Octobre-Novembre 2013 : 18e salon du livre d'Alger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Octobre-Novembre 2013 : 18e salon du livre d'Alger

Message par John le Jeu 31 Oct 2013 - 13:32

Le mot du commissaire

Un âge de maturité

Organiser un évènement de la taille et de l’importance du Salon International du Livre d’Alger est à la fois une belle mission et une lourde responsabilité. Contribuer à la promotion du livre dans notre pays ; offrir aux professionnels du secteur et aux auteurs une vitrine et un cadre de rencontre et d’échange ; apporter à nos concitoyens, dans un esprit serein et convivial, un moment privilégié de découverte : voilà essentiellement pour ce qui a trait de la beauté de cette mission.

Mais, pour y parvenir, il faut d’abord mettre en place une organisation ventilée sur plusieurs niveaux et sollicitant de nombreux interlocuteurs : depuis les premiers concernés (éditeurs, écrivains…) jusqu’aux divers corps de métiers qui interviennent dans le montage de ce rendez-vous annuel : douaniers, transitaires, transporteurs, aménageurs de stands, etc. sans oublier les médias dont l’audience permet de décupler le rayonnement du SILA. Il faut aussi réunir les conditions nécessaires à l’accueil et la sécurité de flux importants de visiteurs, dépassant depuis quelques années déjà le million d’individus et concentrés sur dix jours de manifestation.

Arrivé à sa 18e édition, le SILA entre dans un âge de maturité et, plus que jamais, l’attention doit être portée sur la qualité de son organisation et de son animation en les améliorant de manière progressive et significative. L’objectif est d’atteindre en 2015, pour la vingtième édition, un niveau proche des meilleurs salons du livre tout en continuant à assumer la dualité du SILA qui est à la fois un rassemblement professionnel et une fête populaire autour du livre.

Nous avons entamé cet effort déjà dans le choix des dates de la manifestation, en tenant compte des remarques formulées l’an dernier par les visiteurs relayés par les médias, de même que des avis exprimés par plusieurs exposants algériens et étrangers. Une étude a permis de compléter ces points de vues, en tenant compte de divers facteurs : le positionnement dans le calendrier social (rentrée scolaire, vacances, jours fériés…) et l’agenda international des salons du livre, les caractéristiques climatiques saisonnières, etc. De là, ont été arrêtées les dates de déroulement de cette édition, soit du 30 octobre au 9 novembre. En les communiquant dès le mois de mars sur le site du SILA et à travers la presse, l’inscription des exposants a pu s’effectuer plus tôt que d’habitude. Nous comptons cependant améliorer cette avancée pour qu’à l’avenir, les dates de la prochaine manifestation puissent être communiquées au plus tard deux mois après la précédente.

Ceci a permis déjà d’accroître considérablement la participation au SILA puisque, cette année, il dépasse le chiffre record de 900 exposants issus de quatre continents. Mais il est clair que cet engouement n’est pas du seulement à une question de calendrier et une période plus précoce d’inscription. Les éditeurs ne s’engagent dans les manifestations qui leur sont consacrées que si elles peuvent répondre à leurs attentes. Et, de ce point de vue, le SILA apporte des arguments qu’ils savent évaluer et apprécier.

La manifestation attire un très large public avec une fréquentation qui se situe désormais parmi les plus importantes au monde et une influence arabe, africaine et méditerranéenne de plus en plus marquée. De plus, ses nombreux visiteurs et visiteuses ne se recrutent pas seulement parmi les particuliers à la recherche d’ouvrages qui leurs plaisent ou peuvent plaire à leurs familles. On y compte aussi des professionnels et des universitaires qui sont des prescripteurs de lecture auprès de leurs collègues et étudiants, ainsi que des distributeurs du livre ou des gestionnaires de bibliothèques préparant leurs commandes. De fait, même si le réseau national des librairies demeure insuffisant et connaît des problèmes divers, il existe une demande considérable portée par le système éducatif, la formation professionnelle, les bibliothèques universitaires, etc. Il s’agit d’un marché important et à fort potentiel qui, de plus, embrasse une diversité de genres et de langues.

Mais un Salon du Livre vaut aussi par son programme d’animation qui appuie la promotion des livres et lui confère une personnalité culturelle et une identité qui le distingue des autres. C’est l’un des axes d’effort pour lequel nous avons particulièrement œuvré cette année à partir d’une synergie avec diverses institutions culturelles concernées, d’une manière ou d’une autre, par le livre, la recherche et l’expression. C’est le cas du CNERPAH (Centre national d’étude et de recherche préhistoriques, anthropologiques et historiques), du FELIV (Festival de la littérature et du livre de jeunesse) ou encore du FIBDA (Festival international de la bande dessinée d’Alger). La cause du livre dans notre pays mérite la mobilisation de tous ses acteurs et c’est un processus qui ira en s’affirmant, le Comité du SILA étant là avant tout pour fédérer les énergies et les compétences.

Ceci a permis de produire un programme d’animation d’une plus grande diversité qui se décline en plusieurs espaces ouverts aux professionnels comme au public. Il s’agit des espaces Esprit Panaf – devenu une tradition depuis la 2e édition du Festival culturel panafricain d’Alger, en 2009 – ainsi que de trois autres espaces : Histoire/Actualité, Littérature et Nouveautés dans lequel seront mis en valeur des écrivains et essayistes récemment publiés. Un colloque international consacré à l’Afrique à travers les arts et les lettres vient enrichir cette offre de programme qui comprend, en outre, des focus, des ateliers de réflexion et une série d’hommages aux personnalités disparues en 2013. Ce sera aussi l’occasion de célébrer le centenaire de la naissance du grand écrivain Mouloud Feraoun.

Parmi les invités, où figurent de nombreux écrivains connus ou émergents, plusieurs personnalités de notoriété internationale seront présentes à cette édition du SILA et participeront à des rencontres avec le public, des auteurs, des universitaires, etc. Ceci sans compter les séances traditionnelles de dédicaces sur les stands d’éditeurs.

Autre effort sur lequel le Comité s’est penché, celui de la signalétique. En effet, le SILA ayant pris une envergure importante en termes de superficie et de lieux, il est devenu nécessaire d’offrir aux visiteurs un système d’orientation en mesure de l’aider dans l’organisation de leurs parcours. Dans cet esprit, les divers espaces d’animation ont été disposés sur les lieux centraux du SILA pour éviter leur éparpillement ou leur manque de visibilité.

Afin de permettre aux professionnels du livre, algériens et étrangers, de disposer d’un espace de rencontres et d’échanges, un Club des Professionnels leur sera réservé. Dans ce salon-cafeteria, éditeurs, auteurs, distributeurs et autres spécialistes pourront discuter au calme de leurs projets de partenariat, de réédition, de traduction, etc. Cet espace sera accessible également aux journalistes qui disposeront également, d’un centre de presse. Une équipe de professionnels des relations médias a d’ailleurs été mobilisée pour gérer ce centre, transmettre l’information, organiser des rendez-vous, etc.

Il reste à espérer que les jeunes, auxquels s’adresse la communication de cette édition du SILA, répondent à notre sollicitation en venant, encore plus nombreux que d’habitude, à cette manifestation que nous voulons toujours plus ouverte et profitable au public algérien comme à la famille des professionnels du livre en Algérie et dans le monde.

Par Monsieur Hamidou Messaoudi
Commissaire du SILA
http://www.sila-dz.com/sila-presentation.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum