Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Ven 25 Oct 2013 - 18:20

La méthode Boscher ou La Journée des Tout Petits, méthode créée en 1905 et ayant connu plusieurs remaniements depuis :
Il y a même eu une méthode mixte Boscher : 
Ritter, Carré-Chapron, Des contes à la lecture ou la nouvelle journée des tout-petits (méthode mixte) 1955

Je commencerai ce sujet qui va enflammer les foules par une citation de Rémi Brissiaud :

Rémi Brissiaud - http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-erreur-orthographique-l-apprentissage-implicite-et-la-question-des-methodes-de-lecture-ecriture[/mention] a écrit:
Une grande variété de méthodes est donc envisageable mais, dans cet ensemble de méthodes possibles, il en est une qu’il faut situer en opposition complète avec la méthode naturelle orthographique : c’est la méthode synthétique stricte, celle qui est censée permettre « aux enfants de faire méthodiquement le rapport entre la forme écrite d’une lettre et le son qu’elle donne » (Gilles de Robien, 2006) et dont le parangon est la fameuse méthode Boscher. Sur le versant de la production d’écrit, à travers une activité comme la dictée de syllabes, on illusionne l’enfant sur l’orthographe du français : que faut-il écrire quand on entend le son [so] : so, sot, seau, sceau ou saut ? Et sur le versant de la lecture, l’enfant est longtemps confronté à un écrit simplifié à l’extrême du point de vue orthographique : « la pipe de papa ». Ce mode de traitement pédagogique de l’orthographe ne peut avoir que des conséquences catastrophiques pour les enfants les plus en difficulté (rappelons que lorsque la méthode Boscher était à son apogée, vers 1960, près de 30 % des enfants redoublaient le CP !). Avec cette méthode, les enfants qui découvrent tardivement le principe alphabétique (fin de CP, début de CE1), le découvrent alors qu’ils ont fréquenté sur une longue durée un écrit aux marques orthographiques réifiées. Lorsqu’ils commencent enfin à lire et écrire de « vrais mots » dans de « vraies phrases », ils ont une orthographe déplorable en situation de production et ils « butent » en situation de lecture sur tous les mots qui ne s’écrivent pas comme ils se prononcent. A ce moment, seule une rééducation orthographique peut laisser espérer qu’ils accèdent un jour à une lecture courante.

Lorsqu’on analyse les méthodes du point de vue adopté dans ce texte, la méthode naturelle orthographique et la méthode synthétique stricte apparaissent ainsi comme des extrêmes. Mais en l’occurrence, les extrêmes ne se valent pas ! Certes, on peut reprocher à la méthode naturelle orthographique de devoir être confiée à un praticien expert, un praticien qui « ne laisse pas échapper les occasions » de favoriser la découverte du principe alphabétique [27]. Mais quand c’est le cas, on peut considérer que c’est une des meilleures méthodes imaginables. En revanche, la méthode synthétique stricte, même confiée à un praticien expert (mais quel expert en voudrait ? [28]), n’en conduirait pas moins à ses conséquences funestes en termes d’échec scolaire.


Dernière édition par Spinoza1670 le Sam 26 Oct 2013 - 13:05, édité 1 fois

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Oct 2013 - 10:40

Encore une citation, cette fois-ci de Michel Delord :
Michel Delord a écrit:J'ai effectivement toujours défendu le livre de Boscher mais jamais "la méthode" Boscher pour au moins deux raisons :
- on n'est pas des pédagogistes et on ne défend pas des "méthodes "( et cette erreur de dénomination a d'ailleurs déjà eu des conséquences négatives),
- le livre de Boscher n'est pas un livre d'apprentissage de la lecture .

Je me suis d'ailleurs un peu moqué de JP Brighelli sur ce sujet il y a trois ans dans "Re à J.-P. Brighelli "La méthode Boscher n’est pas une méthode de lecture" ou "Ne pas confondre Couteau et Service trois pièces", texte qui se trouve à
http://michel.delord.free.fr/boscher-slecc-9mai2006.pdf
Source de la citation : http://www.lire-ecrire.org/no-cache/forum/messages//petition-sur-la-geometrie//2.html

Textes de Michel Delord sur la lecture : http://michel.delord.free.fr/txt-md-lecture.html

La page n'a pas été mise à jour, malgré de fréquents rappels à l'ordre. Il manque notamment les textes :
2012 : « Apprendre à Lire et à Écrire : de l’importance des différents systèmes d’écriture ».
2012 : L'identification abusive de la langue orale et de la langue écrite
Ce texte porte sur les conséquences de ce que Eric Havelock appelait « l’identification abusive de la langue orale et de la langue écrite » et qu’il juge important au point d’y consacrer un chapitre de son livre Aux origines de la civilisation écrite en Occident.
2012 : Constante macabre : La position des antipédagos sur SOS Education et l’enseignement de la lecture de 2006 à 2012
En 2006, SOS Education encourage les parents d’élèves à faire pression sur les enseignants de CP pour qu’ils choisissent des « méthodes de lecture syllabiques ».
Ceci provoque diverses réactions publiques dont l’une signée par Sauver les lettres, Sauvez les maths et Reconstruire l’école et l’autre par le GRIP.
Et, au moment où SOS Education refait une nouvelle offensive sur le même sujet [voir ici], il n’est pas inutile d’observer plus concrètement comment ont été prises les décisions en 2006 chez les antipédagogistes. 

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Oct 2013 - 11:02

Encore une citation : Philippe Jovi, professeur de philosophie, ancien instituteur :

Philippe Jovi a écrit:Personne n'a jamais appris à lire avec la méthode Boscher.
La citation complète http://www.neoprofs.org/t66350p20-mon-fils-est-en-cp-et-j-ai-peur-help#2204795 :
Philippe Jovi a écrit:
@anthinéa a écrit:J'ai besoin de votre avis d'expertes de maitresse de CP.
Voilà Célian apprend à lire en semi globale : amorce avec un album et quelques syllabes.
Il a énormément de mémoire et ne fait pas d'effort et l'assume pleinement. ..
C'est plus facile comme ça maman
Alors, je ne sais pas si je suis une "maîtresse experte" (un "maître expert", en l'occurrence) mais j'ai enseigné dix ans en CP avant de bifurquer complètement. Aussi, je me permets de vous livrer mon point de vue ... à toutes fins utile. Sachez que j'ai toujours enseigné selon la méthode dite "naturelle' mise au point par Célestin Freinet. Cette méthode est une méthode avec départ global qui doit son qualificatif ("naturelle") au fait que, vous et moi, lisons "naturellement" de cette façon : en règle générale, nous ne déchiffrons nullement ce que nous lisons mais nous reconnaissons globalement, non seulement des mots, mais, le plus souvent, des groupes de mots. Donc nous faisons appel, effectivement, à notre mémoire visuelle qui détecte des patterns, c'est-à-dire des structures syntaxiques signifiantes. La différence entre un "bon" et un "mauvais" lecteur se situe ici : le "bon" a mémorisé un beaucoup plus grand nombre de patterns que le "mauvais". Résultat des courses : celui-ci déchiffre laborieusement quand celui-là lit vite et facilement. Pour autant, l'apprentissage du déchiffrage est indispensable lorsqu'il s'agit d'apprendre des termes nouveaux ou d'exercer son esprit critique sur le contenu d'un texte (par exemple lorsqu'on se demande si le verbe est au singulier ou au pluriel parce qu'on a un doute quant au sujet de ce verbe). Bref, lorsqu'on lit, la mémorisation et la restitution globales des formes signifiantes est la règle, le déchiffrage syllabique est l'exception. Et heureusement, car seul le premier processus donne l'accès au sens (ba, li, tou, mo, etc., c'est rigolo, mais ça lasse vite un être intelligent : ça n'a aucun sens !)

@anthinéa a écrit:Franchement je trouve qu'il regresse. ..
Il déchiffrait très bien en Fin de MS/debut GS des syllabes simples comme pi/pa/ma/mo /ta/ti,  des mots simples et je l'avais surpris à lire tout seul dans sa chambre
Encore une fois, déchiffrer n'est pas lire. Pour un enfant de 4-5 ans, déchiffrer est un jeu comme un autre. Commencer à lire en est un autre, beaucoup plus complexe, celui-là. Donc, il ne "régresse" pas : il passe d'un jeu facile à un jeu plus difficile dans lequel il a, provisoirement, de moins bons résultats. Ce qui est normal.

@anthinéa a écrit:Dans devient Avec,  maman ( qu'il sait écrire depuis ses 3 ans) devient mardi. ...
Bref j'ai peur. .. Autre chose il commence à mélanger les lettres,  Il me soutient voir LI à la place de IL,  RO  à la place d' OR. ..
Est ce qu'il pourrait être dyslexique?
Cela n'a rien à voir avec la dyslexie. Ou alors, nous sommes tous et toutes dyslexiques. Car nous autres, "bons" lecteurs, faisons tous ce genre d'erreur, lorsque, exceptionnellement, nous nous évertuons à déchiffrer, par exemple les composants d'une molécule sur une boîte de médicament (faites le test, vous verrez).

@ysabel a écrit:j'ai eu exactement le même cas avec mon fils (sauf que les syllabes ne sont arrivées qu'en fin d'année !) Il est devenu totalement réfractaire à l'école tout simplement et définitivement.
J'ai réussi à le reprendre en début de CE1 avec la méthode Boscher et il a su lire - ouf... parce qu'il a un caractère de cochon...
pendant longtemps il a confondu b/p et d/b
Personne n'a jamais appris à lire avec la méthode Boscher. Celle-ci est très efficace uniquement avec des lecteurs débutants qui possèdent déjà un capital suffisant de structures signifiantes reconnues globalement. Ce qui est généralement le cas pour une grosse majorité d'enfants entrant au CP : ils sont, à leur insu, baigné dans un univers socio-culturel dans lequel l'écrit est omniprésent. Ils sont donc capables de reconnaître spontanément un assez grand nombre de mots. Cela dit, l'apprentissage trop précoce (par exemple, dès le début du CP, voire plus tôt) du déchiffrage syllabique est très risqué en ce qu'il fait, justement, perdre à l'enfant ses réflexes de bon lecteur potentiel, à savoir reconnaître globalement du sens.

@dandelion a écrit:Ma fille aussi a une méthode globale et je fais de la lecture chaque soir mais j'ai dû lutter pour qu'elle cesse de deviner (je la grondais un peu 'lire ce n'est pas deviner')
Ben non ! C'est juste le contraire : lire c'est deviner, et même interpréter et anticiper. Dans l'acte de lire, c'est le sens qui compte, pas la combinatoire syllabique. Déchiffrer est utile, indispensable même, mais ce n'est pas lire.

adelaïdeaugusta a écrit:Mais je laisse la parole à Roland Goigoux, qui l'exprime mieux que moi :

"Débarrassés du souci de comprendre le message écrit, puisque celui-ci est connu, les enfants peuvent se consacrer à l’étude du code écrit. C’est une véritable aventure « à la Champollion » qu’ils entreprennent, lorsqu’ils sont placés, comme le déchiffreur des hiéroglyphes, devant un message aux règles internes obscures mais dont la signification est claire. Comme Champollion, ils connaissent la signification du message, et cherchent, avec l’aide de la maîtresse et du groupe, à déduire le fonctionnement du système linguistique écrit. Tout au long de l’année, de texte en texte, l’exploration se poursuit, instituant la classe comme une communauté de chercheurs. C’est ainsi que les enfants conservent des phases initiales de l’apprentissage une idée de conquête, d’appropriation de secrets, qui conforte leur confiance en eux-mêmes et qui crée, dès le début, une connivence avec le langage écrit. »
Faux, lamentable et démagogique ! Faux : Champollion savait déjà lire lorsqu'il s'est attaqué au déchiffrage de la pierre de Rosette. Lamentable : faire oublier "la compréhension du message écrit", c'est le meilleur moyen de leur faire perdre le goût et la fonction de la lecture. Démagogique : un enfant de Cours Préparatoire n'est pas un linguiste.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Daphné le Sam 26 Oct 2013 - 12:43

Au risque de passer pour une atroce passéiste, ma mère m'appris à lire avec la méthode Boscher, je suis rentrée au CP sachant lire.
Vu les dégâts ravages qu'ont fait la méthode globale sur ma sœur, ma mère a ensuite appris à lire à mes trois frères avec ladite méthode avant de les mettre à l'école.
Voyant arriver en 6ème des élèves peu lecteurs, j'ai appris à lire à mes enfants avec la méthode Boscher, ils lisaient les gros volumes de Harry Potter entre autres en primaire.
Et pas de problème particulier d'orthographe.
J'assume pleinement, et dire que personne n'a appris à lire avec cette méthode est juste affraid affraid 

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Saphyr le Sam 26 Oct 2013 - 13:31

J'ai également appris à lire avec cette méthode. Je ne crois pas me porter si mal que ça.
Ma mère a commencé avec mon grand frère, sa maîtresse de CP ayant affirmé qu'il avait une incapacité à la lecture.... Pour le spectacle de fin d'année, la même maîtresse lui a donné le rôle principal parce qu'il était le meilleur lecteur de sa classe.

_________________
"Ecoutez, mon vieux, peu importe qu'un homme vive trente ou cent ans, dans la mesure où il fait quelque chose qui en vaut la peine avant de casser sa pipe", Etats d'urgence, André Brink.
“I'm right and you're wrong, I'm big and you're small, and there's nothing you can do about it.”, Matilda, Roald Dahl

Saphyr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Boubous le Sam 26 Oct 2013 - 13:35

Dans quelle catégorie, classeriez-vous "J’apprends à lire avec Pilou et Lalie " ?
http://ecole-vivante.com/lect1-grat.pdf

C’est cette méthode que j’ai utilisée pour apprendre à lire à mes deux filles. L’une lisait couramment avant le CP (et n’a pas fait de CE1) et l’autre quelques semaines après la rentrée.

Finalement, je me dis que le choix de la méthode n’est peut-être pas aussi important, quand il s’agit d'un enfant à qui on apprend à lire à la maison. Mais je ne suis pas un spécialiste !

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Asha Kraken le Sam 26 Oct 2013 - 13:48

Pour ma part, je pense que le choix de la méthode est loin d'être anodin, surtout pour un apprentissage à la maison, les méthodes à fort départ syllabiques (merci les PE pour l'initiation à la terminologie Wink ) sont d'un emploi bien plus spontané pour un parent lambda . Je ne suis peut-être pas objective , ayant appris avec Mico, mais sur les conseils de posteurs, j'ai acquis Léo et Léa (ma mère m'a fait passer sa "méthode Boscher" de sinistre mémoire...araignée ) et ma cocotte se débrouille bien (elle demande à lire Léo et Léa avant de se coucher). 
Je précise que je reprends des trucs avec elle car elle a des troubles lourds et spécifiques , pas pour parasiter ce qu'elle fait en classe. Et bien même avec un handicap de taille, elle se débrouille dans le déchiffrage et la compréhension de ce qu'elle lit (bien qu'elle semble trouver curieux que Milo avale la fffuméélecteur ).

Asha Kraken
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Olympias le Sam 26 Oct 2013 - 14:16

C'est drôle, mais j'ai appris à lire à des adultes étrangers avec la méthode Boscher.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Instructeurpublic le Sam 26 Oct 2013 - 15:02

J'ai appris à lire à ma filleule avec la méthode Boscher. Elle savait lire avant la rentrée de CP.

Instructeurpublic
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Camille87 le Sam 26 Oct 2013 - 15:08

Ma mère m'a également appris à lire avec cette méthode, un peu avant le CP. Au CP, on avait Boule et Bill (méthode mixte il me semble)

Camille87
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par doublecasquette le Sam 26 Oct 2013 - 15:12

@Boubous a écrit:Dans quelle catégorie, classeriez-vous "J’apprends à lire avec Pilou et Lalie " ?
http://ecole-vivante.com/lect1-grat.pdf

C’est cette méthode que j’ai utilisée pour apprendre à lire à mes deux filles. L’une lisait couramment avant le CP (et n’a pas fait de CE1) et l’autre quelques semaines après la rentrée.

Elle part du mot et conduit vers la lettre : c'est une méthode alphabétique à départ analytique.
Elle conduit à un réinvestissement rapide et complet des éléments pour écrire et lire de nouveaux mots : c'est une méthode alphabétique à visée synthétique.
Elle ne néglige pas le sens et fait en sorte que l'enfant s'investisse dans ce qu'il fait grâce à la présence de personnages récurrents attachants : c'est une méthode de lecture active et motivante.

Elle fait donc partie des méthodes qui apprendront à lire vite et bien à une immense majorité d'enfants de cinq à sept ans.

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Dalilah le Sam 26 Oct 2013 - 15:24

Ma mère m'a appris à lire avec la méthode Boscher dès mes 3 ans. Je savais lire à 4 ans. Je ne m'étais pas confrontée à l'écrit avant. J'ai toujours été bonne en orthographe. Il faudra combien de témoignages aux "spécialistes de l'apprentissage de la lecture" pour remettre en question l'inanité de leur idéologie affraid

Dalilah
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par carolette le Sam 26 Oct 2013 - 15:25

@Spinoza1670 a écrit:Encore une citation : Philippe Jovi, professeur de philosophie, ancien instituteur :

Philippe Jovi a écrit:Personne n'a jamais appris à lire avec la méthode Boscher.
La citation complète http://www.neoprofs.org/t66350p20-mon-fils-est-en-cp-et-j-ai-peur-help#2204795 :
Philippe Jovi a écrit:
@anthinéa a écrit:J'ai besoin de votre avis d'expertes de maitresse de CP.
Voilà Célian apprend à lire en semi globale : amorce avec un album et quelques syllabes.
Il a énormément de mémoire et ne fait pas d'effort et l'assume pleinement. ..
C'est plus facile comme ça maman
Alors, je ne sais pas si je suis une "maîtresse experte" (un "maître expert", en l'occurrence) mais j'ai enseigné dix ans en CP avant de bifurquer complètement. Aussi, je me permets de vous livrer mon point de vue ... à toutes fins utile. Sachez que j'ai toujours enseigné selon la méthode dite "naturelle' mise au point par Célestin Freinet. Cette méthode est une méthode avec départ global qui doit son qualificatif ("naturelle") au fait que, vous et moi, lisons "naturellement" de cette façon : en règle générale, nous ne déchiffrons nullement ce que nous lisons mais nous reconnaissons globalement, non seulement des mots, mais, le plus souvent, des groupes de mots. Donc nous faisons appel, effectivement, à notre mémoire visuelle qui détecte des patterns, c'est-à-dire des structures syntaxiques signifiantes. La différence entre un "bon" et un "mauvais" lecteur se situe ici : le "bon" a mémorisé un beaucoup plus grand nombre de patterns que le "mauvais". Résultat des courses : celui-ci déchiffre laborieusement quand celui-là lit vite et facilement. Pour autant, l'apprentissage du déchiffrage est indispensable lorsqu'il s'agit d'apprendre des termes nouveaux ou d'exercer son esprit critique sur le contenu d'un texte (par exemple lorsqu'on se demande si le verbe est au singulier ou au pluriel parce qu'on a un doute quant au sujet de ce verbe). Bref, lorsqu'on lit, la mémorisation et la restitution globales des formes signifiantes est la règle, le déchiffrage syllabique est l'exception. Et heureusement, car seul le premier processus donne l'accès au sens (ba, li, tou, mo, etc., c'est rigolo, mais ça lasse vite un être intelligent : ça n'a aucun sens !)

@anthinéa a écrit:Franchement je trouve qu'il regresse. ..
Il déchiffrait très bien en Fin de MS/debut GS des syllabes simples comme pi/pa/ma/mo /ta/ti,  des mots simples et je l'avais surpris à lire tout seul dans sa chambre
Encore une fois, déchiffrer n'est pas lire. Pour un enfant de 4-5 ans, déchiffrer est un jeu comme un autre. Commencer à lire en est un autre, beaucoup plus complexe, celui-là. Donc, il ne "régresse" pas : il passe d'un jeu facile à un jeu plus difficile dans lequel il a, provisoirement, de moins bons résultats. Ce qui est normal.

@anthinéa a écrit:Dans devient Avec,  maman ( qu'il sait écrire depuis ses 3 ans) devient mardi. ...
Bref j'ai peur. .. Autre chose il commence à mélanger les lettres,  Il me soutient voir LI à la place de IL,  RO  à la place d' OR. ..
Est ce qu'il pourrait être dyslexique?
Cela n'a rien à voir avec la dyslexie. Ou alors, nous sommes tous et toutes dyslexiques. Car nous autres, "bons" lecteurs, faisons tous ce genre d'erreur, lorsque, exceptionnellement, nous nous évertuons à déchiffrer, par exemple les composants d'une molécule sur une boîte de médicament (faites le test, vous verrez).

@ysabel a écrit:j'ai eu exactement le même cas avec mon fils (sauf que les syllabes ne sont arrivées qu'en fin d'année !) Il est devenu totalement réfractaire à l'école tout simplement et définitivement.
J'ai réussi à le reprendre en début de CE1 avec la méthode Boscher et il a su lire - ouf... parce qu'il a un caractère de cochon...
pendant longtemps il a confondu b/p et d/b
Personne n'a jamais appris à lire avec la méthode Boscher. Celle-ci est très efficace uniquement avec des lecteurs débutants qui possèdent déjà un capital suffisant de structures signifiantes reconnues globalement. Ce qui est généralement le cas pour une grosse majorité d'enfants entrant au CP : ils sont, à leur insu, baigné dans un univers socio-culturel dans lequel l'écrit est omniprésent. Ils sont donc capables de reconnaître spontanément un assez grand nombre de mots. Cela dit, l'apprentissage trop précoce (par exemple, dès le début du CP, voire plus tôt) du déchiffrage syllabique est très risqué en ce qu'il fait, justement, perdre à l'enfant ses réflexes de bon lecteur potentiel, à savoir reconnaître globalement du sens.

@dandelion a écrit:Ma fille aussi a une méthode globale et je fais de la lecture chaque soir mais j'ai dû lutter pour qu'elle cesse de deviner (je la grondais un peu 'lire ce n'est pas deviner')
Ben non ! C'est juste le contraire : lire c'est deviner, et même interpréter et anticiper. Dans l'acte de lire, c'est le sens qui compte, pas la combinatoire syllabique. Déchiffrer est utile, indispensable même, mais ce n'est pas lire.

adelaïdeaugusta a écrit:Mais je laisse la parole à Roland Goigoux, qui l'exprime mieux que moi :

"Débarrassés du souci de comprendre le message écrit, puisque celui-ci est connu, les enfants peuvent se consacrer à l’étude du code écrit. C’est une véritable aventure « à la Champollion » qu’ils entreprennent, lorsqu’ils sont placés, comme le déchiffreur des hiéroglyphes, devant un message aux règles internes obscures mais dont la signification est claire. Comme Champollion, ils connaissent la signification du message, et cherchent, avec l’aide de la maîtresse et du groupe, à déduire le fonctionnement du système linguistique écrit. Tout au long de l’année, de texte en texte, l’exploration se poursuit, instituant la classe comme une communauté de chercheurs. C’est ainsi que les enfants conservent des phases initiales de l’apprentissage une idée de conquête, d’appropriation de secrets, qui conforte leur confiance en eux-mêmes et qui crée, dès le début, une connivence avec le langage écrit. »
Faux, lamentable et démagogique ! Faux : Champollion savait déjà lire lorsqu'il s'est attaqué au déchiffrage de la pierre de Rosette. Lamentable : faire oublier "la compréhension du message écrit", c'est le meilleur moyen de leur faire perdre le goût et la fonction de la lecture. Démagogique : un enfant de Cours Préparatoire n'est pas un linguiste.
Je suis consternée de lire encore cela, en 2013...

carolette
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Boubous le Sam 26 Oct 2013 - 21:09

@doublecasquette a écrit:
@Boubous a écrit:Dans quelle catégorie, classeriez-vous "J’apprends à lire avec Pilou et Lalie " ?
http://ecole-vivante.com/lect1-grat.pdf

C’est cette méthode que j’ai utilisée pour apprendre à lire à mes deux filles. L’une lisait couramment avant le CP (et n’a pas fait de CE1) et l’autre quelques semaines après la rentrée.

Elle part du mot et conduit vers la lettre : c'est une méthode alphabétique à départ analytique.
Elle conduit à un réinvestissement rapide et complet des éléments pour écrire et lire de nouveaux mots : c'est une méthode alphabétique à visée synthétique.
Elle ne néglige pas le sens et fait en sorte que l'enfant s'investisse dans ce qu'il fait grâce à la présence de personnages récurrents attachants : c'est une méthode de lecture active et motivante.

Elle fait donc partie des méthodes qui apprendront à lire vite et bien à une immense majorité d'enfants de cinq à sept ans.
Merci pour toutes ces précisions qui sont beaucoup plus claires que celles données dans le livre même.

J’ai découvert par hasard cette méthode au supermarché. Avant cette découverte, je bricolais pour ma fille des petits "trucs" à partir de mes souvenirs d’enfance, ayant moi-même appris à lire avec Mamadou et Bineta. Ça donnait du "toto tire nama", "papa a bu du dolo", "Bineta a une calebasse sur la tête" (mais Papa, c’est quoi une calebasse et pourquoi sur la tête ?Laughing), etc. donc des phrases faciles à lire. Mais j’étais très content de tomber sur ce livre qui m’a permis de faire une progression plus structurée.

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Sam 26 Oct 2013 - 22:03

Mamadou et Bineta ressemble beaucoup à Boscher pour ce qui est de la lecture et de l'écriture.
La version noir et blanc est consultable ici : Mamadou et Bineta (Afrique francophone, env. 1930)
Ce manuel est toujours édité dans ses deux versions - noir et blanc et couleur - chez Edicef-Hachette.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Sapotille le Dim 27 Oct 2013 - 1:11

Très, très mignon ce "J'apprends à lire avec Pilou et Lalie". !


Il donne vraiment envie de le faire découvrir à un futur lecteur !

Sapotille
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par InvitéA2 le Dim 27 Oct 2013 - 8:52

J'ai appris à lire avec la méthode Boscher. J'en garde de magnifiques souvenirs, cette méthode m'a donné le goût de la lecture. Ma maman m'avait acheté "La journée des tout petits" Smile alors que j'avais 4 ans.

InvitéA2
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Vudici le Dim 27 Oct 2013 - 9:20

@Sapotille a écrit:Très, très mignon ce "J'apprends à lire avec Pilou et Lalie". !


Il donne vraiment envie de le faire découvrir à un futur lecteur !
Je l'ai utilisé avec mon aîné, il y a ... près de 10 ans, gloups. C'est mignon, en effet, mais ça manque un peu de rigueur: les graphies et mots que l'enfant n'a pas encore vus sont en gris, mais pas toujours, donc il vaut mieux un parents attentif qui souligne tout ce que l'enfant lire lui-même.
Sinon, on a tous les deux aimé le graphisme des dessins et l'histoire suivie, qui constituait une récompense quand il avait lu "sa" page.
Là, mon ado est vautré dans le canapé avec le nouvel Astérix de son frère (il n'a pas de livre, il est puni, privé de bibliothèque). Je lui ai demandé s'il se souvenait de Pilou et Lalie... Il a souri et m'a dit "Des loutres..."

_________________
Front de Libération des Lichens Injustement Massacrés

Vudici
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Dim 27 Oct 2013 - 13:50

@Boubous a écrit:Dans quelle catégorie, classeriez-vous "J’apprends à lire avec Pilou et Lalie " ?
http://ecole-vivante.com/lect1-grat.pdf

C’est cette méthode que j’ai utilisée pour apprendre à lire à mes deux filles. L’une lisait couramment avant le CP (et n’a pas fait de CE1) et l’autre quelques semaines après la rentrée.

Finalement, je me dis que le choix de la méthode n’est peut-être pas aussi important, quand il s’agit d'un enfant à qui on apprend à lire à la maison. Mais je ne suis pas un spécialiste !
C'est une méthode alphabétique (syllabique) dans la veine des "sami et julie", "téo et nina"... faite pour être utilisée notamment à la maison.

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par gelsomina31 le Lun 28 Oct 2013 - 18:09

Je ne comprends pas le titre de ce fil heu qui, d'ailleurs, me met mal à l'aise... Neutral 

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !

Salut et fraternité!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par gelsomina31 le Lun 28 Oct 2013 - 18:10

Coindeparadis : j'adore ton nouvel avatar! topela 

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !

Salut et fraternité!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Lun 28 Oct 2013 - 18:14

cf. citation de Brissiaud au début :

Rémi Brissiaud - http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-erreur-orthographique-l-apprentissage-implicite-et-la-question-des-methodes-de-lecture-ecriture[/mention] a écrit:
Une grande variété de méthodes est donc envisageable mais, dans cet ensemble de méthodes possibles, il en est une qu’il faut situer en opposition complète avec la méthode naturelle orthographique : c’est la méthode synthétique stricte, celle qui est censée permettre « aux enfants de faire méthodiquement le rapport entre la forme écrite d’une lettre et le son qu’elle donne » (Gilles de Robien, 2006) et dont le parangon est la fameuse méthode Boscher. Sur le versant de la production d’écrit, à travers une activité comme la dictée de syllabes, on illusionne l’enfant sur l’orthographe du français : que faut-il écrire quand on entend le son [so] : so, sot, seau, sceau ou saut ? Et sur le versant de la lecture, l’enfant est longtemps confronté à un écrit simplifié à l’extrême du point de vue orthographique : « la pipe de papa ». Ce mode de traitement pédagogique de l’orthographe ne peut avoir que des conséquences catastrophiques pour les enfants les plus en difficulté (rappelons que lorsque la méthode Boscher était à son apogée, vers 1960, près de 30 % des enfants redoublaient le CP !). Avec cette méthode, les enfants qui découvrent tardivement le principe alphabétique (fin de CP, début de CE1), le découvrent alors qu’ils ont fréquenté sur une longue durée un écrit aux marques orthographiques réifiées. Lorsqu’ils commencent enfin à lire et écrire de « vrais mots » dans de « vraies phrases », ils ont une orthographe déplorable en situation de production et ils « butent » en situation de lecture sur tous les mots qui ne s’écrivent pas comme ils se prononcent. A ce moment, seule une rééducation orthographique peut laisser espérer qu’ils accèdent un jour à une lecture courante.

 Lorsqu’on analyse les méthodes du point de vue adopté dans ce texte, la méthode naturelle orthographique et la méthode synthétique stricte apparaissent ainsi comme des extrêmes. Mais en l’occurrence, les extrêmes ne se valent pas ! Certes, on peut reprocher à la méthode naturelle orthographique de devoir être confiée à un praticien expert, un praticien qui « ne laisse pas échapper les occasions » de favoriser la découverte du principe alphabétique [27]. Mais quand c’est le cas, on peut considérer que c’est une des meilleures méthodes imaginables. En revanche, la méthode synthétique stricte, même confiée à un praticien expert (mais quel expert en voudrait ? [28]), n’en conduirait pas moins à ses conséquences funestes en termes d’échec scolaire.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Ruggera7 le Lun 28 Oct 2013 - 18:24

Moi aussi, j'ai appris à lire à mes enfants avec Boscher. Je ne suis pas spécialiste de la primaire mais elles sont excellentes en orthographe!
Moi, en CP, j'avais appris avec Daniel et Valérie et par nostalgie, j'avais racheté ces ouvrages...

Ruggera7
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par gelsomina31 le Lun 28 Oct 2013 - 18:27

donc le titre du fil est une boutade, une provocation? Tu as juste lancé un fil sur Boscher, en fait?
Désolée de ne pas avoir lu le début du fil avec plus d'attention. Je n'avais pas l'esprit à ça. Wink

_________________
Fear buildswalls.Hope builds bridges !

Salut et fraternité!

gelsomina31
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Lun 28 Oct 2013 - 18:27

J'adore furieux . Que dirait ce monsieur s'il voyait mes petits non francophones lire des bibliothèque rose (mini) et en comprendre le sens, après un enseignement de la lecture où ils ont été illusionné par "la pipe de papa" et son écriture. !!
@gelsomina : c'est mon avatar "préparation du concours".

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum