Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Cath le Mar 19 Nov 2013 - 12:37

Je n'ai même pas envie de donner mon avis sur ces propositions.


Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Lefteris le Mar 19 Nov 2013 - 13:46

@Aidoprofs a écrit:En relisant les posts depuis le début, on constate que certains d'entre vous, plus perspicaces que d'autres, ont trouvé pourquoi nous formulons toutes ces propositions. Bien vu !

Pour ceux qui se posent la question de savoir si l'on sait de quoi on parle, notre équipe (bénévoles et adhérents référents, de plus en plus nombreux) est constituée de profs (pour garder un pied dans le métier) et d'anciens profs (qui l'ont été 10 à 35 ans avant de partir). Il est clair que l'accroissement du temps de travail in situ (qui existe déjà, qui peut vraiment dire qu'il ne fait "que" son temps d'enseignement sur place ?) doit s'accompagner de création de locaux, ou de banalisation de salles pour faciliter le travail sur site. ça n'est pas possible, partout, c'est une réforme de très long terme. Ce que propose ici le ministre, en quelques mois, ne va permettre que d'aborder les marges de la GRH telle qu'elle existe actuellement. Il a le mérite de vouloir faire qqch, par rapport à l'ancien dont l'action visait au démantèlement du métier (recrutement au pôle emploi de tous les titulaires d'une licence, lissage des rémunérations pour qu'une "carrière" du 1er au 11e échelon dure le plus longtemps possible, ça ne vous rappelle rien ?)

A l'origine, nous avions créé cette asso parce que l'administration tardait à mettre en place la seconde carrière des enseignants promise par la loi de 2003. Dix ans plus tard, ce qu'elle a commencé est autocentré sur le métier d'enseignant: changer de niveau ou de discipline quand on en a assez d'enseigner. C'est désespérant...rien n'est proposé en dehors de l'EN, aucune passerelle sans concours, et fi de la mobilité tout au long de l'année, on ne compte plus le nombre de profs qui se voient refuser un détachement en cours d'année, et même leur demande de dispo pour convenance personnelle, ou leur demande de mi-temps ou de temps partiel. C'est avant tout cela que l'on veut voir évoluer. C'est un peu pour ça qu'on avait gardé l'appellation "aide aux profs".

L'horaire enseignant est un vaste sujet...lié au cas particulier de chaque individu qui en a sa propre appropriation, et au cas de chaque établissement dont le contexte local, en fonction de son environnement (mer, montagne, campagne) diffère. Le système centralisé qui est le nôtre ne fonctionne que par injonctions unilatérales, et l'idée est de tenter de lui faire prendre conscience que chaque chef d'établissement pourrait réaliser une GPRH en fonction de son environnement et des attentes et besoins de ses personnels. C'est actuellement difficilement envisageable, car beaucoup de conditions indispensables ne sont pas réunies, le ministre ayant conservé le système de caporalisation (en élargissant le nombre de cadres touchant de généreuses primes) que nous ne sommes pas les seuls à dénoncer.

A bien y réfléchir, oui, "aide aux profs", était une erreur d'appellation par rapport à ce que nous souhaitions réaliser. Les profs sont l'un des publics les plus libres parmi toutes les catégories de fonctionnaires car ils exercent un métier qui les rend bien plus autonomes qu'ailleurs, avec une flexibilité incomparable, même si elle tend ici et là à disparaître. L'objectif de l'administration est de les faire "rentrer dans le rang", de les annualiser, on l'a tous bien compris. La stratégie est de trouver un juste milieu, pour éviter que l'administration décide seule. Avez-vous remarqué que, concernant vos congés d'été, c'est ce qui est en train tout doucement de se passer ? Alors que le ministre indique qu'on en reparlera qu'en 2015, l'administration a déjà programmé la rentrée scolaire 2014 au 29 août, tout en reculant le départ en congés au 5 juillet...si ce n'est pas de l'anticipation ça... :-(

Et puis, si l'on en lit la presse ces derniers jours, tous les sujets abordés forment un dossier "explosif". Celui/celle qui a lancé ce sujet ne le démentira pas: c'est une grenade dégoupillée qui n'a pas fini de faire parler d'elle, tellement chacun a son propre avis sur les questions en suspens.

On dit que l'EN est un ministère non réformable, tellement les intérêts sont divergents. Puisque ce que nous proposons ne vous plaît pas, c'est tout à fait légitime comme point de vue, nous attendons, puisque le sujet est lancé ici, tous vos contre-arguments, et surtout vos propositions, chacune méritant d'être étudiée, discutée, dès lors qu'elle met en avant les conditions nécessaires à sa réalisation. Soyez constructifs. Proposez !

Puisque nous avons la chance d'avoir un représentant d'un grand syndicat ici, c'est le moment pour lui de nous faire part de son point de vue sur les questions qui vont être abordées par les groupes de travail, pour qu'il nous indique de quelle manière il voit les choses.

A notre niveau, certaines de nos propositions seront défendues par deux syndicats nationaux. On peut juste constater que le ministre énonce déjà quelques unes des propositions que nous lui avions faites fin août 2012 et mi juillet 2013. L'ancienne DGRH avait repris à son compte 14 de nos 18 propositions pour faire avancer le chantier des secondes carrières, un chantier qui n'intéresse pas tous les syndicats car il a "le défaut de faire fuir une partie de leurs adhérents en dehors de l'EN" (c'est un ancien grand dirigeant de la FSU qui nous avait fait cette remarque, on n'invente rien). On comprend bien que les secondes carrières n'aient pas bonne presse, mais dans une carrière qui ne cesse de s'allonger (la prochaine réforme des retraites est programmée en 2018...), il va bien falloir songer à des aménagements horaires de fin de carrière, trouver des solutions acceptables, et pour compenser, il faut bien trouver des moyens d'agir en amont.

Aide aux Profs est contactée à 25% par des enseignants qui ont des soucis de santé. L'administration, lentement mais sûrement, finit par les placer en invalidité, à la retraite anticipée. ça peut tous nous concerne un jour ou l'autre, et bien malheureusement, ce n'est pas quand on arrive dans ce type de situation qu'on arrive à faire valoir ses droits. C'est une baisse de revenus qui est au rendez-vous, sans tenir compte de l'investissement professionnel passé.

Aide aux Profs est contactée à 60% par des profs qui ont fait ce métier par défaut. Ce sont ceux-là qui s'en sortent le mieux dans leur projet de reconversion, car rien ne les retient pour aller de l'avant. Ceux qui avaient la vocation sont peu nombreux à nous contacter, 10 à 15% au grand maximum. Les contacts proviennent à 28% de la région Ile de France, 16% de la région de Lyon, 14% de la région PACA, 10% de la région de Lille. Donc 68% déjà. Les profs qui ont été affectés près de la mer, à la montagne, ou dans un environnement où les richesses patrimoniales, naturelles, ont un grand potentiel touristique, sont les moins nombreux à nous contacter.

On a fini par en conclure que l'envie d'une seconde carrière ne vient pas du métier en lui-même, mais des conditions d'affectation. Il est nettement plus difficile d'être prof en région urbaine et dense qu'en milieu rural ou dans une région très touristique. C'est là que le métier d'enseignant se vit le mieux.

Allez, que chacun émette ses propositions, ça fera avancer la réflexion collective, après tout, c'est le bon moment. Peu de ministres ont réellement eu envie de s'intéresser aux enseignants.
Le grand changement concernant Aide aux Profs est sa nouvelle appellation...on va juste changer de nom, donc d'activité...
Je ne vais pas reprendre tout ce qui a été dit  avec pertinence par beaucoup et en détail par  Cripure .

Mais l'idée d'assigner les professeurs à horaires ,  pointeuses, procédures, flicage est le meilleur moyen de les dégoûter du métier.
Ayant été cadre A avant , j'affirme avec force que la liberté dans l'organisation d'une grande partie de son travail est le seul avantage réel de cette profession, la seule compensation devrais-je dire.

La  seule raison pouvant faire perdre 30 % de traitement , c'est d'avoir  plus de temps,et donc  d'autonomie  dans la gestion de celui-ci, et moins de contrôles, moins de hiérarchie, moins de cette pression qui consiste tout simplement à être sur son  lieu de travail, moins de réunions pur ne rien dire ...

Pour le reste, j'estime que pour les cadres A et A+ que sont les enseignants, de telles mesures sont à la fois ignominieuses, et  insultantes. On ne contrôle nullement les horaires des cadres A, qui peuvent s'absenter, ou au contraire étendre leur travail quand le besoin s'en fait sentir, car la notion de conception, et de responsabilité est envisagée. Traiterait-on de cette manière un ingénieur  des labos, un attaché, un administrateur civil , un magistrat ?

J'ai connu des choses certes désagréables , mais n'ai jamais vu aucun fonctionnaire de ce niveau travailler sous la schlague telle que vous la proposez.

C'est de plus totalement inefficace . Même en admettant qu'on nous foute la paix  qu'on nous laisse enfermés dans nos bureaux (individuels bien entendu Twisted Evil ) sur place, on ne saute pas du coq à l'âne comme ça, en sortant épuisé de plusieurs heures de cours, chacune d'entre elles n'étant pas une heure de présence ou de bureau.
Ainsi que beaucoup ici je me remets bien mieux au travail le soir, ou le dimanche , ou quand quelque chose m'inspire,  j'ai besoin de ma bibilothèque (éventuellement d'aller dans une bibliothèque d'ailleurs) , de mon ordinateur.
Et personne ne peut gérer à ma place, de manière fixe (X heures de correction, X heures de préparation affraid ...) le volume de travail, d'une semaine sur l'autre, ça varie.

Une telle mesure serait le coup de grâce pour une profession mal en point. Ca aiderait seulement Aidoprof , et bien entendu la politique comptable des ministères successifs...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Aidoprofs le Mar 19 Nov 2013 - 13:54

On n'est pas marié(s) avec la mgen. ni avec la maif. ni avec un syndicat. nous sommes tous bénévoles. Le budget ne vient que des cotisations des adhérents, depuis toujours. On n'est pas dans les 328 millions d'euros du budget 2013 que l'Etat a consacré à des dizaines de milliers d'associations. On n'a pas de postes de détachés financés par l'Etat. On n'a pas comme la plupart des syndicats d'argent provenant des caisses de l'Etat au titre de subventions (le Snalc est autosuffisant à ce niveau, d'autres peut-être aussi, il faudrait en faire la liste). On est donc libres, indépendants, ce qui a son prix, aussi, en terme de pérennité.

Oui, nous sommes élus au sein de l'association, mais bien moins nombreux qu'au sein d'un syndicat, la proportion de votants n'est pas la même.
La légitimité peut se gagner par les idées que l'on propage, par les actions que l'on réalise, par la crédibilité du message que l'on diffuse. On est d'accord avec le point de vue de "PauvreYorick": "entre une mission de reconversion, sûrement fort utile, et d'autre part une mission de redéfinition du métier. Je crois qu'il faut être extrêmement précautionneux ici: il n'y a pas de transfert de légitimité d'une fonction à l'autre."

On est conscients qu'on a pénétré sur un champ de mines, les vôtres explosent déjà un peu partout au fil de cette rubrique, ça nous interpelle c'est sûr. Et de toute façon ce chantier des 13 groupes (pourquoi 13 d'ailleurs, le ministre serait-il superstitieux ? Envie de se donner une chance de réussir ?) ne sera qu'un champ de mines du début à la fin, avec des représentants qui sortiront parfois pour exprimer leur colère, ou qui refuseront de signer le protocole final...tout cela est quasi prévisible. Il y aura des grèves aussi, pour que certains manifestent que ça ne prend pas la tournure qu'ils attendaient. Car entre les promesses et les discussions déjà calées d'avance par catégories de personnels et non pas de manière transversale sur les questions de GRH, le ministre a déjà orienté les négociations. Côté GRH, on n'attend pas grand chose en fait, tout semble déjà écarté de ce point de vue.

Ce qu'on a mis en ligne n'est que l'arbre qui cache la forêt de nos propositions, détaillées dans un document de 40 pages en fait. Donc il est bien normal que vous n'arriviez pas à voir pourquoi on dit dans la synthèse "2h de concertation" par exemple. C'était pour synthétiser les choses, mais la répartition est différente, c'est une moyenne, on a tenté de quantifier ce qui est fait dans un EPLE par les uns et les autres. Notre idée, c'est d'adapter le temps d'enseignement devant élèves en fonction des souhaits de chacun, avec une base incompressible. Imaginez un prof dire "moi j'aimerais bien enseigner 24h" (sachant qu'il y aura une partie payée en heures sup) et un autre "moi je me contenterais bien de 12h" (sachant que ce sera compensé par d'autres missions au sein de l'établissement, comme coordonner les projets de ses collègues ou gérer les conflits parents/profs par exemple. Avec une rotation des missions d'année en année, pour que chacun y trouve son compte, que ce ne soient jamais les mêmes qui en profitent. Ainsi selon la santé ou l'envie de l'individu, le temps d'enseignement peut-il varier selon les tranches d'âge, et se réduire en fin de carrière. Mais ce que nous avons proposé ne sera pas réalisable, on sait bien qu'à l'échelle de plus d'un million d'avis divergents personne n'arrivera un jour à démêler ce noeud gordien qu'est la GRH à l'EN. Il faudrait que la GRH descende à l'échelle d'un EPLE, et qu'on ne donne pas tous les pouvoirs non plus au chef d'établissement. Vaste sujet...tellement épineux...
Dans le projet de détail, on propose la fin de l'évaluation par les inspecteurs après 10 ans d'ancienneté, et une évaluation qui ne soit que formative entre 1 et 10 ans, et non sanctionnée par un avancement plus ou moins ralenti. Et bien d'autres choses pour changer de système de GRH.

Disons que lire des témoignages au quotidien de profs qui nous exposent les différentes facettes de leur métier nous ont permis d'élaborer pas mal de propositions qui n'engagent que ceux qui les émettent, on est bien d'accord. Il en est de même des propositions des syndicats.  Ils n'ont pas tous les mêmes objectifs, les mêmes idées, c'est ça qui fait l'attrait d'une démocratie. Et tout le monde connaît l'administration: elle raisonne en terme de budget. Elle met donc en application ce qui lui permet de faire des économies, et non pas ce qui est positif pour les individus. La stratégie est donc d'arriver à faire entrer qqch de positif dans ce qui apparaîtrait a priori comme négatif. Et on arrive parfois à qqch de correct. C'est ce vers quoi vont tenter d'arriver les syndicats dans ces 13 groupes de travail.

De notre point de vue, le ministre a déjà acté d'avance ce qu'il avait envie de faire. Les 13 groupes ne sont là que pour justifier la synthèse. Ils y auront tous participé. Remémorez vous les séances d'audition de la commission Pochard et ce qui en a résulté...et regardez bien les vidéos surtout, certains tapotent sur leur table comme si les auditions, finalement, les lassaient...d'autres font des petits dessins pendant que les experts s'expriment. ça en dit long sur le degré d'intérêt de certains à ce moment là sur l'évolution du métier d'enseignant.

Là, ce qui est en jeu, est de taille: la quantification, donc la reconnaissance, de toutes les heures que font les profs dans toutes les taches qui leur sont imposées. Le risque, on ne se le cache pas, est énorme, que l'administration en profite pour imposer de nouvelles taches dans un horaire transformé. Et on est bien d'accord, il n'est pas question d'accepter que les choses soient interprétées en ce sens.

Pour terminer par rapport au dernier post, dans certaines administrations, les agents "badgent", leur temps de travail est contrôlé à la minute près, ce qui n'est pas le cas des profs (et heureusement).

_________________
Le vent est toujours favorable à celui qui sait où il va.
Proverbe chinois.

Aidoprofs
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Lefteris le Mar 19 Nov 2013 - 13:57

@Roumégueur Ier a écrit:
Cripure a écrit:Y'a de quoi se faire sauter le caisson, là ! 2h par semaine à discutailler avec ses collègues ? affraid
Je rappelle qu'à la radio M. Peillon a fait deux fois référence au 'travail en équipe' dans la même phrase (!) lorsqu'il évoquait les discussions sur les missions des enseignants. Il part du postulat qu'un enseignant travaille FORCéMENT en équipe (ou qu'il y sera bien obligé dans le futur).
Il y a évidemment des temps de concertation à aménager sur l'année scolaire (que l'on arrive à obtenir très difficilement vu les EDT parfois incompatibles), mais de là à en faire du 2h par semaine, sans aller jusqu'à se faire sauter le caisson, c'est un peu trop...
je sais que je me répète beaucoup sur le forum , mais pour avoir travaillé dans une institution plus hiérarchisée, je rappelle que travail d'équipe et réunionnite sont deux techniques managériales. Il s'agit :
- de contrôler les gens, de les avoir sous la main.
- de les faire parler et de les jauger et (juger).
- de les faire adhérer à des idées déjà prêtes.
- dans le cas du travail d'équipe, de les amener à se donner eux-mêmes du travail ( en langage technocratico -managérial , on utilise ad mauseam "faire émerger quelque chose... " -si si, vérifiez...) , ou a entrer dans le jeu d'un travail dont ils ne veulent pas mais qu'on a décidé pour eux;
- d'amener à "mutualiser" le travail, pour se passer des concepteurs eux-mêmes.
- de créer des hiérarchies internes, des "leaders" , et même des camps et des tensions ...

C'est une des déclinaisons de l'esprit open space .

Je ne développe pas plus, mais j'engage tout le monde à méditer ça ...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Lefteris le Mar 19 Nov 2013 - 14:01

@Aidoprofs a écrit:

Pour terminer par rapport au dernier post, dans certaines administrations, les agents "badgent", leur temps de travail est contrôlé à la minute près, ce qui n'est pas le cas des profs (et heureusement).
En catégorie A, je n'ai jamais connu personne "badgeant" à la minute, et dans plusieurs ministères . Seul le personnel d'exécution le fait , ce qui est d'ailleurs à son avantage , car chaque minute supplémentaire (dix minutes de plus au déjeuner par-ci par là ) est récupérable . Le cadre A, onlui demande surtout que le travail soit fait (ou fait faire s'il dirige).

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Iphigénie le Mar 19 Nov 2013 - 14:25

Cripure  + Lefteris : bravo.
Et dans ce qu'a dit Lefteris, je reprendrais volontiers une phrase qui résume bien à elle seule toute cette "concertation qu'on nous annonce" et le rôle que vont tenir des assos telles qu'"Aide"aux profs:
de les faire adhérer à des idées déjà prêtes
à savoir pour l'essentiel:
plus d'heures de présence, plus de temps d'exécution de tâches subalternes (réunions, concertations, projets d'animation, psychologie au rabais pour l'intérêtdeszenfants) et moins d'exigences disciplinaires qui coûtent trop cher en formation puis en salaire ( un contrat précaire est beaucoup plus "pédagogue" qu'un agrégé, c'est bien évident).
ça s'appelle: "progresser", loin du "corporatisme.
Engagez-vous, qu'on vous disait jadis...


Dernière édition par iphigénie le Mar 19 Nov 2013 - 14:27, édité 1 fois

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par PauvreYorick le Mar 19 Nov 2013 - 14:26

@Aidoprofs a écrit: Là, ce qui est en jeu, est de taille: la quantification, donc la reconnaissance, de toutes les heures que font les profs
Vous ne l'ignorez pas (votre message le montre), mais je ne suis pas sûr que vous mesuriez tout à fait à quel point la quantification comporte d'autres risques qu'un «risque» de reconnaissance.

D'autant qu'il n'est pas du tout, mais alors pas du tout certain que le «donc» soit justifié par l'événement. J'évalue pifométriquement la probabilité que la quantification se traduise en reconnaissance à environ zéro.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Lefteris le Mar 19 Nov 2013 - 14:56

@iphigénie a écrit:
Engagez-vous, qu'on vous disait jadis...
Ca commence à ressembler à ça ... humhum 

Spoiler:

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Osmie le Mar 19 Nov 2013 - 15:28

@Aidoprofs a écrit:On n'est pas marié(s) avec la mgen. ni avec la maif. ni avec un syndicat. nous sommes tous bénévoles. Le budget ne vient que des cotisations des adhérents, depuis toujours. On n'est pas dans les 328 millions d'euros du budget 2013 que l'Etat a consacré à des dizaines de milliers d'associations. On n'a pas de postes de détachés financés par l'Etat. On n'a pas comme la plupart des syndicats d'argent provenant des caisses de l'Etat au titre de subventions (le Snalc est autosuffisant à ce niveau, d'autres peut-être aussi, il faudrait en faire la liste). On est donc libres, indépendants, ce qui a son prix, aussi, en terme de pérennité.

Oui, nous sommes élus au sein de l'association, mais bien moins nombreux qu'au sein d'un syndicat, la proportion de votants n'est pas la même.
La légitimité peut se gagner par les idées que l'on propage, par les actions que l'on réalise, par la crédibilité du message que l'on diffuse. On est d'accord avec le point de vue de "PauvreYorick": "entre une mission de reconversion, sûrement fort utile, et d'autre part une mission de redéfinition du métier. Je crois qu'il faut être extrêmement précautionneux ici: il n'y a pas de transfert de légitimité d'une fonction à l'autre."

On est conscients qu'on a pénétré sur un champ de mines, les vôtres explosent déjà un peu partout au fil de cette rubrique, ça nous interpelle c'est sûr. Et de toute façon ce chantier des 13 groupes (pourquoi 13 d'ailleurs, le ministre serait-il superstitieux ? Envie de se donner une chance de réussir ?) ne sera qu'un champ de mines du début à la fin, avec des représentants qui sortiront parfois pour exprimer leur colère, ou qui refuseront de signer le protocole final...tout cela est quasi prévisible. Il y aura des grèves aussi, pour que certains manifestent que ça ne prend pas la tournure qu'ils attendaient. Car entre les promesses et les discussions déjà calées d'avance par catégories de personnels et non pas de manière transversale sur les questions de GRH, le ministre a déjà orienté les négociations. Côté GRH, on n'attend pas grand chose en fait, tout semble déjà écarté de ce point de vue.

Ce qu'on a mis en ligne n'est que l'arbre qui cache la forêt de nos propositions, détaillées dans un document de 40 pages en fait. Donc il est bien normal que vous n'arriviez pas à voir pourquoi on dit dans la synthèse "2h de concertation" par exemple. C'était pour synthétiser les choses, mais la répartition est différente, c'est une moyenne, on a tenté de quantifier ce qui est fait dans un EPLE par les uns et les autres. Notre idée, c'est d'adapter le temps d'enseignement devant élèves en fonction des souhaits de chacun, avec une base incompressible. Imaginez un prof dire "moi j'aimerais bien enseigner 24h" (sachant qu'il y aura une partie payée en heures sup) et un autre "moi je me contenterais bien de 12h" (sachant que ce sera compensé par d'autres missions au sein de l'établissement, comme coordonner les projets de ses collègues ou gérer les conflits parents/profs par exemple. Avec une rotation des missions d'année en année, pour que chacun y trouve son compte, que ce ne soient jamais les mêmes qui en profitent. Ainsi selon la santé ou l'envie de l'individu, le temps d'enseignement peut-il varier selon les tranches d'âge, et se réduire en fin de carrière. Mais ce que nous avons proposé ne sera pas réalisable, on sait bien qu'à l'échelle de plus d'un million d'avis divergents personne n'arrivera un jour à démêler ce noeud gordien qu'est la GRH à l'EN. Il faudrait que la GRH descende à l'échelle d'un EPLE, et qu'on ne donne pas tous les pouvoirs non plus au chef d'établissement. Vaste sujet...tellement épineux...
Dans le projet de détail, on propose la fin de l'évaluation par les inspecteurs après 10 ans d'ancienneté, et une évaluation qui ne soit que formative entre 1 et 10 ans, et non sanctionnée par un avancement plus ou moins ralenti. Et bien d'autres choses pour changer de système de GRH.

Disons que lire des témoignages au quotidien de profs qui nous exposent les différentes facettes de leur métier nous ont permis d'élaborer pas mal de propositions qui n'engagent que ceux qui les émettent, on est bien d'accord. Il en est de même des propositions des syndicats.  Ils n'ont pas tous les mêmes objectifs, les mêmes idées, c'est ça qui fait l'attrait d'une démocratie. Et tout le monde connaît l'administration: elle raisonne en terme de budget. Elle met donc en application ce qui lui permet de faire des économies, et non pas ce qui est positif pour les individus. La stratégie est donc d'arriver à faire entrer qqch de positif dans ce qui apparaîtrait a priori comme négatif. Et on arrive parfois à qqch de correct. C'est ce vers quoi vont tenter d'arriver les syndicats dans ces 13 groupes de travail.

De notre point de vue, le ministre a déjà acté d'avance ce qu'il avait envie de faire. Les 13 groupes ne sont là que pour justifier la synthèse. Ils y auront tous participé. Remémorez vous les séances d'audition de la commission Pochard et ce qui en a résulté...et regardez bien les vidéos surtout, certains tapotent sur leur table comme si les auditions, finalement, les lassaient...d'autres font des petits dessins pendant que les experts s'expriment. ça en dit long sur le degré d'intérêt de certains à ce moment là sur l'évolution du métier d'enseignant.

Là, ce qui est en jeu, est de taille: la quantification, donc la reconnaissance, de toutes les heures que font les profs dans toutes les taches qui leur sont imposées. Le risque, on ne se le cache pas, est énorme, que l'administration en profite pour imposer de nouvelles taches dans un horaire transformé. Et on est bien d'accord, il n'est pas question d'accepter que les choses soient interprétées en ce sens.

Pour terminer par rapport au dernier post, dans certaines administrations, les agents "badgent", leur temps de travail est contrôlé à la minute près, ce qui n'est pas le cas des profs (et heureusement).
Alors je n'ai lu tout le fil mais j'ai une question pour vous : êtes-vous seulement professeurs vous-mêmes ? Connaissez-vous seulement ce métier de l'intérieur ou n'en connaissez-vous que ce qu'en disent vos enfants, cousins, amis, parents, belle-sœur, médias ? Accessoirement (peut-être est-ce le cas), vous pourriez consulter la profession qui travaille avant de vous auto-ériger en grands maîtres du changement.
Faites ce genre de texte pour les ministres ou les pigeons, quelque chose comme Aideauxministr's.com ou un truc dans ce genre.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Iphigénie le Mar 19 Nov 2013 - 15:36

J'aime bien ta proposition de site
Aideauxministr's.com
, Janne Laughing C'est vrai que le titre serait plus idoine...

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Daphné le Mar 19 Nov 2013 - 17:22

@Aidoprofs a écrit: Ceux qui s'en sortent le mieux arrivent à préparer leur cours sur leur lieu de travail et à y corriger leurs copies.
Eh bien je ne dois pas m'en sortir !

Toujours est-il que j'ai choisi ce métier pour travailler comme je l'entends, à mon rythme, le soir, la nuit, au petit matin, le week-end, les vacances........ bref comme je l'entends en dehors de la contrainte de l'emploi du temps.
Et bavarde comme je suis, je ne peux pas travailler dans une salle des profs, sans compter que j'empêcherais de travailler tous les autres......
Non vos propositions ne me conviennent pas du tout.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Celadon le Mar 19 Nov 2013 - 17:53

@iphigénie a écrit:J'aime bien ta proposition de site  
Aideauxministr's.com
, Janne Laughing C'est vrai que le titre serait plus idoine...
Pourquoi ? Tu en connais beaucoup, des ministres, qui veulent quitter leurs fonctions et demandent à se réorienter ???? heu 

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par User5899 le Mar 19 Nov 2013 - 17:57

@Roumégueur Ier a écrit:Il y a évidemment des temps de concertation à aménager sur l'année scolaire
Bah non. Je cherche, mais à part le conseil d'enseignement de début juillet et celui de la pré-rentrée (4 minutes, juste pour rappeler les reliquats de photocopies), je ne vois pas une seule réunion de concertation en lettres depuis le 7/9/1990, date de mon arrivée dans ce lycée.
Que j'aime d'amour.
Je vous ai dit qu'on a d'excellents résultats au Bac ? Twisted Evil
Et qu'entre collègues de lettres, on s'entend très très bien ? Sans ironie ?
Ca doit être parce qu'on ne se concerte pas Rolling Eyes

Edit. Ah si. Un jour, on s'est réunis pour vérifier qu'on était bien d'accord : pas d'oraux blancs, pas de devoirs communs en seconde, pas de sujet commun au bac blanc écrit de 1re.


Dernière édition par Cripure le Mar 19 Nov 2013 - 17:59, édité 1 fois

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Osmie le Mar 19 Nov 2013 - 17:58

Ah, vu comme cela, non, c'est vrai, je n'en connais pas des masses. Very Happy
Ce qu'il leur faudrait, c'est une bonne réforme, comme dans l'EN, du même tonneau ! Aideauxministr's.com aurait du sens ensuite.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Osmie le Mar 19 Nov 2013 - 17:59

Cripure a écrit:
@Roumégueur Ier a écrit:Il y a évidemment des temps de concertation à aménager sur l'année scolaire
Bah non. Je cherche, mais à part le conseil d'enseignement de début juillet et celui de la pré-rentrée (4 minutes, juste pour rappeler les reliquats de photocopies), je ne vois pas une seule réunion de concertation en lettres depuis le 7/9/1990, date de mon arrivée dans ce lycée.
Que j'aime d'amour.
Je vous ai dit qu'on a d'excellents résultats au Bac ? Twisted Evil
Et qu'entre collègues de lettres, on s'entend très très bien ? Sans ironie ?
Ca doit être parce qu'on ne se concerte pas Rolling Eyes
On a essayé deux fois des progressions communes : houleux.
On n'essaye plus, chacun fait comme il l'entend : bonne entente.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Lefteris le Mar 19 Nov 2013 - 18:01

@Celadon a écrit:
@iphigénie a écrit:J'aime bien ta proposition de site  
Aideauxministr's.com
, Janne Laughing C'est vrai que le titre serait plus idoine...
Pourquoi ? Tu en connais beaucoup, des ministres, qui veulent quitter leurs fonctions et demandent à se réorienter ???? heu 
Ah si ! j'en connais un qui voudrait se réorienter vers le parlement européen... D'autres vers le Sénat, les Conseils Régionaux ... Rolling Eyes 

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Celadon le Mar 19 Nov 2013 - 18:02

Ils demandent de l'aide ?

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par User5899 le Mar 19 Nov 2013 - 18:49

@agc a écrit:Je me suis déjà attrapée avec cripure sur le travail en équipe car pour ma part je trouve que cela est important car de toute façon on travaille en équipe pédagogique auprès d'une classe et de faire bloc lorsqu'un collègue a un souci avec une classe me semble plus avantageux...Ainsi que le progression commune (je parle là de mon cas à savoir en matières professionnelles en LP)...
Pas besoin de se friter avec moi. Réunissez-vous tant que vous voudrez, communiez tant que vous voulez, vous avez ma demi-bénédiction. Tant que vous ne venez pas me casser les pieds et que nos relations professionnelles se limitent, éventuellement, à se payer un café ou une bière, ou à discuter d'un bouquin, d'un disque ou d'un film, nous serons les meilleurs amis du monde Smile

@PauvreYorick a écrit:On dit: «je me suis déjà cripée avec Friture». professeur 
Non mais là, c'est
Direct.
Et vous sortez professeur

@Lefteris a écrit:Mais l'idée d'assigner les professeurs à horaires ,  pointeuses, procédures, flicage est le meilleur moyen de les dégoûter du métier.
Ayant été cadre A avant , j'affirme avec force que la liberté dans l'organisation d'une grande partie de son travail est le seul avantage réel de cette profession, la seule compensation devrais-je dire.

La  seule raison pouvant faire perdre 30 % de traitement , c'est d'avoir  plus de temps,et donc  d'autonomie  dans la gestion de celui-ci, et moins de contrôles, moins de hiérarchie, moins de cette pression qui consiste tout simplement à être sur son  lieu de travail, moins de réunions pur ne rien dire ...

Pour le reste, j'estime que pour les cadres A et A+ que sont les enseignants, de telles mesures sont à la fois ignominieuses, et  insultantes. On ne contrôle nullement les horaires des cadres A, qui peuvent s'absenter, ou au contraire étendre leur travail quand le besoin s'en fait sentir, car la notion de conception, et de responsabilité est envisagée. Traiterait-on de cette manière un ingénieur  des labos, un attaché, un administrateur civil , un magistrat ?

J'ai connu des choses certes désagréables , mais n'ai jamais vu aucun fonctionnaire de ce niveau travailler sous la schlague telle que vous la proposez.

C'est de plus totalement inefficace . Même en admettant qu'on nous foute la paix  qu'on nous laisse enfermés dans nos bureaux (individuels bien entendu Twisted Evil ) sur place, on ne saute pas du coq à l'âne comme ça, en sortant épuisé de plusieurs heures de cours, chacune d'entre elles n'étant pas une heure de présence ou de bureau.
Ainsi que beaucoup ici je me remets bien mieux au travail le soir, ou le dimanche , ou quand quelque chose m'inspire,  j'ai besoin de ma bibilothèque (éventuellement d'aller dans une bibliothèque d'ailleurs) , de mon ordinateur.
Et personne ne peut gérer à ma place, de manière fixe (X heures de correction, X heures de préparation affraid ...) le volume de travail, d'une semaine sur l'autre, ça varie.

Une telle mesure serait le coup de grâce pour une profession mal en point. Ca aiderait seulement Aidoprof , et bien entendu la politique comptable des ministères successifs...
Merci de le dire à votre tour. C'est LE point, s'il ne devait y en avoir qu'un, sur lequel céder me semble impossible.

@Aidoprofs a écrit:Ce qu'on a mis en ligne n'est que l'arbre qui cache la forêt de nos propositions, détaillées dans un document de 40 pages en fait. Donc il est bien normal que vous n'arriviez pas à voir pourquoi on dit dans la synthèse "2h de concertation" par exemple. C'était pour synthétiser les choses, mais la répartition est différente, c'est une moyenne, on a tenté de quantifier ce qui est fait dans un EPLE par les uns et les autres. Notre idée, c'est d'adapter le temps d'enseignement devant élèves en fonction des souhaits de chacun, avec une base incompressible. Imaginez un prof dire "moi j'aimerais bien enseigner 24h" (sachant qu'il y aura une partie payée en heures sup) et un autre "moi je me contenterais bien de 12h" (sachant que ce sera compensé par d'autres missions au sein de l'établissement, comme coordonner les projets de ses collègues ou gérer les conflits parents/profs par exemple.
Vous savez que des profs à temps plein avec des heures sups et d'autres à temps partiel, ça existe déjà ?
Quant à coordonner les projets des collègues... Depuis le temps qu'on leur dit, aux collègues, d'arrêter de frétiller et de faire des cours, j'espère qu'ils vont se faire coordonner sévère. Oh oui, je le leur souhaite de tout mon coeur.
Ca ne répond pas à la question de fond, cher monsieur : de quoi je me mêle ?
Ni à l'autre question : êtes-vous élu ?
Pourquoi vous sentez-vous plus représentatif que moi, qui le suis ?

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Celadon le Mar 19 Nov 2013 - 19:03

En avant pour les propositions de caporalisation maximale ! On n'en a pas assez. Et des collègues pour coordonner ci, et des collègues pour surveiller ça, et d'autres pour harmoniser le vent.
IL SUFFIT !

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Paratge le Mar 19 Nov 2013 - 19:08

Puisqu'on vous dit qu'y faut "bouger" !
Pourquoi ? Paske !
Voilà. Very Happy 

Paratge
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par InvitéeD2 le Mar 19 Nov 2013 - 19:31

De mon côté, je ne comprends bien comment on pourrait concilier votre constat et votre proposition concernant les "jeunes enseignants" :
CONSTAT : de nombreux "jeunes enseignants" en burn-out + des "jeunes enseignants" qui travaillent bien plus que 35h pour préparer les cours pendant au moins quatre ans (après, ils réutilisent les mêmes cours chaque année, parce que les programmes ne changent jamais, sans doute ?).
SOLUTION : demander aux "jeunes enseignants" plus de temps de présence dans les établissements et plus d'heures de cours parce qu'ils sont jeunes et peuvent encore arquer, contrairement aux vieux qu'il faut préserver.

Gné

InvitéeD2
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par linkus le Mar 19 Nov 2013 - 19:33

Mon petit cœur d'agrégé risque de s'arrêter avec tout ce que je lis.Sad

_________________
J'entends souvent dire qu'avec l'agrégation, c'est travailler moins pour gagner plus. En réalité, avec le CAPES c'est travailler plus pour gagner moins. professeur

Avec un travail acharné, même un raté peut battre un génie. Rock Lee
Je ne suis pas gros, j'ai une ossature lourde!
Vous aimez Bomberman? Venez jouer à Bombermine. Very Happy

linkus
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Sekhmet le Mar 19 Nov 2013 - 20:15

@linkus a écrit:Mon petit cœur d'agrégé risque de s'arrêter avec tout ce que je lis.Sad
Entièrement d'accord, je vais tenter de ne plus ouvrir ce topic, on a 5 pages pour bien descendre le moral.
J'aime profondément mon métier, mais à lire tout ça je me demande si j'ai raison? On retrouve bien dans tout ça le classique "les profs sont des grosses feignasses qui tiennent trop à leurs avantages".
Avec tout un tas de pseudo-solutions amenées par on-ne-sait-pas-qui, qui s'intéresserait curieusement à notre situation. Pourquoi cela? Aidoprofs est composé d'anciens enseignants? Pourquoi ne pas aller s'intéresser à la gestion de France Télécom où les salariés se suicident, ou à la gestion de l'équipe de France, qui ne va peut-être pas aller à Rio, avec des joueurs qui se montrent encore parfois mal-élevés? Je sais, il n'y a aucun rapport, mais c'est une autre manière de dire "de quoi je me mêle?"

Sekhmet
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par adrifab le Mar 19 Nov 2013 - 20:42

@Aidoprofs a écrit:

Alors votre projet serait de ne rien changer ? de ne pas bouger ? Tout va bien dans le meilleur des mondes donc ? Tout est parfait ? C'est le plus beau métier du monde ? Vous vous sentez tous respectés au travail à la hauteur de votre investissement ?

Dans ce cas, ne changeons rien.


Oui voilà, j'adore ce passage car c'est exactement ce que je ressens. Ne changeons rien ! Oui, j'ai la chance d'aimer profondément mon métier de prof, oui tout va bien, je suis motivé, j'ai des élèves gentils, polis, qui ont la délicatesse ( pour certains ) de faire semblant d'écouter tout ce que je dis, qui travaillent à peu près correctement dans l'ensemble...Je précise aussi que j'entretiens de très bons rapports avec mon CDE, sans avoir besoin de jouer les lèche-bottes et que je me sens donc respecté à la hauteur de mon investissement. J'ajoute enfin que je me fiche comme de ma première dent que des blaireaux qui ne connaissent rien à mon travail s'imaginent que je ne bosse que 18h par semaine. J'espère que ce n'est pas trop grave et que je ne suis pas trop atteint, Monsieur "aideauxprofs" !!!

adrifab
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par Cath le Mar 19 Nov 2013 - 22:00

+1

(et +1000 euros par mois tant qu'à faire)

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les propositions d'Aidoprofs pour la réforme du statut enseignant.

Message par PauvreYorick le Mar 19 Nov 2013 - 22:02

Oui bon. S'agissant de la citation d'Aidoprofs,
@Aidoprofs a écrit:Alors votre projet serait de ne rien changer ? de ne pas bouger ? Tout va bien dans le meilleur des mondes donc ? Tout est parfait ? C'est le plus beau métier du monde ? Vous vous sentez tous respectés au travail à la hauteur de votre investissement ?

Dans ce cas, ne changeons rien.
je me demande plutôt ce qu'on penserait d'un hôpital qui couperait la seconde jambe d'un mutilé de guerre au nom du fait qu'il a des raisons de se plaindre de n'en avoir plus qu'une.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum