l'année passée ou de ceux de l'année à venir....et je possède pas la vérité absolue
Et puis, je sais que le par cœur, je ne l'obtiendrai jamais...alors faute de grive...
mais je sors totalement du sujet



edit: évidemment: bijou, caillou, genou.......c'est par coeur, mais "un bail, des baux", je zappe! affraid
avatar
Volubilys
Grand sage

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Volubilys le Ven 20 Sep 2013 - 20:18
Bha pour moi ce n'est pas par-coeur versus comprendre, c'est les deux! Je bosse dur en classe pour qu'ils comprennent, appliquent, s'entraînent, par contre les leçons c'est par-coeur et je fais réciter (je suis un monstre).
Savoir c'est comprendre, apprendre et s'entraîner (comme je l'explique à mes élèves et à leurs parents).

Et puis il y a tellement de choses où il n'y a rien à comprendre (les tables, les terminaisons, les tableaux de conjugaison...)

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
doublecasquette
Devin

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par doublecasquette le Ven 20 Sep 2013 - 20:51
@Volubilys a écrit:Bha pour moi ce n'est pas par-coeur versus comprendre, c'est les deux! Je bosse dur en classe pour qu'ils comprennent, appliquent, s'entraînent, par contre les leçons c'est par-coeur et je fais réciter (je suis un monstre).
Savoir c'est comprendre, apprendre et s'entraîner (comme je l'explique à mes élèves et à leurs parents).

Et puis il y a tellement de choses où il n'y a rien à comprendre (les tables, les terminaisons, les tableaux de conjugaison...)
Les tables, si, quand même...

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par arcenciel le Ven 20 Sep 2013 - 21:02
@doublecasquette a écrit:
@Volubilys a écrit:Bha pour moi ce n'est pas par-coeur versus comprendre, c'est les deux! Je bosse dur en classe pour qu'ils comprennent, appliquent, s'entraînent, par contre les leçons c'est par-coeur et je fais réciter (je suis un monstre).
Savoir c'est comprendre, apprendre et s'entraîner (comme je l'explique à mes élèves et à leurs parents).

Et puis il y a tellement de choses où il n'y a rien à comprendre (les tables, les terminaisons, les tableaux de conjugaison...)
Les tables, si, quand même...
Oui  mais après il faut quand même les apprendre par coeur, non?
avatar
doublecasquette
Devin

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par doublecasquette le Ven 20 Sep 2013 - 21:20
@arcenciel a écrit:
@doublecasquette a écrit:
@Volubilys a écrit:Bha pour moi ce n'est pas par-coeur versus comprendre, c'est les deux! Je bosse dur en classe pour qu'ils comprennent, appliquent, s'entraînent, par contre les leçons c'est par-coeur et je fais réciter (je suis un monstre).
Savoir c'est comprendre, apprendre et s'entraîner (comme je l'explique à mes élèves et à leurs parents).

Et puis il y a tellement de choses où il n'y a rien à comprendre (les tables, les terminaisons, les tableaux de conjugaison...)
Les tables, si, quand même...
Oui  mais après il faut quand même les apprendre par coeur, non?
Oui, d'accord, c'est plus simple quand on connaît les résultats par cœur, mais il n'y a pas "rien à comprendre".

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par arcenciel le Ven 20 Sep 2013 - 21:22
@doublecasquette a écrit:
@arcenciel a écrit:
@doublecasquette a écrit:Les tables, si, quand même...
Oui  mais après il faut quand même les apprendre par coeur, non?
Oui, d'accord, c'est plus simple quand on connaît les résultats par cœur, mais il n'y a pas "rien à comprendre".
Oui! ok
avatar
Volubilys
Grand sage

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Volubilys le Ven 20 Sep 2013 - 21:47
En effet, au temps pour moi, mais bon arriver en CM2 et recalculer à chaque fois... pffff

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Spinoza1670 le Dim 18 Sep 2016 - 19:06
Ventre Saint-Gris a écrit:Je ne sais pas en quelle mesure la question du travail scolaire à la maison a été débattue en ces lieux, mais c'est vraiment un point qui cristallise mon agacement, et que je trouve tout à fait représentatif du mensonge idéologique qui ne fait que creuser les inégalités sociales dont on prétend s'occuper à coup de jolis concepts mièvres et volontaristes. Ce sujet faisait encore l'objet d'un mignon petit reportage au JT de France 2 en septembre dernier.

Untel_ a écrit:Dans l'histoire des devoirs du soir, y avait pas une question du genre que ça défavorise les enfants de "classe sociale inférieure", qui n'ont pas forcément un cadre propice au travail chez eux ?
Oui, c'est le concept.
Certains minots disposent de toute l'aide voulue pour faire leurs devoirs. D'autres non. Du coup, afin de ne pas accroître les inégalités sociales, on postule qu'il ne doit plus y avoir de travail écrit à faire le soir (on peut donner un ou deux trucs à apprendre). C'est à l'école de la République d'assumer seule la charge de l'éducation scolaire des enfants.
Voilà la théorie.


Ce truc me semble en fait totalement aberrant :

1. Le concept repose sur une hypocrisie idéologique : l'école, les profs ne peuvent rien pour faire véritablement avancer un gosse si celui-ci et sa famille ne vont pas dans le sens de l'école. Du coup, l'école de la République propose du vent, en prétendant se charger elle seule de l'éducation, et effectivement, ça ne marche pas.
A l'inverse, donner du travail le soir, c'est faire rentrer l'école dans la vie familiale, faire signer le contrat par tous les acteurs en responsabilisant les parents. Et on pourrait le faire avec beaucoup de familles qui seraient prêtes à jouer le jeu si on créait des habitudes dès le plus jeune âge. Ce ne serait pas bien difficile de refaire ce qu'on faisait avant, d'expliquer aux gens que le gamin aura besoin d'un coin de table et de calme une demi-heure tous les soirs, et qu'il aura un truc à écrire, qui peut être court, au moins une fois par semaine.
Il y a une sorte de mépris social que je trouve détestable dans ce truc. Je vois beaucoup de familles de cité qui ont envie que leur gamin réussisse à l'école, et qui font confiance. On décide a priori que les beaufs ne peuvent rien faire pour leurs gamins, et on prétend tout faire sans eux, ce qui est un gros mensonge, inventé par des "élites" qui se flattent en croyant au mythe de leur bienfaisance avec le petit peuple, tout en s'attachant à bien nourrir leurs propres gamins.

2. Le concept parvient à faire exactement le contraire de ce qu'il se propose : il accroît les inégalités sociales, et de plusieurs manières. Déjà parce qu'on a toujours continué à donner du travail le soir dans les écoles des bons quartiers et dans le privé, là où il y a une attente forte des familles. Inversement, dans les établissements les plus sinistrés, on a appliqué le principe à la lettre...
D'autre part, que font les gamins quand il n'y a rien à glander le soir ? Certains auront la chance qu'on leur lise des histoires avant de dormir, qu'on leur propose des bouquins, qu'on leur montre des films ou des documentaires intelligents, qu'on leur nourrisse l'esprit. Ceux qui sont issus de milieux sinistrés resteront dehors, ou devant les merdes de la téloche. Le temps du boulot scolaire, c'était justement un temps où tous les minots pouvaient faire la même chose, un temps d'égalité sociale, à la maison.

3. Sur le plan éducatif, c'est catastrophique. Comment les gamins qui débarquent en sixième pourraient-il, du jour au lendemain, devenir bosseurs à 11 ans parce que tout à coup on leur donne du boulot ? L'aptitude à bosser, ça s'apprend, progressivement. Les enfants qui n'ont aucune habitude de travail, qui ne savent pas ce qu'est apprendre (et ils sont une grande majorité), parce qu'on n'a jamais attendu d'eux qu'ils mémorisent précisément quelque chose (les trois poésies de l'année, ça suffit pas), sont mis dans la merde. Et je suis bien convaincu que les premières années scolaires sont déterminantes dans la construction de ces déterminismes.

4. Enfin, on supprime une étape de l'apprentissage qui m'a toujours semblé capitale : ce temps où l'on est vraiment seul devant une tâche à accomplir. Minot, j'étais dans la lune, et je me souviens que très souvent je réalisais ce sur quoi on avait bossé quand je me retrouvais, tout seul le soir, devant mon exercice.
Nos petits consommateurs ont toujours sous la main un instit, un copain. Et quoi ? à la maison, point de salut sans un parent pour aider ? Pourtant... je crois bien que je n'étais pas le seul à faire mon boulot sans mes parents. Je crois bien que c'était le cas de presque tout le monde. Gamin, on avait notre boulot de gamin, pendant que nos parents avaient bien autre chose à faire.

Finalement... on s'aperçoit que l'école ne cesse d'accroître les inégalités sociales, et au lieu de réfléchir sur les conséquences des réformes précédentes, on décrète que le problème vient du fait que nous ne sommes pas allés assez loin dans les réformes en cours.
Il y a de plus ne plus de gamins en grande difficulté et qui ont de mauvaises notes ? Sans déconner ? Ça doit être à cause des pratiques des profs, et supprimons donc les notes. Après, on supprimera les examens, ce sera le plus sûr moyen de ne pas y échouer. Par contre, pour faire tel ou tel boulot, il faudra sortir de sa petite école privée.

http://www.neoprofs.org/t89176p80-projet-de-petition-pour-une-autre-reforme#3039460
ventre saint-gris a écrit:Quand, d'année en année, je continue à prendre plaisir en classe, mais que je constate qu'il est toujours plus difficile d'aider mes gamins de ZEP / REP à avancer parce qu'il est toujours plus difficile de leur faire apprendre quoi que ce soit de façon précise, non, ce n'est pas confortable. Et je préférerais de loin pouvoir me contenter de mes petits succès ponctuels.
Depuis 13 ans dans mon petit collège, je crois bien voir effectivement des gamins qui savent de moins en moins ce qu'est apprendre. Je crois bien avoir aussi discuté il y a peu avec un formateur du premier degré, qui m'expliquait pourquoi il ne fallait plus donner les tables de multiplications à apprendre à l'école primaire. Et il était mandaté par son inspectrice pour diffuser la bonne parole en formation.

http://www.neoprofs.org/t89176p80-projet-de-petition-pour-une-autre-reforme#3039630

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Spinoza1670 le Dim 18 Sep 2016 - 19:12
@Elyas a écrit:J'ai un peu de temps pour te répondre. Tout d'abord, l'arrêté qui interdit le travail à la maison (hors mémorisation) en primaire date de 1956 mais il y a des textes encore plus antérieurs (1912 et 1938). Le texte dit clairement : "Aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif ne sera demandé hors de la classe", tout cela pour favoriser le travail de mémorisation. C'était bien avant Bourdieu, du temps de l'école qui réussissait comme le dit la doxa néo  Smile

Ensuite, si dès 1912, on commence à parler de ça, c'est que les devoirs non faits sont légion. On a des récits très proches de ce qu'on lit de nos jours sur le manque de travail des élèves à la maison et sur l'absentéisme dans les campagnes. Ce n'est pas pour rien que Freinet a commencé ses travaux à cette époque, dans les années 1920.

Le travail disciplinaire qui nourrit l'élève doit avant tout être fait en classe. Il faut donner le goût du travail en classe et pas à la maison. Il faut donner faim et soif en classe, la notion d'éros que développe le philosophe Heinz Wismann ici (http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-entre-les-langues-l-elitisme-2015-04-30 ). Or, quand on lit pas mal de témoignages ici, en classe, le plus souvent ce sont des micro-activités et du zapping qui sont faits, dans le bruit souvent.

Croire que donner du travail de réflexion à la maison va changer la donne si on ne fait pas travailler en classe, c'est de la déraison.

Ensuite, tu sembles vouloir changer les familles et parler des enfants méritants. Mais, tous les enfants ont droit d'être instruit et se focaliser uniquement sur ceux qui méritent est une lâcheté pour moi.

Maintenant, prenons un cas typique chez moi : un élève qui vit avec sa mère et sa petite sœur. Sa mère travaille de 4h à 8h et de 18h à 22h avec 3h de transports par jour pour le RMI/RSA (je ne sais plus ce que c'est). Ils vivent en HLM. Quel suivi aura-t-il avec ton idée ? Il ne travaillait nulle part, accumulait les 0 pur travail non faits jusqu'au moment où il a eu des profs qui ont commencé à ne faire que le travail de réflexion en classe. Gain de 7 points de moyenne partout.

Le goût du travail scolaire, s'il n'est pas cultivé dans la famille, n'apparaîtra pas comme ça, juste parce que tu auras décidé qu'il faut donner du travail. De plus, les parents, ce n'est pas leur job d'enseigner. C'est le nôtre. Il n'y a que nous qui puissions donner goût au travail dans nos classes.

Le vrai problème, ce sont les horaires trop faibles et les heures d'étude du soir qui disparaissent.

Le travail à la maison est un vrai clivage socio-culturel et socio-économique, accru par les migrations pendulaires des parents et la tentation du copier/coller d'internet.

Faire lire et faire mémoriser à la maison, c'est déjà amplement suffisant. Pour le travail de raisonnement, il faut abolir la doxa actuelle qui dit que les élèves s'ennuient au collège et refaire du collège un vrai lieu de travail où on prend le temps. Ce n'est pas gagné.

http://www.neoprofs.org/t89176p80-projet-de-petition-pour-une-autre-reforme#3039731


Dernière édition par Spinoza1670 le Dim 18 Sep 2016 - 19:20, édité 1 fois

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Spinoza1670 le Dim 18 Sep 2016 - 19:19
@Ventre-Saint-Gris a écrit:Ah ! merci pour ça. Je deviens tout d'un coup capable d'apprendre, en devenant un possible interlocuteur. Ouf ! comme j'essaie d'être un élève méritant, j'apprécie qu'on ne me trouve pas d'emblée trop stupide pour apprendre.   Laughing  

Bon, j'ai tout de même le sentiment que tu ne m'as lu qu'à travers le prisme de tes propres convictions, et qu'en prélevant deux ou trois indices, tu as voulu me faire immédiatement rentrer dans ta propre grille stéréotypée des vilains profs qui auraient mieux fait de faire autre chose.
En écrivant cela, je n'oublie pas que je suis intervenu un peu sur le même mode avec toi sur un fil d'historiens il y a un ou deux jours.  Laughing

@Elyas a écrit:C'était bien avant Bourdieu, du temps de l'école qui réussissait comme le dit la doxa néo Smile
Oui, la loi de 56, qui n'a été que très peu appliquée pendant longtemps, et qui l'est surtout aujourd'hui partout où les difficultés sont les plus fortes.
Égalité, bonjour.

@Elyas a écrit:Croire que donner du travail de réflexion à la maison va changer la donner si n ne fait pas travailler en classe, c'est de la déraison.
Oui. Évidemment, même.
Maintenant, je te présente une des situations-types que je vis dans mon quotidien de prof.

Nouvelle fournée de sixièmes. Chouette !
Des difficultés en français, tout ça tout ça. Énormes, même. Mais je ne suis dédouané de rien, bien sûr, puisque s'il me plaît de bosser dans un collège tel que le mien, c'est parce que c'est mon boulot, précisément, que de m'occuper de ces difficultés.
On va essayer de commencer gentiment à faire diminuer le nombre de fautes sur la conjugaison du présent de l'indicatif. Alors non, je ne me contente pas de balancer des "tableaux". On va essayer s'amuser un peu avec une matière qui pourrait sembler rébarbative, démonter un peu tout ça, et essayer de donner du sens.
Deux heures. Quelques modèles. Et une "astuce" un peu magique, que l'on pourrait faire tenir au dos d'un timbre-poste, pour peu qu'on veuille l'apprendre et s'en servir.

"Mais c'est facile en fait, Monsieur Ventre-Saint-Gris ! dit un de mes élèves les plus frappés, avec des yeux ronds comme ceux d'un chat qui vient de faire ses besoins dans la braise d'une cheminée.
- Oui, mon canard. C'est toujours plus facile quand on a compris. Et tu as compris. Parce que tu as tout ce qu'il faut entre les oreilles pour comprendre cela. Seulement, ce qui va être vraiment très important, c'est que tu apprennes ce que tu as sous les yeux et dont tu as parfaitement compris la logique."

Mais trois jours plus tard... Sur une copie... C'était pourtant facile, qu'on a dit, et c'est bien exactement ce qu'on avait sous les yeux qui est demandé, mot pour mot, lettre pour lettre. Sans un piège.

Il y a encore dix ans, il n'était pas rare que certains élèves parmi les moins bosseurs me remercient quand je leur donnais une évaluation sur la conjugaison. Parce que c'était le genre de cadeau qui "remontait la moyenne" à très peu de frais.

@Elyas a écrit:Ensuite, tu sembles vouloir changer les familles et parler des enfants méritants. Mais, tous les enfants ont droit d'être instruit et se focaliser uniquement sur ceux qui méritent est une lâcheté pour moi.
Sans déconner, tu m'as lu ?

@Elyas a écrit:Maintenant, prenons un cas typique chez moi : un élève qui vit avec sa mère et sa petite sœur. Sa mère travaille de 4h à 8h et de 18h à 22h avec 3h de transports par jour pour le RMI/RSA (je ne sais plus ce que c'est). Ils vivent en HLM. Quel suivi aura-t-il avec ton idée ? Il ne travaillait nulle part, accumulait les 0 pour travail non fait jusqu'au moment où il a eu des profs qui ont commencé à ne faire que le travail de réflexion en classe. Gain de 7 points de moyenne partout.
J'ai la matière pour te répondre.
Une de mes élèves, arrivée en sixième avec des difficultés monstrueuses. Le jour de sa rentrée en sixième, sa mère l'a déposée, avant d'aller poignarder papa qui n'avait pas tenu sa promesse d'être là le jour de la rentrée de sa fille. Hum... que va-t-on faire d'elle ce soir, puisque maman est en garde à vue et papa à l'hôpital ? Chouette ! c'est la rentrée.
Eh ! bien, la minette est désormais en troisième, toujours latiniste, et elle ira au lycée avec un niveau tout à fait satisfaisant. Avec une marge de progression parce qu'elle a appris à apprendre. C'est bien aussi, hein ?   Laughing

Ce misérabilisme me gonfle. Parce que nombre de mes élèves ne foutent rien parce qu'on n'a jamais construit chez eux des habitudes d'apprentissage en estimant qu'il serait irresponsable d'exiger d'eux, tout simplement. Parce que comme ils n'ont déjà pas de bol, ben on ne peut pas exiger d'eux qu'ils fassent la même chose que les gosses de riches.
Je vois tellement de gamins qui sont fins, logiques, qui ont des capacités totalement inexploitées et que l'on ne peut pas pousser parce que... Ben parce que faut comprendre, hein ! On ne peut tout de même pas...
Si ! on pourrait, en étant davantage autorisé à les contraindre quand ils ne le sont justement pas chez eux. Mais pour cela, il faudrait réapprendre qu'on peut sanctionner un gamin justement parce qu'on s'intéresse à lui. Quand il m'est arrivé de garder un gamin en fin d'après-midi, après avoir téléphoné à sa famille, et que je ne le laissais partir que lorsqu'il était capable de me réciter la petite chose que je lui demandais, bizarrement, les lourdes "difficultés cognitives" se trouvaient souvent allégées.  
Et aussi bizarrement, il apprenait souvent mieux après chez lui.  Laughing

@Elyas a écrit:Le goût du travail scolaire, s'il n'est pas cultivé dans la famille, n'apparaîtra pas comme ça, juste parce que tu auras décidé qu'il faut donner du travail. De plus, les parents, ce n'est pas leur job d'enseigner. C'est le nôtre. Il n'y a que nous qui puissions donner goût au travail dans nos classes.
Qui parle de demander aux parents de nous remplacer le soir ? Justement non. Ce qui serait salutaire, c'est qu'on ait un peu foi dans le potentiel de tous les gamins, justement, et qu'on leur apprenne à faire leur "métier" d'élève (j'ai mis "métier" entre guillemets, parce que je me doute bien que le mot a quelque chose de bien vilain).

@Elyas a écrit:Le vrai problème, ce sont les horaires trop faibles et les heures d'étude du soir qui disparaissent.
Alors là, je suis tellement d'accord... Et un volet dans l'étude du soir qui serait obligatoire pour les gamins qui ne feraient pas le boulot chez eux, ce serait bien, non ? Et je suis bien certain que nombre de mes élèves apprendraient à bosser chez eux plutôt qu'à rester devant Facebook si on osait ce genre de révolution. Pourquoi ? Ben justement pour pouvoir se barrer et retourner devant Facebook !   Laughing  

@Elyas a écrit:Le travail à la maison est un vrai clivage socio-culturel et socio-économique, accru par les migrations pendulaires des parents et la tentation du copier/coller d'internet.
Effectivement. Quand on en donne dans le privé et pas dans les collèges sinistrés du public, y a gros clivage.

@Elyas a écrit:Faire lire et faire mémoriser à la maison, c'est déjà amplement suffisant.
Ça serait pas mal si ça pouvait se faire vraiment. Parce que dans les faits, et on me le répète assez en formation, jamais on ne doit s'appuyer sur un investissement domestique. C'est d'ailleurs pour la suppression de toute forme de travail à la maison au collège que militent FCPE & cie.

@Elyas a écrit:Pour le travail de raisonnement, il faut abolir la doxa actuelle qui dit que les élèves s'ennuient au collège et refaire du collège un vrai lieu de travail où on prend le temps. Ce n'est pas gagné.
Tout à fait d'accord.

http://www.neoprofs.org/t89176p100-projet-de-petition-pour-une-autre-reforme#3039872

@Ventre-Saint-Gris a écrit:Fondamentalement, si les gosses dont les familles attendent le plus de l'école sont aussi ceux qui y réussissent le mieux, il me semble que la question essentielle devrait être de savoir comment créer des contre-déterminismes chez les gamins qui glandent. Que c'est ainsi qu'on donne sens au mot "éducation", qu'on donne plus à ceux qui ont moins. Curieusement, je n'ai jamais vu parmi les déçus du collège un gamin qu'on avait réussi à mettre au boulot.

Après, forcément, on projette toujours d'une façon ou d'une autre une image de son propre parcours. Et sans doute que je ne raisonne qu'en prof issu de l'école de la promotion sociale, justement, qui remercie l'école de lui avoir donné un peu de boulot et quelques bouquins à lire quand il n'y en avait pas à la maison.

Mais non, poser la question du "travail du soir", c'est se voir ravalé au rang des vieilles rombières qui radotent à côté de la machine à café, incapables de remettre en cause leur pratiques et préférant incriminer la mauvaise éducation des enfants. C'est typiquement le genre de problématique que l'on ne peut plus aborder sans se voir caricaturé. Ce qui me frappe quand je suis une formation aujourd'hui, c'est la terminologie presque religieuse du bousin. Le bienveillant, le prof humain, le bien intentionné, c'est forcément celui qui pense projet, qui pense mise en activité permanente du gamin et suppression des notes. La dernière fois, on m'a expliqué un truc génial : un gamin avait acheté un maillot de Tony Parker parce qu'il y avait un personnage d'un livre étudié en classe qui portait un maillot de Tony Parker. Et c'était merveilleux, parce que cela témoignait bien qu'il s'était approprié le livre que, bien sûr, on ne l'avait pas obligé à lire (parce qu'on n'est pas des réac', 'videmment).

Allez, je finis sur une anecdote égocentrique.
Mon aîné avait sept ans, et il filait un mauvais coton dans sa petite école publique de quartier. On a fini par l'emmener chez une psy parce que son état commençait à confiner à la dépression. Bilan : gamin très précoce. Dans son école où on n'en faisait pas une ramée mais où beaucoup d'enfants étaient très épanouis, on nous a refusé un saut de classe (avis de l'instit et de la psy scolaire : il n'avait pas les compétences). Pourtant, j'avais bien argumenté le truc : c'est qu'il m'avait fallu lire, et mettre moi-même de côté mes préjugés sur ces histoires de précocité. Finalement, nous nous sommes tournés vers le privé qui l'a accueilli à bras ouverts en acceptant le saut, rapports de psys à l'appui. En deux mois, mon gamin avait appris à aimer l'école, se récitait pour le plaisir le dernier poème de Victor Hugo qu'il avait appris et, un an plus tard, on évoque devant nous l'éventualité d'un second saut de classe.
Ma cadette a suivi dans la même école, et j'ai assisté hier soir à une petite représentation théâtrale (d'une heure) dans laquelle tous les gamins avaient appris une quantité de texte qui m'a paru phénoménale, et ont joué parfaitement leur rôle. En CE1.
J'enrage quand je vois qu'on demande à ces gosses, qui ne sont pas tous en train de chialer le soir, d'apprendre ce que je ne me permettrait plus de proposer à mes élèves de 5ème ou de 4ème. Quand je suis vilain en collant une mauvaise note à un minot qui n'a pas appris ses six ou sept pauvres modèles de conjugaison, c'est le double qu'on impose à des gamins de CE2 ou de CM1 dans le privé d'à côté, c'est le triple que le gamin mémorise pour monter les niveaux de son dernier jeu vidéo. Mais c'est parce que tous les parents riches aiment mieux leurs gamins et s'occupent beaucoup mieux d'eux le soir que les parents pauvres, faut pas chercher.

Alors voilà, comme j'encaisse mal, je vais faire comme les messieurs qui se marraient plus haut en assistant au débat entre les modernistes et les anciens. Faut prendre le monde tel qu'il est en 2015, qu'on disait. Un monde qui a tiré les leçons d'Orwell, et où on crée la réussite de tous, en supprimant tout moyen de nommer l'échec.

Excuse-moi pour ces épanchements déplacés, qui ne doivent pas te faire douter de ton engagement, on ne peut plus légitime, et encore bravo. Pour ma part, je crois bien que j'ai besoin d'écouter un album de rock n'roll.

http://www.neoprofs.org/t89176p100-projet-de-petition-pour-une-autre-reforme#3040091


Dernière édition par Spinoza1670 le Dim 18 Sep 2016 - 19:38, édité 1 fois

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Rabelais
Grand Maître

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Rabelais le Dim 18 Sep 2016 - 19:27
L'absence de devoir écrits , pour moi, fonctionne si on a du temps, en classe, pour travailler ces exercices, dans le silence et la concentration.
De même pour les travaux de réflexion.
La perte des heures dans les disciplines ne peut qu handicaper le travail en classe.
Tout ce temps perdu en activités ludiques ou en travail coopératif en îlots fait, qu'effectivement, les devoirs écrits vont devenir nécessaires .
Et c'est bien dommage , parce que ce temps de classe est égalitaire , quoi qu'on en pense.
Les devoirs de mémorisation purs à la maison  restent pour moi essentiels , ils peuvent être faits en autonomie, pas besoin d'avoir des parents profs pour les travailler.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Spinoza1670 le Dim 18 Sep 2016 - 19:54
Kellogs a écrit:Les mécanismes de mémorisation sont bien connus :

Lire l'article de Nature : Hippocampal-neocortical functional reorganization underlies children’s cognitive development
Shaozheng Qin 1 , Soohyun Cho 1,2 , Tianwen Chen 1 , Miriam Rosenberg-Lee 1 , David C Geary 3 & Vinod Menon 1,417
August 2014;

La pratique des mathématiques doit être "active", c'est à dire basée sur la résolution d'exercices.
Idéalement, il faut pratiquer 15 minutes par jour, comme des gammes.
Et c'est seulement au prix d'un travail actif, quotidien, qu'on peut mémoriser à long terme.

Peut-on pratiquer les mathématiques activement en classe ?
Si la réponse est positive, pas besoin de devoir.
Sinon, donner des devoirs permet de faciliter l'apprentissage.

Personnellement, je m'oriente vers une solution de suivi en ligne, de type Euler, valorisé par une note, qui permette à ceux qui le souhaitent de pratiquer les mathématiques chaque jour.

Et il faut donc autoriser les devoirs ... ou tout au moins ne pas les interdire.

D'autres liens sur neo :
http://www.neoprofs.org/t90956-travail-a-la-maison
http://www.neoprofs.org/t87858-article-a-lire-n-aidez-pas-vos-enfants-a-faire-leurs-devoirs-rue-89
http://www.neoprofs.org/t85072-astuces-pour-verifier-vite-si-les-devoirs-sont-faits
http://www.neoprofs.org/t82931-aide-aux-devoirs
http://www.neoprofs.org/t82225-4e-quel-travail-a-la-maison-pendant-les-vacances
http://www.neoprofs.org/t81860-abolir-les-devoirs-pour-mieux-reussir-quebec
http://www.neoprofs.org/t76075-la-fcpe-ne-veut-plus-de-devoirs-a-la-maison-au-college
http://www.neoprofs.org/t16034-devoir-maison-durant-les-vacances
http://www.neoprofs.org/t74568-psychologie-com-conseils-pour-eviter-que-les-devoirs-ne-virent-au-cauchemar
http://www.neoprofs.org/t73981-controlez-vous-systematiquement-les-devoirs-ecrits
http://www.neoprofs.org/t68775-devoirs-non-faits
http://www.neoprofs.org/t67760-dossier-de-la-croix-sur-les-devoirs-a-la-maison
http://www.neoprofs.org/t64380-reforme-du-primaire-en-chine-suppression-des-devoirs-du-cp-a-la-6eme-et-des-notes-du-cp-au-ce2
http://www.neoprofs.org/t63885-vincent-peillon-les-devoirs-c-est-a-l-ecole
http://www.neoprofs.org/t60256-sondage-de-la-peep-les-parents-d-eleves-plebiscitent-les-devoirs-et-sont-contre-l-ecole-le-mercredi-matin
http://www.neoprofs.org/t58246-pour-la-sante-de-l-enfant-l-academie-de-medecine-recommande-des-journees-de-4h30-de-cours-devoirs-compris
http://www.neoprofs.org/t56801-les-devoirs-a-la-maison-en-primaire-et-college-des-pratiques-toxiques-qui-interferent-avec-les-apprentissages

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Marie-Henriette
Niveau 8

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Marie-Henriette le Dim 18 Sep 2016 - 21:58
Mes enfants ont (ou ont eu - l'aîné vient de rentrer au collège) des devoirs à la maison en primaire, y compris écrits, avec toutes les PE, ce que je trouve très bien.
En revanche, pour l'apprentissage des mots, je n'ai jamais eu l'injonction du type «écrire trois fois la liste», mais juste une liste à voir d'une semaine sur l'autre.
Avec le grand, il suffisait le plus souvent de la voir une fois et/ou de la lui faire épeler. Avec le petit en revanche, c'est plus laborieux, j'y travaille tout au long de la semaine, par petits contingents, et il écrit le mot autant de fois que nécessaire. Si exceptionnellement, pour une raison ou pour une autre, les devoirs ne sont pas faits, je le signale et il n'y a jamais eu de problème.
Contenu sponsorisé

Re: Primaire : appliquez-vous l'absence de devoirs écrits à la maison?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum