Déprimée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Déprimée

Message par mask le Lun 23 Mar 2009 - 13:01

J'en ai marre... je me sens vraiment nulle comme prof actuellement? j'ai uniquement des classes gentilles et gérables, pourtant, avec moi, ça vire au bazar. Je n'arrive pas à comprendre ce que je fais mal pour que ce soit ainsi. les autres n'ont pas ces problèmes.
1ère heure aujourd'hui: les élèves arrivent, me demandent si on va voir le film que j'ai fait d'eux (on a fait un travail sur la mise en scène). je réponds que non mais que je l'ai envoyé à TF1. J'ai vite regretté ma blagounette car bordel de cinq minutes où chacun y va de ses commentaires, j'ai eu beaucoup de mal à les calmer, d'autant que ma voix porte peu.
Ensuite, cours sur la versification, hormis quelques chuchotements, cela se passe bien. Enfin, exercices. Je leur dis de se mettre au travail et passe dans les rangs pour expliquer. Dès que j'ai le dos tourné, tout un groupe se met à bavarder, total, j'ai dû rester au bureau à els surveiller et n'ai pas pu aider les élèves en difficultés...

2ème heure: Cours sur la vie de Molière, les élèves avaient des questions que l'on reprend. Au début ça va. Tout à coup, tous les élèves éclatent de rire en même temps car j'ai évoqué les spectacles de rue (apparemment, la façon dont j'ne ai parlé leur a fait penser à un élève). je leur demande pourquoi ils rient, ils me répondent: parce que Benj. fait ça aussi. Je dis: bon, OK, maintenant on se remet au travail, mais le reste du cours, ils passaient leur temps à ricaner en regardant l'élève en question. A la fin, je réalise qu'une élève a un chewing gum. je lui fais copier des lignes.

3ème heure: Même cours sur Molière. jeu de questions réponses. Quelques élèves prennent la parole sans lever le doigt, je les reprends. je m'aperçois qu'un élève perçu comme pertubateur fait tout autre chose (bricolage) je lui confisque ses affaires. Il récidive avec d'autres affaires. Je l'exclue de cours et l'envoie en étude.

Voilà comment se sont passé ems trois heures ce matin et pourquoi je déprime tellement. Naturellement, je n'ai aucune autorité. je tente de compenser avec uns système de note d'application et de punition mais comme vous le voyiez, ça marche mal.. je ne sais plus comment faire pour compenser mon manque d'autorité. Je ne peux pas crier car j'ai très peu de voix. Je n'en impose pas non plus. Bref, je me demande si la seule solution ne serait pas la démission car plus els années passent et plus mes doutes s'accroissent.
J'ai détaillé les situations pour que vous puissiez me dire ce que j'aurais dû faire, pourquoi cela n'a pas marché.
désolée et merci des conseils

mask
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déprimée

Message par Pseudo le Lun 23 Mar 2009 - 13:09

Ecoute, d'après ce que tu décris je ne vois rien de bien étonnant : tu décris des cours comme beaucoup ici en vivent, me semble-t-il.
Peut-être devrais-tu autoriser des moments de décompression sans culpabiliser (éclats de rire de temps en temps, 5 minutes de commentaires, enfin, les petites choses que tu décris). Tu ris avec eux, et ensuite tu leur dis clairement : "allez, on a bien ri, maintenant on continue". Tu devra peut-être le dire deux fois, puis le répéter individuellement à un ou deux, et c'est tout.
Pour le "bricoleur", l'humour peut fonctionner et ne pas donner un ton dramatique à l'affaire avec une exclusion de cours.

Je me demande si tu n'as pas juste besoin de te détendre. A moins que ta description des choses reste en dessous de ce que tu vis, mais sinon, je ne vois rien de bien grave.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déprimée

Message par Hamlette le Lun 23 Mar 2009 - 13:12

Je crois que cette histoire d'autorité "naturelle", c'est en partie de la foutaise. L'autorité n'est pas une aura que certains auraient et d'autres pas, et qui ferait qu'un prof bien doté n'aurait jamais à lever le petit doigt pour se faire respecter. Certes, il y a des silhouettes, des voix, qui font naturellement peur aux élèves, mais s'il n'y a pas de véritable autorité derrière, les élèves s'en rendent compte bien vite (surtout de nos jours où le respect de la personne du professeur ne va plus de soi. Les élèves testent les profs, tous les profs).

Je ne saurais définir l'autorité en soi, mais elle repose en tout cas sur un système d'actions et de réactions que tu décides consciemment. Dans tout ce que tu racontes, on peut constater que tu ne laisses pas passer les écarts, et c'est déjà bien.

Après, tu as quand même cette impression d'échec. Plusieurs explications sont possibles :
- tu as peut-être commencé l'année en laissant passer des choses, et ils ont pris des libertés. Il va leur falloir du temps pour comprendre qu'une bêtise est forcément suivie d'une réaction.
- tu n'as peut-être pas l'air assez sûre de toi. Mais encore une fois, ce n'est pas une histoire d'aura naturelle, c'est un rôle à composer sciemment, et à jouer. Personnellement, il m'a fallu du temps pour ne pas m'en vouloir quand je punissais. Ce n'est qu'une fois que le sentiment de culpabilité a été dissipé que j'ai pu mieux gérer mes classes.

-enfin, et c'est peut-être le plus important : tu dis que "les autres n'ont pas ces problèmes" ; en es-tu sûre ??? Les autres collègues ont peut être les mêmes soucis que toi et se gardent bien de t'en parler. D'autre part, tu as peut-être pour certaines classes des horaires plus difficiles que d'autres à gérer. Et enfin, les autres collègues ont peut-être un seuil de tolérance au bazar plus élevé que le tien, tout simplement. Ces collègues ne se plaindront donc jamais, et ne donneront pas l'impression d'avoir des problèmes.

Courage, tout cela peut se maîtriser, tu n'as pas à culpabiliser !

Hamlette
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Merci pour ta réponse

Message par mask le Lun 23 Mar 2009 - 13:20

Ce qui s'est produit est bien ce que j'ai raconté, rien de pire.
Mais j'ai l'impression que cela n'arrive qu'avec moi, mes collègues ne parlent pas de ce genre d'attitude et quand je passe devant les salles de cours, j'entends leur voix, jamais d'éclats de rires et de chuuts comme je suis obligée d'en faire.
Je complexe par rapport à ces profs. moi, à chaque heure, je dois faire des remarques pour des bavardages, enlever des points à au moins une note d'application pour qu'ils soient moins agités. J'envie mes collègues qui s'imposent plus facilement. peut-être que j'idéalise mais 'jai vraiment l'impression qu'eux n'ont aucun problème et font leur cours dans une ambiance de mouche qui vole.
Peut-être as-tu raison, leurs réactions me font peur et j'ai dû mal à le prendre avec distance et recul car je mes en en danger à ce moment là, j'ai l'impression que je n'arriverais pas à les remettre au travail, je me sens très petite face à ce groupe, j'ai l'impression de ne pas faire le poids au vrai sens du terme (je suis très menue, mes élèves sont presque tous d'un gabarit plus important que moi). Du coup, l'humour me fait défaut, je me crispe et reprends le cours stressée, en parvenant encore moins à les intéresser.
Penses-tu que ces réactions des élèves sont normales dans un cours? j'ai tjs l'impression que cela épingle mon manque d'autorité...
je 'nai jamais été voir d'autres cours donc je ne sais pas trop mais il me semble que quand j'étais à l'école, il n'y avait pas de réactions de ce genre des élèves! Donc je me dis que c'est ma faute...


Dernière édition par mask le Lun 23 Mar 2009 - 13:24, édité 2 fois

mask
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Et Pour Mushroom

Message par mask le Lun 23 Mar 2009 - 13:23

J'ai sans doute été trop laxiste.

Le problème, c'est que dans les réactions collectives, où tout le groupe ricanne, je ne sais pas quoi faire!

mask
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déprimée

Message par Reine Margot le Lun 23 Mar 2009 - 13:24

je pense que ce sentiment de moins bien faire que les autres est très répandu notamment quand on est jeune. Les collègues, c'est connu, n'ont jamais de problèmes. Quand on se rend compte que soit les gens ne veulent pas dire les choses, soit qu'ils relativisent par rapport à telle classe "qui est pire", soit qu'ils sont pls tolérants face au bruit, etc...ben des difficultés on en a tous. Surtout face à des classes où des élèves, pas méchants, n'ont simplement jamais appris à canaliser leur énergie, à attendre la parole, etc...
la classe dont je suis PP a mauvaise réputation et elle est pénible. Tout le monde se plaint notamment de leur manque de travail. je fais une fiche de suivi collective. Réaction de qques collègues: oh, pour tous, tu es sûre? bref....

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déprimée

Message par Reine Margot le Lun 23 Mar 2009 - 13:27

je pense que la difficulté est de ne pas douter de soi. S'ils voient que tu es sûre de toi, que leurs ricanements ne t'atteignent pas, ils cesseront. prends des décisions mais en ne leur montrant aucun signe de doute ou d'hésitation, même si tu as l'impression de faire une chose que tu vas regretter. c'est comme un capitaine face à un iceberg: si le capitaine a l'air de savoir ce qu'il fait, on a beau foncer dedans, on y va. il sera temps de gérér l'iceberg ensuite.

j'ajouterais que c pareil en salle des profs: il vaut mieux ne pas trop se plaindre de telle ou telle classe, et donner l'impression que tout va bien, sans quoi on passe pour le prof en difficluté, etc...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déprimée

Message par Hamlette le Lun 23 Mar 2009 - 13:39

Je comprends ce que tu ressens.

Et oui, ces réactions d'élèves sont normales ! Ne les compare par à ce que toi tu as connu en tant qu'élève, car il y a trop de paramètres qui diffèrent (tu étais sans doute une bonne élève, dans une classe correcte). Dis toi qu'ils n'ont rien de particulier contre toi, qu'ils jouent leur rôle d'élève, et que ce rôle ne les détermine pas en tant qu'individu.

Ensuite, si tu penses avoir été "trop laxiste", encore une fois, ne t'en veux pas. Tu n'as pas été "trop laxiste", tu leur as d'abord fait confiance : quoi de plus normal au fond ??? Maintenant oui, tu sais qu'on ne peut pas leur faire confiance d'emblée, et que cette confiance, ils doivent la gagner. Mais ce n'est pas ta faute.

Avec cet état d'esprit, tu stresses, et c'est normal de ne pas être au top de ton humour, de ta réactivité etc. Je sais que c'est rageant, culpabilisant, mais dis toi une chose : ton message prouve que tu réfléchis à tout cela, que tu te remets en question et que tu cherches à évoluer. Alors ça va mettre du temps, mais tu y arriveras.

Enfin, dis toi que le bazar collectif, c'est dur à gérer pour tout le monde ! Même pour les dinosaures ; j'ai une collègue qui prend sa retraite l'année prochaine, qui n'a habituellement pas de problèmes, et qui est tombée cette année sur une classe de seconde horrible dont elle ne peut rien faire car ils sont tous irrécupérables...

C'est pourquoi il est important de sanctionner la moindre chose dès le départ, tant qu'on peut cibler les perturbateurs. Personnellement, j'avais du mal au début (parce qu'on se dit : oh, je ne vais pas le punir pour si peu.... et après un deuxième fait pareil, et un autre et un autre et c'est fichu). Et un jour, en septembre, j'ai disputé un élève qui ne faisait "que" chuchoter pendant que je parlais, en me disant "dispute-le, il le mérite, tu lui donneras une médaille quand il te prouvera qu'il peut t'écouter".

Bon, ça c'est bon au début de l'année. Et là c'est un peu tard.

Quant tout le groupe t'embête, tu peux changer de modalité de travail. S'ils bavardent ou ricanent, tu passes à un travail à l'écrit (à prévoir), éventuellement ramassé ou noté s'ils ont vraiment dépassé les bornes. Ils doivent comprendre qu'ils n'ont rien à gagner à agir ainsi. Evidemment, tu vas avoir peur de certaines réflexions :"mdame c'est pas juste, nous on parlait pas !" Prépare ta parade : "ceci n'est pas une punition, je change les modalités de travail car l'attitude de certains élèves m'empêche de continuer ce que j'avais prévu. C'est dommage, mais c'est la seule solution pour que tout le monde travaille, car c'est ça le plus important".

Bon, c'est un truc, je ne dis pas que c'est une recette magique ! A chacun de trouver sa manière de réagir en fonction de sa manière d'être. Mais une chose est sûre : les élèves sentent ta peur, exactement comme l'explique Marquise !

Hamlette
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déprimée

Message par Invité le Lun 23 Mar 2009 - 16:54

Les remarques qui t'ont été faites sont toutes justes et sensées ; moi non plus, je ne vois rien de très grave, mais si tu vis mal ces petites remarques, demande-toi ce qui est important pour toi, et non ce que devrait être une classe "dans l'idéal". Les conditions idéales, on les atteint rarement, et on peut difficilement en faire une référence ultime, sinon c'est du perfectionnisme exacerbé.
Considérant que l'autorité, c'est un peu "être auteur" (bien que ce ne soit pas l'étymologie exacte), on peut se dire que l'essentiel est de se laisser guider par quelques principes sur lesquels on ne veut pas transiger, quitte à être plus cool sur d'autres choses. En classe, je ne bataille pas sur tout : un élève qui a un chewing-gum, je le lui fais cracher. Si évidemment il en reprend un la seconde d'après, là je le punis. En revanche, l'élève qui bavarde en même temps que moi, je ne le supporte pas. Comme on te l'a dit, c'est une question de tolérance personnelle, c'est tout ce qui compte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum