Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Fesseur Pro le Jeu 3 Oct 2013 - 23:29

Je ne souhaite tout simplement pas m'ennuyer, même à 3000 euros.
Je comprends bien sûr ton argument mais c'est triste, pour l'enseignant et surtout pour ses élèves.

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Lefteris le Jeu 3 Oct 2013 - 23:32

@Fesseur Pro a écrit:Je ne souhaite tout simplement pas m'ennuyer, même à 3000 euros.
Je comprends bien sûr ton argument mais c'est triste, pour l'enseignant et surtout pour ses élèves.
Et en plus, on s’ennuierait aussi manutentionnaire, agent d'entretien... Il vaut mieux être payé pour s'ennuyer, non , et s'ennuyer moins longtemps Very Happy  . Et s'ennuyer ne signifie pas ne pas faire son boulot, d'ailleurs ...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Fesseur Pro le Jeu 3 Oct 2013 - 23:35

Ben, je ne pense pas qu'on fasse bien notre boulot avec les élèves en s'ennuyant.
J'en ai malheureusement beaucoup d'exemples dans mes différents établissements.
Dans les autres métiers que tu cites en revanche, on peut.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Lefteris le Jeu 3 Oct 2013 - 23:38

@Fesseur Pro a écrit:Ben, je ne pense pas qu'on fasse bien notre boulot avec les élèves en s'ennuyant.
J'en ai malheureusement beaucoup d'exemples dans mes différents établissements.
Dans les autres métiers que tu cites en revanche, on peut.
Je suppose que tu es bien loti, parce que dans ce que je vois autour de moi, si tous ceux qui s'ennuient ( voire pire ) face aux spécimens qu'ils faut supporter, partaient , on fermerait des établissement et il y aurait des zones mortes . La crise actuelle du recrutement passerait pour un âge d'or Razz 

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Fesseur Pro le Jeu 3 Oct 2013 - 23:41

@Lefteris a écrit: si tous ceux qui s'ennuient ( voire pire ) face aux spécimens qu'il faut supporter, partaient , on fermerait des établissements et il y aurait des zones mortes . 
On est bien d'accord.
C'est ça que je trouve triste.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Leclochard le Ven 4 Oct 2013 - 0:06

@Ilona a écrit:Désolé,mais mes propos vont vous déprimer !
Ceux qui s'intéressent à la macro économie savent que la situation des "grands pays " "industrialisés:Lool: " est bien pire que ce que vous imaginez.
Il ne faut pas imaginer que nous aurons une retraite moindre que nos prédecesseurs,nous n'aurons pas de retraite du tout !
Ces pays,notre pays,du fait de l'incurie des gouvernants depuis quarante ans,croulent sous une montagne de dettes,de sorte que plus rien ne peut sauver le monde dans lequel nous vivons.
La fuite en avant est lancée depuis quelques années,on gagne du temps,au prix d'ajustements qui seront encore plus violents (la crise de 1929 ne sera qu'une aimable plaisanterie à coté de ce qui va hélas arriver).
Pardonnez-moi de vous gacher votre soirée mais rien ni personne ne peut plus infléchir le cours des choses,la course folle vers l'abime est lancée !
Je vais te répondre car personne n'ose le faire par peur de l'abîme dont tu parles sans doute. Je suis aussi pessimiste et je ne crois pas qu'on touchera grand chose même en allant au bout du chemin des cotisations (43 ans  affraid 
Au mieux, je pense qu'on aura quelque chose comme la moitié du dernier traitement pour de multiples raisons (démographie, dette insurmontable effectivement, croissance réduite, voire nulle, système écologique épuisé) . Toutefois, je ne crois pas non plus qu'on n'aura rien comme on l'entend parfois pour une raison simple: dans un système par répartition, les actifs sont obligés de cotiser. C'est ainsi. Tout autant qu'on est obligé d'être affilié à la sécurité sociale ou de payer des impôts. On ne peut pas y échapper.
Personnellement, je n'ai pas hâte d'être à la retraite, (même si je la prépare). C'est une partie de la vie trop proche de la mort et trop marquée par le déclin pour que je la désire. Aussi je préfère profiter maintenant de la vie et de ses plaisirs. Je ne prends plus la tête avec le boulot. Je fais selon mes envies en classe. les élèves ne s'en plaignent pas. L'inspecteur peut se pointer. Je saurais lui répondre. Twisted Evil

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par egomet le Ven 4 Oct 2013 - 0:37

@Fesseur Pro a écrit:Ben, je ne pense pas qu'on fasse bien notre boulot avec les élèves en s'ennuyant.
J'en ai malheureusement beaucoup d'exemples dans mes différents établissements.
Dans les autres métiers que tu cites en revanche, on peut.
Peut-on attendre de plusieurs centaines de milliers d'enseignants qu'ils aient tous une vocation profonde? Je ne pense pas. Un bon système laisse une place aux honnêtes travailleurs. Si seuls les héros et les passionnés restent dans le métier, on est très mal.
Un des grands malheurs de notre époque, c'est d'enjoindre à tout le monde d'être motivé et d'en faire un préalable à la moindre activité. C'est l'effort qui doit être premier. Le plaisir vient avec l'habitude et avec les résultats. Il faut apprendre à danser pour aimer danser et ne pas avoir peur du ridicule. Porter un cercueil est une tâche un peu répugnante, mais on peut y trouver de la satisfaction, si on sait que cela aide la famille à faire son deuil. Ce n'est pas parce qu'un métier est alimentaire au départ que l'argent est la seule satisfaction possible. Si je devais choisir un professeur, je ferais plus volontiers confiance à celui qui a le goût du travail bien fait, qu'à celui qui adore travailler avec les jeunes.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Caspar Goodwood le Ven 4 Oct 2013 - 13:13

Je n'aurais pas su mieux dire: on peut avoir de l'intérêt pour son métier, le faire consciencieusement sans que ce soit une passion dévorante. Pour moi, aucun travail n'est bête s'il est utile (mais je veux bien admettre que certains boulots doivent être très ennuyeux).

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Lefteris le Ven 4 Oct 2013 - 13:50

@egomet a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:Ben, je ne pense pas qu'on fasse bien notre boulot avec les élèves en s'ennuyant.
J'en ai malheureusement beaucoup d'exemples dans mes différents établissements.
Dans les autres métiers que tu cites en revanche, on peut.
Peut-on attendre de plusieurs centaines de milliers d'enseignants qu'ils aient tous une vocation profonde? Je ne pense pas. Un bon système laisse une place aux honnêtes travailleurs. Si seuls les héros et les passionnés restent dans le métier, on est très mal.
Un des grands malheurs de notre époque, c'est d'enjoindre à tout le monde d'être motivé et d'en faire un préalable à la moindre activité. C'est l'effort qui doit être premier. Le plaisir vient avec l'habitude et avec les résultats. Il faut apprendre à danser pour aimer danser et ne pas avoir peur du ridicule. Porter un cercueil est une tâche un peu répugnante, mais on peut y trouver de la satisfaction, si on sait que cela aide la famille à faire son deuil. Ce n'est pas parce qu'un métier est alimentaire au départ que l'argent est la seule satisfaction possible. Si je devais choisir un professeur, je ferais plus volontiers confiance à celui qui a le goût du travail bien fait, qu'à celui qui adore travailler avec les jeunes.
Exactement. Nous avons souvent la "vocation" pour notre matière. C'est déjà beaucoup, et quand très bientôt le niveau aura été saboté, on se rendra compte du prix que ça valait.
Ensuite,  les motivations pour l'enseigner, c'est très variable , selon le lieu, les classes, mais c'est loin d'être systématique.
Et il ne faut pas cacher qu'on choisit un métier pour un ensemble de données , sans lesquelles on se serait abstenu. J'ai bifurqué en perdant des revenus, mais j'ai cherché en contrepartie plus de liberté, que ce soit dans l'organisation du travail  , les vacances, et le contact avec ma discipline, même si j'en utilise un centième.
Or justement , après avoir appauvri le enseignants, on voudrait s'attaquer maintenant à toutes leurs libertés , qui permettaient de faire passer la pilule: liberté pédagogique (imposer des procédures, les surveiller) , libertés d'emploi du temps (les assigner à temps, comme des employés catégorie C) , liberté dans la vie personnelle (réduction des vacances, imposition de réunions, de stages...) . A mon avis , beaucoup de collègues le ressentent ainsi et le vivent mal, d'où leur désir de fuite, et les réflexions comme celles qu'entend Jilucorg.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Dhaiphi le Ven 4 Oct 2013 - 13:51

@Caspar Goodwood a écrit:(mais je veux bien admettre que certains boulots doivent être très ennuyeux).
Chacun mettra derrière le mot "certains" ce qu'il souhaite : la majorité par exemple.


Dernière édition par Dhaiphi le Ven 4 Oct 2013 - 18:25, édité 1 fois

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]

Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par Caspar Goodwood le Ven 4 Oct 2013 - 18:15

Je ne pense pas que la majorité des métiers soient ennuyeux, mais dans tout travail s'installe une certaine routine et une certain ennui, c'est presque inévitable.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par jilucorg le Sam 5 Oct 2013 - 9:56

@Lefteris a écrit:Nous avons souvent la "vocation" pour notre matière. C'est déjà beaucoup, et quand très bientôt le niveau aura été saboté, on se rendra compte du prix que ça valait.
Ensuite,  les motivations pour l'enseigner, c'est très variable , selon le lieu, les classes, mais c'est loin d'être systématique.(...)
Or justement, après avoir appauvri les enseignants, on voudrait s'attaquer maintenant à toutes leurs libertés, qui permettaient de faire passer la pilule : liberté pédagogique (imposer des procédures, les surveiller), libertés d'emploi du temps (les assigner à temps, comme des employés catégorie C), liberté dans la vie personnelle (réduction des vacances, imposition de réunions, de stages...).
J'adhère à la totalité de ce qui est écrit ici ! aat

jilucorg
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Évolution du métier : le prof partant en retraite est devenu un objet d'envie, malgré son âge...

Message par inviteeS2 le Sam 5 Oct 2013 - 22:41

moi on me prend pour une extra-terrestre ; j arrive dans l'EN apres quelques années dans industrie... Wink 

inviteeS2
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum