Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
carolette
Érudit

Re: L'urgence, c'est de faire pression sur les syndicats pour une réforme du nombre

par carolette le Mer 18 Déc 2013 - 8:41
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ça date d'aujourd'hui (17/12/2013)
LA MAIRIE DExxxx VIENT DE PRENDRE POSITION POUR LE RETRAIT DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES !
Le Sénateur-Maire de xxxx a fait adopter samedi dernier un voeu demandant le retrait de la réforme des rythmes scolaires en 2014. Il pointe dans son texte notamment le coût de la réforme, entre 1,5 et 2,5 millions d'euros pour la ville, et son impact négatif sur l'activité des associations sportives et de loisirs.
L'Adjoint au Maire, chargé des affaires scolaires, qui est également ancien Inspecteur d'Académie, a voté pour ce voeu en précisant qu'il estimait nécessaire une réforme des rythmes scolaires, mais que la mise en oeuvre de celle-ci était "désinvolte et désastreuse".

Cette annonce est un véritable séisme dans le département !
Alors que xxxxxfait partie des 2 communes qui ont rendu un PEDT,
que la municipalité avait clairement soutenu la réforme
et soigneusement préparé sa mise en oeuvre pour 2014,
ce revirement démontre qu'elle est inapplicable !


 yesyes 

As-tu un lien à nous communiquer ?
avatar
carolette
Érudit

Re: L'urgence, c'est de faire pression sur les syndicats pour une réforme du nombre

par carolette le Mer 18 Déc 2013 - 8:44
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ce n'est plus sur les syndicats qu'il faut faire pression (le SE comme le Snuipp règlent leurs comptes en interne diable ) mais bien sur tous les candidats aux municipales. Je suggère d'ailleurs que toutes les équipes enseignantes adressent un courrier aux candidats afin de connaître leurs intentions concernant la mise en oeuvre des rythmes. Je pense qu'il est salutaire de ranimer la braise ou mettre le feu pour ceux qui n'ont pas encore mesuré le danger .   diable 

La grève massive du 14 novembre a bien fait comprendre aux maires des Bouches du Rhône qu'il n'y avait que des coups à prendre, auprès des électeurs comme auprès des personnels enseignants et terrioriaux, en essayant d'appliquer ce texte et plus d'un maire socialiste rêve d'un enterrement en douceur du projet.  Razz 

Dans mon village provençal, le DASEN vient de refuser le projet : matinées de 4 heures, deux après midi de 2 heures en classe, et deux autres en activités, menées avec les animateurs et les associations/clubs sportifs et culturels du coin…
Je suis déprimée Sad
avatar
Duplay
Expert spécialisé

Re: L'urgence, c'est de faire pression sur les syndicats pour une réforme du nombre

par Duplay le Mer 18 Déc 2013 - 8:56
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
As-tu un lien à nous communiquer ?

Il s'agit semble-t-il d'un communiqué de la FNEC FP FO du Gard cité là :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




COMMUNIQUE DE LA FNEC FP FO du GARD

LA MAIRIE DE NÎMES VIENT DE PRENDRE POSITION POUR LE RETRAIT DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES !

Le Sénateur-Maire de Nîmes a fait adopter samedi dernier un voeu demandant le retrait de la réforme des rythmes scolaires en 2014. Il pointe dans son texte notamment le coût de la réforme, entre 1,5 et 2,5 millions d'euros pour la ville, et son impact négatif sur l'activité des associations sportives et de loisirs.

L'Adjoint au Maire, chargé des affaires scolaires, qui est également ancien Inspecteur d'Académie, a voté pour ce voeu en précisant qu'il estimait nécessaire une réforme des rythmes scolaires, mais que la mise en oeuvre de celle-ci était "désinvolte et désastreuse".

Cette annonce est un véritable séisme dans le département !

Alors que Nîmes fait partie des 2 communes qui ont rendu un PEDT, que la municipalité avait clairement soutenu la réforme et soigneusement préparé sa mise en oeuvre pour 2014, ce revirement démontre qu'elle est inapplicable !

Pour la FNEC FP FO, cette décision de la municipalité nîmoise est une conséquence directe de la mobilisation massive qui s'est exprimée les 14 novembre et 5 décembre par la grève et la manifestation, et qui grandit de jour en jour.

A quelques mois des élections municipales, les élus nîmois ne sont pas restés sourds aux mots d'ordre d'abrogation, portés par les personnels enseignants et territoriaux constitués en interfédérale !

Ils ont pris acte de la colère des professionnels de l'Education Nationale, mais aussi de celle des parents d'élèves toujours plus nombreux à dénoncer les méfaits de la réforme notamment dans les communes où elle s'applique; ils ont pris acte de la résistance des maires des communes rurales, qui dénoncent le manque de moyens et commencent à s'organiser pour demander le retrait de la réforme !

Le Ministre est de plus en plus isolé, ses soutiens tombent les uns après les autres !
L'interfédérale nationale se réunit ce soir pour prendre des décisions sur la suite du mouvement.
L'interfédérale départementale se réunira le mardi 7 janvier.
Nous pouvons gagner, nous allons gagner l'abrogation du décret !

avatar
SUSSHI
Niveau 4

Re: L'urgence, c'est de faire pression sur les syndicats pour une réforme du nombre

par SUSSHI le Dim 22 Déc 2013 - 17:41
carolette, je t'ai envoyé un MP  Embarassed 
Contenu sponsorisé

Re: L'urgence, c'est de faire pression sur les syndicats pour une réforme du nombre

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum