Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
supersoso
Grand sage

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par supersoso le Mar 5 Nov 2013 - 20:20
@picardie02 a écrit:des conseils pour une PES complètement démotivée qui se fait descendre par ses formateurs qui pensent qu'elle est nulle et débile? Comment retrouver une motivation quand les objectifs donnés par les formateurs sont inatteignables? je ne vois donc pas comment progresser et leur donner ce qu'ils veulent. je sens la dépression arriver....
Bon déjà, premier conseil :  tu arrêtes de te dire que ça vient de toi. Nous avons tous vécu ça : les formateurs ne sont là que pour nous casser Razz Wink 
Et tu vas avoir plein d'injonctions contradictoires (et ce que tu feras pour plaire à l'un ne plaira pas à l'autre).

De ceci, on peut déduire le deuxième conseil : Tu dis d'accord à tout. Tu montres que tu travailles. Tu ne discutes pas ce qu'ils te disent sauf pour leur demander des approfondissements. Tu leur montres ce qu'ils veulent voir, c'est-à-dire : oui tu es nulle mais tu fais de ton mieux pour t'améliorer Wink Rolling Eyes . Ils veulent des fiches de preps pour tout. Alors quand ils viennent tu en fait pour tout. Ils veulent que tu fasses des séances de découvertes : alors tu le fais devant eux et tu montres surtout que tu as vu ce qui coinçait (ils aiment beaucoup l'auto-critique). Ce qu'ils t'ont dit de faire n'a pas marché ? Alors c'est de TA faute : tu le comprends bien et leur dit et redit et tu essaies de voir comment tu pourrais l'améliorer la prochaine fois (en utilisant des éléments de ce qu'ils t'ont dit, par exemple). On te dit de réinventer l'eau chaude : tu réinventes l'eau chaude quitte à dire après qu'elle n'est pas assez chaude par ta faute. Tu ne les contredis jamais (très très mauvais de les contredire), tu fais le moins de vagues possibles, tu prends ton mal en patience (et tu n'en penses pas moins le cas échéant). On te propose une remédiation ou autre : tu leur dit merci, que ça t'aide à voir ce qui te manque.

Et ça passera, ne t'inquiète pas. Bien évidemment c'est un système absurde ou tout le monde est perdant. Mais si ton but est d'être titularisée, tu y arriveras. Mais surtout ne t'oppose pas, ne cherche pas à faire de vague, ne rentre pas trop avec eux dans tes état d'âme (s'ils sentent une faille, ils appuieront dessus). Le système amène ce type de perversion. Alors protège-toi du mieux que tu peux (c'est-à-dire essaie de te garder des moments avec tes amis, tes proches, etc). Et une année avec une classe, même si elle est longue et douloureuse, est toujours très vite passée...

Courage fleurs fleurs2 

Dernière chose : pas de méthode syllabique (sauf avec des non-lecteurs à la rigueur), pas de SLECC ou autre (tu gardes ça pour après).
avatar
picardie02
Niveau 3

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par picardie02 le Mar 5 Nov 2013 - 21:05
@supersoso a écrit:
@picardie02 a écrit:des conseils pour une PES complètement démotivée qui se fait descendre par ses formateurs qui pensent qu'elle est nulle et débile? Comment retrouver une motivation quand les objectifs donnés par les formateurs sont inatteignables? je ne vois donc pas comment progresser et leur donner ce qu'ils veulent. je sens la dépression arriver....
Bon déjà, premier conseil :  tu arrêtes de te dire que ça vient de toi. Nous avons tous vécu ça : les formateurs ne sont là que pour nous casser Razz Wink 
Et tu vas avoir plein d'injonctions contradictoires (et ce que tu feras pour plaire à l'un ne plaira pas à l'autre).

De ceci, on peut déduire le deuxième conseil : Tu dis d'accord à tout. Tu montres que tu travailles. Tu ne discutes pas ce qu'ils te disent sauf pour leur demander des approfondissements. Tu leur montres ce qu'ils veulent voir, c'est-à-dire : oui tu es nulle mais tu fais de ton mieux pour t'améliorer Wink Rolling Eyes . Ils veulent des fiches de preps pour tout. Alors quand ils viennent tu en fait pour tout. Ils veulent que tu fasses des séances de découvertes : alors tu le fais devant eux et tu montres surtout que tu as vu ce qui coinçait (ils aiment beaucoup l'auto-critique). Ce qu'ils t'ont dit de faire n'a pas marché ? Alors c'est de TA faute : tu le comprends bien et leur dit et redit et tu essaies de voir comment tu pourrais l'améliorer la prochaine fois (en utilisant des éléments de ce qu'ils t'ont dit, par exemple). On te dit de réinventer l'eau chaude : tu réinventes l'eau chaude quitte à dire après qu'elle n'est pas assez chaude par ta faute. Tu ne les contredis jamais (très très mauvais de les contredire), tu fais le moins de vagues possibles, tu prends ton mal en patience (et tu n'en penses pas moins le cas échéant). On te propose une remédiation ou autre : tu leur dit merci, que ça t'aide à voir ce qui te manque.

Et ça passera, ne t'inquiète pas. Bien évidemment c'est un système absurde ou tout le monde est perdant. Mais si ton but est d'être titularisée, tu y arriveras. Mais surtout ne t'oppose pas, ne cherche pas à faire de vague, ne rentre pas trop avec eux dans tes état d'âme (s'ils sentent une faille, ils appuieront dessus). Le système amène ce type de perversion. Alors protège-toi du mieux que tu peux (c'est-à-dire essaie de te garder des moments avec tes amis, tes proches, etc). Et une année avec une classe, même si elle est longue et douloureuse, est toujours très vite passée...

Courage fleurs fleurs2 

Dernière chose : pas de méthode syllabique (sauf avec des non-lecteurs à la rigueur), pas de SLECC ou autre (tu gardes ça pour après).

Merci pour tous ces conseils!!!!! le problème c'est que je ne sais pas comment leur donner ce qu'ils veulent puisque leurs demandes me semblent infaisables!!!! de plus, j'ai déjà un passé dans l'EN (je ne de dévoilerai pas ici mais pas de problème en mp)qui joue en ma défaveur
avatar
Bourriquet
Niveau 10

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Bourriquet le Mer 6 Nov 2013 - 9:47
qu'est-ce qu'ils veulent ?

_________________
mon blog de bd :http://clairedebulle.blogspot.fr
ou là : https://www.facebook.com/pages/Claire-de-Bulle/460647100703982
ou là : https://twitter.com/ClairedeBulle0
avatar
supersoso
Grand sage

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par supersoso le Mer 6 Nov 2013 - 10:05
Oui difficile de te répondre plus précisément sans savoir ce qu'ils veulent précisément.
avatar
Bourriquet
Niveau 10

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Bourriquet le Mer 6 Nov 2013 - 10:54
en tout cas, Supersoso a entièrement raison : fais devant eux de l'auto-critique, montre que tu réfléchis, que tu analyses, que tu es bien consciente de ce qui ne va pas. Pose des questions, joue la naïve.

_________________
mon blog de bd :http://clairedebulle.blogspot.fr
ou là : https://www.facebook.com/pages/Claire-de-Bulle/460647100703982
ou là : https://twitter.com/ClairedeBulle0
avatar
zeprof
Vénérable

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par zeprof le Mer 6 Nov 2013 - 12:15
@Bourriquet a écrit:(dire que Jack a posé sa démission hier...
http://dangerecole.blogspot.fr/2013/11/blog-post_9418.html
si lui il part, moi aussi je pars...)
ben merde alors (désolée Embarassed ça m'a échappé !) si même lui arrête Sad 

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
Padre P. Lucas
Niveau 9

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Padre P. Lucas le Mer 6 Nov 2013 - 13:45
@auléric a écrit:oui on sent vraiment une grande lassitude
Allez, un vieux chant révolutionnaire pour vous remonter le moral :
L'école est finie ! "La rue est à nous ! Que la joie vienne !"
lol!
avatar
lapetitemu
Expert spécialisé

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par lapetitemu le Mer 6 Nov 2013 - 14:16
En fait, le pire, c'est qu'on exerce un métier qui pourrait être un métier génial (cumulant de la créativité, des relations humaines, une certaine indépendance - dans le sens où on est seul maître à bord quand on est devant les élèves -, une souplesse dans l'organisation de notre travail) et qui devient/est devenu (ça dépend où on en est dans notre désillusion...) un métier pourri (au sens propre et figuré).
Il n'y a pas forcément beaucoup de métiers où l'écart est si grand entre les représentations qu'on s'en fait et la réalité.
Même moi, fille de deux enseignants très critiques et aigris après les réformes etc, j'y croyais, en débutant.

Sinon, anecdote : mon heure de cours en 6e, ce matin, consistait à une étude du début du "Petit poucet". Les élèves lisaient le texte, puis répondaient à des questions que j'avais préparées. Une séance normale, quoi (seule concession à la modernité : l'utilisation de mon tout nouveau vidéo-projecteur, mais uniquement pour gagner du temps en n'ayant pas à écrire à la main les questions au tableau).
A la fin de l'heure, un élève s'exclame : "Madame, on pourra en faire plus, des séances comme ça ?" Quand je lui demande de préciser ce qu'il appelle "des séances comme ça" : "Ben, des séances où on lit un texte, puis on répond aux questions !".
Embarassed 
Voilà, ça résume bien, je crois, a) ma soumission inconsciente aux directives "d'en haut" (et pourtant je ne pense -pensais ? - pas être parmi le lot des moutons...), b) le fait que les élèves - les normaux, du moins - s'en contrefichent des cours gadgets et préfèrent de loin la méthode classique.
avatar
lalilala
Esprit sacré

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par lalilala le Mer 6 Nov 2013 - 14:26
C'est vrai ça et c'est normal. Les choses sont nettement plus claires pour les élèves quand on suit cette méthode (lecture/ questions/ correction).

_________________
Nuestra vida es un círculo dantesco.

Mon blog
avatar
lapetitemu
Expert spécialisé

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par lapetitemu le Mer 6 Nov 2013 - 14:33
En tout cas, ça fait vraiment bizarre de se faire remettre les idées en place, en dix secondes, par un élève de 6e !
On dit que la vérité sort de la bouche des enfants, là, en l'occurrence, c'est tout à fait ça...
avatar
Dinosaura
Habitué du forum

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Dinosaura le Mer 6 Nov 2013 - 15:09
Lapetitemu : Ce n'est pas toujours comme ça qu'on étudie un texte en Lettres, y compris au collège ? (Pardon pour la question naïve - mais non ironique - c'est juste que je ne suis pas prof de français).

Sinon, je partage moi aussi le désenchantement de ceux qui voyaient en ce métier davantage qu'un métier alimentaire, allez j'ose le mot, un métier un minimum intellectuel, de concepteur... Ce qui m'insupporte le plus en fait, comme d'autres l'ont déjà dit avant moi, c'est le nivellement par le bas, l'absence d'exigences que l'on nous demande d'avoir, le fait de ne pas devoir faire de vagues, de cacher la misère (intellectuelle) des élèves, de dire que c'est par la pédagogie ou des formations en pédagogie (socle, travaux de groupes etc) que l'on va résoudre tous les problèmes structurels issus du collège unique et de l'absence de moyens réels et de volonté politique (ou de démagogie). Bref, ce qui me déprime le plus aussi, c'est le formatage idéologique et les pressions que l'on subit (même par la force des choses, car les élèves qui nous arrivent des classes précédentes n'ont pas les bases, alors on rame de toute façon, quand bien même on tâcherait d'être exigeant...), l'infantilisation qui en découle... C'est encore plus frustrant que la dévalorisation sociale et financière je trouve. Mais tout fait système de toute façon.

_________________
"Le plus esclave est celui qui ignore ses chaînes."
avatar
Asha Kraken
Neoprof expérimenté

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Asha Kraken le Mer 6 Nov 2013 - 15:21
@Dinosaura a écrit:Lapetitemu : Ce n'est pas toujours comme ça qu'on étudie un texte en Lettres, y compris au collège ? (Pardon pour la question naïve - mais non ironique - c'est juste que je ne suis pas prof de français).

Sinon, je partage moi aussi le désenchantement de ceux qui voyaient en ce métier davantage qu'un métier alimentaire, allez j'ose le mot, un métier un minimum intellectuel, de concepteur... Ce qui m'insupporte le plus en fait, comme d'autres l'ont déjà dit avant moi, c'est le nivellement par le bas, l'absence d'exigences que l'on nous demande d'avoir, le fait de ne pas devoir faire de vagues, de cacher la misère (intellectuelle) des élèves, de dire que c'est par la pédagogie ou des formations en pédagogie (socle, travaux de groupes etc) que l'on va résoudre tous les problèmes structurels issus du collège unique et de l'absence de moyens réels et de volonté politique (ou de démagogie). Bref, ce qui me déprime le plus aussi, c'est le formatage idéologique et les pressions que l'on subit (même par la force des choses, car les élèves qui nous arrivent des classes précédentes n'ont pas les bases, alors on rame de toute façon, quand bien même on tâcherait d'être exigeant...), l'infantilisation qui en découle... C'est encore plus frustrant que la dévalorisation sociale et financière je trouve. Mais tout fait système de toute façon.
C'est également ce que je ressens, les injonctions culpabilisantes, contradictoires, la caporalisation, le caractère ubuesque de certaines expérimentations, la démultiplication de tâches dépourvues de sens, la déification de l'outil informatique me sont souvent plus insupportables que la vision de ma fiche de salaire (qui me navre, n'exagérons rien).


Dernière édition par Asha Kraken le Jeu 7 Nov 2013 - 16:04, édité 1 fois
avatar
Dinosaura
Habitué du forum

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Dinosaura le Mer 6 Nov 2013 - 16:16
Tout ce qui transforme l'école en un "lieu de vie" me navre... Et comme tout pousse en ce sens, j'ai le sentiment que notre liberté pédagogique (et notre relative liberté d'organisation) réduisent comme peau de chagrin...

_________________
"Le plus esclave est celui qui ignore ses chaînes."
avatar
lapetitemu
Expert spécialisé

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par lapetitemu le Mer 6 Nov 2013 - 17:00
@Dinosaura a écrit:Lapetitemu : Ce n'est pas toujours comme ça qu'on étudie un texte en Lettres, y compris au collège ? (Pardon pour la question naïve - mais non ironique - c'est juste que je ne suis pas prof de français).
Eh bien, pas forcément, quand on passe par du travail de groupe, l'entrée par l'histoire des Arts, par l'oral... Mais évidemment cela reste la méthode la plus sûre, la seule qui permette à tous les élèves de se mettre au travail et d'être lecteur.
InvitéZ
Niveau 4

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par InvitéZ le Mer 6 Nov 2013 - 23:22
@lapetitemu a écrit:Sinon, anecdote : mon heure de cours en 6e, ce matin, consistait à une étude du début du "Petit poucet". Les élèves lisaient le texte, puis répondaient à des questions que j'avais préparées. Une séance normale, quoi (seule concession à la modernité : l'utilisation de mon tout nouveau vidéo-projecteur, mais uniquement pour gagner du temps en n'ayant pas à écrire à la main les questions au tableau).
A la fin de l'heure, un élève s'exclame : "Madame, on pourra en faire plus, des séances comme ça ?" Quand je lui demande de préciser ce qu'il appelle "des séances comme ça" : "Ben, des séances où on lit un texte, puis on répond aux questions !".
Embarassed 
Voilà, ça résume bien, je crois, a) ma soumission inconsciente aux directives "d'en haut" (et pourtant je ne pense -pensais ? - pas être parmi le lot des moutons...), b) le fait que les élèves - les normaux, du moins - s'en contrefichent des cours gadgets et préfèrent de loin la méthode classique.
veneration
Non mais c'est pas possible, il faut faire remonter ça massivement aux inspecteurs. Ca suffit, on va quand même pas continuer à démolir ce qui fonctionnait bien...
Je suis comme vous, dépité, franchement... Sad

Je rêverais d'une grande mobilisation des profs, non pas pour une revalorisation des salaires (même si c'est tout aussi navrant), mais pour exprimer massivement et fortement notre ras-le-bol de ces réformes pédagogistes désastreuses pour les élèves.

_________________
Néoprof de Physique.
2012-2013 : Stage en lycée
2013-2014 : Néotit en CPGE scientifique
 lecteur
Contenu sponsorisé

Re: Vivement la rentrée... - la modeste histoire d'une déconfiture annoncée.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum