Parent condamné pour fessée à Limoges

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Reine Margot le Mer 16 Oct 2013 - 7:29

Chacun fait ce qu'il veut pour éduquer ses enfants, si des gens pensent pouvoir élever leur gosse sans jamais donner de fessée (je dis bien jamais), grand bien leur fasse. Mais qu'on ne vienne pas l'interdire ni la confondre avec la vraie maltraitance (taper), ou donner des leçons de morale. Quant à l'idée de faire payer une amende pour ça, ça ne sert qu'à alimenter les conflits entre divorcés devant la justice.

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Reine Margot le Mer 16 Oct 2013 - 7:48

Bon alors on donne quelle amende pour les animaux qui traumatisent leurs petits?


_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par benjy_star le Mer 16 Oct 2013 - 8:19

@Reine Margot a écrit:Chacun fait ce qu'il veut pour éduquer ses enfants, si des gens pensent pouvoir élever leur gosse sans jamais donner de fessée (je dis bien jamais), grand bien leur fasse. Mais qu'on ne vienne pas l'interdire ni la confondre avec la vraie maltraitance (taper), ou donner des leçons de morale. Quant à l'idée de faire payer une amende pour ça, ça ne sert qu'à alimenter les conflits entre divorcés devant la justice.
Je pense que tout est là.

Il y a des parents qui sont capables de correctement éduquer leurs enfants sans la moindre fessée ou sans le moindre "geste". Mais de quels droit se permettent-ils de dire à d'autres parents que c'est la bonne façon de faire ?

Comme dans notre métier, des fois, on a des façons de faire qui correspondent à notre caractère, ce qui nous rend plus efficace que si on essayait de se forcer ou de se retenir d'utiliser une méthode avec laquelle on est pas à l'aise. Là, c'est pareil, laissons la liberté aux parents de gérer comme ils le sentent l'éducation de leur enfant, dans une certaine limite bien sûr.

Pour reprendre ce que disait Cripure : je remarque que plus on lutte contre la fessée, moins les enfants sont bien élevés. Tout n'est pas là dedans, mais cela participe à cette culture de l'enfant-monchérimoncoeur.

benjy_star
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 9:21

A l'inverse les leçons de morale et d'éducation de ceux qui se permettent de donner des fessées sont acceptables (car oui quand on sous-entend que ceux qui ne donnent pas de fessée ne savent pas ce qu'ils font, eux Shocked Rolling Eyes ) ? Il y a visiblement deux poids deux mesures dans le discours de certains. Sur ce, bonne journée à tous.

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 16 Oct 2013 - 9:26

supersoso a écrit:A l'inverse les leçons de morale et d'éducation de ceux qui se permettent de donner des fessées sont acceptables (car oui quand on sous-entend que ceux qui ne donnent pas de fessée ne savent pas ce qu'ils font, eux Shocked Rolling Eyes )  ? Il y a visiblement deux poids deux mesures dans le discours de certains. Sur ce, bonne journée à tous.
N'importe quoi. La plupart des intervenants qui admettent avoir donné des fessées (et c'est mon cas) admettent que ce n'est pas une solution idéale. Ce qui m'exaspère, c'est le côté franchement condescendant de ton discours, qui fait penser que nous donnons des fessées de gaieté de cœur. Franchement, si je pouvais m'en passer, je m'en passerais volontiers, et d'ailleurs j'ai vécu ça comme un échec. Bref, j'ai plutôt l'impression que de "notre côté" il y a plus de pragmatisme que de leçons de morale et d'éducation. Si un enfant ne pose aucun problème, personne ne va conseiller à ses parents de lui donner des fessées.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par celitian le Mer 16 Oct 2013 - 9:36

Même si notre échange n'a pas fonctionné Very Happy je suis entièrement d'accord avec toi, Marcel.

Et je trouve cela très drôle de placer l'enfant et l'adulte sur un même plan, alors que l'on se plaint tout le temps sur le forum d'avoir en cours des élèves qui ne savent pas se positionner face à l'adulte.

celitian
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 9:39

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
supersoso a écrit:A l'inverse les leçons de morale et d'éducation de ceux qui se permettent de donner des fessées sont acceptables (car oui quand on sous-entend que ceux qui ne donnent pas de fessée ne savent pas ce qu'ils font, eux Shocked Rolling Eyes )  ? Il y a visiblement deux poids deux mesures dans le discours de certains. Sur ce, bonne journée à tous.
N'importe quoi. La plupart des intervenants qui admettent avoir donné des fessées (et c'est mon cas) admettent que ce n'est pas une solution idéale. Ce qui m'exaspère, c'est le côté franchement condescendant de ton discours, qui fait penser que nous donnons des fessées de gaieté de cœur. Franchement, si je pouvais m'en passer, je m'en passerais volontiers, et d'ailleurs j'ai vécu ça comme un échec. Bref, j'ai plutôt l'impression que de "notre côté" il y a plus de pragmatisme que de leçons de morale et d'éducation. Si un enfant ne pose aucun problème, personne ne va conseiller à ses parents de lui donner des fessées.
Et la fessée résout ces problèmes ?
Honnêtement sur le plan éducatif, qu'est-ce qu'elle vous apporte ?

Par ailleurs, vous m'avez mal comprise : je donne mon point de vue et mes arguments sur le fait que pour moi tout coup est interdit. Et le ton de certains était tout aussi condescendant concernant ma position.

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 9:42

ecogest a écrit:Même si notre échange n'a pas fonctionné Very Happy je suis entièrement d'accord avec toi, Marcel.

Et je trouve cela très drôle de placer l'enfant et l'adulte sur un même plan, alors que l'on se plaint tout le temps sur le forum d'avoir en cours des élèves qui ne savent pas se positionner face à l'adulte.
Vous confondez le fait de placer l'enfant et l'adulte sur le même plan et le fait de considérer qu'il y a des droits inaliénables qui concernent autant les adultes que les enfants.

Par ailleurs, et en ce qui concerne le primaire, les enfants posant le plus de problèmes sont majoritairement des enfants qui n'ont pas de règles claires et/ou adaptées à leur âge. Ils peuvent d'ailleurs se prendre pas mal de coup, ça ne leur fait pas mieux comprendre des règles qui n'en sont pas toujours. Faudrait quand même ne pas tout confondre.

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Elaïna le Mer 16 Oct 2013 - 9:43

@Reine Margot a écrit:Chacun fait ce qu'il veut pour éduquer ses enfants, si des gens pensent pouvoir élever leur gosse sans jamais donner de fessée (je dis bien jamais), grand bien leur fasse. Mais qu'on ne vienne pas l'interdire ni la confondre avec la vraie maltraitance (taper), ou donner des leçons de morale. Quant à l'idée de faire payer une amende pour ça, ça ne sert qu'à alimenter les conflits entre divorcés devant la justice.
topela 

Cela étant : j'ai été élevée par des parents à la main leste, surtout mon père qui était persuadé que terroriser des gamines d'un mètre 20 était une excellente méthode éducative. J'ai longtemps eu peur de mon père à cause de cela, je l'ai ensuite cordialement méprisé et aujourd'hui, je suis désolée de reconnaître que je voudrais bien davantage aimer mes parents comme je vois certains de mes amis les aimer. Non que nous ayons de mauvaises relations, bien sûr, mais disons que par rapport à ce que je peux voir dans certaines familles, c'est pas le top. J'ai des souvenirs cuisants de mon père me hurlant dessus pour une leçon mal apprise, du genre "et ça tu sais pas ?" Vlan, une gifle. "et ça non plus ?" Re-vlan. Et encore, et encore. Alors évidemment, ça ne m'a pas tuée, encore heureux. Mais si on avait pu éviter 'den passer par là...
Du coup, hors de question que je tape mes enfants. Oui, ça me coûte, parfois, quand mon fils éclate de rire alors que je suis déjà en pétard, et qu'il fait tout pour me faire exploser. Ayant eu en charge (scoutisme, baby-sitting, etc) des enfants odieux, la main m'a parfois démangée.

MAINTENANT il me paraît aussi inconcevable d'interdire la fessée. Les maltraitances sont interdites, cela suffit.
Je me rappelle avoir lu qu'en Allemagne les affaires de dénonciation pour "maltraitance" (en fait, fessée ou même engueulade un peu forte) sont en train d'exploser, ainsi que les menaces de placements d'enfants. C'est dingue. Une copine qui vit en Allemagne me disait que quand elle engueule ses gosses (trois garçons en bas âge, du genre à se rouler par terre de rage assez souvent) dans la rue, elle peut compter facilement cinq personnes prêtes à dégainer leur téléphone pour appeler les services sociaux. Cela me paraît délirant.

Elaïna
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 16 Oct 2013 - 9:48

supersoso a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
supersoso a écrit:A l'inverse les leçons de morale et d'éducation de ceux qui se permettent de donner des fessées sont acceptables (car oui quand on sous-entend que ceux qui ne donnent pas de fessée ne savent pas ce qu'ils font, eux Shocked Rolling Eyes )  ? Il y a visiblement deux poids deux mesures dans le discours de certains. Sur ce, bonne journée à tous.
N'importe quoi. La plupart des intervenants qui admettent avoir donné des fessées (et c'est mon cas) admettent que ce n'est pas une solution idéale. Ce qui m'exaspère, c'est le côté franchement condescendant de ton discours, qui fait penser que nous donnons des fessées de gaieté de cœur. Franchement, si je pouvais m'en passer, je m'en passerais volontiers, et d'ailleurs j'ai vécu ça comme un échec. Bref, j'ai plutôt l'impression que de "notre côté" il y a plus de pragmatisme que de leçons de morale et d'éducation. Si un enfant ne pose aucun problème, personne ne va conseiller à ses parents de lui donner des fessées.
Et la fessée résout ces problèmes  ?
Honnêtement sur le plan éducatif, qu'est-ce qu'elle vous apporte ?

Par ailleurs, vous m'avez mal comprise : je donne mon point de vue et mes arguments sur le fait que pour moi tout coup est interdit. Et le ton de certains était tout aussi condescendant concernant ma position.
J'ai déjà résolu des problèmes en recourant (3 fois en 5 ans) à la fessée, ou à la menace, oui. Je le regrette d'ailleurs, j'aurais préféré éviter cette extrémité. Pour le reste, tout est question de ressenti alors, car je me sens vraiment très agressé par tes propos.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 16 Oct 2013 - 9:51

supersoso a écrit:
ecogest a écrit:Même si notre échange n'a pas fonctionné Very Happy je suis entièrement d'accord avec toi, Marcel.

Et je trouve cela très drôle de placer l'enfant et l'adulte sur un même plan, alors que l'on se plaint tout le temps sur le forum d'avoir en cours des élèves qui ne savent pas se positionner face à l'adulte.
Vous confondez le fait de placer l'enfant et l'adulte sur le même plan et le fait de considérer qu'il y a des droits inaliénables qui concernent autant les adultes que les enfants.

Par ailleurs, et en ce qui concerne le primaire, les enfants posant le plus de problèmes sont majoritairement des enfants qui n'ont pas de règles claires et/ou adaptées à leur âge. Ils peuvent d'ailleurs se prendre pas mal de coup, ça ne leur fait pas mieux comprendre des règles qui n'en sont pas toujours. Faudrait quand même ne pas tout confondre.
"Pas mal de coups", c'est très différent du recours à la fessée que j'évoque, et que d'autres participants à cette discussion évoquent.
Si la fessée n'est pas accompagnée d'un effort pédagogique d'explication, elle est effectivement vouée à l'échec. Le cas que tu évoques fait penser que les parents qui frappent n'expliquent pas et les enfants ne comprennent pas pourquoi ils sont frappés, et c'est un cercle vicieux.
Bref, on en revient toujours à cette différence entre recours très ponctuel et expliqué à la fessée d'une part, et maltraitance d'autre part.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 10:18

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
supersoso a écrit:
ecogest a écrit:Même si notre échange n'a pas fonctionné Very Happy je suis entièrement d'accord avec toi, Marcel.

Et je trouve cela très drôle de placer l'enfant et l'adulte sur un même plan, alors que l'on se plaint tout le temps sur le forum d'avoir en cours des élèves qui ne savent pas se positionner face à l'adulte.
Vous confondez le fait de placer l'enfant et l'adulte sur le même plan et le fait de considérer qu'il y a des droits inaliénables qui concernent autant les adultes que les enfants.

Par ailleurs, et en ce qui concerne le primaire, les enfants posant le plus de problèmes sont majoritairement des enfants qui n'ont pas de règles claires et/ou adaptées à leur âge. Ils peuvent d'ailleurs se prendre pas mal de coup, ça ne leur fait pas mieux comprendre des règles qui n'en sont pas toujours. Faudrait quand même ne pas tout confondre.
"Pas mal de coups", c'est très différent du recours à la fessée que j'évoque, et que d'autres participants à cette discussion évoquent.
Si la fessée n'est pas accompagnée d'un effort pédagogique d'explication, elle est effectivement vouée à l'échec. Le cas que tu évoques fait penser que les parents qui frappent n'expliquent pas et les enfants ne comprennent pas pourquoi ils sont frappés, et c'est un cercle vicieux.
Bref, on en revient toujours à cette différence entre recours très ponctuel et expliqué à la fessée d'une part, et maltraitance d'autre part.
Non tu as mal compris : que les enfants se prennent des coups ou non ne changent pas grand chose à la donne quand les règles sont fluctuantes et/ou inexistantes et/ou inadaptées. Je crois très sincèrement que la fessée n'amène strictement rien dans la connaissance des règles et des limites, qu'elle soit ponctuelle ou réccurente.
Quand au fait que vous vous sentiez agressé par mes propos ne veut pas dire que mes propos étaient agressifs. Ou alors, je peux te retourner la même chose quand tu dis par exemple que "vous" êtes pragmatiques (car moi, je ne le suis pas ?), etc. Pour le coup, j'aurais tendance à penser que vous y projetez des choses qui n'y sont pas.

Enfin une dernière chose. Si la fessée est un mal nécessaire pour faire comprendre certaines choses à un enfant, reconnaissez-vous le droit à l'instit par exemple des les utiliser (très ponctuellement) ?

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Babayaga le Mer 16 Oct 2013 - 10:59

supersoso a écrit:Non ça n'était pas une pirouette. Je répondais que je refuse le coin autant que les coups.
Et pour ma part je ne pense pas qu'on éduque un enfant s'il ne peut se sentir en sécurité. Et comment se sentir en sécurité si on ne sait pas si on ne va pas se faire taper ?
Et un enfant doit être éduqué, mais ça n'est pas du dressage. Et les coups n'ont jamais rien appris à qui que ce soit, à part la belle leçon suivante : quand on est grand, on peut se permettre de taper sur plus petit que soi "par amour" !!!
Par ailleurs, je crois qu'on éduque aussi par l'exemple. Et interdisant à ma fille de taper, je ne me verrais pas lui montrer le mauvais exemple justement (le fameux "fais ce que je dis mais pas ce que je fais" ).

[...]

Après tu crois qu'une fessée est une manière d'éduquer les enfants. Je crois tout autre chose. Nous sommes aussi parents avec nos croyances, nos certitudes, nos erreurs. Nous n'avons pas les mêmes l'une et l'autre visiblement, c'est tout.


Après sur cette histoire elle-même, c'est une histoire de règlement de compte entre adultes qui utilisent leur môme pour se chercher des noises. Dommage que la justice ait eu à intervenir sur ce type d'histoire sordide.

Moi ce que je retiens, c'est qu'au final, si tu éduques par l'exemple, tu offres un piètre spectacle à ta fille de comment on parle au gens, comment on déforme leur parole, et comment on les agresse quand ils ne sont pas d'accord, comme par exemple en réponse à Philann :

supersoso a écrit:C'est aussi ça éduquer et si tu n'es pas en mesure de comprendre, ça... Suspect 

_________________
Je ne gère plus la rubrique en accès restreint, adressez-vous à Hermione, merci Smile

Babayaga
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Clarianz le Mer 16 Oct 2013 - 11:01

Est-ce que l'on peut concevoir une bonne fois pour toute que l'éducation revient aux parents, ce qui exclu définitivement la possibilité de frapper ses élèves? Les instit' sont sensés instruire, pas éduquer...
Alors, oui, j'éduque de façon non-violente, et oui, j'ai déjà mis deux tapes consécutives sur les fesses, habillées, de mon fils; ce qui est une fessée. Et clairement, il s'agissait de manifester ma colère face à un acte que j'ai trouvé extrêmement déplacé. Ce n'était pas éducatif, c'était plutôt cathartique. Finalement, c'était une manifestation plutôt primitive de ma colère et je peux assurer que mon fils a compris que j'étais choquée.
Le caractère exceptionnel et non-prémédité de la fessée, comme la gifle qui part spontanément sur la joue de l'ado qui insulte sa mère, qui vient de commettre une bêtise abominable... ne sont que des manifestations de colère, il me semble humain de ressentir de la colère. D'ailleurs, c'est valable aussi entre adultes, même si le recours à la violence est socialement vu comme un trait de faiblesse et de déséquilibre psy, il faut reconnaître qu'une bonne claque à certains indélicats évite bien souvent des tas d'emmerdes. Quelle fille n'a jamais giflé un gros lourd qui lui touche les seins/les fesses sans y avoir été invité?
Je partage les avis de ceux qui trouvent que l'école part à vau- l'eau justement parce que les parents n'éduquent pas leurs enfants (d'ailleurs chez nous, on parle de co-éducation, partagée entre les parents et les enseignants...), élever convenablement n'implique pas les coups, mais interdire la fessée remet en cause l'autorité de l'adulte sur l'enfant. L'adulte ne se doit pas d'être exemplaire à tout instant, un homme est faillible, les enfants sont capables de le comprendre, et je trouve même sain qu'ils en prennent conscience rapidement, ils seront d'autant moins perturbés face à leur propre imperfection. L'adulte qui élève son enfant ne peut pas être un modèle de perfection, il peut au mieux être un modèle de bonne volonté, et n'est-ce pas ce que l'on demande à nos enfants? Fais le mieux que tu puisses, essaie, recommence.

_________________
Mama's Rock

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 11:05

Si remettre en cause la fessée remet en cause l'autorité des parents, il en va de même pour l'instit : son autorité serait remis en cause parce que lui n'a plus le droit de lever la main sur ses élèves !
Très honnêtement je pense que l'autorité se situe à un autre niveau que sur le fait d'avoir le droit ou non de donner une fessée à son enfant.

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Clarianz le Mer 16 Oct 2013 - 11:15

La maltraitance est déjà interdite, je parle ici d'un retrait institutionnel qui désinvestit le parent de son rôle d'éducateur. L'école n'étant pas le lieu de l'autorité éducative, mais celui de l'autorité du savoir: les deux sont complémentaires mais ne se fondent pas sur la même idée de respect de l'enfant envers l'adulte.

_________________
Mama's Rock

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 11:16

Baba a écrit:
supersoso a écrit:Non ça n'était pas une pirouette. Je répondais que je refuse le coin autant que les coups.
Et pour ma part je ne pense pas qu'on éduque un enfant s'il ne peut se sentir en sécurité. Et comment se sentir en sécurité si on ne sait pas si on ne va pas se faire taper ?
Et un enfant doit être éduqué, mais ça n'est pas du dressage. Et les coups n'ont jamais rien appris à qui que ce soit, à part la belle leçon suivante : quand on est grand, on peut se permettre de taper sur plus petit que soi "par amour" !!!
Par ailleurs, je crois qu'on éduque aussi par l'exemple. Et interdisant à ma fille de taper, je ne me verrais pas lui montrer le mauvais exemple justement (le fameux "fais ce que je dis mais pas ce que je fais" ).

[...]

Après tu crois qu'une fessée est une manière d'éduquer les enfants. Je crois tout autre chose. Nous sommes aussi parents avec nos croyances, nos certitudes, nos erreurs. Nous n'avons pas les mêmes l'une et l'autre visiblement, c'est tout.


Après sur cette histoire elle-même, c'est une histoire de règlement de compte entre adultes qui utilisent leur môme pour se chercher des noises. Dommage que la justice ait eu à intervenir sur ce type d'histoire sordide.
Moi ce que je retiens, c'est qu'au final, si tu éduques par l'exemple, tu offres un piètre spectacle à ta fille de comment on parle au gens, comment on déforme leur parole, et comment on les agresse quand ils ne sont pas d'accord, comme par exemple en réponse à Philann :

supersoso a écrit:C'est aussi ça éduquer et si tu n'es pas en mesure de comprendre, ça... Suspect 
Concrètement en citant mes propos hors contexte et en ne prenant que certains sans les propos auxquels ils s'adressent, tu fais très exactement ce que tu me reproches. Je ne t'ai pas attaqué personnellement, à l'inverse de ce que tu viens de faire (je ne t'accuse pas d'être un piètre exemple pour tes enfants !). Si tu veux y projeter une agression de ma part, je ne peux malheureusement rien y faire. J'ai expliqué très clairement pourquoi je pense que toute punition corporelle est inadaptée - et ce quel que soit son degré ou sa fréquence. Tu as le droit de ne pas être d'accord. Mais j'ai aussi le droit de l'exprimer et de répondre quand on me fait dire autre chose.

Après ma réponse à Philann venait aussi du fait qu'elle venait en gros de me dire que je n'étais pas capable de comprendre la différence entre un enfant et un adulte. Le ton que j'ai utilisé, n'était certes, pas appropriée. Mais dans la mesure où elle s'adresse à moi de cette manière-là, franchement, je n'ai pas eu envie de prendre des gants. Elle y a répondu il me semble et je lui ai laissé le droit de me répondre.


Dernière édition par supersoso le Mer 16 Oct 2013 - 13:08, édité 2 fois

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 11:18

@Clarianz a écrit:La maltraitance est déjà interdite, je parle ici d'un retrait institutionnel qui désinvestit le parent de son rôle d'éducateur. L'école n'étant pas le lieu de l'autorité éducative, mais celui de l'autorité du savoir: les deux sont complémentaires mais ne se fondent pas sur la même idée de respect de l'enfant envers l'adulte.
La question est de savoir si les punitions corporelles ont à voir avec le rôle de l'éducateur en tant que tel.
Quand à l'école, très clairement, elle ne se veut plus uniquement du côté du savoir mais du vivre-ensemble (dans nos programmes, c'est très clair) : d'où ma question. Pourquoi l'autorité des parents seraient mise en péril par l'interdiction de la fessée mais pas celle des enseignants quand eux-mêmes n'ont pas ce droit ?

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Clarianz le Mer 16 Oct 2013 - 11:28

ben, je peux répéter ce que j'ai dit plus haut: l'école ne doit pas devenir co-éducatrice, ce rôle doit me revenir en tant que parent et je ne tolèrerai jamais qu'un quelqu'un d'autre intervienne.

l'interdiction de la fessée est une dérive inquisitrice de l'interdiction de maltraitance: ça impose un droit de regard dans la sphère privée qui infantilise le parent.
Je ne prône pas les coups comme moyen éducatif, je dis que l'on n'a pas à jeter la pierre aux parents: pourquoi ne pas lire/prendre en compte ce que je disais à propos du lourd poids culpabilisant de l'exemplarité à toute épreuve?
Il y a une énorme différence entre une tape sur les fesses d'un enfant et une raclée, isolée ou répétée. Les conséquences physiques et psy n'étant pas les mêmes, si?
je suppose qu'avec la non pénalisation de la fessée tu crains les débordements et le franchissement de limites floues qui laisserait entendre qu'un enfant peut être humilié à loisir, et c'est effectivement un risque, mais il faut aussi responsabiliser les parents, et leur laisser une marge de manoeuvres.

_________________
Mama's Rock

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 11:46

@Clarianz a écrit:ben, je peux répéter ce que j'ai dit plus haut: l'école ne doit pas devenir co-éducatrice, ce rôle doit me revenir en tant que parent et je ne tolèrerai jamais qu'un quelqu'un d'autre intervienne.

l'interdiction de la fessée est une dérive inquisitrice de l'interdiction de maltraitance: ça impose un droit de regard dans la sphère privée qui infantilise le parent.
Je ne prône pas les coups comme moyen éducatif, je dis que l'on n'a pas à jeter la pierre aux parents: pourquoi ne pas lire/prendre en compte ce que je disais à propos du lourd poids culpabilisant de l'exemplarité à toute épreuve?
Il y a une énorme différence entre une tape sur les fesses d'un enfant et une raclée, isolée ou répétée. Les conséquences physiques et psy n'étant pas les mêmes, si?
je suppose qu'avec la non pénalisation de la fessée tu crains les débordements et le franchissement de limites floues qui laisserait entendre qu'un enfant peut être humilié à loisir, et c'est effectivement un risque, mais il faut aussi responsabiliser les parents, et leur laisser une marge de manoeuvres.
Le problème est à mon avis plus profond que ça. Il y a en France une loi sur les coups qui fait que même la fessée est de fait interdite. Seulement l'usage qui en compris jusqu'à présent, est quand même que dans la sphère privée on "tolère" un certain type de correction, entre autre sur les enfants. Pour ma part, je pense que cette tolérance n'est pas justifiée parce qu'effectivement si on commence à admettre des cas où l'intégrité physique peut être menacée et d'autre non, on tombe dans un problème d'appréciation personnelle (quelles sont les limites acceptables, jusqu'à quand je tolère, dans quelles circonstances, etc. Or la loi doit s'adresser à tous dans toutes les circonstances). Je ne crois pas qu'une loi anti-fessée infantiliserait en soi les parents - et en tout cas certainement moins que le discours actuel de l'école qui essaie de soustraire au maximum les enfants du cadre familial, considéré comme en soi, ne permettant pas à l'enfant de se structurer (cf les interventions de Peillon sur les rythmes où on sent bien le ton paternaliste et le fait que les parents ne sont pas les plus à même de savoir ce qu'il faut pour leurs enfants). Ce pourrait être aussi l'occasion de responsabiliser les parents justement en leur donnant aussi l'opportunité de voir ce qui se joue ou non dans la punition corporelle, en tout cas de communiquer efficacement sur ce type de problème.

Par contre, il faudrait des garde-fous contre ce que relate Elaïna en Allemagne. Le but d'une telle loi ne serait pas de mettre la suspicion sur chaque parent, par principe, mais bien au contraire de montrer et d'informer sur le fait qu'il existe d'autres possibilités d'éducation qui sont, au moins, aussi efficace - car pragmatiquement, souvent la fessée, à part soulager la tension du parent, n'amène rien sur le plan éducatif et n'empêche pas qu'il faille malgré tout expliquer la limite qui a été franchie par l'enfant.

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Cath le Mer 16 Oct 2013 - 12:04

C'est effrayant.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 16 Oct 2013 - 12:47

supersoso a écrit:
Enfin une dernière chose. Si la fessée est un mal nécessaire pour faire comprendre certaines choses à un enfant, reconnaissez-vous le droit à l'instit par exemple des les utiliser (très ponctuellement) ?
Non, parce qu'il y a des choses qui relèvent des parents, et je me plains trop souvent des parents qui se déchargent sur les profs.

@Clarianz a écrit:Est-ce que l'on peut concevoir une bonne fois pour toute que l'éducation revient aux parents, ce qui exclu définitivement la possibilité de frapper ses élèves? Les instit' sont sensés instruire, pas éduquer...
Alors, oui, j'éduque de façon non-violente, et oui, j'ai déjà mis deux tapes consécutives sur les fesses, habillées, de mon fils; ce qui est une fessée. Et clairement, il s'agissait de manifester ma colère face à un acte que j'ai trouvé extrêmement déplacé. Ce n'était pas éducatif, c'était plutôt cathartique. Finalement, c'était une manifestation plutôt primitive de ma colère et je peux assurer que mon fils a compris que j'étais choquée.
Le caractère exceptionnel et non-prémédité de la fessée, comme la gifle qui part spontanément sur la joue de l'ado qui insulte sa mère, qui vient de commettre une bêtise abominable... ne sont que des manifestations de colère, il me semble humain de ressentir de la colère. D'ailleurs, c'est valable aussi entre adultes, même si le recours à la violence est socialement vu comme un trait de faiblesse et de déséquilibre psy, il faut reconnaître qu'une bonne claque à certains indélicats évite bien souvent des tas d'emmerdes. Quelle fille n'a jamais giflé un gros lourd qui lui touche les seins/les fesses sans y avoir été invité?
Je partage les avis de ceux qui trouvent que l'école part à vau- l'eau justement parce que les parents n'éduquent pas leurs enfants (d'ailleurs chez nous, on parle de co-éducation, partagée entre les parents et les enseignants...), élever convenablement n'implique pas les coups, mais interdire la fessée remet en cause l'autorité de l'adulte sur l'enfant. L'adulte ne se doit pas d'être exemplaire à tout instant, un homme est faillible, les enfants sont capables de le comprendre, et je trouve même sain qu'ils en prennent conscience rapidement, ils seront d'autant moins perturbés face à leur propre imperfection. L'adulte qui élève son enfant ne peut pas être un modèle de perfection, il peut au mieux être un modèle de bonne volonté, et n'est-ce pas ce que l'on demande à nos enfants? Fais le mieux que tu puisses, essaie, recommence.
Merci pour ce message, j'en partage les vues.


Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Lilypims le Mer 16 Oct 2013 - 12:53

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
supersoso a écrit:
Enfin une dernière chose. Si la fessée est un mal nécessaire pour faire comprendre certaines choses à un enfant, reconnaissez-vous le droit à l'instit par exemple des les utiliser (très ponctuellement) ?
Non, parce qu'il y a des choses qui relèvent des parents, et je me plains trop souvent des parents qui se déchargent sur les profs.

@Clarianz a écrit:Est-ce que l'on peut concevoir une bonne fois pour toute que l'éducation revient aux parents, ce qui exclu définitivement la possibilité de frapper ses élèves? Les instit' sont sensés instruire, pas éduquer...
Alors, oui, j'éduque de façon non-violente, et oui, j'ai déjà mis deux tapes consécutives sur les fesses, habillées, de mon fils; ce qui est une fessée. Et clairement, il s'agissait de manifester ma colère face à un acte que j'ai trouvé extrêmement déplacé. Ce n'était pas éducatif, c'était plutôt cathartique. Finalement, c'était une manifestation plutôt primitive de ma colère et je peux assurer que mon fils a compris que j'étais choquée.
Le caractère exceptionnel et non-prémédité de la fessée, comme la gifle qui part spontanément sur la joue de l'ado qui insulte sa mère, qui vient de commettre une bêtise abominable... ne sont que des manifestations de colère, il me semble humain de ressentir de la colère. D'ailleurs, c'est valable aussi entre adultes, même si le recours à la violence est socialement vu comme un trait de faiblesse et de déséquilibre psy, il faut reconnaître qu'une bonne claque à certains indélicats évite bien souvent des tas d'emmerdes. Quelle fille n'a jamais giflé un gros lourd qui lui touche les seins/les fesses sans y avoir été invité?
Je partage les avis de ceux qui trouvent que l'école part à vau- l'eau justement parce que les parents n'éduquent pas leurs enfants (d'ailleurs chez nous, on parle de co-éducation, partagée entre les parents et les enseignants...), élever convenablement n'implique pas les coups, mais interdire la fessée remet en cause l'autorité de l'adulte sur l'enfant. L'adulte ne se doit pas d'être exemplaire à tout instant, un homme est faillible, les enfants sont capables de le comprendre, et je trouve même sain qu'ils en prennent conscience rapidement, ils seront d'autant moins perturbés face à leur propre imperfection. L'adulte qui élève son enfant ne peut pas être un modèle de perfection, il peut au mieux être un modèle de bonne volonté, et n'est-ce pas ce que l'on demande à nos enfants? Fais le mieux que tu puisses, essaie, recommence.
Merci pour ce message, j'en partage les vues.

Moi aussi.

Lilypims
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par InvitéeSS le Mer 16 Oct 2013 - 13:17

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
supersoso a écrit:
Enfin une dernière chose. Si la fessée est un mal nécessaire pour faire comprendre certaines choses à un enfant, reconnaissez-vous le droit à l'instit par exemple des les utiliser (très ponctuellement) ?
Non, parce qu'il y a des choses qui relèvent des parents, et je me plains trop souvent des parents qui se déchargent sur les profs.
Sauf que ça pose un vrai problème en classe :
Si la fessée est une manière de montrer à un enfant qu'il a dépassé les limites, comment le comprendra-t-il en classe puisqu'on ne lui en donne pas (et pour le coup, c'est souvent ce qui arrive avec des enfants où la fessée est fréquente : la maîtresse me dispute mais tant que je n'ai pas de fessée, c'est que ça n'est pas bien grave, donc je continue !) ?

Par ailleurs, je ne comprendrais jamais comment on peut défendre le fait d'avoir le droit de frapper sur autrui, fut-il un autrui en cours de développement. Et la sphère privée ne change rien à la donne. Sous prétexte que ce sont nos enfants, on aurait le droit de les frapper ? - mais pas ceux des autres. Soit il est justifié de donner des fessées et ça n'a pas de sens de le limiter à la sphère privée. Soit ça n'apporte rien et dans ce cas, comment peut-on justifier le fait de le faire parce que c'est SON enfant ?

InvitéeSS
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par Marcel Khrouchtchev le Mer 16 Oct 2013 - 13:19

C'est précisément pour cela que la fessée (extrêmement rare et limitée aux cas extrêmes) doit être accompagnée d'un effort de pédagogie (incluant l'explication du "monopole" parental sur cette forme de punition).
Ton dernier paragraphe est un sophisme, il est tout à fait possible d'envisager que certaines punitions ne soient légitimes et utiles que dans la sphère privée et accompagnées d'un effort d'explication,.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Parent condamné pour fessée à Limoges

Message par lilith888 le Mer 16 Oct 2013 - 13:19

supersoso a écrit:Si remettre en cause la fessée remet en cause l'autorité des parents, il en va de même pour l'instit : son autorité serait remis en cause parce que lui n'a plus le droit de lever la main sur ses élèves !
.
C'est vrai qu'à ce niveau là, on n'a pas du tout de problème d'autorité aujourd'hui par rapport à avant...

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum