Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
John
Médiateur

Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par John le Dim 17 Nov 2013 - 1:34
Les négociations sur la composition des listes du parti socialistes pour les élections européennes ont duré près de 18h. Elles ne se sont achevées que samedi matin, vers 6h. Les négociations ont été difficiles, en particulier pour quelques circonscriptions.

Dans le Sud-Est, le ministre de l'éducation Vincent Peillon va, comme prévu, être tête de liste avec, en deuxième position, Sylvie Guillaume, eurodéputée sortante et le politologue Zaki Laïdi, proche de Manuel Valls, numéro 3. Le cas de M. Laïdi a été l'objet d'un long blocage durant la nuit, les "vallsistes" du PS ayant été durs à convaincre pour qu'il figure en numéro 3 sur la liste.

"Comme la chèvre de monsieur Seguin, ils n'ont cédé qu'à la toute fin de la nuit ", ironise un cadre du PS. La situation juridique de M. Peillon en est la cause. Théoriquement, M. Peillon, une fois élu à Strasbourg, démissionnera pour rester ministre du gouvernement. Mme Guillaume prendra alors sa place et M. Laïdi, même s'il n'a pas été élu en mai, intégrera le Parlement de Strasbourg par effet domino. Mais que se passerait-il dans quelques mois si jamais M. Peillon n'était plus ministre ? En pareil cas de figure, M. Laïdi devrait se retirer pour laisser siéger M. Peillon et Mme Guillaume. Un scénario-catastrophe qui ne satisfait pas du tout les amis de M. Valls...

Dans le Nord-Ouest, Gilles Pargneaux, eurodéputé, patron de la fédération du Nord et proche de Martine Aubry, conduira la liste avec, en numéros deux et trois, Claude Roiron, fabiusienne, ancienne présidente du conseil général d'Indre-et-Loire, et Jean-Louis Cottigny, député européen sortant. La composition de cette liste n'a pas particulièrement posé de problème.

Ce fut loin d'être le cas pour celle de la circonscription Ouest. Après de longues négociations, Isabelle Thomas, proche du courant de Benoît Hamon, a été choisie comme tête de liste. Surprise, le numéro 2 est Emmanuel Maurel, animateur de l'aile gauche du PS, qui souhaitait conduire la liste Sud-Ouest. Mais une opposition des socialistes locaux, notamment en Languedoc-Roussillon, l'en a empêché. Selon nos informations, il a fallu une intervention directe dans la nuit du premier ministre, Jean-Marc Ayrault, pour faciliter les choses. [...]

Autre surprise de la nuit, la désignation dans la circonscription du Sud-Ouest d'une tête de liste membre du Parti radical de gauche (PRG). Son nom est encore inconnu, mais ce devrait être une femme, parité globale oblige. L'affaire ne s'est pas faite sans mal. M. Maurel rejeté localement comme tête de liste, ce devait être théoriquement Eric Andrieu, eurodéputé sortant et proche de Vincent Peillon, qui devait être désigné. Mais M. Andrieu a fait les frais des équilibres internes et ne sera que numéro 2. "C'est une manière de dire à Peillon qu'il était un peu trop gourmand et que ses revendications posaient problème à beaucoup de monde", décrypte un responsable du PS.

Dans la région Est, la situation n'est pas définitivement réglée. Catherine Trautmann, eurodéputée depuis 1989 (excepté entre 1997 et 2004 lorsqu'elle a été ministre des gouvernements Jospin), a été désignée tête de liste. Mais son avenir n'est pas assuré. "Il serait plus correct de dire qu'elle est première socialiste sur la liste", corrige un membre du PS. Car Edouard Martin, le syndicaliste CFDT de Florange, pourrait être intronisé. Les négociations durent depuis plusieurs semaines, mais M. Martin n'a toujours pas donné sa réponse. [...]

Enfin, la dernière surprise et pas des moindres, est venue de la région Massif central-Centre. Alors que l'on attendait, parmi d'autres noms, celui de Jean Mallot, conseiller politique de Jean-Marc Ayrault à Matignon et directeur de cabinet du ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, c'est le président du conseil régional du Limousin, Jean-Paul Denanot, qui a été choisi comme tête de liste. Karine Gloanec Maurin, vice-présidente de la région Centre, proche de M. Peillon, a la deuxième place.

Selon nos informations, la désignation de M. Denanot, pourtant candidat probable aux prochaines sénatoriales en Haute-Vienne, est un souhait de l'Elysée. "On ne comprend pas bien pourquoi Hollande s'en est mêlé, sauf à vouloir montrer qu'il pèse encore dans les choix du parti", explique un responsable. La désignation de M. Denanot est en tout cas un camouflet pour M. Mallot qui était le seul candidat défendu par M. Ayrault.

   Bastien Bonnefous
   Journaliste au Monde
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par John le Dim 17 Nov 2013 - 2:42, édité 1 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
John
Médiateur

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par John le Dim 17 Nov 2013 - 2:39
Tout s'explique :
Il avait un candidat à placer: le politologue Zaki Laïdi. Imbattable dans les enquêtes d’opinion, Manuel Valls a pu constater dans ses négociations qu’il restait un poids plume dans le PS. Les proches du ministre de l’Intérieur réclamaient tout d’abord la 3e place en Ile-de-France pour Laïdi. Place que le PS considère aujourd’hui éligible – Benoît Hamon y avait pourtant échoué en 2009 – car depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, la France dispose de deux sièges supplémentaires au Parlement européen. L’un d’eux reviendra aux Franciliens. Mais pas question pour Hamon et ses proches de laisser cette place qu’ils estimaient due à l’un des leurs: Guillaume Balas, chef des socialistes à la région Ile-de-France et secrétaire général du courant Hamon «Un monde d’avance». «Ça permet aussi à Hamon de dégager le terrain avant une candidature à la région en 2015», dit un responsable PS.

Dans la nuit, Laïdi aurait pu atterrir en numéro 2 dans l’Ouest. Encore manqué: barré dans le Sud-Ouest et refusant d’être numéro 3 en Ile-de-France, Emmanuel Maurel s’est vu proposer la place. Laïdi obtient finalement la 3e position dans le Sud-Est, espérant profiter de la présence de Vincent Peillon au gouvernement pour entrer au Parlement… à moins qu’un départ du ministre de l’Education ne le fasse glisser en position charnière. Ces difficultés de Valls à placer l’un des siens, «c’est le reflet de son poids dans les instances», souligne un proche de Désir.
"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires".

Jean-Marc Ayrault a tout fait pour le «débrancher». Mais le ministre de l’Education n’a rien voulu savoir: comme en 2009, il sera tête de liste dans la grande région Sud-Est qui comprend Paca, Rhône-Alpes et la Corse. «Hollande a refusé de revenir au mode de scrutin avec liste nationale unique car il avait peur de voir les européennes "nationalisées", déplore un élu PS. Or avec Peillon en pleines difficultés sur les rythmes scolaires, il va l’avoir, son scrutin nationalisé»

«Pour Peillon, c’est ceinture et bretelles», poursuit un de ses camarades. Car en cas de sortie du gouvernement le ministre aurait un matelas pour amortir sa chute… Et comme si son cas ne suffisait pas, Peillon réclame aussi la tête de liste dans le Sud-Ouest pour un de ses proches: Eric Andrieu, député européen depuis la nomination du hollandais Kader Arif au gouvernement. «Peillon a du poids, fait valoir un haut dirigeant socialiste. C’est lui qui a le plus gros réseau de conseillers nationaux. Il est méconnu dans ce rôle-là alors qu’il gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires». Bénéficiant de soutiens locaux, Andrieu a réussi à faire barrage au chef de file de l’aile gauche, Emmanuel Maurel, dont la tête de liste face à José Bové et Jean-Luc Mélenchon avait été promise par Harlem Désir.

Devant la levée de boucliers des numéros un locaux, le premier secrétaire a préféré éviter un rejet de la liste par les militants en proposant à Maurel d’aller dans l’Ouest, derrière la sortante Isabelle Thomas - autant soutenue par Benoît Hamon que par le très hollandais Jean-Yves Le Drian qui reconnaît à l’ex-leader étudiante de 1986 de s’être battue pour les pêcheurs bretons – et derrière Françoise Meynard, poussée par Ségolène Royal.

Peillon se voyait ainsi faire le doublé. Mais dans la nuit, pour régler son problème d’alliance avec les radicaux de gauche, le choix a été fait d’offrir la tête de liste Sud-Ouest à une femme PRG, laissant Andrieu en deuxième position et en sacrifiant l’eurodéputée sortante, Françoise Castex. La découverte du deal, samedi matin, a provoqué la colère des responsables locaux. «Ceci est totalement inacceptable! a lancé Joël Bouche, premier fédéral de Haute-Garonne, en plein conseil national. Cela s’est fait sans concertation! Il va falloir que vous m’expliquiez comment je mobilise les militants!»«Au moins on aura La Dépêche du Midi avec nous», ironise un cadre socialiste faisant allusion au quotidien régional dirigé par Jean-Michel Baylet, patron du PRG.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par John le Dim 17 Nov 2013 - 14:06, édité 1 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par arcenciel le Dim 17 Nov 2013 - 8:10
Merci!
Cath
Bon génie

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Cath le Dim 17 Nov 2013 - 10:28
Quel panier de crabes...
Cath
Bon génie

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Cath le Dim 17 Nov 2013 - 10:30
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Les négociations sur la composition des listes du parti socialistes pour les élections européennes ont duré près de 18h. Elles ne se sont achevées que samedi matin, vers 6h. Les négociations ont été difficiles, en particulier pour quelques circonscriptions.

Théoriquement, M. Peillon, une fois élu à Strasbourg, démissionnera pour rester ministre du gouvernement.

   
Ça, ça me dépasse.
Pourquoi se présenter si c'est pour démissionner ? N'est-ce pas insultant vis à vis de l'électeur ?
avatar
Voltigeur
Niveau 9

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Voltigeur le Dim 17 Nov 2013 - 10:41
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Ça, ça me dépasse.
Pourquoi se présenter si c'est pour démissionner ? N'est-ce pas insultant vis à vis de l'électeur ?
C'est assez limpide : comme pour un mandat législatif national, il récupérera automatiquement son siège lors de son départ ministériel. D'où le "ceinture et bretelles" des commentateurs. Notre si dévoué patron prend soin de son avenir personnel...


Dernière édition par Voltigeur le Dim 17 Nov 2013 - 10:41, édité 1 fois (Raison : coquille)

_________________
«Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense» (Walter Lippman)
Cath
Bon génie

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Cath le Dim 17 Nov 2013 - 10:47
Donc il peut démissionner mais revenir après s'il est viré de son ministère ?

Alors c'est dire clairement : "Le job, je m'en fous, c'est juste pour le fric".

Et là il est clair que je ne voterai pas PS.

D'autant que j'ai vu la composition de la liste dans ma région (merci neo).
avatar
Marphise
Niveau 7

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Marphise le Dim 17 Nov 2013 - 11:05
J'aime bien le futur simple employé par tous ces beaux responsables du PS en évoquant les résultats d'élections qui n'ont pas encore eu lieu. Va falloir que les électeurs leur rappellent qu'il faut encore réussir à les convaincre pour accéder à ces juteux postes, et qu'on n'en est pas encore au stade de je ne sais plus quel pays en bordure de la Mer Noire où on connaissait le score du président sortant avant le vote...
avatar
Ilona
Niveau 9

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Ilona le Dim 17 Nov 2013 - 12:13
Cela confirme bien que les hommes et femmes politiques ne sont que des SARTL (société à responsabilité trés limitée) et qu'ils ne sont mus que par leur intéret personnel.
Se servir d'abord et éventuellement servir !
Le probléme étant que lorsqu'ils sont disposés à servir,ils abiment les choses plutot que de contribuer à ce qu'elles fonctionnent mieux.
Tout cela me conforte dans mon attitude non coopérative.
Contenu sponsorisé

Re: Listes PS aux européennes :"Vincent Peillon gère davantage sa boutique que la réforme des rythmes scolaires", "ses revendications posent problème à beaucoup de monde".

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum