Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Lun 4 Nov 2013 - 17:53

Je ne remets pas en cause la capacité du Boscher à enseigner la lecture, mais je trouve qu'il existe des méthodes faisant appel à des "héros récurrents" davantage susceptibles d'accrocher les élèves. Des vieilles comme Mico ou des plus récentes comme Bulle, Taoki, les Alphas, les méthodes du SLECC...

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Lun 4 Nov 2013 - 18:07

Il n'y a pas forcément de lien entre la grande gravure et les mots ou les phrases. Beaucoup de mots sont difficiles ou renvoient à des entités peu connues des enfants des villes. Beaucoup de phrases sortent de nulle part et n'ont aucun lien entre elles, à part le fait qu'elles contiennent des mots comportant le graphème du jour.

Pour un enfant d'aujourd'hui, cela doit être encore plus dur : vocabulaire renvoyant à des réalités disparues et effort d'attention (à cause des écrans, cf. TV Lobotomie).

Il faudrait analyser cela page par page, et pour chaque édition (1906 : édition noir et blanc, pas de grande gravure en haut de page ; illustrations de Duchesne, couverture verte : date ? et illustrations de Garnier, couverture rouge : date ?).

Pour éviter cet effet abrutissant et ennuyeux de lire des mots qui ne renvoient à rien, il est écrit dans la préface :
"Pour chaque Journée, l'image et parfois un ou plusieurs mots des textes de lecture fourniront des sujets d'observation, d'élocution et de langage, ainsi que des exercices de dessin, de modelage et de travail manuel."

Préface complète (édition Garnier) : http://ecolereferences.blogspot.com/2011/09/conseils-boscher-lecture-ecriture.html

Demande d'aide : Qui a le livre Boscher couverture verte (illustrations Duchesne) ? Si oui, pouvez-vous vérifier s'il comporte une préface et si elle est identique à celle retranscrite plus haut ?

Il y a de vieilles méthodes de lecture qui proposaient déjà plus de "sens" pour aller vite (même s'il faut écrire tout un bouquin sur le mot "sens").
Cf. Les belles images de Jauffret : http://manuelsanciens.blogspot.com/2012/11/edouard-jauffret-les-belles-images.html

Je viens de lire le message de Coindeparadis : d'accord avec ce qu'elle dit et c'est justement là le problème. Puisqu'il y a des méthodes plus sympas, plus accrocheuses, comportant plus des petites histoires lisibles dès le début, on ne va pas trouver l'énergie de défendre Boscher en montrant qu'il permet d'apprendre efficacement à lire (en ajoutant les leçons de choses, dessins, etc, pour éviter le caractère abstrait et mécanique de la lecture-pas de signifié, cf. passage cité de la préface), même s'il y a peut-être encore plus efficace. Or il faut se méfier : car, si l'on se place du point de vue de Brissiaud (Bosscher = parangon de toutes les méthodes synthétiques) le fait de perdre la place-forte Boscher peut affaiblir la défense de toutes les méthodes alphabétiques.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Lun 4 Nov 2013 - 18:32

J'ai une édition de 1984 avec couverture verte mais illustrée par Garnier. Une préface qui détaille la méthode.
Certains reproches faits au Boscher le sont aussi pour Léo et Léa (phrases sans liens, vocabulaire complexe...). Mais cette dernière méthode a su aussi se moderniser, intégrer des personnages... Ce côté intermédiaire (valeur sûre de la méthode et supports modernes) en fait d'ailleurs son succès.

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par adelaideaugusta le Lun 4 Nov 2013 - 18:49

De plus, et je l'ai déjà dit, les enfants mis en difficulté après la GS et un début de CP avec des méthodes non alphabétiques paniquent en voyant la densité des textes du Boscher : j'en ai fait plusieurs fois l'expérience.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par adelaideaugusta le Lun 4 Nov 2013 - 18:57

@coindeparadis a écrit:J'ai une édition de 1984 avec couverture verte mais illustrée par Garnier. Une préface qui détaille la méthode.
Certains reproches faits au Boscher le sont aussi pour Léo et Léa (phrases sans liens, vocabulaire complexe...). Mais cette dernière méthode a su aussi se moderniser, intégrer des personnages... Ce côté intermédiaire (valeur sûre de la méthode et supports modernes) en fait d'ailleurs son succès.
Même si elle ne plaît pas à tout-le-monde, Léo et Léa reste une valeur sûre.
Ma fille institutrice l'a utilisée en ZEP pendant 4 ans avec succès.
Ayant un CE2 en ZEP et ZUS (zone urbaine sensible) à Grenoble l'année dernière, avec 12 élèves non lecteurs, elle les a récupérés avec Léo et Léa.
Une jeune maîtresse nouvelle dans cette école a été horrifiée par la méthode utilisée (Abracadalire !!!, pour des petits immigrés !!!) et utilise délibérément Léo et Léa.

ps : j'ai l'édition Boscher de 1984, rééditée en 2002.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par doublecasquette le Lun 4 Nov 2013 - 18:59

En méthode alphabétique à départ synthétique, je me permets de rappeler l'excellent manuel écrit par Muriel Strupiechonski, membre du GRIP, que personnellement je trouve nettement supérieur et à Boscher et à Léo et Léa :
http://www.slecc.fr/CP_lecture2_SLECC.htm


_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.



Papote aussi par là : http://salledesmaitres.forumactif.org/
et là : http://www.slecc.fr/forum_0910/index.php

Et puis par là : http://doublecasquette3.eklablog.com/

doublecasquette
Prophète


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Lun 4 Nov 2013 - 19:01

@coindeparadis a écrit:J'ai une édition de 1984 avec couverture verte mais illustrée par Garnier. Une préface qui détaille la méthode.
Certains reproches faits au Boscher le sont aussi pour Léo et Léa (phrases sans liens, vocabulaire complexe...). Mais cette dernière méthode a su aussi se moderniser, intégrer des personnages... Ce côté intermédiaire (valeur sûre de la méthode et supports modernes) en fait d'ailleurs son succès.
Je n'ai pas le premier Léo et Léa, mais le dernier ne comporte des phrases sans liens que dans la page de gauche, je crois. Pour la page de droite, les liens sont au moins sous-entendus. Et le vocabulaire complexe, un tout petit petit petit peu comparé au Boscher. Mais là encore ce sont des impressions persos. Il faudrait que j'analyse en détail.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Lun 4 Nov 2013 - 19:11

@doublecasquette a écrit:En méthode alphabétique à départ synthétique, je me permets de rappeler l'excellent manuel écrit par Muriel Strupiechonski, membre du GRIP, que personnellement je trouve nettement supérieur et à Boscher et à Léo et Léa :
http://www.slecc.fr/CP_lecture2_SLECC.htm

Oui, mais comme "Boscher est le parangon des méthodes synthétiques et que ces méthodes produisent des effets catastrophiques en orthographe (et quand ces méthodes étaient employées, 30 % des cp redoublaient etc etc etc)"
Pour Brissiaud, et beaucoup d'autres, c'est comme de dire que c'est la meilleure des méthodes de m...
Donc, d'après moi, mais c'est à discuter, la bonne stratégie, c'est de prouver, si c'est possible, que malgré ses défauts, Boscher correctement utilisé (cf. préface) permet d'apprendre correctement à lire et de manière non abrutissante. Alors a fortiori, une méthode ayant les qualités du Boscher plus d'autres qualités supplémentaires s'ajoutant à ces dernières et se composant avec elles (cf. remarques de l'autre fois sur synergie, système) pour produire un apprentissage optimum.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Boubous le Lun 4 Nov 2013 - 19:59

@Spinoza1670 a écrit:Donc, d'après moi, mais c'est à discuter, la bonne stratégie, c'est de prouver, si c'est possible, que malgré ses défauts, Boscher correctement utilisé (cf. préface) permet d'apprendre correctement à lire et de manière non abrutissante.
Ça ne serait pas valable pour les autres méthodes (Gafi, Ratus et autres) ?Smile

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Volubilys le Lun 4 Nov 2013 - 20:21

J'ai utilisé Léo et Léa pendant des années, et si j'avais à nouveau un CP je pense que je la reprendrais.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.

Volubilys
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Sapotille le Lun 4 Nov 2013 - 20:26




flower 


Dernière édition par Sapotille le Mar 12 Nov 2013 - 13:47, édité 2 fois

Sapotille
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Lun 4 Nov 2013 - 20:32

@Spinoza1670 a écrit:Oui, mais comme "Boscher est le parangon des méthodes synthétiques et que ces méthodes produisent des effets catastrophiques en orthographe (et quand ces méthodes étaient employées, 30 % des cp redoublaient etc etc etc)"
Pour Brissiaud, et beaucoup d'autres, c'est comme de dire que c'est la meilleure des méthodes de m...
Donc, d'après moi, mais c'est à discuter, la bonne stratégie, c'est de prouver, si c'est possible, que malgré ses défauts, Boscher correctement utilisé (cf. préface) permet d'apprendre correctement à lire et de manière non abrutissante. Alors a fortiori, une méthode ayant les qualités du Boscher plus d'autres qualités supplémentaires s'ajoutant à ces dernières et se composant avec elles (cf. remarques de l'autre fois sur synergie, système) pour produire un apprentissage optimum.
Il faudrait que je relise cet ouvrage http://www.priceminister.com/offer/buy/6040953/Boutonnet-Rachel-Pourquoi-Et-Comment-J-enseigne-Le-B-A-Ba-Livre.html que je n'ai plus, pour répondre partiellement à ta question.
Mais si j'avais totalement le choix de ma méthode, maintenant, je serais tentée par "un Cp avec papyrus" avec le court départ des Alphas préconisé. Parce que, comme la méthode de DC, on a une approche globale de la langue écrite : lecture, écriture, grammaire...
Faut-il défendre à tout prix Boscher (choisi par mauvaise foi justement pour son côté désuet) ? Ou faire connaître d'autres méthodes "domestiques" aux parents (comme l'arbre aux sons) puisque ce sont eux qui sont le contre-pouvoir ?


Dernière édition par Hermione0908 le Lun 4 Nov 2013 - 20:46, édité 1 fois (Raison : Balises de citation)

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Mar 5 Nov 2013 - 19:55

Voici le chapitre consacré à l'apprentissage de la lecture au CP : http://ecolereferences.blogspot.com/2013/11/la-lecture-au-cp-par-rachel-boutonnet.html

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Mar 5 Nov 2013 - 20:39

Ce qui me dérange dans son mode opératoire c'est qu'elle fait appel à la mémoire plus qu'à la lecture. C'est elle qui lit en premier, elle fait relire aux meilleurs élèves ... de sorte que les plus mauvais récitent de mémoire. D'ailleurs elle vante dans sa conclusion les vertus du rabâchage. Je lui préfère la multiplicité des exercices et des supports de lecture (merci la page des copines "rue des instits"), car ainsi je suis certaine que l'élève lit vraiment.

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Mer 6 Nov 2013 - 7:37

Mireille Usséglio, Enseignante spécialisée AIS - Conseillère pédagogique a écrit:La méthode syllabique, une méthode élitiste !
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/lecture_6.aspx

Cette "bonne vieille méthode" aboutissait à 30 % de redoublants au CP, à une époque où la moitié des enfants quittaient l'école sans aucun diplôme…
Il est temps de réfléchir sérieusement. Le code alphabétique définit les relations entre les 26 lettres et les 36 sons de notre langue. C'est déjà un premier problème : 26 / 36 … Il n'y a pas de correspondance terme à terme.

C'est comprendre que pour écrire la syllabe [sã], il faut associer dans le bon ordre les deux sons [s] + [ã]. C'est apprendre et mémoriser qu'il existe de multiples possibilités d'écriture de cette syllabe : Voici les difficultés liées au fonctionnement de notre langue écrite auxquelles les enfants doivent être confrontés pour apprendre à lire et à écrire. C'est là, la réalité linguistique à laquelle personne ne peut échapper. On en mesure la complexité !

Que nous proposent les adeptes de la syllabique ? Selon eux, il faudrait : - Dire dans un 1er temps à l'enfant : "b" et "a" ça fait "ba" et ne lui donner à "lire" que des mots où "ba" se lit [ba].
- Dans un second temps lui dire "b" et "an" ça fait "ban" comme dans bande, ruban…en évitant soigneusement ce jour là, la rencontre avec le mot "banane"…

Autrement dit, ces "pédagogues" nous proposent de construire un apprentissage basé une succession d'affirmations fausses.

Il faut le dire : C'est une méthode élitiste ! Parce que seuls, les enfants qui ont le désir de lire parce qu'ils savent ce que cela va leur apporter, qui ont les compétences langagières ( vocabulaire et syntaxe ) liées à la langue écrite, qui ont la certitude que ce qui est écrit a un sens qu'ils pourront comprendre, seuls ceux-là peuvent tirer profit de l'enseignement incohérent de l’approche syllabique du code grapho-phonique.

Mais n’est-ce pas là, le but des initiateurs de cette campagne ? Il suffit d’aller sur les sites de ces "groupes de pressions indépendants" × ultra conservateurs qui ne cachent même pas leurs objectifs de réformes telles que " faire des classes socialement hétérogènes mais intellectuellement homogènes", ou "supprimer le collège unique" et "créer un examen d'entrée en sixième", ou encore « créer les conditions d’une concurrence ouverte et équitable entre le secteur public et les initiatives privées.

Texte intégral :
http://www.cafe-leblog.net/index.php?2005/12/13/30-l-enseignement-de-la-lecture#co

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Mer 6 Nov 2013 - 7:47

André Ouzoulias, IUFM de Versailles (Rémi Brissiaud, Jacques David) a écrit:
Il est pleinement connu du ministre de l'Education nationale, comme des professionnels de l'enseignement, que la quasi-totalité des enfants en grande difficulté en lecture au-delà du CP ont été instruits selon des méthodes syllabiques. Les difficultés en lecture ne relèvent pas toujours d'une identification malhabile des mots écrits, mais concernent au moins autant la compréhension des textes. La méthode idéovisuelle n'a été pratiquée, à partir de la fin des années 70, que par une toute petite minorité de maîtres et a quasiment disparu du paysage pédagogique. «la méthode syllabique pure» de M. Boscher n'avait pas la magie que lui prêtent ses partisans : à l'apogée de sa diffusion, au milieu des années 1960, plus de 30 % des enfants redoublaient le CP ! C'est également l'époque du «boum de la dyslexie».

Texte intégral : Libération 15/01/2006

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Mer 6 Nov 2013 - 8:02

Roland Goigoux a écrit:La méthode obligatoire

Pourquoi jugez-vous la méthode syllabique inappropriée ?

Cette méthode repose exclusivement sur une démarche synthétique : elle va de l'étude des lettres à celle des syllabes écrites puis aux mots et aux phrases (cf. la circulaire du 3 janvier). À cette fin, elle considère la conscience phonémique comme un prérequis, ce qui pénalise une forte minorité d'élèves comme le confirment l'Observatoire national de la lecture et l'Inspection générale : "Les méthodes de lecture syllabiques traditionnelles qui partent de l'idée que p + a = pa est le point de départ de l'apprentissage de la lecture ne peuvent être retenues en l'état. [...] Cette prise de conscience phonémique est le résultat de l'enseignement qui est dispensé en grande section de maternelle, absente de la réflexion ministérielle, puis au cours préparatoire à travers des activités spécifiques d'analyse phonologique et d'écriture tâtonnée.

Ignorant tout cela, le ministre prend pour modèle la méthode syllabique Léo et Léa qu'il demande à tous les éditeurs scolaires d'imiter. Dans ce manuel, avatar moderne de la méthode Boscher, les textes soumis aux élèves sont exclusivement rédigés avec des mots constitués de syllabes connues. [...] Le vocabulaire choisi ne tient aucun compte du sens et de l'intérêt du texte pour les élèves, ni de leurs connaissances lexicales.

Dans la mesure où les méthodes syllabiques, dans leur souci de simplification extrême, confondent la lettre et le son, elles retardent l'étude des graphèmes complexes. Ainsi, dans Léo et Léa, le phonème /o/ est exclusivement associé à la lettre o jusqu'à la 41è leçon de l'année, obligeant les auteurs à fabriquer des pseudo récits tels que : «Léa sort le cheval. Faro le mord». [...] et à différer au troisième trimestre l'introduction de mots tels que beau, auto ou château.

Pire encore, de nombreux mots, parmi les plus fréquents du français ne sont jamais proposés aux élèves car ils sont irréguliers ou trop complexes du point de vue graphophonologique. Sur ce point aussi, les méthodes syllabiques sont en contradiction flagrante avec les programmes en vigueur qui demandent aux enseignants d'introduire des mots fréquents dès le début de l'année, «pour l'essentiel des mots outils» dont «la forme orthographique est mémorisée». Pas un seul «et», «dans» ou «un» dans les dix premières leçons de Léo et Léa ; pas une seule fois le verbe «être» conjugué au présent. Plus de la moitié des vingt mots les plus fréquents de la langue française n'est jamais lue au cours du premier trimestre.

Dans les méthodes syllabiques, plusieurs mois sont ainsi consacrés à l'étude de phrases simplement juxtaposées, loin des récits de la littérature pour la jeunesse que les élèves avaient l'habitude de travailler à l'école maternelle : tous les verbes sont au présent, on ne trouve pas de connecteurs, peu de substituts nominaux ou pronominaux, etc.

L'enseignement de la compréhension, pourtant exigé par les programmes, n'y est pas assuré. De manière plus générale, l'entrée dans la culture de l'écrit (ses oeuvres, ses codes linguistiques et ses pratiques sociales) est délaissée. L'accès au livre est réservé aux bons élèves, ceux qui ont terminé leurs exercices avant les autres. Les activités d'écriture (au sens de production de textes courts avec l'aide de l'enseignant) y sont absentes au début de l'apprentissage alors que les recherches indiquent leur importance pour tous les apprentissages langagiers, y compris celui du code alphabétique.

Pour toutes ces raisons, les instituteurs et professeurs des écoles ont abandonné les méthodes syllabiques pour les remplacer progressivement par des méthodes basées sur des progressions phonémiques que l'on peut qualifier d'intégratives car elles visent tous les apprentissages évoqués ci-dessus en interaction et tout au long du cycle 2.

Ces enseignants sont convaincus que l'école ne doit pas déléguer aux familles des pans entiers de l'enseignement si elle ne veut pas contribuer à accroître les inégalités sociales. Se limiter au B-A, BA est de ce point de vue tout aussi inacceptable que de ne pas le prendre sérieusement en charge.

http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/contribs_goigoux3.aspx

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Mer 6 Nov 2013 - 9:09

Je prendrai du temps pour présenter ce qui se fait en lecture dans les pays russophones (ex pays soviétiques par vraiment élitistes...).

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par adelaideaugusta le Mer 6 Nov 2013 - 9:16

Autre exemple de la géniale pensée goigousienne :

« Nous montrons, par exemple, l’intérêt de prendre appui sur les textes mémorisés par cœur (comptines, titres d’ouvrages, extraits de récits, etc.) afin d’étudier l’organisation de la langue écrite. Débarrassés du souci de comprendre le message écrit, puisque celui-ci est connu, les enfants peuvent se consacrer à l’étude du code écrit. C’est une véritable aventure « à la Champollion » qu’ils entreprennent, lorsqu’ils sont placés, comme le déchiffreur des hiéroglyphes, devant un message aux règles internes obscures mais dont la signification est claire. Comme Champollion, ils connaissent la signification du message, et cherchent, avec l’aide de la maîtresse et du groupe, à déduire le fonctionnement du système linguistique écrit. Tout au long de l’année, de texte en texte, l’exploration se poursuit, instituant la classe comme une communauté de chercheurs. C’est ainsi que les enfants conservent des phases initiales de l’apprentissage une idée de conquête, d’appropriation de secrets, qui conforte leur confiance en eux-mêmes et qui crée, dès le début, une connivence avec le langage écrit. »
(Cahiers pédagogiques, n° 352, mars 1997. Texte donné au concours des  IUFM en 2002.)

Je pense que Goigoux n'a aucune idée du génie absolu qu'est Champollion.

J'ai encore vu hier un pauvre petit garçon, en CE1, qui relisait péniblement des pages de Ratus, en buttant à chaque mot. en effet, le son "oi" y est abordé dès les premières pages, alors que c'est un des plus difficiles.
Je m'occupais pendant ce temps de deux petites filles en CE2, leur apprenant à lire l'heure. L'une avait tout compris, l'autre rien à faire. En français, dans un petit exercice sur les terminaisons de verbes des deuxième et troisième groupes, elle li...un livre, tu dor..., l'une savait tout, l'autre mélangeait le genre, le nombre, le nom, le verbe,ne sachant pas ce que représentent le singulier, le pluriel, la cata.
Je lui ai fait un petit récapitulatif à apprendre.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Boubous le Sam 9 Nov 2013 - 12:22

@coindeparadis a écrit:Ce qui me dérange dans son mode opératoire c'est qu'elle fait appel à la mémoire plus qu'à la lecture. C'est elle qui lit en premier, elle fait relire aux meilleurs élèves ... de sorte que les plus mauvais récitent de mémoire. D'ailleurs elle vante dans sa conclusion les vertus du rabâchage. Je lui préfère la multiplicité des exercices et des supports de lecture (merci la page des copines "rue des instits"), car ainsi je suis certaine que l'élève lit vraiment.
La mémorisation et le rabâchage font quand même partie de l’apprentissage de la lecture, non ?
Je me souviens encore de mes premières "lectures" :
tête, tête, la tête
tête, tête, ma tête
tête, tête, ta tête
tête, tête, sa tête
Etc.
Tous les soirs, mes sœurs aînées répétaient en boucle ces séries à ma mère. Et à force de les entendre, j’ai fini par en connaître une bonne partie avant même d’être au CP.
Donc, les enfants qui mémorisent bien ou rabâchent (à la maison, en particulier) apprennent à lire plus vite que les autres. Et on peut bien le constater à l’école avec les enfants d’une même classe qui ont des temps d’apprentissage très différents.

Boubous
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Sam 9 Nov 2013 - 12:30


Lire c'est être capable d'appréhender un mot inconnu (jamais lu, voire jamais rencontré). On est loin du rabâchage, cher aux méthodes telles que Ribambelle, Que d'histoires ou A l'école des albums.
Dans l'exemple que vous donnez, je doute qu'il s'agisse de lecture au sens strict.
C'est au contraire en manipulant les syllabes papi,papa, pipi, api... qu'on amène l'élève à regarder le texte qu'il a sous les yeux et non à le réciter. Je ne crois pas que ce soit le "rabâchage" maison qui fasse avancer les élèves mais davantage le bain de lecture familial qu'ils peuvent connaître.

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par e-Wanderer le Sam 9 Nov 2013 - 13:13

Pour ma part, j'ai appris à lire à peu près tout seul. En maternelle, on avait appris à reconnaître les lettres et un peu à les écrire. Pour les grandes vacances, mes parents m'avaient acheté une BD d'Astérix, qu'ils m'avaient lue plusieurs fois (comme un livre d'histoires, en somme). Ensuite, ils me voyaient tourner les pages et rigoler tout seul, sans s'en préoccuper davantage. Sauf que comme je connaissais les lettres, j'ai naturellement reconstitué les mots et à la fin de l'été, je savais lire parfaitement. Je me souviens aussi qu'on était parti en camping cet été-là, et que je m'amusais à déchiffrer à haute voix les affiches publicitaires au bord de la route. Mes parents me disaient de ne pas le faire, car ils voulaient que j'attende le CP pour apprendre à lire. Donc j'ai continué à lire les affiches, mais en silence : on ne peut pas empêcher un gamin d'apprendre à lire s'il en a envie. Résultat, je n'ai pas fait de CP...

Tout ça pour dire que les pédagogues fous qui disent que la méthode syllabique est "has been" ou artificielle se trompent complètement : c'est au contraire une méthode tout à fait intuitive et naturelle. Il y a 20 siècles, Quintilien expliquait déjà que c'était la meilleure façon de procéder. Aujourd'hui, je constate chez mes étudiants à l'université les dégâts provoqués par les apprentis-sorciers de la pédagogie, et je trouve effarant qu'on leur donne encore les pleins pouvoirs avec les ESPE et la réforme des concours.  Et tout aussi ahurissant qu'on en soit encore à discuter de ces évidences après plusieurs décennies d'échec patent.


Dernière édition par e-Wanderer le Sam 9 Nov 2013 - 17:21, édité 1 fois

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par Spinoza1670 le Sam 9 Nov 2013 - 14:03

Remarque qui interrompt le cours de la discussion : Michel Delord me mettait en garde l'autre jour contre la tentation de considérer la méthode Boscher uniquement comme une méthode de lecture.
Il considère cela comme un piège énorme.

Qu'il ait ou non raison, - à vous d'aller y voir - , je relaie son message. Plusieurs hommes avertis valent mieux qu'un homme averti. Et comme un homme averti en vaut deux, on peut assister à une multiplication des hommes avertis...

Voir son article déjà cité : 09 Mai 2006 - Réponse à J.-P.Brighelli : 'La méthode Boscher n’est pas une méthode de lecture' ou 'Ne pas confondre Couteau et Service trois pièces'. (je rajoute qu'il y a même plus que trois pièces dans ce service).

PS : La plupart des textes de MD sur la lecture sont listés ici : http://michel.delord.free.fr/txt-md-lecture.html

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par coindeparadis le Sam 9 Nov 2013 - 16:11

Oui et ... non (je ne suis pas normande). Service 3 pièces voire ménagère si l'on porte un regard datant du début du siècle (l'autre). Mais aujourd'hui, on ne peut sérieusement considérer que le Boscher est une méthode de maths ou de langage...

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi

coindeparadis
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par adelaideaugusta le Sam 9 Nov 2013 - 17:11

@e-Wanderer a écrit:Pour ma part, j'ai appris à lire à peu près tout seul. En maternelle, on avait appris à reconnaître les lettres et un peu à les écrire. Pour les grandes vacances, mes parents m'avaient acheté une BD d'Astérix, qu'ils m'avaient lue plusieurs fois (comme un livre d'histoires, en somme). Ensuite, ils me voyaient tourner les pages et rigoler tout seul, sans s'en préoccuper davantage. Sauf que comme je connaissait les lettres, j'ai naturellement reconstitué les mots et à la fin de l'été, je savais lire parfaitement. Je me souviens aussi qu'on était parti en camping cet été-là, et que je m'amusais à déchiffrer à haute voix les affiches publicitaires au bord de la route. Mes parents me disaient de ne pas le faire, car ils voulaient que j'attende le CP pour apprendre à lire. Donc j'ai continué à lire les affiches, mais en silence : on ne peut pas empêcher un gamin d'apprendre à lire s'il en a envie. Résultat, je n'ai pas fait de CP...

Tout ça pour dire que les pédagogues fous qui disent que la méthode syllabique est "has been" ou artificielle se trompent complètement : c'est au contraire une méthode tout à fait intuitive et naturelle. Il y a 20 siècles, Quintilien expliquait déjà que c'était la meilleure façon de procéder. Aujourd'hui, je constate chez mes étudiants à l'université les dégâts provoqués par les apprentis-sorciers de la pédagogie, et je trouve effarant qu'on leur donne encore les pleins pouvoirs avec les ESPE et la réforme des concours.  Et tout aussi ahurissant qu'on en soit encore à discuter de ces évidences après plusieurs décennies d'échec patent.
veneration veneration veneration 

Malheureusement, ces gens-là tiennent toujours : je suis en train d'éplucher un livre qui vient de sortir : "Échec scolaire, la grande peur ".
Décrochage, prévenir, aider, accompagner. De Julie Chupin, journaliste pendant treize ans au Monde de l'éducation, maintenant directrice de cabinet à la région Limousin. Elle est tellement imprégnée de la lecture de son cher Philippe Meirieu qu'elle lui emprunte souvent son "angélisme béat".
Ce trrrrrrrès grand pédagogue (sic) lui a d'ailleurs préfacé ce bouquin. (patronné par la Fondation HSBC pour l'Education, et par la Fondation d'entreprise LA MONDIALE !!!!!) Quand je pense que certains ne peuvent pas trouver d'éditeurs pour leurs bons ouvrages qui feraient justement qu'il n'y ait pas des centaines de milliers de ces fameux "décrocheurs" !! Que tout cela est triste.

Je retrouve ce petit texte sur sa trouble personnalité.

"Meirieu

« Un acte, un geste, une certaine modalité de notre prise sur le monde et les choses, une opération mentale par laquelle nous tentons de nous relier au savoir, une structuration fugace et qui disparaît sans doute avec le mouvement qui l'institue, mais qui, un instant, nous met en correspondance avec les choses et nous permet de les comprendre. »

(Philippe Meirieu, Apprendre...oui, mais comment ? )

Lumineux, non ?

Il faut savoir que Philippe Meirieu a fait des études de Philosophie et n'a jamais réussi à décrocher l'agrégation (il n'a d'ailleurs aucun vrai diplôme d'enseignement), mais un diplôme pompeusement intitulé "doctorat de pédagogie".

La compréhension de Husserl et de la phénoménologie est l'une des choses les plus ardues qui soient. J'en parlais l'autre jour avec une personne (la seule que je connaisse ici) qui a fait des études sérieuses de philosophie. Il a été l'élève d'un professeur assez célèbre à Tours, spécialiste de la phénoménologie.

Philippe Meirieu (ou une de ses disciples) a manifestement repris ici sans rien y comprendre le concept d'intentionnalité et de visées des "essences" (que Husserl appelle "Ideen") et qui ne sont pas les essences au sens traditionnel du terme (le sens du mot a évolué au cours des siècles), mais plutôt les "significations" (la conscience transcendantale vise l' essences des phénomènes (leur signification), à travers l' "intentionnalité".

Cette démarche implique dans un premier temps l'époché, c'est-à-dire la mise entre parenthèses de la perception commune et du monde tel que nous le percevons, démarche analogue à celle de Descartes dans "Les Méditations métaphysiques", dont Husserl se réclame (il reprend la notion "d'ego transcendantal").

Husserl explique que toute conscience est "conscience de quelque chose".

Les choses ne sont pas "contenues dans la conscience", la conscience n'est pas immanente aux objets du monde et elle n'est pas elle-même un objet, elle est transcendance pure.

Le but de Husserl est le même que celui de Kant avec la mécanique de Newton, à savoir la refondation philosophique des sciences de son temps, la recherche de l'activité de la raison dans les sciences : comment et pourquoi "réussissent"-t-elles ? Qu'est-ce qui distingue la pensée scientifique de la pensée ordinaire, etc.

Il est absurde de projeter ces notions hâtivement "pompées" sur Husserl (via J.P. Sartre) pour évoquer un processus d'apprentissage, surtout à destination de jeunes enseignants.

La vérité est que Philippe Meirieu est un "demi-savant" (et je suis gentil en disant cela) et ses disciples le singent avec ce salmigondis incompréhensible (qu'ils ne comprennent pas d'ailleurs eux-mêmes)."

Bien sûr, je n'y comprends rien, les philosophes du forum apprécieront.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rémi Brissiaud : "Méthode Boscher : quel expert en voudrait ?"

Message par adelaideaugusta le Sam 9 Nov 2013 - 17:30

@Spinoza1670 a écrit:Remarque qui interrompt le cours de la discussion : Michel Delord me mettait en garde l'autre jour contre la tentation de considérer la méthode Boscher uniquement comme une méthode de lecture.
Il considère cela comme un piège énorme.

Qu'il ait ou non raison, - à vous d'aller y voir - , je relaie son message. Plusieurs hommes avertis valent mieux qu'un homme averti. Et comme un homme averti en vaut deux, on peut assister à une multiplication des hommes avertis...

Voir son article déjà cité : 09 Mai 2006 - Réponse à J.-P.Brighelli : 'La méthode Boscher n’est pas une méthode de lecture' ou 'Ne pas confondre Couteau et Service trois pièces'. (je rajoute qu'il y a même plus que trois pièces dans ce service).

PS : La plupart des textes de MD sur la lecture sont listés ici : http://michel.delord.free.fr/txt-md-lecture.html
Et alors, comment définit-on une "méthode de lecture" ??

Cela, c'en est peut-être une ??

                                "  4 – 6   ans


mon  premier apprentissage de la  lecture     par Jeanine  Cougnenc éditions Retz
                                                                                                            (Extraits)

Des mots en mémoire

Il est nécessaire  que l’enfant démarre son apprentissage par l’acquisition d’un capital de mots. Plus tard, quand ce capital sera suffisant, nous pourrons combiner ces mots pour en faire des phrases.

Adulte : Regarde bien le dessin. Il représente une…..
Enfant : Tête de clown.

Pour débuter, il est indispensable de toujours inclure l’article dans la question afin que le nom figure seul dans la réponse de l’enfant. Sinon, quand il passera à la lecture, il risque de faire une confusion entre les deux mots (article, nom commun).


L’anticipation qui aide la lecture

Un bon lecteur pratique rarement une lecture intégrale ; la plupart du temps, il anticipe, devine des bribes de phrases. En s’appuyant sur le dessin ou sur les mots qu’il connaît bien, l’enfant lui aussi est capable d’anticiper, de deviner. Pour susciter ce comportement, source de progrès, nous avons introduit des mots nouveaux à deviner dans des phrases composées de mots très connus. Ne proposez donc votre aide que si l’enfant vous le demande.


Faire des mots comme un puzzle

Pour progresser, en lecture comme dans tout apprentissage, l’enfant tâtonne. Il émet des hypothèses, vraies ou fausses. Avec les exercices d’anticipation, nous l’avons encouragé à deviner un mot inconnu à l’intérieur d’une phrase qu’il pouvait lire. Nous devons maintenant l’aider à limiter et à vérifier ses hypothèses en lui fournissant le moyen de réduire peu à peu la marge de ses erreurs dans le cas où plusieurs synonymes conviendraient pour le mot à trouver. Il faut alors que l’enfant puisse s’appuyer sur certains repères. Souvent, la lettre ou la syllabe initiale connue lui permettent déjà d’orienter et de contrôler ses recherches.

Entoure le mot fille comme sur le modèle

                                        fille                           fiche

bille                              trille                       habille
brille                                 fibre

fille                     ballon                          quille                      

                                           tulle                           elle

           folle                                      fille            



Barre la lettre qui a été ajoutée à chaque ligne

Lis ou devine     me
                         mer
                         mère
                         merle
                         merles


Nous vous proposons une démarche qui tient compte des plus récents travaux sur la lecture. Pas de présentation méthodologique – et souvent fastidieuse – des lettres et des sons ; plutôt les différents moyens de les présenter pour ne pas lasser l’enfant."

Qui est Jeanine Cougnenc : Jeanine Cougnenc, directrice d'école maternelle a enseigné la lecture à plusieurs générations d'enfants.
Avez-vous remarqué qu'il faut se méfier des éditions Retz ? C'est souvent de la m... , Mika, son avatar récent Fabulire, en sont de bons exemples.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)

adelaideaugusta
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum