Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par User5899 le Mar 12 Nov 2013 - 23:12
@doublecasquette a écrit:
@Cath a écrit:Les ceusses qui ont les palmes académiques ?
Oui mais moi, on m'a palmée de force... Et ça n'a pas empêché qu'on me reproche de faire lire à mes élèves une partie de ce qu'ils auront à comprendre et de faire comprendre à mes élèves tout ce que je leur donne à lire Embarassed ...
On m'a palmé avec mon consentement. Ca n'empêche pas qu'on me reproche de nourrir mes pauvres ouailles avec du savoir mort Rolling Eyes
avatar
Olympias
Prophète

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Olympias le Mar 12 Nov 2013 - 23:14
Cripure a écrit:
@doublecasquette a écrit:
@Cath a écrit:Les ceusses qui ont les palmes académiques ?
Oui mais moi, on m'a palmée de force... Et ça n'a pas empêché qu'on me reproche de faire lire à mes élèves une partie de ce qu'ils auront à comprendre et de faire comprendre à mes élèves tout ce que je leur donne à lire Embarassed ...
On m'a palmé avec mon consentement. Ca n'empêche pas qu'on me reproche de nourrir mes pauvres ouailles avec du savoir mort Rolling Eyes
Zavez pas honte ??? Et moi, que puis-je dire avec mes dates et mes cartes datant de Saint-Glinglin ???
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par adelaideaugusta le Mar 12 Nov 2013 - 23:53
@Olympias a écrit:
Cripure a écrit:
@doublecasquette a écrit:Oui mais moi, on m'a palmée de force... Et ça n'a pas empêché qu'on me reproche de faire lire à mes élèves une partie de ce qu'ils auront à comprendre et de faire comprendre à mes élèves tout ce que je leur donne à lire Embarassed ...
On m'a palmé avec mon consentement. Ca n'empêche pas qu'on me reproche de nourrir mes pauvres ouailles avec du savoir mort Rolling Eyes
Zavez pas honte ??? Et moi, que puis-je dire avec mes dates et mes cartes datant de Saint-Glinglin ???
Méfie-toi quand tu parles de la Saint Glinglin :

La Saint-Glinglin est un jour fictif du calendrier liturgique catholique, utilisé pour renvoyer à plus tard voire à jamais l'accomplissement d'un événement. L'origine de l'expression vient de la déformation de seing (le signe)[réf. nécessaire] et glin, le son des cloches : cela voudrait donc dire, à l'origine, quand les cloches sonneront. « Avoir lieu à la saint-glinglin » est synonyme de « remettre aux calendes grecques », « à la semaine des quatre jeudis », « à Pâques ou à la Trinité » ou « quand les poules auront des dents ».

Mais aussi :Certaines personnes disent qu'en France, les étudiants en droit apprennent  l'anecdote suivante : un débiteur particulièrement astucieux se serait engagé à rembourser son créancier le jour de la saint-glinglin. Le créancier ne voyant rien venir aurait fini par porter l'affaire en justice. Le tribunal aurait, non sans humour, rendu le jugement suivant :
« Attendu que la saint-glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu'il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n'ont pu y trouver place ;
Attendu, en conséquence, qu'il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint-Glinglin ;
Par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, condamne le débiteur à payer la somme réclamée avant le 1er novembre. »
En droit, la saint-glinglin serait donc reportée à la Toussaint.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Spinoza1670 le Mer 13 Nov 2013 - 5:17
Ce commentaire est typique chez les défenseurs des méthodes intégratives (= mixtes à fort départ global, semi-globales).
Je pense que ces arguments un savant mélange de vrai et de faux, mais il faut le montrer par a + b.
Donc il faut plus de gens comme Luigi_B ou Doctor_Who.

st2l le 12/11/2013 à 09:48 a écrit:Je crois M que vous êtes très loin de ce qui se passe dans les classes. Malheureusement on le sait et tous vous le diront. 1er problème, il y a vraiment trop d'élèves en primaire et faire de la lecture à en moyenne 28 élèves par classe et une aberration. Par ailleurs, le problème n'est pas la méthode, mais le temps qui y est consacré.
Puis ensuite, sur le constat définitif que nous produisons des imbéciles incompétents... si seulement c'était vrai. Savez-vous que dans toutes les études sur l’illettrisme, c'est-à-dire ceux qui peuvent lire un texte sans le comprendre, les plus touchés sont... Les personnes de plus de 50 ans !
Mais comme il est de bon ton de casser sans cesse du sucre sur le dos de l'enseignement en accusant l'écrasante absurdité du système de l'EN (qui soit dit en passant est une vieille antienne des libéraux et des néo-libéraux qui ne prient que par une école privée sous contrat... Et mettre fin à cette "caste" de gaucho professorant !) alors vos articles trouvent un écho tout désigné dans votre lectorat. Il est bien beau de sortir de tels articles, non seulement à aucun moment il n'y a un aspect constructif, vous ne proposez rien, mais pire, il est contredit par les faits. Vous prétendez que nous fabriquons des analphabètes et des illettrés, ce qui est faux.
En revanche, nous sommes mal classés au classement PISA, ce qui est vrai, mais en l’occurrence, notre problème ne vient pas de la méthode d'enseignement, mais des conditions d'enseignement. Pourquoi ne dites-vous pas par exemple, que la RGPP chère à M. Sarkozy fut une saignée sans précédent dans le primaire, au moment même où les besoins y était les plus criants. Au profit de payer des heures sup à des agrégés de lycées dont on sait que dans certaines filières, ils sont trop nombreux. Ne pas mettre les moyens là où il faut! Absurde ça oui ; le reste, pipi de chat !

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
doctor who
Vénérable

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par doctor who le Mer 13 Nov 2013 - 8:10
Alors, au cas où l'idée vienne à certains : pour le coup, oui, le GRIP a discuté avec Brighelli pour cet article. Mais quand on le fait, on le dit.

Le GRIP n'a toujours pas dicté ses textes au Snalc, leurs slogans aux Dindons ni aidé le régime de Vichy à tuer Jean Zay.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Ronin le Mer 13 Nov 2013 - 8:58
Sans rire ? Razz 

_________________
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Ronin le Mer 13 Nov 2013 - 9:00
Et sinon, blague à part, ce sont les mêmes gamins qui ensuite coulent et s'effondrent gentiment jusqu'au collège où ils ne trouvent comme seul moyen d'exister que de mettre le bazar. Ils sont alors envoyés en psy et c'est moi qui les récupère pour faire des rééducations...le système est merveilleux !

_________________
avatar
supersoso
Grand sage

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par supersoso le Mer 13 Nov 2013 - 9:05
@Dorinde a écrit:juste un grand désespoir après avoir lu...en tant que prof de collège, et en tant que maman d'un petit bout en CP qui subit tout cela...
le seul espoir: des enseignants qui font passer leurs élèves avant leurs inspections, sinon nous sommes fichus et nos enfants encore plus!
C'est malheureusement plus compliqué que ça... Car après, ça peut prendre une forme de harcèlement insidieux, une forme de redressement pédagogique où on te demande des comptes constamment, où on fait venir des CPC dans ta classe, où on t'impose des évaluations dans ta classe pour vérifier le niveau de tes élèves, où on met par exemple toute ton école dans un plan de prévention avec visite pour tous tes collègues de cycle 2 (et après si tes collègues te parlent encore, tu as de la chance), etc. Sans compter que le jour où un collègue ou un parent se plaint, par principe tu seras en tort et tu n'auras personne pour te défendre. Ça n'est pas juste une question de note ou d'avancement, c'est souvent une question de pouvoir encore être en mesure de travailler à peu près correctement et sans entrave.
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Ronin le Mer 13 Nov 2013 - 9:13
On est bien d'accord, il s'agit d'idéologie et de police pédagogique.

_________________
avatar
adelaideaugusta
Fidèle du forum

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par adelaideaugusta le Mer 13 Nov 2013 - 9:14
La jeune institutrice de Brighelli cite "Assez décodé", de René Pommier", qu'elle accuse de mauvaise foi, sur ses écrits au sujet de Roland Barthes.
Sur certains "bras cassés" des anciens IUFM, je pense qu'il est de bonne foi : (Meirieu sévit toujours !)

'A l’ opposé de M. Meirieu et de ses pareils qui ne cessent de répéter que l'école doit être ouverte sur la vie, Alain préconisait, au contraire, une « école heureusement fermée sur le monde [26]». Il pensait que l'école devait être un havre, un asile, un refuge, un lieu où l'enfant devait être protégé contre les distractions et le désordre du monde extérieur et échapper aux incessantes sollicitations de l'actualité.

Ce qui était vrai au temps d'Alain l'est encore bien davantage de nos jours où l'actualité, à cause principalement de la télévision, est devenue infiniment plus envahissante. Plus que jamais, il conviendrait que les élèves puissent prendre du recul par rapport au monde qui les entoure, celui de la télévision et des supermarchés, et que l'école leur permette d'acquérir une culture solide qui seule peut les rendre aptes à résister aux influences abrutissantes de la civilisation moderne.

Toute la politique de M. Meirieu ne vise, au contraire, qu'à les asservir encore un peu plus à ces influences. Pour ouvrir l'école sur la vie, M. Meirieu préconise, d'une part, d'emmener le plus souvent possible les élèves voir toutes sortes d'expositions, visiter des ateliers d'artisans ou des chantiers d'autoroutes, etc. et, d'autre part, de faire appel le plus souvent possible à des « intervenants extérieurs » appartenant aux professions les plus diverses possibles, avec une priorité pour les plus farfelues [27].

L'école de M. Meirieu est un lieu d'où les élèves doivent sortir le plus souvent possible et où doivent entrer le plus possible de gens qui n'ont normalement rien à y faire. Si on laissait faire M. Meirieu, les élèves ne resteraient plus à l'école que pour y accueillir les « intervenants extérieurs » .

Ces sorties et ces visites d' « intervenants extérieurs » auraient pu, de temps à autre, être utiles autrefois quand la grande majorité des gens voyageait peu et que l'on ne disposait ni de la radio, ni de la télévision, ni d'internet. Mais aujourd'hui où les élèves, outre qu'ils voyagent de plus en plus et qu'ils sont de plus en plus nombreux à aller sur internet, n'ont tous rien de plus pressé quand ils rentrent chez eux que de tourner le bouton de la télévision, ces sorties et ces visites, loin de corriger d'éventuelles lacunes de l'enseignement, ne font que le détourner de sa mission qui est de permettre aux élèves d'acquérir les savoirs fondamentaux et une culture aussi riche et solide que possible.

L'école dont rêve M. Meirieu et qui, pour une large part, est malheureusement déjà devenue une réalité, ne sera guère plus formatrice que la télévision avec son information superficielle, ses débats confus et ses interviews continuelles de toutes sortes de gens qui n'ont, la plupart du temps, à dire que des banalités [28].

Ce qui est ahurissant, ce qui est scandaleux, ce n'est pas que M. Meirieu soit ce qu'il est, c'est-à -dire étonnamment niais. Ce qui est ahurissant, ce qui est scandaleux, c'est qu'on lui ait donné de telles responsabilités, et qu'on les lui ait données si longtemps; ce qui est ahurissant et scandaleux, c'est qu'il ait dirigé l'Institut national de la recherche pédagogique, c'est qu'il ait inspiré si longtemps la politique des ministres de l'Education nationale.

M. Meirieu et ses comparses sont évidemment persuadés d'être des hommes de progrès. Ils sont persuadés que tous ceux qui contestent leurs idées et leurs méthodes sont archaïques. Ils sont persuadés que tous ceux pour qui le rôle des professeurs est essentiellement de transmettre des connaissances, sont profondément rétrogrades.

Pourtant, si l'humanité n'a cessé de progresser, c'est parce que chaque génération a transmis à la suivante à la fois les connaissances qui lui avaient été transmises par les générations précédentes et les connaissances nouvelles qu'elle avait acquises elle-même, ce qui fait dire à Pascal que « toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement [29] ».

Si l'on avait appliqué, au contraire, les principes et les méthodes pédagogiques de M. Meirieu et de ses pareils, si l'on avait attendu, sous prétexte de ne pas brimer la créativité des enfants, que chaque génération nouvelle redécouvre d'elle-même ce que la précédente avait découvert, l'humanité n'aurait jamais cessé de repartir à zéro et serait toujours dans l'enfance. Si l'on veut qu'elle continue à progresser, et d'abord l'empêcher de régresser gravement, du moins en France, il importe de ne plus laisser « les parasites de la pédagogie [30]» ronger et détruire jusque dans ses fondations tout l'édifice de l’enseignement public.'

L'Education nationale, qui a l'immense responsabilité de former nos enfants à la culture et à l'autonomie de la pensée, est hélas la seule discipline où l'on a dit :'Du passé faisons table rase', et où depuis des décades il n'y a plus d'obligations de résultats mais obligation de conformité à la pensée pédagogiste.



M. Meirieu et ses comparses sont évidemment persuadés d'être des hommes de progrès. Ils sont persuadés que tous ceux qui contestent leurs idées et leurs méthodes sont archaïques. Ils sont persuadés que tous ceux pour qui le rôle des professeurs est essentiellement de transmettre des connaissances, sont profondément rétrogrades.

Pourtant, si l'humanité n'a cessé de progresser, c'est parce que chaque génération a transmis à la suivante à la fois les connaissances qui lui avaient été transmises par les générations précédentes et les connaissances nouvelles qu'elle avait acquises elle-même, ce qui fait dire à Pascal que « toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement [29] ».

Je trouve ce texte d'une actualité prémonitoire.

_________________
"Instruire une nation, c'est la civiliser.Y éteindre les connaissances, c'est la ramener à l'état primitif de la barbarie." (Diderot)
"Un mensonge peut faire le tour du monde pendant que la vérité se met en route". (Mark Twain)
"Quand les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté".(Confucius)
avatar
coindeparadis
Guide spirituel

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par coindeparadis le Mer 13 Nov 2013 - 12:35
Attention, Meirieu a largement retourné sa veste. Mais d'autres arrivent en force avec une idéologie digne des IUFM des années 90 (cela s'appelle les ESPE Wink ).

_________________
Ne t'excuse jamais d'être ce que tu es. Gandhi
avatar
Padre P. Lucas
Niveau 9

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Padre P. Lucas le Mer 13 Nov 2013 - 12:53
@Ronin a écrit:On est bien d'accord, il s'agit d'idéologie et de police pédagogique.
Et cette police n'est malheureusement pas limitée à la "hiérarchie", IEN et CPC, certains parents et beaucoup (trop) de collègues y collaborent, même s'ils n'en ont guère conscience.
User19866
Expert spécialisé

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par User19866 le Mer 13 Nov 2013 - 13:02
@arguin a écrit:
Dalathée2 a écrit:De notre côté, en formation, on nous vante les mérites des "méthodes pédagogiques nouvelles" que les enseignants français ont "le tort" de ne pas adopter par "excès de conservatisme injustifié".

La mise au pas s'effectue donc à tous les niveaux.
KEZAKO les "méthodes pédagogiques nouvelles" ?:gratte: 
Quant au "conservatisme".... les enseignants un tant soit peu transmissifs ne sont plus très loin de la retraite !Wink...sauf rares exceptions Suspect
Je vous en cite quelques unes en vrac :
- Sortir de la notation sur 20 pour envisager d' "autres perspectives"
- Par exemple, noter sous forme de "compétence acquise" ou "compétence en cours d'acquisition" (donc concrètement, dans le système actuel, 10/20 ou 20/20 😕 )
- Ou bien, noter sous forme de lettres A, B, C, D, E, F ou de chiffres de 1 à 6, sachant que seul le F (ou le 6) est synonyme d'échec (donc concrètement, dans le système actuel, une seule note en-dessous de la moyenne, tout le reste au-dessus j'imagine heu)
- Faire systématiquement travailler les élèves en groupe au lieu d'organiser un "schéma de transmission unilatéral" (sic) du professeur vers l'élève qui "contribue à l'isolement" des élèves les plus en difficulté
- S'adapter systématiquement (i.e. dans toutes les matières) au type d'intelligence de l'élève : intelligence musicale (Mozart), intelligence manuelle (les zarplastik), intelligence naturelle (les zanimaux)... (heu 😕 heu )
- Partir réellement des remarques des élèves, au lieu de leur poser des questions auxquelles on attend une réponse précise, pour aller dans un sens précis (ça va m'économiser des heures de préparation, ça, c'est bien cheers )
- Demander à l'élève quelle sanction il estime appropriée pour lui-même, compte-tenu de son comportement
- Demander à l'élève pourquoi et pour quoi il agit de telle façon, lorsqu'il se montre difficile
Contenu sponsorisé

Re: Jean-Paul Brighelli : "Faire tout ce que l'on peut pour ne pas apprendre à lire, ni à calculer, ni…" : Une inspection pédagogique ordinaire au primaire.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum