Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Docteur OX le Mer 13 Nov 2013 - 7:51

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/francois-kersaudy/kersaudy-pourquoi-l-education-nationale-agonise-13-11-2013-1755946_1931.php



Au siège de la NSA, où les écoutes ont repris de plus belle, on intercepte la 34 857e communication de la matinée, provenant d'une Assemblée située au bord de la Seine :

- "Hey, Bill ! C'est un député de droite qui parle à sa secrétaire... Écoute un peu !" :

- "... L'inventaire de nos erreurs passées n'a pas été fait, et c'est dommage, parce qu'en les passant sous silence, on risque de les répéter. Si je devais les énumérer, je ne saurais même pas par où commencer... Bon, disons par l'enseignement : je crois que Mai 68 n'a fait qu'amplifier ce qui était déjà dans l'air du temps, où l'on était fasciné par les prestidigitations verbales de Lacan, les expériences pédagogiques anglo-saxonnes, la psychologie de Piaget, l'émergence de l'audiovisuel et les rêveries égalitaristes de l'opposition. Dans le projet de réforme de la commission Peyrefitte en 1967, on trouvait déjà en filigrane toutes les dérives à venir : dénonciation du cours magistral, dévaluation de la grammaire et de la littérature, structuration des classes en "petites républiques", suppression de l'examen de fin d'année pour éviter de traumatiser les élèves, etc. Mai 68 est venu y ajouter les outrances de la révolution culturelle chinoise, de la contre-culture américaine, de l'agitation libertaire, du constructivisme bourdieusien et de la fantaisie adolescente incontrôlée. Voilà le bouillon de culture qui s'est imposé depuis à tous les ministres, car dans ce domaine comme dans bien d'autres, la droite au pouvoir s'est laissée intimider par les bricolages intellectuels de la gauche..."

L'enseignement nouveau devait libérer l'enfant opprimé

La secrétaire : "Concrètement, qu'est-ce que ça a donné ?"

"Le grand gourou Bourdieu dénonçait l'enseignement traditionnel comme un instrument de la domination bourgeoise, et il prétendait vaincre les inégalités par une pédagogie centrée sur l'élève : les connaissances n'étaient plus transmises, mais découvertes par l'"apprenant", qui devait construire son savoir à partir de sa propre expérience. L'enseignement traditionnel de maître à élève était réactionnaire, car il perpétuait la relation dominant-dominé, maître-esclave, patron-prolétaire. L'enseignement nouveau, lui, libérerait l'enfant opprimé : pas de vouvoiement, pas de langage bourgeois, pas de morale, pas de réprimandes, pas de retenues, pas d'exclusions, pas de notes, pas de classements, pas de récompenses, pas de devoirs, pas de leçons, pas de dictées, pas d'interrogations écrites, pas de lecture à haute voix, pas de calcul mental, pas de passé simple, pas de récitations, pas d'exercices d'écriture, pas de lecture syllabique, pas d'histoire chronologique, pas de littérature classique, pas de sélection, pas de règlements, pas d'examens, pas de redoublements - autant d'éléments traumatisants issus d'un passé répressif antédiluvien. Évidemment, tout n'a pas pu s'imposer, car même au royaume d'Ubu, le ridicule peut encore tuer..."

On a vu s'éclipser la discipline et l'effort

- "On n'a tout de même pas fait que s'attaquer aux anciennes pratiques ?"

- "Non, bien sûr ; pour vaincre les inégalités, on a instauré le collège unique, la pédagogie différenciée, les conseils d'élèves, l'évaluation des compétences, les questionnaires à choix multiple, les itinéraires de découverte, les activités d'éveil, l'expression spontanée, le contrat de communication, l'autodiscipline, le décloisonnement, les études dirigées, les contenus allégés, la méthode globale, la grammaire structuraliste, les mathématiques modernes, le travail autonome accompagné, la pédagogie du détour, la sensibilisation citoyenne, la socialisation des écrits, les goûters éducatifs, les initiatives citoyennes, les déclencheurs d'écriture, les groupes de vie, les savoir-faire, les savoir-être, les autocorrections, les droits de l'enfant, les ouvertures à la différence, les démarches de projet, sans oublier l'éducation sexuelle, le Code de la route, les jeux vidéo et le hors-temps scolaire - tout cela dans une ambiance résolument égalitariste, jeuniste, non directive et gentiment contestataire... Les gouvernements de droite ont bien tenté de limiter les dégâts en fermant les instituts universitaires de formation des maîtres, ce qui n'était qu'à moitié intelligent, et en asphyxiant les réseaux d'aide spécialisée aux enfants en difficulté, ce qui était parfaitement aberrant. Mais pour le reste, ils se sont heurtés aux syndicats de gauche, aux parents d'élèves militants et à la loi Savary de 1983, disposant que les professeurs avaient le libre choix de leurs méthodes d'enseignement. Dès lors, entre la disparition des contraintes et l'apparition des innovations, on a vu s'éclipser la discipline et l'effort, en même temps que l'orthographe et la lecture - avec des arguties pitoyables de la part des autorités pour nier l'évidence..."

Les principes élémentaires de politesse sont absents dès l'école primaire

- "Mais nos écoliers ne sont pas moins intelligents pour autant !"

- "Certes non, mais leur capacité d'attention a beaucoup baissé, ils n'ont plus de repères chronologiques, leur écriture est illisible, et beaucoup peinent à lire du fait de la méthode globale : le libre choix par l'enseignant étant opposable à tous, cette méthode... progressiste exerce toujours ses ravages. C'est ainsi que dans notre système d'éducation égalitaire, l'avenir intellectuel de l'enfant dépend étroitement des fantaisies de son instituteur : une enquête a établi que 3,4 % des enseignants du primaire utilisaient la méthode syllabique, 9,3 % la méthode globale pure, 56,2 % la méthode mixte à départ global, 30,5 % "une démarche centrée prioritairement sur le sens du texte", et 0,6 % ne savait pas ce qu'ils faisaient ! C'est tout de même une fabuleuse loterie qui accueille nos jeunes dès le CP... Et les ministères de droite d'accompagner le mouvement : le règlement du concours des professeurs des écoles précise par exemple que "dans chaque épreuve, il est tenu compte, à la hauteur de trois points maximum, de la qualité orthographique de la production des candidats". Donc, avec soixante fautes d'orthographe, les futurs enseignants de nos chers petits peuvent encore avoir 17 sur 20 ! Mais le plus grave, c'est encore que les principes élémentaires de politesse sont absents dès l'école primaire, et que devant les parents-électeurs, on n'ose pas avouer qu'il est impossible d'instruire des enfants qui ne sont pas éduqués. Toujours ce manque de courage..."

Dans le secondaire, 30 % des élèves sont incapables de comprendre ce qu'ils lisent

- "On a beaucoup incriminé la massification..."

- "Oui, mais c'est le cas de l'école primaire depuis 1833, et elle ne s'en est pas portée plus mal. Par contre, la massification de l'immigration a certainement joué un rôle : aux faiblesses de l'enseignement branché et aux carences de l'éducation familiale est venue s'ajouter l'arrivée en nombre d'enfants d'immigrés, rapidement devenus majoritaires dans de nombreuses classes. Dire que l'entrée de 700 000 jeunes étrangers dans le primaire n'a posé aucun problème est politiquement correct, mais parfaitement inepte : en s'obstinant à nier les faits, on s'est interdit d'y porter remède. Beaucoup de ces enfants sont arrivés en cours d'année, sans parler le français, avec un énorme poids de préjugés familiaux, de haines claniques, d'interdits religieux et de traditions nationales très éloignées des nôtres.

Les gouvernements de droite ont laissé faire - surtout pas de vagues - et ils ont même rivalisé d'imagination avec ceux de gauche pour introduire des projets farfelus, comme ces "classes de langue et de civilisation des pays d'origine" - des cours de turc, d'arabe ou de bambara pour permettre aux enfants d'immigrés de mieux réussir à l'école française ! Une fois dans le secondaire, 30 % des élèves français ou étrangers sont incapables de comprendre ce qu'ils lisent. Mais à ce stade, il y a aussi la politisation à outrance par les comités d'action lycéens, la multiplication des règlements de compte dans des établissements "sanctuarisés", la circulation sans entraves des stupéfiants, la banalisation des poursuites pénales contre les enseignants, la déscolarisation tacitement acceptée, le harcèlement par les professionnels de l'antiracisme sélectif, l'intrusion des parents violents et la progression de l'intégrisme musulman - dont il ne faut surtout pas parler...

En fin de parcours, il y a un bac bradé, où les candidats peuvent avoir 24 sur 20 pour les meilleurs, et être reçus sans vraiment savoir lire pour les moins bons - qui se retrouvent ensuite dans des universités dites autonomes : depuis 1968, malgré trois décennies au pouvoir, nous n'avons pas pu y imposer la sélection ou même l'orientation, par peur panique des grèves et des manifestations menées par les syndicats socialistes, trotskistes et anarchistes qui tiennent le haut du pavé dans les facs. Résultat : la plupart des étudiants y perdent leur temps et se retrouvent à Pôle emploi. Mais ça, comme disait Kipling, c'est une autre histoire..."

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Mer 13 Nov 2013 - 8:56

Un art consommé de la synthèse. Dommage que certains traits gâchent le tout.

Mettre tous les syndicats sur un même plan par exemple...

Plus grave, s'agissant de la "massification de l'immigration" (sic), cause supposée plus importance que la massification de l'école, l'immense majorité des "enfants d'immigrés" sont français, et nés en France et bien plus français dans leur culture qu'ils ne veulent parfois se l'avouer eux-mêmes : ils ne sont pas "arrivés en cours d'année". Bien sûr quand la culture de l'école et la langue ont défaut à la maison, c'est mal parti : néanmoins les "haines claniques", les "interdits religieux" ou "l'intégrisme musulman", qui peuvent exister (de manière marginale), n'ont franchement pas grand chose à voir avec l'échec massif dans les quartiers défavorisés. Je n'ai jamais entendu parler de "classes de langue ou de civilisation des pays d'origine" dans toutes les ZEP où je suis passé. En revanche j'ai vu des dispositifs FLE étiques...

Sur la lecture, j'aimerais bien l'avis des PE.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par If_Then_Else le Mer 13 Nov 2013 - 14:17

Je souscris complètement au commentaire laissé à la fin de l'article cité par un lecteur "autorisé" (J'aimerais tellement pouvoir lire ce genre de témoignages sur ce forum !) :

Point de vue d'un professeur d'université
Nous sommes ici dans le grand n'importe quoi, tout le monde donne dans le fatalisme et la légende urbaine pour alimenter une guerre ridicule droite-gauche, en adultes irresponsables vis-à-vis de notre jeunesse :
La réalité est toute autre. Nous avons affaire à une jeunesse bien plus hétérogène qu'il y a 50 ans, voilà tout.
1- En haut de l'université le niveau moyen des élèves n'a jamais été aussi bon, ce n'est pas par hasard si nos étudiants en thèse produisent tellement d'articles scientifiques de qualité.
2- Allez voir le concours d'entrée en médecine : le niveau est resté excellent et les programmes ne sont en rien allégé par rapport à ceux des années 50, tant s'en faut ! Ces enfants savent mieux travailler que leurs prédécesseurs, c'est un fait.
3- cela vaut également en droit, en langues, etc.
La baisse évidente dans le secondaire n'est en rien une question nationale. En effet les tendances sont les mêmes pour à peu prés tous les pays de l'OCDE. Qu'on arrête donc de nous rebattre les oreilles avec Cohn-Bendit and co. Et de ramener le débat au niveau d'un clivage droite-gauche !
Le délabrement de l'enseignement des fondamentaux à l'école et au collège à pour cause principale l'accroissement hallucinant des inégalités socio-culturelles des enfants : essayez donc d'aider à travailler un enfant dans les quartiers pauvres aujourd'hui ! Constatez que les élèves boursiers dans les grandes écoles sont de moins en moins nombreux : Ce n'est pas l'école qui est responsable, ni les méthodes d'enseignement : c'est l'ascenseur social qui est en panne, notre société étant devenue plus inégalitaire encore que celle de l'Ancien Régime et de la France de la fin du XIXe siècle. Enfin, l'argument du chômage est spécieux ; il s'agit d'un problème économique ! On travaille bien dans les années 60, mais avec un niveau de qualification beaucoup plus faible !
En conclusion : allez voir les copies des enfants des années 70 sortez de la légende !

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Mer 13 Nov 2013 - 15:32

Notre société étant devenue plus inégalitaire encore que celle de l'Ancien Régime...
Tout s'explique, alors.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par doctor who le Mer 13 Nov 2013 - 15:38

Point de vue d'un professeur d'université
Nous sommes ici dans le grand n'importe quoi, tout le monde donne dans le fatalisme et la légende urbaine pour alimenter une guerre ridicule droite-gauche, en adultes irresponsables vis-à-vis de notre jeunesse :
La réalité est toute autre. Nous avons affaire à une jeunesse bien plus hétérogène qu'il y a 50 ans, voilà tout.
1- En haut de l'université le niveau moyen des élèves n'a jamais été aussi bon, ce n'est pas par hasard si nos étudiants en thèse produisent tellement d'articles scientifiques de qualité.
2- Allez voir le concours d'entrée en médecine : le niveau est resté excellent et les programmes ne sont en rien allégé par rapport à ceux des années 50, tant s'en faut ! Ces enfants savent mieux travailler que leurs prédécesseurs, c'est un fait.
3- cela vaut également en droit, en langues, etc.
La baisse évidente dans le secondaire n'est en rien une question nationale. En effet les tendances sont les mêmes pour à peu prés tous les pays de l'OCDE. Qu'on arrête donc de nous rebattre les oreilles avec Cohn-Bendit and co. Et de ramener le débat au niveau d'un clivage droite-gauche !
Le délabrement de l'enseignement des fondamentaux à l'école et au collège à pour cause principale l'accroissement hallucinant des inégalités socio-culturelles des enfants : essayez donc d'aider à travailler un enfant dans les quartiers pauvres aujourd'hui ! Constatez que les élèves boursiers dans les grandes écoles sont de moins en moins nombreux : Ce n'est pas l'école qui est responsable, ni les méthodes d'enseignement : c'est l'ascenseur social qui est en panne, notre société étant devenue plus inégalitaire encore que celle de l'Ancien Régime et de la France de la fin du XIXe siècle. Enfin, l'argument du chômage est spécieux ; il s'agit d'un problème économique ! On travaille bien dans les années 60, mais avec un niveau de qualification beaucoup plus faible !
En conclusion : allez voir les copies des enfants des années 70 sortez de la légende !
C'est un fake ?

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par B-Becker le Mer 13 Nov 2013 - 15:41

Je n'y souscris pas (cela n'a rien d'étonnant, chacun ici aura des souvenirs d'un brillant universitaire venu lui dispenser un enseignement de qualité à l'IUFM au cours d'une formation dite "transversale"). En particulier :
Le délabrement de l'enseignement des fondamentaux à l'école et au collège à pour cause principale l'accroissement hallucinant des inégalités socio-culturelles des enfants : essayez donc d'aider à travailler un enfant dans les quartiers pauvres aujourd'hui ! Constatez que les élèves boursiers dans les grandes écoles sont de moins en moins nombreux : Ce n'est pas l'école qui est responsable, ni les méthodes d'enseignement : c'est l'ascenseur social qui est en panne
Si c'était la seule raison, comment expliquer les problèmes rencontrés dans les établissements réputés faciles il y a une quinzaine d'années, où la population est encore aujourd'hui relativement aisée ? Ce discours me parle davantage :
entre la disparition des contraintes et l'apparition des innovations, on a vu s'éclipser la discipline et l'effort, en même temps que l'orthographe et la lecture - avec des arguties pitoyables de la part des autorités pour nier l'évidence..."
La disparition des contraintes et l'apparition des innovations, c'est quelque chose que j'ai fortement ressenti dans ma matière. En revanche, je ne suis pas convaincu par son analyse gauche/droite, mais il ne faut pas s'arrêter à ça, ce monsieur dit des choses intéressantes en dehors du politique.

B-Becker
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par e-Wanderer le Mer 13 Nov 2013 - 16:03

Il a l'air quand même furieusement idéologue, ce collègue... Je suis content que vous réagissiez comme moi. Son message me rappelle une conférence que j'avais subie au CIES, au cours de laquelle une brave pédagogue complètement abrutie nous expliquait que si les jeunes avaient des difficultés, c'était entièrement de la faute des difficultés économiques et des divorces.

Ben tiens... Et alors ma filleule, fille de profs et élève d'un collège de centre ville, pourquoi a-t-elle une orthographe si abominable ? Ses parents ne sont pas au chômage, ils n'ont pas divorcé... Il n'y a pas la télé à la maison, ni de jeux vidéos. Elle a simplement eu une institutrice qui appliquait consciencieusement sa méthode "semi-globale" sans vouloir en démordre. Des instits qui gâchent comme ça des gamins en or dans des conditions d'exercice idéales sont de vrais criminels à mes yeux. Et les pires criminels sont les gens qui endoctrinent ces collègues un peu trop dociles (et les politiques qui leur donnent les pleins pouvoirs. De ce point de vue, le débat droite-gauche a un sens, car c'est tout de même Jospin qui a créé les IUFM et Peillon qui les remet sur les rails).

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par If_Then_Else le Mer 13 Nov 2013 - 17:49

@e-Wanderer a écrit:Il a l'air quand même furieusement idéologue, ce collègue... Je suis content que vous réagissiez comme moi. Son message me rappelle une conférence que j'avais subie au CIES, au cours de laquelle une brave pédagogue complètement abrutie nous expliquait que si les jeunes avaient des difficultés, c'était entièrement de la faute des difficultés économiques et des divorces.

Ben tiens... Et alors ma filleule, fille de profs et élève d'un collège de centre ville, pourquoi a-t-elle une orthographe si abominable ? Ses parents ne sont pas au chômage, ils n'ont pas divorcé... Il n'y a pas la télé à la maison, ni de jeux vidéos. Elle a simplement eu une institutrice qui appliquait consciencieusement sa méthode "semi-globale" sans vouloir en démordre. Des instits qui gâchent comme ça des gamins en or dans des conditions d'exercice idéales sont de vrais criminels à mes yeux. Et les pires criminels sont les gens qui endoctrinent ces collègues un peu trop dociles (et les politiques qui leur donnent les pleins pouvoirs. De ce point de vue, le débat droite-gauche a un sens, car c'est tout de même Jospin qui a créé les IUFM et Peillon qui les remet sur les rails).
Je crois comprendre que vous soutenez la théorie du complot pédagogique de l'ineffable Brighelli ( voir par exemple "comment Big Brother contrôle l'apprentissage de la lecture"
Ce crétin lettré, spécialiste des concepts bulldozers, n'est pas plus convaincant que les "pédagogistes" qu'il dénonce comme de véritables assassins, excusez du peu.

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Mer 13 Nov 2013 - 18:21

C'est plus simple d'invectiver un absent, en effet.

Que pensez-vous d'inspecteurs de lettres qui soutiennent que les élèves des quartiers défavorisés n'ont pas besoin d'apprendre un français autre que le leur ? que l'orthographe ne sert à rien ? La semaine dernière encore, sur un certain réseau social, une inspectrice de lettres m'expliquait que ce n'était pas si grave que ça que les élèves de lycée ne sachent pas lire puisqu'"on peut comprendre sans lire" (sic).

Il n'y a pas besoin de complot pour qu'il y ait idéologie.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Paratge le Mer 13 Nov 2013 - 18:29

@Luigi_B a écrit:
Il n'y a pas besoin de complot pour qu'il y ait idéologie.
Il y a là une conspiration, non pas au sens policier, mais au sens étymologique : tout cela "respire ensemble", souffle dans la même direction.


Dernière édition par Paratge le Mer 13 Nov 2013 - 18:48, édité 1 fois

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par If_Then_Else le Mer 13 Nov 2013 - 18:45

@Paratge a écrit:
@Luigi_B a écrit:
Il n'y a pas besoin de complot pour qu'il y ait idéologie. La bêtise suffit.
Il y a là une conspiration, non pas au sens policier, mais au sens étymologique : tout cela "respire ensemble", souffle dans la même direction.
Vous entendez par là,  je suppose, cette espèce de flatulence qui accompagne ces logorrhées pleines de suffisance de ces messieurs "ecoutez-moi-je-vais-vous-expliquer" comme il y en a tant ici même!

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Mer 13 Nov 2013 - 19:01

Encore une façon de ne pas répondre.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par If_Then_Else le Mer 13 Nov 2013 - 19:16

@Luigi_B a écrit:C'est plus simple d'invectiver un absent, en effet.

Que pensez-vous d'inspecteurs de lettres qui soutiennent que les élèves des quartiers défavorisés n'ont pas besoin d'apprendre un français autre que le leur ? que l'orthographe ne sert à rien ? La semaine dernière encore, sur un certain réseau social, une inspectrice de lettres m'expliquait que ce n'était pas si grave que ça que les élèves de lycée ne sachent pas lire puisqu'"on peut comprendre sans lire" (sic).

Il n'y a pas besoin de complot pour qu'il y ait idéologie.
Comment penser quelque chose sans lire par soi-même les propos que vous évoquez. Donnez un lien, une adresse. Votre complainte ne suffit pas à réveiller mon sens critique.
(Au passage, votre avatar m'interroge: Est-ce vous, dormant après quelques petits verres d'un merveilleux nectar, sur cet écusson rural?)

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Edgar le Mer 13 Nov 2013 - 19:31

@Luigi_B a écrit:Un art consommé de la synthèse. Dommage que certains traits gâchent le tout.

Mettre tous les syndicats sur un même plan par exemple...

Plus grave, s'agissant de la "massification de l'immigration" (sic), cause supposée plus importance que la massification de l'école, l'immense majorité des "enfants d'immigrés" sont français, et nés en France et bien plus français dans leur culture qu'ils ne veulent parfois se l'avouer eux-mêmes : ils ne sont pas "arrivés en cours d'année". Bien sûr quand la culture de l'école et la langue ont défaut à la maison, c'est mal parti : néanmoins les "haines claniques", les "interdits religieux" ou "l'intégrisme musulman", qui peuvent exister (de manière marginale), n'ont franchement pas grand chose à voir avec l'échec massif dans les quartiers défavorisés. Je n'ai jamais entendu parler de "classes de langue ou de civilisation des pays d'origine" dans toutes les ZEP où je suis passé. En revanche j'ai vu des dispositifs FLE étiques...

Sur la lecture, j'aimerais bien l'avis des PE.
Tout à fait d'accord. La question de l'immigration est erronée, ou disons plutôt masquée par le fait que les enfants d'immigrés sont nés Français, même si culturellement et scolairement, ceci n'est qu'un concept administratif dans certains cas.


Dernière édition par Edgar le Mer 13 Nov 2013 - 19:38, édité 2 fois

Edgar
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Mer 13 Nov 2013 - 19:36

Comment penser quelque chose sans lire par soi-même les propos que vous évoquez. Donnez un lien, une adresse. Votre complainte ne suffit pas à réveiller mon sens critique.
Pas de complainte, des faits, rien que des faits. Effectivement, si vous pensez que j'invente...

Le plus récent est en ligne. Jugez par vous-même :

https://twitter.com/barbimathou/status/396580183895212032
https://twitter.com/loysbonod/status/396579393922797568

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Edgar le Mer 13 Nov 2013 - 19:37

J'ai entendu récemment que le marasme de l'EN était le produit d'une influence gauchiste-communiste dont la France n'arrivait pas à se décrotter depuis 50 ans et qui, en toile de fond, présidait dans l'esprit de tous ceux qui étaient responsables de la chose scolaire (égalitarisme par le bas, refus de l'excellence ou de toute forme de succès ou d'élite considérée comme une injustice sociale).  Même si je pense que cela est n'est que partiellement vrai, (donc pas totalement faux) cela n'explique pas que les USA, pays qui n'est pas normalement coupable d'être sous une emprise morale communisante, le marasme de l'école publique me semble être à peu près comparable, si ce n'est pire, au nôtre. Le problème est donc peut-être à chercher ailleurs.

Edgar
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par If_Then_Else le Mer 13 Nov 2013 - 19:56

@Luigi_B a écrit:
Comment penser quelque chose sans lire par soi-même les propos que vous évoquez. Donnez un lien, une adresse. Votre complainte ne suffit pas à réveiller mon sens critique.
Pas de complainte, des faits, rien que des faits. Effectivement, si vous pensez que j'invente...

Le plus récent est en ligne. Jugez par vous-même :

https://twitter.com/barbimathou/status/396580183895212032
https://twitter.com/loysbonod/status/396579393922797568
Je ne peux qu'être d'accord avec vous sur l'impérieuse et fondamentale nécessité de chercher à faire maîtriser par l'élève, et le plus tôt possible, l'usage du langage "académisé" comme moyen d'expression et moyen d'acquisition: c'est bien le sens des différents programmes applicables dès la maternelle et qui se poursuivent bien au-delà du lycée.

Dans le combat qu'elles mènent quotidiennement pour survivre, les personnes illettrés développent des compétences et des connaissances "intelligentes" sans pouvoir en dire (ou écrire) un seul mot comme j'ai pu le constater chez certain personnel dans les différents établissements que j'ai administrés...

Match nul dans cette discussion très intéressante.

_________________
« On n'enseigne pas ce que l'on sait ou ce que l'on croit savoir : on n'enseigne et on ne peut enseigner que ce que l'on est.  »

If_Then_Else
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par InvitéF le Mer 13 Nov 2013 - 22:24

@If_Then_Else a écrit:
Je ne peux qu'être d'accord avec vous sur l'impérieuse et fondamentale nécessité de chercher à faire maîtriser par l'élève, et  le plus tôt possible, l'usage du langage "académisé" comme moyen d'expression et moyen d'acquisition: c'est bien le sens des différents programmes applicables dès la maternelle et qui se poursuivent bien au-delà du lycée.

Dans le combat qu'elles mènent quotidiennement pour survivre, les personnes illettrés développent des compétences et des connaissances "intelligentes" sans pouvoir en dire (ou écrire) un seul mot comme j'ai pu le constater chez certain personnel dans les différents établissements que j'ai administrés...
Votre argumentation est spécieuse.

PISA (puisque c'est ce dont il s'agit) n'évalue pas des "compétences académiques" (quel oxymore !) mais des compétences plutôt basiques ; on est loin de la littérature classique.
Par ailleurs, que les illettrés soient malgré tout des gens intelligents est une chose certaine, cela ne veut pas dire qu'on doive se satisfaire de l'incapacité du système actuel à enseigner la lecture à une portion significative des élèves, comme le semble le faire cette dame (je n'ose pas croire qu'elle est inspectrice de Lettres). C'est d'autant plus vrai qu'il existe, me dit-on, des méthodes modernes efficaces qui permettraient sans doute, si elles étaient promues par l'institution, d'améliorer nos performances.

_________________
"Lorsque la confection des lois, les travaux d’administration, la fonction de juger, deviennent des professions particulières réservées à ceux qui s’y sont préparés par des études propres à chacune, alors on ne peut plus dire qu’il règne une véritable liberté."
Condorcet, Premier Mémoire sur l'instruction publique (1791)

InvitéF
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Elyas le Jeu 14 Nov 2013 - 4:20

Frater a écrit:
Votre argumentation est spécieuse.

PISA (puisque c'est ce dont il s'agit) n'évalue pas des "compétences académiques" (quel oxymore !) mais des compétences plutôt basiques ; on est loin de la littérature classique.
Par ailleurs, que les illettrés soient malgré tout des gens intelligents est une chose certaine, cela ne veut pas dire qu'on doive se satisfaire de l'incapacité du système actuel à enseigner la lecture à une portion significative des élèves, comme le semble le faire cette dame (je n'ose pas croire qu'elle est inspectrice de Lettres). C'est d'autant plus vrai qu'il existe, me dit-on, des méthodes modernes efficaces qui permettraient sans doute, si elles étaient promues par l'institution, d'améliorer nos performances.
Apparemment, la dame en question est IA-TICE, pas IA-IPR. Pour rappel, IA-TICE, c'est Interlocuteur Académique sur les TICE, pas Inspecteur. La mention IA est trompeuse car d'instinct, on pense au IA de IA-IPR. Ce n'est pas le cas ici.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Jeu 14 Nov 2013 - 7:21

Merci Elyas : voilà une bonne nouvelle, qui ne me réconcilie pas avec les TICE. Reste qu'elle est formatrice. Neutral

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Elyas le Jeu 14 Nov 2013 - 7:32

@Luigi_B a écrit:Merci Elyas : voilà une bonne nouvelle, qui ne me réconcilie pas avec les TICE. Reste qu'elle est formatrice. Neutral
De rien. J'avais tiqué quand j'ai lu qu'une Inspectrice s'exprimait sur Twitter et débattait avec un professeur de sa discipline. J'ai donc vérifié le profil et vu IA-TICE ce qui a conduit à vérifier le sens de ce sigle. C'est tout.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Docteur OX le Jeu 14 Nov 2013 - 7:36

Interlocuteur académique.....



Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect Suspect 

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Luigi_B le Jeu 14 Nov 2013 - 7:37

Pour les deux autres exemples en revanche (les élèves des banlieues ont leur propre français vernaculaire ou l'orthographe est inutile), je confirme qu'il s'agit bien de deux inspecteurs de lettres de l'académie de Versailles.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'Éducation nationale agonise par François Kersaudy

Message par Cath le Jeu 14 Nov 2013 - 9:49

Edit : j'avais mal compris...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum