Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par John le Mar 24 Sep 2013, 23:10

Profs, inspirez-vous du Québec!
On est loin de ce qui se fait en France…

Je dirais que le modèle français est plus strict, avec une relation maître-élève assez autoritaire, et une approche encore magistrale de la transmission des connaissances. Chez nous, au contraire, les méthodes pédagogiques sont très interactives. Le métier est centré sur l’élève, et non sur une matière à transmettre. C’est lui qui apprend. C’est lui qui doit s’approprier les choses. On ne peut lui enseigner de force ! Dans la classe, le professeur est à son service, et non là pour montrer qu’il est savant.
Texte intégral : http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20130924.OBS8235/profs-inspirez-vous-du-quebec.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par User5899 le Mar 24 Sep 2013, 23:13

Bah, à quoi ça sert d'être prof si on ne peut pas pontifier un peu ? Mince, il faut bien que le temps passe !

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par Luigi_B le Mar 24 Sep 2013, 23:47

Moyennant quoi, notre pays obtient des résultats plutôt médiocres à ces enquêtes : il est 30ème.
Première nouvelle.

Entretien avec Marie Malavoy, ministre de l’Education du Québec, classé 5ème à ces évaluations.
Deuxième nouvelle.

C'est vrai que l'écart entre la France et le Canada ne peut s'expliquer que par la supériorité du modèle pédagogique canadien.

Dans la classe, le professeur est à son service, et non là pour montrer qu’il est savant.
La meilleure façon de procéder, c'est encore de mettre des professeurs non savants en face des élèves. professeur

Faut-il remettre en cause un mode de sélection via des concours difficiles, le Capes et l’agrégation, portant essentiellement sur la maîtrise de la discipline, et rien d'autre ? A l’heure où l’on inaugure en France les nouvelles Ecoles Supérieures des Professorat et de l’Education (ESPE), on peut s'interroger.
Voilà !


Dernière édition par Luigi_B le Mar 24 Sep 2013, 23:54, édité 1 fois

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par atrium le Mar 24 Sep 2013, 23:53

@Luigi_B a écrit:
Moyennant quoi, notre pays obtient des résultats plutôt médiocres à ces enquêtes : il est 30ème.
Première nouvelle.

Entretien avec Marie Malavoy, ministre de l’Education du Québec, classé 5ème à ces évaluations.
Deuxième nouvelle.

C'est vrai que l'écart entre la France et le Canada ne peut s'expliquer que par la supériorité du modèle pédagogique canadien.

Dans la classe, le professeur est à son service, et non là pour montrer qu’il est savant.
La meilleure façon de procéder, c'est encore de mettre des professeurs non savants en face des élèves. professeur 
Madame Malavoy oublie de vous dire que les résultats de sa province ne sont pas nécessairement les meilleurs du Canada, pays fédéral où l'éducation est du ressort des gouvernements provinciaux.

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par User5899 le Mer 25 Sep 2013, 00:01

Je me rappelle un post hallucinant où de jeunes instituteurs canadiens expliquaient avec dix fautes par ligne que jamais ils n'enseigneraient l'orthographe ou la grammaire aux écoliers de peur de les priver de vie sociale...

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par grandesvacances le Mer 25 Sep 2013, 00:08


Le métier est centré sur l’élève, et non sur une matière à transmettre.
A quoi bon des profs ? Shocked 

grandesvacances
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par User5899 le Mer 25 Sep 2013, 00:11

Mais ne leur répondez pas... Comme tous les hommes de foi, nul argument ne saurait les ébranler.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par Olympias le Mer 25 Sep 2013, 00:16

C'est affligeant...Mais quelle est cette manie tellement française de vouloir importer chez nous ce qui a lamentablement foiré ailleurs ???

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par Ronin le Mer 25 Sep 2013, 00:24

Le panache à la française !!!

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par Luigi_B le Mer 25 Sep 2013, 00:32

Les technopédagogues québécois interviennent très régulièrement dans les médias français.

Pour ceux qui souhaitent s'instruire, deux articles sur "EducaVox" qui vous donneront une bonne idée de l'avancée pédagogique du Québec, pays de la "technologie éducationnelle" :
- "La technopédagogie : pas juste une destination, mais un voyage"
- "Le texto à l’école : une plaie ou un outil communicationnel et présentiel fantastique"

Assimiler l'éducation à une technologie, tout un symbole. Même l'Académie des sciences en France s'y est mis dans son dernier rapport.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par Cath le Mer 25 Sep 2013, 10:36

Cripure a écrit:Je me rappelle un post hallucinant où de jeunes instituteurs canadiens expliquaient avec dix fautes par ligne que jamais ils n'enseigneraient l'orthographe ou la grammaire aux écoliers de peur de les priver de vie sociale...
Zut, je l'ai raté celui-là !

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interview de Marie Malavoy, ministre de l'Education du Québec, par Caroline Brizard (Nouvel Obs)

Message par adelaideaugusta le Mer 25 Sep 2013, 22:01

@Luigi_B a écrit:Les technopédagogues québécois interviennent très régulièrement dans les médias français.

Pour ceux qui souhaitent s'instruire, deux articles sur "EducaVox" qui vous donneront une bonne idée de l'avancée pédagogique du Québec, pays de la "technologie éducationnelle" :
- "La technopédagogie : pas juste une destination, mais un voyage"
- "Le texto à l’école : une plaie ou un outil communicationnel et présentiel fantastique"

Assimiler l'éducation à une technologie, tout un symbole. Même l'Académie des sciences en France s'y est mise dans son dernier rapport.
A tempérer :


"Le jeudi 08 novembre 2007
Le drame se poursuit...

Lysiane Gagnon
La Presse
J'ai devant moi une petite brochure intitulée Le drame de l'enseignement du français. Cette série d'articles écrite en 1975, alors que je couvrais le domaine de l'éducation, avait eu une telle répercussion chez nos lecteurs que La Presse en avait fait un recueil. Ce déferlement de réactions montrait qu'hier comme aujourd'hui, les Québécois prennent à cœur l'avenir de leur langue.

Hélas! la série d'articles que La Presse consacre cette semaine au même sujet montre qu'en 32 ans, rien n'a vraiment changé.

Au fil des pages de ma brochure jaunie, on trouve les mêmes maux qu'aujourd'hui: la dégradation de la syntaxe et de l'orthographe, la multiplication démente des «méthodes» et des «réformes», l'activisme pervers des pédagogues du ministère, qui se sont malheureusement reproduits.

En 1975, on avait déjà commencé à faire de la «communication» au lieu d'enseigner la langue; on faisait écrire aux élèves des «romans» plutôt que des analyses de texte; on leur faisait lire des articules de journaux, le résultat étant qu'on pouvait faire 13 ans de scolarité sans avoir jamais lu un seul livre. Les profs de la gogauche considéraient qu'il fallait être un sale bourgeois pour trouver important de bien parler et de bien écrire.

Les enseignants d'aujourd'hui sont les produits du système que je dénonçais en 1975.

J'avais cependant commis, en conclusion de cette série d'articles, une grosse erreur. Dans le contexte politique bouillonnant de ces années marquées par les combats linguistiques, j'attribuais la responsabilité première des maux du français au laisser-faire des gouvernements qui refusaient de donner au français un statut prédominant. «Comment s'étonner que les étudiants apprennent mollement et sans intérêt une langue qui ne leur servira pas dans les hautes sphères du marché du travail?»

Ô naïveté L'année suivante, le PQ arrivait au pouvoir. Quelques mois plus tard, le ministre Laurin déposait la Charte de la langue française. Depuis, le Québec a été dirigé pendant 18 ans par le PQ, un parti qui lie son destin à la langue, et pendant 14 ans par le PLQ, qui a fait sienne la loi 101. Et le français reste toujours mal enseigné, mal appris et mal aimé.

Que s'est-il passé pour que rien n'ait changé, même une fois le français devenu langue commune et protégé en sus par une myriade d'organismes?

Si l'on se fie aux récentes enquêtes, la qualité moyenne des étudiants des facultés de l'éducation aurait diminué depuis quelques décennies, peut-être en partie parce que beaucoup de professions plus gratifiantes se sont ouvertes aux femmes, et que l'enseignement n'attire pas les plus douées en aussi grand nombre qu'autrefois.

Chose certaine, les enseignants qui étaient au travail il y a 32 ans étaient eux-mêmes passés par un système d'enseignement beaucoup plus exigeant que celui qui a formé les jeunes enseignants d'aujourd'hui.

Ne mettons pas tout sur le dos de l'école. Il y a les parents, il y a la société. Il est perceptible à l'oreille que le niveau de la langue parlée a baissé depuis 30 ans. On appelle tout le monde par son prénom, le tutoiement s'est généralisé. Les formulations joualisantes et les expressions infantiles («tu veux-tu», etc.) font partie intégrante du langage des gens branchés.

C'est, notons-le bien, la langue des élites, des gens instruits, qui s'est dégradée, pas la langue des milieux ruraux et populaires.

L'exemple vient de haut. Il suffit d'écouter la télévision de Radio-Canada, naguère le grand véhicule de la correction linguistique qui, en quelques années seulement, s'est transformée en école de vulgarité. Pour s'en convaincre, on n'a qu'à entendre le niveau de langue de l'émission-vedette de Radio-Canada, Tout le monde en parle. La langue de bébé et les rires niais de nos humoristes ont contaminé toute la société.

Alors voilà, on a simplement continué à descendre la pente, mû par la force de l'inertie et le refus de l'effort. Les gouvernements, une fois le français posé sur un piédestal, ne se sont jamais souciés de sa qualité. Sous Lucien Bouchard, l'ex-ministre Louise Beaudoin avait proposé à ses collègues du cabinet de lancer une grande campagne en faveur de l'amélioration de la langue parlée. Elle s'était fait dire que cela ferait ringard et élitiste.

La ministre de l'Éducation actuelle, Michelle Courchesne, semble déterminée à agir, mais réussira-t-elle là où tous ses prédécesseurs ont échoué? Je le croirai quand je le verrai."

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum