Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Docteur OX
Grand sage

«Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par Docteur OX le Jeu 14 Nov 2013 - 18:03
«Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

INTERVIEW
Perte d'influence du PS dans le monde enseignant, moyens insuffisants... Le chercheur Laurent Frajerman revient sur les raisons du mécontentement contre le passage à la semaine de quatre jours et demi.

Dix-huit mois après son arrivée au ministère de l'Education, Vincent Peillon peine à faire accepter la réforme des rythmes scolaires à l'école primaire. Alors que les opposants multiplient les actions cette semaine, Laurent Frajerman, chercheur à l'institut de recherches de la FSU (1), revient sur les raisons de ce blocage.




Vincent Peillon a-t-il sous-estimé l’opposition au passage à la semaine de quatre jours et demi ?

Il a surtout sous-estimé la complexité de cette réforme, qui croise des questions scolaires et périscolaires, et qui implique plusieurs acteurs : enseignants, mairies, animateurs. Cette protestation agit aussi comme révélateur d’un mal-être enseignant qui n’était pas entièrement prévisible.

Comment expliquer cette mauvaise préparation du ministère ?

En 1981, la moitié des ministres et députés socialistes étaient enseignants. Mais depuis, ces derniers ont perdu l’essentiel de leur influence dans le Parti socialiste. De ce fait, Claude Allègre avait pu se maintenir au ministère de l’Education plusieurs années alors qu’il avait insulté les enseignants, en gonflant leur taux d’absentéisme. Aujourd’hui, le PS pâtit aussi de la perte des ses connexions dans ce monde, celles qui lui permettraient de sentir le terrain et de faire une synthèse. Le fait que Bruno Julliard ait été chargé du projet éducatif du parti est significatif. Il n’a jamais enseigné, a été responsable de l’Unef, cadre du PS et désormais maire-adjoint de Paris. C’est révélateur de la professionnalisation du monde politique et de la perte de ressources du PS dans un domaine stratégique pour lui.

Y a-t-il d’autres facteurs explicatifs ?

L’Education nationale, comparativement à d’autres secteurs, connaît une surconflictualité. C’est une profession combative et organisée. Si on le prend de la bonne manière, ça peut être un atout pour le dialogue social. Mais un ministre ne peut pas arriver devant une organisation comme la FSU [le premier syndicat du primaire, ndlr] sans avoir rien à proposer de positif. Le budget du ministère a certes été augmenté, mais cela a été vécu comme une demi-mesure. C’est en effet un rattrapage, qui met du temps à se mettre en place sur le terrain et ne compense pas les dégâts infligés par la droite. Dans son programme, François Hollande avait donné la priorité au primaire. Mais en survendant cet aspect, alors que la principale réforme est celle des rythmes, qui à l’arrivée complique la vie des enseignants, il y a clairement un décalage.

Peillon s’est-il complètement coupé du monde enseignant, soutien traditionnel de la gauche ?

Non, il ne semble pas catalyser le mécontentement sur sa personne, comme cela avait pu être le cas pour Claude Allègre ou Ségolène Royal. On n’est pas dans une révolte généralisée. La preuve, c’est que pour la deuxième année consécutive, le point d’indice des enseignants est gelé, ce qui entraîne une baisse de pouvoir d’achat. Et pourtant, il n’y a pas de réaction. Le gouvernement exerce encore une influence sur les enseignants des écoles primaires. Ceux-ci sont plutôt contents de ne plus se voir imposer des programmes rétrogrades, comme ils l’avaient dénoncé sous la droite. Mais il y a un certain ras-le-bol quant à la façon dont leur métier est géré, notamment une pression hiérarchique importante et tatillonne. Dans le primaire, on fait ce métier pour l’enfant, pour le temps personnel, et pour l’autonomie professionnelle. Or, celle-ci est constamment réduite.

Dans le dossier des quatre jours et demi, la marge de manœuvre du ministre se situe-t-elle là ?

Tout à fait. Concernant la réforme des rythmes scolaires, il ne faut pas que le processus de décision soit monopolisé par les maires. Les conseils d’école doivent être impliqués, les enseignants ont aussi leurs avis à donner, notamment sur les questions pédagogiques. On a transféré une partie du pouvoir scolaire de l’Etat aux maires, au lieu de penser à l’articulation entre les deux et à la démocratie locale.

(1) Auteur de La grève enseignante, en quête d'efficacité (éditions Syllepse)
Recueilli par Sylvain Mouillard
avatar
Roumégueur Ier
Érudit

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par Roumégueur Ier le Jeu 14 Nov 2013 - 18:59
J'adore ce passage, dans le style 'Pourquoi on s'embêterait, ça ne bouge pas', limite ils vont nous baisser le salaire si ça continue :

"On n’est pas dans une révolte généralisée. La preuve, c’est que pour la deuxième année consécutive, le point d’indice des enseignants est gelé, ce qui entraîne une baisse de pouvoir d’achat. Et pourtant, il n’y a pas de réaction"

D'ailleurs, ça ne fait que deux ans le gel du point d'indice?
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par JPhMM le Jeu 14 Nov 2013 - 19:00
La preuve, c’est que pour la deuxième année consécutive, le point d’indice des enseignants est gelé, ce qui entraîne une baisse de pouvoir d’achat. Et pourtant, il n’y a pas de réaction.
Le *** !!!!!!!!

 furieux furieux furieux

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par arcenciel le Jeu 14 Nov 2013 - 19:20
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
La preuve, c’est que pour la deuxième année consécutive, le point d’indice des enseignants est gelé, ce qui entraîne une baisse de pouvoir d’achat. Et pourtant, il n’y a pas de réaction.
Le *** !!!!!!!!

 furieux furieuxfurieux
+1
avatar
doublecasquette
Devin

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par doublecasquette le Jeu 14 Nov 2013 - 19:25
C'est monstrueux. Qu'est-ce qu'on démonte pour les faire réagir ? Des bibliothèques ? Ou alors, on se met à voler les bouquins, les stylos, les cahiers, les ordis et même les TBI au lieu de jouer les bons petits citoyens qui paient... furieux furieux furieux 

_________________
Pardon pour vous, pardon pour eux, pour le silence
Et les mots inconsidérés,
Pour les phrases venant de lèvres inconnues
Qui vous touchent de loin comme balles perdues,
Et pardon pour les fronts qui semblent oublieux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Papote aussi par là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
et là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et puis par là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par JPhMM le Jeu 14 Nov 2013 - 19:40
Cette façon de dire "on leur marche dessus, ils ne réagissent pas — donc on va continuer." ressemble en effet à un casus belli.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
atrium
Neoprof expérimenté

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par atrium le Jeu 14 Nov 2013 - 19:48
La preuve, c’est que pour la deuxième année consécutive, le point d’indice des enseignants est gelé, ce qui entraîne une baisse de pouvoir d’achat. Et pourtant, il n’y a pas de réaction.
C'est dur pour nous mais tellement vrai.
avatar
Une passante
Neoprof expérimenté

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par Une passante le Jeu 14 Nov 2013 - 19:55
et malheureusement, ce n'est pas pour autant que les collègues réagiront... on aura beau leur montrer le mépris dont nous sommes victimes, pfff, ce n'est pas demain la veille que nous pourrons faire grève pour une vraie revalorisation salariale...
Contenu sponsorisé

Re: «Peillon a sous-estimé la complexité de la réforme des rythmes scolaires»

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum