Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Caspar
Esprit sacré

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Caspar le Dim 29 Sep 2013 - 11:11
Les parents et leurs fédérations se laissent facilement embobiner par le discours bien rôdé de l'institution (ministre ou braves petits soldats cde).
avatar
agc
Niveau 10

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par agc le Dim 29 Sep 2013 - 11:22
Le changement de rythme n'est sans doute pas une mauvaise chose mais l'application est catastrophique......chez nous c'est école le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h45-12h puis 13h30-15h30. Et le mercredi matin de 9h-12h....ensuite à partir de 15h30 c'est périscolaire, aucune activité, aucun atelier......car trop d'enfants et pas assez d'animateur, en plus les enfants ont besoin de souffler car pas de pause l'après midi.....Comme c'est du temps périscolaire, cela signifie que mon mari et moi payons pour cette garderie....

le mardi ma fille en grande section à APC ( activité pédagogique complémentaire) mis en place par les enseignants et donc gratuit de 15h30 à 16h30....elle aura cet atelier jusque décembre ensuite cela sera le tour d'un autre niveau ( petite section ou moyenne section)....pour l'instant mon fils en petite section n'a rien.....

Jeudi pour la première fois j'ai récupéré mes enfants à 16h30 au périscolaire (habituellement c'est plus tard mais là merci ma classe de terminale en stage) et je ne vous dis pas le bordel que c'était, des gamins qui courraient partout dans la cours et la pauvre atsem (20 enfants de moins de 6 ans à surveiller pour elle) ne savaient plus où donner de la tête...mercredi matin c'est un animateur qui était malade et une autre en remplacement d'une atsem en arret ce qui fait qu'il n'y avait qu'une animatrice au périscolaire pour tous les enfants.....

Et je ne vous parle même pas de la désorganisation de l'école l'après midi comme par exemple des accidents pipi dans la classe car pas de recréation l'après midi...sauf que maintenant la maîtresse fait quand même une pause toilette mais surtout ne rien dire à l'inspectrice car non autorisée....le père noel qui va devoir passer le vendredi matin et plus l'après midi car avec la sieste des petits il ne reste plus assez de temps...idem le carnaval du vendredi après-midi est du coup annulé cette année.....même pb pour le cours de piscine de fin d'année qu'il va falloir faire tenir en deux heures, déplacement en bus et déshabillage habillage des enfants de 5 ans en deux heures.....

avatar
Roumégueur Ier
Érudit

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Roumégueur Ier le Dim 29 Sep 2013 - 11:25
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:C'est justement cet écart qui ne donne pas envie de se syndiquer...
Il suffit de savoir choisir son syndicat, ensuite...
Soyons absolument honnête : je pense que c'est un devoir d'être syndiqué pour pouvoir être défendu (même si cette dépense pèse de plus en plus sur un budget, je dois étaler ma cotisation sur 10 mois, ce qui n'était pas le cas avant), ensuite on fait des 'concessions' en choisissant le syndicat qui semble le plus proche de vos inclinations même si sur certains points vous n'êtes pas en accord avec ce dernier.
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Caspar le Dim 29 Sep 2013 - 11:29
Quelqu'un sait-il comment ça se passe dans les toutes petites écoles de campagne? Il existe encore des classes uniques ou presque dans mon académie? Mon cousin, PE en Charente-Maritime, est directeur d'une école de...deux PE. Comment organiser les ateliers dans ce genre d'école?
avatar
lapetitemu
Expert spécialisé

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par lapetitemu le Dim 29 Sep 2013 - 11:44
Je trouve tous ces cafouillages bien préjudiciables à "l'intérêt dézenfants" ; mais je me demande : comment ça se passait, avant la semaine des 4 jours ?
Je l'ai vécu, cet "avant", et je n'ai pas de souvenirs ultra nets, mais, en gros, il me semble qu'on faisait quelque chose comme du 8h30-11h30 le matin, peut-être 14h-17h l'après-midi, quelque chose comme ça, et on n'avait pas cours le mercredi matin, mais plusieurs samedis dans l'année (pas tous).
J'avais la chance de rentrer chez moi le midi parce que mes parents pouvaient venir me chercher, ou ma nourrice, (enfin, "chance" : moi j'aurais préféré rester manger à la cantine avec mes copains, mais bon, j'aurais peut-être été plus fatiguée, j'en sais rien), par contre je me souviens que j'allais de temps en temps en "étude" le matin et/ou le soir. Dans mes souvenirs c'était calme, je faisais mes devoirs.
Je ne sais pas ce que les élèves demi-pensionnaires faisaient entre midi et deux, mais ça devait consister en des activités, par une animatrice (j'ignore totalement quel statut elle pouvait avoir, une sorte d'assistance d'éducation ?), ou ils allaient à la BCD.
De mon regard d'enfant, j'avais l'impression que tout se passait très bien.
Comment ça se fait que le même principe (ou plus ou moins) pose tellement de problèmes aujourd'hui ?
Est-ce le fait que les métiers exercés aujourd'hui par les parents les empêchent de ne mettre leurs enfants à l'école que pendant les horaires des cours ? Est-ce la pénurie croissante de systèmes de garde (nourrices etc) ? Ou autre chose ?
Vraiment, je n'arrive pas à comprendre.
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Celeborn le Dim 29 Sep 2013 - 11:47
« Avant », les heures d'activités péritrucs étaient des heures de cours. Je rappelle qu'on est passé de 27 à 26, puis maintenant à 24 heures de cours.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
agc
Niveau 10

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par agc le Dim 29 Sep 2013 - 11:51
moi aussi j'ai connu la semaine des 4,5 jours enfants je me souviens que je commençais à 9h et terminais à 16h30.... je mangeais aussi à la cantine bien que ma mère ne travaillais pas et effectivement on faisait des jeux pendant cette pause....sauf que le soir ma mère venait me chercher et je faisais mes devoirs à la maison et c'était pareil pour l'ensemble de mes petits camarades, il n'y avait pas de périscolaire, ni d'aide au devoir....donc la journée était clairement moins fatigante car 9h 16h30 pour tout le monde plus tous les samedis matins.....
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Caspar le Dim 29 Sep 2013 - 11:52
Et pendant les heures de cours on peut faire du sport, de la musique, des arts, des ateliers scientifiques... Pour la poterie ou les brochettes fruits/marshmallows (vu à la télé) il y a d'autres lieux que l'école.
avatar
Gryphe
Médiateur

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Gryphe le Dim 29 Sep 2013 - 11:52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:C'est justement cet écart qui ne donne pas envie de se syndiquer...
Il suffit de savoir choisir son syndicat, ensuite...
pompom 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je trouve tous ces cafouillages bien préjudiciables à "l'intérêt dézenfants" ; mais je me demande : comment ça se passait, avant la semaine des 4 jours ?
J'avais cours lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi. Il me semble que personne n'était DP, il n'y avait pas de cantine. Ça s'est soldé par l'arrêt du travail d'un de mes deux parents
Spoiler:
qui étaient militants PEEP par ailleurs, donc de grands souvenirs pour moi de mises sous-enveloppes, de tournées postales, etc. Very Happy 
avatar
arcenciel
Monarque

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par arcenciel le Dim 29 Sep 2013 - 11:56
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je trouve tous ces cafouillages bien préjudiciables à "l'intérêt dézenfants" ; mais je me demande : comment ça se passait, avant la semaine des 4 jours ?
Je l'ai vécu, cet "avant", et je n'ai pas de souvenirs ultra nets, mais, en gros, il me semble qu'on faisait quelque chose comme du 8h30-11h30 le matin, peut-être 14h-17h l'après-midi, quelque chose comme ça, et on n'avait pas cours le mercredi matin, mais plusieurs samedis dans l'année (pas tous).
J'avais la chance de rentrer chez moi le midi parce que mes parents pouvaient venir me chercher, ou ma nourrice, (enfin, "chance" : moi j'aurais préféré rester manger à la cantine avec mes copains, mais bon, j'aurais peut-être été plus fatiguée, j'en sais rien), par contre je me souviens que j'allais de temps en temps en "étude" le matin et/ou le soir. Dans mes souvenirs c'était calme, je faisais mes devoirs.
Je ne sais pas ce que les élèves demi-pensionnaires faisaient entre midi et deux, mais ça devait consister en des activités, par une animatrice (j'ignore totalement quel statut elle pouvait avoir, une sorte d'assistance d'éducation ?), ou ils allaient à la BCD.
De mon regard d'enfant, j'avais l'impression que tout se passait très bien.
Comment ça se fait que le même principe (ou plus ou moins) pose tellement de problèmes aujourd'hui ?
Est-ce le fait que les métiers exercés aujourd'hui par les parents les empêchent de ne mettre leurs enfants à l'école que pendant les horaires des cours ? Est-ce la pénurie croissante de systèmes de garde (nourrices etc) ? Ou autre chose ?
Vraiment, je n'arrive pas à comprendre.

Tout simplement que ce n'était pas le même principe. Nous avions école le samedi matin; matinée où les enfants étaient calmes, tranquillisés par le fait qu'à 11h30 ils retrouvaient leurs parents qui ne couraient pas comme des dératés pour amener untel au judo et l'autre à la danse...
avatar
supersoso
Grand sage

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par supersoso le Dim 29 Sep 2013 - 11:57
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je trouve tous ces cafouillages bien préjudiciables à "l'intérêt dézenfants" ; mais je me demande : comment ça se passait, avant la semaine des 4 jours ?
Je l'ai vécu, cet "avant", et je n'ai pas de souvenirs ultra nets, mais, en gros, il me semble qu'on faisait quelque chose comme du 8h30-11h30 le matin, peut-être 14h-17h l'après-midi, quelque chose comme ça, et on n'avait pas cours le mercredi matin, mais plusieurs samedis dans l'année (pas tous).
J'avais la chance de rentrer chez moi le midi parce que mes parents pouvaient venir me chercher, ou ma nourrice, (enfin, "chance" : moi j'aurais préféré rester manger à la cantine avec mes copains, mais bon, j'aurais peut-être été plus fatiguée, j'en sais rien), par contre je me souviens que j'allais de temps en temps en "étude" le matin et/ou le soir. Dans mes souvenirs c'était calme, je faisais mes devoirs.
Je ne sais pas ce que les élèves demi-pensionnaires faisaient entre midi et deux, mais ça devait consister en des activités, par une animatrice (j'ignore totalement quel statut elle pouvait avoir, une sorte d'assistance d'éducation ?), ou ils allaient à la BCD.
De mon regard d'enfant, j'avais l'impression que tout se passait très bien.
Comment ça se fait que le même principe (ou plus ou moins) pose tellement de problèmes aujourd'hui ?
Est-ce le fait que les métiers exercés aujourd'hui par les parents les empêchent de ne mettre leurs enfants à l'école que pendant les horaires des cours ? Est-ce la pénurie croissante de systèmes de garde (nourrices etc) ? Ou autre chose ?
Vraiment, je n'arrive pas à comprendre.
Globalement pour des raisons économiques, les deux parents travaillent à plein temps et de plus en plus le domicile est éloigné des pôles d'emploi (car trop cher d'y vivre pour une bonne frange de la population). Donc les enfants ont du périscolaire le matin et le soir car même si les parents finissent à 17h, ils ont encore 1 h de transport pour rentrer. Ce n'est donc pas tant les métiers exercés qui sont en cause que le fait qu'il est de plus en plus difficile de vivre près de son travail, je crois/
avatar
Odalisq
Neoprof expérimenté

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Odalisq le Dim 29 Sep 2013 - 12:05
Caspar Goodwood a écrit:On ne peut pas toujours faire le bonheur des gens contre eux-mêmes. Les enfants regardent la télé? Et alors? Ils sont censés avoir des parents pour les élever, non?

J'ai beaucoup regardé la télé quand j'étais enfant (bon, il n'y avait que trois chaînes et pas de programmes le matin) et je n'en suis pas mort. Je lisais aussi, je faisais du vélo, j'allais jouer avec des copains, bref, j'étais un enfant.
Effectivement, le double discours m'a bien plu...
Moi aussi je regardais la télé et ça ne m'empêchais pas de faire autre chose, je m'en souviens comme d'un vrai temps de détente d'ailleurs.

Pour ce qui est des activités périscolaires, il n'y en a pas pour tout le monde, ... en ce début d'année dans ma commune des activités ont été proposées sur le temps de midi, une fois par semaine, mais ce fut la grande loterie, 20 appelés pour 200 inscrits Suspect 
Pour se donner bonne conscience des parents d'élèves (ok avec la réforme) font du bénévolat et propose le midi des ateliers (scoubidou) sans inscription...


Dernière édition par Odalisq le Dim 29 Sep 2013 - 12:11, édité 1 fois

_________________
"There is nothing like staying at home for real comfort." Jane Austen
avatar
agc
Niveau 10

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par agc le Dim 29 Sep 2013 - 12:06
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je trouve tous ces cafouillages bien préjudiciables à "l'intérêt dézenfants" ; mais je me demande : comment ça se passait, avant la semaine des 4 jours ?
Je l'ai vécu, cet "avant", et je n'ai pas de souvenirs ultra nets, mais, en gros, il me semble qu'on faisait quelque chose comme du 8h30-11h30 le matin, peut-être 14h-17h l'après-midi, quelque chose comme ça, et on n'avait pas cours le mercredi matin, mais plusieurs samedis dans l'année (pas tous).
J'avais la chance de rentrer chez moi le midi parce que mes parents pouvaient venir me chercher, ou ma nourrice, (enfin, "chance" : moi j'aurais préféré rester manger à la cantine avec mes copains, mais bon, j'aurais peut-être été plus fatiguée, j'en sais rien), par contre je me souviens que j'allais de temps en temps en "étude" le matin et/ou le soir. Dans mes souvenirs c'était calme, je faisais mes devoirs.
Je ne sais pas ce que les élèves demi-pensionnaires faisaient entre midi et deux, mais ça devait consister en des activités, par une animatrice (j'ignore totalement quel statut elle pouvait avoir, une sorte d'assistance d'éducation ?), ou ils allaient à la BCD.
De mon regard d'enfant, j'avais l'impression que tout se passait très bien.
Comment ça se fait que le même principe (ou plus ou moins) pose tellement de problèmes aujourd'hui ?
Est-ce le fait que les métiers exercés aujourd'hui par les parents les empêchent de ne mettre leurs enfants à l'école que pendant les horaires des cours ? Est-ce la pénurie croissante de systèmes de garde (nourrices etc) ? Ou autre chose ?
Vraiment, je n'arrive pas à comprendre.

Tout simplement que ce n'était pas le même principe. Nous avions école le samedi matin; matinée où les enfants étaient calmes, tranquillisés par le fait qu'à 11h30 ils retrouvaient leurs parents qui ne couraient pas comme des dératés pour amener untel au judo et l'autre à la danse...
+1 si on veut revenir à 4,5 jours le mieux c'est le samedi matin et garder la pause en cours de semaine.
avatar
arcenciel
Monarque

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par arcenciel le Dim 29 Sep 2013 - 12:08
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Je trouve tous ces cafouillages bien préjudiciables à "l'intérêt dézenfants" ; mais je me demande : comment ça se passait, avant la semaine des 4 jours ?
Je l'ai vécu, cet "avant", et je n'ai pas de souvenirs ultra nets, mais, en gros, il me semble qu'on faisait quelque chose comme du 8h30-11h30 le matin, peut-être 14h-17h l'après-midi, quelque chose comme ça, et on n'avait pas cours le mercredi matin, mais plusieurs samedis dans l'année (pas tous).
J'avais la chance de rentrer chez moi le midi parce que mes parents pouvaient venir me chercher, ou ma nourrice, (enfin, "chance" : moi j'aurais préféré rester manger à la cantine avec mes copains, mais bon, j'aurais peut-être été plus fatiguée, j'en sais rien), par contre je me souviens que j'allais de temps en temps en "étude" le matin et/ou le soir. Dans mes souvenirs c'était calme, je faisais mes devoirs.
Je ne sais pas ce que les élèves demi-pensionnaires faisaient entre midi et deux, mais ça devait consister en des activités, par une animatrice (j'ignore totalement quel statut elle pouvait avoir, une sorte d'assistance d'éducation ?), ou ils allaient à la BCD.
De mon regard d'enfant, j'avais l'impression que tout se passait très bien.
Comment ça se fait que le même principe (ou plus ou moins) pose tellement de problèmes aujourd'hui ?
Est-ce le fait que les métiers exercés aujourd'hui par les parents les empêchent de ne mettre leurs enfants à l'école que pendant les horaires des cours ? Est-ce la pénurie croissante de systèmes de garde (nourrices etc) ? Ou autre chose ?
Vraiment, je n'arrive pas à comprendre.

Tout simplement que ce n'était pas le même principe. Nous avions école le samedi matin; matinée où les enfants étaient calmes, tranquillisés par le fait qu'à 11h30 ils retrouvaient leurs parents qui ne couraient pas comme des dératés pour amener untel au judo et l'autre à la danse...
+1 si on veut revenir à 4,5 jours le mieux c'est le samedi matin et garder la pause en cours de semaine.
Tu as tout compris! Smile 
avatar
lapetitemu
Expert spécialisé

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par lapetitemu le Dim 29 Sep 2013 - 12:18
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:« Avant », les heures d'activités péritrucs étaient des heures de cours. Je rappelle qu'on est passé de 27 à 26, puis maintenant à 24 heures de cours.
Ah ! Ca, par exemple, en effet, j'avais zappé !

Et +1 pour le samedi matin beaucoup moins fatigant que le mercredi.
avatar
Une passante
Neoprof expérimenté

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Une passante le Dim 29 Sep 2013 - 12:31
dans ma ville, nous étions déjà à la semaine de 4 jours, avec une rentrée un peu plus tôt, des vacances de Toussaint plus courte, et de vraies journées de cours (8h30-16h30) mes enfants étaient moins fatigués que maintenant...
Parce qu'il y a quand même un truc qui me semble bizarre, tous les parents savent que la fatigue des enfants n'est pas là même selon les activités effectuées. Quand je veux que mes enfants s'endorment plus tôt, je les emmène se "défouler" dehors, où ils auront une activité physique qui les fatiguera davantage que l'activité intellectuelle (faire un jeu de société, lire etc...)
Et pourtant, on retire aux enfants des heures de cours (en oubliant au passage que les PE savent gérer les activités demandées, et s'adapter au rythme de la journée dans leur enseignement), que l'on remplace par du bruit, de l'énervement, des activités plus fatigantes...
Ce n'est pas le travail en classe qui est fatigant, c'est tout ce qu'il y a autour (y compris la cantine dans le bruit), et je me demande si, dans le cas où cette réforme serait maintenue, cela n'irait pas au contraire dans le sens d'un appauvrissement de la qualité des apprentissages....
avatar
arcenciel
Monarque

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par arcenciel le Dim 29 Sep 2013 - 12:33
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:dans ma ville, nous étions déjà à la semaine de 4 jours, avec une rentrée un peu plus tôt, des vacances de Toussaint plus courte, et de vraies journées de cours (8h30-16h30) mes enfants étaient moins fatigués que maintenant...
Parce qu'il y a quand même un truc qui me semble bizarre, tous les parents savent que la fatigue des enfants n'est pas là même selon les activités effectuées. Quand je veux que mes enfants s'endorment plus tôt, je les emmène se "défouler" dehors, où ils auront une activité physique qui les fatiguera davantage que l'activité intellectuelle (faire un jeu de société, lire etc...)
Et pourtant, on retire aux enfants des heures de cours (en oubliant au passage que les PE savent gérer les activités demandées, et s'adapter au rythme de la journée dans leur enseignement), que l'on remplace par du bruit, de l'énervement, des activités plus fatigantes...
Ce n'est pas le travail en classe qui est fatigant, c'est tout ce qu'il y a autour (y compris la cantine dans le bruit), et je me demande si, dans le cas où cette réforme serait maintenue, cela n'irait pas au contraire dans le sens d'un appauvrissement de la qualité des apprentissages...
.
+1
avatar
Leclochard
Guide spirituel

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Leclochard le Dim 29 Sep 2013 - 13:58
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Tout simplement que ce n'était pas le même principe. Nous avions école le samedi matin; matinée où les enfants étaient calmes, tranquillisés par le fait qu'à 11h30 ils retrouvaient leurs parents qui ne couraient pas comme des dératés pour amener untel au judo et l'autre à la danse...
+1 si on veut revenir à 4,5 jours le mieux c'est le samedi matin et garder la pause en cours de semaine.
Tu as tout compris! Smile 
Les PE veulent-ils enseigner le samedi matin ? C'est une revendication ? Et on ne parle pas des parents.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
agc
Niveau 10

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par agc le Dim 29 Sep 2013 - 14:20
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:+1 si on veut revenir à 4,5 jours le mieux c'est le samedi matin et garder la pause en cours de semaine.
Tu as tout compris! Smile 
Les PE veulent-ils enseigner le samedi matin ? C'est une revendication ? Et on ne parle pas des parents.
sans parler des PE, beaucoup de parents sont contre alors que la clairement il s'agit de l'intérêt des enfants...les PE ont très longtemps travaillé le samedi matin et je ne pense pas que cela posera vraiment un problème.....pour avoir eu des cours avec mes lycéens le samedi matin, c'est un créneau où la concentration est optimale et le travail effectué plus efficace qu'un cours de 16 à 17h en semaine.......
avatar
John
Médiateur

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par John le Dim 29 Sep 2013 - 14:23
Moi je suis plutôt favorable à la semaine de 4 jours. Pause le mercredi, pause le week-end, et 4 jours de travail par semaine, ça me semblait l'idéal pour travailler et se reposer.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Caspar le Dim 29 Sep 2013 - 14:36
Le retour systématique de l'école le samedi, est-ce bien réaliste? Et souhaitable?
évolutions
Niveau 6

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par évolutions le Dim 29 Sep 2013 - 14:54
Caspar Goodwood a écrit:Le retour systématique de l'école le samedi, est-ce bien réaliste? Et souhaitable?
Moi, je suis pour même si j'apprécie le samedi matin chez moi. Le plus important est d'éliminer le périscolaire qui ne fonctionne pas et qui ne fonctionnera sans doute jamais.
avatar
Caspar
Esprit sacré

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Caspar le Dim 29 Sep 2013 - 14:55
D'accord pour le périscolaire mais je ne suis pas sûr que le samedi aille dans le sens de l'histoire, pardon pour cette expression pompeuse, c'est un peu archaïque.
avatar
retraitée
Vénérable

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par retraitée le Dim 29 Sep 2013 - 17:35
La vieille que je suis avait école les lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi, de 8h 30 à 11h 30 et de 13h 30 à 16 h 30, samedi y compris. Le jeudi était libre.
Pas de cantine alors : les élèves venant de loin apportaient "leur gamelle" que les instituteurs (ou leurs femmes) réchauffaient.
Après 16h 30, et une récré, ceux qui le désiraient restaient à l'étude, dans le calme, cela va sans dire.
Il ne me semble pas que le rythme nous épuisait. Il faut dire que nous ne nous couchions pas tard!
avatar
Fraser
Habitué du forum

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par Fraser le Dim 29 Sep 2013 - 17:55
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Moi je suis plutôt favorable à la semaine de 4 jours. Pause le mercredi, pause le week-end, et 4 jours de travail par semaine, ça me semblait l'idéal pour travailler et se reposer.
+1
avatar
arcenciel
Monarque

Re: V. Peillon sur I-Télé : "quand on diminue la journée de classe, on ne peut pas être plus fatigué".

par arcenciel le Dim 29 Sep 2013 - 18:01
Le samedi matin ne me dérangerait pas et cela rendrait 3 h aux élèves.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum