"Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par egomet le Mer 2 Oct 2013 - 1:11

@Marie Laetitia a écrit:

Une formule d'un chef à ce sujet m'a bien agacée aujourd'hui. Pas la première fois que je l'entends mais avant j'étais gentille, je ne disais rien. Mais ça, c'était avant. "Il faut de l'hétérogénéité dans les classes Madame ML, pour que ça fonctionne, je crois que vous l'avez lu comme moi dans les mêmes études". J'ai failli lui répondre qu'à ma 2e année en ZEP je n'avais guère le temps de me plonger dans les études et les stats, mais que, moi, je vois que l'hétérogénéité ça ne marche PAS. Suis-je seule?

Tu pourrais lui rétorquer qu'il y a toujours de l'hétérogénéité dans une classe. En tout cas bien assez pour qu'il y ait l'émulation ou la collaboration qu'elle semble espérer. Il suffit pour cela qu'ils soient assez nombreux. disons, à la louche, plus de douze. L'égalité "réelle" n'existe jamais.

L'hétérogénéité dont nous nous plaignons est à un degré dramatiquement plus élevé et consiste à atteler un chien et un éléphant au même traîneau.

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par piesco le Mer 2 Oct 2013 - 4:00

@Volubilys a écrit:
@piesco a écrit:
@Loïse a écrit:Comme dirait ma CPC : "Ils ont toute leur vie pour apprendre à lire !" Rolling Eyes
Je ne sais pas ce qu'est une CPC, mais c'est un être bien cynique qui parle, là.

Que c'est triste tout ça!
CPC : conseiller pédagogique de circonscription
Les miens tiennent le même genre de discours, très sérieusement, ils y croient.
affraid  Sérieux? Alors là, ce n'est pas du cynisme, mais du  furieux Ils n'ont pas de honte ces gens?
J'ai déjà été confrontée à l'analphabétisme à plusieurs reprises, et c'est triste à en pleurer. Je serais curieuse de voir leurs réactions à ces conseillers face à l’illettrisme des leurs.

@adelaideaugusta a écrit:
@piesco a écrit:
@Loïse a écrit:Comme dirait ma CPC : "Ils ont toute leur vie pour apprendre à lire !" Rolling Eyes
Je ne sais pas ce qu'est une CPC, mais c'est un être bien cynique qui parle, là.

Que c'est triste tout ça!
-         Katherine Weinland, Doyenne de l'Inspection générale des Lettres, prône la méthode Zen : "13% des élèves sont illettrés en 6e, ce n'est pas grave, ils n'ont pas fini leurs études".(L'Express du 14 mars 2002).
Smiley qui évanouit.


Dernière édition par piesco le Mer 2 Oct 2013 - 4:29, édité 2 fois (Raison : messages regroupés)

piesco
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par piesco le Mer 2 Oct 2013 - 4:06

@Ergo a écrit:Mais bien sûr, Gryphe. Bien sûr, encore heureux mais comment ? scratch
Je l'ai déjà mis ailleurs mais mes élèves de 3e, que j'ai demandés, je la voulais cette classe: 21 élèves, 17 ou 18 que je connaissais déjà (des cours ou du sport). C'est une division nette: 11 élèves largués, 10 bons à excellents; je le savais en demandant.

J'ai déjà donné l'exemple: 1er travail à l'écrit:
I going Holiwood. Then y go to playa. Going to hotel to [illisible]. Nous étions le [illisible]. To going casino. My fortune crazy.
The next day (Monday, July 1st), I set out to Orléans and I went to Paris. It rained. The travel was too long because there were lots of cars on the road. When I arrived to the suburbs of Paris, it was eight o'clock in the afternoon. The first sight that I saw in Paris was the Eiffel Tower. That one glittered. I arrived to the hotel at ten o'clock in the night. The hotel was situated in the fifteenth part of Paris. That night, I slept. The next morning, I went to the Louvre Museum and I saw the Joconde and Napoleon's crown. I was happy! In the afternoon, I visited the beautiful Eiffel Tower. I saw a group of man who went to the tower to vainquish the dizziness. I finished my day in Lutece's arena. I slept in my place and a night watchman woke me up at nine o'clock in the night. The next day, I left Paris for London.
[nom de l'élève], Travels to the Beautiful France, 2013
J'ai, en gros, 11 copies comme la 1e et 10 comme la moitié ou la totalité de la 2e.
Le problème du 1er élève (et des 10 autres), ce n'est pas le vocabulaire, c'est tout le reste: la lecture des consignes, la synthèse de tous les exercices préparatoires qu'on avait faits avant pour en arriver à cette écriture, la structure d'une phrase, la copie d'un modèle (pas les mots mais la trame), l'écriture...

En anglais, c'est cumulatif: ils ne peuvent pas s'en sortir, à l'écrit ou à l'oral sur un travail donné s'ils ne maîtrisent pas les bases de ce qui a été fait avant. Avant en 4e, en 5e, en 6e. Alors, je veux bien reprendre la 6e avec lui, je le fais d'ailleurs. Mais on brasse dans le vide, lui comme moi, parce qu'en neuf mois, il ne rattrapera pas trois ans et il le sait, je le lui ai dit. Je l'ai mis sur sa feuille que l'objectif, c'était déjà qu'il valide le A1 (fin de CM2 normalement). Puis quelques trucs en A2. Parce qu'en fait, l'anglais, c'est une matière parmi toutes les autres dans lesquelles il échoue. Et que tant qu'il n'apprendra pas bêtement par coeur certaines structures, ça ne fonctionnera pas. Et d'ailleurs, est-ce qu'il sait apprendre par coeur ? Et s'il ne sait pas, comment apprendre ? etc. (Et pourtant, en SEGPA, je commence à mieux comprendre comment adapter à la grande difficulté.)

Et aussi, parce que malgré tout, on ne peut pas faire un cours personnalisé à chaque élève. (Et c'est pas faute d'essayer mais déjà, au-delà de quatre ou cinq trames différentes, je me perds moi-même - parce que leur cahier, quand ils l'apportent, est un champ de bataille et que je dois être rigoureuse pour eux...Rolling Eyes)

Je suis viscéralement contre l'idée, au nom d'un tronc commun pour les élèves, mais face à certains élèves, je me dis que la solution est ailleurs: elle serait peut-être (peut-être) dans des très petits groupes de remise à niveau dans les matières fondamentales et tant pis pour le reste. Qu'on laisse les gamins dans les matières qu'ils réussissent s'il y en a, qu'on les retire de toutes les autres et qu'on commence par réessayer ce qu'ils ont pourtant déjà fait en élémentaire. A trois ou quatre par groupe.

Parce que cet élève, il a eu des groupes de compétences en anglais. Ben le résultat n'est pas flagrant.

Egomet: oui mais là, on retombe dans l'individuel. Sans collectif, ça ne fonctionnera pas.

(Bon, je pavé-ise mais tout de même. Laughing)
Tu changes "anglais" et tu mets "espagnol" à la place, je peux signer ton post. Sauf que je suis convaincue de l'inutilité de prétendre leur apprendre l'espagnol, ou autre, quand ils ne connaissent pas le français. Pour certains élèves, l'apprentissage d'une 2e et 3e langue vivante doit être un supplice.

Mais comme on doit le faire, je fais de la grammaire avec eux, en français, en expliquant la différence entre espagnol et français. En revoyant comment ça se passe en français. Car s'ils n'apprennent rien en espagnol, au moins ils risquent d'apprendre quelque chose en français. Et je serais curieuse de voir un inspecteur faire cours de LVE en LVE avec un public pareil.

piesco
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par yogi le Mer 2 Oct 2013 - 6:40

Mon CDE l'an dernier disait qu'on devait faire des cours individualisés et différenciés ,qu'il n'était pas question de remettre en cause les classes hétérogènes ,au nom des valeurs laiques et républicaines.
Ben voyons..et la marmotte ,elle met le chocolat dans le papier alu avec l'aide de McGyver!
Ce qu'on fait c'est le contraire; notre système ne fait qu' accentuer les inégalités.
Tout le monde est perdu et noyé,les élèves comme nous,ce qui donne,au passage une mauvaise image du service public: casse organisée afin de booster le privé.
Quand on sera arrivé au bout du sytème,les entreprises privées mettront leur nez dans les établissements et ce sera la fin du service public,ce qui tombe bien:on a soit disant plus d'argent,c'est la crise et bla bla bla.

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par yogi le Mer 2 Oct 2013 - 6:42

@egomet a écrit:
@Ergo a écrit:
@egomet a écrit: Nous reste-t-il suffisamment de colère?
A qui ? Pour quoi ?
Je ne la vois pas, la colère, chez moi, ou peu.
Aux profs de bonne volonté, pour exiger qu'on dise au moins la vérité aux élèves lors des conseils de fin d'année. Pour avoir un peu de franchise de temps en temps devant un inspecteur.
Pour prendre les libertés indispensables qu'on ne nous donne pas.

Pour en payer le prix, si c'est nécessaire.
Qu'on dise la vérité aux parents aussi...
Quand une amie me dit : "Suis fière car fiston a eu le bac,de justesse,10 mais il l'a!",je réponds alors: "Cette note signifie véritablement un 6 ou 8 ,on a gonflé les notes pour les stats,on nous demande de surnoter lors des corrections."
Ca ne me fait pas plaisir de dire la vérité mais c'est pas mal de remettre les pendules à l'heure et que les gens comprennent la mascarade qu'ils vivent.
J'ai toujours dit ce que je pensais aux IPR et CDE: jamais de représailles à mon encontre.
Au contraire ,on m'a souvent félicitée pour ma détermination.Meme si on m'empechait d'avancer dans ma carrière et ben j'en paierais le prix.
Oui,arretons de jouer le jeu de toutes ces khonneries qui sont insupportables. Soyons francs et sincères.


Dernière édition par yogi le Mer 2 Oct 2013 - 6:48, édité 1 fois

_________________
"Jboirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin!"

yogi
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par philann le Mer 2 Oct 2013 - 6:44

@piesco a écrit:Tu changes "anglais" et tu mets "espagnol" à la place, je peux signer ton post. Sauf que je suis convaincue de l'inutilité de prétendre leur apprendre l'espagnol, ou autre, quand ils ne connaissent pas le français. Pour certains élèves, l'apprentissage d'une 2e et 3e langue vivante doit être un supplice.

Mais comme on doit le faire, je fais de la grammaire avec eux, en français, en expliquant la différence entre espagnol et français. En revoyant comment ça se passe en français. Car s'ils n'apprennent rien en espagnol, au moins ils risquent d'apprendre quelque chose en français. Et je serais curieuse de voir un inspecteur faire cours de LVE en LVE avec un public pareil.
Idem pour l'allemand!
Je crois qu'on pour l'étendre à beaucoup de disciplines.....
Et mes 4ème de l'an dernier qui me demandait si avec 12/30 ils avaient la moyenne ???Shocked Sad 
Il m'ait arrivé de poser une division en cours d'allemand...Neutral 

_________________
2014-2015: poste fixe dans les Hauts de Seine Very Happy Very Happy Very Happy
2013-2014: certifiée stagiaire dans les Hauts de Seine cheers 
2011-2013: prof. contractuelle dans l'Essonne

philann
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par Marie Laetitia le Mer 2 Oct 2013 - 7:25

@egomet a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:

Une formule d'un chef à ce sujet m'a bien agacée aujourd'hui. Pas la première fois que je l'entends mais avant j'étais gentille, je ne disais rien. Mais ça, c'était avant. "Il faut de l'hétérogénéité dans les classes Madame ML, pour que ça fonctionne, je crois que vous l'avez lu comme moi dans les mêmes études". J'ai failli lui répondre qu'à ma 2e année en ZEP je n'avais guère le temps de me plonger dans les études et les stats, mais que, moi, je vois que l'hétérogénéité ça ne marche PAS. Suis-je seule?

Tu pourrais lui rétorquer qu'il y a toujours de l'hétérogénéité dans une classe. En tout cas bien assez pour qu'il y ait l'émulation ou la collaboration qu'elle semble espérer. Il suffit pour cela qu'ils soient assez nombreux. disons, à la louche, plus de douze. L'égalité "réelle" n'existe jamais.

L'hétérogénéité dont nous nous plaignons est à un degré dramatiquement plus élevé et consiste à atteler un chien et un éléphant au même traîneau.
C'est ce que je lui ai répondu. L'hétérogénéité se refabrique toujours. Et pour avoir vécu les groupes de niveaux au collège, je sais que ça m'a permis d'être tête de classe ou pas loin en maths, ce que je n'aurais jamais pu espérer en classe normale. Et ça, ça redonne beaucoup de confiance en soi.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par Ergo le Mer 2 Oct 2013 - 7:25

@egomet a écrit:
Tu pourrais lui rétorquer qu'il y a toujours de l'hétérogénéité dans une classe. En tout cas bien assez pour qu'il y ait l'émulation ou la collaboration qu'elle semble espérer. Il suffit pour cela qu'ils soient assez nombreux. disons, à la louche, plus de douze. L'égalité "réelle" n'existe jamais.

L'hétérogénéité dont nous nous plaignons est à un degré dramatiquement plus élevé et consiste à atteler un chien et un éléphant au même traîneau.
Voilà, tout à fait. L'hétérogénéité peut fonctionner quand les différences ne sont pas trop élevées. Et c'est normal: faites-moi courir un 100m avec Usain Bolt, je ne pense pas avoir envie de recourir un 100m ensuite.

@piesco a écrit:Tu changes "anglais" et tu mets "espagnol" à la place, je peux signer ton post. Sauf que je suis convaincue de l'inutilité de prétendre leur apprendre l'espagnol, ou autre, quand ils ne connaissent pas le français. Pour certains élèves, l'apprentissage d'une 2e et 3e langue vivante doit être un supplice.

Mais comme on doit le faire, je fais de la grammaire avec eux, en français, en expliquant la différence entre espagnol et français. En revoyant comment ça se passe en français. Car s'ils n'apprennent rien en espagnol, au moins ils risquent d'apprendre quelque chose en français. Et je serais curieuse de voir un inspecteur faire cours de LVE en LVE avec un public pareil.
Voilà. Je suis d'accord avec toi et je leur dis souvent qu'il est plus facile d'apprendre une langue vivante quand on maîtrise déjà une langue (que ce soit le français ou une autre langue...hélas pour eux, je ne peux faire de parallèles qu'avec le français).

@philann a écrit:Idem pour l'allemand!
Je crois qu'on pour l'étendre à beaucoup de disciplines.....
Et mes 4ème de l'an dernier qui me demandait si avec 12/30 ils avaient la moyenne ???Shocked Sad 
Il m'est arrivé de poser une division en cours d'allemand...Neutral 
Oui...Neutral

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par adelaideaugusta le Mer 2 Oct 2013 - 9:54

@piesco a écrit:
@Volubilys a écrit:
@piesco a écrit:Je ne sais pas ce qu'est une CPC, mais c'est un être bien cynique qui parle, là.

Que c'est triste tout ça!
CPC : conseiller pédagogique de circonscription
Les miens tiennent le même genre de discours, très sérieusement, ils y croient.
affraid  Sérieux? Alors là, ce n'est pas du cynisme, mais du  furieux Ils n'ont pas de honte ces gens?
J'ai déjà été confrontée à l'analphabétisme à plusieurs reprises, et c'est triste à en pleurer. Je serais curieuse de voir leurs réactions à ces conseillers face à l’illettrisme des leurs.

@adelaideaugusta a écrit:
@piesco a écrit:Je ne sais pas ce qu'est une CPC, mais c'est un être bien cynique qui parle, là.

Que c'est triste tout ça!
-         Katherine Weinland, Doyenne de l'Inspection générale des Lettres, prône la méthode Zen : "13% des élèves sont illettrés en 6e, ce n'est pas grave, ils n'ont pas fini leurs études".(L'Express du 14 mars 2002).
Smiley qui évanouit.
Les conseillers pédagogiques, parlons-en !!
Voici ce que sa "conseillère pédagogique " avait conseillé comme lecture à une jeune PE pour se préparer à sa première classe de GS.

"Apprentissages progressifs de l’écrit à l'école maternelle" .

Ce livre, "apprentissages progressifs de l'écrit à l'école maternelle", PROG.INRP, (Hachette Education) est coordonné par Mireille Brigaudiot, maître de conférences, IUFM de Versailles. L'équipe de rédaction se compose de cette dame, plus Marie-Alix Defrance, de l'IUFM de Versailles, plus 4 autres membres d'IUFM de Picardie, 2 de Lorraine, et un de Bourgogne.

Par ailleurs, ont contribué à la rédaction de ce livre 85 conseillers pédagogiques, PIUFM, IMF, directeurs d'écoles d'application, inspecteurs, professeurs des écoles, et autres.
Il comporte 287 pages.
Quelques extraits.
« Nous rappelons que notre but est la réussite de TOUS en lecture autonome en fin de CE1. » (page 123 : Vers la lecture autonome).

" La mise en questionnement.
L'essentiel est de comprendre qu'il ne s'agit pas du tout de faire trouver une réponse à un enfant. Au contraire, il s'agit de faire en sorte qu'il se pose lui-même des questions. Le mettre en questionnement, c'est d'abord, et à tout prix, éviter les questions en "pourquoi tu as fait ça?", "pourquoi la petite fille elle a fait ça?". Les questions qui vont induire du "débroussaillement" cognitif sont celles qui portent sur l'activité du sujet enfant : "est-ce que tu pourrais dire comment tu as fait?", "tu peux nous expliquer comment tu sais ça?", "et si je te dis ça, est-ce que tu es d'accord?", "comment tu pourrais faire pour...?" On comparera ces deux attitudes en Grande Section."
(......) L'étayage du maître, qui consiste à circonscrire le champ des possibles pour que les enfants ne se perdent pas dans de vaines pistes.

(Le 27 novembre) Histoire du cerf et du lapin.
" Ce matin, on va travailler d'une drôle de façon, comme si on était à l'école élémentaire. (...) Vous allez écrire ce que le cerf a écrit, à votre avis. On le dit dans sa tête, on le garde dans sa tête, et après, on essaie de l'écrire. (....)
Seuls quatre élèves ont pris en compte la situation d'énonciation :
Alice : " NO T érDIOCHASere
"J'ai voulu écrire "interdit (elle montre les cinq premières lettres) au (montre la lettre O) "chasseur" (montre 7 dernières lettres.)"
Paul : "PAEDSEASCSCEAP "
"J'ai essayé d'écrire interdit de chasser les lapins (balaye du doigt)"
Alexandre : "LURTI DUEUAP"
"J'ai écrit : "interdit" (montre LURTI) " de tuer" (montre DU) "les lapins" (montre UAP)
Solène :" ltiEênrnallruirT". leErneeneein."

L'enseignante fait l'hypothèse que c'est la difficulté d'écriture qui a induit des messages inadaptés."

(Je citerai quelques lignes de la dernière page. )

Il s'agit du parcours d'un enfant qui a posé des problèmes depuis son entrée à l'école à 3 ans. (Non francophone, facilement coléreux et violent, mais il s'est beaucoup amélioré.)
"En fin de grande section, "début juin.
A l'évaluation transversale de fin d'année, on lui demande d'écrire
"le papa de Tom a mangé une tarte". Pendant son écriture, Sam prononce chaque mot, puis "se dicte" les lettres. Voici le résultat de sa relecture en suivant du doigt :
EL PAPA TOM AMAJE UTRT
"Le", je sais. "Papa", je connais, c'est P,A,P,A,"Tom", c'est maman qui m'a montré, "a mangé", j'ai écouté les lettres, une tarte aussi.
Cette procédure est tout à fait étonnante. Tout se passe comme s'il entendait le bruit de chaque lettre en disant son nom".

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par Ronin le Mer 2 Oct 2013 - 11:08

Mireille Brigaudiot....ah ah ah. Un des plus beaux exemples d'imposture produit par l’Éducation Nationale. Demandez un peu à des chercheurs, des vrais, qui travaillent sur l'apprentissage de l'écriture avec des gamins en échec, en segpa par exemple, ce qu'ils pensent d'elle...

_________________

Ronin
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par LouisBarthas le Mer 2 Oct 2013 - 11:29

@Ronin a écrit:Ce qui est grave c'est que l'on ne puisse pas en parler à un certain nombre de PE sans que ce soit perçu comme une attaque personnelle.
« L'homme d'aujourd'hui ressemble assez à une guêpe coupée en deux qui continuerait à se gaver de confiture en faisant comme si la perte de son abdomen n'avait aucune espèce d'importance. »

Georges Orwell, 1935

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par profecoles le Mer 2 Oct 2013 - 11:53

Des Amidou, vos en allez en voir arriver encore , de plus en plus ...
Entre les méthodes de lecture à départ global (qui sont encore majoritaires au CP), les redoublements quasi-impossibles à cause de l'accord de plus en plus difficile à obtenir des parents  convaincus par des "études" que "ça ne sert à rien"), les effectifs qui s'alourdissent et ...les nouveaux rythmes scolaires (qui ajoutent à la perte de repères), ça ne risque pas de s'arranger.
Quant aux nouveaux cycles qui comme le disait Luigi font qu'on aura jusqu'au CE2 pour apprendre à lire(toute sa vie disent certains) et aux nouveaux programmes que je pressens du même acabit que les 2002, ça ne va pas non plus améliorer les choses.

J'ai dans mon CM1 un futur Amidou qui lit "sucrerie" pour "sécurité" dans les règles de "sécurité" , m'écrit "nou fyion des naisson avec de la rebe et de sevide" (Traduction "Nous voyons des maisons avec de l'herbe et des serviettes"), que le père a refusé le maintien au CP (Il avait raison quelque part une 2e année de méthode globale, bof !), puis au CE1 (où la maîtresse avait utilisé une syllabique pour essayer de rattraper le retard mais en 15 minutes par jour alors qu'il y a 25 autres élèves on ne peut pas faire de miracle non plus ...) puis au CE2 ...
Je ne proposerai pas de maintien au CM1 : ça ne sert vraiment à rien. Il ira en 6e dans 2 ans et comme il n'aura jamais été maintenu pas de SEGPA qui effectivement sont vouées à disparaître ...
Bon courage à vous profs de collège !

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par titus06 le Mer 2 Oct 2013 - 12:10

@profecoles a écrit:Des Amidou, vos en allez en voir arriver encore , de plus en plus ...
Entre les méthodes de lecture à départ global (qui sont encore majoritaires au CP), les redoublements quasi-impossibles à cause de l'accord de plus en plus difficile à obtenir des parents  convaincus par des "études" que "ça ne sert à rien"), les effectifs qui s'alourdissent et ...les nouveaux rythmes scolaires (qui ajoutent à la perte de repères), ça ne risque pas de s'arranger.
Quant aux nouveaux cycles qui comme le disait Luigi font qu'on aura jusqu'au CE2 pour apprendre à lire(toute sa vie disent certains) et aux nouveaux programmes que je pressens du même acabit que les 2002, ça ne va pas non plus améliorer les choses.

J'ai dans mon CM1 un futur Amidou qui lit "sucrerie" pour "sécurité" dans les règles de "sécurité" , m'écrit "nou fyion des naisson avec de la rebe et de sevide" (Traduction "Nous voyons des maisons avec de l'herbe et des serviettes"), que le père a refusé le maintien au CP (Il avait raison quelque part une 2e année de méthode globale, bof !), puis au CE1 (où la maîtresse avait utilisé une syllabique pour essayer de rattraper le retard mais en 15 minutes par jour alors qu'il y a 25 autres élèves on ne peut pas faire de miracle non plus ...) puis au CE2 ...
Je ne proposerai pas de maintien au CM1 : ça ne sert vraiment à rien. Il ira en 6e dans 2 ans et comme il n'aura jamais été maintenu pas de SEGPA qui effectivement sont vouées à disparaître ...
Bon courage à vous profs de collège !
Votre témoignage est du genre de ceux à mettre bien les boules...
Au fait le redoublement est devenu un gros mot en primaire ? lol (j'ai déjà été confronté a cette expression lors d'une réunion de liaison primaire/collège)

titus06
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par profecoles le Mer 2 Oct 2013 - 12:13

Oui ! "Maintien" disent nos IEN ...ou plutôt "Pas de maintien SVP".

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par Caspar Goodwood le Mer 2 Oct 2013 - 12:13

Le redoublement doit devenir exceptionnel au primaire comme au collège, et je suppose au lycée aussi, dixit notre cde, mais les faits lui donnent raison: pas plus d'un redoublement par classe (et encore) dans notre collège.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par atrium le Mer 2 Oct 2013 - 12:14

Vu ce qu'il faut faire pour demander un redoublement, l'opposition de principe de la hiérarchie, les discours de certains collègues et sachant que le dernier mot revient de toute manière aux parents, oui c'est devenu un gros mot: gros emm......nts.

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par atrium le Mer 2 Oct 2013 - 12:16

@profecoles a écrit:Oui ! "Maintien" disent nos IEN ...ou plutôt "Pas de maintien SVP".
à la rigueur avec un PPS (ou un PPRE, je m'y perds).

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par profecoles le Mer 2 Oct 2013 - 12:21

@atrium a écrit:Vu ce qu'il faut faire pour demander un redoublement, l'opposition de principe de la hiérarchie, les discours de certains collègues et sachant que le dernier mot revient de toute manière aux parents, oui c'est devenu un gros mot: gros emm......nts.
Exactement !
une collègue a reçu pour réponse des parents suite à son dossier de demande de "maintien" , à plusieurs RV de plus de 45 minutes, une réponse consistant en un "non" écrit en gros  sur la fiche de réponse et à une photocopie des textes en vigueur présentant le redoublement comme inutile et le recours à cette éventualité  comme exceptionnel ....

Moi, cela fait plusieurs années que je ne m'y risque plus ....

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par Luigi_B le Mer 2 Oct 2013 - 12:24

C'est vrai que les statistiques d'échec dans la suite de la scolarité pour les élèves redoublants sont élevées, ce qui n'a rien d'étonnant. En revanche il n'existe aucune statistique d'échec sur ceux qui auraient dû être "maintenus" mais ne l'ont pas été... santa 

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par profecoles le Mer 2 Oct 2013 - 12:27

@atrium a écrit:
@profecoles a écrit:Oui ! "Maintien" disent nos IEN ...ou plutôt "Pas de maintien SVP".
à la rigueur avec un PPS (ou un PPRE, je m'y perds).
Ah, oui, le PPRE = méthode miracle anti-maintien ....
C'est vrai que de coucher sur papier avec un langage bien pédago les difficultés de l'élève et dire qu'on va le faire lire plus souvent à haute voix (Jamais de la vie, le pauvre ! Pas en grand groupe en tout cas) , l'envoyer au RASED qui n'existe plus au cycle 3, lui donner des documents où la police est plus grosse (pour les dyslexiques OK mais pour les autres ?), raccourcir les textes à lire pour lui, faire des dictées à trous au lieu de vraies dictées, ça va arranger ses affaires à notre futur Amidou ....
C'est comme ça qu'il apprendra ce qu'il n'a pas réussi à faire en une année entière de CP alors qu'il avait ce qu'il fallait pour y arriver : lire et écrire en français !

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par adelaideaugusta le Mer 2 Oct 2013 - 12:34

@Ronin a écrit:Mireille Brigaudiot....ah ah ah. Un des plus beaux exemples d'imposture produit par l’Éducation Nationale. Demandez un peu à des chercheurs, des vrais, qui travaillent sur l'apprentissage de l'écriture avec des gamins en échec, en segpa par exemple, ce qu'ils pensent d'elle...
Et les 84 autres ? Ils suivent comme des moutons ?


adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par atrium le Mer 2 Oct 2013 - 12:35

@profecoles a écrit:
@atrium a écrit:
@profecoles a écrit:Oui ! "Maintien" disent nos IEN ...ou plutôt "Pas de maintien SVP".
à la rigueur avec un PPS (ou un PPRE, je m'y perds).
Ah, oui, le PPRE = méthode miracle anti-maintien ....
C'est vrai que de coucher sur papier avec un langage bien pédago les difficultés de l'élève et dire qu'on va le faire lire plus souvent à haute voix (Jamais de la vie, le pauvre ! Pas en grand groupe en tout cas) , l'envoyer au RASED qui n'existe plus au cycle 3, lui donner des documents où la police est plus grosse (pour les dyslexiques OK mais pour les autres ?), raccourcir les textes à lire pour lui, faire des dictées à trous au lieu de vraies dictées, ça va arranger ses affaires à notre futur Amidou ....
C'est comme ça qu'il apprendra ce qu'il n'a pas réussi à faire en une année entière de CP alors qu'il avait ce qu'il fallait pour y arriver : lire et écrire en français !
Il existe une version plus pessimiste: pendant qu'on passe notre temps à culpabiliser et à peser chaque mot, en croisant les doigts pour que ça passe, on n'a pas le temps de réfléchir à ce qui ne va pas dans notre métier.

Sur les maintiens, je continuais, jusqu'à l'an dernier à en proposer. Au moins personne ne pouvait dire qu'il ne savait pas ou jouer à l'innocent: "Ah mais avec M. Atrium, ça allait bien pourtant."

_________________
It's okay to be a responsible member of society if only you know what you're going to be held responsible for.

John Brunner, The Jagged Orbit

atrium
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par profecoles le Mer 2 Oct 2013 - 12:41

Moi j'écris noir sur blanc au 1er trimestre : X est volontaire mais ses acquisitions  sont fortement freinées du fait qu'il (elle) n' a pas les bases requises pour suivre le  CE2 (CM1, CM2).
En fin d'année, " Compétences du ... non acquises. Passe au ..... ".
Je n'ai plus de souci avec les parents, même plus avec ma conscience professionnelle.
Résignée !

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par adelaideaugusta le Mer 2 Oct 2013 - 12:43

@LouisBarthas a écrit:
@Ronin a écrit:Ce qui est grave c'est que l'on ne puisse pas en parler à un certain nombre de PE sans que ce soit perçu comme une attaque personnelle.
« L'homme d'aujourd'hui ressemble assez à une guêpe coupée en deux qui continuerait à se gaver de confiture en faisant comme si la perte de son abdomen n'avait aucune espèce d'importance. »

Georges Orwell, 1935
C'est peut-être un peu hors sujet, mais pas tant que cela : dans l'educ.Nat., bien des mots ont perdu leur sens réel : ainsi, Eveline Charmeux avec ses "connecteurs" (il me semble que ce sont les pronoms personnels.) Et le langage pédago...affraid affraid affraid 

" La pensée totalitaire se caractérise par cette ficelle grossière, cette manipulation rhétorique ou escroquerie sémantique bien rodée qui consiste à altérer le sens des mots pour esquiver la contestation, pour empêcher tout argument contraire". (Georges Orwell.)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par profecoles le Mer 2 Oct 2013 - 12:47

@adelaideaugusta a écrit:
@LouisBarthas a écrit:
@Ronin a écrit:C dans l'educ.Nat., bien des mots ont perdu leur sens réel : ainsi, Eveline Charmeux avec ses "connecteurs" (il me semble que ce sont les pronoms personnels.) Et le langage pédago...affraid affraid affraid 
"
Les connecteurs ne sont pas les pronoms personnels (eux ce sont les substituts), ce sont les mots de liaison : puis, et, d'abord, donc, cependant, quand .... (adverbes, conjonctions de coordination ou de subordination). ils connectent les phrases ou parties de phrase entre elles.

profecoles
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, c'est normal"

Message par MarieL le Mer 2 Oct 2013 - 15:05

@profecoles a écrit:Des Amidou, vos en allez en voir arriver encore , de plus en plus ...
Entre les méthodes de lecture à départ global (qui sont encore majoritaires au CP), les redoublements quasi-impossibles à cause de l'accord de plus en plus difficile à obtenir des parents  convaincus par des "études" que "ça ne sert à rien"), les effectifs qui s'alourdissent et ...les nouveaux rythmes scolaires (qui ajoutent à la perte de repères), ça ne risque pas de s'arranger.
Quant aux nouveaux cycles qui comme le disait Luigi font qu'on aura jusqu'au CE2 pour apprendre à lire(toute sa vie disent certains) et aux nouveaux programmes que je pressens du même acabit que les 2002, ça ne va pas non plus améliorer les choses.

J'ai dans mon CM1 un futur Amidou qui lit "sucrerie" pour "sécurité" dans les règles de "sécurité" , m'écrit "nou fyion des naisson avec de la rebe et de sevide" (Traduction "Nous voyons des maisons avec de l'herbe et des serviettes"), que le père a refusé le maintien au CP (Il avait raison quelque part une 2e année de méthode globale, bof !), puis au CE1 (où la maîtresse avait utilisé une syllabique pour essayer de rattraper le retard mais en 15 minutes par jour alors qu'il y a 25 autres élèves on ne peut pas faire de miracle non plus ...) puis au CE2 ...
Je ne proposerai pas de maintien au CM1 : ça ne sert vraiment à rien. Il ira en 6e dans 2 ans et comme il n'aura jamais été maintenu pas de SEGPA qui effectivement sont vouées à disparaître ...
Bon courage à vous profs de collège !
Le drame, c'est que ces élèves nous arrivent convaincus qu'ils ne s'en sortiront jamais et deviennent absentéistes dès la sixième.
J'en ai un qui ne sait pas lire (il déchiffre avec difficulté syllabe par syllabe). Il était plein de bonne volonté la première semaine, et puis il a cessé de venir. D'ici que le signalement suive son cours il aura probablement manqué tout le premier trimestre.
J'essaie de prendre du recul mais ça me mine vraiment d'abandonner à ce point certains enfants.

_________________
Je suis ce que je suis et je suis l'être même, je suis ma volonté en moi-même exaucée - A. Kalda

MarieL
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum